Page 289

(11) n'avaient jamais vu dans madame Bélimé qu'une femme bonne, sensible , qu'ils croyaient vertueuse. Ils voulaient réparer à son égard les injustices d'une fortune ennemie. Zémédare, qui était mieux instruit, ne pouvait pas se douter de ce qui se passait chez M. Sainprale, car il aurait sûrement empêché ce choix malheureux : et Carina, qui le comparait aux jeunes gens qui accouraient en foule chez elle, ne voyait plus en lui qu'un amant bien froid , qui jamais ne lui avait dit qu'il l'aimât. Elle rendait justice à son esprit, à son caractère comme à ses vertus : mais, naturellement mélancolique, il se serait déclaré contre le nouveau projet de consacrer sa vie au plaisir , et on ne le consulta point. Ce sensible créole se persuadait, d'après son cœur, que chez M. Sain-

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement