Page 26

( 12 ) fut folemnellement reconnu dans l'acte célebre où l'on vit la l i b e r t é , de la même main dont elle chaffoit un roi defp o t e , tracer les conditions d'un contrat entre une nation & le nouveau fouverain qu'elle venoit de choifir. Cette prérogative d'un peuple parut bien plus facrée, que tant de droits imaginaires que la fuperftition voulut fanctifier dans des tyrans ; elle fut à la fois pour l'Angleterre , & l'inftrument & le rempart de fa liberté. Elle penfoit, elle fentoit que c'étoit la feule digue qui pût à jamais a r rêter le defpotifme ; que le moment qui dépouille un peuple de ce privilege, le condamne à l'oppreffion ; que les fonds levés en apparence pour fa fûreté , fervent tôt ou tard à fa ruine. L'Anglois, en fondant fes colonies, avoit porté ces principes au-delà des mers ; & les mêmes idées s'étoient tranfmifes à fes enfans. A h ! fi dans ces contrées même de l ' E u r o p e , ou l'efclavage femble depuis long-temps s'être affis au milieu des vices, des richeffes & des arts; où le defpotifme

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement