Page 133

(129) gue ceux des mènes, des enfants.. Quel silence épouvantable ! c'est celui de la . tout est englouti.... Tous les éléments de ce désordre de la nature sont enfin consumés ; le ciel s'éclaircit, le jour renaît, le calme est rétabli dans l'air. M. Sainprale, après s'être assuré que Carina et sa mère sont maintenant sans crainte, s'écrie : « Allons, mes amis, » secourir les infortunés qui nous ap» pellent par leurs cris! » Accompagné par Zémédare , et ayant plusieurs de ses nègres avec lui, il se rend à la ville de St. Pierre, pour aller offrir ses services à ceux qui ont été le plus maltraités par l'ouragan. Les chemins étaient presqu'impraticables ; on avait la plus grande peine à les parcourir à pied. La terre était couverte d'arbres renversés ; les cafés, les cacaotiers , les cannes à sucre , et toutes

6...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement