Page 143

( 129 ) n ' y avoient été outragées. Le fang des martyrs ou des citoyens n'y avoit pas ruiffelè fur des échafauds. On n'y avoit pas infulté aux mœurs. Les manieres, les ufages, aucun des objets chers aux. peuples n'y avoient été livrés au ridicule. Le pouvoir arbitraire n'y avoit arraché aucun habitant du fein de la famille ou de fes a m i s , pour le traîner dans les horreurs d'un cachot. L'ordre public n'y avoit pas été interverti. Les principes d'adminiftration n'y avoient pas changé ; & les maximes du gouvernement y étoient toujours reftées les mêmes. T o u t fe réduifoit à lavoir fi la métropole avoit ou n'avoit pas le droit de mettre directement ou indirectement un léger impôt fur les colonies : car les griefs accumulés dans le manifefte n'eurent de Valeur que par ce premier grief. Cette queftion prefque métaphyfique, n'étoit guere propre à foulever une m u l t i t u d e , ou du moins à l'intéreffer fortement à une querelle pour laquelle elle voyoit fes terres privées des bras deftinés à les I

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  
Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement