Page 136

122

H I S T O I R E

passer d'usage à son tour ; car si on vient à le borner c o m m e on a fait de celui d'égout , à signifier exclusivement les écoulemens des rues de Paris, il ne sera pas plus permis de verser des ruisseaux de larmes, que de faire de ses yeux un égout. C'est peut-être pour cela que les torrens de larmes commencent à remplacer les ruisseaux , dont on se servait beaucoup plus autrefois. Quant au mot bourgeois qui fait pour nous un effet si ridicule, il est assez simple qu'il ne se présentât pas de m ê m e à des gens qui se souvenaient des bourgeois d'Athènes, et ne connaissaient pas encore les bourgeois de Taris. Ceux-ci forment maintenant pour nous une classe d'hommes à part ; éloignés des arts qui élèvent l'ame et développent l'esprit des gens du m o n d e , dispensés de ces travaux pénibles et souvent dangereux , qui donnent au peuple du courage , de la force et de l'activité, ils ont dû contracter, dans des occupations tranquilles et monotones, la mollesse du corps, la timidité de l'ame et la pesanteur de l'esprit, et doivent à leurs habitudes des préjugés et des manièreslocales qui leur donnent une physio-

t

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Mélanges de littérature volume 5  

Auteur : Jean-Baptiste Antoine Suard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Univers...

Profile for scduag
Advertisement