Page 273

S U R

L E S

F

E

M

M

E

S

.

259

de plus propre à le faire perdre qu'une excessive gaieté. La gaieté, souvent dangereuse dans le monde pour la considération personnelle des femmes, se montrera rarement avec succès dans leurs ouvrages. Les idées qu'elles reçoivent de leur éducation, ne peuvent fournir beaucoup à la gaieté de l'esprit. Les femmes doivent voir sérieusement les choses importantes. Rien ne leur convient moins que cette espèce de légèreté , qui peut se représenter des torts réels sous un aspect risible. Averties presque toujours par un sentiment, avant de l'être par le jugement, elles seront plutôt blessées du mal qu'amusées du ridicule , et plus portées à blâmer un défaut de convenance qu'à en rire. O n ne peut nier qu'il n'y ait plus de dignité à se mettre au-dessus du vice en le condamnant, qu'à le traiter, pour ainsi dire, d'égal à égal, en l'attaquant par la plaisanterie ; et l'on doit avouer aussi qu'aucune femme n'a su mieux que M de Lambert conserver cette espèce de dignité de ton qui sied si bien à une femme , surtout lorsqu'elle écrit sur la morale, et trace m

e

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement