Page 174

160

H I S T O I R E

n'y cherchaient qu'une source plus ou moins féconde d'incidens variés. L'idée de faire sortir le comique du fond des caractères, n'est encore qu'indiquée dans le Menteur; ce fut Molière qui, en la développant , lit sentir dans la comédie la nécessité du but moral, qu'il ne faut pas confondre avec la décence des mœurs , commandée seulement par l'honnêteté publique ; au lieu que le but moral est le moyen du comique et la base de la comédie, par la raison qu'il n'existe point de ridicule qui ne tienne à un défaut de caractère ou à un travers d'esprit, et qu'il ne peut y avoir de véritable comique de caractère que celui qui, en présentant ce travers ou ce ridicule sous son aspect le plus frappant, tend aussi à prouver une vérité morale. Ce qui constitue l'immoralité de la pièce de GeorgeDandin, c'est que la vérité morale qui fait le but de la pièce, n'est pas assez importante pour que la démonstration en soit plus utile que ne peut être dangereux le tableau des mauvaises mœurs qu'elle oblige à présenter ; et qu'ainsi le but moral ne rachette pas l'indécence des mœurs : mais si ce but moral n'existait pas, si, au lieu

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement