Page 56

42

H I S T O I R E

la supplie de lui pardonner, et s'en va de peur que le mourant n'ait quelque secret à dire à sa femme. Ces trois scènes sont du meilleur comique , mais nous paraîtraient beaucoup trop longues ; ce qui a déterminé Brueys à les raccourcir par des moyens moins naturels, mais de plus d'effet. La scène du plaidoyer, infiniment meilleure et mieux filée dans la pièce de Brueys que dans la farce, est cependant entièrement tirée de cette dernière, ainsi que la manière dont Agnelet paie Patelin; ce qui termine- la farce d'une manière très morale, puisque le trompeur est trompé à son tour. Lesfarces ne furent pas jouées d'abord sur les m ê m e s théâtres que les mystères. C'étaient des clercs de la bazoche qui, dans certaines occasions de l'année, donnaient un spectacle composé d'une moralité et d'une farce. Celles - ci ne ressemblaient pas toutes,c o m m e on peut le croire , à la farce Pathelin ; et quant aux moralités , il y en avait de plusieurs sortes : les unes dans le genre des mystères , à cela près qu'elles ne comprenaient guères qu'un seul événement, c o m m e la moralité de l'Enfant prodigue ; les autres, uniquement,

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement