Page 284

(6) livrer entièrement : d'ailleurs tout leur rappelait l'irréparable perte qu'ils avaient faite, et ils ne pouvaient parler d'autre chose. Mais enfin le temps, cet infaillible consolateur des peines qui affligent les mortels, calma la violence de leurs regrets, et l'on vit Carina ouvrir son esprit d'abord, et, bientôt après, son cœur, aux plaisirs de la société et aux jouissances de la vie : elle apprit à désirer. Des occupations domestiques, ses soins assidus auprès de son père, lui faisaient négliger ses études. Dans les premiers temps, elle s'était bornée à recevoir ses anciennes connaissances, celles qui plaisaient le plus à sa mère ; elle en accueillit de nouvelles, qui lui parurent plus agréables. Sa beauté, son esprit et sa fortune lui attirèrent de nombreux adorateurs: elle prêta l'oreille aux louanges ;

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement