Page 157

DU

THÉATRE

FRANÇAIS.

143

barin, c o m m e à une autorité irrécusable, d'après laquelle on doive juger des usages de son tems ; mois ne trouve-t-on pas à cet égard quelque chose d'aussi extraordinaire dans ce passage de la Bruyère , écrit dans les beaux tems de Louis X I V : « Un homme fort richepeut manger des « entremets , faire peindre ses lambris et « ses alcoves, jouir d'un palais à la cam« pagne et d'un autre à la ville, avoir un « grand équipage, mettre un duc dans sa « famille, et faire de sonfilsun grand sei« gneur ; cela est juste et de son ressort: « mais il appartient peut-être à d'autres de « vivre contens ». Ici la Bruyère veut nous frapper par un grand contraste entre la simplicité du bonheur et la pompe de la richesse; les avantages dont il nous parle sont ceux qui distinguent un homme fort riche; et la Bruyère met la faculté de manger des entremets au nombre des jouissances réservées à cet état, de fortune qui permet de mettre un duc dans safamille, etdefaire de son fils un grand seigneur, et cela sous Louis XIV. Le luxe d'apparat a précédé de quelque tems le luxe do commodité , et

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement