Page 138

(

124

)

a tant perfectionné , felon v o u s , le jeu fur & terrible : vous q u i , pour foutenir votre o p i n i o n , détournez vos regards des cendres de C a r t h a g e 8e des ruines de R o m e , fur le récit que je vous fais, fufpendez, du m o i n s , votre j u g e m e n t , & croyez q u e , peut-être, il eft des occafions de fuccès qu'ôte le luxe. Croyez que pour des t r o u p e s , même braves , l'indépendance des befoins fut fouvent le premier reffort de la victoire. Il eft trop aifé, p e u t - ê t r e , de n'affronter que la mort. Aux nations corrompues par l'opulence, eft réfervée une épreuve plus difficile : celle de fupportter la perte de leurs plaifirs. Ajoutez à toutes ces raifons, que les moyens de guerre arriverent rarement, au travers de tant de m e r s , dans les faifons convenables pour l'action. Ajoutez que les confeils de George I I I , voulurent avoir trop d'influence dans les opérations militaires qui devoient s'exécuter fi loin d'eux ; & vous connoîtrez la plupart des obftacles qui s'oppoferent

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement