Page 177

D U

T H É Â T R E

F R A N Ç A I S .

l63

Peut-être, pour sentir vivement et pleinement les beautés de Corneille, faudraitil se transporter a quelques égards au tems où il a vécu , s'imposer la tâche de parcourir quelques-uns des ouvrages dramatiques qui ont précédé les siens , et dont plusieurs renferment des beautés, quoiqu'on très-petit nombre; et en s'accoutumant à chercher, à démêler ces beautés au travers des bizarreries du langage, se prémunir ainsi contre les impressions que nous transmet trop facilement une oreille, amollie, pour ainsi dire, par cette mélodie céleste des vers de Racine. Mais pour apprécier dignement le père de la tragédie, pour savoir ce qu'était Corneille par rapport à son siècle, c'est dans ses premiers ouvrages qu'il faut chercher ce que l'esprit de ce siècle avait d'abord obtenu de lui ; c'est là qu'on peut comprendre combien le goût général était encore peu formé, en voyant ce qu'il a inspiré à un génie tel que celui de Corneille , qui devait bientôt après s'élever de lui-même , et c o m m e par inspiration, à la hauteur du Cid. Ainsi donc en parlant de Corneille, je le considère seulement dans ses rapports

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement