Page 141

(137) qu'ordinaire, elle n'aurait pu résister à la séduction des éloges qui sortaient de toutes les bouches : mais elle n'y était réellement très-sensible, que parce que c'était à sa mère qu'elle en rapportait l'hommage. Parmi les personnes que madame Sainprale visita avec le plus d'empressement, je nommerai les demoiselles Hur****. Jamais on ne vit plus d'union et de rapports dans les goûts qu'il en existait entre ces trois soeurs. Jouissant d'une honnête aisance , elles n'en usaient que pour satisfaire aux mouvements de leur cœur ge'néreux. Dans tous les temps, leur socie'té a été regardée comme la plus agréable de Fort-de-France; on tenait à honneur d'être accueilli chez elles : c'était la bienfaisance et les vertus qui appelaient les plaisirs. C'est chez ces respectables demoi-

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement