Page 355

AU

riez

T H É A T R E .

341

vu que les anciens, qui ont tout inventé, avaient à leurs spectacles des applaudisseurs à gages , c o m m e ils avaient des pleureuses gagées à leurs enterremens. A R o m e , où tout prenait, c o m m e on sait, un caractère de grandeur, c'était un fort bon état que celui de ces applaudisseurs. Ils dînaient chez Mécéne avec Horace et Virgile ; ils soupèrent ensuite dans les petits appartemens de Néron. Il est vrai que dans ces beaux tems-là, les empereurs faisaient quelquefois des pièces de théâtre , et ce qui est plus extraordinaire encore , ils y jouaient eux-mêmes des rôles ; mais ce qui surprendra moins, c'est qu'ils ne voulaient être sifflés, ni c o m m e auteurs, ni c o m m e acteurs; car vous savez qu'on sifflait aussi au théâtre de R o m e , et un peu plus librement qu'au théâtre Français. C o m m e tout est dégénéré ! lespoëtesaujourd'hui ne gouvernent guères le m o n d e , et les applaudisseurs en litre dînent à l'auberge et soupent rarement à Versailles. J'ai connu dans m a jeunesse le coriphée de ces braves du parterre, qui s'était fait un petit empire à celui de la comédie Française. Son n o m , encore fameux dans

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement