Page 244

34

LETTRE

S U R LES AFFAIRES

qu'aux objets purement matériels, & qui ne peuvent être ni flatés de nos égards, ni bleffés par nos négligences ; c'eft une obfervation que tout homme eft à portée de faire. Je reviens : quoique le papier monnoie fût d'abord répandu par le Congrès fous le nom même de dollars,

il ne conferva pas toujours

cette valeur. Ceux qui circulèrent la première année étoient égaux à l'or & à l'argent. Ils baifsèrent la feconde année ; la troifième ils baifsèrent encore plus ; ainfi de fuite, pendant l'efpace de cinq ans , après quoi je ne penfe pas qu'il y en eût de répandus dans le public pour plus de dix ou douze millions fterling. A préfent il faut faire attention , qu'il auroit fallu lever dix ou douze millions fterling de taxes, pour foutenir les frais de la guerre pendant cinq ans : or comme , tant que les papiers circulèrent, fupportant annuellement une réduction qui les anéantit par dégrés, il n'y eut aucune taxe importante de mife , il faut convenir que l'événement fut le même pour le public : la réduction tint lieu d'impôt ; le peuple devoit fournir une fomme de dix ou douze millions fterling ; & , pourvu qu'il ne payât pas deux fois, le choix entre les manières de

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  
Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement