Page 260

50

L E T T R E SUR LES

AFFAIRES

tellement la caufe de l ' A m é r i q u e , que fi elle e û t été connue au temps où le Congrès ren-

que s'ils renoncent à de femblàbles prétontions, rien ne fait mieux connoître l'impuiffance où ils fe trouv e n t à préfent de les faire v a l o i r . » 2 ° . Parce que leur Prince

a rejette jufqu'ici les

plus humbles demandes des Repréfentans de l'Amér i q u e , fuppliant feulement qu'on voulût les confidérer comme Sujets, & qu'on les protégeât dans la jouiffance de leurs b i e n s , de la paix & de la liberté ; parce qu'il a fait une guerre cruelle aux Américains; employant les Sauvages à maffacrer leurs femmes & leurs enfans innocens ; & qu'à préfent c e même Prince offre de traiter avec ces Repréfentans, qu'il avoit auparavant rebutés avec d é d a i n , Se confent d'accorder aux armes de l'Amérique ce qu'il refufa conftamm e n t à fes prières. « 3°. Parce qu'ils ont fait -tous leurs efforts pour conquérir ce Continent, rejettant toute idée d'accommodement, d'après la confiance qu'ils avoient en leurs propres forces ; d'où l'on voit clairement, que le changement de leurs difpofitions, annonce la perte d e cette confiance. « Et 4°. Enfin, parce que le langage conftamment e m p l o y é , non-feulement par leurs M i n i f t r e s , mais encore dans les actes les plus folemnels &les plus authentiques de la N a t i o n , a toujours été; qu'il étoit incompatible avec la dignité

nationale, de traiter avec

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement