Page 386

360

GRANDE

GÉOGRAPHIE

tation des mines du Cibao; la disparition presque complète des indigènes et la découverte du Mexique et du Pérou amenèrent peu à peu la cessation de l'exploitation des filons aurifères. Mais il s'en faut de beaucoup que les Espagnols aient épuisé les mines ; on a calculé que la valeur de l'or extrait par eux ne s'est élevée qu'à 370 millions de francs. L'audience de Santo-Domingo faisait frapper l'or à la capitale, à Azua, à Concepcion-de-la-Vega et à Buenaventura. Du temps des Espagnols, le Cibao et les environs de Jarabacoa étaient célèbres par larichesse de leurs mines d'or; maison trouvait ce métal en grande quantité dans le rio Verde, le Maimon, le Dicayagua, l'Amina et le Macabon : aujourd'hui encore tous ces cours d'eau charrient des grains d'or, mais celui qui en roule le plus c'est le Grand-Yaqui que Christople Colomb appela pour cette raison le Rio del Oro. — Dans le S., on a découvert aussi des gisements abondants d'or, dans le lit du rio Isabela, de même que dans la Jaina, la Nigua, au Monte-Pueblo et à la Horca ; à Buenaventura, on a trouvé au siècle dernier une énorme pépite d'or, pesant 37 kilogr. Dans la vallée de San-Juande-la-Maguana, le rio del Oro, près du village de Las-Charcas-de-Maria-Nobo,contient dessables aurifères. La vallée de Goave, le Pico-Rubio, Bani, San-Lorenzo-de-las-Minas, Janico, Guaraguano, Puerto-Plata, tous ces endroits renferment

Grande géographie de l'ile d'Haïti  

Auteur. Gentil, R. & Chauvet, H. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université d...

Grande géographie de l'ile d'Haïti  

Auteur. Gentil, R. & Chauvet, H. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université d...

Profile for scduag
Advertisement