Page 252

226

GRANDE

GÉOGRAPHIE

opposer l'un à l'autre, afin d'annihiler l'influence incontestable que ce dernier avait acquise dans la direction des affaires de la colonie, déjà agitée à cette époque par le souffle de la révolte. Sur ses conseils, Rigaud refusa de reconnaître l'autorité de Toussaint (1798;. La guerre civile ne tarda pas à éclater ; le 18 juin 1799, Rigaud s'empara de Petit-Goave et jusqu'en juillet 1800 la guerre dévasta le Sud. Cette révolution fut enfin réprimée et Rigaud se vit dans la nécessité de quitter le pays (29 juillet) : le Sud fut ensuite peu à peu pacifié. Mais dix ans plus tard, pendant la présidence d'A. Pétion, Rigaud revint en Haïti et débarqua aux Cayes (7 avril 1810); il parvint à faire éclater une scission entre l'Ouest et le Sud, de même que Christophe en avait fait éclater une entre l'Ouest et le Nord. Durant plus d'un an et demi (3 novembre 1810-20 mars 1812), le Sud demeura un État distinct, détaché du reste de la République; la mort de Rigaud (septembre 1811) et surtout la soumission que son successeur, le général Borgella, fit à Pétion (14 mars 1812) empêchèrent cette fatale scission de durer plus longtemps. Depuis cette époque, le Sud a encore été le théâtre d'insurrections terribles en 1844 et 1848 par Goman, sous Salnave (1868-69) et sous le Président Salomon (1883-84). Enfin, en 1889, le soulèvement du département du Sud et son union

Grande géographie de l'ile d'Haïti  

Auteur. Gentil, R. & Chauvet, H. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université d...

Grande géographie de l'ile d'Haïti  

Auteur. Gentil, R. & Chauvet, H. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université d...

Profile for scduag
Advertisement