Page 1

MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


INSTALLATION DE M. BERNÈDE, P R É S I D E N T D E L AC O U R

D'APPEL,

C H E F D U SERVICE JUDICIAIRE A LA GUYANE FRANÇAISE.

Audience solennelle du 5 juin 1 8 7 1 .

Aujourd'hui 5 juin 1 8 7 1 , la C o u r d'appel d e la G u y a n e française, séant a C a y e n n e , s'est réunie, e n robes rouges, dans la salle ordinaire d e ses séances, sur la convocation et sous la présidence d e M . Jadot, Conseiller, désigné par M . le G o u v e r n e u r pour remplir par intérim les fonctions de Président, C h e f d u service judiciaire. L e Tribunal civil d e première instance, le Tribunal de paix et les notabilités d e la ville, p a r m i lesquelles o n remarquait M M . l'Ordonnateur, le Directeur de l'intérieur, le Contrôleur, les m e m bres d u Conseil privé, le Maire d e C a y e n n e , le Conseil m u n i c i pal , le C u r é d e la ville, les chefs des divers services et les officiers des différents corps d e la marine, les officiers de la gendarmerie, répondant à l'invitation qui leur avait été adressée, étaient venus assister à cette solennité judiciaire; des sièges leur avaient été réservés dans l'enceinte.


–_ 2

L e s avocats et les avoués étaient assis à la barre, et derrière e u x se tenait d e b o u t u n n o m b r e u x public. A u m o m e n t d e prendre séance, M . le G o u v e r n e u r d e la colonie, qui avait manifesté le désir d e présider cette c é r é m o n i e , c o n f o r m é m e n t a l'article 4 8 d e l'ordonnance o r g a n i q u e d u 27 août 1 8 2 8 , s'étant trouvé s u b i t e m e n t indisposé, la C o u r est m o n t é e sur s o n siège à huit heures d u matin. M . Jadot déclare la séance ouverte et désigne u n e députation c o m p o s é e d e M M . M o u r i é , Conseiller, Pain, Conseiller auditeur et Bogaërs, Substitut, p o u r aller p r e n d r e d a n s la c h a m b r e d u conseil et introduire d a n s l'enceinte M . B e r n è d e , n o m m é Président d e la C o u r , C h e f d u service judiciaire. L a députation, précédée d e l'huissier, a introduit M . B e r n è d e . A v a n t de s'asseoir sur le fauteuil qui lui était préparé, M . le Président salue la C o u r d o n t tous les m e m b r e s lui rendent le salut sans se lever. M . le Conseiller Jadot d o n n e la parole a M . le P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e , qui requiert qu'il soit d o n n é lecture d e l'arrêté e n date d u 9 avril 1 8 7 1 , d e M . le Président d u conseil des Ministres, C h e f d u Pouvoir exécutif d e la R é p u b l i q u e française, qui n o m m e M . B e r n è d e , Président d e la C o u r d'appel d e C a y e n n e , C h e f d u service judiciaire à la G u y a n e française, et ensuite d e l'extrait d u registre des procès-verbaux d u Conseil privé d e cette colonie constatant la prestation d e s e r m e n t d e M . le Président B e r n è d e entre les m a i n s d e M . le G o u v e r n e u r ; il requiert e n outre q u e ce magistrat soit installé d a n s ses fonctions et q u e d u tout il soit dressé procès-verbal sur les registres d e la C o u r . S u r l'invitation d e M . le Conseiller président, le Greffier e n chef d o n n e lecture desdits arrêté et procès-verbal, d o n t e x p é dition sera transmise a M . le Ministre d e la m a r i n e et des colonies. M . le Conseiller Jadot invite M . le Président a prendre possession d e s o n siège. U n e fois qu'il y est installé, M . L e g e r , P r o cureur de la République, p r o n o n c e le discours suivant :


— 3 — « Messieurs, « M . le G o u v e r n e u r n o u s avait fait espérer qu'il viendrait présider à cette fête d e famille d o la magistrature d e la G u y a n e ; a l'instant seulem e n t n o u s a p p r e n o n s q u e n o u s d e v o n s être privés d e cet h o n n e u r . L e Chef d e la colonie a bien v o u l u adresser a M . le Président la lettre suivante, d o n t je suis autorisé a d o n n e r lecture à la C o u r : « C a y e n n e , le 5 juin 1871. « MONSIEUR

L E C H E F D U SERVICE JUDICIAIRE,

« J'ai le vif regret d'être privé d e l'honneur d'assister, ce matin, a l'audience solennelle qui doit inaugurer votre entrée e n fonctions c o m m e Président d e la C o u r d'appel et C h e f d u service judiciaire d e notre colonie. « J'aurais été h e u r e u x d e pouvoir, le premier, vous souhaiter la bienvenue d a n s cette audience solennelle, et d e v o u s e x p r i m e r p u b l i q u e m e n t , e n présence d e vos collègues et d e n o s principaux fonctionnaires, toutes les espérances q u e la haute honorabilité et la distinction d e vos services d a n s la magistrature métropolitaine m'autorisent à fonder sur votre administration. « M a conviction est, e n effet, q u e je puis et dois attendre b e a u c o u p d e vos lumières, d e votre expérience et d e la fermeté d e votre caractère, p o u r contribuer au d é v e l o p p e m e n t d e la prospérité d e la G u y a n e , e n y assurant le maintien d e l'ordre public et le respect d u principe d'autorité. « A g r é e z , M o n s i e u r le C h e f d u service judiciaire, avec l'expression d e m e s regrets, dont je v o u s prie d e faire part à M e s sieurs v o s collègues, l'assurance d e m a considération la plus distinguée. « Le Gouverneur de la Guyane française.

« LOUBÈRE. » « P e r m e t t e z - m o i , Messieurs, d'exprimer à m o n tour, à M . le G o u v e r n e u r , le vif regret q u e n o u s é p r o u v o n s tous d e n e pas le voir assister à cette a u d i e n c e solennelle.


4

« A v a n t d e m'adresser à M . le Président, je serai encore l'interprète de vos sentiments, Messieurs, e n remerciant M M . les Chefs d'administration et MM. les Chefs d e service et d e c o r p s d e l'empressement qu'ils o n t m i s a venir saluer l'entrée e n fonctions d u n o u v e a u Chef d e la justice. « L a magistrature n e saurait s'étonner d e cette m a r q u e d'estime et d e s y m p a t h i e d e leur part, et pourtant elle s'en réjouit, car elle la consid è r e c o m m e u n n o u v e a u gage d e b o n n e h a r m o n i e d a n s l'avenir entre elle et les divers ordres d e fonctionnaires d e la colonie. « C h a r g é s d ' u n e é n o r m e responsabilité, p u i s q u e notre m i s s i o n c o n siste à sauvegarder l'honneur et la fortune des citoyens, n o u s p o u r r i o n s n o u s effrayer d e l'immensité d ' u n e pareille tâche si n o u s n'étions assurés d e l'appui des autorités d u pays. N o u s continuerons, Messieurs, sous la direction d u magistrat qui p r e n d aujourd'hui, avec la présidence d e cette C o u r , les fonctions d e Chef d u service judiciaire, à m a r c h e r , c o m m e par le passé, parallèlement à v o u s d a n s la voie qui n o u s est tracée par la loi, p o u r atteindre avec v o u s - m ê m e s ce but a u q u e l tendent n o s efforts c o m m u n s : la sécurité et la prospérité d e cette intéressante colonie. « M o n s i e u r le Président, « P e r m e t t e z - m o i d e v o u s souhaiter ici la b i e n v e n u e a u n o m d e tout le corps judiciaire d e la G u y a n e . « A p p e l é à p r e n d r e d a n s cette colonie la direction d u service d e la justice, v o u s avez déjà c o m p r i s toute l'importance des hautes fonctions q u i v o u s sont confiées. Ces fonctions ont été o c c u p é e s p a r des h o m m e s qui ont laissé d e g r a n d s souvenirs d a n s la magistrature coloniale. P o u r n e citer q u e q u e l q u e s n o m s : M . le P r o c u r e u r général Vidal d e Lingendes, d o n t les mercuriales sont e n c o r e lues avec intérêt, a v u s'établir d a n s la c o lonie l'organisation judiciaire d e 1 8 2 8 ; après avoir été n o m m é a u x fonctions d e P r o c u r e u r général C h e f de la justice a la Martinique, il a v o u l u revenir a u m ê m e titre à C a y e n n e p o u r r e p r e n d r e cette administration intelligente et sage q u i a d u r é jusqu'en 1852, c'est-à-dire jusqu'à la veille d u j o u r o ù devaient être si f o r t e m e n t ébranlées les bases d e l'ord o n n a n c e o r g a n i q u e d e 1828. « D a n s le cours d e sa l o n g u e carrière, M . le P r o c u r e u r général Vidal d e L i n g e n d e s a su, c o m m e le magistrat d o n t il traçait le portrait d a n s s o n discours sur la Conscience, « se créer u n trésor d e b o n s t é m o i g n a g e s « d e l u i - m ê m e , et parvenir a ce c a l m e et a ce c o n t e n t e m e n t intérieurs « qui valent tous les biens d e la terre. » « Après lui, Je service d e la justice a été dirigé par M . le Président Mittaine, qui a rempli par intérim les fonctions d e P r o c u r e u r général


5

jusqu'en 1854. L a G u y a n e se rappelle e n c o r e l'exquise distinction en m ê m e t e m p s q u e l'élévation d'esprit d e ce magistrat qui passe à b o n droit p o u r u n jurisconsulte c o n s o m m é . E n quittant la G u y a n e , M . Mittaine est allé p r e n d r e la présidence d e la C o u r d e la Martinique, et d a n s cette c o m p a g n i e d o n t il dirige avec u n si g r a n d talent les travaux depuis seize a n s passés, a u milieu d o cette magistrature a laquelle il peut servir d'exemple, il a toujours été e n t o u r é d'un respect m ê l é d e sincère affection. « V o u s connaissez aussi, M o n s i e u r le Président, la g r a n d e réputation d'orateur et d e savant d e M . le Président B a u d o u i n , qui, après avoir rempli avec h o n n e u r u n haut e m p l o i a u p a r q u e t d e la C o u r impériale d e la G u a d e l o u p e , a réuni le premier, après la p r o m u l g a t i o n d u décret d e 1854 à la G u y a n e , les fonctions d e C h e f d u service judiciaire a u x fonctions d e Président d e la C o u r . « Si je v o u s dis ces q u e l q u e s n o m s qui n e seront pas oubliés, c'est q u e je v e u x q u e v o u s sachiez q u e notre magistrature a, elle aussi, ses a n nales. « Les travaux des h o m m e s é m i n e n t s d o n t je viens d e parler t é m o i g n e n t d e leurs efforts énergiques p o u r arriver à la solution d e tant d e p r o b l è m e s é c o n o m i q u e s o u sociaux, d o n t la plupart restent e n c o r e a résoudre. « V o u s continuerez leurs traditions, M o n s i e u r le Président. V o u s v o u s d é v o u e r e z tout entier, c o m m e ils l'ont fait, à la colonie o ù v o u s venez administrer la justice; c o m m e e u x vous travaillerez, d a n s les conseils d u G o u v e r n e m e n t , à l'amélioration d e la situation d e ce pays si plein d e ressources et c e p e n d a n t si p a u v r e e n c o r e ; et votre d é v o u e m e n t trouvera, n'en doutez point, sa r é c o m p e n s e d a n s la gratitude d u pays m ê m e . « En n o u s félicitant d e voir arriver a u p r e m i e r r a n g d u corps judiciaire u n magistrat qui a déjà servi d a n s u n des p r e m i e r s tribunaux d e la Métropole, n o u s s o m m e s persuadés q u e notre légitime satisfaction sera partagée p a r les habitants d e la G u y a n e . « D a n s la ville q u e v o u s venez d e quitter, v o u s avez e u s o u v e n t occasion d e connaître et d'apprécier le caractère créole ; v o u s savez d o n c déjà toutes les qualités des populations a u milieu desquelles v o u s venez exercer le m a n d a t i m p o r t a n t q u e v o u s a confié le G o u v e r n e m e n t d e la R é publique. V o u s avez, p o u r le b o n h e u r d e ces populations, u n e mission a remplir : v o u s n'y faillirez pas, M o n s i e u r le Président, car cette mission est d i g n e d e l'ambition d'un esprit élevé. « Ai-je besoin d e v o u s dire q u e v o u s pourrez toujours, d a n s l'exercice d e vos fonctions, c o m p t e r sur le c o n c o u r s e m p r e s s é des magistrats q u i vous entourent?


6

« Éloignés d e la M é t r o p o l e et privés des dernières lois p r o m u l g u é e s e n F r a n c e , d o n t le bienfait a été pourtant é t e n d u à la plupart des colonies françaises, notre tâche est s o u v e n t pénible, parce q u e n o u s a v o n s a appliquer u n e législation qui r é c l a m e d e profondes modifications. N o u s n o u s réunirons a u t o u r d e v o u s , M o n s i e u r le Président, p o u r faire p r o fiter les justiciables des conseils d e votre expérience. « Laissez-moi ajouter q u e v o u s trouverez ici u n b a r r e a u toujours exact a l'accomplissement d e ses devoirs. Bien q u e le décret d u 16 août 1 8 5 4 l'ait placé d a n s u n e situation a n o r m a l e , e n o r d o n n a n t q u e les magistrats absents o u e m p ê c h é s soient r e m p l a c é s par l'appel d ' u n o u d e d e u x fonctionnaires o u anciens fonctionnaires m e m b r e s d u collège des assesseurs, les avocats et les a v o u é s qui ont l'honneur d e plaider d e v a n t cette C o u r seront toujours h e u r e u x d e voir se resserrer les liens qui les unissent à la magistrature. C h e z e u x c o m m e chez n o u s v o u s trouverez, M o n s i e u r le Président, le m ê m e zèle, le m ê m e désintéressement, le m ê m e a m o u r d e la justice d a n s l'exercice des fonctions q u e la loi n o u s confie. »

M . le Président prend ensuite la parole et p r o n o n c e le discours qui suit : « Messieurs, « E n prenant possession des fonctions q u e je dois à la bienveillance des é m i n e n t s Ministres q u i dirigent les D é p a r t e m e n t s d e la m a r i n e et d e la justice, m o n p r e m i e r devoir est d e leur e x p r i m e r m e s sentiments d e p r o f o n d e gratitude. « C'eût été p o u r la magistrature u n g r a n d h o n n e u r q u e d e voir le C h e f d e la colonie user d e l'une d e ses plus belles prérogatives e n se r e n d a n t a u milieu d'elle présider cette séance. L a m a n i è r e d o n t il vient d ' e x p r i m e r ses regrets m ' a v i v e m e n t é m u ; aussi, d e crainte d e blesser sa modestie, je n'évoquerai pas le souvenir d e sa l o n g u e et brillante carrière militaire et des services qu'il a r e n d u s a u x colonies et d o n t la G u y a n e n e tardera p a s à apprécier le m é r i t e ; il m e suffira d e rappeler qu'il appartient à cette belle a r m e d e l'infanterie d e m a r i n e q u i toujours b r a v a n t les d a n g e r s des climats intertropicaux, après avoir p r o d i g u é s o n s a n g sur les c h a m p s d e bataille d o la C r i m é e , d e la C h i n e , d e la C o c h i n c h i n e , d u Sénégal et d u M e x i q u e , vient d e se couvrir d e gloire d a n s cette dernière et fatale guerre contre la Prusse, e n d o n n a n t a S e d a n , sous les m u r s d e Paris, a l'armée d u N o r d , d e l'Est et d e l'Ouest, côte à côte avec les héroïques m a r i n s , l'exemple d u d é v o u e m e n t , d e la discipline, d u c o u r a g e et d ' u n e a r d e u r invincible. « E n présence d e l'empressement avec lequel les autorités et les prin-


7

cipaux fonctionnaires d e la colonie, les représentants d u clergé, d e l'armée, d e la m a r i n e et d e l'administration, o n t bien voulu, p a r leur présence d a n s cette enceinte, m e d o n n e r les m a r q u e s d ' u n e s y m p a t h i e d o n t je conserverai toujours le souvenir, qu'il m e soit p e r m i s , e n leur adressant m e s r e m e r c î m e n t s , d'espérer p o u v o i r entretenir bientôt avec e u x des relations plus intimes, q u i n o u s permettront, par n o s efforts c o m m u n s , c h a c u n d a n s notre s p h è r e d'attributions, d e contribuer a u d é v e l o p p e m e n t d e la prospérité d e cette belle colonie. « Il est impossible q u e sous la direction habile et e x p é r i m e n t é e d e notre n o u v e a u G o u v e r n e u r , n o u s n e puissions p a s concevoir l'espérance q u ' u n e nouvelle ère d e progrès va c o m m e n c e r . « D a n s les phases critiques q u e notre c h è r e patrie traverse, n o u s a v o n s tous besoin, si éloignés q u e n o u s s o y o n s d e la Métropole, d e n o u s u n i r e n s e m b l e , d e conserver entre n o u s u n e parfaite h a r m o n i e , à l'effet d e maintenir l'ordre et le respect d e l'autorité sans l'égide desquels la liberté, q u i seule peut servir a fonder des institutions durables, n e saurait fleurir et prospérer. « Je n'essaierai pas d e v o u s dire, m e s chers collaborateurs, tout ce q u e je ressens, a u f o n d d u c œ u r , d e l'accueil q u e v o u s m e faites. C e serait v o u s parler d e m o i . I n c o n n u d a n s la magistrature coloniale, ce n'est qu'à l'œuvre q u e v o u s p o u r r e z m e juger, lorsque je mettrai e n pratique m o n p r o g r a m m e q u i sera toujours : Faire aimer et respecter la justice.

« Je m'efforcerai d e m a r c h e r , v o u s p o u v e z e n être assurés, sur les traces d e s é m i n e n t s magistrats q u i m ' o n t p r é c é d é sur ce siège et d o n t M . le P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e , avec le talent qui le distingue, vient d'évoquer les précieux souvenirs. « Je sais tout le f o n d q u e je puis faire sur les magistrats distingués q u e je m ' h o n o r e d'avoir à m e s côtés et d o n t je connais les longs services ; e n é c h a n g e d e leur confiance, ils p e u v e n t c o m p t e r sur m o n d é v o u e m e n t . « D a n s l'accomplissement d e m a mission si difficile et délicate d e chef d e service, c o m m e je sais le zèle, l'exactitude et le d é v o u e m e n t q u e tous les magistrats d e ce ressort apportent d a n s l'exercice d e leurs fonctions, ils p e u v e n t être certains q u e j'emploierai tous m e s efforts p o u r faire apprécier et ressortir leurs services a u p r è s d e c e u x q u i seuls p e u v e n t les r é c o m p e n s e r . « Jaloux d'assurer u n e exacte discipline p a r m i les officiers publics, je veillerai a u m a i n t i e n des b o n n e s traditions p a r lesquelles se r e c o m m a n d e n t ici les auxiliaires d e la justice, et a u besoin je les défendrais contre d'injustes attaques avec le m ê m e esprit d e décision q u i m a r q u e r a i t m a sévérité le jour o ù j'aurais à leur reprocher d e s abus.


-

8

« Permettez, messieurs, qu'avant d e m e d o n n e r tout a vous, m o n souvenir se reporte sur c e u x q u e je viens d e quitter, vers cette belle F r a n c e si d o u l o u r e u s e m e n t é p r o u v é e , d a n s laquelle j'ai exercé m e s fonctions judiciaires et o ù j'ai trouvé d e si c h a u d e s et n o m b r e u s e s s y m pathies. Q u e m e s collègues d e tous les t r i b u n a u x o ù j'ai milité et particulièrement c e u x d u tribunal d e Nantes, d o n t je n'ai p u m e séparer sans un p r o f o n d s e r r e m e n t d e c œ u r , reçoivent, ainsi q u e tous les a m i s q u e je laisse p a r delà l'Atlantique, ce dernier adieu q u e je leur envoie, hélas, d e si loin ! M a i n t e n a n t je dois arrêter m e s regards sur cette colonie d e la G u y a n e d a n s laquelle j'espère l o n g t e m p s exercer m e s fonctions judiciaires. Q u a n d o n a v u la prospérité des contrées q u i n o u s touchent, il est impossible d e n e pas croire q u e le tour d e la G u y a n e française n e doit pas tarder a arriver. C o m m e o n c o m p r e n d l'enthousiasme des p r e m i e r s colons q u i a b o r dèrent sur ces rives, à l'aspect d u spectacle merveilleux d e cette végétation luxuriante q u i n e se repose jamais, d e ces splendides forêts vierges q u i recèlent tant d'arbres utiles et i n c o n n u s , d e ce sol qu'il suffit d'ouvrir p o u r qu'il v o u s d o n n e tous les produits agricoles et toutes les richesses m i n é r a l o g i q u e s q u i tentent c e u x q u i veulent arriver p r o m p t e m e n t à la fortune. « C'est avec juste raison q u ' o n avait désigné autrefois la G u y a n e s o u s le b e a u n o m d e France équinoxiale; car si le m o u v e m e n t d e l'immigration et d e la colonisation avait été c o n d u i t avec intelligence et persévérance, elle serait d e p u i s plus d'un siècle la plus belle colonie d e la Métropole. — N e désespérons pas d e l'avenir d e ce p a y s ; il p r e n d r a bientôt u n e place i m p o r t a n t e d a n s le g r a n d m o u v e m e n t d e la civilisation. — P o u r le favoriser, il faut q u e l'union et l'entente existent entre tous les habitants et fonctionnaires d e la colonie. Il faut, e n présence d u but c o m m u n a u q u e l o n doit atteindre, m o n t r e r u n véritable patriotisme e n faisant a b n é g a t i o n d e ses sentiments personnels. « P u i s q u e la colonie est appelée à faire e n t e n d r e sa voix a u milieu d e s représentants d e la France, elle doit se servir d e l'exercice d e ce droit avec intelligence, e n évitant toutes les occasions et les causes d'agitation q u i pourraient c o m p r o m e t t r e s o n avenir à tout jamais, et n e penser u n i q u e m e n t q u ' a u m o y e n d'assurer le d é v e l o p p e m e n t d e s o n c o m m e r c e , d e s o n agriculture et d e s o n industrie. « Il m'est impossible d e n e pas, a v e c v o u s , envisager et étudier l'organisation toute spéciale d o la magistrature à la G u y a n e , afin d e b i e n définir les attributions des diverses juridictions et des différents m a g i s -


9

trats, cl d e prévenir des conflits toujours déplorables d a n s l'intérêt d e la b o n n e administration d e la justice. « V o u s savez q u e ce fut vers 1 8 2 7 q u ' u n C o m m i s s a i r e d e justice était e n v o y é d e F r a n c e a u x colonies avec mission d e rechercher les m o y e n s à p r e n d r e p o u r r a p p r o c h e r autant q u e possible l'organisation judiciaire des colonies d e celle d e la M é t r o p o l e . — D è s ce m o m e n t existait cette idée qui n'a fait q u e s'affirmer et grandir d e jour e n jour, q u i tend à u n e assimilation, à u n e fusion c o m p l è t e d e la magistrature coloniale avec celle métropolitaine. « L e 24 d é c e m b r e 1828, parut l ' o r d o n n a n c e royale q u i régla l'organisation d e la magistrature à la G u y a n e , e n instituant à C a y e n n e u n e C o u r royale, u n T r i b u n a l d e p r e m i è r e instance et u n e Justice d e paix. « L a C o u r royale se c o m p o s a d e sept Conseillers et d'un Conseiller auditeur, d a n s le but d'assurer l'autorité des décisions qu'elle aurait à r e n d r e p a r le n o m b r e des magistrats qui devaient y participer. « U n P r o c u r e u r général, ayant les attributions é t e n d u e s et définies par le c o d e d'instruction criminelle et les o r d o n n a n c e s coloniales, c o n centrait entre ses m a i n s la direction de l'action p u b l i q u e et des affaires criminelles, la surveillance de l'exécution d e s lois, la discipline des officiers ministériels et des magistrats, et avec sa qualité d e m e m b r e d u Conseil privé et d e C h e f d u service judiciaire, il avait des fonctions si bien réglées q u ' a u c u n prétexte d e conflit n e pouvait surgir. « L e T r i b u n a l d e p r e m i è r e instance était constitué avec u n Président, u n Lieutenant d e juge et d e u x Juges auditeurs. « Ces institutions judiciaires fonctionnèrent jusqu'au 4 6 a o û t 1 8 5 4 , é p o q u e à laquelle, d a n s u n b u t d ' é c o n o m i e , ainsi q u e l'énonce les motifs d u décret, tout e n réduisant à sa plus simple expression le personnel des magistrats, o n crut devoir modifier la constitution n o r m a l e d e la C o u r , ainsi q u e la p r o c é d u r e criminelle d e la G u y a n e . « Les fonctions d u P r o c u r e u r général furent s u p p r i m é e s et le P r é sident d e la C o u r devint C h e f d u service judiciaire, et, e n cette qualité, chargé d'exercer toutes les attributions administratives et d e surveillance conférées a u P r o c u r e u r général. L e P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e d u Trib u n a l d e C a y e n n e et ses substituts reçurent la m i s s i o n d e remplir a u p r è s d e la C o u r les fonctions d u ministère public. « E n indiquant s i m p l e m e n t cette organisation nouvelle et spéciale, o n se r e n d c o m p t e d e la cause d e s conflits incessants qui, d e p u i s bien des a n n é e s , ont surgi d a n s la magistrature d e la G u y a n e , et q u e , p o u r m a part, je ferai, d a n s l'avenir, tous m e s efforts p o u r conjurer, — et j'espère y réussir, grâce a u d é v o u e m e n t d e m e s collègues. — M . le G o u -


10

v e r n e u r , avec sa h a u t e expérience, s'est é m u d e cette situation, le Conseil m u n i c i p a l et le Conseil privé s'y sont, je crois associés, et se p r o p o s e n t d e d e m a n d e r a u G o u v e r n e m e n t des modifications sur lesquelles v o u s c o m p r e n d r e z q u e , p a r discrétion, je n e dois pas ici m e prononcer. « L a C o u r d e C a y e n n e est souveraine e n m a t i è r e correctionnelle, et soit qu'elle siège à ce titre o u c o m m e C o u r d'assises, elle est saisie dir e c t e m e n t des affaires p a r le P r o c u r e u r d e la R é p u b l i q u e , q u i se trouve c o m p l è t e m e n t maître d e la direction d e l'action p u b l i q u e , m ê m e des affaires q u i o n t été instruites p a r le Lieutenant d e juge, lequel n'a pas, c o m m e en France, l'obligation d e clore ses p r o c é d u r e s p a r u n e o r d o n n a n c e quelconque. « Voici e n c o r e u n e f o r m e d e p r o c é d e r q u i d e m a n d e peut-être q u e l q u e s modifications q u i n'ont pas é c h a p p é a votre sagacité. « Enfin, il importerait q u e le T r i b u n a l d e C a y e n n e d o n t v o u s c o n naissez l'importance qui, d a n s ce m o m e n t , est présidé p a r u n magistrat aussi instruit qu'éclairé, lequel siège seul, c o n f o r m é m e n t a u décret d u 1 6 a o û t 1 8 5 4 , q u i fait exception à c e u x q u i régissent les autres colonies, fût modifié e n d o n n a n t a u Lieutenant de j u g e et a u Juge auditeur voix délibérative. « Je v o u s i n d i q u e r a p i d e m e n t les imperfections q u i v i e n n e n t d e frapper m e s y e u x d a n s l'organisation judiciaire d e la G u y a n e ; — m a i s r a p p e l o n s - n o u s toujours q u e n o u s s o m m e s magistrats a v a n t tout, et q u e n o u s n ' a v o n s pas p o u r m i s s i o n d e discuter les lois, et q u e , si défectueuses q u e pourraient paraître celles q u e n o u s p o s s é d o n s , n o u s d e v o n s d o n n e r tout n o t r e talent, notre sagacité, notre travail, notre abnégation, p o u r e n faire la plus juste et la plus saine application. « Je p e n s e qu'en n o u s pénétrant bien d u b u t a u q u e l n o u s d e v o n s arriver, et n o u s efforçant c h a c u n d e rester d a n s les limites étroites des attributions q u i n o u s sont tracées, évitant les susceptibilités inutiles, les tracasseries (odieuses, m e t t a n t d e côté notre a m o u r - p r o p r e , envisageant n o t r e belle et sainte m i s s i o n p a r s o n caractère élevé, n o u s faisant les concessions compatibles avec le s e n t i m e n t de notre dignité et la délimitation intelligente d e n o s fonctions, n o u s arriverons à r e h a u s ser l'éclat et l'autorité d e n o s décisions e n faisant a i m e r , h o n o r e r et respecter la justice. « L a justice, messieurs, est le p r e m i e r besoin des peuples et le plus puissant lien des sociétés h u m a i n e s . « L ' h o m m e lui doit la liberté d e sa p e r s o n n e , la s a u v e g a r d e d e s o n h o n n e u r , la sécurité et la protection d e sa propriété.


– 11

_

« Aussi, n o u s q u i s o m m e s investis d e la mission d'en être les dispensateurs, quelle charge lourde et difficile a v o n s - n o u s à r e m p l i r ! « Qu'elle est a d m i r a b l e p a r la g r a n d e u r qu'elle présente ! « Qu'elle est effrayante p a r la vertu qu'elle exige et p a r la responsabilité qu'elle i m p o s e ! « N o u s d e v o n s assurer le r è g n e des lois et la paix entre les citoyens ; tracer à c h a c u n d'une m a n i è r e impartiale et f e r m e la limite d e ses droits et d e ses devoirs ; rester impassible a u milieu d u c h o c d e s passions et l'agitation des partis; braver a u besoin la puissance et secourir la faiblesse; flétrir et r é p r i m e r l'injustice e n q u e l q u e lieu qu'elle se place et sous q u e l q u e m a r q u e qu'elle se c o u v r e ; raffermir la m o r a l e p u b l i q u e e n frappant c e u x q u i l'ont offensée ; protéger et faire respecter la religion sans laquelle les nations n e sauraient grandir et prospérer ! « S'il n e n o u s est pas p e r m i s d e n o u s élever à ces h a u t e s sphères o ù l'histoire a placé les d e T h o u , les M o l é , les D a g u e s s e a u et les autres magistrats des siècles passés qui ont illustré la magistrature parce qu'ils avaient u n i m m e n s e talent rehaussé p a r u n g r a n d caractère, s o u v e n o n s n o u s toujours d e cet e n s e i g n e m e n t s u b l i m e d u g r a n d Michel d e l'Hôpital, le Ministre intègre, le sujet fidèle, l'ennemi des partis, le pacificateur des passions, l'éloquent apôtre d e l'impartialité, lorsqu'il disait : « Si vous ne vous sentez pas assez forts et assez justes pour commander vos passions et aimer vos ennemis comme Dieu l'ordonne, abstenez-vous de l'office de juge. » « S u i v o n s les préceptes d u chancelier Daguesseau, la g r a n d e figure d e s parlements : Ayons l'esprit de discipline qui fait la force de chacun en constituant la dignité de la compagnie, et surtout pratiquons l'amour de notre état, parce qu'il conduit à l'aspiration des vertus qui lui sont nécessaires et de la science qui forme le jugement et le sens judiciaire. » « Messieurs les Avocats et A v o u é s , « N o t r e fraternité d'origine, notre t e n d a n c e vers le m ê m e but, notre coopération à la m ê m e œ u v r e , f o r m e le plus puissant lien qui v o u s rattache à n o u s . « Q u o i q u e v o u s n e puissiez pas acquérir le r e n o m d e v o s collègues d e France, plusieurs d'entre v o u s les égalent e n talent. « Soyez toujours notre puissant auxiliaire et éclairez n o s arrêts p a r la patience d e vos recherches et la l u m i è r e d e vos discussions. « V o u s p o u v e z c o m p t e r sur m o n d é v o u e m e n t et m o n c o n c o u r s , parce q u e je sais d'avance, qu'en unissant vos sentiments a c e u x d e la magistrature, v o u s d o n n e r e z l'exemple d e l ' a m o u r de votre état, d e l'esprit d e discipline et d u respect d e la loi. »


12

e

M H o c q u e , avocat et d o y e n d u barreau, ayant d e m a n d é et o b t e n u la parole, p r o n o n c e l'allocution suivante : « Monsieur le Président, « Monsieur le Procureur de la République, « Messieurs de la Cour, « Messieurs, « C'est avec une émotion bien légitime que je prends inopinément la parole pour répondre en quelques mots aux discours que nous venons d'entendre. « Aussi, fier d'être aujourd'hui l'interprète des sentiments de m e s confrères, n'ai-je qu'une crainte : ne remplir que très-insuffisamment m a tâche improvisée. « Votre indulgence, Messieurs, m'est donc déjà acquise, je l'espère. « Oui, Monsieur le Président, soyez le bienvenu parmi nous, c o m m e l'a si bien dit tout à l'heure M . le Procureur de la République. « Soyez le bienvenu, car avant votre arrivée, nous savions que vous étiez à la hauteur de vos éminents prédécesseurs dont les n o m s ont été cités. « Vous avez bien voulu, Monsieur le Président, joindre l'autorité de votre parole sympathique à celle d u Chef du parquet pour exprimer votre bienveillance et votre confiance à l'égard du barreau. « Permettez-moi, Messieurs, de dire à m o n tour que si le barreau, qui s'honore de faire partie de la grande famille judiciaire, compte sur votre protection, la magistrature entière, de son côté, peut être assurée de notre respect et de notre dévouement sans bornes. » A p r è s c e discours, la séance est levée.

CAYENNE. — Imprimerie du Gouvernement.


Installation de M. Bernède, président de la cour d'appel chef du service judiciaire  

Auteur : Loubère / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you