Page 124

(110) n ' e f t pas interrompue jufqu'à Brandifwine. L à , elle a t t a q u e , elle bat les Américains le 11 Septembre, & arrive le 30 à P h i l a d e l p h i e , abandonnée le 25 par le c o n g r è s , & quelques jours plutôt ou plus t a r d , par le plus g r a n d nombre de fes habitans. Cette conquête n'a aucune fuite. Le vainqueur ne voit autour de lui que haine, que dévaltation. Refferré dans un efpace très-circonferit, il rencontre des obftacles infurmontables pour s'étendre fur un territoire inculte. Son or même ne lui fait pas trouver des reffources dans les diftricts voifins ; & ce n ' e f t qu'au travers des m e r s , que peuvent lui arriver fes fubfiftances. L'ennui d'une prifon qui dure depuis neuf m o i s , le détermine a regagner New-Yorck par le Jerfey ; & fous le commandement de Clinton , fuccelfeur de H o w e , il exécute cette longue & périlleufe retraite avec moins de perte qu'un ennemi plus expérimenté ne lui en auroit caufée. T a n d i s que les Anglois languiffoient

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement