Page 345

D E S

A P P L A U D I S S E M E N S

A U

T H E A T R E .

331

au comédien le prix le plusflatteurqu'ils aient à recueillir. Il faudrait donc au moins que le public daignât s'occuper de cet objet , et réglât avec dignité les acclamations et les applaudissemens au théâtre. Chez les Romains, pour qui rien de ce qui intéressait les besoins et les plaisirs du peuple n'était indifférent, il y avait des lois pour les applaudissemens de la scène et du cirque. Mais ils avaient imaginé un singulier moyen d'empêcher le tumulte à cet égard ; c'était de donner à une compagnie particulière le privilège exclusif d'applaudir suivant des règles fixées. Néron, prince, historien et acteur trop funestement tragique, avait établi plusieurs troupes de jeunes gens forts et vigoureux, qui s'acquittaient avec art des applaudissemens. O n les appelait juvenes, ils avaient pour chefs des directeurs qualifiés de curatores, magistri ludûs juvenum ou juventutis , auxquels ce singulier emploi valait 40,000 sesterces , ou environ 5ooo livrés de notre monnaie ( Voyez Suetone , vie de Néron, liv. 20 ; Tacite, dans ses Annales Dion - Cassius , etc. ).Ilen est souvent fait mention dans les incriptions. Dans cet usage

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement