Page 173

B U

T H É A T R E

F R A N Ç A I S .

159,

Corneille. Cette Lucelle est lafilled'un banquier qui , après s'être laissée séduire par un commis de son père, découvre dans ce commis un prince polonais qui l'épouse et l'emmène dans son pays. Enchantée de sa bonne fortune, elle adresse aux spectateurs des vers où , après avoir conseillé aux jeunesfillesqui pourraient se trouver parmi eux, de suivre son exemple, elle leur fait remarquer que si elle fût restée sage, elle n'eût jamais eu que le nom de Lucelle; au lieu que par sa faiblesse elle est parvenue à la principauté. Il peut paraître digne de remarque encore une fois, qu'un historien du théâtre n'ose se permettre de citer le texte de ces Vers, qui étaient alors débités sur la scène, apparemment sans aucun scandale. O n voit d'ailleurs à quel point-toute idée d'un but moral était étrangère à nos premiers auteurs comiques. C'était un principe convenu, c o m m e le dit l'un d'entre eux dans le prologue d'une de ses comédies, que Les N o n

vers n e

s o n t faits q u e

pour aux m œ u r s

p o u r rire ,

a u t r e m e n t n o u s instruire.

Ceux qui ébauchaient quelques caractères

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement