Page 125

(121) Les autres soldats, qui furent livrés aux soins des médecins, périrent presque tous. Les salles des hôpitaux militaires ressemblaient à des boucheries; le plancher était inondé de sang que les malades rendaient par le nez, par la bouche et presque par tous les pores, et, après trois jours de souffrances cruelles, ils mouraient, ayant le corps jaune , comme s'ils avaient été barbouillés de teinture de safran. On a même vu sur plusieurs d'entr'eux des taches noires, des pustules et le charbon, ce qui faisait supposer que cette maladie a quelque rapport avec la peste. Ce qui peut étonner, c'est que jamais la fièvre jaune n'a attaqué les habitants nés ou vivants depuis long-temps dans cette colonie. L'hivernage approchait , c'est, comme ou le sait, le temps des i. 6

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Les amours de Zemedare et Carina  

Auteur :Prevost de Sansac de Traversay / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Univer...

Profile for scduag
Advertisement