Page 117

( 103 ) fon courage , & fût t e n t é , peut-être , de. préférer un jour la dépendance & la paix, à une indépendance orageufe , & qui coûte des périls & du fang. C'eft alors qu'il feroit avantageux à ce peuple de s'être démis lui-même du pouvoir de faire la paix avec fes oppreffeurs, & d'avoir dépofé ce droit dans les mains du fénat qu'il a choifi pour fervir d'organe à fa volonté , quand cette volonté étoit l i b r e , fiere & courageufe. Il femble lui avoir dit au moment où il l'inftitua : Je leve l'étendard de la guerre contre mes tyrans. Si mon bras fe laffoit de c o m b a t t r e , fi je pouvois m'avilir jufqu'à implorer le r e p o s , f o u t i e n s - m o i contre ma foibleffe. N'écoute pas des Vœux indignes de m o i , que je défavoue d'avance ; & ne prononce le nom de paix que quand ma chaîne fera brifée. En effet, fi l'on confulte l'hiftoire des républiques, on verra que la multitude a prefque toujours l'impétuofité & la chaleur du premier moment : mais que ce n'eft que dans un petit nombre d'homG 4

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens  

Auteur : Guillaume -Thomas Raynal / Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Advertisement