Page 264

250

F

R

A

G

M

E

N

S

huit ou dix fois de garnison , je voulus m e faire une maîtresse un peu à demeure, et je m e déterminai pour la plus jolie. A cinquante-neuf ans, j'ai pris femme et j'ai choisi la plus douce. En devenant vieux, voyezvous, nous autres h o m m e s , nous prenons le besoin du repos ; c o m m e dans notre première jeunesse, nous avons celui de faire du bruit pour qu'on nous remarque ; mais c'est quand on est faible que l'on sent plus vivement ses besoins. Dans la force de l'âge, on écoute ses goûts; et lorsqu'Aspasie séduisit Périclès, je jurerais bien que ce ne fût pas en lui parlant d'affaires. D'ailleurs , cette Aspasie dont on nous vante le génie et les talens, elle avait bien encore quelques autres moyens de gouverner les hommes; et ces moyens-là, quand on en use et qu'on sait bien s'y prendre , il ne s'agit plus que de bien choisir; et alors je ne vois pas pourquoi on ne gouvernerait pas un Etat c o m m e on mène une famille. L'homme qui commande une armée, et celui qui harangue le peuple, ne sont pas plus difficiles à séduire que celui qui tient un comptoir ou régit une terre. Et croyezvous qu'un banquier,qui se laisse ruiner par

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement