Page 239

DE

L'AMÉRIQUE.

29

parer du magafin de Brunfwick. A cette nouvelle, les Anglois confternés, qui étoient fur le point de livrer l'affaut au camp que les A m é ricains avoient a b a n d o n n é , renoncèrent à leur deffein , & reprirent avec précipitation le chemin de Princeton. Cette retraite eft un de ces évènemens extraordinaires que la poftérité traitera vraifemblablement de fabuleux. O n aura peine à croire que deux armées , du fort desquelles dépendoient de fi confidérables intérêts , fe foient trouvé raffemblées dans un auffi petit efpace que Trenton ; & que l'une d'elles, à la veille d'un e n g a g e m e n t , ait pu fe dérober entièrement à l'autre, avec fes provifions, fes bagages , fon artillerie, fans que fes mouvemens fuffent même foupçonnés. E t dans cette occafîon , les Anglois furent fi complètement trompés , que quand ils ouirent le bruit du canon & de la moufqueterie qui fe faifoit entendre à Princeton, ils crurent que c'étoit le tonnerre, quoiqu'on fût alors au coeur de l'hiver. L e Général Washington, pour mieux déguifer fa retraite, avoit fait allumer des feux fur le devant de fon camp. Non-feulement ces feux jettèrent & entretinrent l'ennemi dans l'erreur,

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement