Page 23

D U

T H É Â T R E

F R A N Ç A I S .

9

qu'employèrent ceux - là pour s'insinuer dans l'ame et la toucher; ceux-ci ne s'appliquèrent qu'à rendre plus saillans les traits qu'ils voulaient graver plus fortement dans la mémoire. La poésie , amusement de l'esprit , eut son berceau à la cour des princes ; les spectacles, dont le but était de frapper les sens,furent et durent être inventés pour le peuple. Des personnes de la plus haute classe purent aussi, m ê m e dans l'origine , les fréquenter quelquefois ; mais il serait injuste de juger là-dessus le goût de ce tems-là. Tout Paris a bien été voir dernièrement le Jugement de Salomon; et les Battus paient l'amende ont eu l'avantage d'attirer , pendant plus de cent représentations, la bonne compagnie du 18. siècle ; celle du 15. n'était pas obligée de se m o n trer plus difficile. O n connaissait bien en France , longtems avant cette époque , des poëmes ap- , pelés tragédies, comédies, etc., où il pouvait se trouver de l'esprit, de l'intérêt ou de la gaîté, mais où manquait absolument ce qui constitue le drame, c'est-à-dire , l'illusion produite par la disposition du théâtre et la variété des acteurs. C'étaient des espèce e

e

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement