Page 205

DU

T

H

É

A

T

R

E

F R A N Ç A I S .

191

Scudéry, si ses disputes avec Corneille et les satyres de Boileau ne lui eussent donné une sorte de célébrité plus étendue qu'honorable. Il ne peut m ê m e nous servir à marquer les progrès rapides qu'en si peu d'années Corneille avait fait faire à la littérature de son tems. Il y a deux manières d'être excepté des thèses générales ; et ni Scudéry ni Racine ne prouvent rien, ni contre ni pour ce siècle qui suivit le Cid et les Horaces. O n a su depuis long-tems accorder l'admiration due au premier de nospoëtestragiques, et le culte que mérite celui qui lui succéda sans lui rien devoir que d'avoir ouvert la carrière : préparer un siècle digne de produire Racine, était assurément ce que pouvait faire de plus le grand Corneille. U n talent supérieur n'est point produit par un autre. L a véritable production du génie , ce sont ces talens du second ordre qu'on voit toujours marcher immédiatement à sa suite. Ce n'est guères qu'à de longs intervalles que le génie créateur reparaît parmi les hommes ; mais dans tous les tems, la nature forme de ces esprits capables de recevoir et de reproduire les impressions du beau et du

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement