Page 32

( 18 ) étant i n c o n n u s , toute réfiftance à leur volonté leur paroît un crime. C'eft principalement dans les états où les principes de la légiflation fe confondent avec ceux de la religion, que cet aveuglement eft ordinaire. L'habitude de croire favorife l'habitude de fouffrir. L'homme ne renonce pas impunément à un feul objet. Il femble que la nature fe venge de celui qui ofe ainfi la dégrader. Cette difpofition fervile de l'ame s'étend à tout. Elle fe fait un devoir de réfignation comme de baffeife, & baifant toutes les chaînes avec refpect, tremble d'examiner fes loix comme fes dogmes. D e même qu'une feule extravagance dans les opinions religieufes fuffit pour en faire adopter fans nombre à des efprits une fois déçus, une premiere ufurpation du g o u v e r n e ment ouvre la porte à toutes les autres. Q u i croit le p l u s , croit le moins ; qui peut le p l u s , peut le moins. C'eft par ce double abus de la crédulité & de l'autorité que toutes les abfurdités en matiere de culte & de politique fe font

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  
Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement