Issuu on Google+

MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Conseil général de la Guyane


ANNALES DE LA

PROPAGATION DE LA FOI.

MANIOC.org Conseil général de la Guyane


Avec approbation des Supérieurs.

LYON. - IMPR. DE J.E.PÉLAGAUD.


ANNALES DE

LA

PROPAGATION DE LA FOI. RECUEIL

DES

PERIODIQUE

DES LETTRES DES ÉVÊQUES ET DES MISSIONNAIRES MISSIONS DES DEUX MONDES, ET DE TOUS LES DOCUMENTS RELATIFS AUX MISSIONS ET A L'ŒUVRE DE LA PROPAGATION DE LA FOI.

COLLECTION FAISANT SUITE AUX LETTRES ÉDIFIANTES.

TOME

VINGTIÈME.

A LYON, C H E Z L'EDITEUR D E S A N N A L E S , Rue d u Pérat , n° 6. 1848.


5

MISSIONSDELA MONGOLIE.

Lettre de M. Gabet, Missionnaire Lazariste en Mongolie, à

M. Etienne, Procureur-général des Lazaristes à

Paris ( 1 ) . T a r l a n e , juin 1 8 4 9 (2).

« MONSIEUR ET TRÈS-CHER CONFRÈRE ,

« Je vous parlais, dans une de m e s dernières lettres, d'un voyage q u e je venais de faire dans le nord de la Tartarie ; je n'entrais alors dans presqu'aucun détail,

(1) M. Etienne , aujourd'hui Supérieur général était alors Procureur-général de sa Congrégation.

des Lazaristes ,

(2) N o u s devons expliquer à nos lecteurs c o m m e n t il a pu s'écouler plus de cinq années entre la date de celte lettre et sa publication. P a r venue à son adresse vers lafinde 1 8 4 2 , elle fut c o m m u n i q u é e à u n personnage qui la relégua dans ses cartons, où elle serait encore ensevelie , si l'auteur, dont nous avons r é c e m m e n t annoncé le retour en France, ne l'avait retrouvée en compulsant d'autres mémoires également oubliés. D u reste , le manuscrit a peu perdu à paraître si lard dans nos Annales : les soliludes où il nous promène , n'ayant pas été explorées depuis , ont encoie le m ê m e attrait de nouveauté , les scènes qu'il décrit ont tout le charme de l'inconnu, et en dépit d'une date déjà ancienne , on peut dire que son intérêt n'a pas vieilli. TOM. XX. 116. JANVIER. 1848.

1.


6 m e réservant de le faire quand m e s occupations m'en donneraient le loisir. Maintenant que j'ai quelques jours de repos, en attendant le m o m e n t de partir pour une nouvelle Mission , je vais tâcher de vous dire , de m o n itinéraire , ce que je croirai propre à vous intéresser. « V o u s avez sans doute eu connaissance de la conversion d e deux L a m a s Mongols , que l'on n o m m a l'un Pierre et l'autre Paul à leur baptême. Heureux des bénédictions que Dieu accordait à nos travaux , nous résolûmes de mettre incontinent la main à l'œuvre, pour ouvrir une Mission chez les Mongols ; mais préalablem e n t nous désirions avoir quelques renseignements sur un pays et des peuples si inconnus , si différents de tout ce q u e nous avions vu et entendu dire des autres nations auxquelles l'Evangile a été annoncé. O r , ces renseignements personne ne pouvait nous les donner tels que les appelaient nos désirs. « Cette raison fut la principale de celles qui m e firent résoudre à ce voyage , et m e déterminèrent, quoi qu'on pût m e dire des dangers à courir dans une excursion si aventureuse , a m'enfoncer le plus loin que je pourrais dans ces solitudes immenses , pour examiner les choses par m o i - m ê m e . « J'envoyai Paul à Tchang-kia-keou avec ordre de m e louer des dromadaires ; il m e trouva ceux d'une caravane mongole qui était d u r o y a u m e de Souniout , c o m posée d'une dixaine de c h a m e a u x , et conduite par d e u x L a m a s qui étaient frères. Je m'étais procuré , en les attendant , les objets nécessaires pour voyager dans ces solitudes : u n e tente, une chaudière, des clous énormes dont on se sert pour fixer en terre les bords du pavillon où s'abrite le voyageur , u n marteau , u n vase en bois propre à porter de l'eau , et une pèle pour creuser des puits au besoin.


7 « La caravane vint m e prendre le 1 0 juillet ; je m o n tai sur u n dromadaire , et nous partîmes u n peu après midi. Q u a n d je m e sentis balancé sur cet animal qui servait autrefois d e monture aux patriarches , je fus pris d'émotions et de serrements de c œ u r qu'il m e serait difficile d'exprimer. La m a r c h e était lente , silencieuse et mélancolique. N o u s avancions à pas comptés vers u n e m o n t a g n e qui sépare les c h a m p s cultivés des terres désertes. « M e voyant alors près d e m'engager dans ces pays inconnus o ù rien dans les habitants , les m œ u r s , la m a nière de vivre et d e voyager , ne ressemblerait à ce q u e j'avais vu jusqu'alors, et n'ayant d'autre appui q u e la Providence , je répétai dans le fond d e m o n c œ u r la prière de Jacob partant pour la Mésopotamie : « Daigne le Seigneur être avec m o i et m e garder dans la route où je m'engage ; puisse-t-il m e donner d u pain à m a n g e r au désert, u n vêtement pour m e couvrir , et m e r a m e n e r sain et sauf I » « N o u s e û m e s bientôt fait connaissance avec nos conducteurs. C'étaient d e u x bons L a m a s , simples , laborieux , qui passaient leur vie ou à conduire des caravanes , o u à paître leurs troupeaux ; ils ne s'enquirent pas trop d u motif de notre v o y a g e , et au bout de quelques lieues n o u s fûmes bons amis. L e soleil était près d e se coucher, q u a n d nous arrivâmes a u pied de la m o n tagne ; le chef d o n n a l'ordre d e s'arrêter. Voici c o m m e n t ces haltes se pratiquent. Q u a n d o n approche d u lieu o ù l'on veut c a m p e r , le chef prend les devants , et va chercher u n endroit propre à fixer les tentes : l'a-t-il trouvé , il attend immobile. Alors le reste de la caravane va à lui , et se dispose à l'entour d e manière à form e r u n cercle dont le guide est le centre, et tous les dromadaires , rangés à la file , forment la circonférence ; il


8 crie : Boo (descendez), et chacun tiraille le cordon passé dans la narine de son c h a m e a u en répetant sok, sok (à genoux, à genoux). L'animal s'accroupit aussitôt; on descend , on délivre les dromadaires de leur charge, après quoi on les chasse au hasard ; ils vont chercher leur pâture où ils peuvent , et on ne s'occupe plus d'eux. « Alors rien de plus pressé q u e de dresser la tente , et dès qu'elle est tendue les uns vont chercher de l'eau, les autres allument le feu , ou ramassent d u bois sec pour l'alimenter ; on prépare ensuite son frugal repas avec les provisions qu'on a apportées, car dans ces plaines inhabitées il ne faut s'attendre à en trouver d'aucun genre. « Pendant que m e s deux néophytes s'occupaient à faire cuire le riz, j'allai m'agenouiller sur u n petit tertre qui dominait les tentes , pour faire m a prière. Je vous assure que je n'eus pas besoin de beaucoup d'efforts pour m e recueillir : il était déjà minuit : le silence , les ténèbres , la solitude, tout concourait à dépouiller l'âme des distractions ordinaires de la vie , et à lui former c o m m e u n sanctuaire profond, où elle se trouvait seule avec Dieu. Je soupai de bon appétit. U n e peau de bouc , étendue sur la terre, fut m a couche , et je dormis d'un sommeil paisible et profond. U n e légère brise, qui faisait vibrer le bord de la tente , m e reveilla le matin ; je m e levai le c œ u r plein de joie et animé de je ne sais quelle ardeur nouvelle ; il m e semblait que je venais de prendre possession, au n o m d u Seigneur Jésus, d'un pays qui jusqu'alors avait été tyrannisé par le d é m o n . Les dangers , la fatigue et la longueur d u voyage où je m e voyais engagé , au lieu de m'inspirer de l'effroi, ne faisaient que redoubler m o n courage. « L e jour commençait à poindre : le chef s'éveilla ; aussitôt il poussa un cri qui fut pour le reste de la troupe


9 le signal d u lever ; les d e u x frères L a m a s allèrent à la recherche des dromadaires, qu'ils trouvèrent accroupis , épars çà et là , suivant leur capricieuse habitude. O n les r a m e n a a u c a m p , la tente fut ployée , en u n instant tout fut prêt ; les a n i m a u x chargés , chacun se replaça sur sa monture , et nous reprîmes notre route. « N o u s avancions d u midi a u nord , déclinant u n p e u vers l'orient, à travers le pays appelé Chahar (1). Cette partie d e la Mongolie méridionale s'étend d u levant a u couchant depuis le 1 2 1 degré jusqu'au 1 3 9 ( 2 ) , et d u midi a u nord depuis la grande muraille jusqu'aux terres e

e

d u Souniout et d e Kechektan.L e Chahar est habité p a r

huit bannières , qui forment la réserve des a r m é e s i m p é riales. C'est la patrie d u néophyte Paul ; sa famille est enrôlée sous la bannière jaune. C e s soldats sont les descendants des Mantchoux qui aidèrent la dynastie actuelle à s'emparer d e la Chine. P o u r les récompenser et les attacher d e plus en plus à sa personne, l'empereur leur d o n n a le pays dont je viens d e parler , qui alors, dit-on , était tout-à-fait d é p o u r v u d'habitants. Ils sont

(1) Il nous s e m b l e utile de rappeler ici u n e observation déjà consignée dans les Annales ; c'est q u e , dans l'impossibilité o ù nous s o m m e s de contrôler tous les n o m s des pays cités par les missionnaires , nous nous bornons à les reproduire scrupuleusement tels qu'il nous est donné de les lire dans leur correspondance , en laissant à chaque écrivain la responsabilité de son orthographe. O n comprendra cette réserve de notre p a r t , si l'on veut bien réfléchir 1 ° à la difficulté de rectifier des documents authentiques , d'après des caries dont aucune n'est normale et qui toutes ont leurs variantes ; 20 à l'inconvenance d e donner p o u r j u ges à des missionnaires qui sont sur les lieux , des géographes qui n e s'entendent pas, et qui, m ê m e entre les plus estimes et sur les n o m s les plus connus , ne savent pas se mettre d'accord. (2) Il est probable que M. Gabet s'est servi de l'ancien passant par l'Ile-le Fer.

méridien,


10 tous censés soldats dès leur naissance , et c o m m e tels reçoivent la paie militaire , à moins qu'ils ne se fassent Lamas. « Notre marche s'effectuait à travers le pays de la bannière rouge , préposée à la garde des troupeaux de l'empereur. Il y en a de toute espèce et en prodigieuse quantité : on compte plus de trois cents groupes de chevaux , de douze cents chacun ; plus de cent bandes de dromadaires , de mille par troupeau ; quant aux bœufs et aux moutons, ils sont innombrables. L e Chahar, sauf une lisière de vingt ou trente lieues de largeur, qui borde la grande muraille , est inculte et inaliénablement assigné pour patrimoine aux huit bannières. Ces Tartares y vivent sous la tente, d u laitage de leurs troupeaux et du revenu de leur solde. Quelques tribus se livrent à l'agriculture , mais à une agriculture n o m a d e c o m m e ce peuple. La terre n'appartient à personne , ou plutôt elle est le domaine de tous ; chacun va ouvrir son sillon à l'endroit qui lui plaît, sans que nul y trouve à redire : il en cultive aussi long et aussi large qu'il veut. L'année suivante , libre à lui de labourer le m ê m e c h a m p , ou de s'en aller en défricher un autre , si le caprice ou l'intérêt le poussent à jeter ailleurs la semence , espoir de sa récolte. D e temps à autre l'empereur d é m e m b r e quelque partie d u pays des huit bannières , pour en faire l'apanage de ceux qu'il crée princes ou rois. Cesfiefs,en général peu considérables , joignent pour la plupart la grande muraille , et sont presque les seules terres m o n goles où il soit permis aux Chinois d'habiter et de se livrer à la culture. Les milices du Chahar sont réputées les meilleures troupes de l'empire. Depuis la conquête de la Chine par les Tartares-mantchoux , ces soldats n'avaient jamais été obligés de tirer le glaive , et toutes les guerres s'étaient terminées sans qu'on eût besoin de les


11 employer ; celte année ( 1 8 4 2 ) , OH est venu troubler et interrompre leur long repos , p o u r les faire marcher contre les Anglais. L e hasard voulut q u e je fusse présent à leur départ. « A u retour d'un voyage q u e je fis au printemps dernier , dans les régions occidentales de la Mongolie , voyant m e s dromadaires fatigués et attirés par la bonté des pâturages , je m'étais arrêté dans u n c a m p de la bannière bleue , pour m'y reposer quelques jours. C e fut précisément pendant q u e j'étais là, qu'arriva le tchédze de l'empereur , c'est-à-dire , l'ordre a u x soldats de partir. D e u x cavaliers, porteurs d e cet ordre, couraient, toujours au grand galop , d e lente en lente , appelant les guerriers sous les armes. P o u r des gens qui depuis neuf à dix générations n'avaient rien vu o u entendu de p a reil , leur promptitude à obéir fut admirable ; on alla à la recherche des chevaux épars çà et là dans la plaine ; ceux qu'on avait conduits au labour , laissant le sillon à d e m i f o r m é , furent dételés aussitôt, et les charrues jetées d e côté c o m m e des m e u b l e s désormais inutiles ; tous les h o m m e s ne pensaient qu'au d é p a r t , ne parlaient q u e de c o m b a t ; on eût dit u n e division de cavalerie qui entend sonner le rappel. C e s pays si longtemps paisibles , silencieux et pour ainsi dire ensevelis dans u n profond engourdissement , venaient tout-à-coup d'être ébranlés et bouleversés par u n cri de guerre , c o m m e l'Océan se réveille et s'agite a u x rugissements d'un orage ; ce n'était de toutes parts q u e m a r c h e s et contre-marches ; d u s o m m e t de c h a q u e colline , d u fond d e chaque vallée, on voyait apparaître des troupes de bergers transformés en soldats ; ils s'appelaient, se groupaient et s'acheminaient sans le m o i n d r e retard vers le lieu d u rendez-vous. « L e c a m p , où je m'étais arrêté, se composait de


12 quatre familles dont les chefs étaient frères ; les voyant près de partir , je les invitai à u n banquet d'adieu dans la tente où ils m'avaient donné l'hospitalité. A voir leur gaîté et leur belliqueuse ardeur , on les eût pris pour des soldats nés dans les c a m p s et nourris dans les b a tailles. « L e saint maître, disaient-ils (c'est ainsi qu'ils « appellent l'Empereur) , le saint maître nous nourrit « pendant des siècles pour q u e nous le servions u n ins« tant ; serions-nous des h o m m e s , si nous hésitions à « tout quitter pour voler à sa défense ? » Les pleurs de leurs épouses, d e leurs enfants, de leur vieille m è r e qui existait encore , les attendrissaient sans ébranler leur résolution : ils s'éloignèrent avec u n gros détachement de leur tribu. L'ordre d u départ était arrivé bien après le lever d u soleil ; à midi tout était loin ; tout ce fracas , ces commotions électriques avaient passé c o m m e u n tourbillon de poussière , poussé par le vent, et tout le pays était rendu à son silence et à son repos accoutumé. « Ces soldats, groupés chacun autour d u chef de leur tribu respective , furent dirigés vers la grande muraille, qu'ils passèrent à Tchang-kia-keou , à dix lieues de Sivang. Là , dans une revue générale q u e l'onfitdes huit bannières réunies, o n renouvela une cérémonie sanglante et barbare , usitée, dit-on, d e temps immémorial parmi ces peuples quand ils marchent au combat : on immola u n cavalier , et tous les autres , depuis le simple soldat jusqu'au c o m m a n d a n t des huit bannières , vinrent tremper le bout de leurs lances dans son sang encore fumant. C e sacrifice accompli, ils précipitèrent leur course vers Pékin. « Je reviens au récit de m o n voyage. Le troisième jour de marche , nous arrivâmes dans le pays de Effe, qui est la principauté d u gendre de l'empereur. Sous le règne


13 d e Kia-king , père d e l'empereur actuel , cet état fut d é m e m b r é d u territoire d e la bannière rouge , pour servir d'apanage à u n roi tartare. C e prince, n é parmi les Halchas , étaient descendu à Pékin pour voir les splendeurs d e la cour ; l'empereur lui d o n n a sa fille en m a riage et lui bâtit u n palais magnifique tout près d u sien ; et tout cela p o u r l'attacher plus étroitement à sa fortune, car c'est u n e m a x i m e politique d e la dynastie actuelle d e n e point créer d e rois a u midi d e la Chine, et d e contracter d e nouvelles alliances dans le Nord. Mais le prince tartare n e put s'habituer a u tumulte de la capitale : les fêtes, les plaisirs, le luxe d e la cour impériale ne p o u vaient le distraire d e la pensée de sa patrie ; tout entier a u souvenir d e ses troupeaux et d e sa solitude il songeait sans cesse à retourner fixer son séjour , ou plutôt p r o m e n e r sa tante, dans les plaines o ù avaient vécu ses pères. S o n épouse , a u contraire , n e pouvait se résoudre à quitter ses palais pour aller habiter a u milieu des bergers , dans des pays que les Chinois appellent barbares. Alors l'empereur, pour satisfaire son gendre sans trop s'éloigner d e safille, lui bâtit une ville sur le territoire d e la bannière rouge , dont il d é m e m b r a u n e partie pour faire à son gendre u n r o y a u m e , o ù il pût , en appelant à lui ses n o m a d e s compatriotes , c a m p e r sous la tente et nourrir ses troupeaux. C'est ainsi q u e cette contrée se trouve aujourd'hui peuplée d e Halchas. « L e s Mongous-halchas passent pour les h o m m e s les plus vigoureux d e la Tartarie ; ils s'exercent presque tous à la lutte , et chaque année ils se rendent en grand n o m b r e à P é k i n , p o u r y disputer le prix des combats gymnastiques, dans les spectacles qu'on d o n n e à l'empereur ; cependant, quoique d e b e a u c o u p supérieurs en force a u x Chinois , ils ont rarement sur eux l'avantage, parce qu'ils sont lourds et gauches dans


14 leurs m o u v e m e n t s . C h e m i n faisant , nous en voyions à chaque instant des groupes s'adonner à cet exercice ; c'était le jeu de tous les enfants que nous aperçûmes. U n e troupe de ces jeunes Tartares attira en particulier notre attention. L'un d'eux qui paraissait tout au plus âgé d e sept à huit ans, ayant remarqué que n o u s avions les y e u x fixés sur lui, et voulant, sans doute, faire parade de la vigueur qu'il avait déjà acquise, saisit un autre lutteur d e sa taille et tout rond d ' e m b o m p o i n t , le souleva c o m m e u n e paille, et se fit u n jeu , pendant que nous passions , d e le jeter en l'air bien au-dessus de sa tête et d e le recevoir entre ses mains. Je tremblais pour cet enfant, jouet d'un si périlleux exercice ; e u x , au contraire, sans en excepter celui qui servait de passe-temps à son ami , ne faisaient qu'en rire et s'en amuser. « Cependant nous poursuivions notre route dans ces déserts , dressant la tente le soir, et la ployant le m a tin. Sous cet abri d'un jour, on se trouve c o m m e dans u n e cellule calme , silencieuse et solitaire; non seulement on n e voit aucune cité se dessiner dans le lointain , ni l'on n'entend jamais ce fracas des voilures , ce bruit des ateliers , ce tumulte des marchés publics qui font c o m m e u n e escorte a u voyageur , et lui rappellent que , m ê m e sous un ciel étranger , il n'est point banni de la société h u m a i n e ; mais l'horizon , dans toute son étendue, est toujours m u e t , toujours vide et mélancolique. D a n s les pays q u e nous parcourions, jamais de paysage qui délasse et réjouisse la v u e , jamais u n courant d'eau qui donne à la nature u n e apparence de vie, jamais une forêt, pas m ê m e u n arbre qui se détache sur ce fond m o n o tone : c'est partout et toujours u n e i m m e n s e et interminable plaine. Rien ne ressemble m i e u x à u n e m e r sans brise et sans vagues , ou à u n ciel qui , en plein jour , serait sans nuages et sans soleil.


15 « O n rencontre d e t e m p s à autre quelques Tartares à cheval ; o n les voit traverser les prairies , sans suivre aucune route tracée, et précipiter leur course vers u n b u t qu'on n'aperçoit point. D a n s ces solitudes tout porte à la méditation et à u n e profonde tristesse : les pleurs viennent facilement aux coeurs les plus difficiles à é m o u voir. Q u e d e fois, lentement balancé entre les deux b o s ses d e m o n c h a m e a u , je sentis m o n visage inondé d e larmes ! q u e de fois , le soir , pendant qu'on dressait la tente , je m e retirai à l'écart pour leur donner u n libre cours ! Quelle i m a g e d e la vie q u e le c a m p e m e n t au désert ! u n e halle de quelques heures, sur l'emplacement o ù vous surprend la nuit ; et ce lieu o ù l'on s'était arrêté le soir sans attache aucune , le matin o n le quille sans regrets , sans y laisser de traces , sans en emporter d e souvenir! « O n conçoit m i e u x , dans cette vie n o m a d e , c o m b i e n devait être vive la foi des patriarches : rien n'y voile la vanité d e la vie , ni n e distrait l'âme d e son néant ; la terre apparaît toujours dans toute sa pauvreté et toute sa tristesse ; o n y chercherait vainement un o m b r a g e contre la chaleur , ou u n arbre contre l'orage, tout semble répéter à l'homme ces paroles d e saint Paul : « Nous n'avons pas ici de demeure permanente, nous en cherchons une à venir ( 1 ) . » .

« L e neuvième jour d e m a r c h e , n o u s sortîmes d u pays de Chakar pour entrer dans le r o y a u m e d e Souniout. Cette contrée est divisée en d e u x zones , gouvernées chacune par u n roi : la partie orientale est plus fertile et abonde en pâturages ; mais la partie occidentale, presq u e partout couverte d'un gravier m e n u , offre l'aspect

(1) Epître aux H é b r e u x , 1 3 , 14.


16 d'une i m m e n s e sablière ; o n y rencontre souvent des mares d'une eau a m è r e et nitreuse ; il y croît aussi çà et là des touffes d'une herbe dure q u e les dromadaires aiment à brouter. L e Souniout est le pays o ù nous vîm e s le plus d e tentes et d'habitants. Population laborieuse , ces Tartares sont toujours en route, soit pour a m e n e r les marchandises des Russes à Tchang-kiakéou , soit p o u r transporter le thé de Chine aux frontières de Russie. « D a n s le Souniout, m e s conducteurs se trouvaient arrivés chez eux : je d u s donc songer à organiser u n e autre caravane. L'envie d'être seul avec les d e u x néophytes Pierre et Paul , m e porta à acheter des d r o m a daires pour pouvoir continuer m o n voyage sans le secours d e guides étrangers , et cette raison m'obligea d e faire une halte d e quelques jours. C a m p é n o n loin d e la famille d e m e s conducteurs, je passai dans u n petit vallon la fête d e saint Vincent d e Paul; c'était justement l'année centenaire d e sa canonisation. L à , assis sur des touffes d'herbes à côté de m a tente , jeté dans le sein d e ces déserts qui semblent destinés à servir d e borne a u m o n d e , seul dans ce ravin d e sable, je m'unis, autant par m e s larmes que par m e s v œ u x et m e s prières, à la p o m p e des fêtes religieuses q u e la Congrégation célébrait alors dans toutes les parties de l'univers. « Pendant ces quelques jours, les parents de m e s guides ne cessèrent d e m e faire des visites , et d e m ' a p porler d u lait, d e la c r ê m e et d u fromage. Celte famille était composée d e cinq frères , dont quatre L a m a s ; le cinquième était u n homme du monde, ainsi qu'ils les appellent , c'est-à-dire qu'il était marié et qu'il portait la queue. L e m o t Lama répond au m o t religieux d e la langue française. C h a q u e famille se fait u n honneur d'en avoir le plus qu'elle peut. D u reste, Il est assez, facile


17 d'atteindre à celle dignité , il s'agit simplement pour la plupart de se raser la tête et de vivre dans le célibat ; quelques-uns seulement étudient les prières et résident dans les pagodes. L'aîné des cinq frères dont je viens d e parler était instruit , ayant fréquenté les écoles d u T h i bet , où il avait passé six ans ; il m'assura qu'il y avait vu des h o m m e s d'une figure semblable à la m i e n n e ( 1 ) . C'était u n h o m m e d e b e a u c o u p de sens, âgé d e quarantecinq ans environ et versé dans la connaissance des livres m o n g o u s et thibétains. U n grand n o m b r e de ces L a m a s , entraînés par l'amour de la liberté, quittent leur p a g o d e , leur famille et leur pays , p o u r voyager au gré d e leur désir d e r o y a u m e e n r o y a u m e , et sont partout reçus avec u n e vénération religieuse. A notre retour , n o u s e n rencontrâmes u n qui avait successivement p r o m e n é sa dévotion n o m a d e chez les Ourianghaïs, a u Thibet, à tous les pèlerinages r e n o m m é s des Halchas , puis en M a n dchourie, et nous étions alors n o n loin d u Grand-Couren : rien ne représente m i e u x ce Lévite dont il est dit au Livre des Juges : « Egressus de civilate Bethleem, peregrinari voluit ubicumque sibi commodum

reperisset (2).»

« Avant d e quitter nos L a m a s , nous leur fîmes u n exposé de la religion chrétienne, qu'ils trouvèrent a d m i rable ; mais le peu de t e m p s q u e nous séjournâmes auprès de cette famille, ne nous permit pas de lui consacrer le loisir nécessaire àsaconversion. T o u t étant prêt p o u r le départ, m e s d e u x n é o p h y t e s et moi montâmes sur les dromadaires q u e n o u s avions ache és ,et reprîmes notre course à travers la solitude. N o u s vîmes sur notre route

(1) C'étaient sans doute des M u s u l m a n s venus de Cachemire ; ils resident depuis cinq cents ans à Lassa. (2) « Sorti de la cité de Bethléem , il voulut voyager partout o u il trouverait son avantage.17. 8 .


18 quelques lacs salés, à la surface desquels le sel se condense c o m m e o n voit se former la glace sur nos étangs en hiver. Ces lacs sont pour les Tartares des trésors inépuisables ; ils y chargent sans cesse des caravanes d e dromadaires, qu'ils conduisent en C h i n e , p o u r échanger ce produit d u désert contre d u thé, d e la toile, d u millet. L a croûte salée, qui commençait à se durcir q u a n d n o u s p a s s â m e s , est appelée par les Chinois petit sel blanc , d'une qualité bien inférieure à une autre espèce c o n n u e sous le n o m de grand sel noir , qu'on exploite dans la Tartarie orientale, a u paysd'Outchéou-moutchin. L à , ce sont d e vastes bassins de sel g e m m e sans a u c u n mélange d'eau: o n a b e a u y puiser tous les jours, à peine parvient-on à en diminuer la quantité ; le vide qu'on y fait pour charger des milliers de voitures , se trouve rempli au bout d e quelques jours. Seulement il faut attendre u n e o u d e u x semaines pour q u e la salure soit entièrement revenue, et l'on peut alors l'extraire d e nouveau. Celte dernière espèce est réputée la meilleure de l'empire chinois. « A u centre d u pays de Souniout, c o m m e n c e le grand désert d e Gobi, m o t tartare qui signifie terre aride, sans verdure et sans eau. C e désert a plus d e cent lieues d e largeur d u midi a u nord , et dans sa longueur d e l'est à l'ouest il en a plus de quatre cents. Dans cette affreuse solitude les sources deviennent encore plus rares ; à peine aperçoit-on d e loin en loi- quelques places verdoyantes ; la nature d u est en général u n fond d e gravier dur et serré comme le ciment , tantôt d'une d é solante nudité tantôt couvert par touffes d'une espèce d'oignons sauvages, dont l'odeur forte nous rendait plus i n s u p p o r t a b l e s encore les ardeurs d u soleil. O n trouve aussi b e a u c o u p d'endroits hérissés d'une plante épineuse , également d'une senteur repoussante et dont aucun animal n'ose brouter la feuille , excepté le cha-


19 m e a u ; encore faut-il, pour qu'il y touche , qu'il soit trèspressé par la faim. Nulle part nous n'avons tant souffert d e la soif ; le terrain aride et pierreux n e nous permettait pas de creuser des puits , mais c o m m e nous suivions u n passage fréquenté par les Chinois qui vont c o m m e r c e r dans le nord , nous en découvrions d e tout faits à des distances d e sept à huit lieues. U n e fois nous eûm e s à traverser u n e m o n t a g n e , dont le plateau était de vingt lieues , sans trouver u n e goutte d'eau. « L e désert d e Gobi est encore moins habité q u e le reste d e la Tartarie. O n y rencontre d e temps en temps des troupeaux entiers de dromadaires , d e chevaux ou d e b œ u f s , haletants de soif et la langue pendante , qui courent d e toutes leurs forces au lieu o ù ils savent qu'ils pourront s'abreuver. O n n e saurait donner u n e idée plus juste d e la solitude d e Gobi qu'en empruntant à Jérémie la s o m b r e peinture d e ce désert qu'il appelle : Terre meurtrière et impénétrable , terre de soif, image de la mort ; région désolée où nul voyageur ne dirigea ses pas, où nul homme ne fixa sa demeure. (Jérém. 2 . 6.)

« L e Souniout a pour limite a u nord u n e chaîne d e m o n t a g n e s , appelée M o n t Gadjar. Par delà ces m o n t a gnes s'étend le pays des Halchas, race m o n g o l e qui prétend être placée e n dehors d e la domination chinoise. L e u r territoire est d'une i m m e n s e étendue : il est borné au nord par la Sibérie russe ; au m i d i , par les royaum e s tartares , vassaux d e l'empereur ; au levant, par les Solons; à l'occident , p a r le Thyan-chan-pé-lon ;

c'est-à-dire qu'il a plus d e trois cents lieues d e largeur sur plus d e six cents |de longueur. Les habitants d u Halchas nous dirent q u e leur pays comprenait quatrevingt-six états , tous gouvernés par des souverains d e la nation , dont trois portaient le titre d'empereur , et les autres celui de rois , de K o n g o u de Peï. Ces derniers


20 représentent à p e u près vos comtes et vos barons d u moyen-âge. D a n s tous ces r o y a u m e s , le peuple est esclave d u prince ; aussi q u a n d d e u x Tartares se rencontrent, après s'être salués à leur manière , ils se d e m a n d e n t l'un à l'autre : « A qui appartiens-tu ? » et la réponse est toujours : « J'appartiens à tel Peï , à tel K o n g . » D u reste , l'esclavage est assez d o u x chez eux , si toutefois la servitude peut jamais être appelée douce ; les habitants d u Souniout nous dirent q u e leur roi n'exigeait d'autre corvée q u e d e l'aider à transporter ses lentes , q u a n d il délogeait avec sa cour et ses troupeaux. « L e premier r o y a u m e Hachas dans lequel nous e n trâmes s'appelle Mourguevent; j'y achetai u n b e a u dromadaire d'un des premiers ministres d u r o i , p o u r le prix d e vingt taëls (1). C e personnage vint s'asseoir sous notre tente et je p u s l'observer à loisir. Il y avait loin d e son accoutrement à la toilette d'un grand dignitaire des cours d e l'Europe : vêtu d'une tunique sale, d e toile grossière , qui était censée robe longue , quoiqu'elle n e dépassât pas le g e n o u , il n'avait pas m ê m e d e culotte. Ses goûts étaient aussi simples q u e son costume. N o u s lui fîmes part d e notre dîner, c'est-à-dire d'un p e u d e farine détrempée dans d u thé, qu'il m a n g e a d e b o n a p pétit. L à , les impératrices , les reines et les comtesses vont elles-mêmes chercher l'eau a u puits , abreuver les troupeaux, recueillir d e la bouse d a n s le p a n d e leurs robes pour faire d u feu ; tous les jours il leur faut traire les vaches , les juments et les chamelles , écrêmer le lait et faire le fromage. C e sont là leurs bals et leurs spectacles quotidiens, c'est l'unique perspective à laquelle elles doivent s'attendre e n montant sur le trône. « N o u s m î m e s quatre jours à traverser le r o y a u m e d e (1) L e taèl est u n e once d'argent qui vaut à peu près huit francs.


21 Mourguevent. A u delà, et toujours e n nous élevant vers le septentrion , nous p a r c o u r û m e s successivement le territoire d e Borkion-kiam-kin et l'état d e Â-haï-gong, qui termine d e ce côté le désert d e Gobi. P e n d a n t q u e n o u s cheminions à travers ces lointaines solitudes , nous rencontrâmes u n jeune h o m m e venant d u n o r d , qui , arrivé près d e n o u s , s'arrêta p o u r e x p r i m e r dans u n langage inconnu ses malheurs et ses besoins. N o u s descendîmes tous les trois p o u r l'examiner d e plus près. Il était d'une petite taille et paraissait âgé d e vingt et quelques années ; par ses gestes , il n o u sfîtc o m p r e n d r e qu'il avait été renversé à terre , foulé aux pieds , frappé à la tête , enfin il n o u s d o n n a en p a n t o m i m e la représentation d e la plus affreuse tragédie. N o u s l'interrogeâmes e n m o n g o l , e n m a n t c h o u , e n chinois et e n thibétain, sans qu'il saisît le sens d e n o s paroles ; je lui adressai les m ê m e s questions e n français et e n latin sans qu'il y comprît d a v a n tage ; jefisle signe d e la croix e n montrant le ciel , et il n'y d o n n a a u c u n e attention ; j'écrivis sur le sable quelq u e s caractères chinois , par lesquels je lui d e m a n d a i s qui il était ; lui, effaça ces caractères, et écrivit à la place d'autres m o t s d'une langue q u e nous n e connaissions point. Désespérant d e pouvoir échanger nos p e n sées , n o u s lui fîmes u n e petite largesse d e nos provisions , qu'il accepta avec l'avidité d'un h o m m e dévoré par la faim ; puis nous continuâmes notre route vers le n o r d , et lui la sienne vers le midi. « L e s habitants d e A-haï-gong sont m a l famés et réputés d e hardis voleurs : peut-être cet inconnu avait-il été victime d e leurs brigandages. A u nord d e A-haï-gong est u n pays sans souverain , appelé Terre d e Taï-ki, c'est-à-dire des princes d u sang. T o u t ce q u e j'ai p u savoir d e ces Taï-ki, c'est qu'ils sont les descendants d'une dynastie impériale d é c h u e . Peuple d e pasteurs,


22 ils sont en possession d'une contrée fertile , o ù ils vivent en liberté sans être sujets d e personne ; chaque famille forme u n petit état indépendant qui n e relève q u e de son chef ; aucun d'eux n e s'occupe d e négoce ; ils vaquent uniquement à la garde de leurs innombrables troupeaux. « Après le pays de Thaï-ki , o n entre dans u n autre r o y a u m e appelé Kiam-kin ; et q u a n d nous l'eûmes traversé, nous touchâmes à la frontière des états d u grand L a m a de Tartarie. C e territoire qu'on aperçoit d u haut des monts Kong-Gour , présente u n aspect bien différent des contrées qu'on a parcourues avant d'y arriver ; a u lieu de plaines immenses et m o n o t o n e s , ce sont des vallées profondes, a u fond desquelles o n voit couler de grands fleuves , et des montagnes escarpées, toutes couronnées d e forêts gigantesques et aussi anciennes que le m o n d e . Ici la nature paraît aussi vive et aussi animée qu'on l'a vue jusqu'alors triste et c o m m e assoupie. N o u s étions encore à trois journées de la fameuse Lamaserie d u Grand Couren, et déjà tout le pays se couvrait de pèlerins qui se rendaient auprès d u grand L a m a pour lui payer leur tribut d'adorations, o u qui revenaient d e son temple vénéré. L e s uns étaient montés sur des d r o m a daires , d'autres sur des chevaux , sur des b œ u f s sellés , où sur des voitures traînées par des c h a m e a u x ; il y en avait de tous les pays d e la Tartarie ; o n allait et on revenait par toutes les directions. « E n suivant le vallon qui aboutit au Grand Couren , nous arrivâmes sur le bord d u Toula. Cette rivière est d e u x ibis plus large que la Seine à Paris ; son cours est très-rapide , et ses eaux si pures qu'on en voit distinctem e n t le fond, d'un gravier solide et uni. Elle coule d'abord d e l'orient à l'occident, puis, tournant vers le nord , elle se jette dans d'autres fleuves qui fuient vers les frontières russes. Il n'y a point d e p o n t , quoique


23 cette rivière soit tous les jours traversée par des milliers de c o m m e r ç a n t s et de pèlerins, tant Chinois que Tartares ; c e u x qui ne peuvent atteindre à l'autre rive se noient, les autres continuent leur route sans s'en é m o u voir : sur celte terre sacrée d u paganisme , et p a r m i cette foule de dévots idolâtres, il n'y a ni pitié ni secours pour le malheur. « L e s bords étant très-unis , nous entrâmes facilement dans la rivière , à un endroit o ù partagée en plusieurs branches extrêmement larges , elle nous paraissait plus guéable. N o s dromadaires furent bientôt dans l'eau jusqu'au milieu d u ventre. Ils s'avançaient lentement à la file l'un de l'autre c o m m e u n pont ambulant ; nous poussions d e grands cris pour les a n i m e r et les faire avancer, car s'ils se fussent arrêtés seulement u n e fois , c'en était fait d e nous. J'étais m o n t é sur le plus gros, qui avait plus d e sept pieds de hauteur ; lesflotspoussés par u n courant rapide , et venant battre contre ses flancs, s'ammoncelaient en frémissant jusqu'au dessus d e la charge sur laquelle j'étais assis. Plus d'une fois je sentis l'anim a l , ébranlé par le torrent , trébucher sous m o i ; le contre-coup m e pénétrait, je crois , jusqu'à la division d u corps et de l'âme ; u n faux pas eût été sans ressource. U n p e u plus bas , le lit d e la rivière se rétrécissait entre d e u x rives escarpées , et les flots s'y précipitaient avec fracas dans des gouffres affreux. J'eus souvent besoin , pour m e rassurer , d'élever m e s y e u x vers le ciel et de m e répéter la prière q u e j'avais adoptée pour devise dès m o n premier jour de voyage : Jacta super Dominum curam tuam (1). Enfin, Dieu aidant, nous arrivâmes à l'autre bord , et nous allâmes planter notre tente sur

(1) Déposez vos inquiétudes dans le sein d u Seigneur. I V 5 5 . 2 3 .


24 une petite élévation qui dominait toute la vallée, à quelques centaines d e pas de la pagode. « Couren en langue tartare veut dire lieu de rassemblement. Celui-ci s'appelle Grand-Couren , sans doute à cause de la multitude qui le fréquente ou qui l'habite ; il est, d e plus , le principal m a r c h é de toute la Tartarie ; dromadaires, c h e v a u x , bœufs , m o u t o n s , y arrivent par n o m b r e u x troupeaux, et c o m m e à u n rendezvous général ; o n y trouve aussi e n abondance les produits de la Russie , tels q u e draps, velours , toiles fines, etc. Les transactions se font, a u lieu de m o n n a i e , avec des masses de thé, préparées en forme carrée d e la grosseur d'un livre in-8°. Q u e l q u e objet que l'on achète , le prix roule toujours sur u n certain n o m b r e d e thés ; par exemple, on d e m a n d e r a : C o m b i e n d e thés voulez-vous d e ce cheval, d e ce c h a m e a u ? L a convention faite, si o n n'a pas d e thés , o n peut payer e n argent ; u n thé représente la valeur de deux m a s ( 1 ) , et cinq thés équivalent à u n taël. « L a grande Lamaserie, située à u n e demi-lieue d e la ville c o m m e r ç a n t e , est bâtie e n amphithéâtre sur le penchant d'une colline ; a u milieu est le palais d u grand L a m a , à l'entour sont groupées les maisons qu'habitent les réligieux subalternes, au n o m b r e de vingt mille. T o u s les bâtiments sont construits e n briques. Il serait difficile d e déterminer à quel ordre d'architecture ils appartiennent , car ils ne ressemblent en rien aux m o n u m e n t s d'Europe : ce sont, en général, de grands édifices carrés, couverts d e tuiles vernissées pour la plupart. L e pays d o n n é au grand L a m a pour sa d e m e u r e , est à peu près d e quatre journées d e long sur autant d e large; c'est là

(1) Le M a s vaut environ soixante-quinze centimes.


25 son d o m a i n e temporel ; p o u r son pouvoir religieux , il s'étend sur tous les pays tartares. « O n voit a u Grand Couren c o m m e u n e représentation solennelle et continue d e toutes les nations n o m a d e s d e l'Asie. Les d e u x bords d u fleuve, le fond d e la vallée, les diverses collines , tout est couvert de tentes et d e pèlerins ; c'est u n m o u v e m e n t perpétuel de pavillons qui se dressent o u qui se ploient ; il arrive d e caravanes d e tous les côtés et il e n part d a n s toutes les directions. L e s Solons, les Houmaris, les Tagouris de la Daourie, toutes ces nations qui habitent les b o r d s d u Saghalien , s'y rencontrent avec les Eleuths, les Tartares d e la m e r Bleue , les Ourianghaïs et autres peuplades venues d u fond d e l'Asie centrale : il s e m b l e q u e toute la Tartarie , d e l'orient à l'occident, d u midi a u nord, ait d e concert fait v œ u d'entretenir là, a u x pieds d e son idole, u n e a d o ration perpétuelle. C e s pèlerins , venus quelquefois d e cinq à six cents lieues , avec leur famille tout entière f e m m e s et enfants, aspirent après le m o m e n t o ù il leur sera d o n n é d'aller se prosterner devant le Saint , et d e lui faire agréer leurs offrandes : u n e imposition d e sa m a i n sur leur tête est tout ce qu'ils e n attendent, et ils n e croient pas cette faveur trop chère , bien qu'achetée par des fatigues inouïes et par les présents les plus m a g n i fiques. « L e grand L a m a d'aujourd'hui est u n jeune h o m m e d e vingt-cinq à vingt-six ans , n é d a n s le T h i b e t , et intrônisé a u Grand Couren depuis u n e dixaine d'années. Voici c o m m e n t s'obtient cette place. Q u a n d le g r a n d L a m a est m o r t , o n brûle son cadavre et o n attend q u e son â m e transmigre d a n s le corps d e quelque h o m m e vivant.Quelque t e m p s après, dit-on, u n enfant, quelquefois d e quatre o u cinq ans et n'importe en quel endroit d e la Tartarie , se m e t tout-à-coup , sans q u e rien ait fait préTOM. x x . 1 1 6 2


26 voir cet é v é n e m e n t , à parler un langage inconnu , à tenir des propos extraordinaires et à disserter d e choses qu'il n'a jamais apprises : il déclare qu'il est le L a m a d'une telle p a g o d e , dont l'âme vient de transmigrer en lui, et il d e m a n d e qu'on le reconduise à son ancien temple. L a nouvelle en est aussitôt portée à la Lamaserie dont le siége est vacant. Celle-ci accourt en grande p o m p e , et après qu'elle s'est convaincue par des épreuves q u e cet enfant a réellement les signes de sa mission , elle l'emmène à la pagode , lui fait apprendre les rits et les prières d u culte auquel il doit présider , et le m e t en possession de toutes les prérogatives d u grand L a m a . Ces prétendues transmigrations lamanesques s'opèrent ordinairement dans le Thibet ; celui qui en est favorisé est appelé par les Chinois Ho-foo o u Foo vivant. « L e L a m a d u Grand Couren jouit peut-être d e la puissance la plus absolue qui soit dans le m o n d e . T o u s ces peuples innombrables qui viennent lui rendre h o m m a g e , se regardent c o m m e ses sujets et croiraient commettre le plus grand des crimes , s'ils résistaient à sa volonté. 11 n'aurait qu'à c o m m a n d e r , et à l'instant toute la Tartarie ébranlée dans ses profondeurs , depuis la m e r d u Japon jusqu'aux montagnes d u Turkestan , se soulèverait à sa voix ; ces hordes n o m a des, poussant devant elles leurs troupeaux, e m m e n a n t à leur suite leurs f e m m e s et leurs enfants, n'auraient qu'un cri, qu'un élan pour se ruer c o m m e des bêtes fauves vers le but assigné à leur dévastation par celui qu'elles révèrent c o m m e leur divinité vivante. C e fut peut-être ainsi q u e s'accomplirent , sous l'inspiration de L a m a s inconnus , ces inondations d e barbares par lesquelles l'Europe fut ravagée à diverses époques. Depuis bien des années ces peuples paraissent dormir en paix ; aucun bruit d e guerre n e les agite : cependant , q u a n d on e n -


27 tre dans leurs confidences, o n voit qu'ils nourrissent leurs loisirs d e belliqueux projets d'envahissement et d e d o m i nation ; ils se repaissent d e certaines traditions qui leur promettent encore d e fabuleuses conquêtes ; petits et grands , tous sont dans cette croyance et e n font le sujet favori d e leurs entretiens ; c'est c o m m e u n bruit v a g u e , u n b o u r d o n n e m e n t sourd et prolongé qui se transmet d e tente e n tente , et retentit continuellement c o m m e u n i m m e n s e et lointain orage. A les en croire, le m o m e n t fixé pour u n e levée en m a s s e ne paraît pas éloigné; s'ils l'effectuent , leur premier m o u v e m e n t sera probablement funeste a u repos d e la Chine. « Je restai quelques jours c a m p é a u Grand Couren , et ce fut là q u e je passai la fête d e l'Assomption. A u m i lieu d e ces pavillons dressés par milliers , m a tente était la seule sous laquelle o n louât le vrai Dieu ; toutes les autres voyaient agenouillé devant l'idole u n peuple asservi a u d é m o n ! Cette pensée m'oppressait, et ce fut dans ces serrements d e c œ u r q u e je passai la glorieuse fête d e Marie. Q u e d e fois je m e sentis l'envie d'aller m e présenter subitement a u milieu d e la p a g o d e , d a n s le t e m p s o ù l'affluence des adorateurs était plus g r a n d e , et d e leur annoncer quel devait être le véritable objet d e leur culte I mais je fus toujours retenu par la réflexion q u e cette d é m a r c h e imprudente et inutile mettrait des obstacles , peut-être insurmontables, à l'ouverture d'une mission p a r m i e u x , q u a n d le m o m e n t fixé par la Providence serait venu. « J'aurais d û peut-être borner là m o n v o y a g e : j'avais v u la Tartarie dans toute sa largeur, et j'avais sous les y e u x la capitale d e l'idolatrie, la ville sainte des T a r tares ; le b u t d e m o n v o y a g e était d o n c e n g r a n d e partie rempli. Mais je ne m e trouvais plus qu'à quelques journées d e Khiakhta , premier poste russe , et je dési-


28 rais a r d e m m e n t observer c o m m e n t tout se passait à la frontière, pour m'assurer s'il ne serait pas possible a u x Missionnaires d e s'introduire par ce passage, en prenant leur route par la Russie et la Sibérie. Après quelques jours de repos , nous levâmes donc la tente , et nous poursuivîmes encore notre m a r c h e vers le nord. « Celte fois nous cheminions à travers u n e i m m e n s e et s o m b r e forêt. U n soir , nous avions fixé notre pavillon dans u n e clairière, où les arbres le protégeaient de leurs vastes r a m e a u x ; les fatigues avaient rendu notre sommeil profond et pesant, à tel point q u e nous fûmes volés et dépouillés d e tout pendant la nuit, sans qu'aucun d e nous s'en aperçût. M a position fut bien accablante à m o n réveil : sans argent et sans provisions au fond d'une forêt, j'avais plus de trois cent cinquante lieues d'arides solitudes à parcourir , avant d'arriver à la première chrétienté , o ù j'espérais trouver des ressources ; et d e plus , je m e voyais chargé d e d e u x néophytes qui avaient tout sacrifié pour s'attacher à m e s pas ! M o n premier m o u v e m e n t fut d e m e jeter , corps et â m e , m o i et m e s c o m p a g n o n s , dans le sein de Dieu, et de m ' a b a n d o n ner à son b o n plaisir ; puis, j'examinai s'il ne nous restait pas encore quelques débris d u naufrage. Par b o n h e u r , ou plutôt par une disposition paternelle de la Providence , j'avais, au début d u voyage, confié quelques onces d'argent à Pierre , en lui r e c o m m a n d a n t d e les porter toujours sur lui, et de les avoir sous la m a i n au premier m o m e n t où je les réclamerais ; j'avais ensuite totalement perdu ce dépôt de vue , en sorte q u e m o n petit trésor était encore dans le m ê m e état. C e jeune L a m a m e rappela lui-même qu'il nous restait ce m o y e n d e salut , et je l'acceptai en bénissant la Providence. N o u s r e m o n t â m e s sur nos c h a m e a u x , dont la charge se trouvait bien allégée par la visite des voleurs, et nous


29

revînmes a u plus vite à la Lamaserie d u Grand Cour en. Là se trouvent des boutiques approvisionnées d e vivres; nous y achetâmes d e la farine d'avoine grillée ; le prix m o d i q u e d e cette nourriture n o u s la faisant préférer à toute autre , n o u s p û m e s avec p e u d'argent en avoir u n e quantité assez considérable. N o u s reprîmes incontinent notre course, suivant à p e u près la m ê m e direction q u e nous avions tenue e n allant ; s e u l e m e n t , la crainte d e voir finir nos provisions avant d e toucher a u t e r m e d u v o y a g e , nous pressait d'accélérer le pas le plus possible. N o u s n e faisions halte qu'à la dernière extrémité , et parfois n o u s étions d e u x jours et d e u x nuits consécutifs sans descendre d e dessus nos m o n t u r e s , ni prendre a u c u n repos. E n m a r c h a n t d e la sorte, n o u s arrivâmes en vingt jours à Sivang , chrétienté d'où nous étions partis d e u x mois et d e m i auparavant. « D a n s toutes ces plaines d e la Tartarie o n trouve p e u d'animaux sauvages ; il y a quelques loups , m a i s bien rares ; les chevreuils sont plus c o m m u n s ; o n e n voit d e s b a n d e s n o m b r e u s e s paître pôle mêle avec les troupeaux domestiques. L a grande forêt d u nord , celle o ù n o u s avons été volés, est remplie de tigres, d e loups, d'ours , d e zèbres et d e chevaux sauvages. P o u r les oiseaux , c e u x q u e l'on aperçoit plus ordinairement sont les aigles et les corbeaux. Q u a n d nous prenions notre repas , nous étions obligés d'être sur nos gardes contre leur rapacité. Souvent a u m o m e n t o ù n o u s y pensions le m o i n s , ces pirates ailés se précipitaient c o m m e u n trait d u haut des airs , et nous enlevaient tout ce q u e nous avions préparé d'aliments. Près des m a r e s d'eau o n rencontre u n e infinité d'oiseaux aquatiques , tels q u e je n'en ai jamais v u e n France. J'ai surtout r e m a r q u é u n e espèce d e canards , b e a u c o u p plus gros q u e le canard ordinaire ; il a la tête, d'un rouge éclatant, clairsemé d e


30 taches blanches , la q u e u e noire, le p l u m a g e d'un jaune tirant sur le roux. N é pour la solitude , cet oiseau n e s'attroupe pas ; on en voit toujours d e u x ensemble, et jamais plus ; si l'un prend son vol, l'autre le suit ; si l'un s'abat, l'autre replie aussitôt ses ailes ; si u n couple d e la m ê m e espèce vient se poser au m ê m e endroit , le premier s'éloigne à l'instant et va chercher u n lieu o ù il soit seul. C e couple vit ainsi sans jamais se désunir, ni l'hiver , ni l'été , ni la nuit, ni le jour. Eclos ensemble, il fut toute la couvée maternelle, car on ne trouve jamais plus d e d e u x œufs dans le m ê m e nid ; il ne fait entendre a u c u n chant, mais si l'un des d e u x vient à périr ou à être pris par les chasseurs , le survivant , loin de s'allier avec u n autre , va se percher sur quelque rocher solitaire , fait entendre u n cri plaintif et mélancolique, n e vit plus q u e pour soupirer son veuvage, ne cherche plus aucune nourriture et se laisse mourir d e faim. Cet oiseau s'appelle en m a n t c h o u i-ki-fou-niéhé, en m o n g o u au-ranka-kin, et en chinois yuen-yang. « Encore u n m o t sur nos Tartares. V o u s savez leur réputation d e sobriété, et certes ils la méritent ; la plupart n'ont pour toute nourriture q u e le laitage de leurs troupeaux ; ils sont, c e p e n d a n t , très-robustes et passent surtout pour être endurcis au froid. O n dit qu'ils se fortifient beaucoup contre les rigueurs de l'hiver , si affreux dans ces contrées , en mangeant de la chair d e cheval et en buvant u n e potion infusée d e bois de cerf. Pendant la mauvaise saison, la neige t o m b e parfois avec abondance ; le vent d u n o r d , s'élevant ensuite , souffle avec une violence inouïe, et toute la Tartarie offre alors l'image d'une i m m e n s e m e r d e frimats soulevée en vagues énormes. Les Tartares doivent, ces jours-là, voler au secours de leurs troupeaux, en grand danger d'être ensevelis sous des montagnes de neige. Ils les rassemblent à la


31 hâte, et les poussent, à travers la tourmente, vers quelque vallon o ù l'orage soit m o i n s furieux. O n les voit alors , m o n t é s sur des chevaux o u sur des dromadaires, habillés d'une peau d e m o u t o n , courir çà et là sans s'émouvoir au milieu des ondées glaciales q u e le vent précipite sur e u x ; on les entend chanter et rire au plus épais des tourbillons ; insensibles à ces crises d'une nature bouleversée , ils semblent être là p o u r braver la tempête et savourer les frimats. « V o u s serez peut-être curieux d e connaître m a m a nière d e vivre pendant le cours d e ce voyage. Inutile d e vous dire q u e je n'avais pas u n e cuisine bien soignée. J'avais e m p o r t é d e la farine de froment et d'avoine ; la première devait être m a nourriture , et je réservais la seconde pour faire des échanges avec les M o n g o u x . N o u s faisions des espèces d e gâteaux sans levain ; seulement, c o m m e notre feu était alimenté avec des bouses de c h e v a u x et d e b œ u f s , nous n e pouvions pas les faire cuire sous la cendre ; n o u s les faisions d o n c frire dans la graisse. U n e q u e u e d e m o u t o n servit longtemps à n o s fritures. Il faut savoir q u e les m o u t o n s d e Tartarie ont p o u r q u e u e u n é n o r m e m o r c e a u d e graisse, quelquefois d e quinze à vingt livres. Q u a n d la q u e u e d e m o u t o n fut finie , Pierre, qui est u n h o m m e d e ressource , y s u p pléa par des bouts d e chandelles , sans n o u s e n avertir. C e s aliments préparés a u suif ne laissaient pas q u e d e se m a n g e r et d e n o u s tenir lieu de mets plus exquis. D a n s la route , la quantité d'hôtes qui venaient nous voir , q u a n d n o u s dressions la tente, et qui n e s'en allaient p a s sans avoir goûté d e nos provisions ,fitq u e la farine d e froment fut bientôt épuisée , et nous fûmes réduits à la farine d'avoine. N o u s la détrempions avec d u thé bouilli, n o u s l'étreignions ensuite avec les m a i n s , et la m a n g i o n s sans autre apprêt. U n L a m a du pays de Souniout m e


32 d o n n a , à m o n retour , u n vase rempli de lait de j u m e n t et de chamelle ; je m'en servis plusieurs jours à la place d u thé p o u r assaisonner m a farine d'avoine , et ce m é lange m e la rendait d'un goût meilleur. Je m'étais assez habitué à ce genre de nourriture, et je m e promettais m ê m e , lorsque je serais revenu à Sivang, o ù l'avoine est en a b o n d a n c e , de pouvoir faire ainsi d'excellents repas ; mais q u a n d je fus arrivé , ayant voulu m e remettre à cette cuisine d u désert, je n'y trouvai plus aucune saveur, et je n'en pus jamais avaler la grosseur d'une noisette. Pendant ce voyage , nous d o r m î m e s continuellem e n t sur la terre, et souvent, le soir , nous la trouvions trempée d e pluie et presque c o m m e de la b o u e ; malgré cela , je m e portai bien soit en allant soit en revenant, et je n'ai pas connu q u e m a santé en ait été altérée. « P o u r connaître les m œ u r s des anciens peuples, on ne pourrait m i e u x faire que d e les étudier chez les diverses nations Mongoles. Ce sont des empires éternellement dans l'enfance, qui n'ont jamais ni grandi ni changé ; c'est u n e antiquité toujours vivante, encore telle aujourd'hui qu'aux premiers jours. A u milieu d'eux , on croit se trouver au milieu de ces anciens peuples de la M é s o p o tamie dont parle l'Ecriture. S'ils parlent d'un h o m m e riche, l'énumération d e ses biens se fait c o m m e celle des patriarches dans la Bible : il a tant de centaines de dromadaires, tant de troupeaux de bœufs, tant de moutons. S'agit-il d'un roi, o n dit : sa ville est à tel endroit, c o m m e il est dit des rois de C h a n a a n ; et, en effet, il n'y a qu'une ville par r o y a u m e , tout le reste d u pays est couvert d e tentes. Les Tartares élèvent aussi sur les hauteurs des m o n c e a u x de pierres, c o m m e Jacob et Laban firent sur le m o n t Galaad ; on voit le s o m m e t d e chaque colline couronné d e ces m o n u m e n t s informes, qui sont a u jourd'hui l'objet d'un culte superstitieux ; et telle était


33 peut-être aussi l'adoration sur les hauteurs, si c o m m u n e a u x Juifs , et cependant si réprouvée par l'Ecriture. O n dit encore q u e dans quelques endroits d e la Mongolie o n voit des h o m m e s d'une taille m o n s t r u e u s e , c o m m e il e n existait a u t e m p s d e la nature primitive : mais c o m m e je n'en ai point aperçu d a n s m o n v o y a g e , je n'ose pas m e faire le garant d e cette assertion. « Je termine ici, Monsieur et cher Confrère, ce q u e je voulais vous dire des M o n g o u x ; aussi b i e n , si je prenais à tâche d e raconter tout ce q u e j'ai v u d e curieux d a n s ce pays si extraordinaire, pendant le cours d'un pèlerin a g e qui n'a pas embrassé m o i n s d e sept cents lieues, je ne sais q u a n d je pourrais finir. « Voilà d o n c ces i m m e n s e s contrées qui viennent d e nous être assignées par la Providence , et a u sujet d e s quelles il vient d e n o u s être dit par l'organe d u S . Siège qui est son oracle : Surge, et perambula terrain in longitudine et latitudine suâ, quia tibi daturus sum eam ( 1 ) .

Véritable terre promise q u e les enfants d e saint Vincent vont parcourir, à la recherche des peuplades d e bergers. E n traversant la solitude, ils pourront répéter d e dessus leurs dromadaires : Funes ceciderunt mihi in prœclaris (2).

H e u r e u x c e u x à qui il sera d o n n é d e dresser à Dieu , d a n s ces déserts , le tabernacle de la nouvelle alliance ! plus h e u r e u x encore c e u x à qui il sera d o n n é d'en cimenter les fondements d e leur sang 1 « R e c e v e z , etc. Votre d é v o u é Confrère , « GABET , Prêtre de la Cong. des Miss. » (1) Lève-loi largeur

, et parcours

, car je te la donnerai.

(2) Les cordes

sont

tombées

cette terre

dans

sa longueur

et dans sa

Genèse 13. 1 7 . pour

moi dans une, terre

délicieuse.

P s . 1 5 7 . P o u r l'intelligence de ce texte , il faut se rappeler q u e dans le partage d'une propriété , chez les Juifs , c h a q u e lot se mesurait avec des

cordes.


34

MISSIONS DE LA CHINE. VICARIAT A P O S T O L I Q U E D U

KIANG-NAN.

Lettre du P. Estève, Missionnaire de la Compagnie Jésus, à son Supérieur en France.

de

e r

Chang-hai , l juin 1 8 4 6 .

« MON RÉVÉREND PÈRE ,

« C o m m e c e qui vous intéresse le plus est la conversion des payens, je c o m m e n c e cette lettre par vous dire u n m o t de leurs dispositions. Les Chinois , en général, n e font paraître ni propension, ni éloignement à recevoir les lumières d e la Foi ; la masse de la nation se montre assez indifférente. O n s'en rendra facilement raison, si l'on considère q u e depuis environ trois cents ans , l'Evangile n'ayant jamais cessé d'être prêché en C h i n e , la Religion chrétienne n'est plus chose nouvelle pour les habitants d u Céleste E m p i r e ; tous la connaissent assez pour qu'elle ne leur inspire ni curiosité ni haine. L e dernier édit, dans lequel l'empereur proclame qu'il faut rendre a u x fidèles les églises autrefois consacrées au culte chrétien , si toutefois elles n'ont pas été converties en pago-


35 d e s , cet édit, tout illusoire qu'il puisse être , n'a cependant pas laissé , sous plus d'un rapport , d e faire sensation dans les environs d e Chang-hai. Près de ce p o r t , d a n s u n rayon d e sept à huit lieues , nous p o u v o n s aller partout , n o n seulement d a n s les c a m p a g n e s , m a i s encore dans les b o u r g s , et m ê m e dans les villes. V o u s le voyez d o n c , m o n R. Père , les portes n e sont plus ferm é e s à l'Evangile ; mais il s'en faut bien q u e toutes les oreilles lui soient ouvertes. Q u a n d je parle en public a u x payens , la plupart de m e s auditeurs ressemblent à ceux dont il est question dans le P s a u m e 1 1 3 : Oculos habent, e

et non videbunt ; aures habent , et non audient ( 1 ) .

Il y a quelques a n n é e s , le Missionnaire qui aurait osé élever la voix contre les idoles se serait attiré la colère d u peuple , et aurait p a y é d e sa tête u n e telle témérité. Maintenant les Nankinois sont devenus plus tolérants ; a u lieu d e se fâcher, ils se mettent à rire. C'est très-bien , sans doute , d'avoir l'humeur gaie ; m a i s malheureusem e n t cette gaité dégénère souvent en impiété, et n o s p a y e n s chinois , sous c e rapport , ressemblent assez à vos incrédules d'Europe. Qu'opposeront-ils a u x vérités q u e vous leur proposez ? C e n e sera a u c u n raisonnem e n t , mais seulement quelque mauvais quolibet. P a r e x e m p l e , parlez leur d u ciel ; ils v o u s d e m a n d e r o n t à quoi l'on peut se tenir là haut pour ne pas t o m b e r ; et, sur u n m o t d e cette force , vous verrez tout votre auditoire rire à gorge déployée. O n lit d a n s la vie d e S. François Xavier q u e , lorsqu'il parlait a u x infidèles d u J a p o n , tout le m o n d e fondait e n larmes ; je n e doute pas qu'à sa parole il n'en eût été d e m ê m e ici, m a i s assurément ce n e serait pas le m o i n d r e d e ses miracles. A u reste

(1) Ils o n t des y e u x , et n e v e r r o n t p a s ; ils o n t des oreilles , et n'en tendront point.


36 nos idolâtres riront aussi volontiers d e toutes leurs superstitions, pour peu qu'on leur en fasse voir la fausseté et le ridicule : d'où l'on peut conclure q u e si la Chine est encore bien loin d u catholicisme , elle devient cependant de jour en jour m o i n s payenne. C e q u e le paganisme perd de crédit dans les esprits, le christianisme le gagne , et bien au-delà. O n ne veut pas croire , mais on sent d e plus en plus la nécessité de la foi ; on ne dit rien contre le d o g m e , tout en se récriant contre la m o rale. Dernièrement j'avais u n e catéchumène de quatrevingi-un ans q u e sa famille voulait détourner de recevoir le b a p t ê m e ; ayant rencontré son frère : « Est-ce loi , lui dis-je, qui veux fermer à ta s œ u r l'entrée d e l'église et d u ciel ? — O h 1 n o n , répond-il , m a s œ u r a bien raison d e se faire chrétienne ; tout ce qui se pratique d a n s nos pagodes est b o n pour tromper les sots ; m o i qui ne m a n q u e pas d'esprit, je n'y crois pas le moins d u m o n d e . » Ravi de l'entendre parler sur ce ton : « Je vois bien , lui dis-je , q u e toi aussi tu crois en Dieu. — P o u r cela n o n , reprend-il. —- Mais enfin si tu ne crois ni à D i e u , ni a u x idoles , à qui crois-tu donc ? » Levant alors fièrement la tête , et prenant sa grosse voix , il s'écrie d'un ton solennel : « Je crois à m o n ventre , je crois qu'ici-bas il faut m a n g e r et boire. — B o n , m o n a m i , tu en crois tout autant q u e le b œ u f et l'âne qui paîssent dans la prairie. Et ton â m e , qu'en feras-tu ? » M o n vieux philosophe s'était déjà mis à fumer sa pipe, longue d e quatre ou cinq pieds, et ne m'écoutait plus. Je fis c o m m e lui, à la pipe près. C'est là, m o n R. Père, l'esprit d u peuple nankinois : rire de tout, et toujours. Ainsi vos prétendus esprits forts qui s'imaginent être de grands et sublimes génies, parce qu'ils osent se railler d e tout en matière d e religion , trouveraient ici des rivaux et des maîtres parmi nos plus sols et nos plus ignorants Chinois.


37 « Il y a quelque t e m p s , la crainte des mandarins était u n des plus grands obstacles a u x progrès d u christianisme. Aujourd'hui, il n'y a plus q u e les riches qui craignent, m o i n s p o u r leur personne q u e pour leur bourse ; mais le respect h u m a i n exerce sur tous une puissance funeste. L e s considérations d e la chair et d u s a n g , voilà aujourd'hui le grand obstacle a u progrès d e la Foi. « Si je crois en Dieu , q u e diront m e s parents, q u e dira m o n mari, q u e diront m e s oncles ?» C h o s e plus pitoyable encore, c'est quelquefois le mari qui a peur de sa f e m m e , et l'oncle d e son petit-neveu. « Q u a n d tout le m o n d e croira , m o i aussi je croirai ; » tel est maintenant le refrain ordinaire. « U n des spectacles qui n o u s déchirent le c œ u r , c'est d e voir l'acharnement d e certaines familles pour s'opposer à la conversion d e leurs proches ; il en est qui forment u n e espèce d e ligue pour fermer a u Missionnaire tout accès dans leurs maisons. Toutefois , q u a n d j'apprends qu'un payen est gravement m a l a d e , je fais tous m e s efforts pour parvenir jusqu'à lui. U n jour qu'un jeune catéc h u m è n e d e dix-neuf ans était v e n u m e chercher p o u r baptiser son père , dont la vie était en d a n g e r , et q u i , disait-on , désirait b e a u c o u p m e voir , je m e hâtai d e m e rendre a u lieu indiqué , et je frappai à la porte d u m o r i b o n d . O n refuse d'ouvrir. J'y retourne le lendem a i n ; m ê m e opposition. Q u e faire ? Je feins d e vouloir mépriser la consigne et entrer d e force. Voici aussitôt l'alarme a u c a m p ; d e tous les côtés o n fait u n e sortie contre m o i ; tout ce qu'il y a dans la maison , depuis l'enfant m u n i d'un hochet jusqu'au vieillard a r m é d e b é quilles , se range en ordre d e bataille devant la porte c o m m e p o u r repousser l'assaut. M o n intention était en partie remplie ; je voulais , dans le cas où il n'y aurait a u c u n m o y e n d'entrer, attirer tous ces pauvres gens d e -


38 hors , afin d e leur dire u n m o t sur les vérités d u salut. Pendant que je prêchais , tout m o n auditoire cherchait à étouffer m a voix par ses cris , et il m e fallut battre en retraite. « Q u o i q u e les conversions ne soient pas encore trèsnombreuses , elles deviennent cependant d e jour en jour moins rares. Depuis le c o m m e n c e m e n t de cette année , j'ai baptisé environ cent trente adultes. L e mois de S. Joseph (le mois de m a r s ) m'a été le plus favorable; il y a eu peu d e jours de ce beau mois où je n'aie fait quelque baptême. L a veille de la fête de ce grand patron de la Chine , je fus heureux de lui offrir neuf nouveaux clients. Je désirais en avoir au moins u n e douzaine à lui présenter le jour m ê m e de sa fête. D a n s la chrétienté où je célébrai la sainte m e s s e , huit catéchumènes m e parurent dignes d'être admis dans le sein de l'Eglise, et dans celle o ù j'allai ensuite, j'en trouvai trois autres bien préparés, ce qui ne faisait en tout q u e onze. Il manquait encore u n e fleur au bouquet. O ù l'aller chercher ? Je l'ignorais ; mais S. Joseph le savait bien. Il y avait, dans u n e obscure cabane , u n pauvre enfant payen , atteint de je n e sais quel m a l contagieux et presq u e réduit à l'agonie : c'était sur cet infortuné , tout-àfait digne d e compassion , q u e S. Joseph avait daigné abaisser u n regard de bonté ; c'était à ce petit lépreux qu'il voulait encore ouvrir la porte d u ciel. Je tressaillis de joie q u a n d on vint m e parler de lui. Je le trouvai dans u n état vraiment pitoyable ; son corps exhalait u n e odeur fétide et n'était qu'une croûte depuis les pieds jusqu'à la tête. Les médecins l'avaient a b a n d o n n é ; personne n'osait approcher de lui, excepté sa m è r e . E n voyant c o m m e cette pauvre f e m m e lui prodiguait ses soins et lui témoignait sa tendresse d e toutes les manières possibles , je me disais à m o i - m ê m e : un Missionnaire pour-


39 rait-il avoir moins de charité qu'une m è r e payenne ? « Cet enfant n'avait jamais entendu parler de notre religion sainte. Je lui d e m a n d e s'il veut croire en Dieu. Aussitôt il fait effort pour m e répondre : « O u i , je le veux. — Et veux-tu l'aimer ? — O u i , je le veux. » S . Joseph l'avait déjà préparé à la grande grâce qu'il devait recevoir. Je l'instruisis et l'excitai à la contrition en lui présentant le crucifix, qu'il voulait toujours tenir collé contre ses lèvres. A u m o m e n t de verser l'eau sainte, je fus obligé de m'arrêter quelque t e m p s , ayant peine à distinguer ce qui était peau de ce qui était ulcère. E n fin , ayant trouvé sur le s o m m e t de la tête u n petit e n droit sûr, je le baptisai et lui donnai le n o m d e Joseph. L e lendemain m o n petit ange s'en alla au ciel rejoindre son b o n Patron : c o m m e il aura d û le remercier ! « M a douzaine était complète, mais je voulais le treizième : St. Joseph daigna encore m e l'accorder. Etant allé d'un autre côté pour u n chrétien malade , je m'informai s'il n'y avait pas aussi quelque payen en danger d e mourir. O n m e répondit que n o n , et m o i je prétendis qu'il y en avait , sachant par expérience que dans ce pays-ci, pour peu qu'on cherche, on est sûr de trouver une â m e à sauver. E n effet, j'appris bientôt qu'il y avait dans le voisinage u n e payenne octogénaire, réduite à garder le lit. O n m e dit qu'il était inutile d'aller chez elle ; c'est pourquoi j'y courus aussitôt. Sur le chemin , je rencontrai u n petit garçon qui , venant de chez la m a lade , m'assura qu'il n'y avait rien à espérer , parce q u e son fils , qui d'ordinaire allait vendre ses herbes au m a r ché , était resté à la maison pour m'empêcher d'en franchir le seuil. « Va-t-en bien vîte à l'école, m o n petit a m i , lui dis-je ; je n'ai pas le temps de t'écouter. » Si l'on s'amusait à écouter tout ce q u e disent les petits Chinois et m ê m e les g r a n d s , on n'en finirait jamais.


40 J'arrive, et le fils de la m a l a d e , loin de faire a u c u n acte d'hostilité , m e reçoit fort poliment. Pour le gagner tout-à-fait, je luifisquelques jolis compliments , et lui d e m a n d a i très-humblement la permission de saluer sa m è r e . N o n seulement il m e le permit , mais il m'aida m ê m e à l'instruire, et q u a n d elle n'entendait pas bien , il lui répétait m e s paroles en criant d e toutes ses forces. C'était nécessaire ; car la malade était assez dure d'oreille , et l'on faisait passablement de bruit autour d e nous. L a pauvre maison construite en b a m b o u s ne fut pas sans avarie : les curieux agrandissaient la porte pour entrer ; les petits garçons , qui sont partout les m ê m e s , écartaient les b a m b o u s pour passer là tête à travers la cloison, et voir plus à leur aise. E n vain la b o n n e vieille leur criait qu'elle allait les battre ; ils riaient de ses m e naces impuissantes. Je l'exhortai c o m m e je pus à la patience , et après l'avoir instruite suffisamment, je la b a p tisai et lui portai le saint Viatique,en présence des payens qui gardèrent assez bien le silence, grâce a u x r e c o m m a n dations réitérées que leur firent quelques bons chrétiens. Après la cérémonie , ce fut à qui m e questionnerait davantage , et je ne laissai pas échapper u n e si belle occasion p o u r u n missionnaire. « A u reste, de quelque côté qu'on aille , o n trouve partout à évangéliser. Dernièrement jefisu n petit voyage pour voir le P. Clavelin dans son l'île d e Tsong-ming. A peine eus-je abordé, que je m e vis environné sur le rivage d'un grand n o m b r e d'insulaires, qui m e reconnurent pour Européen. Je portais à m o n confrère la belle image des soixante et dix serviteurs de Dieu r é c e m m e n t déclarés Vénérables par le Souverain Pontife Grégoire X V I . C'était parfait pour faire accourir des curieux. M o n image n'était par encore entièrement déroulée q u e déjà l'attroup e m e n t était aussi n o m b r e u x q u e je pouvais le désirer. Il


41 aurait fallu voir c o m m e o n ouvrit de grands yeux , et c o m m e o n fut attentif à m e s paroles. « Après que les porteurs qui devaient brouetter m o n bagage furent venus , je pris congé de l'assemblée, et m e rendis à la chapelle la plus voisine. L à une sagef e m m e payenne vint m'apporter u n petit enfant qu'on lui avait d o n n é à étrangler. Elle m e promit en m ê m e temps de se faire chrétienne , et je crois qu'elle le promit de b o n n e foi ; car le lendemain elle m'envoya u n e vieille chinoise d e ses amies , afin q u e je l'exhortasse à croire en Dieu. U n néophyte m ' a m e n a aussi quatre payens qui témoignaient u n grand désir de recevoir le b a p t ê m e . J'allai voir ensuite le P. Clavelin qui m e fit part des pieuses industries dont il se sert pour découvrir et sauver les enfants abandonnés. Pendant la journée que je passai avec lui, je fus témoins de tout le bien qu'il fait, et je m'excitai à l'imiter de m o n m i e u x . « L e lendemain , je retournai a u rivage de la m e r pour m ' e m b a r q u e r d e nouveau. E n attendant le m o m e n t de la m a r é e , je fis connaissance avec u n passant qui m'invita fort poliment à boire le thé dans sa maison. L à toute la famille s'assembla pour m e saluer ; b e a u c o u p d e gens d u dehors accoururent aussi p o u r m e voir. A Tsongm i n g , l'Européen est encore u n personnage qui excite la curiosité. A p r è s avoir causé assez longuement avec m o n hôte, je le remerciai de l'accueil qu'il m'avait fait, je lui fis promettre d'embrasser notre sainte Religion , et m e rendis à m a barque. L'eau était toujours trop basse pour partir ; je pensai donc à pérorer encore u n p e u d u haut d e m o n embarcation. Les Chinois aiment b e a u c o u p à faire la conversation avec qui q u e ce soit, mais surtout avec les étrangers ; de manière qu'on n'a pas besoin ici de sonner d e la trompette pour faire accourir tout le m o n d e : il suffit de se montrer. D'abord je restai assis dans l'inté-


42 rieur d e la barque, afin d'exciter u n p e u le désir des curieux qui allongeaient tous le cou vers m o i ; puis je m e levai et parus sur le pont. L'auditoire était plus n o m b r e u x q u e jamais. D a n s la foule se trouvait u n jeune chrétien de dix-sept à dix-huit ans q u e les payens m e signalèrent. Je fus très-heureux d'avoir à qui m'adresser ; je le questionnnai sur Dieu , sur le ciel, sur l'enfer, sur le jugem e n t , et je m e servis de lui pour instruire ses pauvres compatriotes. C e cher enfant n'était pas le m o i n s d u m o n d e intimidé ; il m e d e m a n d a u n chapelet ; jugez si je lui e n donnai u n de b o n c œ u r . « J'avais à peine m i s pied à terre sur le continent , qu'un catéchumène , dont la f e m m e avait été baptisée à l'article de la m o r t , ayant eu connaissance de m o n arrivée , vint m e prier de lui accorder la m ê m e grâce. C o m m e il était bien préparé, je n e crus pas pouvoir repousser sa pieuse d e m a n d e ; je lui conférai le b a p t ê m e , en présence d'un grand n o m b r e d e payens , et après la cérémonie , je les exhortai tous à l'imiter. V o u s le voyez , m o n R. P è r e , à chaque instant, à chaque pas , nous pouvons faire connaître le vrai Dieu. « N o u s savons q u e tout le bien qui se fait est l'ouvrage de la grâce ; mais ici peut-être plus qu'ailleurs la conversion des payens nous rend cette vérité sensible, et n o u s la fait, pour ainsi dire , toucher au doigt. Presque tous ceux qu'on baptise viennent d ' e u x - m ê m e s , conduits par une m a i n invisible, car la divine bonté m e t tout en œ u v r e pour sauver ces pauvres idolâtres , surtout au m o m e n t de la mort. Dernièrement j'entendis raconter qu'un p a y e n , réduit à l'agonie et déjà tenu pour mort , se réveilla tout-à-coup en s'écriant qu'il voulait croire en Dieu. Pourquoi ? parce qu'il avait vu , disait-il , des d é m o n s s'élancer sur lui et l'entraîner vers u n a b î m e de feu , où il aurait été infailliblement précipité, si d e u x


43 inconnus vêtus d e blanc n'étaient venus à son secours. Ces d e u x inconnus , disaient nos chrétiens , étaient sans doute ses deux petits frères , ondoyés à l'insu d e leurs parents et morts presque aussitôt après le b a p t ê m e . « Q u o i q u e le n o m b r e des néophytes a u g m e n t e tous les jours, il est encore bien loin d e ce qu'il fut autrefois. S o u s l'empereur K a n g - h i , on comptait dans cette province trois cent mille chrétiens ; il n'en reste plus q u e soixante mille. L a persécution d'un côté , et de l'autre le m a n q u e d'ouvriers apostoliques, ont causé cet affreux désastre. Vingt-quatre grandes chapelles , dont plusieurs méritaient presque le n o m d'églises , s'élevaient jadis au milieu des c a m p a g n e s et des villes ; presque toutes ont été détruites , ou , ce qui est plus m a l h e u reux encore , ont été converties en pagodes. Depuis trois o u quatre ans , o n construit de tous côtés d e n o u veaux oratoires , mais il nous faudrait quelques sanctuaires assez imposants pour relever la majesté d u service divin , et nous n'en avons pas u n seul. Quelle impression ne ferait pas sur nos payens la v u e d'un temple c o m m e vous en avez en E u r o p e , surtout si l'office p o u vait s'y célébrer avec solennité ! L'on peut bien dire qu'ici le culte est réduit à sa plus simple expression : il n'y a q u e la piété des fidèles qui embellisse nos jours de grande fête. D a n s plusieurs pays d'Europe les h o m m e s seuls ont le droit d'élever la voix dans l'église ; ici, c'était tout le contraire , avant que Monseigneur y mît ordre. Les vierges seules étaient en possession d e psalmodier et d e chanter les prières d e la messe. Aujourd'hui tout le m o n d e chante à la fois , et q u a n d on est bien d'accord , c'est u n ensemble aussi mélodieux que touchant. « D é j à , m o n R. Père , vous avez entendu parler des vierges chinoises ; je v e u x aussi vous en dire u n m o t . V o u s savez que dans chaque chrétienté, il est u n certain


44 n o m b r e de personnes qui , sans être liées par les v œ u x religieux, font profession d e garder la virginité. C e sont elles qui font les hosties , les cierges et les ornements d'autel ; elles remplissent toutes leurs fonctions à la m a nière des anges , c'est-à-dire sans q u e personne les voie. O n peut les appeler avec vérité la fleur d e la chrétienté, et cette espèce d e fleur fait grand h o n n e u r au jardin d e l'Eglise. Qu'il fait b e a u voir le lys d e la virginité briller ici a u milieu d e la fange d e l'idolâtrie ! Rien ne peut exprimer quelle est la licence des m œ u r s en pays infidèle ; mais l'excès d u vice sert, dans les desseins d e Dieu , à faire ressortir l'éclat d e la plus pure des vertus, et il n'en faudrait pas davantage à des y e u x clairvoyants pour reconnaître sa céleste origine. L'attrait p o u r cette vie angéliq u e n e paraît nulle part plus puissant q u e là o ù , naturellement parlant ; o n devrait en ignorer m ê m e le n o m . D a n s m o n district , qui c o m p t e environ neuf mille chrétiens , il y a plus d e trois cents vierges. B o n n o m b r e d e chapelles sont dues à la libéralité d e ces pieuses filles, et presque [toutes les a u m ô n e s q u e j'ai reçues p o u r la Mission m e sont venues de. leurs mains. Celles qui n'ont q u e leur travail p o u r vivre, veulent exercer aussi leur charité et trouvent toujours m o y e n d e faire leur offrande, mais avec u n e si grande humilité, qu'elles évitent autant d'être vues qu'un voleur q u a n d il médite u n m a u vais coup. C e s vierges nous sont d'un très-grand secours p o u r instruire les ignorants , p o u r baptiser et élever les enfants a b a n d o n n é s , et p o u r exhorter les payens en danger d e m o r t . Si l'on est sourd à leurs exhortations , o n n e peut d u m o i n s s'empêcher d e louer leur zèle et d e respecter leur vertu. T o u t ce q u e font les S œ u r s d e St. Vincent d e Paul en E u r o p e , les vierges chinoises en sont capables. Aussi Dieu se plaît à répandre ses b é n é dictions sur toutes les œ u v r e s qu'elles entreprennent p o u r


45 son a m o u r et pour sa gloire. Je ne puis m'empêcher de vous en citer u n exemple. « Dans un village qui n'avait pas été visité depuis de longues années , plusieurs familles chrétiennes vivaient dans u n oubli presque total des devoirs de la religion. U n e vierge appelée Marie T s a m en était vivement affligée , et demandait sans cesse au Seigneur qu'il luifîtconnaître ce qu'elle devait faire pour remédier à u n si grand malheur. Dieu lui inspira la pensée de bâtir à ses frais u n petit oratoire. L a chapelle construite , ellefitdes instances auprès de ses parents et de ses voisins pour les engager à venir prier avec elles. — « C'est impossible, disaient-ils , nons ne savons aucune prière. — Venez toujours , leur répondait-elle , je vous apprendrai celles que je sais ; si vous ne priez p a s , c o m m e n t pouvez-vous espérer de vous sauver ? » Elle se mit d'abord à instruire les enfants, et en peu de temps la chapelle fut r e m plie de fervents néophytes. Maintenant on y prie tous les jours matin et soir , et le dimanche o n y fait le c h e m i n de la croix. Dernièrement cette vierge vint m e chercher pour baptiser une petitefillepayenne qu'elle a adoptée , et qu'elle se propose d'élever dans la crainte et l'amour d u Seigneur ; elle a aussi converti quatorze grandes personnes , dont cinq ont déjà reçu le baptême ; les autres habitants de son village se préparent à le recevoir bientôt. Tout le bonheur de cette pieusefilleest de prier, d'entendre la sainte messe et de faire la sainte c o m m u n i o n . J'ai v u beaucoup de c o m m u n a u t é s religieuses en France, mais je ne m e souviens pas d'avoir rencontré une religieuse d'une plus grande piété. « Les vierges d e ce pays n'ont pas d'autre clôture que la prudence , ni d'autre voile que la modestie ; elles n'en sont pas moins la consolation de l'Eglise et u n sujet d'admiration pour les payens. Elles savent si bien


46

inspirer l'amour d e la sainte vertu , q u e souvent elles parviennent à recruter des émules et des modèles dans les rangs m ê m e s de l'infidélité. E n voici u n bel e x e m p l e : une p a y e n n e ayant fait connaissance avec u n e d e ces vierges chrétiennes , celle-ci lui dépeignit son b o n h e u r avec des couleurs si vives, qu'ellefitnaître dans le c œ u r d e cette f e m m e les sentiments d'une sainte envie. Dieu exauça ses désirs , et bientôt elle fut e n état d e recevoir le b a p t ê m e . Elle prit le n o m de Magdeleine. C'était trop d e joie p o u r l'heureuse néophyte ; elle voulut la faire partager a toute sa famille. D'abord o n se m o q u a d'elle , puis o n finit par l'écouter et par se rendre à tout ce qu'elle souhaita, tant est puissante la grâce secondée par le zèle le plus p u r ! Père, m è r e , frères , s œ u r s , et bien d'autres encore devinrent bientôt chrétiens. O n c o m p t e maintenant vingt enfants d e Dieu là o ù il n'y avait n a g u è r e q u e des esclaves d u d é m o n , et ce n o m b r e sera peutêtre doublé avant u n a n . C'est cette fervente néophyte , Magdeleine S o m , qui a instruit à elle seule toute cette chrétienté naissante. S a famille a maintenant le dessein d e bâtir u n e chapelle, ce qui contribuera b e a u c o u p à la gloire d e Dieu. « Qu'elle est belle, m o n R. P è r e , l'existence d'un Missionnaire en Chine ! Il m'est impossible d e v o u s la dépeindre telle qu'elle est. A c e u x qui pourraient e n douter je dirais : gustate et videte (1). M o n Dieu 1 q u e tous ceux qui s'ennuient et n e savent q u e faire d e leur t e m p s en E u r o p e , viennent d o n c ici. Figurez-vous u n prêtre chargé d e desservir, n o n pas trois o u quatre paroisses, mais soixante-dix o u quatre-vingts chrétientés ; figurezvous ce prêtre appelé d e tous les côtés à la fois par des milliers d e néophytes , et entouré d e plusieurs millions (1) G o û t e z et voyez. P s , 3 3 . 9.


47 d'infidèles, aurait-il le temps de penser à l'ennui ? L e ministère apostolique offre mille consolations : c'en est une grande en particulier de se voir aidé et secouru par un grand n o m b r e de néophytes zélés, dans la guerre q u e l'on fait jour et nuit a u d é m o n . L a grâce d u Seigneur adoucit tout et fait trouver le bonheur partout. Jusqu'à présent je n'ai encore e u qu'un sujet de peine , c'est de ne pas pouvoir suffire à m a mission ; et voici q u e cette peine est déjà changée en joie par l'arrivée de nouveaux Pères et par l'espoir d'un prochain renfort. Il n e nous reste donc plus qu'à rendre grâces au Seigneur. « Daignez , m o n R . Père , m e servir d'interprète auprès de tous nos Pères et Frères , et recevoir l'assurance , etc. « ESTÈVE , S . J. »

Extrait d'une lettre du R. P. Clavelin, de la Compagnie de Jésus, à un Père de la même Compagnie.

Tsong-ming , 3 1 mai 1 8 4 5 . « Mon RÉVÉREND Père,

« V o u s avez p u voir dans u n e de m e s lettres précédentes q u e , grâce à la bonté divine, m e s travaux ne sont pas tout-à-fait infructueux dans l'île où j'ai été envoyé. C o m m e l'important n'est ni de semer ni d'arroser , mais bien d'obtenir cet accroissement que Dieu seul donne , je forme une nouvelle milice, destinée à protéger la portion d u c h a m p que le Père de famille a confiée à m e s soins, et pour m i e u x toucher le c œ u r de D i e u , je n'admets dans ses rangs q u e des â m e s pures , innocentes , encore revêtues de leur robe baptismale , et aux prières


48 desquelles Notre Seigneur n e saurait rien refuser. J'ai déjà complété la première c o m p a g n i e ; elle se c o m p o s e d e cent enfants payens baptisés à l'article de la mort. L a plupart d e ces pauvres créatures avaient été a b a n d o n nées par leurs parents et recueillies par nos chrétiens. « Les fidèles sachant q u e , s'ils veulent faire plaisir a u Père , il faut lui annoncer qu'on a baptisé des enfants payens à l'article d e la mort, c o m m e n c e n t à s'occuper activ e m e n t d'une si b o n n e œ u v r e . Ils savent également q u e c'est u n m o y e n infaillible d'avoir des médailles ; et le prix q u e leur foi attache à ces pieux objets , joint a u x indulgences q u e le St. Siège vient tout r é c e m m e n t d'accorder à c e u x qui procurent la grâce d u b a p t ê m e à ces petis m o r i b o n d s , excite p u i s s a m m e n t leur zèle. Q u e l ques chrétiens m'ont apporté d e cinq à six lieues de distance plusieurs d e ces nouveaux-nés ; j'ai été obligé de leur dire q u e cela n'était pas nécessaire p o u r avoir la médaille , q u e l'important était d e trouver les e n fants abandonnés , d e les bien baptiser et d'en prendre soin ensuite jusqu'à leur m o r t , o u bien encore de parvenir à baptiser c e u x qui mouraient dans leur propre famille. « P a r m i les enfants qui m'ont été apportés, j'en ai v u qui avaient encore le front tout noirci par la f u m é e d u papier brûlé en l'honneur d u d é m o n p o u r obtenir leur guérison. II y a u n mois qu'on m'en présenta u n déjà âgé de trois à quatre ans. C o m m e il s'amusait dans la c a m p a g n e à couper d e l'herbe avec u n couteau, il fut saisi tout-à-coup d'une maladie violente et inconnue. U n d e vin fut consulté ; il répondit gravement q u e cet enfant, en enfonçant son couteau dans la terre , avait blessé le diable à la cuisse , et q u e celui-ci s'en était v e n g é en lui envoyant cette maladie. Mille superstitions n'ayant p u apaiser le d é m o n vindicatif, on résolut d'abandonner


49

l'enfant. U n e chrétienne qui en fut informée, le dem a n d a et l'obtint. Les parents ajoutèrent m ê m e q u e , si le baptême lui rendait la santé, ils se feraient chrétiens. Je n'en ai point entendu parler depuis. D e tous ceux qui ont été ainsi baptisés, quatre ou cinq seulement survivent encore. Mais combien y en a-t-il qui échappent à nos recherches ! C e u x que nous avons recueillis sont, pour ainsi dire, c o m m e une goutte d'eau enlevée à la rivière. C o m b i e n en ai-je vu dans les fossés pleins d'eau ! O n les y jette pendant la nuit, et d e u x minutes après ils sont suffoqués. Il faut dire aussi qu'on en jette beaucoup qui sont déjà morts, et cela pour s'épargner des embarras de sépulture. Aujourd'hui j'en ai baptisé un dont le père voulait absolument se défaire; la m è r e , un peu plus h u m a i n e , en a prévenu une chrétienne qui est allée le chercher. Il sera dans le ciel au premier jour. D a n s la presqu'île de K r é m e n , on voit quelquefois des h o m m e s chargés d'un certain n o m b r e de ces petits enfants qu'ils vendent au plus offrant, mais toujours à bon m a r c h é . U n e bonne vierge en a acheté trois et est parvenue à en baptiser trois autres qui se mouraient. C e u x qu'elle a payés lui reviennent à cent cinquante sapecs, c'est-à-dire à soixante-dix centimes environ. A u bout de d e u x ou trois jours , il y avait six anges d e plus a u ciel. V o u s pensez bien q u e j'ai donné m e s instructions pour qu'on achète tous ceux que l'on trouverait en pareil état. « A u c o m m e n c e m e n t de ce beau mois d e mai J'avais promis à la St Vierge de lui offrir, à la fin d u mois, un bouquet de fleurs spirituelles d'une espèce nouvelle , et qui, je l'espère , lui auront été bien agréables. Il devait se composer de trente de ces jeunes innocents qui s'en vont tout droit au ciel. Je n'ai pas été trompé dans m o n attente ; aucune de ces fleurs ne m'a m a n q u é . J'ai m ê m e p u les présenter à notre Mère par les mains том. xx. 116. 3 e


50

de huit adultes , également régénérés pendant le cours de ce mois. Cinq de ces enfants sont morts après leur baptême.... « L a Providence paraît se manifester ici d'une m a nière plus sensible qu'en E u r o p e , soit envers ceux qui semblent être les élus , soit envers ceux qui se sont attiré la réprobation divine. J'ai fait déjà plusieurs fois cette r e m a r q u e ; et u n jour q u e je la c o m m u n i q u a i s à u n ancien Missionnaire , il m e raconta en preuve d e ce fait le petit trait suivant. D a n s son district se trouvait u n e pauvre chrétienne , malade depuis un an. S o n indigence la mettait hors d'état d'aller trouver le Missionnaire, o u m ê m e d e payer quelqu'un pour le faire avertir. Mais , pleine de foi , elle n e cessait d e prier Dieu d e ne pas la laisser mourir sans sacrements , et sa ferveur redoublait à m e s u r e qu'elle se sentait décliner. L ' h o m m e de Dieu , en parcourant son district, passa dans u n e petite ville , où il n'avait nullement envie d e s'arrêter. Voulant savoir l'heure , il regarde sa montre ; il la trouve dérangée sans pouvoir en soupçonner la cause. Il apprend qu'il y a u n horloger dans la ville ; il va le trouver. C'était dans la maison m ê m e de cet artisan qu'habitait la m a l a d e qui désirait tant voir u n prêtre. Elle fut bientôt informée de la présence d u Missionnaire. Jugez de sa joie. Celui-ci la confesse et lui d o n n e l'extrêmeonction. P o u r comble de b o n h e u r on trouve dans le voisinage tout ce qu'il faut pour dire la sainte messe. L a malade c o m m u n i e avec u n e ferveur d'ange. Après la messe , le Missionnaire se presse d e partir ; le fils unique de cette chrétienne le reconduit à quelques pas dans la r u e , et en rentrant à la maison il était orphelin ; sa m è r e s'en était allée au ciel. « Je suis , etc.

« Clavlin , S. J. »


51

Lettre du R. P. Gonnet, de la Compagnie de Jésus ; à un Père de la même Société.

Kiang-nan , 1 3 juillet 1 8 4 5 .

« M O N RÉVÉREND P è r e ,

« Pendant les trois premiers mois qui ont suivi m o n arrivée en Chine , je n'ai eu aucun poste fixe ; j'étais occupé à courir de chrétienté en chrétienté pour administrer l'extrême-onction aux malades, et pour entendre les confessions. Depuis, on m'a assigné un district aussi vaste qu'un diocèse de France ; il renferme près de sept mille chrétiens , et je ne sais combien de millions d'infidèles ; là , je suis Vicaire, C u r é , Missionnaire et presq u e Evêque. Jugez c o m m e tous ces ministères sont faciles , lorsqu'on sait à peine balbutier quelques mots , et qu'on a tous les jours à traiter avec des personnes qu'on ne c o m p r e n d pas. Dernièrement je m e suis surpris à faire en français une chaude exhortation à un pénitent qui n'entendait pas m o n chinois. « Depuis quatre mois que je m e trouve dans ce district , je suis u n être amphibie : la moitié d e m a vie se passe sur l'eau dans m a petite nacelle , car dans cette partie de la Misssion il n'y a presque pas d'autre m o y e n d e transport ; o n se sert rarement d e palanquins. Ces barques chinoises sont fort c o m m o des et ont u n grand air de propreté. L a mienne est divisée en trois compartiments, le premier pour le Missionnaire , l'autre pour m o n catéchiste , et le troisième


52 pour mon batelier. M a

petite cabine , qui est la c h a m b r é

principale , a environ trois pieds et d e m i d e largeur sur cinq et d e m i d e longueur et quatre d e hauteur. L à se trouvent dans différentes cases tous les objets qui sont a m o n usage , chapelle , habits , livres , voir m ê m e u n e batterie complète d e cuisine chinoise , c'est-à-dire quelques petites assiettes et u n g r a n d vase p o u r faire cuire le riz. L à aussi je puis étendre m o n lit q u a n d je dois faire u n e longue course ou voyager paisiblement la nuit , p o u r v u toutefois q u e ce n e soit p a s sur u n e des quatre o u cinq grandes rivières qui traversent m a Mission, car depuis la guerre avec les Anglais les voleurs y a b o n d e n t , et m o n prédécesseur y a été dévalisé d e u x fois. P o u r m o i d o n c point d e d e m e u r e fixe , je suis aujourd'hui d a n s u n endroit et d e m a i n dans u n autre, selon q u e les infirmes , les b a p t ê m e s , les mariages m ' a p pellent a u septentrion o u a u midi , a u levant ou au couchant. Il est bien rare q u e je passe plusieurs jours d e suite d a n s le m ê m e lieu. L e s m a l a d e s sont ici en plus g r a n d n o m b r e q u e d a n s les autres parties d u Kiang-nan : c'est la partie la plus m a r é c a g e u s e et la plus malsaine. Aussi , depuis plus d'un m o i s , ils semblent avoir fait v œ u d e n e pas m e laisser u n e demi-journée d e repos. H e u r e u x encore si je pouvais avoir la consolation de porter les secours d e la religion à tous ceux qui les réclam e n t , et si je n'avais pas la douleur d'apprendre q u e d e pauvres chrétiens qui n e se sont pas confessés depuis quatre à cinq ans , faute d e prêtres , sont morts sans sacrement après m'avoir fait chercher o u m'avoir attendu plusieurs jours ! « V o u s savez q u e nos chrétiens ont u n e g r a n d e d é v o tion p o u r l'extrême-onction. U n petit r h u m e , u n e petite fièvre , u n léger m a l d e tête , c'en est assez p o u r qu'ils viennent d e m a n d e r à être administrés ; à plus forte rai-


53 son si la maladie paraît grave. Il y a chez e u x toute la simplicité d e la foi , et Dieu semble se plaire à la récompenser m ê m e dès cette vie. N o s bons néophytes qui, dans leurs infirmités , n'ont guère d'autre médecin q u e la divine Providence , trouvent souvent dans l'extrêmeonction u n r e m è d e efficace qui leur rend la santé. J'en ai vu plusieurs fois des exemples frappants. « E n France on serait plus qu'étonné, si on voyait de pauvres malades qui n'ont plus q u e d e u x ou trois jours de vie, venir en barque, d e quinze, vingt, trente lieues, pour recevoir les derniers sacrements ; ici c'est la chose d u m o n d e la plus c o m m u n e . L a disette d e prêtres et la crainte d'être privé des secours d e l'Eglise ont introduit cet usage p a r m i nos chrétiens. L e Missionnaire se trouve par ce m o y e n en état d'assister u n plus grand n o m b r e de malades. U n jour on m'en a apporté neuf de différents endroits dans la m ê m e chapelle ; c'était u n vrai hôpital. J'entendis leurs confessions , je les c o m m u niai , je donnai l'extrême-onction à plusieurs d'entre e u x et les renvoyai tous remplis de consolation ; mais m o n contentement était bien aussi grand que celui de ces bons néophytes. Q u e diraient de cette pieuse coutume les chrétiens indifférents d'Europe , surtout si on ajoutait q u e ces malheureux assez souvent meurent dans leurs barques au milieu de leur route ? U n petit fait, arrivé il y a p e u de jours, vous fera encore m i e u x admirer la foi d e nos chrétiens. J'avais été appelé par u n malade à l'une des extrémités d e m o n district ; après la m e s s e , je-vis entrer d e u x courriers qui m e prièrent d'aller visiter u n infirme dans u n e chrétienté éloignée de dix lieues. Vite, je m e mets en route avec eux. C h e m i n faisant, nous rencontrons u n e barque ; c'étaient des fidèles qui m'apportaient u n malade. N e reconnaissant pas le batelier qui m e conduisait, ils continuèrent à se diriger vers la pa-


54 roisse q u e je venais d e quitter , tandis q u e je me rendais d a n s une autre , voisine d e la leur. C e s pauvres gens après avoir r a m é toute la journée , arrivent enfin sur le soir bien fatigués. Point d e Missionnaire. Q u e faire ? ils se remettent aussitôt en route , espérant m e rejoindre avant m o n départ. Nouvelle déception ; j'avais poussé plus loin après avoir dit la sainte m e s s e . N o s barques se rencontrèrent encore ; m a i s cette fois nos bateliers se reconnurent. C e m a l a d e m e fit compassion bien plus encore q u e ses gens. N e pouvant revenir sur m e s pas , je lui offris d'entendre sa confession d a n s sa misérable b a r q u e et puis d e lui administrer l'extrême-onction. M a i s ce brave h o m m e m e répondit q u e depuis fort longtemps il n'avait pas e u le b o n h e u r d e c o m m u n i e r , et q u e , puisqu'il était près de m o i , il n e m e quitterait point qu'il n'eût été m u n i d e tous les sacrements d e l'Eglise. Il lui fallut d o n c encore revenir jusqu'à notre chapelle et faire avec m o i près d e huit lieues. « Encore u n trait et d'un autre genre ; car ici nous en voyons d e toutes les sortes. U n matin , après avoir administré sept m a l a d e s , dont plusieurs étaient m o r i b o n d s , je m e disais à m o i - m ê m e : voilà u n e journée bien remplie. L à dessus, je m e disposais à prendre m o n déjeûner, lorsque d e u x courriers m'arrivèrent d'une chrétienté éloignée d e plus d e treize lieues. — « Lô-ia , homme vénérable , m e dirent-ils , d e u x malades vous prient d e venir les confesser. » Aussitôt je m'élance d a n s m a petite b a r q u e q u i , grâce à u n b o n vent q u e la divine Providence fit souffler très à propos p o u r enfler m a voile, put arriver avant la nuit. M a i s voyez ce q u e sont les Chinois : les d e u x m o r i b o n d s étaient d e u x b o n s vieux dont toute la maladie consistait à n'être pas nés quarante ans plus tard ; l'un vint se confesser gaiement d a n s m a petite c h a m b r e avant la sainte m e s s e ; et l'autre,


55 m o n catéchiste le trouva fumant tranquillement sa p i p e , après s'être fortifié par u n b o n repas. C e s chrétiens désespérant de pouvoir attirer le Missionnaire a u milieu d'eux , avaient pris le plus court et le plus sûr chemin en l'appellant sous prétexte d e malades en danger. Je m e fâchai , ou plutôt je fis semblant de m e fâcher , afin qu'ils ne revinssent pas à la charge u n e autre fois ; mais je crois qu'il m'eût été bien difficile d e leur donner la contrition de leur faute. « Q u e vous dire d u respect q u e nos chrétiens ont pour les Missionnaires ? L e prêtre est à leurs y e u x ce qu'il est de fait aux y e u x d e la foi , c'est-à-dire le représentant d e Dieu sur la terre, u n autre Jésus-Christ. Sa visite est au m o i n s u n e aussi grande fête pour eux q u e dans vos petits villages la présence d u premier Pasteur. Quelquefois des décharges bruyantes annoncent son arrivée et son départ. L e jour de la Purification, les chrétiens voulurent m'honorer d'un feu d'artifice ; c'était a u x portes d'une ville qui renferme , dit-on , près d e d e u x millions d'habitants. Q u e sera-ce lorsqu'ils auront dépouillé entièrement cette crainte sous l'impression d e laquelle ils vivent depuis si longtemps ? Maintenant q u e , d'après le traité conclu avec l'ambassadeur d e France, les Européens peuvent bâtir des églises dans les cinq ports ouverts au c o m m e r c e , et que les Chinois ont la liberté d'embrasser notre sainte religion , quels heureux changements n'avons-nous pas à espérer ? Aussi commencent-ils à respirer et à s'affranchir des anciennes servitudes. Jusqu'ici, dans plusieurs endroits, il achetaient tous les ans la permission d'adorer le vrai Dieu. Cette année les mandarins ont d e m a n d é la s o m m e accoutumée, et les chrétiens l'ont refusée i m p u n é m e n t . Les payens e u x - m ê m e s se mettent aussi à se d e m a n d e r s'ils ne sont sur la terre q u e pour m a n g e r du riz. Lorsqu'ils ont connaissance d u passage


56

d'un Missionnaire d a n s quelque chrétienté , la curiosité les y a m è n e assez souvent en grand n o m b r e , et il n'est pas rare q u e , p e n d a n t l'immolation d e la divine hostie , plusieurs d e ces aveugles ouvrent les y e u x à la lumière et renoncent à leurs idoles. « 18 juillet. — Je reviens à v o u s , m o n R . Père , après quatre jours d'excursions p o u r m e s malades. D a n s la chrétienté q u e j'ai visitée hier , j'ai encore découvert u n e famille d e huit personnes qui vient d'abjurer le culte des faux dieux. C'est la famille d'un magister, (sié sam) , lequel doit sa conversion à u n d e ses petits écoliers , chrétien d e six ans qui sait très-bien ses prières. Le m a gîster se plaisait à les lui faire chanter : or le petit b o n h o m m e a tant chanté et si bien chanté , qu'enfin il a enchanté le Sié sam. « Il faut qu'en terminant je vous raconte u n trait qui v o u s donnera quelque idée des m œ u r s chinoises , et vous fera connaître le m o y e n simple et facile qu'on emploie ici p o u r se venger d'un e n n e m i . Voici ce qui est arrivé , il y a quelques semaines. U n payen , autrefois riche , avait e u , c o m m e tant d'autres , la folie d'échanger ses piastres contre l'opium des Anglais ; toute sa fortune s'en était allée ainsi en fumée , au point qu'il n e lui restait p a s m ê m e u n p e u d e riz. D a n s u n e telle détresse il va frapper à la porte d'un de ses parents qui est u n des plus opulents Chinois d e m o n district. L a charité p a y e n n e n e va pas loin. Celui-ci le repousse avec indignation et lui défend d e jamais reparaître. L e f u m e u r d'opium revient plusieurs fois à la charge ; m ê m e réception. Alors , q u e fait cet infortuné ? p o u r se venger d'une manière éclatante , il va se pendre p e n d a n t la nuit devant la porte d e son parent. E n France le seul à plaindre eût été le pauvre p e n d u ; en C h i n e , il n'en est pas ainsi. L e lendemain u n e foule d'envieux, c'est-à-dire tous les payent pauvres


57

d u voisinage, accourent chez le mandarin , et accusent le richard d e la m o r t d e son parent. L e magistrat , enchanté d e trouver cette b o n n e affaire , les écoute favorablement et p r o m e t d e poursuivre le coupable. E n effet, l'accusé p o u r se tirer d'embarras , a déjà versé dans la b o u r s e d e son juge le tiers de sa fortune , et la chose n'est p a s encore terminée. Si le m a n d a r i n est satisfait , les g e n s d e sa suite n e le sont pas ; et ceuxci , ordinairement grands f u m e u r s d'opium , sont p o u r le m o i n s aussi avides q u e leur maître. C e petit fait p o u r r a v o u s donner u n e légère idée d e la m a n i è r e dont la justice s'exerce en C h i n e . C'est bien le cas d e dire q u e tout y est vénal. Il n'y a pas d'infamie sur laquelle le m a n d a r i n ne ferme les y e u x , si o n a des piastres à lui d o n n e r : au besoin m ê m e il fera battre de verges l'accusateur , quelque justes q u e puissent être ses réclamations. « Je suis etc.

« J. GONNEt, S. J. »

Autre lettre du R. P . Gonnet, de la Compagnie de Jésus, à M. le Curé de***

K i a n g - n a n , 2 5 juillet 1 8 4 6 .

« MONSIEUR LE C U R É ,

« Voilà plus d'un a n q u e j e n'ai pas écrit u n seul m o t en E u r o p e , et si ce n'étaient les trente-cinq degrés d e chaleur qui viennent m'obliger d e garder la c h a m b r e , je n e sais pas q u a n d je pourrais trouver u n m o m e n t p o u r répondre à m e s omis. Mais la divine Providence a pourvu


58 à tout ; pendant les d e u x m o i s d e juillet et d'août force est a u x plus intrépides d e mettre b a s les a r m e s ; parfois c'est tout au plus si o n a assez d e vigueur p o u r dire la sainte m e s s e , tant cette chaleur vous accable. « V o u s savez déjà q u e le Kiang-nan o ù s'exerce notre apostolat, est la province la plus belle, la plus fertile et la plus riche de toute la Chine , celle aussi, dit-on , o ù il y a le plus de lettrés , le plus d e luxe , et probablem e n t aussi le plus d e corruption. S a population , qui est d e plus d e trente millions d e payens , n e c o m p t e q u e soixante et dix mille chrétiens environ. Q u e l vaste c h a m p à cultiver ! q u e d'ouvriers il faudrait pour faire face à tout ! Les Misssionnaires d u Kiang-nan sont c o m m e perdus sur cet i m m e n s e espace , et , p o u r m a p a r t , je suis chargé d'un district qui égale en grandeur u n diocèse d e France. M e s néophytes , a u n o m b r e d e six à sept mille , sont disséminés en trente-huit chrétientés , q u e je suis obligé d e parcourir successivement p o u r les préparer à faire leurs P â q u e s , ce qui arrive à p e u près tous les quatre ans u n e fois. « L a visite des m a l a d e s m e p r e n d plus d e la moitié d e m o n t e m p s . G r â c e à la foi vive qui a n i m e nos chrétiens , personne , m ê m e p a r m i les m o i n s fervents , n'a le triste c o u r a g e d e vouloir m o u r i r sans sacrements. D e là p o u r le Missionnaire des courses continuelles le jour et la nuit. C e n e serait rien encore s i , à nos d é p e n s , n o u s pouvions assister tous ceux qui réclament notre m i nistère ; m a i s tandis q u e n o u s courons sur u n point, o n m e u r t sans secours d u côté opposé. Q u e n'avons-nous le secret d e la multilocation ! il n o u s serait bien utile, et à nos malades encore plus. O h ! la belle vie q u e l'on m è n e ici ! Depuis le 1 janvier jusqu'au 3 1 d é c e m b r e , c'est u n e mission continuelle. Je trouve en Chine tout ce q u e je suis v e n u y chereher ; b e a u c o u p d e travail , des e r


59 croix e n assez g r a n d n o m b r e , m o i n s pesantes à la vérité q u e celles q u e j'attendais , et surtout des millions d ' â m e s à convertir et à sauver. Q u e faut-il d e plus à u n soldat d e Jesus-Christ ? L e s m a r c h a n d s d'opium, les c o m merçants anglais viennent bien à meilleur c o m p t e : p o u r quelques misérables pièces d'argent qui n e leur serviront p a s b e a u c o u p dans cinquante ans , n'abandonnentils pas aussi patrie, parents , a m i s ? n e s'exposent-ils pas à toutes sortes de d a n g e r s ? « V o u s aurez déjà appris par les journaux tout ce qui concerne la mission d e M . d e L a g r e n é e en Chine. Il p a raît qu'un troisième édit d e l'empereur, encore plus explicite e n faveur d e notre sainte Religion, vient d e p a raître. C'est aussi à l'intervention d e la France qu'on en est redevable. Mais quel en sera le résultat ? le m ê m e p r o b a b l e m e n t q u e celui des d e u x premiers. T o u s ces b e a u x édits, les m a n d a r i n s n'en font a u c u n cas ; ils n e se d o n n e n t p a s m ê m e la peine d e les afficher. Si les Missionnaires n'avaient p o u r les protéger q u e nos agents diplomatiques , ils seraient bien à plaindre. A u x y e u x des Chinois, les plus p o m p e u s e s a m b a s s a d e s sont m o i n s redoutables q u ' u n e pièce d e vingt-quatre des hommes à cheveux rouges. Ces décrets impériaux ont cependant leur b o n côté : lorsque les m a d a r i n s veulent tracasser nos chrétiens, ce qui arrive tous les jours, n o u s p o u vons réclamer légalement par l'intermédiaire d u consul anglais , toujours prêt à n o u s rendre service, et les m a n d a r i n s se m o n t r e n t plus traitables d a n s la crainte d e s'attirer d e mauvaises affaires. P o u r n o u s , E u r o p é e n s , quoique n o u s soyons encore marchandise d e contrebande, n o u s c o m m e n ç o n s à avoir n o s coudées franches d a n s le Céleste-Empire ; n o u s allons n é a n m o i n s d o u c e m e n t p o u r n e pas alarmer n o s néophytes , dont la plupart n e sont pas encore revenus d e cette peur dans laquelle ils


60 avaient vécu jusqu'à la guerre des Anglais. A i n s i , autant q u e possible, n o u s évitons d e paraître en public d a n s les villes et les b o u r g s , à m o i n s q u e ce n e soit a u x environs de Chang-hai. Messieurs les Anglais vont plus rond e m e n t q u e nous sur cet article ; en dépit des traités, ils poussent leurs p r o m e n a d e s jusqu'à vingt et trente lieues d a n s les terres ; il parcourent les villes, le cigare à la b o u c h e et en habit européen , sans q u e personne ose rien leur dire. Il est vrai qu'après leur départ le m a n darin fait grand tapage, qu'il fait battre les gardiens des portes , et envoie des gens à la poursuite d e ces étrangers avec ordre à l'oreille d e ne pas les atteindre , tout cela p o u r montrer de la face , suivant l'expression chinoise , et p o u r pouvoir se justifier devant les m a n d a r i n s supérieurs , supposé qu'on lui fit des reproches. « Les ministres anglicans s'en vont aussi d e tout côté répandant leurs Bibles par millions , en d o n n a n t à c e u x qui en veulent et à c e u x qui n'en veulent p a s , sans faire p o u r cela u n seul prosélyte d a n s tout le K i a n g -

n a n . Nisi Dominus

adificaverit domum

, in

vanum

laboraverunt qui œdificant eam (1) ; c'est ici q u e la vérité d e ces paroles est palpable. Certes , si les ministres protestants voient tous leurs travaux infructueux , tandis q u e les Missionnaires catholiques n e p e u v e n t suffire à l'ouvrage , ce n'est pas la b o n n e volonté qui leur m a n q u e , et l'argent encore m o i n s . D'où vient d o n c cette différence ? L e s m o i n s clairvoyants n e p e u vent s'empêcher d e le reconnaître : Si Deus pro nobis,

quis contrà nos ? si Deus contrà nos, quis pro nobis ? ( 2 )

(1) Si le Seigneur n'édifie la maison , vain est le travail de ceux qui la construisent. P s . 1 2 6 . 1. (2) Si D i e u est p o u r n o u s , qui sera contre nous ? si D i e u est contre nous , qui sera pour noua ?


61 « D u reste , rien d e bien extraordinaire dans m o n district depuis l'année dernière. Je n e m ' o c c u p e guères des payens par m o i - m ê m e , par la raison q u e je n'en ai p a s le t e m p s , et cependant il y aurait tant à gagner auprès d'eux. T o u t m o n travail à cet égard se borne à stimuler le zèle d e m e s chrétiens. J'ai assez souvent la consolation d'arracher au d é m o n quelques-unes d e ces pauvres â m e s rachetées a u prix d e tout le sang de JésusChrist. Depuis q u e j'ai c o m m e n c é à balbutier quelques m o t s chinois , j'ai eu le b o n h e u r d e régénérer plus d e quatre-vingts adultes. D a n s ce m o m e n t j'ai près d e d e u x cents c a t é c h u m è n e s qui s'instruisent et se disposent à la grande grâce d u b a p t ê m e . Je n e parle p a s des idolâtres qui ont u n e demi-volonté d'être chrétiens , ils sont sans n o m b r e . O h ! qu'il n o u s vienne assez d'ouvriers apostoliques, et d a n s p e u d'années n o u s verrons des millions d e ces pauvres aveugles entrer avec a m o u r d a n s la voie qui conduit à la vie. Il n'y a q u e quelques jours , j'en ai baptisé dix-sept à la fois, quatre familles entières. V o u s n e vous faites pas u n e idée d u b o n h e u r de la plupart d e ces b o n s néophytes, le jour o ù ils deviennent enfants d e Dieu par le b a p t ê m e . Ils n e savent c o m m e n t s'y prendre p o u r témoigner a u P è r e toute leur reconnaissance ; les paroles leur m a n q u e n t p o u r e x p r i m e r ce qui se passe d a n s leur â m e ; ce sont des prostrations à n'en plus finir. Assez souvent aussi d e douces larmes disent c o m b i e n leur conversion est sincère et leur â m e inondée d e joie. Je n e m'étonne plus de ce qu'on n o u s dit d e la ferveur des premiers chrétiens. Qu'elle est puissante cette grâce d u b a p t ê m e , lorsqu'elle est reçue d a n s des c œ u r s bien disposés ! L e croiriez-vous ? je connais plusieurs néophytes d e tout â g e en qui , dix m o i s après leur b a p t ê m e et au-delà , v o u s auriez de la peine à trouver u n e seule faute, m ê m e vénielle. Hélas ! p a u v r e


62 Missionnaire , pauvre Prêtre que je suis ! Ces ouvriers qui n'ont été appelés qu'à la onzième heure , n'accuseront-ils pas m a lâcheté au jour du jugement ? « Dans quelques jours je baptiserai deux époux qui , à eux deux, ont près de cent soixante et dix ans : il se faisait temps d'entrer dans le bercail. Avant leur conversion, ils étaient de la secte des Pénitents de la Chine. Il y a plus de cinquante ans qu'ils ne mangent ni viande , ni œufs , ni poisson, et qu'ils ne boivent pas de vin. Pauvres gens, que de mérites perdus pour le ciel ! Je passe sous silence une foule de petits faits édifiants, où l'on ne peut s'empêcher de reconnaître la conduite miséricordieuse de la divine Providence à l'égard de ses élus. Les traits de la divine justice ne sont pas rares non plus. Il y a quelques semaines , qu'une néophyte scandaleuse fut trouvée morte dans son lit. Le lendemain une autre femme , également peu chrétienne , rendit le dernier soupir au moment où j'allais entrer dans sa maison pour lui porter les derniers secours de la religion. « Vous voyez , Monsieur le Curé , comment l'œuvre de Dieu se fait dans le Kiang-nan ; nous sommes en progrès d'une manière sensible. Il y a trois ans , il n'était presque pas question de conversion de payens, et dans ce moment nous avons plus de deux mille catéchumènes, sans compter ceux qui ont déjà été baptisés. Que je bénis le bon Dieu de m'avoir appelé en Chine ! Nous sommes bien partout où il plaît au Seigneur de nous placer ; mais ici, aux portes du Japon, où peut-on être mieux ? A propos du Japon , nouvelle importante , si elle est vraie ; on assure que trois bâtiments français de la station de Chine , avec plusieurs navires anglais et américains, sont allés droit à la capitale de cet empire par différentes voies. Ils veulent, dit-on , demander raison à l'empereur de tant de sang européen versé , il y a deux


63 cents ans. Q u e voulez-vous , c'est une raison c o m m e u n e autre. Les Anglais et les Américains pensent à leur c o m m e r c e , les Français à faire d u bruit ; et D i e u qui les conduit tous par la m a i n , p e n s e sans doute à y introduire les Missionnaires qui n e soupirent qu'après ce m o m e n t fortuné. J'oubliais d e vous dire q u e cette a n n é e n o u s avons baptisé plus d e d e u x mille enfants, tous cond a m n é s p a r leurs barbares parents à la m o r t dès le m o m e n t d e leur naissance. Voilà u n e légion d e petits anges qui doivent bien prier p o u r notre chère Mission , car presque tous sont déjà a u ciel. « A y e z la bonté d e présenter m e s h o m m a g e s , etc. « J. G O N N E T , S. J. »

VICARIAT A P O S T O L I Q U E D U Y U N - N A N .

Lettre de M . Chauveau, Missionnaire apostolique , à Messieurs les Directeurs du Séminaire des Missions Etrangères. Y u n - n a n , 3 1 juillet 1 8 4 6

« MESSIEURS ,

« D e tous les souvenirs qui n o u s sont chers , les plus précieux , sans doute , sont ceux q u i se rattachent a u x Martyrs et a u x Confesseurs d e la foi ; saintes traditions o ù la piété d u simple fidèle puise u n nouvel a l i m e n t , en m ê m e t e m p s q u e le Missionnaire, appelé peut-être à les perpétuer par son sacrifice , en fait l'objet d e son étude et d e son émulation apostolique. P a r m i les traits d e ce genre , si n o m b r e u x aujourd'hui d a n s l'Eglise d'Orient ,


64 j'ai ouï raconter u n e histoire qui m ' a paru digne d'attention ; c'est u n épisode qui fait suite à la grande persécution d e Kia-king , et dont les détails n'ont peut-être pas été écrits. Les faits dont il s'agit, quoique passés depuis dix ans , m e semblent être de c e u x dont la m é m o i r e ne doit pas périr. J'ai d o n c cru q u e vous accueilleriez avec plaisir quelques lignes à ce sujet. D'ailleurs en gardant le silence , je craindrais d e trahir notre sainte cause , et de lui ravir u n rayon d e sa plus pure gloire. « L a quatorzième a n n é e d u règne d e Taô-Kouang , c'est-à-dire en 1 8 3 6 , et près d e Ko-kouy-ho , petite ville située dans le nord de cette province , il y avait u n e famille chrétienne très attachée à la foi, et qui , vingt ans plus tôt, en avait déjà d o n n é d'éclatantes preuves. Elle avait à son service u n p a y e n , n o m m é O u , jeune h o m m e qui paraissait d o u é d'un excellent caractère. L a famille chrétienne s'affectionna à lui, et conçut dès lors le projet d e le convertir. O u n'opposa pas longue résistance ; il adora dès les premiers jours et jura d e n'avoir jamais , jusqu'à la m o r t , d'autre Dieu q u e le D i e u des chrétiens. N o u s verrons s'il fut fidèle à ses serments. O n lui avait procuré plusieurs d e nos livres ; il aimait à les feuilleter ; il se faisait expliquer le sens des caractères qu'il n e comprenait pas ; en u n m o t tout annonçait p o u r l'avenir u n néophyte fervent et d é v o u é . « Quelques m o i s plus tard, je ne sais trop à quelle occasion , il alla voir sa famille qui demeurait à neuf o u dix lieues d e Ko-kouy-ho. D è s son arrivée , il annonça son c h a n g e m e n t d e religion , et s'efforça d e faire goûter la m ê m e grâce à ses parents. Ceux-ci c o m m e n ç a i e n t à partager ses convictions, q u a n d survint u n oncle maternel d u jeune catéchumène. « Qu'est-ce q u e j'entends dire ? « s'écria cet h o m m e furieux dès l'exorde ; o n t'accuse « d'avoir embrassé la religion d u Maître du ciel, cette


65 « mauvaise religion dont personne n e veut. — Vrai« m e n t , lui répondit froidement le n e v e u , lu es fort « habile à dire des injures , es-tu aussi habile à raison« ner ? T u dis : L a Religion d u Maître d u ciel est m a u « vaise. V o y o n s , qu'est-ce d o n c q u e cette Religion en« seigne ? » Certes ,il n e fallait pas tant de logique p o u r mettre le p a y e n à b o u t ; il en fut quitte p o u r la honte d'une défaite , car il ne put pas articuler u n seul d o g m e d e la foi chrétienne. « A partir d e ce m o m e n t , le vindicatif et orgueilleux p a y e n jura d e se venger. Ilfittant et si bien qu'il réussit à s'emparer des livres d e son n e v e u , et les e m p o r t a chez lui. Notre j e u n e apologiste , privé d e sa bibliothèque , va h a r d i m e n t trouver le ravisseur , lui dit qu'il veut ses livres, et qu'il entend lire et prier à son gré , sans q u e personne ait rien à y voir. C e p e n d a n t , quoi qu'il fît , jamais il n e put rien obtenir ; c'était u n e perte véritable p o u r ce p a u v r e enfant, u n e perte difficile à réparer , et qui lui causa bien d u chagrin. « Il se disposait à venir rejoindre ses maîtres , q u a n d u n certain soir son m é c h a n t oncle arrive tout courroucé, « Enfin , dit-il à son n e v e u , as-tu fait tes réflexions ? « V e u x - t u apostasier la mauvaise Religion d u Maître d u « ciel, oui o u n o n ? — N o n certes , je n e le v e u x pas ; « je n e v e u x point d e tes conseils n o n plus , je v e u x « seulement m e s livres. C o m m e n t ! tu n'as pas honte « d e traiter ainsi ton n e v e u ? — Fais bien attention , lui « dit son oncle , si tu n'abjures pas ta religion , je t'ac« cuserai devant le m a n d a r i n . — Je t'en crois bien ca« pable , m a i s je n e céderai pas plus à la p e u r q u ' a u x « injures. V a chercher les satellites ; je les attends d e « pied f e r m e . » « Soit q u e ce j e u n e h o m m e n e crût pas à la sincérité des paroles d e son oncle, soit qu'il jugeât pouvoir le d é -


66 sarmer plus aisément e n lui jetant u n défi , il joignit quelq u e s p r o p o s assez verts à cette réponse énergique , si bien q u e le p a y e n , a u paroxisme d e la colère, sortit en proférant des b l a s p h ê m e s et des m e n a c e s d e m o r t . O n conseillait a u n o u v e a u chrétien d e se dérober par la fuite a u m a u v a i s vouloir d e son oncle. « N o n , n o n , répondit« il, je n'ai point p é c h é , je n'ai p e u r d e personne. » Il attendit d o n c , et il eût p u dire alors , c o m m e le plus auguste des innocents v e n d u par u n des siens : « Voici venir celui qui doit m e livrer. « Il n'eut p a s à l'attendre longtemps. Déjà son oncle est d e retour, en c o m p a g n i e d e n o m b r e u x satellites. C e n o u v e a u Judas , fidèle imitateur d e l'ancien , n'avait pas honte d e m a r c h e r en tête d e la t r o u p e , et l'on peut aussi dire d e lui : Antecedebat eos (l). Le pauvre jeune h o m m e est lié, garrotté et conduit sous b o n n e escorte à u n m a n darin d e grade inférieur , qui résidait à d e u x o u trois lieues. C e s fonctionnaires à petite boule d'or, n'aiment pas d'ordinaire à se mêler des causes longues et compliquées ; il leur est plus c o m m o d e d e f u m e r une pipe d e b o n o p i u m anglais. Celui-ci renvoya d o n c son captif a u m a n d a r i n d e Tcheou-hioûng, ville célèbre dans l'histoire des Martyrs d u Yùn-nân , et dont le sol vient e n c o r e , cette a n n é e m ê m e , d'être arrosé d u sang chrétien. L e juge d e Tcheou-hioûng c o m m e n ç a par mettre le jeune O u à la torture. Mais il trouva dans ce néophyte u n e justesse d e raison qui le frappa ; ilfitsuspendre les supplices p o u r s'enquérir d u t e m p s , d u lieu et des circonstances d e sa conversion ; ayant appris qu'il avait été instruit par les fidèles d e Ko-kouy-ho , il y dépêcha ses seïdes, gens affamés de sang et d'or. « L e u r arrivée d a n s cette ville fut un c o u p d e foudre (1) Il les précédait

Luc 22. 47.


67 p o u r les chrétiens. L a plupart se cachèrent ; les f e m m e s presque seules restèrent à la m a i s o n : quelques-uns cep e n d a n t ,plus g é n é r e u x et plus fermes, résolurent d e tenir tête à l'orage. Bientôt les satellites eurent pris leurs informations. Il résulta d e leurs recherches q u e , de tous les chrétiens restés au logis , trois seulement pouvaient avoir u n p e u d'argent. D è s lors ils devinrent coupables , et les avides satellites, divisés en trois b a n d e s , a u m ê m e jour et à la m ê m e h e u r e , arrêtèrent ces trois néophytes, les garrottèrent , pillèrent leur petit mobilier, et n e laissèrent q u e ce qu'ils n e purent e m p o r t e r . « L e s trois n o u v e a u x captifs furent i m m é d i a t e m e n t conduits à Tcheou-hioûng, et confinés dans la m ê m e prison q u e le c a t é c h u m è n e . D e u x d'entre e u x étaient catéchistes ; l'un , appelé Lô , était d'une piété et d'une sagesse exemplaires ; l'autre, n o m m é Tcheu, se distinguait par son énergie et sa fermeté. D è s le surlendemain d e leur arrivée , le m a n d a r i n les appelle ; ils viennent a u tribunal. O n c o m m e n c e l'interrogatoire par les gracieusetés ordinaires, c'est-à-dire, par u n e vingtaine d e soufflets. A p r è s ce touchant e x o r d e , le m a n d a r i n qui croit a p p a r e m m e n t q u e leurs c œ u r s sont attendris parce q u e leurs visages sont en s a n g , leur propose d'apostasier. L e s quatre chrétiens, car il est bien p e r m i s d'appeler ainsi le c o u r a g e u x néophyte O u , refusent nettement. « C o m m e n t d o n c , e u x , petit peuple , Siào pê-sin, disent les m a n d a r i n s , osent-ils résister à des ordres é m a nés d e si haut ? » Cette a u d a c e exigeait u n e punition exemplaire. Elle leur est infligée à l'instant. Ils sont frappés , battus d e verges , presque roués à m o r t . A p r è s ces cruels supplices , ils sont interrogés d e n o u v e a u ; o n veut les forcer encore à l'apostasie ; à peine ont-ils assez d e force p o u r e x p r i m e r u n n o u v e a u refus. L e m a n d a r i n furieux les fait assaillir u n e seconde fois ; on


68 craignait qu'ils n'expirassent d a n s les tourments. Cent fois le bourreau à la boule d'or leur propose d'abjurer l'Evangile ; cent fois o n lui oppose u n e volonté ferme d e mourir chrétien. « L e cruel tyran n'avait p o u r le m o m e n t d'autres ressources q u e la patience d u tigre, q u a n d il n e peut encore atteindre sa proie ; ilfitjeter les saints confesseurs dans leur prison, et c o m b i n a , avec la rage d e son orgueil vaincu , u n e vengeance atroce qui devait d o n n e r trois martyrs à l'Eglise de Dieu. D a n s leur c a c h o t , leS quatre chrétiens eurent b e a u c o u p à souffrir ; sans secours, sans a m i qui soignât leurs plaies, presque sans vêtement et sans riz , insultés , harcelés nuit et jour par u n e n u é e d'ignobles satellites qui voulaient d e l'argent , ils passèrent cinq jours dans u n martyre continuel. « A u bout d e cette longue a g o n i e , le m a n d a r i n crut q u e l'heure d e sa vengeance était v e n u e ; il n e savait pas q u e celle d e la vengeance divine allait sonner p o u r lui. Il appelle d o n c nos chers confesseurs à sa barre. S a première parole est u n ordre d'apostasier ; la première réponse des quatre chrétiens est encore u n refus énergiq u e . E n vérité, rendons cette justice au m a n d a r i n , il y avait d e quoi lasser sa patience. Aussi n e se contient-il plus en voyant ces chrétiens , inaccessibles à toute autre crainte q u e celle d e Dieu , n e tenir a u c u n c o m p t e d e ses injonctions sacriléges. Il les fait prendre par ses b o u r reaux , il o r d o n n e qu'on les frappe, qu'on les déchire , qu'on les broie. O n sait avec quelle sorte d'infernale jouissance les satellites exécutent ces ordres sanguinaires envers les serviteurs d e Jésus-Christ : c e u x d u Yûn-nân, formés à cet exercice dès leur jeunesse , ont acquis u n e longue expérience dans l'art d e la torture. O n n e peut d o n c exprimer ce q u e nos chrétiens eurent à souffrir ; car aucun des secrets d u métier n e fut négligé p o u r e u x .


69

Ils étaient mourants , q u a n d le m a n d a r i n ordonna d e suspendre les supplices. Il n'avait encore outragé q u e les adorateurs d e Dieu , il fallait bien aussi outrager Dieu lui-même. « P a r m i les objets enlevés a u x trois chrétiens , était u n crucifix d'assez grande dimension. L e m a n d a r i n fait jeter à terre ce s y m b o l e religieux, et c o m m a n d e sous les plus terribles m e n a c e s a u x confesseurs d e le fouler a u x pieds. L e catéchiste Lô refuse ; le catéchiste Tcheu refuse ; le chrétien arrêté avec e u x , n o m m é Yuen et vivant encore aujourd'hui, refuse pareillement. Restait le c a t é c h u m è n e Ou : il n'avait p a s reçu le b a p t ê m e , il n'était pas encore chrétien a u x y e u x d e son juge , quoiqu'il avouât n e reconnaître d'autre Dieu q u e JésusChrist ; le m a n d a r i n le presse , lui p r o m e t son p a r d o n , lui tient u n langage paternel , et termine enfin sa charitable allocution p a r ces m o t s : « Foule a u x pieds cette « mauvaise i m a g e . — M o i , s'écrie l'excellent j e u n e « h o m m e , m o i fouler a u x pieds la croix d e m o n salut ! « n o n , j a m a i s je n e le ferai. » Alors le m a n d a r i n transporté d e colère : « A p p o r t e z u n s a b r e , s'écrie-t-il. » O n lui en présente u n , tel à p e u près q u e nos sabres poig n a r d s . « P r e n d s ce sabre , dit-il à u n satellite ; attaque « ce crucifix ; pique-le avec la pointe ; frappe surtout « a u visage. » L e satellite obéit en riant ; les autres applaudissent à ses coups ; les chrétiens seuls gémissent à la v u e d e ce jeu sacrilége. A ce m o m e n t , le m a n d a r i n descend d e son espèce d e trône , e n proie à u n e émotion terrible ; il sort d e la salle p o u r n e plus y reparaître. L e s quatre confesseurs peuvent à peine arriver jusqu'à leur cachot , tant ils sont déchirés et meurtris. « D a n s les diverses parties d e cette prison , il y avait environ trois cents h o m m e s , entassés dans des c h a m b r e s assez étroites , au n o m b r e d e quarante , cinquante, soi-


70 xante dans c h a c u n e ; la plupart d e ces m a l h e u r e u x n'avaient c o m m i s a u c u n crime ; ils n'étaient là q u e jusqu'à ce qu'ils eussent d o n n é d e l'argent au juge ; leur rançon p a y é e , o n les eût aussitôt élargis. L e soir d e ce jour si cruel, nos chrétiens se sentirent défaillants ; ils entendirent aussi m u r m u r e r q u e le m a n d a r i n n'était pas bien ; et près d ' e u x , dans les fers, plusieurs captifs se plaignaient d'un malaise général. Ils eussent, bien voulu baptiser le pauvre catéchumène ; l u i - m ê m e le désirait ard e m m e n t ; m a i s la force leur manquait. C e p e n d a n t , le t e m p s pressait pour ce généreux néophyte ; il avait reçu le b a p t ê m e d u sang ; Dieu voulait le r é c o m p e n s e r sans plus attendre ; il m o u r u t avant le milieu d e la nuit ; le catéchiste Lô expira quelques instants après ; l'autre catéchiste Tckeu n e leur survécut q u e quelques heures. L e chrétien Yuen seul résista : soit qu'il eût m o i n s souffert, soit qu'il fût d'une constitution plus robuste , il n'a pas perdu la vie. Peut-être Dieu l'a-t-il ainsi permis p o u r q u e l'histoire de ces héroïques martyrs fût authentiquement conservée. « Enfin le matin arriva. Les satellites vinrent selon la c o u t u m e remplir leur office dans les prisons. Mais , ô spectacle d'horreur ! l'ange exterminateur avait passé par là ; près de cent cinquante prisonniers étaient morts. O n courut porter cette triste nouvelle a u m a n d a r i n . L e bruit s'en répandit bientôt d a n s toute la ville et l'on disait hautement : « Voyez-vous c o m m e le D i e u des chrétiens le punit ! » C a r cette multitude d e victimes, outre qu'elle lui ravissait l'espérance d e rançons considérables, le m e naçait d'une accusation terrible devant ses chefs. H o r s d e lui-même , en apprenant ce m a l h e u r , il vint en toute hâte à la prison , et lorsqu'il aperçut cette m a s s e d e cadavres , u n t r e m b l e m e n t universel le saisit. Rentré chez lui, il t o m b a m a l a d e incontinent. L e Galiléen avait en-


71

core vaincu celui-là. Car le m a l d o n t il fut attaqué s e m blait se rapporter a u x plaies d o n t , par son ordre , o n avait couvert le crucifix. Je n e saurais dire s'il m o u r u t le jour m ê m e , j'ai oublié cette circonstance ; mais il est sûr qu'il expira p e u de t e m p s après. « L e chrétien Yuen fut presque i m m é d i a t e m e n t remis en liberté. Je n'ai p u savoir o ù avaient été déposés les corps d u catéchiste Tcheu et d u c a t é c h u m è n e O u ; m a i s je connais la sépulture d u catéchiste Lô, dont le fils o b tint le cadavre et le rapporta d a n s sa patrie ; il a été i n h u m é dans u n terrain appartenant à u n e famille chrétienne, e n v u e d e Kô-kouy hô, à u n e demi-lieue d e cette ville. Je dois visiter ces pays-là cette a n n é e encore, et j'ai l'intention d'y faire élever u n petit m o u m e n t . « M e suis-je t r o m p é e n croyant q u e cet épisode v o u s offrirait quelque intérêt ? O h 1 s'il est u n souvenir qui é m e u v e et qui e n c o u r a g e , c'est celui des martyrs ; ce sont les forts d e l'Israël, ce sont les braves frappés a u c h a m p d'honneur. U n jour viendra peut-être o ù l'on c o m posera l'histoire d e toutes les persécutions , et cette histoire sera longne , si n u l d e c e u x qui sont m o r t s p o u r Dieu n'est oublié ; elle sera bien glorieuse à l'Eglise catholique , car a u c u n e des sectes chrétiennes n e peut n o u s en offrir la contrefaçon. Je serais h e u r e u x d'apprendre q u e cette petite relation vous a été agréable ; plus h e u reux encore si j'apprenais qu'elle peut devenir utile en q u e l q u e chose à la gloire d e D i e u . « Veuillez agréer l'assurance d u plus profond respect et d e l'inaltérable d é v o u e m e n t avec lesquels je suis, M e s sieurs , votre très-humble et très-obéissant serviteur, « CHAUVEAU ,

Miss, apost. »


72

MISSIONS DE

L'AMÉRIQUE DU NORD.

Lettre du R. P. Aubert , Oblat de Marie Immaculée , à son frère,Missionnaire de la même Congrégation.

S. Boniface de la Rivière-rouge , 2 0 juin 1 8 4 6 ,

« M O N BIEN-AIMÉ FRÈRE,

« En terminant, l'année dernière , le récit de m o n voyage de Montréal à la Rivière-rouge , je vous annonçais qu'après avoir exploré la contrée qui est devenue m a nouvelle patrie , je vous donnerais des notions plus étendues sur ce pays sauvage. Je viens aujourd'hui m'acquitter de m a promesse, et satisfaire en m ê m e temps au désir que vous m'avez manifesté de connaître les lieux où je m e trouve et les usages du peuple avec lequel je vis. « Le pays qu'arrose la Rivière-rouge dans tout son cours , était autrefois occupé par les Sioux (1). Les Assiniboines (Sioux des rochers), autre famille de la m ê m e

(i) L'histoire et la géographie gardant le silence sur cette partie de m o n travail , j'ai été obligé de m ' e n rapporter à la tradition orale d u pays , qui n e remonte pas au-delà des événements q u e je raconte.


73 nation , avaient en partage les terres sillonnées par la rivière qui porte leur n o m , et qui se jette d a n s la R i vière-rouge à dix-huit lieues d u lac Ouinipig (eau sale). L a division se mit par la suite entre les d e u x tribus ; les Assiniboines appelèrent à leur secours les Kinistinoks , à qui les Français ont d o n n é le n o m d e Cris , et qui habitaient les bords d u L a c des bois. Aidés d e ces puissants alliés , les Àssibinoines triomphèrent d e leurs rivaux, et le pays qui avait été forcément a b a n d o n n é p a r les Sioux, devint quelque t e m p s après la propriété d e s Cris. D e puis , des mariages réciproques entre les d e u x nations victorieuses cimentèrent u n e union qui n e s'est jamais rompue. « C'est d a n s cet état q u e la visite des Blancs vint les surprendre. O n ignore l'époque précise à laquelle les Canadiens-Français osèrent pénétrer pour la première fois d a n s ces régions lontaines et inconnues , m a l g r é les dangers d e tout genre qu'ils eurent à affronter. D'après les renseignements q u e j'ai p u recueillir , o n pourrait la fixer vers la fin d u dix-septième siècle. Plus tard , en 1 7 3 5 , des officiers français , sous les ordres d u c o m t e d e M a u r e p a s , prirent possession , a u n o m d e leur g o u v e r n e m e n t , d e ces vastes contrées , et y firent construire plusieurs forts dont l'un entre autres , appelé Fort d e la Reine, et situé à vingt lieues d u confluent des d e u x rivières q u e j'ai n o m m é e s , montrait encore ses ruines il y a quelques années à peine. D è s ce t e m p s , les e m p l o y é s et les chasseurs des Sociétés fondées à Montréal p o u r la traite des pelleteries, s'aventuraient déjà d a n s ces pays et y établissaient des postes. C e n e fut cependant q u e plus tard, lors d e la fondation d e la C o m p a g n i e d u Nord-ouest en 1 7 7 3 , q u e ce c o m m e r c e ayant pris u n e grande extension , attira u n nouveau concours d ' h o m m e s d'origine e u r o p é e n n e qui , pour le profit d e quelques commerTOV. xx. 116. 4


74 çants, se soumettaient aux plus dures privations et exposaient m ê m e leur vie à des périls de tous les jours. « Leur nombre croissant chaque année , les tribus qu'ils fréquentaient en conçurent de l'ombrage, et pour s'en défaire elles résolurent de les exterminer. Le complot avait été formé par les Assiniboines,

les Cris

et les

Sauteux ( 1 ) . Ces derniers occupaient alors les forêts baignées par ces innombrables rivières et ces bassins non moins nombreux qui forment c o m m e une chaîne immense, dont les anneaux extrêmes sont les lacs rieur

et Ouinipig.

Supé-

Un évènement fort heureux pour les

Blancs vint les tirer de ce danger. Dans l'été de 1781, une année avant l'époque fixée pour le massacre général de tous les étrangers , un parti d'Assiniboines se rendit sur les bords du Missouri pour livrer combat aux M a n dans.

Mais la petite vérole avait déjà détruit en partie

cette dernière tribu. Lorsque l'ennemi un

arriva dans

des campements qu'il voulait surprendre , il ne

trouva plus dans les loges que quelques mourants , qui furent impitoyablement massacres, et auxquels on enleva la chevelure et les vêtements en lambeaux. Fiers de ces dépouilles , les Assiniboines phe,

s'en retournaient en triom-

lorsque les premiers symptômes d'une maladie que

ces sauvages ne connaissaient point encore et qu'ils avaient prise de leurs victimes, se déclarèrent parmi eux; presque tous succombèrent à ses atteintes avant d'être parvenus au sein de leurs vallées. Douze seulement purent revoir leurs familles ; mais ils portaient avec eux le germe de la petite verole , qui se communiqua bien-

(1) Les Sauteux, qui ont la m ô m e langue à quelque chose près q u e les Algonquins , ce qui fait supposer qu'ils sont de la m ô m e nation , habitaient autrefois les bords d u Saut Ste M a r i e , ce qui leur a fait donner le n o m de Santeux par les Français. L e u r véritable n o m est Odjiboué-


75 tôt à leur tribu et gagna d e proche en p r o c h e les p e u plades voisines. L e s ravages d u fléau eurent en peu d e t e m p s réduit à u n faible débris d ' e u x - m ê m e s ces Indiens si n o m b r e u x alors. U n seul fait peut d o n n e r la m e sure d e cette effrayante mortalité. S u r la pointe formée p a r le confluent des d e u x rivières , s'élevaient cinq cents loges , dans lesquelles habitaient environ cinq cents personnes ; il n'en échappa q u e dix. Cela étonne m o i n s q u a n d on sait q u e ces m a l h e u r e u x en voyant sortir les boulons et des qu'ils se sentaient brûlés par les ardeurs d e la fièvre , couraient se jeter à l'eau afin d'éprouver quelque soulagement. Il paraît d'ailleurs q u e l'expérience ne les a pas b e a u c o u p instruits , puisqu'ils o b servent d e nos jours le m ê m e usage dans des cas s e m blables. Je dois ajouter q u e ces sauvages,vivant sans nul Souci d u lendemain , se trouvèrent d e p o u r v u s de toutes provisions au m o m e n t de la maladie ; plusieurs m o u r u rent d e misère ; d'autres furent dévores par les loups. O n raconte aussi q u e les chiens d e la tribu , ne voyant plus la m a i n qui leur donnait la nourriture , et pressés par la violence d e la faim , se jetèrent sur les corps inan i m é s d e leurs maîtres. « C e s scènes se passaient dans l'automne d e l'année 1 7 8 2 . Déjà alors plusieurs Canadiens-français qui avaient quille le service des C o m p a g n i e s , s'étaient établis d a n s ces contrées et avaient é p o u s é d e s f e m m e s indiennes ; leur e x e m p l e fut imité par quelques hardis chasseurs , ce qui forma en p e u d'années u n e certaine population , presque toute réunie sur les b o r d s d e la Rivière-rouge , d a n s la partie inférieure d e son cours. L'existence d e ces colons différait peu d e celle des sauvages. C o m m e eux , ils vivaient d e la pêche et d e la chasse ; d u r a n t l'hiver ils allaient dans les prairies o ù le buffle leur fournissait u n e abondante nourriture; au printemps ils


76

revenaient c a m p e r sur les rives d u fleuve , dont les eaux fourmillaient d e poissons. Ils n'avaient d'autre habitation q u e des loges faites d e p e a u d'orignal ou d e biche. « Cet état d e choses dura jusqu'en 1 8 1 1 . A cette é p o q u e , lord Selkirk forma le projet d e fonder u n e colonie au centre des possessions britanniques d e l'Amérique d u N o r d , et il choisit c o m m e le lieu le plus convenable à ses desseins le pays qu'arrose la Rivière-rouge. Il y e n v o y a à cette fin plusieurs familles d e cultivateurs écossais ; quelques Canadiens-français attirés par des promesses avantageuses , s'y rendirent aussi , et ceux des E u r o p é e n s qui se trouvaient déjà sur les lieux se réunirent à ces n o u v e a u x - v e n u s . L a culture c o m m e n ç a alors , mais sur u n e bien faible échelle ; o n se mit également à élever quelques maisons en bois. Je n e parcourrai point la longue série d'épreuves à travers lesquelles le génie des Blancs poursuivit ses plans d e fondation , et parvint à soumettre u n e nature si longtemps rebelle à ses efforts. Il est t e m p s q u e je vous m o n t r e l'action d u christianisme sur ces vastes solitudes. « Pendant longtems la population qui habitait ces lointaines contrées fut privée d u ministère apostoliq u e (1) ; aussi la conduite de la plupart d e ceux qui s'y étaient rendus se ressentait-elle d e l'absence d e tout principe religieux. Les sauvages furent témoins alors d e vices qu'ils n'avaient point connus. L e plus grand n o m b r e des postes établis par les Sociétés de la traite , étaient des écoles publiques d e libertinage ; la corruption descendit d e haut en bas , et c o m m e toujours dans des cir-

(4) U n P è r e Jésuite essaya d'y pénétrer en 1 7 6 5 ; il fut rencontré sur le L a c des Bois par u n parti de guerre Sioux qui le massacra sur u n îlot de ce lac : on m o n t r e encore le rocher où il fut

martyrisé.


77 constances analogues , elle produisit les plus funestes effets. Heureusement lord Selkirk avait compris que pour fonder une colonie il ne suffit point d'employer des moyens matériels , mais qu'il faut surtout le secours de la religion : d'ailleurs, l'expérience des premières années avait dû l'en convaincre. C'est pourquoi il s'adressa à l'Evêque de Québec , pour qu'il voulût bien donner des prêtres à une population qui en était privée. Mgr J. O. Plessis, qui occupait alors le siège épiscopal de cette ville , saisit avec empressement l'occasion de faire annoncer l'Evangile dans cette partie de son vaste diocèse, et en 1 8 1 8 , M . l'abbé Provenchère y fut envoyé c o m m e chef de la Mission ,avec le titre de Vicaire général. M . l'abbé Dumoulin lui fut adjoint pour partager ses travaux : ils étaient tous les deux Canadiens d'origine française. Partis de Montréal le 19 mai, ils n'arrivèrent que d e u x mois après à leur destination, ils trouvèrent un peuple profondément démoralisé, qui n'avait plus qu'une ombre d e foi, mais qui heureusement n'était pas impie. La vue des prêtres canadiens rappela aux colons le souvenir du pays natal, les instructions qu'ils y avaient reçues et les leçons de leurs mères. Les deux apôtres furent salués c o m m e des envoyés de Dieu. Les femmes et les enfants qui n'avaient jamais vu d'ecclésiastiques , mais qui en avaient souvent entendu parler , ne leur témoignèrent pas moins de vénération ; tous, par lafidélitéà se conformer aux avis qui leur étaient donnés, dédommagèrent ces guides vertueux des nombreux sacrifices qu'ils s'étaient imposés pour sauver leurs âmes,et leur procurer les consolations de la foi. La présence des Missionnaires produisit m ê m e une salutaire influence sur ceux qui ne partageaient point notre croyance. Ces enfants du désert ont si bien profité des instructions et des exemples de leurs Pasteurs , qu'ils forment aujourd'hui u n e popula-


78 tion des plus morales et des plus religieuses que je connaisse. L'autorité du prêtre y est d'autant plus féconde en vertus qu'elle est plus grande et plus chérie ; les vieillards c o m m e les enfants écoutent ses observations avec la plus admirable docilité. Aucun dévouement ne coûte à leur ferveur. J'ai vu pendant l'hiver , qui est ici très froid , de jeunes femmes faire trois lieues à pied pour venir entendre la sainte messe dans une église ouverte à tous les vents, et où le thermomètre descend jusqu'au 28

e

degré Réaumur. Telle est la vivacité de leur foi que

lorsqu'un malheur leur arrive , pour peu que la conscience leur reproche quelques fautes , ils le regardent c o m m e une punition de Dieu, et bénissent la main qui les frappe. Une qualité qui les distingue de tant d'autres populations, c'est que le blasphème est en horreur parmi eux , et que la loi du repos est

observée les dimanches

et les fêtes avec la plus grande fidélité. « Mon rapport ne serait qu'ébauché, si je ne vous donnais quelques notions de géographie sur le pays dont je viens de vous tracer un

aperçu historique. Lorsqu'on ar-

rive à la colonie fondée par lord Selkirk , par la voie de l'est, et qu'on sort du lac

Ouinipig

pour prendre l'em-

bouchure de la Rivière-rouge,on entre dans une contrée dont l'aspect est tout différent de celle qu'on vient de parcourir. Au lieu d'épaisses forêts, de rochers , de lacs nombreux et de rivières dont la navigation est souvent interrompue par des cascades , on découvre une plaine immense, qui se deroule dans la direction de l'ouest jusqu'aux Montagnes-rocheuses , et s'étend vers le sudouest jusqu'au Missouri. Coupée seulement par quelques cours d'eau à pente presque insensible , elle forme une vaste et fertile prairie ; c'est comme un océan dont la vue n'est bornée que par de rares bouquets de bois qui apparaissent çà et là , semblables à des îles. La Rivière-


79

rouge (1), qui d o n n e son n o m a u p a y s , p r e n d sa source

au lac Travers vers le 4 5 ° 40' d e latitude et le 9 8 ° d e longitude. Elle coule à plein bord d u sud au nord sur u n lit d e vase , ce qui rend son eau p e u limpide ; l'espace qu'elle arrose est d'environ d e u x cents lieues ; su largeur varie d e cent-cinquante à deux cents mètres , sa profondeur est d e quatre mètres dans la plus g r a n d e partie d e son c o u r s , et elle d o n n e cinq mille pieds c u b e s d'eau par seconde après sa jonction avec l'Assiniboine. Cette dernière rivière, d'une longueur à p e u près égale et tout aussi sinueuse , coule d'abord d u nord ouest a u sud-est et prend ensuite la direction d u levant. S o u cours est plus rapide et son lit plus étroit. Les bords d e ces d e u x rivières , o m b r a g é s par u n e lisière d e bois partout o ù il n'y a pas d'habitations , sont généralement agréables. Leurs e a u x nourrissent plusieurs espèces d e poissons , tels q u e carpes , tanches , brochets , esturgeons ; mais, d e tous , celui q u e les Canadiens appellent poisson blanc est le plus estimé. « E n remontant la Rivière-rouge à trois o u quatre lieues d e son e m b o u c h u r e , o n c o m m e n c e à apercevoir les premières maisons , qui vont en s échelonnant sur le b o r d des d e u x rives d a n s u n e étendue d e vingt lieues ; elles sont construites en bois et n'ont pour la plupart qu'un rez-de-chaussée ; celles qui sont crépies en c h a u x ont u n aspect plus brillant et plus riche. A u confluent des d e u x rivières dont j'ai parlé , s'élève , sur la rive

(1) L e s s a u v a g e s

appellent cette rivière Miskouagarni

Anssiping

(eau entanglantée) à cause d ' u n c o m b a t q u i fut l i v r é sur les b o r d s d u lac R o u g e , entre

les Sauteux

et les

Astiniboines

d ' u n côté , et les

Sioux d e l'autre : le s a n g a y a n t r o u g i sesflots, ils d é s i g n è r e n t s o u s le nom

d ' e a u entanglantée le lac et la rivière q u i y p r e n d une de ses

s o u r c e s nom q u e les F r a n ç a i s o n t traduit p a r le

r o u g e et Rivière-rouge.


80

droite , l'église catholique placée sous l'invocation de S. Boniface ; elle est bâtie en pierres, en f o r m e d e croix latine, et a cent pieds d e long sur quarante-cinq d e large, n o n compris les chapelles. Q u o i q u e n o n achevée d a n s l'intérieur , elle réunit les fidèles depuis 1 8 3 7 . L'habitation d u Vicaire apostolique et des prêtres qui d e m e u rent avec lui , est adossée à cet édifice et en fait c o m m e le prolongement. L e fondateur de la colonie avait doté la Mission d'une assez vaste étendue d e terrain , dont u n e partie environne l'église ; m a i s les frais d e culture , r u le prix élevé d e la m a i n d'œuvre , absorbent presque la totalité de ses revenus , et ne permettent point d'en tirer les avantages qu'il produirait dans u n e autre contrée. « L e recensement d e l'année dernière fait m o n t e r la population à six mille habitants, dont les d e u x tiers sont catholiques et p o u r la plupart issus d e pères canadiens et d e m è r e s indiennes des tribus Cris et Sauteux. L e reste des colons est d'origine écossaise et professe le presbytérianisme. O n r e m a r q u e d a n s le caractère des métis , qui sont u n m é l a n g e d e ces races diverses, u n e grande d o u ceur unie à b e a u c o u p d'inconstance ; ils ont hérité d e leur m è r e cette imprévoyance pour les besoins de la vie qui distingue à u n si haut point les Sauteux et les Cris. L e s f e m m e s , élevées par des mères indiennes , connaissent p e u la conduite d'une maison. O n peut affirmer q u e les défauts signalés chez ce peuple, proviennent plutôt d e l'absence d'éducation q u e d e toute autre cause ; aussi s o m m e s - n o u s obligés assez souvent , lorsque n o u s m o n tons en chaire, d e remplir les fonctions d e professeurs d'économie domestique. Depuis d e u x a n s , des religieuses hospitalières, dont la mission est aussi d'enseigner , c o m m e à Montréal o ù elles sont connues sous le n o m d e Sœurs grises , donnent l'instruction à plus d e cent e n fants ; leurs soins contribuent déjà p u i s s a m m e n t a doter


81 la population d e la Rivière-rouge d e b o n n e s m é n a g è r e s . L'une des religieuses , ayant des connaissances en m é d e cine , est souvent appelée auprès des m a l a d e s , qui avant son arrivée n e pouvaient recourir qu'à u n seul m é d e c i n , trop éloigné d u plus g r a n d n o m b r e pour recevoir à t e m p s ses secours. « O n peut diviser les habitants e n d e u x classes, c e u x qui cultivent la terre , et c e u x qui vivent d e leur chasse. L e s premiers s è m e n t d u froment, d e l'orge , plantent des p o m m e s d e terre et élèvent des bestiaux , qui , d u reste , leur coûtent p e u d e p e i n e , puisqu'ils paissent d a n s des prairies qui n'ont point d e bornes et qui sont d u d o m a i n e d e tous. C e s familles agricoles seraient riches si elles pouvaient exporter leurs produits ; m a i s la difficulté d'arriver jusqu'à la m e r , ainsi q u e l'éloignement des Etats-Unis , les isole et n e leur p e r m e t point d e tirer g r a n d avantage d e l'agriculture. A la charrue d'autres préfèrent le fusil, et ceux-là vivent d e la chasse d u buffle , qu'ils font au printemps et e n a u t o m n e avec u n e adresse et u n e bravoure remarquables. L a facilité avec laquelle ils se procurent par ce m o y e n des aliments e n a b o n d a n c e , leur a fait négliger jusqu'ici l'exploitation d u sol ; cependant o n peut prévoir q u e cette ressource leur m a n q u e r a bientôt, et alors ils seront forcés d e se soumettre a u travail, qui paraît r é p u g n e r à leur goût aventureux : d a n s l'intérêt d e ce p e u p l e , ce serait u n v œ u à former. Depuis quelques années , u n petit n o m b r e d e familles fabriquent p o u r leur usage des étoffes en laine. O n trouve d'ailleurs d a n s les magasins d e la C o m p a g n i e d e la Baie-d'Hudson tout ce qui est nécessaire d a n s ces pays a u x besoins d e la vie. « L'histoire naturelle d e cette contrée présentait a u trefois plus d'intérêt qu'aujourd'hui. L e s d e m e u r e s des colons et le grand n o m b r e des chasseurs ont éloigné plu-


82 sieurs familles d'oiseaux et d'animaux sauvages, qui animaient le pays a u t e m p s d e sa solitude. O n y voit enc o r e , outre les buffles , des orignaux , des biches , des gazelles, des ours , des loups, des renards et d'autres quadrupèdes d'espèce plus petite , c o m m e les martres , les fouines , les belettes , les porc-épics et les loutres. L e s castors qui jadis encombraient toutes les rivières ont disparu. Excepté les corneilles, les perdrix, les ortolans, et les poules sauvages , tous les autres oiseaux nous quittent en a u t o m n e pour revenir au printemps. Les canards , les sarcelles , les outardes , les grives nous arrivent à la fonte des neiges. Plus tard les oies traversent le p a y s sans s'y arrêter. Viennent ensuite les étourneaux , les pies , les merles dont le p l u m a g e est moitié jaune , et les rossignols qui ont le chant m o i n s h a r m o n i e u x qu'en France. Les hirondelles sont les dernières v e n u e s ; c o m m e en E u r o p e , elles bâtissent leurs nids sous nos toits , et n o u s a b a n d o n n e n t les premières. Les plantes qui croissent dans les prairies , fourniraient, je p e n s e , beauc o u p de richesses a u x herboristes ; mais je ne connais pas assez la botanique pour traiter ce sujet. S o u s le rapport du climat, il y a peu d e différence entre la Rivièrer o u g e et le Bas-Canada ; il est très-sain, mais aussi trèsrigoureux eu hiver. La température y varie d e 6 0 degrés R é a u m u r : dans les grandes chaleurs le thermomètre m o n t e jusqu'à 3 0 degrés , et dans les plus grands froids il descend au-dessous de 3 0 ; et , ce qui vous surprendra , on passe presque subitement d e l'hiver à l'été. U n autre sujet d'étonnement pour vous , c'est qu'on v o y a g e en hiver à d e grandes distances d a n s les bois ou par les prairies , qu'on couche sur la n e i g e , abrité seulement par u n e tente , et tout cela sans éprouver la m o i n d r e incommodité. L a nuit c o m m e le jour , il n'y a d'autre précaution à prendre q u e d'être bien vêtu.


83 « Je ne croyais point en commençant cette lettre lui

donner u n e telle étendue , et si je n'écrivais à un frère , je craindrais q u e sa longueur ne fût. u n e fatigue. Faut-il maintenant vous dire u n m o t d e m o i ? Je suis parfaitem e n t content d e m a nouvelle position. L e prêtre trouve ici, d a n s son ministère , b e a u c o u p plus d e consolations qu'au milieu des peuples les plus civilisés , et si l'étude des langues sauvages a quelque chose de rebutant, o n e n est bien d é d o m m a g é sous tant d'autres rapports! « Priez pour m o i , m o n bien cher ami et frère ; votre souvenir ne m e quitte jamais. « PIERRE A U B E R T , Prêtre O. M. J. »

NOUVELLES

DIVERSES.

T o n g - k i n g , 2 5 juin

1847.

Extrait d'une lettre de M, Legrand , Missionnaire apostolique , à M. Charrier, Directeur du Séminaire des Missions-Etrangères.

« Il vient d e se passer ici des évènements assez considérables p o u r q u e je vous en parle. V o u s connaissez sans doute , par les journaux l'arrivée d u c o m m a n d a n t Lapierre d a n s le port d e T o u r a n n e , le 1 8 m a r s , p o u r d e m a n d e r le libre exercice d e la Religion ; vous savez peut-être aussi l'insigne fourberie d u roi annamite. S e


84

défiant d e la requête des Français , il a attendu près d'un m o i s avant d e paraître s'occuper d'eux , et ce n'est q u e le l avril qu'il a o r d o n n é à u n m a n d a r i n Thamtri (second personnage d u ministère) d e se rendre à T o u ranne. C e visiteur fut forcé de prendre u n e lettre q u e le c o m m a n d a n t Lapierre envoyait a u roi , et u n jour fut assigné p o u r la réponse officielle. Mais pendant tout le t e m p s qui s'était écoulé depuis l'arrivée des Français , le roi avait fait acheter quantité de p e a u x de buffles et d e graisse , soit pour se garantir contre les balles des étrangers , soit pour brûler leurs navires. D e plus, u n grand m a n d a r i n et d e u x mille h o m m e s d e troupe s'étaient rend u s a u port , entassant d e la paille , des b a m b o u s , et faisant grande provision d e comestibles, sous prétexte d'un festin et d'un feu d e joie en l'honneur des Français. C e m a n d a r i n était porteur d'une ordonnance royale contenant ces d e u x articles : 1° inviter les Français à u n b a n q u e t , entourer le lieu d u festin d e quelques centaines de soldats , les plus forts et les plus courageux , arm é s d e cordes (ce qui fut exécuté à la lettre) ; puis , pendant le repas , garrotter , a s s o m m e r , égorger les Français jusqu'au dernier ; 2° si les Français n e descendaient pas à terre , cerner à l'improviste les d e u x vaisseaux étrangers, avec les cinq navires tonquinois à l'européenne et plusieurs jonques d e guerre, lancer des b r u lots et des boulets, incendier et détruire le tout, sans en laisser a u c u n e trace. er

« C e m a n d a r i n convia d o n c les Français à u n b a n quet ; m a i s , par u n e grâce d e la Providence qui veille sur ceux qui font le bien et punit les traîtres , nos c o m patriotes , se doutant d'un piége à la v u e d e tant d'appareil , refusèrent l'invitation. Alors le m a n d a r i n prit le parti d'exécuter la seconde partie d e son plan , et e n voya l'ordre royal à tous les navires cochinchinois de la


85 rade. Les Français , en ayant eu connaissance, furent indignés d e cette perfidie, et firent ce qu'exigeaient leur sûreté et leur honneur.

Extrait d'une lettre de Mgr. Retord, Ficaire du Tong-King , au même.

apostolique

« Après le c o m b a t , nos compatriotes mirent des barques à la m e r p o u r secourir les pauvres Cochinchinois qui s'étaient jetés à l'eau , ce qui a d o n n é a u x indigènes u n e très-grande idée d e la modération autant q u e de la force des Français. Ici tout le m o n d e loue leur générosité et regrette b e a u c o u p qu'ils aient a b a n d o n n é si vite la partie. — L e lendemain ils mirent à la voile. « Cette affaire a g r a n d e m e n t irrité le roi contre les mandarins , les Français et le Religion. Déjà il a fait couper la tête a u x officiers échappés à la défaite. Il exerce aussi c o m m e il peut sa haine contre nos c o m p a triotes ; n'en ayant pas à sa disposition , il en fait peindre , puis il fait tirer des coups de fusil sur ces portraits, qu'il fait ensuite couper en trois, se flattant ainsi d e les avoir taillés en pièces. « U n prêtre des environs d e la capitale (le P. Ngôn), n o u s écrit qu'on a plusieurs fois entendu dire a u roi qu'il fallait tuer les Européens partout o ù on les trouverait , sans a u c u n e f o r m e d e procès , sauf à l'en avertir après l'exécution. Si d o n c nous s o m m e s pris , il est à p e u près certain q u e nous serons plus heureux que vous , et q u e nous obtiendrons p r o m p t e m e n t ce q u e vous appeliez le

petit coup (1). (1) M g r Retord fait ici allusion à u n m o t que lui écrivait M - C h a r rier , lorsque ce confesseur de la foi, déjà c o n d a m n é à m o r t , s'attendait tous les jours à périr d'un coup de sabre.


86 « Enfin Thieu-tri a déchargé, sa haine contre la Religion en lançant un nouvel édit par lequel il remet en vigueur tous les décrets de Minh-Menh , son père. En conséquence , nous sommes obligés de nous tenir bien cachés , et l'administration des églises a cessé en tous lieux. « Le roi, sachant que les Français ont eu connaissance de sa noire trahison , s'attend à les voir revenir; aussi a-t-il fait appeler à la capitale des fondeurs et des forgerons en grand nombre, de toutes les provinces , pour fabriquer des fusils , fondre de plus gros canons et de plus terribles boulets ; il ne doute pas que lorsque les Français viendront lui demander réparation de l'insulte faite à leur pavillon , il ne puisse détruire tous ces barbares.... »

O n nous écrit de Hong-Kong — 23 juin : — « La Chine compte maintenant trois Evêques de plus. Aux dernières solemnités de la Pentecôte , le Vicaire apostolique du Changtong a consacré pour son Coadjuteur Mgr Antoine Maresca , Evêque de Solen ; Mgr Rizzolati a dû sacrer, le m ê m e jour , son Coadjuteur Mgr Joseph Novella , Evêque de Patera , et le Vicaire apostolique du Chen-Si a également sacré, le 24 janvier , Mgr Ephèse Chrais , sou Coadjuteur et Evêque de Tienense.

Inde. —

Le R. P. Canoz , de la Compagnie de

Jésus ,

a été n o m m é Vicaire apostolique du Maduré, et sacré Evêque de Tamas in

Etats-Unis. —

partibus,

Le siége épiscopal d'Hartford vient

d'être transféré à Providence. Le diocèse de New-Yorck a


87 été subdivisé et deux nouveaux diocèses ont été créés dans son sein , ceux d'Albany et de Buffalo. Le T. R. Jean M'Closkey , coadjuteur de Mgr l'Evéque de NewYorck, a été n o m m é au premier de ces deux siéges , et le T. R. Jean Timon , visiteur de la Congrégation des Missions dans les Etats-Unis, a été choisi pour le second. Cleveland , dans le diocèse de Cincinnati , a été aussi érigé en siège épiscopal , et confié à la sollicitude du T. R. Àmédé Rappe , curé de Toléde , dansl'Ohio.Le vicariat apostolique du Texas forme à son tour un nouveau diocèse, dont le siège est à Galveston. Le T. R. Jean Bazin , Vicaire général de Mobile , a été n o m m é successeur de Mgr de la Hailandière , qui a résigné l'Evéche de Vincennes.

Fo-kien. — Dans cette Mission se trouvent sept villages, assez peu nombreux, parce que la plupart des chrétiens sont des pécheurs qui n'ont d'autres habitations que leurs barques. C'est là que le Missionnaire va les visiter. Au premier bruit de sa venue , les néophytes se réunissent sur leurs bâteaux , en formant une espèce de flotte; au milieu ils placent une grande barque sur laquelle les catéchistes dressentl'autel,et chacun entend la messe sur son embarcation. Pour se confesser et communier , chacun s'approche avec son canot et saute l'un après l'autre sur l'esquif qui sert de chapelle. On procède de m ê m e , quand l'Evêque vient administrer le sacrement de confirmation. Perse. — Il y a un an , une mère avec ses cinq enfants

avait embrassé

la Religion

catholique. Son

mari , se voyant près de mourir dans les Indes, avait chargé ses parents d'envoyer à sa famille, à Djoulfa, une somme qu'il avait laissée, et qui s'élevait à près de deux


88

mille tomans. Lorsque la veuve vint réclamer cette s o m m e qui lui appartenait , o n lui répondit : q u e si ses enfants allaient avec elle baiser la m a i n d e l'Evêque schismatique arménien , en se repentant d'avoir e m brassé la foi catholique , o n lui livrerait les d e u x mille t o m a n s , qu'autrement elle n e pouvait espérer d e les recevoir. Mais la généreuse veuve en fit volontiers l'ab a n d o n , et répondit q u e la vraie foi lui était plus chère q u e de vains trésors. D e p u i s , cette f e m m e est morte d a n s d e grands sentiments d e piété, et a laissé à notre sollicitude quatre enfants en bas âge. L e 1 0 octobre , Notre Saint-Père le P a p e Pie IX a d o n n é la consécration épiscopale et conféré le Pallium à M g r Joseph Valerga , qui vient d'être n o m m é Patriarche d e Jérusalem. N o s lecteurs se souviennent q u e l'année dernière M g r Valerga , alors simple Missionnaire à M o s soul , a versé u n e partie d e son sang p o u r la cause de la foi, et failli payer d e la vie les succès d e son ministère apostolique.


89

D É P A R T S D E MISSIONNAIRES.

Liste des Ecclésiastiques partis le 7 octobre 1 8 4 7 avec Mgr Polding, pour Sidney, Nouvelle Galles du Sud. Le R . P. Pierre, ancien Supérieur des Passionnistes, en Belgique,— D. Jehan, Religieux bénédictin de Solesmes , —

D. Rogerio Emmanuel , Religieux bénédictin

du Mont Cassin , —

Les Révérends Luckie et Ryan ,

diacres , du Séminaire d'Ail Hallows près Dublin ,

M M . Caldwell, les deux frères , sous-diacres , Bénédictins anglais de Douai. Avec eux se sont aussi embarqués pour la m ê m e destination : Le Fr. Edmond Moore , Bénédictin du Collége de S. Grégoire à Downside près Bath, — M M . Connery et Sheridan, étudiants, — La Sœur Magdeleine Le Clerc , Bénédictine du Couvent de Notre-Dame , à Stanbrook près Worcester, —

et la Sœur Scolastique Grégory, du

e

Prieuré de St Marie , à Princethorp près Coventry, Angleterre.

Liste des Missionnaires de Picpus embarqués à Marseille, le 1 0 octobre dernier , pour l'Océanie orientale. Les Pères : Raymond Delalande , du diocèse de Seez ; Grégoire Archambaut, de Langres ; Eustache Prêteseille, de Vannes ; Jean Lecornu , de Bayeux.


90 L e s Frères : Ignace L e p a r t ; Victor Touloure ; Jean Pillet; A l m a c h Bris.

Liste des Religieux de la Société de Marie, gui sont partis de Marseille , le 23 octobre dernier, à bord du Stella del mare , pour les Vicariats apostoliques de l'Océanie centrale , de la Nouvelle-Calédonie et de la Mélanésie.

Les Pères : Chatelut, Jean , du diocèse de Lyon ; Mondon , Hippolythe-Augustin, de Valence ; Nivelleau , Charles-Marie-Joseph , de Luçon ; Palazy , François , d'Alby ; Chapuy , François-Audiré , d'Avignon ; Ducrettet, EugèneJoseph , d'Annecy (Savoie); Trapenard , Pierre , de Clermont ; Goujon , Prosper , de Belley ; Gagnère , Mathieu , de Clermont. Les Frères: Mallet , Aimé , d u diocèse de Lyon ; Michel, Vérau , d'Avignon ; Barbary , Alphonse, de Cahors ; Conil , Sauveur , de Valence ; Reboul , Joseph , de Fréjus.

Le

m ê m e navire emporte à Macao

une

colonie

nom-

breuse de Sœurs de la Charité. Parmi ces saintes filles , qui vont servir de mères aux entants abandonnés de la Chine , se trouve u n e sœur de M . Perboyre , martyrisé en 1840. Tous les membres de celte heroïque famille veulent se dévouer au salut des infidèles. Dejà le frère de M . Perboyre estalléprendre la place laissée vacante par la mort de son aîné ; une autre sœur , trop jeune

encore pour les suivre , a obtenu de ses Superieures la promesse d'aller à son tour en Chine. Ainsi, deux frè-


91

res et deux

sœurs

, tous quatre enfants de S. Vincent

de Paul , auront partagé les mêmes travaux , mêlé leur sang et leurs sueurs dans la m ê m e mission , donne leur vie et légué leurs cendres à la m ê m e terre , avant de se réunir pour jamais dans le ciel

Lifte des RR, PP. Oblats de Marie Immaculée qui viennent de partir pour la Mission de Ceylan. Les RR. PP. Etienne Semeria , du diocèse de Vintimiglia (Etats-Sardes) ; Joseph Ciamin , de celui de Nice ; Louis Keating , de celui de Carlow (eu Irlande) ; et le frère Gaspard, de Destéphanis , catéchiste.

Autres Religieux

de la même Congrégation

, partis le 10 octobre pour les Missions de l'Amérique du Nord.

Les RR. PP. Honorat Lempfrit,du diocèse de Nancy , Bernard et Gaudet, du diocèse de Grenoble, avec les frères Arnaud, Triole et Tisserand , catechistes. M M . Rooney et Barry , accompagnés de deux Religieuses de Jésus-Marie , sont partis le 4 octobre dernier pour la Mission d'Agra , dans l'Inde. Huit Religieuses du Bon Pasteur viennent de s'embarquer pour le Levant , quatre pour le Caire , et quatre pour Tripoli de Barbarie.

Liste du Prêtres du Séminaire des Missions-Etrangères embarqués à Anvers pour se rendre en Chine, M M . Thomine Desmazure , du diocèse de Bayeux, où il était chanoine et Vicaire général ;


92 Goutelle , du diocèse de Lyon ; Pignoux, du diocèse de Poitiers ; Fenouil, du diocèse de Cahors ; Fage, du diocèse de Tulle ; Mahon, né dans le diocèse de Troyes et aggrégé à celui de Langres ; Schœffler, du diocèse de Nancy. Les trois premiers sont destinés pour le Su-tchuen, le quatrième pour le Yun-nan, le cinquième pour le Thibet, le sixième pour le Kouei-tchéou, et le septième pour le Tong-king. Deux autres Missionnaires de la même Congrégation, sont partis, le 3 novembre, pour l'Inde ; ce sont M M . Bansard, du diocèse de Bayeux, et Grimault, du diocèse de Rennes. Ce dernier départ porte à vingt-quatre le nombre des Missionnaires que cette Congrégation a envoyés à ses seize Vicariats apostoliques, dans le courant de l'année 1 8 4 7 .

Relevé de tous les départs des Missionnaires de la Compagnie de Jésus dans le courant de Vannée

1847.

Sont partis pour les Missions de la Chine : Les Pères : Nicolas Brouillon , du diocèse de Langres, Louis Frojet, du diocèse de Lyon , e

Jean-Bat Vuilbert, du diocèse de Soissons, Jean Loriquet , du diocèse de Reims, e

Jean-Bat Granier, du diocèse de Mende , André Borguiet , du diocèse d'Arras.

Les Frères coadjuteurs : Adrien Van Paassen, de la Province de Belgique, Jean Ferrer de la Province de Naples.


93

Pour les Missions du Canada et autres contrées de l'Amérique d u N o r d : Les Pères : L u c C a v e n g , d u diocèse d e Coire , Bernard Fritsch , d u diocèse d e Ratisbonne , Joseph G r i m o t , d u diocèse d e Versailles , T h é o d o r e Thiry , d u diocèse d e Metz , Victor Beauderin , d u diocèse d e Versailles , (ces d e u x derniers ne sont pas encore Prêtres.) Georges Avvaro , d u diocèse d e Pigneroles , Nicolas Frémiot , d u diocèse d e St-Dié, Joseph Sadler , d u diocèse de S t Hippolyte, François Regis Pramstaller, d u diocèse de Brixen , e

Jacques W e g e r , d u diocèse d e Trente. Les Frères coadjuteurs : Alexandre C h o u v y , d u diocèse de Clermont, T h o m a s M o r e a u x , d u diocèse d ' A m i e n s , Sébastien Fütsch , d u diocèse d e Strasbourg, Frédéric de Pooter , d u diocèse de Malines , Fidèle Joset, d u diocèse de Bâle , Antoine Bürger , d u diocèse d e Paderborn, Martin Barbieux , d u diocèse d e T o u r n a y .

P o u r la Mission d u M a d u r é : Les Pères : William Stuckland , Anglais , André Bruni, Romain , François Vuillermet, d u diocèse de Besançon, Jean Bossan , d u diocèse d e Valence , Silvain Laurent , d u diocèse d e St-Claude , Jules Eyraud , d u diocèse de Viviers ,


94

.Jean Galticr , d u diocèse d e M e n d e , Michel Chevalier, d u diocèse d e L y o n , Dominique Sartorio , diocèse d e Vigevano , (ces (jualre derniers n e soni pas encore Prêtres). L e Frère coad.uteur Joseph Bergenlahl, A l l e m a n d . P o u r la Mission de Syrie : s

L e s Pères : Jean-Fr B a d o u r , d u diocèse d e Tulle , E u g è n e St gain , d u diocèse de L y o n . L e Frère coadjuteur Jean B r u n , d u diocèse d u P u y . P o u r la Mission d e Madagascar. L e s Pères : Joseph Mathieu , d u diocèse d'Aix , Augustin Bouissou , d u diocèse d e R h o d c z .


95 TABLEAU des Missions

confiées aux RR. PP. Capucins. MISSIONS

Constantinople

EUROPE

Céphalonie Odessa Philipopoli Suisse Rhétienne

Pays des Grisons

ASIE

Indostan , Agra Indostan, Patnà Mésopotamie Syrie, Palestine Trebisonde

Bahia

Parà Fernambouc Rio-Janeiro AMÉRIQUE Provinces-Unies Venezuèla

AFRIQUE

Gallas Tunis

HOSPICES MISRESFRÈRES 20 2 2 7 29 23

0 0 3 16 10

43

83

32

17 7 3 8 3

19 9 8 13 7

0 0

38

66

3

2 1 2 3 0 0

10 5 8 16 17 26

6 0 2 I 2 1

8

82

12

0 4

4

11

1 6

15

7

236

69

4 Total général

8

8 1 1 7 17 9

93

2 0 1


96

Extrait d'une lettre de M. Titaud, Missionnaire apostolique dans le Tong-King occidental, à M. Jurine , Directeur au Séminaire des Missions étrangères. « D a n s la paroisse q u e nous venons d'administrer, le chef d e canton , h o m m e instruit et d'une grande ferveur, s'est m i s à évangéliser les payens, et il en convertit u n n o m b r e considérable. Lorsque n o u s étions dans son village à Khiên-khê , il vit chez m o i u n e petite statue de la Sainte Vierge q u e j'avais apportée d e France ; elle lui plut tellement qu'il voulut l'avoir à tout prix. Craignant de lui déplaire par u n refus, et d'un autre côté n e voulant pas céder m a statuette, à laquelle je tenais b e a u c o u p, je la lui p r o m i s à condition qu'il convertirait dix maisons d e p a y e n s, depuis le chef jusqu'au plus petit enfant. Je pensais qu'il n'en viendrait jamais à bout. O r , il y a u n m o i s et d e m i seulement q u e la condition fut posée et acceptée ; et voilà qu'au lieu d e dix familles i] en a converti douze. Il faut d o n c vous hâter d e m'envoyer u n e autre statue : heureux si je puis encore la perdre au m ê m e prix !

LYON. —

IMP. DE J.-B. PÉLAGAUD,

R u e Mercière, № 2 6 .


97

MISSIONS DE LA BIRMANIE.

Lettre de M. Rénier, Missionnaire apostolique, à M. l'Abbé Carré, professeur Chartres.

de philosophie

au Séminaire

de

M e r g n y, 1 2 décembre 1 8 4 6 . « M O N CHER AMI ,

« Il y a bien l o n g t e m p s q u e je vous ai promis des détails sur m a nouvelle patrie ; je vais enfin tenir m a parole et satisfaire vos v œ u x . « L a Mission o ù la Providence m ' a fixé c o m p r e n d toute la partie occidentale de la presqu'ile de Malacca , avec les provinces de Moulmeïn et de Martaban, les îles A n d a m a n et N i c o b a r , vastes contrées dont la population peut aller à cinq cent mille â m e s environ. L e plus grand n o m b r e des indigènes, jetés çà et là a u milieu des forêts qui couvrent la presque totalité d e ce territoire, sont o u Malais, o u Siamois, o u B i r m a n s . A côté d e ces trois grandes familles, o n voit aussi b e a u c o u p d e Chinois, race industrielle qui se glisse partout ; il y a encore des Carians et des Tsélong d a n s les provinces d u Ténassérim, et des sauvages d a n s les pays malais; puis n o u s avons des Bengales, des I n d o u s, des Juifs, des Mongols , des Parsis , des Arméniens, des Manilois , des Anglais, des Français ; bref , je crois que presque TOM, xv 1 1 7 . mars 1 8 4 8 .


98 toutes les nations qui couvrent notre globe ont ici leurs représentants. L ' A m é r i q u e e l l e - m ê m e y figure par ses n u é e s d e ministres qui, s'ils n e font rien p o u r la civilisation d e ces peuples, entravent d u m o i n s ses progrès en s e m a n t la zizanie d a n s cette partie d u c h a m p d u Seigneur. « U n Vicaire apostolique, M g r B o u c h o , et d o u z e Missionnaires travaillent a u salut d e cette multitude ; ils veillent surtout à la conservation d e la foi p a r m i les descendants des Portugais, qui les premiers ont jeté sur ce soi, hélas ! trop ingrat, la s e m e n c e d e l'Evangile. M o u s s o m m e s assistes d a n s l'œuvre d e la conversion des infidèles par des catéchistes d u pays , choisis entre tes plus intelligents et les plus pieux des chrétiens indigènes. L a confiance qu'inspirent a u x naturels des gens d e leur couleur et d e leur nation, les dispose à écouter plus favorablement la b o n n e nouvelle, si opposée à tout ce q u e des superstitions séculaires ont i m p o s é à leur crédulité. C'est surtout a u milieu des B i r m a n s q u e n o u s sentons la nécessité d e tels auxiliaires ; car lorsqu'après avoir convaincu les idolâtres d e la vérité d e notre divine Religion, n o u s les pressons d e venir à n o u s, u n e d e leurs grandes objections est qu'il n e convient pas d e quitter les rangs d e ses compatriotes p o u r passer à l'étranger c o m m e des transfuges : e n d'autres termes, p o u r e u x , c h a n g e r d e culte, c'est c h a n g e r d e nation ; et il faut bien a v o u e r q u e les Portugais paraissent avoir u n p e u contribué à leur inspirer cette p e n s é e et ce langage. Ils n e se contentaient pas, dit la chronique, d e réformer la croyance et les m œ u r s des convertis, ils leur faisaient c h a n g e r aussi d e c o s t u m e ; o n n'était pas b o n chrétien à m o i n s d e porter u n pantalon et u n chapeau. A u s s i , c o m m e il est a m u s a n t d'entendre n o s vieux chrétiens, qui ont la b o n t é d e se croire Portugais, d e les entendre, dis-je, répéter q u a n d leur


99

petit orgueil se d o n n e carrière et qu'ils veulent se distinguer des indigènes : « N o u s autres gens à c h a p e a u ! » « 11 est d o n c important p o u r n o u s qui avons affaire à des esprits i m b u s d e ce préjugé, d e pouvoir leur m o n trer, d a n s la personne d'un catéchiste, u n h o m m e q u e l'attrait d e la vérité, plus puissant q u e tous les intérêts d e la terre et vainqueur d e préventions puériles, a attiré d u milieu d'eux, sans qu'il cessât d'être leur a m i et leur frère, p o u r l'initier à cette Religion sainte qui d e tous les peuples n e fait qu'une nation, celle des enfants d e Dieu. « Déjà vous vous figurez, j'en suis sûr, qu'il n o u s est très-facile d e n o u s procurer d e bons et fervents catéchistes q u i , par la vivacité de leur zèle et l'autorité d e leur e x e m p l e , a m è n e n t a u x pieds d e Jésus des milliers d'idolâtres convaincus d e la fausseté de leur culte, et qu'ainsi les Missionnaires voient t o m b e r a u son d e la trompette évangélique toutes les forteresses de Satan, et font entrer en foule a u divin bercail ses adorateurs désabusés. B e a u x rêves q u e ces brillants tableaux des succès apostoliques! Quelquefois sans d o u t e , o n voit d e grands serviteurs d e D i e u étendre a u loin et p a r m i d ' i m m e n ses multitudes, c o m m e autrefois les douze pêcheurs d e Galilée, le règne et l'amour d e Jésus ; m a i s souvent aussi, c o m m e le divin Fils de M a r i e , n o u s parcourons les villes et les villages, n o u s prêchons des r o y a u m e s entiers sans pouvoir c o m p t e r a u t r e m e n t q u e par centaines les n o u v e a u x disciples d e l'Evangile. Je r e m a r quais, ces jours derniers, le passage des Actes des A p ô tres o ù l'écrivain sacré constate le résultat d e la prédication d e saint Paul dans l'Aréopage : Quelques-uns, n o u s dit saint L u c, se m o q u è r e n t d e lui ; d'autres promirent d e l'entendre u n autre j o u r , ce qui trop souvent signifie j a m a i s ; enfin il y en eut qui crurent à ses discours.


100 C e texte m e rappela les effets produits par u n e prédication q u e je faisais à T a v a g, il y a u n e quinzaine d e jours, e n présence d'une cinquantaine d e B i r m a n s . Si incomplet q u e fût le t r i o m p h e d e saint Paul, je n e p u s pas m'applaudir d u m ê m e succès. D e s auditeurs dirent bien : L a religion des Bringghii( catholiques) est b o n n e ; m a i s u n e f e m m e m e rit a u n e z ; d'autres personnes ajoutèrent : Q u e l s contes vient n o u s débiter ce Mâla (étranger) ? d'autres s'étonnèrent d e voir u n blanc leur parler ainsi en leur langue , et, en résumé , aucun ne crut à ma parole. Que voulez-vous, mon cher a m i , n o u s s e m o n s ; m a i s c'est D i e u seul qui fait fructifier la divine s e m e n c e . « N'allez pas croire, p o u r t a n t , q u e toutes les p o p u lations comprises d a n s notre Mission se m o n t r e n t aussi obstinées dans l'erreur : il e n est qui a d m i r e n t , g o û tent et embrassent avec u n e sainte ardeur la doctrine évangélique, qui payent par u n e conversion sincère et u n e vie édifiante les soins d e nos Missionnaires, et qui déd o m m a g e n t leur zèle d u p e u d e succès qu'il obtient a u près des M a h o m é t a n s et des Bouddhistes. Ainsi à P i n a n g n o u s avons u n e chrétienté florissante d e Chinois; à quelq u e s lieues plus loin, d a n s u n e petite île appelée Batouk a v a n g , n o u s e n avons u n e autre q u ' a u g m e n t e d e jour e n jour le d é v o u e m e n t d e notre a m i, M . Barentin ; elle se c o m p o s e d e d e u x cents chrétiens environ. D e m ê m e à S y n g a p o r e plusieurs centaines d e Chinois convertis depuis 1 8 3 3, attestent q u e les sueurs des ouvriers évangéliques n'arrosent pas toujours e n vain le c h a m p d u Père d e famille. Je n'ai pas fait grand' chose d a n s les Missions (Dieu m e p a r d o n n e m e s péchés ! ), pourtant j'ai e u le b o n h e u r d'arracher quelques â m e s à l'empire d e Satan. J'ai e n c o r e appris ces derniers jours qu'on devait bâtir u n e chapelle et former u n e nouvelle paroisse


101 d a n s les forêts d e S y n g a p o r e, p o u r subvenir a u x besoins des chrétiens chinois qui s'y multiplient d e jour e n jour. S a n s cesse de n o u v e a u x croyants viennent dém o n t r e r a u x protestants, et à leurs ministres stupéfaits, q u e l'Eglise seule, avec sa riche pauvreté, peut enfanter à Jésus-Christ u n e postérité n o m b r e u s e , tandis que leur secte , pauvre au milieu de ses richesses , gorgée des biens de la terre et dénuée des trésors du ciel, reste stérile o u n e produit q u e des enfants dont la conduite p e u digne d e l'Evangile, et dont le retour a u x anciennes superstitions, attestent très-souvent o u plutôt toujours, qu'ils n'étaient pas nés d e Dieu. « C e n'est pas seulement p a r m i les Chinois q u e n o u s é p r o u v o n s ces consolations, les seules qui réjouissent le c œ u r d'un Missionnaire. Les Carians aussi, peuple plus qu'à demi-sauvage, r é p a n d u çà et là dans les vastes forêts d e la Birmanie, m o n t r e n t des dispositions favorables. D e concert avec u n d e m e s confrères, M . Bigandet d e B e s a n ç o n, j'avais établi u n catéchiste dans u n village des Carians, à dix lieues environ d e M e r g u y . D e u x jeunes Misssionnaires, M M . L a c r a m p e et Plaisant, portant encore d a n s u n corps affaibli les traces d'un martyre plus pénible q u e celui d u sang, je v e u x dire ce martyre d e longues et accablantes douleurs, q u e les maladies souffertes d a n s l'archipel malsain des îles Nicobar leur ont fait endurer depuis bientôt dix-huit m o i s , c o m m e n c e n t à recueillir les fruits d e cette nouvelle Mission, et en prévoient d e plus abondants encore dans u n avenir prochain. Jusqu'à ces dernières a n n é e s , nos Missionnaires avaient b o r n é leurs travaux, au milieu des Carians , à quelques courses pénibles , à quelques prédications passagères ; le manque de catéchistes et de Missionnaires , le défaut de ressources , n'avaient guère permis de faire davantage. Mais main-


102 tenant q u e le n o m b r e des apôtres s'accroit en proportion d u zèle et d e la charité généreuse des Associés p o u r la Propagation d e la F o i , il n o u s sera d o n n é d'étendre notre action, d e n o u s fixer enfin auprès d e ces pauvres Carians, livres jusqu'ici à la merci des ministres anabaptistes, et d e prouver à ces enfants des bois q u e le célibat d u prêtre catholique est tout à l'avantage d u prochain, loin d'être opposé à l'Evangile, c o m m e voudraient le faire croire leurs maîtres d a n s l'erreur. Déjà j'ai été faire quelques courses p a r m i e u x , et j'ai c o m m e n c é à apprendre leur harmonieux langage, aim a b l e travail si la conversion d e quelques centaines d'âmes doit en être le fruit ; niais bien pénible étude si l'on considère la difficulté d e saisir et d e retenir, avec u n sauvage p o u r professeur, les sons variés d'une lang u e qui parait avoir assez d'analogie avec celle des oiseaux. « V o u s seriez peut-être curieux d e savoir les aventures d e ces petits voyages à travers les bois et les m a rais, sur des collines difficiles à gravir o u dans des plaines brûlées par les feux d'un soleil perpendiculaire ; v o u s aimeriez à suivre votre a m i pas à pas, à lire ses sentiments, à partager, e n les entendant raconter, ses consolations et ses peines. E h , bien ! contentez votre curiosité d ' a m i , et suivez-moi. « A u m o i s d e m a r s dernier, je m e jetai d a n s u n e p e tite b a r q u e, e n c o m p a g n i e d e trois B i r m a n s , capitaine et matelots. Après dix à douze heures de navigation , tantôt à la rame , tantôt à la voile, nous arrivons à l'ile d u R o i , dans la baie française, a u nord-ouest d e M e r g u y . M o n but était d e sonder les dispositions des Carians q u i , a u n o m b r e d e d e u x cent cinquante à trois cents, habitent cette contrée. Bientôt arriva u n jeune h o m m e d e b o n n e m i n e, poli d a n s ses manières et son


103 l a n g a g e , sachant m ê l e r la réserve à la confiance ; je m e sentis p r é v e n u e n sa faveur; son désir d e s'instruire m e plut. Je lui proposai d e venir d e m e u r e r dans m o n kiâm (presbytère) ; il accepta m o n invitation, et n o u s f û m e s, je crois, tous d e u x contents. « C e p e n d a n t m e s bateliers firent des excursions a u x environs ; ils trouvèrent d a n s la m a i s o n voisine le p a triarche d e l'endroit, maitre-ès-sciences utiles, qui savait c h a r m e r les tigres, et leur tracer à u n e b o n n e distance d e sa d e m e u r e u n e ligne m a g i q u e q u e les sires d e la forêt seuls peuvent voir et n'osent franchir ; il d e vait m ê m e se rendre le l e n d e m a i n a u lieu o ù u n d e ces a n i m a u x carnassiers venait d'enlever u n j e u n e enfant sous les y e u x d e son p è r e , et lui c o m m a n d e r , à lui et à ses semblables, d'être m o i n s goulus u n e autre fois. Je n'ai pas encore appris si ses conjurations ont été e n tendues d e la gent tigresse. Mais, ce qui valait m i e u x , notre nouvel Orphée me fit dire par mon Birman , qu'après avoir mangé son riz, il viendrait me rendre visite. E n effet, il n e tarda pas d'arriver ; n o u s échangeâm e s quelques m o t s, puis après u n e petite conversation o ù tout se passa aussi bien q u e je le pouvais souhaiter, n o u s r e m î m e s a u soir le b a n q u e t spirituel q u e je préparais à ces pauvres d u Seigneur : v o u s c o m p r e n e z q u e je parle d e ce b a n q u e t d e l'Evangile, o ù les serviteurs d u grand Roi convient tous les aveugles et les boiteux qu'ils rencontrent, dans la forêt c o m m e sur les c h e m i n s . « A l'heure fixée , m o n enchanteur arriva avec d'autres Carians. Je leur parlai le m o i n s m a l q u e je p u s d u Dieu qui a tiré le m o n d e d u néant, et d e l'obligation q u e n o u s avons tous de l'adorer, et d e lui dévouer notre vie. Je fus écouté très-favorablement ; de p l u s , u n b o n vieillard q u e j'avais rencontré n a g u è r e d a n s u n autre village o ù j'étais tout-à-fait i n c o n n u , se fit l u i - m ê m e


104 prédicateur à son tour. Ses amis lui ayant d e m a n d e qui nous étions, il leur dit q u e n o u s étions b o n s, q u e notre Religion était b o n n e , et il y a apparence qu'on se rangea à son avis; car, sans n o u s rien dire, o n se m i t aussitôt e n devoir d e n o u s servir à dîner. Je passai la nuit dans la c a b a n e o ù je m'étais installé e n arrivant. N o s gens, ainsi q u e les Carians qui avaient assisté à l'instruction, après avoir allumé d u feu près d e la case pour chasser les moustiques et éloigner les tigres, prirent c h a c u n leur place sur le plancher en b a m b o u s fendus, tout autour d e m o i ; et, sans matelas, sans oreillers, sans couverture, sans natte m ê m e , ils g o û tèrent, j'en suis sûr, u n s o m m e i l plus tranquille q u e tels d e vos rois d'Europe. L e l e n d e m a i n matin, m e s visiteurs m e firent leurs adieux d'un air bienveillant; u n des fils d u vieillard m e n t i o n n é plus haut, m e promit d e venir se fixer chez m o i pendant la saison des pluies, p o u r apprendre à lire et à écrire, et je partis avec l'espoir d e voir u n jour u n certain n o m b r e d e ces Carians adorer le Dieu q u e j'étais v e n u leur faire connaître. « Je m e dirigeai vers u n e autre partie d e l'île d u Roi. A p r è s quelques heures d e navigation, n o u s cessâmes d e r a m e r, et u n enfant b i r m a n qui se promenait d a n s l'eau et dans la b o u e , le long d u ruisseau, n o u s d o n n a l'heureuse nouvelle q u e n o u s étions p e u éloignés d u village q u e nous cherchions. Restait u n e petite difficulté: la m a r é e était basse et le bateau n e pouvait plus avancer ; des d e u x côtés d u filet d'eau qui ruisselait encore a u milieu d u lit d e la rivière, o n n e voyait q u e d e la vase, d e gros cailloux ronds et glissants, et des rejetons d'un arbrisseau qui se multiplie et se hérisse à l'infini, couvrant tout l'espace q u e le flot venait d'abandonner et menaçant d e ses pointes aiguës les pieds d u pauvre voyageur. D u lieu o ù la barque s'était arrêtée, on n'a-


105 percevait a u c u n sentier qui conduisît a u village. C e p e n dant il n'y avait pas d'autre parti à prendre q u e d e descendre dans ce bourbier. T o u t retard était inutile et dangereux ; le soleil était près d e l'horizon; n o u s étions à d e u x pas d e la forêt qui n o u s environnait de tous côtés, dans des lieux f a m e u x p o u r la férocité des tigres qui les fréquentent : reculer était impossible ; avancer était u n e nécessité. M e voilà d o n c à l'eau, piétinant d a n s la vase, glissant sur les cailloux, tantôt m'enfonçant jusqu'à m i - j a m b e d a n s le marais, tantôt s u s p e n d u sur la pointe d e ces tiges naissantes dont je viens d e parler, avec mille raisons d e bénir cette récente m a ladie qui, n o n contente d e m'avoir r e n d u m é c o n naissable, m'avait encore enlevé tout l'épiderme d e la plante d e s pieds. U n d e n o s r a m e u r s galopait e n avant; je m e traînais c o m m e je pouvais après lui, et n o u s parv î n m e s enfin à u n endroit o ù se trouvaient éparses cà et là quelques cases birmanes, a u milieu d e touffes d'aréquiers. A v e c p r o m e s s e d'une r é c o m p e n s e , j'obtins u n guide qui n o u s fit traverser à g u é u n ruisseau assez profond ; j'eus d e l'eau tout autant et m ê m e plus q u e je n'en pouvais désirer p o u r laver m o n pantalon, et j'arrivai chez m o n Carian vers le coucher d u soleil, avec des habits tout t r e m p é s , et u n p e u trop rafraîchissants m ê m e sous la zone torride. M o n h ô t e , q u o i q u e souffrant d'un é n o r m e abcès, m e reçut avec u n air d e contentement. Le nouveau-venu fut, vous le comprenez , l'objet d'une certaine curiosité pour ces enfants des bois ; o n le regardait d e la tête a u x pieds. « Q u e l visage blanc, se disaient-ils sans doute ! quelle longue robe noire l'enveloppe de haut en bas ! C'est u n Bilalt-ssa (un E u r o p é e n ) , u n bring-ghii pong-ghii (un prêtre chrétien) ; n o u s n'en avions pas v u encore : m a i s n o u s savons maintenant ce q u e c'est ; u n h o m m e à peau


106 b l a n c h e , affublé d'une sing-gann toute noire (soutane), à p e u près c o m m e nos pong-ghii (prêtres birmans) sont enveloppés d'une large pièce d e toile jaune ; n o u s retiendrons bien cela p o u r le redire à nos amis. » « P e n d a n t q u e ces b o n n e s gens étaient occupés à r e m a r q u e r m e s traits et m o n c o s t u m e, m o i aussi je regardais, j'observais ces visages q u e je voyais p o u r la première fois, j'y cherchais des indices d e ces qualités morales qui n o u s font espérer d e n e pas trouver d'obstacles à l'implantation des vertus chrétiennes, et je crus apercevoir ce q u e je cherchais. C'était u n air d e simplicité et d e c a n d e u r qui m e c h a r m a i t ; m a r i et f e m m e , m è r e et enfants, tous avaient des traits, u n extérieur qui semblaient annoncer q u e la grâce opérerait sans difficulté dans leur c œ u r . Leurs actions n e démentaient pas cet air d e bonté naturelle. L e maître d e la m a i s o n o r d o n n a d e m e faire sécher m e s habits, s'informa si j'avais besoin d e prendre d e la nourriture ; l'hôtesse mit le riz a u feu et chercha quelques œ u f s qu'elle fit cuire dans le pot a u riz, puis les enfants m e présentèrent m o n dîner. L'un m'apportait de l'eau, l'autre tenait le mi-daing (la torche) près d e m o i , tous avaient les y e u x fixés sur m a personne, sans doute p o u r voir si je m a n g e a i s c o m m e les Carians, m a i s plus encore p o u r consulter m e s besoins et y pourvoir ; tous étaient occupés à m e servir, celui-ci d'une m a n i è r e , celui-là d'une autre. Je sondai m o n hôte sur ses dispositions, elles m e parurent telles q u e je les pouvais souhaiter ; il m e dit qu'il m e livrerait sesfilsp o u r les instruire, et j'aimai à m e flatter d e la d o u c e pensée q u e bientôt ces sauvages entreraient d a n s le r o y a u m e des enfants d e Dieu. « C e p e n d a n t l'heure d u repos arriva ; la famille se retira d a n s les c h a m b r e s , et je m e couchai le m o i n s


107 m a l q u e je p u s dans la salle d'entrée de. ce château rustique. Tandis q u e c h a c u n se livrait a u s o m m e i l , celui d e m e s bateliers qui m'avait a c c o m p a g n é et qui était retourné a u bateau avec u n enfant d e la m a i s o n, arriva sur son embarcation à quelque distance d e la cab a n e o ù je reposais, par u n e autre voie q u e ce jeune guide avait m o n t r é e . J'avais résolu de partir a u plus vite p o u r u n autre village carian. Aussitôt q u e la b a r q u e fut près de m o n gîte, a u b e a u milieu d e la nuit, je m e rends à bord, à travers les jardins et les bois, par u n sentier tout juste assez large p o u r y laisser passage à u n e personne d e front. Je suivais m o n c o m p a g n o n d e voyage, qui tenait en m a i n u n e torche allumée, tant p o u r reconnaître la route q u e p o u r éloigner les tigres. A p r è s quelques instants d e m a r c h e, m e voilà encore d o n s l'eau ; le bateau n e pouvait arriver jusqu'au débarcadère ; il fallut aller à sa rencontre. Bientôt cependant je fus en sûreté sur m a nacelle, et n o u s n o u s dirigeâmes vers l'embouchure d e la rivière. « A u milieu d u c a l m e majestueux d u désert, o n n'entendait ni les chants si variés des oiseaux d e la forêt, ni les cris perçants des singes q u i , pendant la journée, sautillent d e b r a n c h e en b r a n c h e et d'arbre e n arbre le long des fleuves; le tigre m ê m e n e troublait pas d e ses horribles m u g i s s e m e n t s ce silence solennel d e toute la nature. L a lune éclairait d e ses pâles clartés la route q u e n o u s devions suivre, et à l'aide d e ce flambeau n o c turne n o u s parcourions tranquillement les plis de la rivière, qui se traîne plutôt qu'elle n e fuit vers l'Océan. « L e l e n d e m a i n au m a t i n , n o u s étions d a n s la baie française, et quelques jours plus tard à K a d a y, o ù l'un d e n o s Missionnaires a fixé son séjour p o u r évangéliser les Carians des environs. J'allai d e c o m p a g n i e avec ce confrère visiter les habitants d e la forêt, à d e u x ou trois


108

heures de m a r c h e d e sa résidence. N o u s suivions u n sentier étroit et tortueux, à travers les touffes d e b a m b o u s qui couvrent presque tout le sol, tantôt gravissant des collines, tantôt traversant u n ruisseau qui de distance en distance, d a n s ses détours sinueux autour des monticules, venait couper notre route. D'abord n o u s fîmes halte dans la m a i s o n d'un Carian qui, le premier d u pays,avait été régénéré dans les eaux d u b a p t ê m e : d e là, n o u s passâmes à u n e cabane p e u éloignée o ù se trouvaient réunis quelques habitants d u voisinage. Je les engageai à se hâter d'abandonner les voies d e l'erreur o ù ils étaient encore plongés. « P è r e, me dit le maître d u logis, soyez tranquille; q u a n d vous saurez la langue carianne et q u e vous pourrez prêcher votre loi d e manière à v o u s faire bien c o m p r e n d r e , tout le m o n d e ira à vous ; n'ayez pas d'inquiétude à ce sujet. » « P e n d a n t q u e n o u s étions à converser avec ces b o n s Carians, j'eus lieu d e r e m a r q u e r les différentes occupations des gens d e la maison. L a maîtresse d u logis préparait le lin dont elle devait tisser les habits pour la famille; u n e d e ses filles exposait a u soleil le fil nouvel l e m e n t teint dont elle devait se faire u n b e a u vêtement p o u r ses jours de fêtes ; d'autres allaient a u ruisseau puiser l'eau nécessaire a u m é n a g e ; elles la portaient dans plusieurs bambous , longs d'environ deux pieds , et suspendus par des écorces filamenteuses qui passaient c o m m e u n e tresse autour d e leur front. Voulezv o u s u n e description d u palais o ù n o u s étions si bien accueillis ? Figurez-vous dix à quinze pieux plantés e n terre, à la distance d e cinq à six pieds, élevés d e dix à douze pieds au-dessus d u s o l , et unis au s o m m e t par des pièces transversales liées avec d u rotin, les colonnes d u milieu plus hautes q u e les solives latérales afin d e donner au toit u n plan incliné. Les côtés sont fermés


109 tant bien q u e m a l avec les feuilles d'un palmier sauvage qui s'étendent en éventail, o u avec d u b a m b o u battu et formant c o m m e des planches sillonnées d e fentes dans toute leur longueur. La toiture est ordinairement faite d e ces m ê m e s feuilles, superposées en forme triangulaire les u n e s sur les autres. P o u r plancher, ce sont tout s i m p l e m e n t des lattes d e b a m b o u s , rapprochées les unes des autres, et attachées à de petites solives qui les soutiennent par dessous. 11 y avait à l'intérieur u n e espèce d'antichambre qui était la salle d e réception; venait ensuite la grande pièce, o ù se trouvaient le foyer et les ustensiles d u m é n a g e , les b a m b o u s à puiser l'eau, quelques pots p o u r cuire le riz, quelques assiettes grossières p o u r le servir, quelques hottes cariannes, peut-être u n peu d e tabac, d u sel, d u nga-pi o u chevrettes salées, pilées et réduites e n u n e espèce d e pâte très-odorante. N e parlez pas d e fenêtres, de portes ; les Carians n'ont pas tant d e luxe, et ils savent bien s'en passer. T o u t ce qu'ils font pour se garantir des voleurs et des tigres, c'est d'enlever l'échelle et de la retirer dans la maison. Inutile d'ajouter q u e les habitations d e nos sauvages sont élevées de six à sept pieds au-dessus d u sol ; il serait trop malsain d e d e m e u r e r sur la terre à cause des pluies abondantes qui tombent pendant cinq à six m o i s d e l'année ; puis, sans cette f o r m e d e construction aérienne, ils seraient trop exposés a u x visites des tigres, sangliers, rhinocéros, orangoutangs, et je n e sais c o m b i e n d'autres voisins qui n e sont guère plus aimables q u e ceux-là. Telles sont la plupart des cases cariannes, excepté q u e plusieurs sont encore plus misérables q u e celles dont je viens de faire la description. « A p r è s être restés quelques heures à converser avec ces b o n s indigènes, nous aurions voulu n o u s enfoncer


110 plus avant dans la forêt, et aller voir d e u x o u trois familles qui vivaient à u n e heure de distance environ ; m a i s m e s pieds refusaient d e m e porter jusque-là. L a p r o m e n a d e q u e j'avais faite à l'ile d u Roi, sur des cailloux et des épines,m'interdîsait de plus longues courses; car sans chaussure, c o m m e avec u n e chaussure, je n e pouvais guère plus q u e m e traîner. Ainsi, après avoir visite u n e autre case et dit quelques m o t s pour gagner l'affection d e ceux qui l'habitaient, n o u s n o u s r e m i m e s en route p o u r le presbytère d e M . Plaisant, a u village b i r m a n de Kaday. « Je n e puis vous en dire plus long aujourd'hui ; je tâcherai d'y suppléer plus tard, et ce sera toujours avec b e a u c o u p d e plaisir. Priez p o u r votre a m i et tout dévoué , « JOSEPH RÉNIER, Miss, apost. »

« P. S. Je viens d e perdre la plus jeune d e m e s religieuses; u n e fièvre lente n o u s l'a ravie; je crois q u e sa vie pourrait édifier m ê m e e n E u r o p e : je ne m e souviens pas d'avoir v u dans u n e jeune vierge plus d e courage p o u r vaincre le m o n d e et se retirer dans la solitude. Lorsque je faisais construire u n e m a i s o n pour y placer de saintes filles qui devaient élever les jeunes personnes de leur sexe et les former à la piété, elle était toute joyeuse ; car elle pensait déjà à se consacrer a u S e i g n e u r , et elle voyait dans cette entreprise les m o y e n s d e réaliser son pieux projet. D'abord, sa m è r e l'engagea à différer quelque temps ; elle obéit. P e u d e t e m p s après sa m è r e m o u r u t ; par charité elle voulait rester encore quelques m o i s avec ses s œ u r s ; mais o n lui défendit d e mettre le pied au c o u v e n t , c'était trop


111 d e rigueur. D e s lors son parti fut pris ; elle vint m e d e m a n d e r la permission d'entrer a u noviciat. J'y consentis, après lui avoir fait envisager plus de difficultés qu'il n'y en avait réellement, pour m'assurer d e sa vocation. Mais d'autres épreuves l'attendaient d a n s sa famille. D e u x d e ses parents l'entraînent v i o l e m m e n t dans leur maison ; on la caresse, o n l'obsède de toutes parts pour la faire renoncer à son dessein. Tout est inutile , elle ne veut rien sinon entrer au couvent. On l'enferme, on l'attache ; elle trouve les m o y e n s d e s'évader. O n la saisit de n o u v e a u , o n la traîne par sa chevelure, avec des douleurs qui n e cessèrent qu'à sa m o r t ; n'importe, elle oublie tout clans la pensée d'être religieuse. Lorsqu'elle se vit en lieu de sûreté, chez u n de ses oncles, son âme fut dans l'ivresse : « J'ai triomphé, j'ai triomp h é ! » répétait-elle avec des transports d e joie. P e u d e jours après elle fut admise au monastère ; elle y vécut dans la paix et la ferveur jusqu'à son dernier m o m e n t . Jamais elle n e témoigna d e ressentiment contre ses parents dénaturés qui l'avaient tant fait souffrir ; la seule chose qui l'affectait, c'était d e les voir oublier leurs devoirs religieux. M a l h e u r e u s e m e n t elle n'a fait q u e passer a u milieu d e nous. A p r è s huit m o i s environ, il n e n o u s restait d'elle q u e son d o u x souvenir ; son n o m était D o m i n i c a Massans. Elle était d'origine française. C e qui relève son courage, c'est qu'elle était en toute autre circonstance d'une timidité vraiment extraordinaire. Je ne crois pas avoir jamais rencontré tant de vertu dans une j e u n e fille.


112

MISSIONS DE LA CHINE.

Martyre d'Agathe Ho , vierge chinoise. (Traduction du latin.)

— Cette relation a p o u r auteur M g r Rizzolati, Vicaire apostolique d u Hou-Quouang, qui l'a puisée dans le témoignage écrit d e d e u x chrétiennes, naguère c o m pagnes d e la captivité et des tourments d'Agathe, et aujourd'hui c o n d a m n é e s à l'exil p o u r la cause de la foi. « Agate Ho naquit à Patoum-sien, petite ville d e la province du Houpé. Elevée par des parents chrétiens , avec un frère que Dieu appela depuis au sacerdoce , elle se sentit inspirée par son a m o u r pour Jésus et par sa dévotion à Marie, de consacrer sa virginité au Seigneur. D è s lors sa vie n e fut plus q u ' u n tissu de bonnes œ u v r e s . L'éclat de sa piété fut m ê m e ce qui la trahit, lorsqu'en 1 8 3 9 l e vice-roi Chou publia l'édit d e persécution: Dieu permit q u e sa fidèle servante ne pût se dérober a u c o m b a t par la fuite, parce qu'il aime à choisir la faiblesse de ce monde

pour

confondre tout ce qui est puis-

sant ( 1 ) . Agathe fut donc arrêtée par les satellites avec re

(1) 1

Epître aux Corinthiens. 1,

27.


113 d e u x autres saintes f e m m e s, appelées Dina-Leu et Leu-ki-xe, et deux fervents néophytes, n o m m é s Si-viencai-sin et Quoan-ki-quoei. T o u s les cinq, ils se virent enchaînés p o u r le seul crime d'être chrétiens. « D a n s le cachot o ù ils furent jetés, les confesseurs d e la foi avaient la chaîne au cou et aux mains. Mais ces rigueurs de la prison s'aggravaient encore, p o u r Agathe surtout, lorsque venait la nuit. Il est d'usage, bien q u e les h o m m e s et les f e m m e s soient séparés, d'emboîter chaque soir les pieds des détenus dans des entraves, afin qu'aucun d'eux ne puisse r e m u e r d u lieu assigné pour sa couche. Cette précaution gênante n'en est presque pas une pour les f e m m e s , dont le pied, soumis dès l'enfance à une contraction rigoureuse, est c o m m u n é m e n t si petit, qu'il passe tout entier par le trou de la planche qui devrait le retenir ; ce qui permet a u x captives d e le retirer en secret pour dormir plus en liberté. O r, cet adoucissement était refusé à la pieuse vierge, parce q u e dans sa patrie, pays tout hérissé de m o n t a g n e s , les jeunes filles n e sauraient sacrifier à la m o d e chinoise, sans se mettre dans l'impossibilité d e gravir les pentes qui se rencontrent à chaque pas. Agathe n'ayant donc pas contrarié la nature, avait le pied dans toute sa grandeur, et se trouvait ainsi, à l'âge d e soixante-six ans environ, c o n d a m n é e a u supplice d'avoir c h a q u e nuit la j a m b e emprisonnée. « D è s l'entrée des néophytes dans la geôle, ces lieux qui n'avaient retenti jusque-là q u e d e malédictions et d'horribles blasphèmes, apprirent à répéter les accents d e la résignation et les chants d e l'espérance. C h a q u e nuit, lorsque le silence invitait au recueillement, et q u e les ténèbres voilaient aux captifs les m u r s de leur cachot, la piété de nos chrétiens se reportait au temps des catacombes; leurs voix s'unissaient pour louer Dieu et


114

chanter leurs prières. Mandarins, satellites, geôliers et ceux des criminels qui n'avaient pas d'entraves, accouraient à ce ravissant concert, et transportés d'admiration pour tant d e vertu, attendris par la suavité des saints cantiques, ils se disaient avec étonnement qu'ils n'avaient jamais v u tant de joie dans les fers, et qu'il fallait être prisonnier d u Christ p o u r avoir le secret d e charmer le malheur. Ces idolâtres n e pouvaient c o m prendre c o m m e n t des chrétiens, incarcérés pour avoir professé leur religion, pouvaient encore lui vouer u n e telle fidélité q u e , m ê m e sous les verroux, ils n e rabattaient rien d'un culte dont ils étaient victimes. « Agathe et ses c o m p a g n e s eurent souvent à c o m p a raître devant les divers tribunaux d e Ou-cham-fou , et furent vivement pressées de souscrire à l'apostasie ; mais la fermeté d e leur foi triompha d e toutes les épreuves. Cependant il arriva q u e se voyant sans cesse au milieu des tortures et délaissées de leurs familles, elles laissèrent échapper quelques plaintes sur la manière dont la Providence les traitait, et conçurent des soupçons contre certaines personnes, à qui elles attribuaient plutôt qu'à la volonté divine leur cruelle captivité. Elles étaient dans ces dispositions dangereuses, lorsque le mandarin les rappela à son tribunal, et leur dit, en dissimulant le piége sous des caresses : « Votre religion est b o n n e , je « le sais ; mais c o m m e l'empereur l'ignore, je conci« lierai ses ordres avec votre foi ; je n'exige pas votre « apostasie, je m e contente d'une fiction, je n'en veux « que le m o t . » Et il leur présentait une formule à signer. Les captives repoussèrent cette offre, protestant q u e leur main se refusait aussi bien que leur c œ u r à u n désaveu de leurs croyances, et ajoutant q u e si la dissimulalion pouvait satisfaire le mandarin et tromper l'empereur, elle n e réussirait ni à satisfaire, ni à tromper Dieu.


115

« Alors lem a n d a r i n, c o m m e s'il eût cédé à ces o b servations, ordonna a u x scribes d e rédiger u n e autre f o r m u l e , qu'il présenta de nouveau a u x prisonnières, en leur disant : « Signez celle-ci, o ù il n'est pas question « d'apostasie, et retirez-vous en liberté. Personne n e « vous empêchera désormais de professer votre religion « et de chanter des h y m n e s à votre Dieu. Signez et al« lez en paix. » T r o m p é e s par ces paroles, elles signèrent à d e m i . « Hélas ! elles étaient loin d'avoir cette paix q u e le m a n d a r i n leur avait souhaitée. Poursuivies par les reproches de leur conscience, elles m e députèrent quelqu'un en secret pour savoir ce qu'elles avaient à faire. M a réponse fut qu'elles devaient tout souffrir, m ê m e la m o r t , plutôt que d e donner leur signature. « N e vous « plaignez pas de Dieu, ajoutais-je ; ne ternissez pas « n o n plus par d'injustes soupçons les glorieuses chaînes « dont la Providence vous a parées ; songez à votre â m e « et oubliez votre corps. » Et ces saintes f e m m e s , déjà sur le seuil d e leur prison, y rentrèrent à m a voix sans délai ni m u r m u r e , et retractant leur signature devant le mandarin, elles lui déclarèrent qu'averties par la surprise qu'on leur avait faite, elles se tiendraient désormais en garde contre l'ombre m ê m e d'un désaveu. S u r cette explication elles furent écrouées de nouveau. « P e u de temps après, j'envoyai a u x captives u n prêtre chinois qui reçut leur confession, et les affermit si bien dans l'amour des sacrifices, qu'elles ne firent plus entendre ni m u r m u r e s contre la Providence, ni plaintes contre le prochain, et qu'elles reprirent avec plus d e ferveur q u e jamais leurs pieux exercices. La fête de Noël les trouva dans ces heureuses dispositions. L a veille d e ce b e a u jour, elles demandèrent en grâce a u geôlier d e n'être pas mises au ceps, afin qu'elles pussent avec Aga-


116 the célébrer dans u n e sainte joie la naissance d u Sauveur ; et leur prière ayant été bien accueillie par le gardien, qui admirait en elle u n e si grande piété, la prison retentit durant la nuit entière d e cantiques à la gloire d u divin Enfant. « A u x pratiques de la dévotion se joignait en elles tout le zèle d e la charité. Elles annonçaient l'Evangile aux autres prisonnières, parmi lesquelles d e u x pauvres f e m m e s c o n d a m n é e s à m o r t embrassèrent la foi, et reçurent avec le b a p t ê m e le pardon d e leurs crimes, avant d'aller les expier sur l'échafaud. C e fut ainsi que l'obéissance filiale de ces trois néophytes aux conseils de leur évêque, devint pour elles une source de nouveaux mérites, et doubla l'éclat de leur couronne en la faisant partager à des â m e s qui allaient se perdre pour jamais. « Vint enfin le jour o ù la sentence devait être prononcée ; elle fut conforme a u x décrets de l'empereur TaoKouang , et c o n d a m n a les trois chétiennes au bannissem e n t à perpétuité. Tandis qu'elles s'acheminaient vers l'exil, elles passèrent à la porte d e notre maison religieuse. Elles en profitèrent pour supplier les satellites qu'il leur fût permis d'y entrer, et de dire u n dernier adieu à leurs amies qui habitaient cette d e m e u r e . Mais leur principal motif était d e se purifier encore u n e fois par l'absolution, qu'elles reçurent en effet d'un de nos prêtres, et après s'être unies à la prière c o m m u n e , après avoir salué les chrétiens leurs frères, elles m o n t è rent d'un visage serein sur le navire qui allait les emporter vers l'exil, où les d e u x c o m p a g n e s d'Agathe subissent encore le plus dur esclavage. « Pour A g a t h e , qui avait toujours eu la plus large part dans les tourments, elle fut mise en servitude chez u n Tartare si cruel q u e, malgré le grand âge d e sa captive, il la traitait avec plus d e dureté que ses


117

chiens, et défendait qu'on lui donnât rien d e chaud à m a n g e r . Il ne permettait pas m ê m e qu'elle fît bouillir l'eau dont elle se désaltérait, ce qui est réputé si nuisible en C h i n e , q u e le plus pauvre mendiant ne boirait pas de l'eau froide. D a n s sa détresse et ses infirmités, la pieuse vierge était vouée à l'abandon ; personne qui donnât a u c u n soin à sa vieillesse ; personne qui jetât u n regard de pitié o u u n m o t d e consolation sur son malheur. C'est, au milieu de ces épreuves, au milieu des injures adressées à sa foi et supportées avec u n e angélique sérénité, qu'Agathe Ho , parvenue à l'âge de soixante-onze ans, s'endormit en paix dans le Seigneur , et consomma son long martyre en l'année 1844, dans la ville de Si-gan-fou, capitale d e la province d u Xen-si. « J'adresse cette relation à la piété des chrétiens d'Europe , si libres dans la profession de l'Evangile , afin que se souvenant de leurs frères et de leurs sœurs déportés pour la cause de la foi, et plus à plaindre encore dans leur exil en Tartarie qu'ils ne l'étaient dans les affreux cachots de cette cité, ils prient instamment le Seigneur d'accorder la persévérance à ces athlètes généreux. Peut-être en est-il beaucoup parmi e u x dont les malheurs égalent ceux d'Agathe. « T JOSEPH, Evêque d'Arade et Vic. apost. du Hou-Quouang. »


118

MISSIONS DU THIBET. Extrait d'un rapport de M. Gabet, riste,

Missionnaire Laza-

sur son séjour à Lassa et son expulsion du

Thibet (1).

Paris, d é c e m b r e 1 8 4 7 »

« Lassa est, c o m m e o n sait, la résidence d u G r a n d L a m a , souverain d u Thibet et e n m ê m e t e m p s Pontife s u p r ê m e d u culte b o u d d h i q u e . Outre les n o m b r e u x pèlerins qui se rendent dans cette ville pour offrir leurs adorations au G r a n d L a m a , l'importance d u c o m m e r c e y attire encore les m a r c h a n d s d e toutes les contrées de l'Asie ; ainsi, la capitale d u Thibet doit être considérée c o m m e le rendez-vous continuel d e divers peuples qui incessamment vont et viennent par ces i m m e n s e s régions, sans jamais rencontrer la m o i n d r e entrave à leur liberté. « D è s notre arrivée, n o u s étant aperçus q u e n o u s pourrions inspirer de l'inquiétude si l'on venait à n o u s (1) C e rapport de M . G a b e t fait suite à u n e lettre de M . Huc , q u e nous avons publiée dans le N u m é r o de juillet 1 8 4 7 . O n se rappelle que ces d e u x Missionnaires, après u n voyage de dix-huit mois dans la Tartarie

m o n g o l e, étaient enfin arrivés dans la capitale d u Thibet.

D a n s la relation qu'on va lire, M . G a b e t continue le récit de son confrère, décrit la lutte qu'ils ont soutenue ensemble contre un mandarin chinois., et retrace leur itinéraire de Lassa à Canton.


119 prendre p o u r des Anglais, redoutés à cause d e leur donation dans l'Inde et de leurs victoires récentes sur la Chine, nous nous présentâmes aussitôt aux autorités thibétaines, et nous leur déclarâmes q u e n o u s étions français et prédicateurs d e la Religion chrétienne. L e l e n d e m a i n , nous f û m e s invités à nous rendre chez le premier ministre, régent de l'empire pendant la m i n o rité d u G r a n d L a m a , qui est actuellement u n enfant de huit ans. 11 n o u s questionna b e a u c o u p sur notre patrie, dont le n o m m ê m e lui avait été jusqu'alors inc o n n u ; la bonté et l'intérêt qu'il n o u s t é m o i g n a , n o u s firent c o m p r e n d r e c o m b i e n les détails q u e nous venions de lui d o n n e r avaient fait u n e heureuse impression sur son esprit. L e s entretiens qu'il eut ensuite avec le gouverneur turc ( 1 ) , qui se rend f r é q u e m m e n t à Calcutta pour des affaires commerciales, n e firent q u e le confirm e r dans ses bonnes dispositions à notre égard. Alors il nous déclara qu'il n o u s prenait sous sa protection immédiate, et q u e n o u s pouvions librement séjourner dans le pays, sans q u e personne eût le droit de s'immiscer dans nos affaires. Bien plus, ayant appris qu'à notre arrivée n o u s n'avions p u nous procurer qu'un logement étroit et peu c o m m o d e , il poussa la bienveillance jusqu'à n o u s céder u n e d e ses m a i s o n s , o ù nous p û m e s ériger u n e chapelle et vaquer librement aux exercices de notre ministère. N o s rapports avec le Régent devinrent ainsi d e jour en jour plus intimes ; il aimait à discuter avec nous les vérités de la Religion chrétienne , et demandait toujours avec intérêt de nouveaux détails sur nos lointains pays d'Europe. (1) C h a c u n des peuples divers qui fréquentent Lassa, a dans cette capitale son gouverneur o u chef particulier, qui répond civilement de la conduite de ses nationaux. L e gouvernement thibétain ne connaît pas les individus,

il ne traite qu'avec leurs chefs.


120 « Par m a l h e u r il existe à Lassa u n m a n d a r i n chinois, envoyé par la cour d e Pékin avec le titre d e délégué extraordinaire. Il a pour mission officielle d e présenter les hommages de l'empereur au Grand Lama , mais son mandat politique est de surveiller les mouvem e n t s des peuples voisins, pour e n d o n n e r avis à son gouvernement. C e fonctionnaire, jaloux des progrès q u e faisait l'Evangile, songea a u x m o y e n s d e mettre obstacle à notre séjour à Lassa ; il essaya d e persuader a u Régent q u e nous étions des personnages suspects, qui n e pouvaient être v e n u s dans le pays qu'avec des vues secrètes d e politique. D a n s l'espoir d e découvrir p a r m i nos effets quelque pièce propre à rendre plausible son accusation , il envoya des gens q u i , a u m o m e n t o ù nous n o u s y attendions le m o i n s , mirent les scellés sur tout ce qui n o u s appartenait et n o u s e m m e n è r e n t a u tribunal chinois. Là, après d'humiliants interrogatoires, o n apporta nos effets, qui furent m i s sous les y e u x d u m a n d a r i n, et par lui minutieusement examinés u n à u n en présence d u Régent. Deconcerté d e n'avoir rien découvert qui pût le m o i n s d u m o n d e justifier ses injurieuses imputations, il se saisit, pour la forme, d'un paquet d e manuscrits, d e nos lettres d e prêtrise et de plusieurs lettres d e famille. L e R é g e n t , satisfait q u e p a r m i nos bagages il n'y eût rien qui pût n o u s c o m p r o mettre, d e m a n d a a u m a n d a r i n ce qu'il avait enfin à dire contre nous. Celui-ci répondit q u e le résultat de l'enquête témoignait q u e n o u s étions des gens irréprochables et dont o n n'avait rien à craindre. N o u s retournâmes d o n c à notre d e m e u r e, espérant q u e les vexations chinoises étaient dès lors finies. « Quelques jours d e paix et d e tranquillité semblèrent, e n effet, devoir n o u s confirmer d a n s cette opinion. Mais le délégué extraordinaire n e pouvait plus sup-


121 porter, de la part d u g o u v e r n e m e n t thibétain, u n accueil si favorable, fait aux ministres d'une religion q u e les absurdes préjugés de la C h i n e repoussent d e ses frontières. Il prit donc sur lui de n o u s intimer l'ordre d e partir de Lassa, sous prétexte q u e n o u s étions étrangers. Sur-le-champ nous nous rendîmes a u tribunal chinois pour d e m a n d e r c o m p t e d'une pareille s o m m a t i o n, q u e nous avions droit de regarder c o m m e aussi tyrannique qu'outrageante. N o u s déclarâmes a u représentant de la cour de P é k i n , qu'admis a Lassa par l'autorité d u lieu, n o u s n e reconnaissions ni à lui ni à qui q u e ce fut le pouvoir d'y troubler notre séjour; q u e c o m m e n o u s , l u i - m ê m e il était étranger dans le Thibet, et q u e c'était ce q u e signifiait son titre d e délégué extraordinaire; n o u s lui d e m a n d â m e s de quel droit il prétendait exclure les Français d'un pays ouvert à tous les peuples ; nous lui rappelâmes encore q u e dans le cas m ê m e o ù les étrangers seraient repoussés d e Lassa d'après la constitution même du pays , les hommes de prières , quels qu'ils fussent, ne pouvaient jamais être considérés c o m m e étrangers dans le Thibet, et q u e ce titre seul devait toujours n o u s y assurer liberté et protection. « L e m a n d a r i n, qui n e s'attendait pas à n o u s trouver si bien fixés sur les lois d u p a y s , et sur les rapports qui existent entre le g o u v e r n e m e n t de Lassa et la cour de Pékin, n'insista plus sur notre qualité d'étrangers, mais il allégua q u e n o u s ne pouvions résider dans le T h i b e t , parce q u e nous étions prédicateurs d'une religion mauvaise et prohibée par l'empereur chinois. N o u s lui r é p o n d î m e s q u e le Christianisme n'avait jamais eu besoin d e la sanction d e son e m p e r e u r p o u r être u n e religion sainte, pas plus q u e nous d e sa mission pour la prêcher dans le Thibet. Enfin, pour couper court à tout débat et trancher la question , il se r é s u m a

том. xx, 117.

6


122 ainsi : « Q u o i qu'il e n soit, tenez pour certain q u e je vous ferai partir d e Lassa. » « Dès q u e n o u s e û m e s fait part a u Régent des prétentions arbitraires d u m a n d a r i n chinois, il nous dit q u e protégeant dans le pays des milliers d'étrangers, il serait assez fort p o u r n o u s faire jouir de l'hospitalité qu'il accordait à tout le m o n d e : « Et pour ce qui est d e votre religion, ajouta-t-il, elle est loin de nous d o n n e r d e l'ombrage ; j'ai m o i - m ê m e dessein d e m ' e n instruire à fond ; si elle est meilleure q u e la nôtre, n o u s l'embrasserons volontiers. » « 11 s'engagea d o n c a notre sujet u n e lutte de plusieurs jours entre le g o u v e r n e m e n t thibetain et le tribunal chinois ; la circonstance de la minorité d u G r a n d L a m a favorisait les prétentions d u délégué extraordinaire, et il eut le dessus. L e Régent n o u s annonça luim ê m e q u e , seul et privé d e l'appui d e son souverain, il s'était à regret trouvé trop faible p o u r reprimer la tyrannie des Chinois qui, depuis plusieurs a n n é e s , profitant d e l'enfance d u G r a n d L a m a, s'arrogeaient des droits inouïs dans l'empire. Déjà, en effet, tous les m o y e n s d'expulsion avaient été pris par le délégué extraordinaire : l'officier et les soldats d e l'escorte, le jour d u départ et la route q u e n o u s devions suivre étaient déterminés par son ordre. Notre etonnement redoubla q u a n d n o u s apprîmes qu'on avait arrêté d e n o u s faire subir les rigueurs d'un trajet d e huit m o i s , pour n o u s conduire à C a n t o n , tandis q u e , en n o u s dirigeant vers l'Inde, vingt-cinq jours de m a r c h e n o u s suffisaient p o u r arriver jusqu'au premier poste européen. N o u s fîm e s à ce sujet les plus instantes réclamations, m a i s elles n e furent point écoutées, pas plus q u e la d e m a n d e d'un sursis d e quelques jours, pour n o u s reposer u n p e u des fatigues d e la longue route q u e n o u s venions de faire,


123

et laisser cicatriser d e larges plaies causées par le froid durant notre voyage. Destitués de toute protection , nous nous rendîmes, une fois encore, au tribunal chinois, et n o u s déclarâmes a u délégué q u e n o u s cédions à la violence, m a i s q u e n o u s d é n o n c e r i o n s , à notre arrivée, et l'iniquité d e la sentence qui n o u s chassait d'un pays libre, et la barbarie dont o n a c c o m p a g n a i t cet acte arbitraire, barbarie q u e, v u l'état o ù n o u s étions, n o u s avions droit d e considérer c o m m e u n attentat à nos jours. « Après cette protestation, n o u s finies à la hâte les quelques préparatifs d e ce pénible voyage. L a veille d u d é p a r t , u n e n v o y é d u R é g e n t entra c h e z n o u s, et n o u s remit d e sa part d e u x lingots d'argent ; n o u s c r û m e s p r u d e n t d e refuser cette s o m m e . S u r le soir m ê m e , n o u s n o u s r e n d î m e s à son palais, n o u s d é p o s â m e s ces lingots sous ses y e u x , e n l'assurant q u e cette d é m a r c h e n'était n u l l e m e n t u n signe d e m é c o n t e n t e m e n t d e notre part ; qu'au contraire n o u s n o u s souviendrions toujours avec reconnaissance des b o n s traitements q u e n o u s avions reçus d u g o u v e r n e m e n t thibelain, p e n d a n t le séjour q u e n o u s avions fait à Lassa ; q u e si notre sort eût d é p e n d u d e lui, n o u s e n avions la certitude, n o u s eussions toujours joui d a n s le T h i b e t d e l'hospitalité la plus tranquille et la plus honorable ; m a i s q u e p o u r cet a r g e n t , n o u s n e p o u v i o n s le recevoir sans c o m p r o m e t t r e notre conscience d e Missionnaires et l'honneur d e notre nation. ( E n effet, plutôt q u e d'accepter les offres d'argent q u i n o u s avaient été faites par diverses personnes de Lassa , pour subvenir aux frais de notre voyage , nous avons préféré vendre jusqu'à des linges d'autel). Le Régent nous répondit qu'il comprenait nos motifs , qu'il n'insistait pas pour nous faire agréer ce présent, m a i s q u e pourtant il serait bien aise d e n o u s léguer


124

quelque souvenir a u m o m e n t d e se séparer d e nous. Alors, prenant u n dictionnaire eu quatre langues, qu'il n o u s avait v u souvent feuilleter avec intérêt, il n o u s d e m a n d a si cet ouvrage pouvait n o u s être agréable ; n o u s le r e ç û m e s , et nous f û m e s heureux de pouvoir lui offrir en retour u n microscope q u e nous avions apporté de F r a n c e , et qui sembla lui faire d'autant plus d e plaisir qu'on n'en avait jamais vu dans le pays. « A u m o m e n t d e n o u s quitter, le Régent se leva et nous adressa ces m o t s pleins d'espérances : « V o u s partez ; mais vous êtes des h o m m e s d'un courage étonnant, puisque vous avez p u venir jusqu'ici. Je sais q u e vous avez dans la tête u n e grande résolution.... V o u s m e c o m p r e n e z assez ; les circonstances n e permettent pas d'en dire d'avantage. » — Telle fut la m a n i è r e significative dont n o u s primes congé d u premier ministre thibétain. « N o u s partîmes de Lassa le 2 6 février 1 8 4 6, acc o m p a g n é s d'une escorte chinoise, c o m m i s e à cet effet par le délégué extraordinaire. Depuis les premiers jours d e notre m a r c h e jusqu'aux frontières de C h i n e , nous n o u s a p e r ç û m e s q u e le Régent avait envoyé ordre à tous les chefs d e districts par o ù nous devions passer, d'apporter le plus d'adoucissement qu'ils pourraient aux fatigues de notre route ; mais elle était d e nature à n'en comporter a u c u n, et c h a q u e jour venait confirm e r en nous le soupçon qu'on ne n o u s avait forces d'entreprendre ce voyage q u e dans l'espérane d e n o u s y voir s u c c o m b e r . Toujours ensevelis d a n s la neige, toujours gravissant des m o n t a g n e s inaccessibles, o u suspendus sur des gouffres affreux, voilà quelle fut notre course pendant quatre mois entiers. Aussi le m a n darin militaire qui nous accompagnait, quoiqu'il voyageât en chaise à porteur, ne put v résister et m o u r u t


125 à moitié c h e m i n . E n u n m o t , q u a n d n o u s t o u c h â m e s a u x frontières d e l'empire chinois, nous étions suivis d e quatre cercueils, sans parler d e huit h o m m e s qui étaient t o m b é s dans les a b y m e s, et dont o n n'avait p u retirer les cadavres. « Arrivés à la capitale d u Su-tchuen, n o u s e û m e s u n e entrevue avec le vice-roi. Il comprit c o m b i e n le g o u v e r n e m e n t chinois s'était c o m p r o m i s par l'illégalité et la barbarie dont o n avait usé à notre égard dans le Thibet; il b l â m a h a u t e m e n t le délégué d e la c o u r , et p o u r n e se trouver en rien m ê l é dans les conséquences d e cette affaire, il prit tous les m o y e n s d e n o u s faire continuer la route, depuis le Su-tchuen jusqu'à C a n ton, avec les c o m m o d i t é s et m ê m e les honneurs convenables. Mais l'insatiable cupidité des m a n d a r i n s subalternes, c o m m i s à notre conduite et aux soins d e notre nourriture, annulla toujours l'effet des m e s u r e s prises par le vice-roi. N o u s e û m e s spécialement à n o u s plaindre des administrateurs d e la capitale d u Hou-pé, qui se m o q u è r e n t des égards qu'on n o u s avait témoignés dans le Su-tchuen. « A quoi b o n , dirent-ils, tant d e m é n a g e m e n t s p o u r ces étrangers, parce qu'ils sont français ? D a n s cette ville, n o u s avons e u entre les m a i n s d e u x h o m m e s d e cette nation, et nous les avons i m p u n é m e n t torturés et m i s à m o r t . » — Ils voulaient parler d e M M . Clet et Perboyre, Lazaristes français, martyrisés dans le Hou-pé. « Aussi, à partir de cette capitale n o u s v î m e s redoubler les misères d e notre voyage ; tous les jours n o u s e û m e s à souffrir d e la faim et des outrages d e la p o pulace, qu'on ameutait contre nous. Poussés à bout et a u c o m b l e d e l'épuisement à notre arrivée dans la capitale d u Kian-si, nous n o u s rendîmes incontinent a u tribunal d u gouverneur, et n o u s déclarâmes q u e


126 nous n e voulions plus d e l'administration chinoise pour achever notre route, q u e n o u s la ferions à nos frais, risques et périls, et q u e si, d'après les lois d e l'empire, il était requis qu'un m a n d a r i n nous a c c o m pagnât pour veiller sur n o u s, n o u s n e consentirions à m a r c h e r à sa suite qu'à la condition qu'il n'y aurait rien d e c o m m u n entre lui et nous. O n fit semblant d'être surpris des mauvais traitements q u e n o u s avions eu à subir dans le Hou-pé , et o n n o u s protesta à plusieurs reprises q u e le Kian-si ne n o u s donnerait pas les m ê m e s sujets d e plaintes. N o u s laissâmes d o n c les Chinois organiser le départ, en les avertissant toutefois qu'au premier jour o ù nous verrions se renouveler de pareilles avanies, nous prendrions aussitôt le parti q u e n o u s leur avions signifié. Aussi, soit l'effet de nos paroles, soit plutôt la perspective d e n o u s remettre i m m é d i a t e m e n t entre les m a i n s d u représentant de la F i a n c e , nous avons eu beaucoup m o i n s à souffrir depuis le Kian-si jusqu'à Canton, o ù nous s o m m e s arrivés vers la fin de septembre 1 8 4 6 . « Maintenant, il serait superflu d'ajouter qu'en signalant ces faits, notre unique pensée est d'en prévenir le retour. Ministres d'une Religion toute de paix et d e concorde, à Dieu ne plaise q u e n o u s élevions ici la voix p o u r appeler la vengeance sur nos persécuteurs ! P o u r ce qui n o u s concerne personnellement, nous n'oublions pas q u e la carrière o ù n o u s s o m m e s entrés doit être s e m é e jusqu'au bout d e souffrances et d'humiliations; m a i s nous pensons qu'on n e verra pas avec indifférence cette prétention inouïe d e la C h i n e , qui ose poursuivre d e ses outrages le Christianisme et le n o m d'Européen jusque chez les peuples

étrangers. « GABEY,

Miss, apost. »


127

MISSIONS

DE L'OCÉANIE ORIENTALE.

Lettre du R. P. Aubert Bouillon Picpus,

, Prêtre de la Société de

à Monseigneur l'Archevêque de Calcédoine ,

Supérieur général de la même Société.

Archipel de H a m o a, baie d'Appia, 2 0 décembre 1 8 4 6 . « MONSEIGNEUR ET TRÈS-RÉVÉREND PÈRE ,

« La divine Providence vient de n o u s éloigner, contre notre attente, d u lieu d e notre destination. C o m m e la guerre était toujours allumée à Taïti, et qu'il était p e u probable qu'au milieu des hostilités, la Mission put y faire des progrès, n o u s laissâmes d a n s cette ile les P P . Honorât et A r n a u d avec le frère Z é n o n , et n o u s partîmes p o u r Honolulu, le 2 octobre 1846. « L e 6, n o u s t o u c h â m e s à Raiatea, d e m e u r e de la reine P o m a r é . Dès le soir, son mari vint à bord. T o u t e sa conversation avec nous se borna à ces m o t s : iorana (bon jour), taio (ami). L e l e n d e m a i n nous r e ç u m e s aussi la visite d u prince Tahitoe, chef de l'île. Je n e sais qui lui a appris assez d e français pour d e m a n d e r d u vin et d e l'eau-de-vie ; il semble n e connaître q u e ces d e u x m o t s , et il les répéta sans cesse pendant tout le t e m p s qu'il resta sur le pont. Enfin la reine vint à son tour et déjeûna m ê m e avec n o u s ; elle ne voulut boire autre chose q u e d u thé et garda u n silence absolu tout

le t e m p s de sa visite.


128 « Lorsque nom descendîmes dans l'île, n o u s f û m e s entourés et suivis d'une foule d'enfants, attirés par le désir d e voir des robes noires ; ces jeunes K a n a k s nous accompagnaient partout, et n o u s disaient avec u n naïf e m p r e s s e m e n t les n o m s des objets q u e n o u s rencontrions. U n jour q u e j'avais fait avec e u x u n e assez long u e p r o m e n a d e, je m e m i s à réciter m o n office sur le bord de la m e r, e n attendant u n e embarcation p o u r retourner à bord. Aussitôt u n e trentaine d'Indiens se réunirent autour d e m o i ; et c o m m e j'avais u n é n o r m e c h a p e a u d e paille qui m e cachait tout le visage, ils se prosternaient les u n s après les autres à m e s pieds pendant d e u x o u trois m i n u t e s , afin d e voir à leur aise c o m m e n t je priais le b o n Dieu. Malgré ces dispositions bienveillantes d u peuple, je ne pense pas qu'il n o u s soit bien facile d'établir en ce lieu u n e Mission. L a reine et ses ministres protestants n e le permettraient pas. « N o u s avons v u dans cette île u n Européen, n o m m é Victor ; c'est u n m o n t a g n a r d italien q u i , pour échapper aux châtiments qu'il avait mérités c o m m e matelot, a déserté et s'est fait chef des rebelles à Taïti. O n dit qu'il est couvert d e blessures ; m a i s elles n'ont servi qu'à le rendre plus fier et plus orgueilleux. U n jour il m o n t a à notre bord, a r m é jusqu'aux dents ; il est d'une taille assez haute et d'un visage effrayant d e férocité ; il n o u s regarda avec des y e u x qui respiraient le sang. N o u s n'avons point su précisément ce qu'il dit à notre capitaine; s e u l e m e n t , celui-ci nous fit entendre q u e c'était u n scélérat, et qu'il lui avait fait, à notre sujet, des propositions affreuses. T o u s les matelots d u bord n o u s conjurèrent de ne plus sortir d e la goëlette, sur laquelle nous n e risquions rien, parce q u e cet h o m m e n'oserait pas, malgré sa haine, n o u s attaquer sur u n navire anglais. N o u s y d e m e u r â m e s , en effet,


129 d e u x o u trois jours c o m m e prisonniers. Et durant tout ce t e m p s, n o u s a p e r ç û m e s le bandit rôder continuell e m e n t sur le bord d e la m e r , avec trois o u quatre d e ses pareils qui l'accompagnent partout. V o u s n'aurez pas d e peine à croire, M o n s e i g n e u r , q u e n o u s v î m e s lever l'ancre sans regret. « L e 2 0, n o u s a b o r d â m e s à u n e petite île qui a été découverte en 1 8 3 2 et qui n'a pas encore d e n o m . O n n e la croit pas habitée; m a i s c o m m e on espérait y trouver des provisions, le canot fut envoyé à la côte. S u r le rivage, u n e très-chétive c a b a n e et quelques débris d e cocos n o u s firent juger q u e des étrangers s'y étaient arrêtés quelques jours. L a facilité avec laquelle les oiseaux dont cette île est peuplée se laissent prendre, n o u s étonna beaucoup. Loin d e s'enfuir à l'approche d e l ' h o m m e , ils affrontent résolument ses attaques avec u n é n o r m e bec d'un demi-pied d e longueur, a r m e d é fensive dont o n doit se défier, c o m m e l'expérience m e l'a appris. L a quantité de ces oiseaux est i m m e n s e ; o n e n voit partout, non-seulement sur c h a q u e b r a n c h e d'arbre, niais encore à terre, occupés soit à couver u n œ u f , soit à réchauffer u n petit. Avec u n simple bâton o n en peut a s s o m m e r autant q u e l'on veut ; j'en pris quelques-uns tout vivants, au prix de quelques b o n s coups d e bec. N o u s fîmes donc u n e abondante provision d e gibier; m a i s nous n'avions pas prévu le m é c o m p t e q u n o u s attendait au retour. P e n d a n t notre excursion, la m e r était d e v e n u e grosse, et il fallait cependant aller rejoindre le canot qui était resté a u delà d u récif. N o u s avions la plus grande peine à résister à la violence des vagues qui n o u s enveloppaient jusqu'à la ceinture. L e s matelots qui portaient le gibier, n e pouvant plus se tenir fermes contre la m e r, furent obligés d ' a b a n d o n n e r leur fardeau ; en sorte q u e, de la chasse la plus h e u -


130 reuse qui fut jamais , il n e nous resta qu'un seul oiseau vivant , q u e je vins à bout de conserver. Arrivé au récif, je courus quelque danger : a u m o m e n t o ù je tâchais d'atteindre le canot, u n e l a m e le lit échouer sur les brisants ; je tombai sous lui; h e u r e u s e m e n t je m e relevai sans blessure. L o n g t e m p s nous nous efforçâmes en vain de remettre notre embarcation à flot ; les v a gues n o u s repoussaient toujours sur l'écueil. Enfin , n o u s v î n m e s à bout d e la dégager ; n o u s n o u s précipitâmes d e d a n s , et n o u s rejoignîmes bientôt notre goëlette ; mais n o u s revenions les m a i n s vides : il fallut d o n c n o u s remettre en route pour l'archipel S a n d w i c h avec fort p e u de provisions. « Il y avait plus d'un m o i s q u e n o u s avions quitté Taïti, lorsque le d i m a n c h e , 8 n o v e m b r e , o n mit le cap sur la grande île , et o n n o u s en promit la v u e pour le jour suivant. L e lendemain, o n déclara q u e n o u s l'avions laissée à gauche , à vingt-une lieues dans l'ouest. L e m a r d i , n o u s devions découvrir u n e île intermédiaire ; n o u s n'aperçûmes encore rien. Notre capitaine se croyait alors à la hauteur d'Honolulu , et n o u s annonçait la vue d u port pour le mercredi m a t i n , puis pour le mercredi soir. T o u t e la journée o n fut a u haut des m â t s ; rien n e parut ; o n continua encore d e courir à l'ouest. L e jeudi m a t i n , la tristesse était peinte sur les visages; tous les regards interrogeaient l'horizon , et les heures s'écoulèrent dans u n m o r n e silence jusqu'au soir, au milieu d'alternatives d'espoir et d e crainte. Enfin , après avoir cinglé cinq jours d a n s cette direction, toujours vent arrière et b o n n e brise , o n d e m e u r a persuadé q u e les îles S a n d w i c h , a u lieu d'être à l'ouest, étaient a u levant. Par m a l h e u r , il n o u s était impossible de faire route d e ce côté, à cause des vents qui se trouvaient contraires. E n outre , nous n'avions plus de provisions


131 à bord, et notre goëlette portait dix-neuf personnes. Déjà depuis dix jours, nous n e buvions plus q u e d e l'eau c o r r o m p u e, et encore n'en restait-il qu'environ d e u x cents litres. N o u s divisâmes la faible quantité d e vivres qu'on tenait en réserve, d e manière à faire durer nos m o y e n s d'existence trente jours ; ce qui réduisait notre nourriture d e vingt-quatre heures à d e u x onces et d e m i de b œ u f salé et à soixante-douze haricots p o u r c h a c u n , avec u n litre d'eau. « L e 1 2 , a u soir, le capitaine n o u s réunit pour savoir si nous voulions aller dans l'Amérique d u N o r d . « C'est le plus sûr parti, n o u s dit-il ; mais il faut a u m o i n s trente jours pour n o u s y rendre ; nous aurons d e grosses m e r s à traverser, et la m â t u r e d e notre vaisseau est très-mauvaise. Nous pouvons aussi regagner le sud , où nous avons la chance de rencontrer différentes petitesîles, et m ê m e quelques navires; et, en tout c a s , n o u s ne p o u v o n s m a n q u e r les îles des Navigateurs o ù le vent nous pousse directement. » T o u t le m o n d e se prononça pour ce dernier avis. Il faut remarquer q u e l'erreur d u capitaine était assez excusable. N'ayant point de chronomètre , il ne pouvait connaître la longitude , et, ainsi pendant qu'il se croyait à l'est de Sandwich , les courants l'avaient porté à l'ouest. « L e 1 4 au m a t i n , n o u s a p e r ç û m e s deux navires qui semblaient faire route vers la Chine. Aussitôt nous virons de bord pour les rejoindre, n o u s déployons toutes nos voiles, mais c'est en vain ; notre petite goëlette , malgré tous ses signaux , les perd de vue au bout de quelques heures. Cette m a n œ u v e inutile n o u s fit encore perdre u n jour. L e 16, u n e pluie abondante vint soulager u n p e u notre détresse, e n n o u s permettant d e recueillir d e u x o u trois barriques d'eau. « N o u s voici au 2 2 n o v e m b r e . N o s j a m b e s c o m m e n -


132

sent à refuser de n o u s porter; les estomacs sont bien vides ; cependant la souffrance n'est pas encore trèsgrande ; les enfants qui sont à bord pleurent quelquefois, et tout le m o n d e , catholiques et protestants, prie p o u r la délivrance c o m m u n e . P o u r nous qui devions être plus résignés à tous les sacrifices ,nous d e m a n d i o n s chaq u e jour à D i e u l'accomplissement d e sa sainte volonté sur n o u s ; m a i s l'épuisement d e nos forces appelait la fin d e nos peines. A c h a q u e instant, je jetais les y e u x vers l'horizon; c h a q u e n u a g e était pour m o i u n e terre, chaque brisant u n navire ; hélas! ces illusions duraient p e u ! « L e 4 d é c e m b r e, après le coucher d u soleil, nous a p e r ç û m e s au-dessus des flots u n e espèce de pyramide ; n o u s n e savions si c'était u n n u a g e, u n e terre o u u n vaisseau; o n mit le cap sur ce point; m a i s tout disparut avec le jour. O n continua de m a r c h e r toute la nuit dans cette direction : le l e n d e m a i n , nous n'aperçûmes q u e l'Océan. « C e p e n d a n t Marie avait jeté u n regard d e miséricorde sur ses enfants. A cinq heures d u matin, le 8 d é c e m b r e, fête d e son I m m a c u l é e Conception, n o u s entendons u n cri d e joie sur le navire: terre! terre ! N o u s f û m e s bientôt sur le pont. Quel b o n h e u r lorsque n o u s distinguâmes clairement plusieurs iles ! Notre première pensée fut d e réciter le Te Deum et le Magnificat en actions d e grâces. D è s le soir, n o u s arrivâmes à u n e petite île qui se trouve à cinquante lieues à l'est de l'archipel Hamoa. U n missionnaire protestant vint à b o r d , et voyant notre grande misère, n o u s envoya u n p e u d'eau fraîche et d u taro ; je n e crois pas avoir jamais savouré rien d e si délicieux. « L e lendemain o n n o u s offrit d e descendre dans l'île, en n o u s assurant q u e nous serions bien reçus par les habitants d u pays; m a i s o n n o u s déclara e n m ê m e t e m p s


133 qu'il ne n o u s serait pas permis d'y fixer nôtre séjour. U n repas c h a m p ê t r e nous fit u n p e u oublier les privations de notre traversée ; les indigènes nous firent cuire u n petit cochon, et nous le servirent a u milieu d'une case, sans autre table q u e des nattes, sans autre verre q u e l'écorce d u coco. « C o m m e cette île ne pouvait fournir assez d e provisions pour n o u s ravitailler entièrement, nous partîm e s le 1 0 a u soir p o u r H a m o a . C'est là q u e réside M . Pritchard e n qualité d e consul anglais. N o u s y arrivâm e s le lendemain, lorsqu'il était déjà nuit. Les K a n a k s vinrent aussitôt à bord ; mais pendant q u e l'on parlait avec e u x , notre goëlette glissa contre u n récif q u e l'on n'apercevait pas. G r a n d e alarme à ce n o u v e a u m a l h e u r . Durant une demi-heure on crie , on pleure , on prie , on croit le navire perdu. Enfin nous parvenons à le dégager et à le mettre a u large. Marie venait encore u n e fois d e nous sauver. « L e 1 2 , n o u s entrâmes dans la baie d'Appia. Quelle fut notre surprise, lorsque n o u s r e c o n n û m e s e n ce port l'Arche d'Alliance ! C e navire y était dès la veille. N o u s nous rendîmes aussitôt à bord ; et là, n o u s fûm e s reçus c o m m e des enfants bien-aimés par Monseig n e u r Bataillon qui arrivait d e Wallis, et qui faisait la visite d e sa Mission. L'excellent capitaine M a r c e a u n o u s retint près d e lui tout le t e m p s q u e n o u s d e m e u r â m e s à Appia. Il avait sur son vaisseau quatre Pères Maristes qu'il devait porter à d'autres îles, et d e plus, d e u x Prêtres destinés à s'établir d a n s cette baie. « L e 1 3, nous a c c o m p a g n â m e s Monseigneur lorsqu'il descendit à terre. L e clergé, suivi d'une multitude d'indigènes, vint le recevoir processionnellement sur le rivage, et le conduisit à la petite chapelle. Il y eut u n e instruction e n langue d u pays, puis o n chanta


134 des cantiques et des p s a u m e s , et le tout se termina par la bénédiction pontificale. A la suite d e cette c é r é m o n i e o n alla rendre visite a u chef d e la baie. N o u s n o u s trouv â m e s réunis dans sa case a u n o m b r e d'environ quarante o u cinquante personnes. Lorsque n o u s n o u s f û m e s assis sur les nattes, à la façon des naturels, c'est-à-dire, les j a m b e s croisées, o nfitd u cava et o n n o u s le distribua e n témoignage d'honneur et d'amitié. Cette Mission d o n n e d e grandes espérances ; plusieurs chefs d e m a n d e n t des Missionnaires catholiques, malgré toutes les calomnies q u e les ministres protestants n e cessent d e répandre contre nous. Déjà b e a u c o u p de préjugés ont disparu, et la visite de Monseigneur va sans doute i m p r i m e r u n nouvel élan aux conquêtes d e la foi. « L e 1 5, n o u s a c c o m p a g n â m e s Monseigneur et M . M a r c e a u chez le consul anglais, M . Pritchard, afin d e négocier avec lui notre passage a u x iles S a n d w i c h . Il fut décidé q u e notre goëlette pouvait nous porter jusq u e là, pourvu q u e la m â t u r e fût changée et qu'on n o u s donnât des provisions suffisantes. M . le consul a bien voulu se charger de remplir ces deux conditions , et nous pouvons compter, nous a dit M. Marceau , qu'il n e m a n q u e r a pas d'exécuter ce qu'il a promis, parce q u e non-seulement son h o n n e u r, mais encore son intérêt s'y trouvent engagés. « Il est d o n c à peu près certain q u e nous remonterons sur notre goëlette p e u de jours après Noël. J'espère q u e n o u s serons plus heureux cette fois, et q u e nous finirons par trouver, avec le secours d e Dieu et de la sainte Vierge, l'ile d'Honolulu. « Je suis avec u n profond respect, Monseigneur, « F. ALBERT BOUILLON ,

Miss. apost. »


135

Extrait d'une lettre du R. P. Ildephonse Dordillon, de la Société de Picpus, ses,

Missionnaire aux Iles Marqui-

à M***

N u k u h i v a, 2 7 janvier 1 8 4 6 .

« MONSIEUR,

« Après six m o i s et trois jours d e courses, a u milieu de m e r s plus o u m o i n s pacifiques, m e voilà enfin chez ces pauvres sauvages des iles Marquises, au b o n h e u r desquels vous vous intéressez si vivement. « Les incidents d'un si long voyage sont aussi dramatiques q u e variés ; mais c o m m e ils rentrent en général dans cet ordre d e privations et d e dangers dont le tableau vous est déjà c o n n u, je m ' e n tiendrai aux épisodes les plus saillants d e nos lointaines pérégrinations. « Trois m o i s après notre départ de Brest, n o u s entrions dans ces m e r s orageuses qui baignent les s o m bres rochers d e la Terre d e feu. Plus n o u s approchions d u C a p H o r n , plus n o u s semblions courir au devant d u naufrage. Il n e se passait guère d e semaine sans q u e notre vaisseau ne fût quatre ou cinq jours à la cape , c'est-à-dire abandonné sans résistance à la merci des flots et à la fureur des vents. Avec cela, le plus c o m m u n é m e n t , le ciel était obscurci par d'épais tourbillons d e neige. N o u s descendîmes ainsi jusque vers le 6 2 degré d e latitude sud, a u milieu des iles d e glace errantes. L a plus grande q u e n o u s ayons vue, nous e


136 parut avoir environ trois-quarts de lieue; elle passa assez loin de n o u s p o u r ne pas e n d o m m a g e r notre navire. D e plus petites s'approchèrent davantage ; m a i s en glissant à nos côtés, elles n e firent q u e nous rafraîchir. A cette é p o q u e , les jours étaient tellement longs q u e n o u s n'avions guères q u e d e u x heures de nuit; à dix heures d u soir, n o u s y voyions assez clair p o u r pouvoir aisément dire notre bréviaire. Enfin, le 26 novembre , après environ un mois de combats continuels contre le froid, la tourmente et les flots, n o u s a c h e v â m e s d e doubler le C a p H o r n . Quelques heures d e b o n vent n o u s firent oublier tous les m a u x q u e n o u s avions soufferts. « Le 1 0 d é c e m b r e , à dix heures d u soir, n o u s entrions dans la rade d e Valparaiso, o ù nous devions laisser quelques-uns des nôtres. D è s q u e l'ancre fut jetée , je descendis à terre pour aller annoncer à tous nos a m i s d u Chili q u e les Missionnaires, qu'ils appelaient avec tant d'impatience, étaient a u port. Je n'essaierai point d e vous dépeindre la joie q u e nous é p r o u v â m e s les u n s et les autres : la nôtre était a u comble, surtout lorsque nous apprîmes q u e nos d e u x Evèques n o m m é s étaient là à n o u s attendre. « L e R. P. François d e Paule, actuellement E v ê q u e d e Basilinopolis, a p u seul se décider à accepter le lourd fardeau qui lui était imposé. S o n sacre, auquel j'ai assisté, a e u lieu le d i m a n c h e , 21 d é c e m b r e , dans la cathédrale de S a n - Y a g o , capitale d e tout le Chili. A p r è s la cérémonie, n o u s n o u s rendîmes à l'archevêché, o ù n o u s attendait u n déjeuner tout-à-fait splendide. Je me garderai bien d'en faire la critique, les usages des pays étrangers paraissant toujours étranges : ce q u e je m e permettrai d e vous en dire, sera u n i q u e m e n t dans le dessein d e vous d o n n e r u n e idée d'un repas chilien.


137 « Quelques instants avant de nous mettre à table , on nous offrit du maté , espèce de décoction semblable a u thé ordinaire, qu'on sert dans de petits pots, et q u e chacun suce, tout bouillant, par le m o y e n d'un c h a l u m e a u en argent, a u risque de s'enlever la peau d u palais. O n prend cela, dit-on, p o u r se rafraîchir. Lorsque tout fut prêt dans la salle à manger , nous allâmes nous placer autour d'une immense table, chargée d e mets semblables à ceux q u i , en France, n e paraissent qu'au dessert. On ne voyait que pâtisseries , sucreries et fruits. Je ne pus apercevoir dans ce premier service qu'une patte d e poulet ; encore était-elle recouverte d'une enveloppe bien sucrée. Il n e fallait rien m o i n s q u e l'autorité de l'exemple pour m e décider à accepter sur m o n assiette d e pareilles friandises, bien plus propres à satisfaire les y e u x q u e l'estomac. « Dans tous les pays que j'avais jusque-là visités , j'avais toujours vu sur la table un verre au moins pour c h a q u e convive. Ici règne u n usage contraire : d e u x o u trois convives, quelquefois u n plus grand n o m b r e, se servent d u m ê m e verre pour étancher leur soif. O n serait m a l v u , si l'on faisait quelque difficulté ; aussi personne n'en fait. Q u a n d vous avez vidé votre verre à moitié, votre voisin m e t le reste à sec, s'il peut y réussir, car la c o u p e est i m m e n s e . Celui qui sert a u dîner a soin d e goûter tout ce qu'il présente, et u n serviteur, qui se tient derrière les convives, s'empresse d e porter à c h a c u n la part qui lui est destinée : m a i s il n e perd pas son t e m p s, c o m m e les domestiques font en F r a n c e ; il f u m e sa cigarette. « Vers la fin d u repas, qui dura environ trois-quarts d'heure, u n des familiers de la maison vint offrir à c h a c u n d e ceux qu'on voulait honorer, des oranges magnifiquem e n t décorées d e fleurs d'argent. Celle qui m e fut pré-


138 sentée était s u r m o n t é e d'un superbe petit oiseau. O n doit emporter à la m a i n ces oranges, et d'autres fleurs naturelles qui sont aussi offertes e n souvenir. E n sortant d e la salle à m a n g e r , n o u s entrâmes a u salon, o ù se trouvait u n e nouvelle table, chargée d e glaces. Q u o i q u e n o u s fussions alors a u 2 1 d é c e m b r e , ces glaces n'étaient pas plus hors d e saison qu'elles n e le seraient maintenant aux iles Marquises, o ù n o u s a v o n s , depuis notre arrivée, u n e température d e 2 9 degrés R é a u m u r . Lorsque n o u s e û m e s satisfait à toutes les exigences d u pays e n pareille circonstance, n o u s reprimes le c h e m i n de Valparaiso. « Notre trajet d e San-Yago à Valparaiso se fit d'une m a n i è r e , sinon é c o n o m i q u e, d u m o i n s pittoresque. C h a q u e voiture, qui d o n n e place à d e u x personnes, coûte c o m m u n é m e n t de soixante à cent francs, selon l'affluence des voyageurs. C e s chars, appelés Birlotchos, sont tout s i m p l e m e n t d e vieux cabriolets q u i , après avoir fait pendant plus d e vingt ans peutêtre le service des barrières de Paris, roulent jour et nuit sur le s o m m e t des Cordillières et à travers les précipices, aussi rapidement q u e possible. Ils sont attelés d e d e u x coursiers, sur l'un desquels se trouve u n Birlotchero, o u postillon. D e u x autres Birlotcheros conduisent, devant o u derrière, dix o u douze chevaux destinés à relayer leurs c o m p a g n o n s . « Outre ces trois postillons , il en est un quatrième , qu'on nomme guide: sa charge est, je crois, de veiller à ce q u e les voyageurs n e restent pas e n route. C e n'est pas là tout le personnel ; et fort heureusement : car , outre les montagnes élevées, il y a aussi à traverser des rivières profondes. U n pilote est donc bien nécessaire. Puis il y a encore u n cinquième cavalier , qui a mission d e reconnaître le lit des rivières et d e signaler


139 le danger. Il précède d e quelques pas la voiture, e t , par son savoir faire, le m o i n d r e m a l h e u r qui puisse vous arriver, c'est d e vous mouiller les j a m b e s jusqu'aux genoux. Avec cet équipage, o u plutôt malgré cet équipage, n o u s fîmes trente lieues en vingt-quatre heures , et nous arrivâmes sains et saufs à Valparaiso , le 22 décembre, à trois heures du soir. Le même jour, n o u s m o n t â m e s à bord avec M g r de Basilinopolis. « D e peur qu'il n e vous vienne en pensée de nous b l â m e r d'avoir quitté si p r o m p t e m e n t le Chili, o ù nos amis nous ont reçus avec tant d'affection, il n e sera pas inutile de vous signaler brièvement le danger q u e nous avons c o u r u , le l e n d e m a i n m ê m e d e notre déb a r q u e m e n t dans cette ville. U n tremblement d e terre, assez violent pour n o u s faire sauter dans nos lits, n o u s avertit qu'il n'était pas m o i n s nécessaire, dans ce pays q u e sur l'Océan, d'être toujours prêts à mourir. N o u s en f û m e s quittes pour quelques minutes d'angoisse. « D e Valparaiso ici, notre traversée a été des plus heureuses. L e vent n o u s a été c o n s t a m m e n t favorable. Je remets à u n e autre fois le plaisir de vous parler de nos sauvages : j'ai tant de choses à dire ! « E n attendant, veuillez agréer, etc. « F. Ildéphonse DORDILLON , Miss, apost. »


140

MISSIONS DU CANADA.

Lettre du R. P. Choné, Missionnaire de la Compagnie

de

Jésus dans le Haut-Canada , à son Supérieur.

Sainte C r o i x, G r a n d e M a n i t o u l i n e , 2 7 m a r s 1 8 4 7 .

« M O N RÉVÉREND PÈRE ,

« ....Les n o m b r e u x sauvages répandus sur les bords d u lac H u r o n, sont encore privés de tout secours religieux ; aussi la plupart ont-ils a b a n d o n n é le christianisme, et ceux qui ont gardé quelques restes d e foi n e vivent guères m i e u x q u e les infidèles. D a n s u n petit village appelé Chichegouaming, il n'y a q u e la m a i s o n d u chef qui ait conservé quelques habitudes pieuses; dans les autres loges, a u c u n e prière en c o m m u n , m ê m e le d i m a n c h e, a n c u n signe de religion ; l'ivrognerie, avec ses suites, y fait des ravages effroyables. E n arrivant dans ce h a m e a u , j'ai visité tous les Indiens qui étaient présents, et le soir je les ai réunis dans l'habitation d u chef. Là, je c o m m e n ç a i par compatir à leur a b a n d o n , en rejetant leur égarement sur cette privation d e secours spirituels ; puis je les félicitai d u bien q u e j'avais entendu dire d'eux par m o n prédécesseur, et passant d e leurs b o n n e s dispositions aux a b u s qu'ils avaient laissé


141 s'introduire , je fis voir c o m b i e n leur état actuel était opposé à la qualité d'enfants d e Dieu qu'ils avaient reçue dans le b a p t ê m e . « Après cette petite allocution, je m'approchai d e c h a c u n d'eux, et lui d e m a n d a i s'il était disposé à a b a n d o n n e r la mauvaise boisson, cause d e tant d e désordres. Tous me répondirent sans hésiter : Oui , mon Père. Un seul, après avoir gardé longtemps le silence, m e dit enfin : Je l'abandonnerai, si je puis. Je ne sais si m e s exhortations auront porté le fruit q u e j'en attendais. P o u r parvenir à faire u n bien solide et durable auprès d e ces pauvres sauvages, quelques jours n e suffisent pas ; il faudrait pouvoir séjourner a u milieu d'eux, les instruire, les confesser. S'il y avait trois Missionnaires dans ces parages, u n seul pourrait être chargé spécialement des chrétiens, et les d e u x autres se dévoueraient a u salut des infidèles, qu'ils iraient chercher sur les rivages d u lac et sur les bords des rivières, o ù ils sont dispersés. Mais hélas ! pour toutes ces courses apostoliques, qui entraîneraient nécessairement des dépenses, les h o m m e s aussi bien q u e les ressourcenous manquent. « Il y aurait aussi b e a u c o u p à faire pour le bien-être matériel des Indiens d e ces contrées qui ont embrassé le christianisme. Ils sont généralement dans la plus grande misère, p o u r la nourriture c o m m e p o u r le vêtement, et ils savent bien dire q u e leur condition est d e v e n u e pire q u e celle d e leurs frères idolâtres. C e u x - c i , en allant à la chasse, trouvent a b o n d a m m e n t d e quoi se nourrir et se vêtir; mais les néophytes, en d e m e u r a n t a u village qui doit servir d e berceau à leur civilisation, n'ont souvent pour vivre que du maïs et des pommes de terre , et sont exposés à manquer de chaussure pour l'hiver. Ajoutez q u e leur c o m m e r c e avec les blancs leur a fait


142 naître de n o u v e a u x besoins, sans avoir a u g m e n t é leur industrie. Il faut d o n c q u e le Missionnaire leur serve d e père m ê m e pour les choses temporelles ; et ici q u e d e difficultés qui n'existent pas ailleurs! D'abord, q u a n d il s'agit de plier les Indiens à la culture, n o u s devons tout faire, ou d u m o i n s tout c o m m e n c e r ; il n'y a pas d'autre m o y e n de les convaincre de l'utilité d u travail. « Lorsque je te verrai à l'œuvre, m e disait naguère u n sauvage, j'ajouterai foi à ta parole. » Peut-être auront-ils m o i n s de défiance, lorsqu'ils recueilleront le fruit de leurs sueurs, et c'est vers ce but q u e doivent tendre m a i n tenant tous nos efforts. Déjà j'ai p u m e procurer quelq u e s charrues et u n m o u l i n à vent qui sera debout vers l'automne. Je vais m e n e r à S a n d w i c h u n sauvage qui apprendra à le conduire. « Jusqu'ici je n'ai parlé q u e des contrées qui environnent la grande île Manitouline, et, à coup s û r , ce n'est pas la plus belle partie des Missions chez les Indiens. Il y a au-dessus d u lac Supérieur, en s'étendant vers le nord-ouest, u n grand n o m b r e d e sauvages qui seraient plus disposés à embrasser la Religion, et chez lesquels o n rencontrerait m o i n s d'obstacles p o u r la pratique des vertus chrétiennes. Je ne saurais oublier ceux q u e j'ai vus il y a d e u x ans. Les beaux h o m m e s ! hélas, faut-il qu'ils soient encore longtemps les esclaves d u dém o n ! Peut-être l'exposé q u e je vais vous faire de nos courses p a r m i e u x, leur vaudra-t-il quelque n o u v e a u secours, et à n o u s u n petit memento d e plus de la part de nos R R . Pères. « N o s c h e m i n s ici sont d e glace et de neige ; o n a a u x pieds des souliers sauvages, c'est-à-dire d e peau de chevreuil, e t , au lieu de b a s , u n e ceinture de laine dont o n s'enveloppe toute la j a m b e . Notre voilure est u n e planche de six à sept pieds d e long sur douze à


143 quinze pouces de large, recourbée par devant en forme d e chaperon assez élégant. C'est sur ce traîneau q u e le Missionnaire charge sa chapelle, son lit qui consiste en u n e couverture de laine avec u n e peau d e buffle, ses provisions d e b o u c h e et celles de son équipage. O n y attache d e u x o u trois chiens, e t , q u a n d tout est prêt pour le départ, le voyageur m a r c h e e n avant et trace au milieu des neiges le c h e m i n à ses coursiers. Si l'on part d e b o n matin, on peut faire ainsi dix, douze o u quinze lieues par jour. Après qu'on a parcouru six o u sept lieues, c'est-à-dire vers dix o u onze heures d u matin, on fait halte sur la glace pour prendre son repas, o u si l'on veut avoir quelque chose de c h a u d à m a n g e r, o n va sur le rivage d u lac faire d u feu. N o u s n'en avons allumé qu'une fois d a n s ce but : n o u s avions m a r c h e dans l'eau depuis six heures d u m a t i n , par u n e pluie battante et avec u n vent contraire, ce qui devait continuer le reste d u jour. Mais c o m m e n t faire d u feu par u n t e m p s d'averse et avec d u bois mouillé? D'abord, avec u n e allumette chimique vous éclairez de l'écorce de bouleau, puis vous trouvez toujours quelque vieux cèdre qui a s u c c o m b é depuis longtemps sous le poids des a n n é e s , vous faites jouer la h a c h e sur ses flancs, et bientôt le b û c h e r s'embrase, e n dépit d e la pluie qui l'attise, et sur u n lit d e neige qui lui sert de foyer. « Après le repas on se remet en route jusqu'à l'approche de la nuit, et alors on se retire d e n o u v e a u sur le rivage p o u r y c a m p e r . Q u a n d on est d e u x, l'un se charge de couper d u bois, l'autre a r m é d'une raquette, en guise de pelle, fait u n e place de six à sept pieds carrés, en écartant la neige. Bientôt deux jeunes sapins t o m b e n t sous les coups d e la h a c h e , et leurs ram e a u x fournissent u n matelas sur lequel on étend la peau d e buffle ; les branches d'un troisième sapin d o n -


144 neront u n abri d u côté d u vent. C e p e n d a n t u n bûcher s'allume près d u lit; des tronçons d'arbres sont là a m a s sés pour entretenir le feu jusqu'au jour. T o u t étant ainsi préparé, o n décharge les provisions, o n d o n n e à m a n ger a u x coursiers, on c h a n g e d e chaussure et on fait chaudière, c'est-à-dire qu'on apprête son repas. L e souper fini, la prière se fait en c o m m u n , e t le Missionnaire, pendant q u e son c o m p a g n o n se dispose à dormir, récite son bréviaire à la clarté d u foyer, et accomplit ses autres exercices spirituels d u soir ; puis il s'enveloppe dans sa couverture et dort à son tour, jusqu'à ce q u e le feu s'éteigne. Alors averti par le froid, il charge de n o u v e a u le bûcher et se r e m e t à dormir ; ces courtes interruptions d e s o m m e i l ont lieu ordinairement d e u x o u trois fois chaque nuit. Il arriva u n e fois q u e le feu prit a u x sapins qui environnaient notre c a m p e m e n t . M o n c o m p a g n o n réveillé en sursaut par le pétillement des branches enf l a m m é e s , d o n n a l'alarme et craignant q u e l'incendie n e se c o m m u n i q u â t aux arbustes qui n o u s abritaient contre le vent, se mit à jeter dehors tous nos effets ; mais il en fut quitte pour la peur et pour la peine d e tout rapporterait gîte. Est-ce u n e bien dure condition, m e d e m a n d e r e z - v o u s , de coucher ainsi en plein air et au milieu des neiges ? Pas d u tout ; quelquefois m ê m e , sur le point d e m e mettre dans m o n lit, je regrette le c a m p e m e n t de la forêt. « C e qu'il y a de pénible dans ces sortes d e voyages, c'est la m a r c h e sur la glace, surtout q u a n d il n'y a pas de neige. Il y a huit jours q u e je suis d e retour de m o n excursion, et m e s pauvres pieds sont encore enflés. Q u a n d on est ainsi fatigué, quel supplice de se remettre en m a r c h e le m a t i n ! à peine peut-on se tenir d e b o u t , et cependant o n a devant soi u n e journée d e douze à quinze lieues, et puis le lendemain encore autant. U n


145 jour q u e nous avions encore u n e longue étape à faire avant d'arriver à l'endroit destiné a u repos, j'étais si brisé par la souffrance q u e je n'avais plus la force d'avancer. Je m e m i s alors à raconter à m o n guide le trait de ce philosophe q u i , p o u r n e pas démentir sa •stoïqueindifférence, s'écriait d a n s les accès d'une m a ladie a i g u ë : O douleur ! tu n'es cependant pas u n m a l . — Il faut q u e je fasse c o m m e lui, ajoutai-je en riant ; et je m e m i s à m a r c h e r d e n o u v e a u à grands pas l'espace d'un quart-d'heure. Mais j'oubliai bientôt m a philosophie, et je r e c o m m e n ç a i à m e traîner c o m m e auparavant. « U n autre jour q u e n o u s fîmes a u m o i n s dix-sept lieues, p o u r aller c a m p e r à u n endroit o ù se trouvaient encore dressées les perches d'une loge a b a n d o n n é e , je m e foulai le poignet en t o m b a n t sur la glace ; l'enflure n e tarda pas à paraître, et la douleur vint encore augm e n t e r la fatigue. L e l e n d e m a i n, q u a n d n o u s passâm e s dans u n village indien, le chef m e proposa d e m e faire le r e m è d e des sauvages. J'y consentis. Aussitôt il étale tous ses instruments d e chirurgie ; ce sont d e petits m o r c e a u x d e pierres aiguës, semblables a u x pierres à fusil, et u n e corne. Avec les pierres le m é d e c i n m e fait des incisions sur la partie m a l a d e , y applique la corne, puis la b o u c h e , e n aspirant d e toute la force d e ses p o u m o n s p o u r tirer le sang. Après u n e première opération, — « Faut-il r e c o m m e n c e r , m e demanda-t-il ? — Si tu penses que ce soit bon, lui dis-je , je le veux bien. » Et le voilà à l'œuvre une seconde fois. Enfin, il m e t sur la plaie la m é d e c i n e sauvage. C'est u n e espèce de bois réduit e n poudre. — « Cela te fait-il m a l ? — U n peu. — C'est b o n , q u a n d la plaie sera sèche, tu seras guéri. » E n effet, le lendemain l'enflure avait disparu. Il faut ajouter toutefois qu'auTOM.

xx.

117.

7*


146

jourd'hui m ê m e j'ai la m a i n encore raide et q u e je n e puis guère m ' e n servir. « Voilà, m o n R. P è r e , notre manière de voyager e n hiver ; si elle a ses inconvénients, vous avouerez qu'elle a aussi ses avantages. Avant de s'embarquer, il n'est pas besoin d'aller retenir sa place longtemps d'avance ; o n part q u a n d o n est prêt, sans être exposé à m a n q u e r la voiture. S u r la route o n s'arrête o ù l'on veut, et u n e fois arrivé, rien n'oblige d e passer a u bureau pour payer sa place ; d e plus, o n est toujours servi c o m m e on le désire, puisque c h a q u e voyageur fait sa cuisine c o m m e il l'entend. « Maintenant, si vous désirez quelques détails sur les m œ u r s et les c o u t u m e s d e nos sauvages, je vous ferai part d e m e s observations et d'autres particularités q u e j'ai apprises des anciens. Presque tous nos néophytes ici ont u n peu d u sang des blancs. O r il est à rem a r q u e r q u e les étrangers qui épousent des Indiennes, ayant quitté le foyer paternel dès leur jeune âge, et n'ayant, à raison de leur vie errante, reçu le plus souvent a u c u n principe religieux, sentent p e u le prix d'une éducation chrétienne pour leur famille. L e Canadien n'est point ce père sauvage qui, étendu le soir sur sa natte et entouré de ses enfants, leur rappelle la présence d u Grand-Esprit et leur explique ses préceptes, o u qui le matin leur r e c o m m a n d e de n e pas voler, d e n e pas s'abandonner au mal, mais de faire toujours le bien , afin qu'ils soient bénis du Grand-Esprit, qu'ils soient heureux dans leurs chasses, et qu'ils aient u n e longue vie. Ainsi, d'un côté, l'enfant, par le fait m ê m e de son origine, a toutes les passions c o m m e inoculées dans le sang, et d e l'autre, il n'a a u c u n frein moral pour les dompter. Lorsqu'ensuite, dans u n âge déjà a v a n c é , il embrasse la Religion chrétienne, il a b e a u c o u p plus d e


147 peine à se soumettre au joug d e la morale évangélique, et ce n'est qu'après bien des écarts, qu'il devient plus facile à conduire. « Je n e veux pas dire, pourtant, q u e les sauvages pur sang qui nous environnent, surtout les infidèles , aient conservé des mœurs plus sévères et plus pures. L a proximité des blancs, les rapports fréquents qu'ils ont avec e u x , l'usage d e l'eau-de-vie surtout, sont de. v e n u s depuis longtemps p o u r ces enfants d e la forêt u n e source de dégradation. Toutefois on voit encore dans le sauvage quelques restes précieux de ce beau caractère qui le distinguait avant son c o m m e r c e avec les étrangers : c'est encore u n h o m m e singulièrement attaché à ses principes religieux, d'un t e m p é r a m e n t fortem e n t t r e m p é, et d'une volonté de fer ; u n h o m m e indépendant, et n é a n m o i n s hospitalier. Il y a peut-être chez lui plus d e traces des anciennes traditions, q u e l'on n'en a r e m a r q u é chez les peuples civilisés, avant q u e le bienfait d e la révélation chrétienne leur fût c o n n u . Il professe h a u t e m e n t qu'il tient tout d u Grand-Esprit, et les a n i m a u x dont la chair lui fournit c h a q u e jour sa nourriture, et les productions d e la terre, et surtout les bois et les herbes qui lui servent d e r e m è d e s dans ses maladies. Q u a n d on lui parle d'embrasser la Religion chrétienne, il r é p o n d : « C o m m e n t veux-tu q u e j'abandonne m a prière pour prendre la tienne? N e seraisje pas ingrat envers le Grand-Esprit, qui a fait connaître aux sauvages les propriétés des plantes, qui leur a d o n n é les bois de la forêt, les a n i m a u x qui l'habitent, et les poissons qui vivent d a n s les eaux de nos lacs ? » Aussi le sauvage n'use-t-il d e toutes ces choses q u e pour le besoin. Il n'écrasera m ê m e pas u n serpent sans motif ; et s'il voit u n blanc en tuer u n par cette antipathie naturelle q u e nous avons pour ce reptile, il ne 7.


148

craint pas d e lui en faire l'observation et de lui dire : « L e sauvage ne ferait pas ainsi ; il n e tue u n serpent q u e q u a n d il a besoin de sa peau. » C'est vraiment u n e chose digne d'admiration q u e des sentiments si délicats, si conformes au d o m a i n e q u e D i e u a d o n n é à l ' h o m m e sur la nature, se soient conservés chez des tribus errantes c o m m e le sont ces peuples. C e serait u n travail très-curieux et digne d'un observateur chrétien, q u e d e recueillir u n e foule de ces petits traits qui peignent si bien u n e nation, et qui décèlent clairement sa céleste origine aux y e u x les m o i n s clairvoyants. « O n trouve encore p a r m i les Indiens u n usage qui rappelle l'ancienne loi d u talion. Si u n sauvage en tue u n autre, les parents d e la victime acquièrent u n droit sur la vie d u meurtrier. Il faut q u e celui-ci m e u r e d e leurs m a i n s . S'il parvient à s'échapper pour u n t e m p s, la punition n e sera q u e différée ; c'est chez eux u n héritage d e vengeance qui passe des pères a u x enfants. N é a n m o i n s le coupable peut racheter ses jours en payant u n e s o m m e assez considérable, et cette dette u n e fois soldée, il redevient libre. « Il y a u n e autre espèce de rachat pratiqué p a r m i les Indiens après la m o r t des époux. L e survivant reste, p o u r ainsi dire, sous la tutelle des parents d e son conjoint décédé. Obligé de passer u n e a n n é e dans le deuil, il n e peut jusque-là ni se laver, ni se peigner, ni racc o m m o d e r ses habits, quelque déchirés qu'ils soient. Il vit ainsi dans u n désordre complet, à m o i n s q u e quelq u e personne charitable n e lui rende le b o n office d e le soigner u n peu. S'il contrevenait à cet usage, ce serait u n sujet d'alarme et d e clameurs p o u r la famille d u défunt. Libre cependant a u veuf de s'affranchir, en payant à ses tuteurs u n e s o m m e proportionnée à ses m o y e n s . Alors seulement il pourra vivre c o m m e les autres,


149

et contracter u n second mariage, s'il le juge à propos. « Les Indiens n'ont pas d e code écrit, mais leurs cout u m e s traditionnelles sont autant d e lois qu'ils observent avec u n e fidélité inviolable. P a r m i eux l'autorité est héréditaire, sans toutefois appartenir nécessairement à l'aîné des enfants mâles ; c'est le chef m o u r a n t qui désig n e celui qui par sa b o n n e conduite, par son esprit et par le talent de la parole, est le plus capable d e conduire d i g n e m e n t la tribu. S'il m e u r t sans postérité, o u qu'il n e juge pas à propos d'investir d e son autorité quelqu'un d e sesfils,il d o n n e son avis pour l'élection d e son successeur ; sinon, c'est la peuplade réunie qui se choisit u n chef. C'est à lui qu'il appartient d'entretenir le b o n ordre et l'harmonie dans la tribu, d e reprendre les délinquants, de convoquer le conseil, soit d e la nation entière, soit seulement des anciens. C'est encore lui qui est chargé de notifier les décisions. L e vote d'approbation qui est donné dans les assemblées , est une simple émission de voix : hon, qui se prolonge plus o u m o i n s , selon l'adhésion plus o u m o i n s m a r q u é e q u e l'on veut d o n n e r à l'avis qui vient d'être ouvert. Telle est la réponse q u e m e font les sauvages q u a n d je les réunis pour les haranguer. L e discours doit être c o u p é par u n e pause après le d é v e l o p p e m e n t de c h a q u e proposition, et alors ce hon se fait entendre dans toute l'assemblée, puis l'orateur poursuit a u milieu d u silence. Q u a n d il a fini, u n des anciens reprend point par point ce qui a été dit, fait ses observations et d o n n e quelque m o y e n d'exécution ; il termine en exhortant les assistants à se conformer à ce qui a été proposé. Si d'autres anciens veulent aussi prendre la parole, et exposer leurs vues, ils le font tour à tour, et toujours dans u n ordre parfait. T a n t q u e d u r e la délibération, les auditeurs, le calumet à la b o u c h e, sont étendus sur les


150 nattes qui servent d e parquet et d e siéges dans le lieu de l'assemblée, et tout ce q u e disent les orateurs est écouté avec u n e attention religieuse. « Il s'en faut, cependant, q u e tout soit b e a u chez les sauvages. A côté d e ces scènes solennelles et avec u n caractère si sérieux, o n rencontre u n e foule de petitesses ridicules et d'idées fantastiques puisées dans les rêves d'un cerveau malade. Mais c'est là précisément ce qui rend plus dignes d'admiration les notions justes qu'ils ont conservées : o n est vraiment surpris de retrouver d e si nobles débris de la tradition primitive a u milieu de peuples livrés à tant d e folles superstitions. « Avant d e terminer m a lettre, je v e u x vous faire part d'un trait d e foi qui caractérise nos chrétiens sauvages. U n e b o n n e vieille à qui son grand âge p e r m e t à peine d e m a r c h e r, travaillait depuis longtemps à la conversion d'une f e m m e de sa tribu ; m a i s tous ses efforts n e servaient qu'à endurcir la pécheresse. Loin d e se décourager, elle redoubla d e sollicitude pour vaincre la résistance d e son a m i e : exhortations, prières, m e naces, rien n e fut épargné; elle adressa surtout à D i e u de ferventes prières en le conjurant d e vouloir bien fléchir ce c œ u r endurci. C o m m e je lui avais d o n n é d e petites images d u c h e m i n d e la Croix avec u n Christ indulgencié, elle faisait souvent le chemin de la Croix , toujours dans l'intention d'obtenir la conversion qu'elle désirait si a r d e m m e n t . D i e u n e permit pas qu'un zèle si persévérant d e m e u r â t sans succès. U n jour elle vint m e dire : « M o n Père, j'ai été passer d e u x jours « chez m o n a m i e ; c o m m e son m a r i n'est presque « jamais à la maison, j'ai p u causer e n liberté avec cette « f e m m e et l'entretenir de tous ses devoirs religieux. Je « lui dis e n terminant, qu'elle devrait se confesser. Sa « réponse fut : N o n , a s s u r é m e n t , je n e m e confesserai


151 « « « « « « « « « «

pas. Alors j'ouvris m o n petit sac o ù sont la croix et les images q u e tu m'as d o n n é e s ; je les lui montrai, j'en expliquai le sens et je lui dis : Est-ce q u e tu voudrais te p e r d r e , q u a n d Jésus a tant souffert pour toi ? V a trouver notre P è r e, la robe noire, il t'ai dera à renoncer à ta m a u v a i s e conduite. — E h bien, m e dit elle, j'irai ; mais je le crains. — N e le crains p a s , lui dis-je ; il te recevra bien. Voilà, m o n Père, c o m m e j'ai parlé à cette f e m m e , et je suis v e n u e te le dire. » « Après avoir loué cette bonne vieille de son zèle , je lui recommandai d'aller, dès le lendemain, chercher sa néophyte, dans la crainte qu'elle n'osât venir seule. — « Je n e puis m a r c h e r , m e dit elle,, mais n'importe ; je tâcherai d e trouver u n traîneau, et je t'amènerai m o n amie. » « E n effet, le lendemain elle s'achemine vers cette f e m m e qui demeurait dans u n village éloigné de près d e trois lieues, elle l'amène a u lieu o ù j'étais à confesser, et fend la foule des pénitents pour m'annoncer cette nouvelle. — « O h ! m o n P è r e , m e dit-elle, je t'en prie, reçois-la bien, n e la gronde pas, parle-lui doucem e n t . » Je n e sais si je fus fidèle à la r e c o m m a n d a t i o n ; m a i s en se retirant je vis les d e u x amies se remercier avec effusion d u b o n h e u r qu'elles s'étaient procuré l'une à l'autre. « U n e foule d e traits semblables, q u e je pourrais v o u s citer, sont bien encourageants pour le Missionnaire, et lui montrent q u e D i e u s'est réservé d e n o m breux élus chez u n e race d ' h o m m e s si longtemps aband o n n é e . Mais ils lui causent e n m ê m e t e m p s u n e peine bien vive, e n rappelant à sa m é m o i r e tous les sauvages encore errants loin des lumières de la vérité , loin de la maison du salut. Alors sa pensée se promène


152 tristement le long d e ces forêts interminables, de ces lacs i m m e n s e s , de ces rivières inexplorées, o ù l'on rencontre quelques loges jetées çà et là c o m m e par le hasard : o n n'y voit encore a u c u n ange de paix p o u r annoncer la b o n n e nouvelle a u x pauvres Indiens qui habitent sous ces huttes d e roseaux. Q u e nos Pères qui brûlent d u désir d e faire connaître le Seigneur Jésus viennent ici, et ils trouveront à exercer leur zèle. O u i , envoyez-nous ces c œ u r s généreux. Quelques h o m m e s d e m o i n s n e vous appauvriront pas ; u n e place vide sera bientôt remplie, et le Père de ces â m e s qui a dit: D o n n e z et o n vous d o n n e r a , saura bien rendre à la C o m pagnie les enfants qui se dévoueront pour le salut de leurs frères. O h ! si vos y e u x voyaient ce dont n o u s s o m m e s témoins tous les jours, votre c œ u r serait navré de douleur, et vous oublieriez les besoins d e la France pour n e penser qu'à ceux de nos forêts. « J'ai l'honneur d'être avec respect en union de vos saints sacrifices,

«

J.

P.

CHONÉ

.

S.

J.

»


153

Extrait d'une lettre du R. P. Laverlochère, Missionnaire Oblat de Marie Immaculée, au R. P. Vincent , de la même Congrégation.

L o n g u e i l , près Montréal, 1 5 septembre 1 8 4 6 .

« M O N RÉVÉREND PÈRE ,

« .... C'est a u x premiers jours de m a i q u e la navigation devient libre sur nos beaux fleuves d e l'Amériq u e septentrionale ; c'est d o n c aussi le t e m p s o ù le Missionnaire des sauvages équipe son canot et reprend sa course aventureuse à travers la solitude. Cette année, la saison plus hâtive q u e d'ordinaire, nous ayant permis d e devancer l'époque a c c o u t u m é e d u départ, j'ai trouvé réunis à Témiskaming tous les Indiens qui fréquentent ce poste. Je n e puis vous dire la joie q u e lit éclater m o n arrivée parmi ces bons néophytes. A peine débarqué , ils vinrent à ma rencontre : « Mon Père, me direntils, n o u s craignions bien d e n e pas te revoir avant d e nous disperser pour la p è c h e ; m a i s puisque tu es v e n u et q u e n o u s d e m e u r o n s encore six jours ici, n o u s aurons le t e m p s d e purifier nos â m e s . » D è s ce m o m e n t , ils n'eurent d'autre occupation q u e leurs exercices religieux et la préparation a u x divins mystères. » Q u e l q u e s heures après m o n arrivée, o n vient m ' a vertir q u ' u n infidèle est e n d a n g e r d e m o r t ; j'y cours à la hâte, et je le trouve gisant à terre d a n s u n e m i s é 7..


154 rable hutte d e roseaux. Je lui d e m a n d e s'il a quelque idée de notre sainte Religion. Après u n m o m e n t d e silence, il se tourne vers u n Canadien qui m'avait acc o m p a g n é, et lui dit avec u n sourire d e mépris q u e m a Religion n'est qu'une imposture et les robes noires des jongleurs. Désolé d e voir approcher la (in d e ce m a l h e u r e u x avec de si tristes dispositions, je redoublai m e s visites et m e s prières, et le Père des miséricordes se laissa fléchir par le sang d e son Fils, q u e je lui offris à cette intention. L e lendemain, après la m e s s e, je revins auprès d e l'infidèle jusque-là si obstiné; j'eus l'heureuse pensée d'examiner la plaie qui le faisait tant souffrir. Il m e la découvrit : quel hideux spectacle ! u n chancre avait dévoré toutes les chairs d u pied et d e la j a m b e ; la gangrène s'y était mise, et il s'en exhalait u n e o d e u r si repoussante qu'il avait fallu séparer sa cabane d e toute autre habitation. U n e m o u s s e rude et grisâtre était le seul appareil dont il pût faire usage. Je nettoyai la plaie et j'y appliquai u n r e m è d e qui parut le soulager. Cette simple attention le toucha, il m ' e n témoigna sa reconnaissance ; dès ce m o m e n t , il se m o n t r a disposé à m'écouter, et cet h o m m e si éloigné jusque-là d e notre sainte foi, se plaignait a m è r e m e n t de n'avoir pas été instruit plus tôt. « L e jour suivant, j'étais à la chapelle q u a n d o n vint m ' a n n o n c e r q u e le pauvre m a l a d e était à l'extrémité. Je vole auprès d e lui, je l'appelle, il tourne vers m o i des y e u x éteints ; je lui présente m o n crucifix, il le baise avec affection, et d'une m a i n défaillante s'efforce de faire le signe de la croix. Qu'avais-je encore à attendre ? Je le baptisai. L'eau régénératrice avait à peine coulé sur son front, lorsque poussant u n grand soupir, il parut revenir à la vie. D è s ce jour, il éprouva u n soulagement sensible, qui ne lui fit pourtant pas illusion


155 sur sa fin prochaine. « M o n père, m e disait-il, je n e sais c o m m e n t t'exprimer m a joie d'avoir été lavé d e l'eau qui efface les péchés. Je rends grâces a u GrandEsprit de ce qu'il a e u pitié d e m o i . J e sais bien qu'il m e reste p e u d e vie, mais jusqu'à m o n dernier soupir je veux aimer D i e u et détester m a mauvaise conduite. » « Ses dispositions devenaient c h a q u e jour plus parfaites. Je le voyais s'attendrir jusqu'aux larmes, toutes les fois q u e , saisissant m o n crucifix, je lui expliquais les souffrances d u Sauveur ; il semblait alors oublier les siennes , quoiqu'elles fussent bien aiguës, et jamais , depuis son baptême , je ne l'ai entendu se plaindre de ses m a u x . Je lui avais d o n n é u n e croix et u n e m é daille ; il mit la première à côté de lui pour l'avoir toujours sous les y e u x ; il baisait souvent la seconde en implorant Marie. D e p u i s , j'ai s u qu'il était m o r t e n prédestiné d e u x jours après m o n départ d e Témiskaming. « E n quittant cette station, o n rencontre u n e série d e portages longs et pénibles, q u e n o u s ne p û m e s franchir qu'en plusieurs jours. U n e erreur d e notre g u i d e , et u n e pluie presque continuelle retardèrent d e beauc o u p m o n arrivée a u lac Abbitibi. Il était à craindre qu'un plus long délai n'obligeât les sauvages à se disperser. E n effet, à quelque distance d u poste, j'en rencontrai u n b o n n o m b r e, qui las d e m'attendre, et m a n q u a n t d e vivres, allaient jeter leursfiletsdans les lacs circonvoisins. Ils revinrent sur leurs pas à m a suite, et q u a n d n o u s arrivâmes a u fort ils se hâtèrent les u n s d e relever leurs tentes déjà pliées p o u r le d é p a r t , les autres d e tirer dans toutes les directions des coups d e fusil, p o u r annoncer m a présence à leurs compatriotes disséminés dans la forêt. C'est dans l'église nouvelle q u e s'ouvrit la Mission. C e petit temple, d e vingt-cinq pieds


156 de large sur trente-cinq de long, est le premier m o n u m e n t élevé à la croix sur cette terre idolâtre, grâce à la générosité d e la C o m p a g n i e de la Baie d'Hudson. L e s h o m m e s attachés a u poste avaient e u x - m ê m e s c o u p é les bois nécessaires, et les avaient fait traîner par des chiens jusque-là, à travers mille difficultés. « N o s Indiens n'étaient pas m o i n s joyeux q u e leur Missionnaire d e posséder enfin la sainte cabane de la prière. Rien n'est plus édifiant q u e d e les y voir réunis, les h o m m e s d'un côté, les f e m m e s d e l'autre, u n chapelet o u u n livre à la m a i n , et si occupés d e leurs pieux exercices qu'il s e m b l e impossible d e les en distraire. Je voudrais vous montrer quelle fut leur joie , quand je leur dis que les Gardiens de la prière (les Evoques) pensaient à e u x et leur envoyaient des robesnoires,

que

les habitants

des grands villages d e

Q u é b e c et d e Montréal les r e c o m m a n d a i e n t à Dieu c o m m e leurs frères, et q u e les priants d'au-delà de la grande eau (la m e r ) contribuaient par leurs a u m ô n e s à équiper m o n canot et à bâtir leur sainte cabane. — « Robe-noire, m e répondit à ce propos u n vieillard encore infidèle, tu n o u s as dit q u e les priants d'au-delà d e la grande eau pensent à n o u s : savent-ils o ù n o u s s o m m e s ? — Et pourquoi n e le sauraient-ils pas ? je le savais bien m o i, puisque je suis v e n u vous trouver. — T u as d o n c aussi traversé la grande eau ? — O u i , m e s enfants, je l'ai traversée p o u r vous. Je m e suis dit : J'aurai peut-être b e a u c o u p à souffrir, mais je vais enseigner la prière d u Grand-Esprit a u x h o m m e s qui n e la connaissent pas. C'est ainsi q u e je pensai en quittant m o n pays, et en embrassant m a m è r e, et m a m è r e pleurait. » A ce m o t de m a m è r e, plusieurs voix s'écrient : « Q u o i , tu as u n e m è r e ! elle est en vie! elle habité au-delà de la grande eau ! elle pleurait, et tu


157

l'as quittée!... tu n e l'aimes pas. — Toutes m e s paroles n e sauraient vous faire c o m p r e n d r e c o m b i e n je la chéris, m a b o n n e m è r e ; je l'aime plus q u e m o i - m ê m e ; mais j'aime encore plus vos â m e s à cause d u GrandEsprit. » P u i s , prenant m o n crucifix d'une m a i n, je leur expliquai ce qu'une âme a coûté au Fils de Dieu , et j'ajoutai : « Je ne verrai plus ma mère sur la terre , mais je la retrouverai dans le ciel , et c'est pour vous y conduire q u e je suis venu. Suivez bien m e s avis qui vous en tracent le c h e m i n . » « C e colloque o ù, sans y prendre garde, je parlai peut-être u n p e u trop de m o i - m ê m e , produisit u n e heureuse impression sur nos Indiens. L'idée seule q u e j'avais quitté p o u r e u x m a vieille m è r e m'ouvrit u n accès dans leurs c œ u r s, et D i e u s'en est servi plus d'une fois pour les toucher. « D u r a n t les quinze jours q u e j'ai passés à Abbitibi, j'ai instruit et baptisé dix adultes. J'en avais a d m i s u n bien plus grand n o m b r e au rang des c a t é c h u m è n e s , et ils auraient participé a u m ê m e b o n h e u r, si le m a n q u e d e vivres n e m'eût forcé d'abréger le t e m p s d e la mission. C e p e u p l e , préservé jusqu'ici d u contact des blancs, est celui qui nous console le plus par sa ferveur. V o u s pourrez en juger par u n trait. S u r u n e colline qui d o m i n e le lac, u n e croix a été plantée par le vénérable M . de Bellefeuille, le jour o ù pour la première fois il y porta l'Evangile. L a piété de nos sauvages s'est attachée à cet h u m b l e m o n u m e n t , qui leur rappelle le berceau de leur nouvelle foi : dès les premières heures d u m a tin jusqu'au soir, ils viennent tour à tour se prosterner à ses pieds. J'y ai v u couler bien des larmes d e repentir et d'amour ; m o i - m ê m e , je n e saurais vous dire quelle était l'émotion de m o n c œ u r , lorsque, témoin


158

de ces effusions naïves, j'entendais monter de toutes les tentes dressées sur les flancs d e la colline, les chants graves et pieux d e nos sauvages. A h ! m a joie eût été trop douce, si dans le lointain n e m e fussent apparues tant de tribus infidèles, o ù l'hérésie a pris les devants, et q u e la verité n'a point encore visitées !.... « Recevez, etc. « LAVERLOCHÈRE , Miss. Oblat de Marie Immaculée. »


159

MISSIONS DU CAP DE BONNE-ESPÉRANCE.

Extrait d'une lettre de M. Devereux, Missionnaire apostolique, aux Membres des Conseils centraux de Lyon et de Paris. « MESSIEURS ET CHARITABLES BIENFAITEURS ,

« Je viens acquitter u n e dette de reconnaissance envers votre admirable Association, e n v o u s faisant connaître l'origine et les progrès d e nos Missions lointaines, nées d e ses a u m ô n e s . E n 1841 , M g r l'Evêque d e Paléopolis, Vicaire apostolique d u C a p , voulant évangéliser le centre d e la colonie, m ' e n v o y a fonder u n e Mission à George-town. J'y arrivai le 13 avril, après quinze jours d e voyage sur u n char à b œ u f s , e n c o m pagnie d'une excellente famille nouvellement convertie, et j'eus le b o n h e u r , le d i m a n c h e suivant, d e célébrer les saints mystères dans la salle destinée à rendre la justice. C'était la première fois q u e l'oblation pure était offerte a u pied des m o n t s Outiniques. Q u a n d , d u haut d e ces m o n t a g n e s, les regards se portent vers le n o r d , et q u e l'on pense à la multitude d e tribus et d e nations dispersées entre l'Atlas et la Grande-Rivière, sur cet i m m e n s e espace encore plongé dans la nuit de l'erreur, l'âme a d o r e , sans les s o n d e r , les a b î m e s d e la sagesse


160 divine, et d u fond d u c œ u r s'élève u n e h u m b l e prière au Seigneur pour qu'il presse le jour o ù Celle qui était stérile le louera dans sa joie,

où éclateront les richesses

de la Grâce sur les vases nouveaux d'élection.

« D e l'autre côté d e ces m o n t a g n e s s'étend la Mission qui m'est confiée. Permettez-moi, Messieurs, d e vous e n tracer d'abord le tableau physique. L e district d e Georges, qui doit son n o m à Georges III, sous lequel il fut érigé, est situé a u centre d e la colonie. L e grand Océan-atlantique en baigne la côte méridionale , presque partout abrupte et escarpée. Des lames dangereuses rendent l'abordage difficile et souvent impraticable. Les vaisseaux trouvent pourtant u n b o n mouillage vers l'ouest, à Massel-Bay, près d e la première terre découverte par Vasco de G a m a , et qu'il a n o m m é e le C a p des Vaches. U n e seule rivière est favorable à la navigation, c'est le K n y s n a, célèbre par la fertilité d e ses rives et par les forêts magnifiques qui les rendent si pittoresques. Mais l'embouchure en est f e r m é e par u n e barre périlleuse, et cet obstacle, c o m m u n à presque tous les fleuves d e l'Afrique d u S u d , entravera pour longtemps la prospérité commerciale d u pays. « L e district d e George-town s'appuie a u nord sur les m o n t s Zwartberg, qui lui offrent u n e barrière infranchissable ; trois autres chaînes de montagnes , courant de l'ouest à l'est, le découpent en trois parties à p e u près égales. U n e première b a n d e de terrain s'étend sur u n e largeur d e dix-huit à vingt milles entre l'Océan et l'Outinique qui lui est presque parallèle. Par suite de cette heureuse position, les pluies, retenues entre la m e r et les hauteurs, y sont fréquentes, et la terre n e présente pas cet aspect aride et calciné, qui attriste et décourage l'Européen nouvellement débarq u é au C a p . L e sol fournit d'excellents pâturages à des


161 troupeaux sans nombre ; il produit encore le froment , mais surtout l'orge , le maïs , la pomme de terre et les l é g u m e s ; on y cueille les fruits de l'oranger à côté d e la vigne : enfin plusieurs petits lacs ajoutent à ces richesses celle d'une pèche abondante. « C'est dans cette partie d u district, à trois milles d'une gorge des m o n t a g n e s , n o m m é e le P a s de Cradock, qu'est située la ville d e George-town. Cette place, qui c o m p t e déjà quatorze mille habitants, est encore destinée à acquérir plus d'importance, q u a n d des routes auront été ouvertes o u achevées sur les hauteurs et dans le reste de la province. 11 n'y a maintenant d'autres édifices publics qu'un temple protestant, et u n e petite église catholique, consacrée l'année dernière par M g r l'Evêque d e Paléopolis a u x saints apôtres Pierre et Paul. Je n'ai pas à m e prononcer sur le m é rite d e cet h u m b l e m o n u m e n t a u point d e v u e d e l'art, m a i s je n e v e u x pas m a n q u e r l'occasion d e remercier votre charité, dont il est le vivant témoignage aux extrémités d e l'Atlantique. « Presqu'en face d e la ville c o m m e n c e n t d e grands bois qui revêtent le pied des m o n t s Outiniques, sur u n espace d e cent cinquante milles. L'éléphant et le buffle s'abritent encore dans les profondeurs d e l'antique forêt. D e s o m b r a g e s variés et pour la plupart inc o n n u s à l'Europe, couvrent leurs retraites d'une perpétuelle verdure : o n y distingue le bois jaune, le bois de fer, l'assigni-wood , le kamassie qui se creuse en boites, le stuck qu'on emploie à la construction des navires et à la fabrication des a r m e s et des m e u b l e s . D'innombrables variétés d'acacias en fleurs, d'arbrisseaux et d e plantes grimpantes, entrelacent leurs guirlandes aux r a m e a u x et sur les troncs n o u e u x des grands arbres, et dessinent à c h a q u e pas ces délicieux paysa


162 ges décrits avec tant d'enthousiasme par le voyageur français L e Vaillant. P o u r ajouter a u x c h a r m e s d e cette riche nature, il y règne une température bienfaisante , et l'air y est constamment rafraîchi par les brises de l'Océan. « Entre les m o n t s Outiniques et la chaîne parallèle, m a i s b e a u c o u p m o i n s élevée, des Kamanassie-hills ; s'ouvre u n e vallée continue de cent milles de longueur. L a terre végétale y est plus profonde, les variations d e l'air plus brusques ; le sol produit presque de l u i - m ê m e partout o ù l'eau n e m a n q u e pas. Enfin, dans la troisième partie d u district, au-delà des Kamanassie-hills, la nature est encore plus féconde ; mais la culture n e dépasse pas le bord des ruisseaux ; le m a n q u e d'irrigation, l'éloignement des m a r c h é s et l'absence des bras la renferment dans d'étroites limites. O n y a découvert des sources d'eaux minérales, dont les propriétés encore p e u connues s'appliquent h e u r e u s e m e n t à la guérison des maladies chroniques. Mais le p h é n o m è n e le plus r e m a r q u a b l e d e cette contrée c'est la célèbre caverne de C a n g o . Je n e craindrai pas d'être trop long en mettant sous vos y e u x la fidèle peinture qu'en a d o n n é e le lieutenant Sherville, attaché à l'armée indienne qui vient d e faire u n e excursion dans le midi d e l'Afrique. E n voici les plus curieux passages : « Après avoir fait u n e centaine d e pas à travers u n e étroite a v e n u e , creusée par la nature dans le roc, n o u s f û m e s arrêtés par u n précipice. O n abaissa u n e forte échelle et n o u s descendîmes à la profondeur d e trentetrois pieds. N o u s étions introduits dans u n e salle imm e n s e, longue de six cents pieds sur cent d e largeur et soixante et dix d e hauteur. A u centre d e cette m a gnifique excavation est u n e stalactite colossale, qui a la blancheur d u m a r b r e le plus p u r et l'éclat d u dia-


163 m a n t . A la voûte sont attachées de nombreuses masses calcaires, qui s'abaissent e n saillies capricieusement d é c o u p é e s , tandis q u e d u sol h u m i d e s'élèvent à leur rencontre d'énormes stalagmites, formées par la filtration continuelle d e la c h a u x à travers les parois des rochers. T o u t le sol d e la caverne se couvre ainsi d e fûts d e colonne inégaux, qui m o n t e n t graduellement, et vont s'unir à leurs chapiteaux encore suspendus. Ce travail d e la nature se fait r a p i d e m e n t , et bientôt le laboratoire souterrain sera transformé en u n labyrinthe d e pur albâtre. D e là, o n passe dans u n e petite grotte de quarante pieds carrés , qu'on appelle le Registre , parce que les visiteurs ont l'usage d'inscrire leurs noms sur les parois. Tandis qu'un d e nos guides cherchait à n o u s y retenir en déchiffrant le souvenir de quelques voyageurs célèbres, les autres n o u s précédaient dans la c h a m b r e voisine. « Q u e l spectacle magnifique et i m p r é v u ! c'était u n e vaste caverne d e cent cinquante pieds carrés sur cinquante de hauteur, toute plantée de piliers d'albâtre , les uns blancs comme la neige , les autres de la transparence d u cristal. N o s guides avaient placé leurs flambeaux d e m a n i è r e à n o u s faire embrasser d'un regard l'ensemble d e cette salle enchantée. L a voûte était revêtue d'innombrables et gracieuses stalactites, semblables à des pendentifs d e glace, dont l'extrémité retenait s u s p e n d u e u n e goutte d'eau parfaitement limpide ; et toutes ces gouttes se détachant d e leurfiltreet tombant à terre, offraient à l'œil u n e pluie perpétuelle d e diamants. L e pilier d u centre d o m i n e tous les autres; il a cinquante pieds d e hauteur sur n e u f de circonférence : c'est u n e cristallisation d e c h a u x pure, formée par des couches superposées d e trois à quatre pieds c h a c u n e, dont l'intérieur est rempli de minces filigra-


164

nes verticaux. On dirait, à voir ces c o l o n n e s , qu'elles ont été taillées par. u n géant et achevées par u n joaillier, tant leur m a s s e est i m p o s a n t e et leur ciselure délicate. A u x d e u x extrémités, la salle est tapissée par d e s draperies et des guirlandes d e fleurs, qui s'enroulent e n f o r m a n t d'élégantes arabesques. T o u t autour, les cristaux ont pris la f o r m e d e divers objets, o ù l'imagination s e m b l e découvrir u n autel catholique, s u r m o n t é d e tous les o r n e m e n t s qui servent a u x g r a n d e s solennités. L a nature y a sculpté d e hauts et s u p e r b e s candélabres, des c o u p e s , des vases, des gradins et des encensoirs. Ailleurs c'est u n e collection d e fleurs, d'arbres et d ' a n i m a u x , entre lesquels o n distingue trèsbien la tête d'un taureau gigantesque. L'eau q u e distille continuellement le rocher, d o n n e d e la t r a n s p a r e n c e à quelques-uns d e ces chefs-d'œuvre, et les gouttes qui se détachent c o m m e des perles ruisselantes, e n réfléchissant la lumière des torches, y r é p a n d e n t u n éclat éblouissant. » « M. Sherville décrit ensuite une longue chambre , qui n'a de remarquable que son aspect sombre , et les huit cents pieds qui séparent ses d e u x extrémités l'une d e l'autre. A u delà s'étend encore u n souterrain jusqu'à présent inexploré, qui plonge d a n s les plus profondes racines des m o n t s Z w a r t b e r g . « Je reviens, M e s s i e u r s , à la Mission qui m ' a été confiée ; v o u s m e d e m a n d e z sans d o u t e quels ont été jusqu'ici les fruits d e m o n ministère. Les voici e n p e u de mots. « J'ai trouvé e n 1841 vingt catholiques à Georget o w n, et le m ê m e n o m b r e d a n s le reste d u district. D e p u i s lors, quatre-vingt-sept b a p t ê m e s ont été a d m i nistrés, quarante-cinq adultes r a m e n é s d e l'infidélité o u d e l'hérésie, seize m a r i a g e s bénis, et trente personnes


165 confirmées. L e n o m b r e des c o m m u n i o n s était d e q u a rante-huit a u x P â q u e s dernières. Voilà p o u r le spirituel. « Q u a n t a u temporel, u n e église dont l'intérieur n'est point encore a c h e v é, q u o i q u e le saint sacrifice puisse s'y offrir avec d é c e n c e, et qui se c h a n g e p e n d a n t la s e m a i n e e n école ; u n petit presbytère, u n cimetière catholique o ù reposent à l'abri d e la croix les m e m b r e s défunts d e notre petite congrégation : telles sont n o s richesses, o u plutôt tel est l'usage q u e n o u s a v o n s fait d e vos secours ; car il n'est rien ici d o n t n o u s n e v o u s soyons redevables, pas m ê m e le v ê t e m e n t et le pain d u Missionnaire. « C'est bien p e u d e chose, Messieurs; m a i s qui sait quelle peut être la destinée d e cette petite et insignifiante portion d e l'héritage d u Christ ? Elle s e m b l e u n e station d e l'Evangile a u x confins d e ces peuples à d e m i sauvages, sur qui n e s'est point encore levé le soleil d e justice ; d'elle sortira q u e l q u e jour la lumière qui dirigera leurs pas dans les voies de la paix.

« E n attendant c e b o n h e u r , les progrès d e notre sainte Foi ont à vaincre, dans cette partie de l'Afrique , plus d'un obstacle. L'ivrognerie , et son cortége de vic e s , la paresse et l'immoralité, sont ici favorisées p a r le b o n m a r c h é et l'abondance des liqueurs alcooliques, d o n t le g o u v e r n e m e n t e n c o u r a g e la c o n s o m m a t i o n d a n s des v u e s financières. L a population e s t , d e plus, diss é m i n é e à des distances qui n e permettent g u è r e d e la réunir, et la prédication n e peut se faire le plus souvent qu'à domicile. Cet isolement d u B o ë r, o u fermier hollandais, l'a jeté d a n s u n e ignorance c o m p l è t e , et quelquefois d a n s d'étranges idées sur la religion d e ses pères. Si v o u s lui dites q u e ses ancêtres étaient catholiq u e s : « N o n , v o u s répondra-t-il, m e s ancêtres étaient « hollandais ; ils n'étaient ni juifs, ni r o m a i n s ; c e


166 « sont les R o m a i n s qui ont crucifié Jésus-Christ, et « P o n c e Pilate était u n r o m a i n o u , c o m m e vous dites, « u n catholique. » Ces préjugés religieux s'appuient, p o u r u n grand n o m b r e d'esprits, sur u n patriotisme m a l éclairé. A leurs y e u x , c'est renoncer à la Hollande, q u e d'abjurer le protestantisme. J'ai b e a u leur dire qu'un million d e leurs compatriotes est catholique, ils n e croient pas q u e je puisse leur parler sérieusement. L e s ministres protestants et leurs journaux exploitent habilement cette ignorance et ces erreurs. Il n'est pas rare d e lire dans les feuilles publiques d e la colonie que, tel jour, tous les catholiques d e vingt c o m m u n e s , dans tel département français, ont secoué le joug d u p a p i s m e et embrassé le p u r Evangile. « L'Eglise réformée hollandaise c o m p t e dans la colonie soixante-douze mille partisans et trente ministres ; l'Eglise épiscopale d'Angleterre possède treize ministres p o u r sept mille cinq cents fidèles. Il y a, d e plus, cent soixante ministres d e différentes sectes protestantes, Anglais, Français, R h é n a n s , Prussiens, Ecossais, Américains, dont o n peut évaluer les prosélytes à vingt-cinq mille, la plupart Hottentots et appartenant à leurs établissements. Les payens indigènes forment encore u n e population d e quarante-cinq mille â m e s ; il faut y ajouter près d e huit mille Malais. C'est à peine s'il reste quelques milliers de catholiques sur les cent soixante mille habitants d u C a p . « Je termine cette lettre, déjà trop longue, en vous offrant, a u n o m d e cette petite Eglise naissante, tout ce qu'elle peut d o n n e r à des bienfaiteurs : sa reconnaissance et ses prières.

« DEVEREUX ,

Miss, apost, »


167

Départs des RR.

PP.

Capucins pour les Missions Etran-

gères dans l'année 1 8 4 7 .

P o u r la Mésopotamie : les P P . Antoine d e Soto, espagnol ; — Philippe d e Turin, espagnol. Pour Constantinople : les PP. Chérubin de Macerate , province des Marches ; — Philippe-Marie de Montalboddo, province des Marches ; — Benoît d e Guarcino , province de Rome ; — Basile de Mazzare , province de Palerme. P o u r T u n i s : les P P . Antoine d e S. Jean e n M a r i g n a n , province des M a r c h e s ; — Jean-Gabriel de S. L a u rent, province de R o m e ; — et le Frère Benoît de B o l o g n e , province d e Bologne. P o u r l'Amérique : les P P . Benoît de B u b b i o , province de Monferrat ; — Vendelino d e Oeniponte, province d u Tyrol; — Paul d e L i m o n , province d u P i é m o n t ; — Laurent d e Monte-Leone, province d e l'Ombrie; — Barthélemi d e Ratghins, province d u Tyrol ; — D o rothée de Lorette, province des Marches. P o u r le Pays des Grisons : les P P . Antoine-Marie d e S a vigliano, province d u P i é m o n t ; - Valérien d'Alexandrie, province d e Montferrat ; — Hyacinthe d e Casale, province d e Montferrat ; — Augustin d'Alghero, province d e Sassari ; — Ugolin d e Pettin e n g u e, province d u P i é m o n t ; — Jean-Marie d'Oville, province d e Montferrat ; — et le Frère Basile d'Introdacqua, province des Abruzzes.


168 MANDEMENTS en faveur de l'OEuvre.

L'OEuvre continue à recueillir les glorieux suffrages d e l'Episcopat : S. E . le Cardinal-Archevêque d e L y o n dans u n e Lettre circulaire à s o n Clergé, M g r l'Archev ê q u e d'Auch dans u n m a n d e m e n t spécial, et M g r le nouvel E v ê q u e d e Malte clans sa p r e m i è r e Lettre pastorale, viennent encore d e la r e c o m m a n d e r et d e la bénir.

CATALOGUE de l'administration des sacrements pendant l'année 1846 :

1° D a n s le T o n g - K i n g méridional : — B a p t ê m e s d'enfants d'infidèles à l'article d e la m o r t , 1,218. — Bapt ê m e s d'enfants d e chrétiens, 1,085. — B a p t ê m e s d'adultes, 420. — Confirmations, 1,813. — Confessions, 64.170. — Premières C o m m u n i o n s , 1,611. — C o m m u n i o n s ordinaires, 32,050. — Viatiques, 558. — E x t r ê m e - O n c t i o n s , 955. — Mariages bénis, 410. 2° D a n s le T o n g - K i n g occidental : — B a p t ê m e s d'enfants d'infidèles à l'article d e la m o r t , 5,869. — Bapt ê m e s d'enfants d e chrétiens, 2,191. — B a p t ê m e s d'adultes, 888. — Confirmations, 6,605. — C o n f e s sions, 166,769. — Premières C o m m u n i o n s , 5,250. — C o m m u n i o n s ordinaires, 96,729. — Viatiques, 1,845. — Extrême-Onctions, 3,399. — M a r i a g e s bé-

nis,

857.

LYON. — IMP. DE J. B. PÉLAGAUD ,

Rue Mercière, № 26.


169

MISSIONS DE L'OCÉANIE, NOUVELLE-CALÉDONIE.

Lettre du P. Rougeyron au T. R. P. Colin, Supérieur de la Société de Marie. Nouvelle-Calédonie 1 4 février 1 8 4 7 .

« M O N TRÈS-RÉVÉREND PÈRE ,

« Il vous tarde, sans doute, d e connaître la situation actuelle d e notre Mission. Q u e l q u e s consolations et bien des sujets d e peine, voilà jusqu'ici notre partage. C e n e sera qu'après b e a u c o u p de t e m p s et d'efforts, q u e n o u s parviendrons à adoucir ce peuple, le plus féroce qui soit sous le ciel. T o u t ce q u e n o u s avons dit de sa barbarie n'est m a l h e u r e u s e m e n t q u e trop vrai, et se confirme c h a q u e jour par des traits d e cruauté qui déchirent notre c œ u r . « D a n s la Nouvelle-Calédonie, les sorciers, reconnus o u supposés tels, sont impitoyablement m i s à m o r t , et celui qui les frappe croit faire u n e œ u v r e méritoire, u n acte d e d é v o u e m e n t a u salut public. A P o é b o , cinq naturels ont été tués sous ce futile prétexte ; o n a m ê m e laissé leurs cadavres sans sépulture pour en tirer u n e plus éclatante vengeance. D e r n i è r e m e n t , appelé auprès d'un malade, je m'y rendis e n toute hâte, et fort à propos, car il était sur le point d'expirer ; ses b o n n e s TOM.

x x . 1 1 8 MAI 1 8 4 8 .

8


170 dispositions m e déterminèrent à lui conférer le b a p t ê m e , et bientôt après il n'était plus. Mais le d é m o n qui n e trouvait point là son c o m p t e, inspira aux parents et a u x a m i s d u défunt l'idée d'attribuer son décès a u sortilège. O n se d e m a n d e d o n c quel est le m é c h a n t qui a jeté ce sort, et l'opinion publique désigne u n e f e m m e , veuve depuis p e u d e t e m p s, qu'on a v u e, dit-on, rôder la nuit autour d e la case d u m a l a d e . Elle est aussitôt jugée digne d e m o r t , et l'exécution est fixée p o u r la nuit suivante. L a p a u v r e f e m m e n e se doutait pas d u complot. L e soir, elle rentre tranquillement clans sa case, tenant entre ses bras son petit enfant qu'elle allaitait. Mais a u milieu d e la n u i t , p e n d a n t qu'elle dormait d u plus profond s o m m e i l , les sauvages p é n è trent jusqu'à elle, et l'un d'eux lui tranche la tête d'un c o u p d e h a c h e . L'enfant est é p a r g n é ; m a i s bientôt n e sachant qu'en faire, ils trouvent u n expédient qui sourit à t o u s , c'est d e n e pas le séparer d e sa m è r e . L a chose est e x é c u t é e ; cette p a u v r e petite créature est d é p o s é e , toute vivante, dans la m ê m e fosse q u e le cadavre d e sa m è r e , et partage ainsi son t o m b e a u . « Ces jours derniers, u n chef voisin est m o r t . Ses parents et ses a m i s ont encore crié a u sortilége. P o u r découvrir le c o u p a b l e , voici l'épreuve usitée e n pareil cas : ils élèvent e n l'air avec u n e grosse c o r d e , et laissent ensuite r e t o m b e r d e tout leur poids c e u x qu'ils soupçonnent d'être sorciers. D e ce n o m b r e était u n e f e m m e enceinte d e huit mois. H e u r e u s e m e n t a u c u n d'eux n'a fait d e chute bien grave, car a u t r e m e n t il eût passé pour l'auteur d e la m o r t d u c h e f , et o n l'eût i m m é d i a tement achevé. C'est u n m y s t è r e p o u r m o i q u e ces sauvages n e n o u s regardent pas encore n o u s - m ê m e s c o m m e sorciers, n o u s à qui ils attribuent l'épidémie qui les désole.


171 « L a superstition n'est pas la seule cause des atrocités qui se c o m m e t t e n t d a n s cette m a l h e u r e u s e île. Il n'y a q u e p e u d e jours, trois naturels ont été surpris e n voyage a u milieu d'une tribu e n n e m i e ; d e u x ont été massacrés sur-le-champ et m i s à la b r o c h e ; le trois i è m e a été r e n f e r m é d a n s u n e espèce d e c a g e : les antropophages l'ont réservé, afin d e se m é n a g e r le plaisir d'avoir encore d e la viande fraîche le l e n d e m a i n . « L a m o r t vient d e frapper u n chef d e tribu qui se distinguait entre tous les autres p a r sa férocité. 11 se n o m m a i t Tindine. L'autre jour, e n allant faire le catéchisme à P o é b o, suivant m a c o u t u m e , je frémis e n voyant des m e m b r e s h u m a i n s q u e ce m o n s t r e avait fait s u s p e n d r e à des piquets, e n signe d e tabou. L'un des naturels qui m ' a c c o m p a g n a i e n t , m e dit : « Cette m a i n, c'est la m a i n d e m a m è r e, q u e T i n d i n e a tuée et m a n g é e . » U n autre ajouta : « C e crâne, c'est le crâne d e m o n père, dont T i n d i n e a rongé les chairs. » C e tigre enlevait à nos n é o p h y t e s les vêtements q u e n o u s leur avions d o n n é s, et il m e n a ç a i t d'égorger c e u x q u i lui résistaient. U n dernier c r i m e devait mettre le c o m b l e à la m e s u r e : c'est le m a s s a c r e d e cinq personnes qui ont été ensuite rôties et m a n g é e s . « A p r è s u n e m a l a d i e d e p e u d e jours, T i n d i n e est m o r t , et bientôt, après lui, tous les jeunes naturels qui c o m p o s a i e n t sa suite et partageaient ses festins d e cannibales, ont été enlevés par u n e fin inattendue ; tout le m o n d e y voit la m a i n d e D i e u . « P o u r surcroît d e m a l h e u r , la peste est v e n u e à s o n tour jeter la désolation p a r m i les tribus. Elle a frappé tant d e victimes q u e des villages entiers sont déserts ; o n a trouvé d a n s certaines cases des vases d e terre pleins d e taros à demi-cuits, et les personnes qui préparaient ces aliments étaient étendues sans vie à côté 8.


172 d e leur feu. O n ne peut plus pleurer les morts suivant l'usage d u pays ni m ê m e les enterrer séparément ; o n en réunit plusieurs dans u n e m ê m e fosse, et encore les cimetières sont-ils pleins. Les cadavres restent plusieurs jours sans sépulture, tant on est fatigué de creuser des t o m b e s . Sans exagérer, il est m o r t presque la moitié d e la population dans les diverses tribus q u e n o u s p o u v o n s connaître. Les s y m p t ô m e s d e l'épidémie sont u n violent m a l de tête, qui produit u n e surdité, des douleurs vives à l'estomac et d e forts battements de c œ u r . « P e n d a n t la d u r é e de la peste, n o u s avons baptisé u n grand n o m b r e d'adultes, m a i s pas autant q u e n o u s l'eussions désiré, car n o u s n e voulions leur d o n n e r le b a p t ê m e q u e lorsque n o u s les apercevions à l'article d e la m o r t . Faire autrement n o u s eût exposés plus tard à avoir u n grand n o m b r e d e m a u v a i s chrétiens. D e plus, il n e n o u s était pas toujours facile d'approcher des m a lades, ces pauvres sauvages se figurant q u e n o u s avions la puissance d e c o m m a n d e r a u fléau, et d e les faire m o u r i r à notre gré. C o m b i e n n'en ai-je pas rencontrés qui m e suppliaient d'épargner leur vie, e n disant qu'ils n e n o u s avaient jamais fait a u c u n m a l ! « Malgré n o s travaux et n o s fatigues, m a l g r é le contact continuel avec les m o r t s et les m o u r a n t s , pers o n n e d'entre n o u s n'a s u c c o m b é . N o u s avons été à p e u près tous m a l a d e s , m a i s sans danger sérieux. N o u s avons placé des médailles à nos croisées, p o u r q u e l'ange exterminateur s'arrêtât à la v u e d e ce signe d e la Vierge I m m a c u l é e , c o m m e autrefois à la v u e d u sang d e l'Agneau. « Q u o i q u e ces m a l h e u r e u x sauvages aient r e c o n n u e n partie la m a i n d e D i e u qui les frappait, ils n e laissent pas p o u r cela d e c o m m e t t r e encore des crimes qui


173 révoltent l'humanité. Ainsi ils ont enterré u n grand nombre de personnes qui n'étaient pas encore mortes , entr'autres une petite fille qui, déjà pliée dans une natte et jetée dans le cimetière, poussa des cris si déchirants qu'on eut pitié d'elle et qu'on la rapporta d a n s sa case. L e lendemain je la trouvai bien m a l a d e , et craignant qu'on n e l'enterrât cette fois tout d e b o n , je la baptisai ; aujourd'hui elle est bien portante. U n vieillard qui habitait près de n o u s , a été pris sous le bras et traîné dans la fosse, o ù il a été enseveli tout vivant. « Jusqu'ici n o u s avons arrêté bien des désordres, n o u s avons e m p ê c h é bien des crimes qui eussent été c o m m i s sans la présence d'un prêtre. N o u s avons peuplé le ciel d'anges, et tous les jours j'apprends q u e quelques-unes des petites créatures sur lesquelles a coulé l'eau de la régénération, sont allées form e r la couronne des Associés d e la Propagation d e la Foi. Près d e six cents adultes sont a u rang des catéchum è n e s . N o u s s o m m e s très-prudents dans l'administration d u b a p t ê m e , afin d'inspirer u n e plus grande estime pour ce sacrement. « Tel est, m o n R. P è r e, l'état d e notre Mission dans la Nouvelle-Calédonie. Elle n o u s offre p e u d e consolations, elle est en apparence stérile ; cependant elle produit des fruits q u e d'autres Missionnaires récolteront e n a b o n d a n c e, q u a n d le t e m p s désigné par la Providence sera venu. « ROUGEYRON, S. M .

»


174

Lettre du P. Grange, au T. R. P. Colin, Supérieur de la Société de Marie.

Sidney, 1 8 septembre 1847.

« MON

TRÈS-RÉVÉREND PÈRE ,

« J'eus l'honneur de vous écrire, quelque temps après m o n arrivée à la Nouvelle-Calédonie, et de vous signaler l'extrême cruauté d e ses habitants. Depuis cette é p o q u e, il s'est passé dans notre Mission des faits graves, dont les uns sont affligeants et les autres bien propres à nous consoler. N o u s avions u n seul établissement dans l'île : c'était à Balade. Les sauvages de cette tribu nous parurent si difficiles et si indomptables, que nous crûmes expédient de fonder u n e n o u velle station à P o é b o, qui n'est distant de Balade q u e de trois lieues. Pendant qu'on nous y préparait u n e habitation, l'Anonyme, navire d e la Société française de l'Océanie, arriva fort à propos pour nous aider à transporter les objets nécessaires à cet établissement; tout fut prêt le 1 4 avril. « Les sauvages de la Nouvelle-Calédonie sont d'habiles voleurs, et cependant les habitants de P o é b o cessèrent dans cette circonstance de faire usage de leur dextérité en ce genre. Ils se prêtèrent avec beaucoup d'empressement a u transport de nos effets, depuis le navire jusqu'au lieu de l'habitation, sans c o m m e t t r e le moindre larcin. N o u s regardâmes cela c o m m e u n prodige, ou plutôt c o m m e u n trait de la Providence ;


175

m a i s le frère Biaise qui connaît très-bien le caractère d e ce peuple, m e dit q u e les indigènes n'avaient agi ainsi q u e pour pouvoir m i e u x voler plus tard ; l'expérience a p r o u v é qu'il n e se trompait pas. Il n'en fut pas d e m ê m e à Balade : les h o m m e s d e cette tribu, qui, depuis près d e quatre ans, avaient toujours pillé les Missionnaires, voyant q u e n o u s étions m o i n s n o m b r e u x qu'auparavant, montrèrent à notre égard u n e hardiesse dont jusqu'alors ils ne n o u s avaient pas d o n n é d'exemple. Entre autres motifs qui les ont excités contre nous, je signalerai les faits suivants. « A u m o i s d e m a i u n e famine extraordinaire se fit principalement sentir dans la tribu d e P o u m a (Balade) ; u n grand n o m b r e d'insulaires allèrent chercher d e la nourriture à Y e n g u è n e , à quinze lieues environ d u port Balade. A leur retour, ils se montrèrent m e n a ç a n t s, et racontèrent d'un ton audacieux la m o r t d'un E u r o p é e n qui séjournait à Y e n g u è n e ; c'était U n Anglais appelé Suton, qui venait d'être massacré ; ils ajoutèrent m ê m e , ce qui est faux, qu'ils l'avaient m a n g é et qu'ils l'avaient trouvé fort b o n , n e n o u s dissimulant pas leur projet d e n o u s traiter d e m ê m e . C e qui n o u s étonne, c'est qu'au rapport d e ces naturels, des Anglais faisant le bois d e sandal à Y e n g u è n e, leur auraient dit q u e les Oui-oui (les Français) étaient des h o m m e s tabous (sacrés), qui faisaient mourir les autres h o m m e s . Cette calomnie devait faire d'autant plus d'impression sur les naturels, q u e p e u d e m o i s auparavant u n e épidémie avait enlevé plus d'un tiers d e la population des tribus environnantes. O r , dans ces îles u n sorcier est massacré sans miséricorde. Les Missionnaires donc furent soupçonnés d'avoir attiré le fléau par des sortiléges, et ainsi la superstition vint se joindre à l'amour d u pillage p o u r déchaîner les sauvages contre nous. Alors ils n e gardent


176 plus aucune m e s u r e ; ils détruisent toutes nos plantations ; ils viennent en plein jour arracher nos bananiers et ravager notre jardin sous nos propres yeux ; et l'impunité les rendant plus hardis, ils s'introduisent jusques dans le magasin, o ù ils enlèvent plusieurs objets. « L e 2 0 juin, après s'être concertés, les différents villages d e la tribu d e Balade sont venus en m a s s e pour s'emparer d e notre maison. Ils avaient l'intention bien c o n n u e d e massacrer les Missionnaires et d e piller leurs effets. Notre contenance calme et assurée leur imposa , de sorte qu'ils n'osèrent pas encore exécuter leur dessein. N o u s étions entre les mains d e la Providence ; j'avais défendu à ceux qui étaient avec nous d e faire feu sur les sauvages. N e s o m m e s - n o u s pas venus pour leur apporter les bienfaits de la foi, au prix d e tous les sacrifices et de notre vie m ê m e ? hélas ! ils n e le c o m p r e n nent pas, et ils nous rendent le m a l pour le bien. « Telle était notre situation a u 2 0 juin, lorsque M g r C o l l o m b ( l ) , E v e q u e d'Antiphelles, Vicaire apostolique de la Mélanésie et d e la Micronésie, arriva à Balade à bord d u Spek, a c c o m p a g n é d u P. Verguet. S a Grandeur apportait quelques provisions pour sa Mission et pour celle d e la Nouvelle-Calédonie. Il y avait e n outre à bord d u Spek des objets d'échange pour le c o m p t e de la Société française. Tout cela fut déposé dans u n grand hangar, où nous réunissions les naturels pour les instruire. Ceux-ci se prêtèrent volontiers a u déchar(1) Le P . Jean-Georges Collomb, d u diocèse de Tarentaise, prêtre de la Société de Marie, désigné pour Coadjuteur de M g r Epalle, fut préconisé à R o m e au mois de février 1 8 4 6 et sacré le jour de la P e n tecôte 1 8 4 7 à la Baie des îles (Nouvelle-Zélande). C e prélat, qui se rendait dans son] Vicariat après le martyre de M g r Epalle, abordait à la Nouvelle-Calédonie au m o m e n t où les Missionnaires allaient être attaqués.


177 g e m e n t et demeurèrent tranquilles jusqu'au 1 0 juillet. « M g r C o l l o m b avait prié le c o m m a n d a n t d u Spek de continuer sa route jusqu'aux îles S a l o m o n ; mais le capitaine lui avait r é p o n d u q u e ses e n g a g e m e n t s avec son a r m a t e u r lui rendaient ce voyage impossible; et ainsi S a G r a n d e u r s'était v u e forcée d'attendre à Balade u n e occasion favorable. « Il y avait alors d a n s l'établissement de B a l a d e , outre M g r d'Antiphelles et le P. V e r g u e t , les frères Biaise et Bertrand, M . le docteur B e a u d r y laissé par l'Arche d'Alliance pour faire dans l'île des explorations scientifiques, Marie Julien, charpentier d el'Arched'Alliance, l'écossais Georges Taylor et m o i . « L e 1 0 juillet, à six heures d u soir, les sauvages s'introduisirent d a n s le h a n g a r o ù était déposée la plus grande partie des effets ; ils enlevèrent p o u r la valeur d'environ trois cents francs d'objets appartenant à la Société française. N o u s avons appris depuis q u e leur intention était de n o u s attirer dans ce lieu et d e profiter d u désordre p o u r n o u s y massacrer tous. H e u r e u s e m e n t n o u s sortîmes assez tôt p o u r faire échouer leurs projets. L e 1 5, le P . Verguet se rendit à P o é b o pour y passer quelques jours avec le P. R o u g e y r o n . D e là il n o u s écrivit, le l e n d e m a i n, q u e le bruit courait à P o é b o , qu'aussitôt après le départ d u Spek, l'établiss e m e n t d e Balade serait assailli par les forces réunies d e toute la tribu. « L e 1 7, le Spek mit à la voile p o u r Batavia. L e jour m ê m e d e son départ, d e u x jeunes chrétiens, Antoine et Marie, n o u s avertirent q u e le l e n d e m a i n o n devait e n effet n o u s attaquer. N o u s n e fîmes pas assez attention a u x paroles d e ces enfants. L e 1 8 , vers huit heures d u m a t i n , le premier chef, B o é o n e, n o u s envoie dire par son second, n o m m é G o m è n e , q u e pour rentrer e n 8..


178 grâce avec n o u s , les naturels consentent à rendre les étoffes dérobées le 10. L'offre est acceptée. A u n e heure après midi, B o é o n e et G o m è n e viennent, a c c o m pagnés d e d e u x enfants qui portent c h a c u n u n paquet d e marchandises volées. B o é o n e a sa lance et G o m è n e son casse-tête. P e n d a n t qu'on parlemente sur la terrasse d e la m a i s o n , u n e troupe d e sauvages a r m é s de lances, d e casse-tête et d e h a c h e s , à u n signal c o n v e n u, se précipitent sur n o u s . C o m m e c'était au frère Biaise et à m o i qu'ils e n voulaient principalement, ce fut sur n o u s d e u x qu'ils tombèrent d e préférence. J'esquive u n c o u p d e casse-tête, en m ê m e t e m p s q u e le frère Biaise est blessé d'un c o u p de lance d a n s la parlie inférieure d e la poitrine. S a blessure est mortelle. « Je m ' e m p r e s s e d'écrire a u P. R o u g e y r o n p o u r l'informer d e notre détresse. L a jeune Marie qui porte la lettre est arrêtée et s o m m é e d e la part d u premier chef, B o é o n e , d e rebrousser c h e m i n sous peine d e la vie. A son retour, elle n o u s prévient qu'on va mettre le feu a u hangar qui servait d'église. Presqu'aussitôt l'incendie éclate a u s o m m e t d e la toiture couverte e n c h a u m e ; impossible d e rien sauver d e tout ce qui s'y trouve. L e soir d u m ê m e jour, Antoine et Marie n o u s annoncent q u e B o é o n e a d o n n é ordre à tous les villages de la tribu d e s'assembler le l e n d e m a i n , p o u r faire u n e attaque générale, afin d e n o u s massacrer tous. N o u s faisons b o n n e garde toute la nuit. « L e 1 9 , a u m a t i n , le feu est a u x embarcations q u e n o u s a laissées le c o m m a n d a n t d e la Seine. D a n s la pensée q u e ce jour pouvait bien être le dernier d e notre vie, n o u s faisons tous notre confession, M g r c o n s o m m e les saintes Espèces, l'écossais Georges T a y lor, q u e j'instruisais depuis quelque t e m p s p o u r le disposer à se faire catholique, m e d e m a n d e le b a p t ê m e


179 q u e je lui administre sous condition ; il s'approche aussi d u sacrement d e pénitence. A d e u x heures, n o u s s o m m e s environnés d e tous côtés par les sauvages ; ils sont tout barbouillés d e noir et poussent des cris féroces. Cachés derrière d e grosses pierres, à p e u d e distance d e la m a i s o n, ils lancent d'énormes cailloux qui e n enfoncent les parois. C e p e n d a n t, ils n'osent encore envahir la cour. [Le frère Bertrand est blessé à la m a i n , le frère Biaise est m o u r a n t . Les sauvages sont aussi acharnés contre n o u s qu'un lion contre sa proie. T o u t - à - c o u p , u n chef s'écrie : Brûlez la m a i s o n, brûlez la m a i s o n . Aussitôt le feu est m i s aux colonnes d u rez-de-chaussée ; il n e n o u s est pas possible d e l'éteindre. Déjà n o u s sentons la chaleur au-dessous de n o u s ; notre anxiété est extrême : rester c'est périr dans les f l a m m e s, descendre c'est t o m b e r infailliblement sous les coups des sauvages. N o u s n o u s réunissons tous dans la petite chapelle intérieure. L e frère Biaise l u i - m ê m e quitte son lit, et, se tramant c o m m e il p e u t, vient n o u s rejoindre; il a la sérénité sur le front, le sourire sur les lèvres : « Je viens, dit-il en entrant, attendre ici le dernier c o u p . » Q u e l q u e s instants auparavant, c o m m e M o n s e i g n e u r e n lui d o n n a n t sa bénédiction paraissait é m u : « E h ! pourquoi, lui avait-il dit, n o u s fatiguerions-nous ? n o u s n e faisons qu'échanger cette vie contre u n e meilleure » Je dois dire à la louange d e cet excellent frère, q u e sa m o r t m'a encore plus édifié qu'elle n e m ' a affligé. P e n d a n t q u e je lui a d m i nistrais p o u r la dernière fois le sacrement d e pénitence et q u e je l'exhortais à pardonner d e b o n c œ u r à ses b o u r r e a u x, à l'exemple d e notre divin Maître : « O h ! m e dit-il, c o m b i e n je voudrais q u e m a m o r t fît le b o n h e u r de ce pauvre peuple ! je leur p a r d o n n e d e toute l'étendue d e m o n c œ u r . » La douce sérénité d e


180 ce bon frère a tellement édifié le nouveau catholique G e o r g e s , qu'il n'a p u s'empêcher de dire : C'est bien là la vraie religion ! « C e p e n d a n t le t e m p s presse, M g r C o l l o m b s'agenouille devant m o i p o u r m e d e m a n d e r u n e dernière a b solution et l'indulgence plénière in articulo mortis. A p r è s cela, n o u s t o m b o n s tous à ses g e n o u x , le priant d e n o u s accorder la m ê m e faveur, puis n o u s n o u s e m brassons et n o u s n o u s disons adieu jusqu'au ciel, o ù n o u s espérons n o u s rejoindre dans quelques instants. M o n s e i g n e u r et m o i faisons v œ u d e dire cent m e s s e s c h a c u n, s'il plaît a u Seigneur d e n o u s tirer de ce péril extrême. Alors la pensée n o u s vient qu'en a b a n d o n n a n t la m a i s o n a u pillage, n o u s aurons peut-être quelque c h a n c e d e salut. L e docteur B e a u d r y jette à la multitude la clef d u lieu o ù se trouvaient nos petites provisions ; les sauvages s'y précipitent ; c'est la dernière lueur d'espérance ; n o u s e n profitons p o u r sortir. Je m e présente le p r e m i e r , et rencontrant u n chef appelé O u n d o , j'essaie d e pouparler avec lui, p e n d a n t q u e Monseigneur et le frère Bertrand s'échappent par la cour. Viennent ensuite M . B e a u d r y , Marie Julien et Georges. D e u x naturels a r m é s d e lances s'avancent pour percer Monseigneur et le frère Bertrand ; M . le docteur qui est a r m é d'un fusil, le présente d'un air m e n a ç a n t ; les agresseurs s'arrêtent. A u m ê m e instant les sauvages pénètrent auprès d u frère Biaise et lui assènent plusieurs coups d e m a s s u e . Je n e p e u x m ' é c h a p p e r m o i m ê m e qu'à grande peine e n passant sur les ruines d e l'église, brûlée la veille. Je rencontre u n e troupe d e soixante à quatre-vingts insulaires qui recueillaient les debris échappés à l'incendie. U n grand sauvage, plus laid et plus noir q u ' u n d é m o n , fond sur m o i p o u r m ' a s s o m m e r à coups d e pierres. Je c o u r s alors d e tou-


181 tes m e s forces ; d e u x fois il m e lance u n gros caillou, m a i s d e u x fois par u n e Providence particulière je t o m b e , et m a chute coïncide exactement avec le c o u p qui devait m e tuer. L a seconde fois surtout, le sauvage a d û croire qu'il avait réussi : il m e laisse p o u r retourner a u pillage. Je m e relève c o m m e je p e u x et je rejoins m e s c o m p a g n o n s d'infortune. Hélas ! le frère Biaise n o u s m a n q u a i t , n o u s étions désolés d e n'avoir p u l'arracher des m a i n s des sauvages. « N o u s n o u s dirigeons e n toute hâte vers P o é b o ; arrivés a u petit village d e D i r é o u é o ù n o u s avons u n zélé catéchiste n o m m é M i c h e l , n o u s apprenons d e lui q u e les chefs d e Balade ont d o n n é ordre partout d e n o u s massacrer. N o u s avions craint q u e l'établissement d e P o é b o n'eût é p r o u v é le m ê m e sort q u e celui d e B a lade. D a n s notre détresse, n o u s f û m e s h e u r e u x d'apprendre q u e rien d e semblable n'y avait eu lieu. A v a n t d'arriver a u premier village d e cette tribu, n o u s rencontrons d e u x enfants, le catéchiste Louis et le catéc h u m è n e M o u é k o , q u e le P. R o u g e y r o n , informé d e ce qui n o u s est arrivé la veille, avait envoyés p o u r s'assurer d e l'état des choses. Ces d e u x enfants n o u s sont d'un g r a n d secours en n o u s faisant passer par des c h e m i n s détournés ; n o u s évitons ainsi tous les périls. L e j e u n e L o u i s , voyant notre faiblesse et notre d é n u e m e n t, n e p u t retenir ses larmes. T o u t jeune qu'il est, il présentait continuellement ses épaules p o u r n o u s porter tour-à-tour, M o n s e i g n e u r et m o i, et puis il n o u s disait : « V o u s avez trop faim, restez là cachés dans les broussailles, et je vais v o u s chercher à m a n g e r . » Quoique nous n'eussions rien pris depuis deux jours , nous ne voulûmes pas consentir à ce qu'il se séparât de n o u s ; ce fut u n grand soulagement p o u r m o n c œ u r q u e les soins empressés et g é n é r e u x d e cet enfant, c o m parés à la barbarie d e ses compatriotes.


182

« Enfin n o u s arrivâmes à l'établissement d e Poéb o à huit heures d u soir, dans u n état déplorable, et si accablés d e fatigue q u e n o u s pouvions à peine n o u s soutenir. Les P P . R o u g e y r o n et Verguet vinrent à notre rencontre, n o u s c o n f o n d î m e s nos larmes et fîmes e n s e m b l e notre sacrifice. « L e 2 0 juillet, n o u s délibérons et n o u s c o n v e n o n s u n a n i m e m e n t q u e le frère A u g u s t e et le matelot A u m e rond iront à Y e n g u è n e s'informer s'il y a u n navire dont n o u s puissions espérer q u e l q u e secours. « C e p e n d a n t l'évênement de Balade excite a u plus h a u t point la cupidité des gens d e P o é b o . N o u s a p p r e n o n s , le 2 1, qu'ils ont aussi f o r m é le projet d e n o u s attaquer. N o u s n o u s adressons d e n o u v e a u à D i e u ; chac u n des Missionnaires fait encore u n v œ u particulier, et n o u s prenons e n m ê m e t e m p s des m e s u r e s d e prudence. L e 2 2 juillet , le frère A u g u s t e et le matelot A u m e r o n d arrivent d e Y e n g u è n e ; il n e s'y trouve point d e navire, et n o u s s o m m e s forcés d e d e m e u r e r a u poste o ù n o u s a placés la Providence ; elle seule peut n o u s e n tirer. N o u s s o m m e s treize d a n s l'établissement d e P o é b o : six venus d e Balade et d e plus les R R . P P . R o u g e y r o n et V e r g u e t , le frère A u g u s t e , le char pentier Prosper et trois matelots laissés par la Seine, Beaucherel, Cadousteau et A u m é r o n d . N o u s a p p r e n o n s q u e les sanvages d e Balade veulent se servir d e notre m a i s o n , dont ils ont éteint l'incendie, p o u r tendre des e m b û c h e s a u x navires qui viendraient mouiller dans le port : connaissant ce d o n t ils sont capables et craignant pour l'Anonyme et pour l'Arche d'Alliance , que nous attendons de jour en jour, nous sentons la nécessité d e brûler cette m a i s o n . Les enfants d e la Mission exécutent ce projet d a n s la nuit d u 5 a u 6 août. • L'attitude des naturels à notre égard devient m e n a -


183 çante ; n o u s n o u s attendons à u n e nouvelle catastrophe. Plusieurs fois n o u s les avons vus se réunir autour de notre d e m e u r e avec des intentions hostiles. U n e nuit les habitants d e d e u x villages se sont assemblés chez notre plus proche voisin, p o u r n o u s attaquer i m m é d i a t e m e n t ; il les e n a détournés. « L e 9 a o û t , n o u s n o u s trouvâmes réduits a u x dernières extrémités. N o u s venions d e recevoir le sacrement d e pénitence et d e nous faire encore u n e fois les derniers adieux ; n o u s allions n o u s livrer à nos b o u r r e a u x , lorsq u e tout-à-coup paraît à l'horizon u n navire qui se dirige d e notre côté, et bientôt n o u s le reconnaissons pour u n navire français : c'était la corvette La Brillante, c o m m a n d é e par M . le vicomte D u Bouzet. N o u s n o u s hâtons d'envoyer d e u x h o m m e s à bord avec u n e lettre qui signalait notre détresse. L a m e r était houleuse, ce n'est q u e le 1 0 a u soir q u e M. D u B o u z e t peut n o u s envoyer d u secours. Il nous arrive trois embarcations m o n t é e s par soixante h o m m e s bien a r m é s , sous les ordres d e M M . D e la Motte et Founier. N o u s s o m m e s invités à envoyer u n e députation à b o r d, p o u r concerter avec M . le c o m m a n d a n t les m o y e n s d e p r u d e n c e les plus convenables d a n s notre position. M g r C o l l o m b et m o i partons à dix heures d u soir sur l'embarcation d u lieutenant ; n o u s n'arrivons qu'à cinq heures d u matin à Balade o ù la corvette était mouillée. M . D u Bouzet n o u s accueille à son b o r d avec u n e bienveillance au-dessus d e tout éloge ; il est décidé q u e la corvette lévera l'ancre p o u r aller mouiller à Poébo. Cette m a n œ u v r e s'exécute, et n o u s arrivons le 11 devant ce village. « M . le c o m m a n d a n t s'occupe aussitôt d e notre délivrance. U n e pluie battante qui d u r e p e n d a n t toute la nuit d u 11 au 1 2, n o u s p e r m e t d e faire transporter à


184 bord nos principaux effets. Sans cette averse, nous eussions été attaqués par tous les villages de la grande tribu de Poébo. L e 1 2, le grand chef vient présenter au P. R o u g e y r o n u n e pièce d'étoffe en sig n e d e paix ; le P è r e , qui soupçonne avec raison u n piége, en avertit u n matelot, et celui-ci s'avance, tenant sa bayonnette d'une m a i n, tandis q u e de l'autre il reçoit le présent. « À neuf heures d u matin, arrivent trois officiers de m a r i n e et d e u x élèves avec quatre-vingt-quatre h o m m e s ; M . le c o m m a n d a n t n o u s fait exprimer le désir qu'il a de n o u s recevoir à son bord le plus tôt possible. N o u s nous mettons e n route vers le rivage, dont nous s o m m e s éloignés de trois quarts d'heure de m a r c h e . Les sauvages réunis e n grand n o m b r e attendent q u e nous soyons entrés dans les broussailles pour n o u s attaquer i m p u n é m e n t . Aussitôt q u e n o u s s o m m e s arrivés au bas du monticule sur lequel est située notre maison , le grand chef nous fait signe de passer de l'autre côté d u ruisseau ; m a i s informés q u e plusieurs milliers d'indigènes y sont cachés e n e m b u s c a d e, afin de n o u s surprendre et d e nous tuer tous d a n s notre retraite, nous refusons de suivre le c h e m i n qui nous est indiqué ; le grand chef d o n n e alors à ses sauvages le signal de l'attaque. U n e grêle de lances et de flèches viennent pleuvoir sur nous. Les marins français se voient forcés de tirer p o u r se défendre. Mais, c o m m e les sauvages se cachent dans les broussailles, r a m p e n t et se traînent dans l'herbe, on peut à peine entrevoir les m a i n s d'où les traits son partis. L'un d'eux cependant s'approche de si près qu'après avoir m a n q u é le fourier S o u c h o n , il est tué par lui d'un coup d e baïonnette. Enfin n o u s arrivons sur le rivage, n o u s s o m m e s hors de danger. M . le lieutenant D e la Motte fait l'appel, personne n'y m a n -


185 q u e ; m a i s cinq h o m m e s sont blessés, dont d e u x grav e m e n t : d e ce n o m b r e se trouve M . R a y m o n d , élève de 2 classe, qui a reçu u n e lance d a n s le c o u . P a r b o n h e u r ces plaies n'ont pas e u d e suite. m

e

« M . le c o m m a n d a n t , a u bruit d e la fusillade, était accouru sur son canot ; il y fait mettre les blessés et n o u s s o m m e s tous r e n d u s à b o r d à m i d i . « M . le c o m m a n d a n t n o u s dit alors qu'il avait l'intention d e tirer vengeance d e la conduite cruelle des habitants d e Balade. N o u s lui signifiâmes par écrit q u e notre devoir c o m m e Missionnaires était d e p a r d o n n e r à nos e n n e m i s, et n o u s le c o n j u r â m e s d e p a r d o n n e r c o m m e n o u s . Il n o u s répondit qu'il louait notre d é m a r che, m a i s q u e ce n'étaient pas s e u l e m e n t les Missionnaires qui étaient victimes d e la rapacité et d e la perfidie des Calédoniens ; q u e la Société française d e l'Océanie avait fait aussi de grandes pertes ; q u e ses représentants établis e n toute confiance à Baïaoup (Balade) sous la sauvegarde de la foi jurée, avaient c o u r u les plus grands dangers p o u r leur vie ; q u e les naturels, poussés par le génie d u m a l , avaient c o m m e n c é par mettre le feu a u x embarcations d e la Seine, appartenant à la F r a n c e ; qu'il croirait m a n q u e r à son devoir e n laissant tant d e méfaits i m p u n i s , etc. « L e 1 5 août arrivel'Anonyme.L a Providence n o u s a encore très-bien servis d a n s cette circonstance. U n fort vent d'est n o u s avait retenus jusqu'à ce jour dans la rade d e P o é b o , autrement n o u s fussions partis, et d a n s ce cas c'en était fait d e l'Anonyme et d e son équipage. « L e 1 8 n o u s retournâmes à Balade ; les d e u x navires s'y rendirent e n m ô m e t e m p s . « L e 2 0 , M . D u Bouzet fit u n e descente à terre avec u n d é t a c h e m e n t d e soixante-quinze h o m m e s . A p r è s trois quarts d'heure d e m a r c h e , cette troupe arrive à Baïaoup


186 sans rencontrer d'opposition. L e pays est découvert dans cet endroit. T o u s les indigènes s'enfuyaient dans la m o n tagne. M . le c o m m a n d a n t fit mettre le feu aux maisons des principaux chefs , entre autres à celle de Parama , un des plus traîtres ; et pour apprendre aux bâtiments qui pouvaient venir mouiller à Balade à se défier des habitants, ilfitabattre u n e vingtaine de cocotiers d e ce chef, dans la partie d u rivage qui en est couverte. Les naturels, cachés dans u n bois voisin, poussaient des hurlements sauvages ; ils lancèrent m ê m e quelques javelines ; personne h e u r e u s e m e n t ne fut atteint. « L e 2 1 août, le brick l'Anonyme se sépara de nous pour aller aux îles S a l o m o n ; il e m m e n a i t M g r le Vicaire apostolique. N o u s m î m e s à la voile le m ê m e jour pour n o u s rendre à Sidney en passant par A n a t ô m e . L e capitaine d e l'Arche d'Alliance doit toucher à cette île pour se rendre à la Nouvelle-Calédonie a u mois d e déc e m b r e ; nous y laissons u n e lettre pour l'avertir de d e notre désastre, et prévenir u n n o u v e a u m a l h e u r . « Enfin le 2 7, à neuf heures d u matin, après avoir été sur le point d e nous briser contre u n écueil jusquelà i n c o n n u , nous arrivons à Sidney. « N o u s nous s o m m e s éloignés à regret de ces infortunés Calédoniens, qui repoussent si aveuglément les bienfaits de la foi. Espérons q u e le sang d u martyr qui a coulé sur cette terre ingrate, en sera u n e prise de possession a u n o m de Jésus - Christ. Plus heureux q u e nous tous, le frère Biaise est mort c o m m e ce divin Sauveur, e n priant pour ses bourreaux. Je vous avoue q u e j'ai e u quelque regret d e ne point partager le m ê m e sort. Dieu m e réserve à de nouvaux travaux ; que sa sainte volonté soit faite ! « GRANGE ,

S. M.

»


187 Lettre du R. P. Rougeyron

au

Même.

A b o r d d e la Brillante, 13 août 1847.

« M O N TRÈS-RÉVÉREND PÈRE ,

« D a n s le rapport q u e n o u s vous envoyons, n o u s avons é n o n c é les faits douloureux qui viennent d e se passer à la Nouvelle-Calédonie. J e m e hâte d e vous a p p r e n d r e q u e, si notre croix est pesante, elle n'est cependant pas sans consolation. Noire petit troupeau d e néophytes et plusieurs d e n o s c a t é c h u m è n e s n o u s ont d o n n é d e touchantes et admirables preuves d'une conversion sincère. O h ! c o m b i e n la grâce d u b a p t ê m e est puissante sur u n e â m e bien disposée ! par elle les loups sont changés e n a g n e a u x . Voici quelques traits qui n e m a n q u e r o n t pas d e soulager votre c œ u r affligé par les détails précédents. « L e j e u n e Augustin n o u s a été d u plus grand secours p e n d a n t q u e n o u s étions assiégés. Il était toute la journée à voir ce qui se passait a u dehors ; il m e prévenait des projets des sauvages et des périls q u e n o u s courions. U n jour q u e le danger lui parut plus grand qu'à l'ordinaire, il m'arracha d'entre les m a i n s u n objet d'échange p o u r aller le porter l u i - m ê m e aux sauvages, sans doute afin d e les adoucir par ce présent. C o m m e je lui d e m a n d a i s la raison d e sa conduite, il m e répondit qu'il n e voulait pas qu'on m e traitât c o m m e le frère Biaise : « Q u a n t à m o i, ajouta-t-il, ils n e m e tueront pas, et q u a n d ils le feraient, leur faute n e serait pas aussi grande. » Ces paroles d a n s u n jeune enfant


188 m'arrachèrent des larmes, mais des larmes d e bonheur. Je m e trouvais bien d é d o m m a g é des peines q u e j'avais prises pour son instruction. « U n autre jour, m e voyant triste : « Père, m e ditil, je vois bien q u e tu vas m'abandonner. — Mais n o n , lui repliquai-je; tu es bien sage, je t'aime. — E h bien ! si tu m'aimes , pourquoi ne me fais-tu pas une lettre , qui me serait si utile dans le cas où l'on vous tuerait tous ? Je la présenterais à u n capitaine de navire, et il m'emmenerait quelque part pour m e confesser.» L à dessus s'éleva u n e grande difficulté dans son esprit : « O ù irais-je m e confesser ? qui pourra m e c o m p r e n d r e ? a h ! q u e q u e je serais heureux de périr avec vous ! T o u s les jours j'apprends la m o r t de quelqu'un qui aurait voulu continuer à vivre ; et m o i qui voudrais tant m o u rir pour aller vite a u ciel, je n e vois pas arriver m a dernière heure. » Et d e grosses larmes roulaient dans les yeux d e ce pauvre enfant. Je le consolai en lui disant qu'il fallait a b a n d o n n e r notre sort entre les m a i n s de Dieu , qui est un bon Père. Avant sa conversion , Augustin était peut-être l'enfant le plus sauvage de toute sa tribu ; aujourd'hui son regard, naguère si farouche, est devenu d o u x et c a l m e , et sa figure est toujours riante. Il n'y a pas encore u n a n q u e le b a p t ê m e a opéré cette merveille. « U n d e nos catéchistes de P o é b o , n o m m é Grégoire, est venu, dans ces jours désastreux, se fixer a u milieu d e nous pour n o u s servir avec plus d e facilité. C o m m e n o u s n e pouvions sortir d e la maison , il allait faire pour nous les commissions les plus périlleuses, e t , chose plus admirable encore, il n o u s a gagné l'affection d u chef d e son village. P e n d a n t q u e tout le m o n d e conspirait notre perte, ce chef et Grégoire venaient


189 n o u s apporter le fruit d e leur p ê c h e : les plus b e a u x poissons étaient toujours réservés p o u r n o u s . « M a i s le catéchiste qui a m o n t r é le plus d'héroïsme, c'est Michel. Il a c o m b a t t u contre les siens p o u r n o u s protéger ; vaincu par le n o m b r e , il a v u ses cases b r û lées, ses plantations détruites. M a l g r é les hostilités dont n o u s étions l'objet, ce b o n n é o p h y t e a trouvé m o y e n d e venir à b o r d d u navire o ù n o u s n o u s s o m m e s réfugiés. D e p u i s notre fuite d e B a l a d e, je n e l'avais plus aperçu. A u m o m e n t o u je le revis il se m i t à sangloter d e toutes ses forces; j'avais b e a u lui parler, le consoler, il n e pouvait m e r é p o n d r e , tant était g r a n d e la douleur q u e lui causait notre départ. Q u a n d il se fut u n p e u r e m i s, il m e pria d e le confesser e n c o r e u n e fois. S a confession a c h e v é e , il m e pressa d e rester d a n s s o n village ; m a i s notre séjour d a n s l'île étant d e v e n u impossible, il m e p r o m i t d e n o u s suppléer a u tant qu'il le pourrait, d e continuer la Mission et d e faire construire des églises. Je l'ai e n g a g é à baptiser, c o m m e il le faisait a u p a r a v a n t , c e u x q u i seraient e n d a n g e r d e m o r t . Il espère q u e les g e n s d e sa tribu, se sentant p u n i s par notre a b s e n c e , e n deviendront m e i l leurs, et qu'à notre retour, n o u s e n trouverons u n b o n n o m b r e disposés p o u r le b a p t ê m e . T o u t n'est-il p a s possible à D i e u ? q u i p e u t connaître les desseins d e la Providence ? qui sait, m o n R. P è r e, si cet é v é n e m e n t n'était p a s nécessaire p o u r la conversion des N o u v e a u x Calédoniens ! « A n t o i n e , autre j e u n e chrétien, était près d u frère Biaise lorsque celui-ci fut m a s s a c r é à c o u p s d e m a s s u e ; il nous a rapporté qu'on a tranché la tête du frère , puis qu'on l'a dépouillé de ses habits, et qu'on a exercé sur son corps d e s horreurs atroces ; il a ajouté q u e n o tre chapelle intérieure a été dévastée., les o r n e m e n t p r o -


190 fanés, les vases sacrés jetés d a n s l'ordure et tous les objets d u culte foulés a u x pieds. P e n d a n t q u e la multitude était e m p r e s s é e à piller notre m a i s o n , Antoine courut chercher le fer à hosties; il n'avait e n v u e , c o m m e il l'a dit ensuite, q u e le saint sacrifice d e la m e s s e ; il savait q u e c'était le seul instrument d e ce genre q u e n o u s eussions e n Calédonie, et voilà ce qui le portait à sauver d e préférence cet objet. Il a d e plus soustrait, p o u r n o u s les remettre, u n calice et u n e petite s o m m e d'argent. Cette conduite m e surprend d'autant plus q u e l'enfant n'est pas des plus intelligents ni des plus hardis, m a i s la Religion a bien vite c h a n g é u n e â m e . « Q u e vous dirai-je d e notre petite chrétienne Marie ? les sentiments religieux qu'elle a m o n t r é s en cette circonstance sont dignes des plus grands éloges. P e n d a n t q u e les sauvages tramaient leurs odieux C o m p l o t s , elle s'informait d e tout et venait instruire le P. G r a n g e d e ce qui se passait. Lorsque le frère Biaise eut été blessé, elle resta avec Antoine auprès d u m o r i b o n d , et q u a n d il eut r e n d u le dernier soupir, loin d e l'abandonner, elle versa près d e lui des l a r m e s a m è r e s , puisse mit à dire sa prière et à réciter son chapelet p o u r le repos d e son â m e . Par u n e inspiration particulière elle c o u p a u n e pièce d u v ê t e m e n t d u frère. L a relique était bien choisie ; c'était précisément le m o r c e a u qui avait été percé d u c o u p d e lance. Il était rougi d e s a n g ; elle se hâta d e le porter sur la t o m b e d e notre première chrétienne, o ù elle cacha ce précieux dépôt. Q u e l q u e s jours après, elle le remit a u catéchiste Louis, qui m e le d o n n a . C e qu'il y a d'étonnant, c'est q u e je n'avais jamais parlé d e reliques à cette enfant ; je n e sais qui a p u lui d o n n e r celte idée religieuse. E n vain h o m m e s et femm e s tournèrent sa tristesse en ridicule; e n vain ils e m ployèrent m e n a c e s et promesses p o u r l'associera leurs


191 devastations ; elle n e voulut prendre a u c u n e part au pillage. Lorsque la nuit fut arrivée, elle profita d e ce m o m e n t p o u r rendre a u b o n frère les h o n n e u r s d e la sépulture ; seule, a u m o y e n d'un petit bâton, cette enfant de d o u z e ans parvint à creuser u n e fosse o ù elle enterra d e ses faibles m a i n s les m e m b r e s mutilés d u défunt. Plus d'une fois elle est v e n u e pleurer et prier sur cette t o m b e (1). Je n'ai p u avant m o n départ revoir cette jeune fille ; m a i s je l'ai r e c o m m a n d é e à Michel. 11 m ' a p r o m i s d e la faire venir chez lui avec trois autres catholiques d u m ê m e â g e : « et là, m'a-t-il dit, n o u s prierons ensemble. » « C e n e sont pas seulement les chrétiens qui n o u s ont consolés dans notre détresse, ce sont aussi les catéc h u m è n e s . N a u g o r o, enfant d e n e u f ans environ, frère d u g r a n d chef d e P o é b o, demeurait avec nous depuis trois m o i s . Il est d o u é d e b e a u c o u p d'intelligence et ses dispositions sont excellentes. J'ai tâché d e le former d e m o n m i e u x, et il a r é p o n d u à m e s soins. Dernièrem e n t, s'entretenant avec Louis, il lui disait : « Si l'on tue les Missionnaires et qu'on m ' é p a r g n e, je sais bien ce que je ferai ; j'irai me cacher derrière la porte , puis tout-à-coup je l'ouvrirai , et avant qu'on ne m'ait reconnu, u n e grêle d e lances t o m b e r a sur m o i p o u r m e percer ; c'est là ce q u e je désire, je v e u x m o u r i r avec eux. » C e s sentiments n e dénotent-ils pas u n e grande â m e ! Lui et son frère Koïne âgé d e huit a n s , sont venus le jour d e notre départ m'avertir e n secret q u e

(1) L e frère Blaise M a r m o i t o n , Tourette,

né le 1 6 m a r s 1 8 1 2 à Yssac la

diocèse de Clermont , était parti pour les Missions étran-

gères en 1 8 4 3 avec M g r Dourre , E v ê q u e d ' A m a t a . S a piété, sa docilité et son d é v o u e m e n t le rendaient précieux à la Mission qui vient de le perdre et qui a reçu de lui d'importants services.


192 leur frère R e n o u, grand chef d e P o é b o, se disposait à n o u s trahir ; c'était vrai ; n o u s étions tous p e r d u s sans l'avis providentiel d e ces d e u x enfants. P o u r tromper la surveillance d e leurs parents qui voulaient les retenir, ils ont feint d'aller sur la m o n t a g n e , puis ils sont descendus à travers les ravins et les palétuviers sur le rivage o ù ils n o u s ont trouvés et p r é v e n u s . A la v u e d e ces d e u x pauvres petites créatures, couvertes d e b o u e et baignées d'eau, je n'ai p u retenir m o n é m o t i o n . « Trois autres chrétiens, Victor, R a p h a ë l et M a g delaine, n o u s ont aussi r e n d u tous les services qui étaient e n leur pouvoir. « Je n e vous ai rien dit d'Alexis, premier chef d'un n o m b r e u x village à P o é b o . C'est qu'il est m o r t depuis quelques m o i s d e la m o r t des justes. C h a q u e soir, a u son d'une petite clochette q u e je lui avais d o n n é e, il réunissait e n c o m m u n ses sujets, sa f e m m e et ses enfants ; il récitait avec e u x la prière et le chapelet, puis leur faisait u n e courte instruction. D e p u i s q u e l q u e t e m p s , tout le m o n d e remarquait le progrès d e la grâce dans cette â m e . S a foi et sa piété faisaient m o n b o n h e u r e n Calédonie. L e b o n D i e u a voulu d e m o i u n sacrifice : il m ' a pris m o n néophyte bien-aimé. J'espère qu'il sera u n fleuron d e m a c o u r o n n e d a n s le ciel. L a Mission a fait e n lui u n e g r a n d e perte, c o m m e elle e n avait déjà fait u n e e n 1 8 4 6 par la m o r t d e la pieuse Elisabeth, f e m m e admirable q u e le zèle avait transformée e n apôtre a u milieu d e sa tribu. C e s d e u x néophytes étaient notre plus chère espérance. Mais l'œuvre d e D i e u souffre contradiction, et c'est a u m o m e n t o ù tout paraît a b a n d o n n é , q u e le succès est souvent le plus p r o c h e ; D i e u veut nous faire voir q u e la conversion vient d e lui seul et n o n pas des h o m m e s . « N o s chrétiens se sont m o n t r é s si dignes d e leur


193 n o m , si fidèles à n o u s, m ê m e d a n s le m a l h e u r, q u e j'aurais voulu m o u r i r p a r m i e u x . N o u s quittons, il est vrai, la N o u v e l l e - C a l é d o n i e , théâtre d e n o s sueurs et d e n o s souffrances, m a i s ce n'est pas p o u r toujours ; bientôt, je l'espère, viendra p o u r n o u s le m o m e n t d e revoir cette terre désolée, o ù n o u s a v o n s laissé u n e s e m e n c e d e chrétiens. Hélas ! ces p a u v r e s sauvages n e c o m p r e n n e n t p a s ce qu'ils f o n t , il sont dignes d e toute pitié ; plus ils n o u s persécutent, plus n o u s les a i m o n s e n Jésus-Christ qui est m o r t p o u r e u x aussi bien q u e p o u r n o u s . N o u s n e cessons d e prier p o u r leur conversion, et n o u s v o u d r i o n s d o n n e r mille vies, si n o u s les avions, p o u r leur salut et p o u r leur b o n h e u r .

« RouGEYRON , Miss, apost. de la Société de Marie. »

TOM

XX

118.

9


194

MISSIONS DE LA MANDCHOURIE.

Lettre

de M g r de la Brunière

caire apostolique d u Séminaire

des

d u Léao-Tong

, Coadjuteur-élu , à MM, les

d u ViDirecteurs

Missions-Etrangères.

Mandchourie, de la rivière de l'Ousouri, 5 avril 1 8 4 6 ,

« MESSIEURS ET VÉNÉRABLES CONFRÈRES ,

« L'année dernière, m e trouvant libre de toute administration, et comprenant, d'ailleurs, q u e le Léao-tong, par sa situation politique et l'extrême timidité des chrétiens, serait longtemps u n e prison o ù nos efforts devaient être considérablement entravés, je crus qu'il fallait chercher u n c h a m p plus vaste, u n e carrière plus indépendante à notre apostolat. Cette pensée, qui n'avait cessé d e m e poursuivre depuis m o n entrée dans la M i s sion, avait d e b o n n e heure obtenu l'assentiment de M g r de C o l o m b y . L e m o m e n t était donc venu de la réaliser. « L e 1 5 juillet, après u n e retraite o ù d e nouveau je consultai la volonté de Dieu , je partis de Pa-kia-tze , chrétienté de la Mongolie, accompagné de deux néophytes, absolument neufs en fait de voyages, les seuls guides q u e je pusse alors trouver. N o u s primes la di-


195 rection d e l'est e n r e m o n t a n t u n p e u a u nord. Sept jours d e m a r c h e n o u s suffirent p o u r atteindre la ville à'A-jeho , cité nouvelle, f o r m é e p a r les émigrations incessantes q u e la C h i n e envoie à la M a n d c h o u r i e c o m m e a u x solitudes M o n g o l e s . A-je-ho est située à q u a r a n t e lieues a u n o r d d e Kirin et à vingt-cinq lieues à l'ouest d u Soungari; sa population, évaluée à soixante mille â m e s , a u g m e n t e tous les jours ; u n m a n d a r i n d u s e c o n d ord r e la g o u v e r n e ; elle possède sur s o n territoire q u e l q u e s familles chrétiennes, visitées l'hiver p r é c é d e n t p a r notre c h e r confrère M . Venault. Je préférai, p o u r cette fois, d e s c e n d r e chez u n riche p a y e n, a m i d e n o s n é o p h y t e s , espérant q u e sa g é n é r e u s e hospitalité m ' o f frirait l'occasion d e lui a n n o n c e r Jésus-Christ. G r a n d e fut m a surprise d e voir q u e cet h o m m e avait déjà la foi d a n s le c œ u r , et méprisait s i n c è r e m e n t les vaines superstitions d u p a g a n i s m e . E t toutefois il y d e m e u r e e n c h a î n é ; toute exhortation le trouve insensible, p a r c e q u e dirigeant u n g r a n d atelier d e m e n u i s e r i e , il n e p o u r r a plus, s'il est chrétien, faire p o u r les t e m p l e s d'idoles des travaux qui lui d o n n e n t u n r e v e n u considérable. E n reconnaissance d e m o n zèle, il s'efforça d e m e dissuader d u v o y a g e q u e j'entreprenais, m e représentant des troupes d e tigres et d'ours qui remplissaient ces déserts ; et d a n s sa narration il poussait parfois des cris si v é h é m e n t s q u e m e s d e u x guides e n pâlissaient d'horreur. D é j à u n p e u habitué a u x figures d e la rhétorique chinoise, je le remerciai d e sa sollicitude, e n l'assurant q u e la chair des E u r o p é e n s avait u n goût si particulier, q u e les tigres d e M a n d c h o u r i e n'oseraient j a m a i s y porter la dent. L a r é p o n s e n'était point faite p o u r rassurer m e s c o m p a g n o n s ; aussi n e partageaientils point m a confiance q u a n d n o u s r e p r î m e s notre route. « A huit lieues d'A-je-ho , le pays, jusqu'alors assez 9.


196 peuplé, fait place tout-à-coup à u n i m m e n s e désert, qui n e se termine qu'à la m e r orientale. U n seul c h e m i n le traverse, conduisant à San-sim (en m a n d c h o u x Itamhola), petite ville située sur la rive droite d u Soungari, à quatre-vingts lieues d e son confluent avec l'Amour. Les forêts de chênes, d'ormes et de sapins qui bordent partout l'horizon, l'herbe haute et serrée qui souvent dominait nos têtes, d o n n e n t lieu de r e m a r q u e r la fertilité d'une terre n e u v e q u e la m a i n de l ' h o m m e n'a point encore touchée. D e dix en dix lieues vous trouvez u n e o u d e u x c a b a n e s , sorte d'auberges établies par le soin des m a n d a r i n s pour les courriers d u g o u v e r n e m e n t , et qui par concomitance logent les autres voyageurs. L à il n e faut pas d e m a n d e r la carte d u dîner. Si la simplicité est u n e des meilleures conditions d u régime alimentaire, o n ne peut disconvenir q u e celui des susdites hôtelleries n e mérite d'être placé a u premier rang. D u millet cuit à l'eau, et rien de plus. D e u x o u trois fois le maître de la maison , en considération de mon noble maintien , fit apporter un plat d'herbes sauvages, cueillies aux environs ; j'ignore quelles étaient ces plantes, mais je soupçonne fort q u e la gentiane, dont l'infusion se boit quelquefois c o m m e thé médicinal, y entrait pour u n e b o n n e moitié. U n des mets les plus recherchés dans ces pays, bien qu'on n e le serve jamais dans les auberges, est la fleur d u lis jaune, qui a b o n d e sur ces m o n t a g n e s et dont le Chinois est très-friand. « Cependant le tigre n e paraissait point. Mais u n autre genre d'animaux, n o n m o i n s féroces à m o n avis, nous attendait a u passage. Je n'ai point de paroles pour exprimer la multitude de m o u s t i q u e s , de maringouins, de guêpes et d e taons qui tombaient sur n o u s à c h a q u e pas. A r m é s c h a c u n d'une q u e u e de cheval, e m m a n c h é e sur u n e tige de fer, nous nous épui-


197

sions à frapper, et cette faible défense n e servait qu'à rendre l'ennemi plus acharné dans ses attaques. P o u r m o i , j'étais réduit à u n e x t r ê m e a c c a b l e m e n t , sans force ni p o u r avancer, ni pour m e couvrir d e la piqûre des insectes ; o u si parfois je portais la m a i n a u visage, j'en écrasais dix o u douze d'un seul coup. D e u x misérables c h e v a u x qui portaient le b a g a g e, et d e t e m p s e n t e m p s nos personnes, se couchaient haletants a u milieu des herbes, tout ensanglantés, refusant d e m a n g e r et d e boire, encore plus d e m a r c h e r . N o u s comptions déjà trois jours d e route, il n o u s e n restait encore quatre p o u r atteindre San-sim ; il fallut d o n c changer d e système, faire d u jour la nuit, et d e la nuit le jour. U n e heure après le lever d u soleil n o u s étions r e n d u s à l'auberge, et n'en sortions qu'au soleil couchant. P a r ce n o u v e a u procédé n o u s évitions les d e u x plus terribles e n n e m i s , le taon et la g u ê p e, et les moustiques seuls n o u s escortaient, p o u r q u e n o u s n e fussions pas tout-à-fait e x e m p t s d e douleur. « C e u x qui connaissent m i e u x le p a y s , n e sortent jamais sans moustiquière, c'est-à-dire sans u n m a s q u e de toile forte et double , embrassant la tête et le cou , et percé de deux trous pour les yeux. Quant aux bêtes d e s o m m e , les faire voyager clans ces déserts cinq o u six jours d e suite, sous le soleil d e m i d i , c'est les exposer à u n e m o r t presque certaine. L e s insectes e n question abondent surtout dans les endroits humides , marécageux, et sur le bord des rivières, dont la Mandchourie et toute baignée. A u delà d e San-sim, ils deviennent m o n s t r u e u x , surtout les maringouins et les guêpes. A u reste, e n fait d e cruauté, les petits n e valent p a s m i e u x q u e les gros. Si les maisons en sont q u e l q u e p e u préservées par la culture qui les envi r o n n e, et par les fumigations d e la fiente d e cheval o u


198 d e vache, o n n'en est tout-à-fait débarrassé qu'à la fin d e septembre, époque des grands froids. « U n e autre difficulté d e ces voyages, c'est l'existence d'immenses bourbiers qui interceptent la route et forcent à des détours de trois o u quatre lieues. N o u s autres candides pèlerins, appliquant partout l'axiome q u e d'un point à u n autre le plus droit c h e m i n est le plus court, nous dépouillions nos habits d e dessus et passions à gué. L a grande sécheresse d e l'année favorisait u n p e u notre imprudence. U n e fois, c e p e n d a n t , le fond était couvert d'une b o u e si épaisse et si visqueuse, qu'enfoncé dans l'eau jusqu'aux aisselles, à cent pas d u bord, et perdant m e s forces, je fis à D i e u le sacrifice de m a vie. Les gens d'une m a i s o n voisine, accourus a u x cris de m e s c o m p a g n o n s , m'indiquèrent assez bien le meilleur c h e m i n à tenir, p o u r que, ramassant le p e u d e vigueur qui m e restait, je pusse sortir de ce t o m b e a u de fange o ù je m e sentais descendre tout vivant. Mais de quel sentiment d e reconnaissance n e fûmes-nous pas pénétrés envers la divine Providence, q u a n d n o u s apprîmes de la bouche d e ces h o m m e s venus à m o n secours, qu'à dix pas plus loin, ce bourbier, encore plus profond, était plein de longues herbes qui entrelaçant les pieds des h o m m e s et des chevaux, leur ôtent tout espoir d e salut ! « Vers le soir d u 4 août, San-sim nous montrait e n fin ses maisons et ses m u r s d e sapins. Cette ville n'offre rien d e remarquable, q u e sa grande rue parquetée e n larges pièces de bois, épaisses de six pouces et assemblées avec assez d e précision. Sa population est évaluée à dix mille â m e s . L e m a n d a r i n m a n d c h o u x qui la gouverne est d u second ordre (à bouton rouge obscur), et a sous sa juridiction les bords d el'Ousouriet la rive droite d el'Amourjusqu'à la m e r .


199 « Je dois d o n n e r quelques détails nécessaires à l'intelligence des difficultés q u e rencontre, p o u r le m o m e n t , la prédication d e l'Evangile d a n s ces contrées. L a ville d e San-sim, dernier poste des m a n d a r i n s d a n s l'est, est aussi p o u r tout voyageur chinois o u m a n d c h o u x l'extrême limite q u e les lois lui permettent d'atteindre ; a u - delà, il est considéré et p u n i c o m m e coupable d'une grave infraction aux lois d e l'État. U n e dizaine d e m a r c h a n d s, m u n i s d e passeports d e l'empereur, qui leur coûtent à chacun cent taëls et plus par année , ont seuls droit de descendre le Soungari, d'entrer dans l'Amour et enfin d a n sl'Ousouri,d o n t les forêts possèdent la célèbre racine d e Jensen. T o u t autre voyageur est battu sans a u c u n e f o r m e d e procès, et perd tout son bagage, m ê m e ses habits. L a fraude est, d'ailleurs, difficile à cause des petites barques qui n e cessent d e croiser e n tout sens sur la rivière le jour et la nuit. T o u s les ans, le g o u v e r n e m e n t d e San-sim fait partir successivement trois bateaux d e guerre, qui n e possèdent ni c a n o n s ni fusils, m a i s s e u l e m e n t quelques sabres. L e premier se r e n d à Mou-tchêm, sur la rive droite d e l'Amour o u He-long-kiang par le 4 9 lI2 d e latitude. C e Moutchêm ( m a r q u é Tondon sur m a carte ), n'est ni u n e ville, ni u n village, ni m ê m e u n h a m e a u, m a i s purem e n t u n e m a i s o n e n planches, qui p e n d a n t trois m o i s sert d e prétoire a u x m a n d a r i n s d u bateau. Ils ont p o u r mission d e recevoir les p e a u x et fourrures (1) q u e la tribu des Chàm-mâo-tzè (longs poils), ainsi n o m m é s parce qu'ils n e se rasent jamais la tête, fournit à l'empereur, e n é c h a n g e d'un certain n o m b r e d e pièces d e toile. L a seconde b a r q u e va prélever le m ê m e i m p ô t chez les e

(1) C e s f o u r r u r e s sont surtout les p e a u x d e martre-zibeline et d e loutre; le

castor est

ignoré ici.


200 ainsi appelés à cause des peaux d e poisson qui leur servent d e vêtement. L e troisième bateau a juridiction sur] les Ell-iao-tze o u Longs poils rouges, tribu misérable et presque anéantie, qui occupe d e u x o u trois petits affluents de l'Ousouri, et habite sous des tentes d'écorces d'arbre.

lupî-ta-tzè (peaux de poisson),

« O r il arrive q u e les mandarins et les soldats d e ces bateaux songent bien plus à leurs affaires qu'à celles d e l'empereur. N o n contents des p e a u x d e zibeline, ils exigent encore d e fortes s o m m e s d'argent avant d e livrer la toile p r o m i s e , et, quoiqu'on fasse, o n n'en est pas m o i n s t e n u , sous peine d e la verge, à cet impôt arbitraire. Plusieurs familles calculant d'a vance l'époque d e l'arrivée d u bateau, désertent leurs chaumières et s'enfuient d a n s les montagnes. Mais qu'y gagnent-elles ? tout est pillé en leur absence, jusqu'aux misérables nattes qui tapissent la terre, et la cabane elle-même est livrée a u x flammes. « P o u r m o i , après quelques jours de repos, employés a u x informations et a u x provisions nécessaires, je dépêchai a u Leao-tong u n d e m e s d e u x chrétiens, q u e le m o r c e a u d e route précédent rendait, d'ailleurs, fort p e u curieux d e voir le reste. L'époque d e notre arrivée à San-sim, était précisément celle o ù les m a n d c h o u x Iupi-tâ-tze et Châm-mâo viennent échanger les produits d e leur chasse et d e leur pèche contre la toile, le millet et surtout l'eau-de-vie chinoise. Je sus d'eux qu'à environ quarante lieues d e San-sim, sur les bords d u Soungari, était situé u n d e leurs plus considérables villages, n o m m é Sou-sou ; ils ajoutaient e n m ê m e t e m p s qu'à n o u s, Chinois, l'entrée e n était interdite, et a u c u n n'osait se charger d e n o u s y conduire. C e d o u ble obstacle n'était pas u n e raison d'abandonner m o n projet. Ayant donc imploré le secours divin, et célébré


201 pour cette fin le saint sacrifice dans mon auberge , dont le maître , homme du Xen-si, me tenait pour sorcier, je m e dirigeai de g r a n d m a t i n vers les m o n t a g n e s d e l'est. Si la Providence permit des écarts d e route, elle fit toujours e n sorte q u e , rencontrant quelq u e c a b a n e isolée, n o u s p û m e s, soit par interrogations, soit par des conjectures plus o u m o i n s savantes, garder, sans trop d e détours, le vrai c h e m i n d e Sousou. N o u s m a r c h i o n s pleins d e confiance a u guide invisible qui seul dirigeait n o s p a s , lorsque sur le milieu d u quatrième jour, n o u s f û m e s atteints par d e u x cavaliers, qu'un certain air d e fierté et de noblesse faisait assez connaître. C'était u n m a n d a r i n militaire q u i , suivi d'un officier inférieur, faisait u n e p r o m e n a d e o u tournée d'exploration. Il s'arrête, descend d e c h e v a l , et n o u s salue fort poliment. N o u s n o u s asseyons sur l'herbe et f u m o n s tons e n s e m b l e la pipe. L e visage e u ropéen, plus m â l e q u e la plupart des physionomies chinoises, le tient u n m o m e n t interdit. 11 s'adresse à m o n chrétien et veut savoir d e lui le sujet d e notre excursion sur u n terrain s é v è r e m e n t prohibé. Celui-ci répliqua, d'après des instructions p r é c é d e m m e n t d o n nées, q u ' h o m m e simple et laboureur de profession, il m e suivait c o m m e domestique sans pouvoir p r e n d r e part a u x affaires importantes qui m ' a m e n a i e n t d a n s ces quartiers. S u r cette réponse, le m a n d a r i n s o u p ç o n n a tout d'abord q u e j'était u n envoyé ministériel, chargé d'examiner l'état d u pays et la conduite des e m p l o y é s . C'est, en effet, u n e m a n i è r e assez ordinaire d u gouv e r n e m e n t, lorsqu'il a c o n ç u des préventions contre les fonctionnaires d'une ville o u d'une province. Il faut aussi r e m a r q u e r q u e les m a n d a r i n m a n d c h o u x sont p o u r la plupart p e u lettrés et très-peu entendus dans les affaires. Celui-ci se tournant alors vers m o i avec u n re-

9...


202 doublement d e prévenances, engage la conversation sur m o n n o m de famille, sur la province qui m ' a v u naître, les productions d u midi d e la C h i n e , l'état d u c o m m e r c e, etc. D a n s tout cela, a u c u n e question qui tendit à connaître l'objet d e m a mission ; il craignait d e se compromettre et d e s'attirer m a disgrâce. D e u x heures s'étant ainsi écoulées e n échange d e politesses, nous n o u s séparons fort satisfaits l'un d e l'autre. Il avait e u la bonté d e n o u s indiquer la meilleure route qui conduisait à Sou-sou , et le l e n d e m a i n de b o n n e heure nous reposions clans la cabane d'un Iüpi-ta-tze.

« M o n apparition fut tout d'abord u n sujet d e grande frayeur pour ces pauvres gens. Mon étrange figure , mes habits qui pour le pays respiraient quelque peu le grand ton, m o n bréviaire, m o n crucifix donnaient lieu à mille conjectures. D e petits cadeaux faits a u x notables de l'endroit établirent bientôt u n e familiarité de rapports, qui m e permit d e parler clairement et avec autorité d e l'Evangile. M e s auditeurs trouvaient la Religion bien belle, mais la nouveauté d e la doctrine et de celui qui l'annonçait les arrêtait tout court. U n jour, c'était, je crois , le quatrième de mon arrivée , j'étais assis sur le bord de la rivière , conversant avec l'un d'eux et tout près d e ses d e u x jeunes fils occupés à la pèche. Désespérés d e n e rien prendre, ils ramassaient déjà leurs longues lignes et battaient en retraite, lorsque prenant le ton de la plaisanterie : « V o u s n'y « entendez rien, leur dis-je ; donnez-moi u n e d e ces « lignes. » Je la jette à dix pas plus loin, n o n sans grande hilarité des spectateurs. L a Providence voulut qu'un assez gros poisson mordît sur l'instant m ê m e , et je levai m a proie, plus étonné m o i - m ê m e q u e tous les rieurs. « Cet inconnu, disaient-ils entre e u x , a des se-


203

« crets q u e n'ont point les autres h o m m e s , et toutefois « il n'est pas m é c h a n t . » « L e soir, a u souper, les questions abondèrent sur la merveilleuse capture q u e j'avais faite ; o n voulait savoir m o n secret. S a n s d o n n e r d e r é p o n s e , je m e contentai d'une seule interrogation ; « Croyez-vous à l'en« fer ? — O u i , répondent trois o u quatre des plus « instruits, n o u s croyons à l'enfer c o m m e les b o n « zes d e San-sim. — Avez-vous quelque m o y e n d e « l'éviter? — N o u s n'y avons jamais songé. — E h ! « bien, repris-je, j'ai u n secret infaillible, e n vertu « d u q u e l o n devient plus puissant q u e tous les m a u « vais esprits et l'on va droit a u ciel. » L e p r e m i e r secret donnait créance a u second ; ainsi la divine Provid e n c e disposait s u a v e m e n t des choses. « L e l e n d e m a i n, trois longues barbes d u village paraissent d a n s m a c h a m b r e , a r m é s d'un pot d'eau-de-vie et d e quatre verres. « Votre secret, disent-ils, a d e « terribles conséquences. Si notre importunité n e vous « blesse p a s , n o u s voulons savoir e n quoi il consiste. « C o m m e n ç o n s par boire. » Malgré la r é p u g n a n c e naturelle q u e m'inspire l'eau-de-vie chinoise, il fallut obt e m p é r e r à l'invitation, sous peine d'encourir l'aversion d e ces pauvres gens, gui n e savent rien dire ni rien entendre q u e par ce canal. Je c o m m e n c e d o n c à développer clairement m o n secret, e n leur expliquant le d o g m e d e la chute primitive, d e l'enfer, d u salut apporté par Jésus-Christ et d e l'application des mérites d u S a u v e u r par les sacrements. C'était de la m a n i è r e la plus simple et par comparaisons familières q u e je procédais. Mais par m a l h e u r , m e s interlocuteurs prenant dix o u d o u z e rasades contre m o i u n e, devinrent e n cinq o u six minutes incapables d e rien entendre. Toutefois j'étais e n crédit. Ils m'avaient logé, m o n chré-


204 tien et m o i, dans u n e m a i s o n assez spacieuse, vacante par la m o r t d u propriétaire. U n des plus intelligents d u village avait charge d e m'enseigner leur patois m a n d c h o u x , qui flatte plus leurs oreilles q u e la langue chinoise, quoiqu'ils parlent aussi bien l'une q u e l'autre. Je remarquerai à ce sujet q u e le m a n d c h o u x est presque devenu langue m o r t e dans la p r o p r e Mandchourie. L e s indigênes, e n petit n o m b r e et envahis d e tous côtés par les émigrations chinoises, se font gloire d'abandonner l'idiome d e leurs ancêtres pour celui des n o u v e a u x venus. Il n'en est pas d e m ê m e des Iüpi -ta-tze, dont le langage est a u m a n d c h o u x à p e u près c o m m e le patois provençal à la langue française o u à l'italienne. S a chant tous parler le chinois, ils n e s'en servent q u e p o u r le dehors et leurs affaires d e c o m m e r c e ; m a i s dans l'intérieur d e la famille, ils réservent exclusivem e n t leur langue. « U n e semaine s'était écoulée, lorsque, sur le m i lieu d u j o u r , o n entend sur la rivière le bruit perçant d u tam-tam. L a frayeur se peint aussitôt sur tous les visages. « C'est, m e dit-on, u n grand bateau d e Sansim, portant deux m a n d a r i n s et vingt soldats, qui e n ce m o m e n t convoquent tous les habitants d e Sou-sou. Outre la crainte ordinaire causée par l'apparition d e ces fonctionnaires, m e s gens se voyaient gravement c o m promis pas m a présence, qui devait leur attirer la colère des mandarins. Après s'être entendus avec m o i , ils m e dénoncèrent s i m p l e m e n t c o m m e u n inconnu qui n e faisait pas d e c o m m e r c e, et qui, malgré leur première résistance, avait exigé l'hospitalité. Aussitôt u n officier suivi de sept o u huit soldats se rend dans la maison o ù j'étais, et après les premiers compliments d'usage, m e d e m a n d e quelles affaires m ' a m è n e n t dans u n pays dont les lois défendent sévèrement l'entrée. « M e s affaires,


205 « répondis-je, ne m'appellent point seulement à Sou« sou ; je dois aller plus loin et pousser jusqu'à l'Ou« souri. » L'officier, n'osant d o n n e r suite à ses investigations, accepte avec reconnaissance u n e tasse d e t h é , et se retire en m'invitant à visiter le bateau. Prévenir le m a n d a r i n et lui faire les premières politesses semblait u n e d é m a r c h e décisive, car e n témoignant d e m o n assurance , elle écartait tous les soupçons. Je m e rends donc à bord suivi d e m o n chrétien, et suis reçu presqu'à bras ouverts. « Votre prononciation vous fait « assez connaître, dit le m a n d a r i n, vous êtes d u midi. « — Je viens d e C a n t o n , répondis-je. — E n ce c a s , je « suis c h a r m é de faire votre connaissance. Les h o m m e s « des provinces méridionales ont l'œil pénétrant; vous « savez certainement ce q u e ces m o n t a g n e s renferment « d e trésors. — M a n d a r i n, il y a six ans je découvris « u n trésor tel q u e je n e sens plus le besoin d'en cher« cher d'autres. J'en jouirai toute m a vie et a u delà « (je parlais d u sacerdoce).» Q u e l q u e s détails insignifiants terminèrent la conversation. « L e soir d u m ê m e jour le chef m e rendit m a visite ; je lui offris u n m o r c e a u de pu-châ, thé fort estimé d u Sé-chûan, dont les feuilles agglutinées forment u n e boule aussi d u r e q u e le bois. « S e i g n e u r , dit-il en se « retirant, votre présence est ici sans a u c u n inconvé« nient ; je v o u s laisse libre d e séjourner dix et vingt « jours m ê m e , si vos affaires le d e m a n d e n t . » « C e p e n d a n t l'administration d u bateau exigeait des quatorze pauvres familles d e Sou-sou la s o m m e d e cent ligatures, environ d e u x cents francs. L e s Peaux de poisson, tout c o m p t e fait, n e trouvaient dans leurs bourses réunies q u e trente-six ligatures. Trois jours se passèrent en pourparlers ; m a présence gênait é v i d e m m e n t les exacteurs ; déjà les rapports c o m m e n ç a i e n t à deve-


206

nir moins aimables. Comprenant qu'ils ne pouvaient larder longtemps à connaître m a véritable mission, et qu'il n e fallait pas songer pour le m o m e n t à prendre pied sur un terrain où les Chinois e u x - m ê m e s , d e quelque condition qu'ils fussent, n'étaient point soufferts, je fis m e s préparatifs de d é p a r t , et le 2 3 d u m o i s d'août, nous étions d e retour à San-sim, logés chez un mahométan. « M a barbe et m e s yeux lui firent tout d'abord soupçonner en m a personne u n d e ses corréligionaires. Ses conjectures s'évanouirent complètement e n présence d'un plat d e viande d e porc, qu'il m e vit m a n g e r d e grand appétit. Mais quelle fut sa surprise q u a n d il m'entendit raconter l'histoire de la création, la chute de nos premiers parents, les voyages d'Abraham, etc. « V o u s , « sectateur d e Fo , disait-il, d'où avez-vous p u con« naître cette doctrine q u e n o u s croyons c o m m e v o u s , « mais q u e nous n e révélons à personne ? — Je suis « sectateur d u D i e u d e Fo et d u Dieu d e M a h o m e t , « répondis-je. » Et, là-dessus, lui annonçant JésusChrist, j'essayai d e lui faire c o m p r e n d r e la différence d u Coran et de l'Evangile. « Les M a h o m é t a n s de San-sim, n o m b r e u x et form a n t presque u n tiers de la population, possèdent u n e m o s q u é e o u lieu de prière, q u e garde u n e espèce d e m a r a b o u t appelé Lào-xe-fù. Cet h o m m e a p o u r office , chaque jour, a u soleil levant, d e d o n n e r le prem i e r c o u p d e couteau a u b œ u f o u à la vache qui doit se vendre dans la boucherie turque ; il ouvre aussi école pour les jeunes gens qui désirent étudier l'Alcoran. Il était convenu avec m o n hôte q u e je visiterais la m o s q u é e et le M a r a b o u t , D i e u m e fournissant ainsi l'occasion d'entamer quelques conférences, q u a n d je reçus la visite inattendue d'un e m p l o y é supérieur, confident d u


207 grand m a n d a r i n . Il se présentait à la dérobée, sans insignes, à huit heures d u soir, s e u l e m e n t a c c o m p a g n é d e d e u x soldats. S a mission était, n o n d e m'interroger juridiquement, m a i s par des questions captieuses et d e feintes politesses d e m'arracher m o n secret. L'entretien dura u n e heure. M o n c o m p a g n o n, h o m m e simple et timide, avait défense d e parler, et p o u r m i e u x obéir, il avait fui d a n s u n e m a i s o n voisine. A p r è s u n e longue conversation, l'officier se retira aussi riche d'éclairciss e m e n t s qu'il était entré, m a i s p o u r bientôt revenir à la charge. Il m e rendit jusqu'à trois visites d a n s l'espace d e six jours, a u point q u e le T u r c , n e contenant plus sa frayeur, vint m e d e m a n d e r h u m b l e m e n t c o m bien d e t e m p s encore je comptais m'abriter sous son toit. Il fallut d e n o u v e a u songer a u départ. « Je m e rappelais avoir entendu dire a u x Peaux de poisson d e Sou-sou qu'à l'est, u n p e u a u s u d de San-sim,

existait u n petit c h e m i n o u sentier, qui c h a q u e a n n é e conduisait les m a r c h a n d s herboristes d u Jensen jusqu'aux bords d e l'Ousouri. « L à, disaient-ils, est le centre et le siége principal d e notre tribu. » L a distance, à cause des longs détours nécessités par les m o n t a g n e s et les rivières, était évaluée à cent-vingt lieues. L e T u r c seul a d m i s d a n s la confidence d e m o n projet, aida d'assez b o n n e grâce a u x petits préparatifs ; et voilà q u e le p r e m i e r jour d e s e p t e m b r e 1 8 4 5 n o u s quittons d e n o u v e a u San-sim, sans savoir q u a n d il n o u s sera d o n n é d e le revoir. « P o u r cette fois la m u l e traînait u n m é n a g e c o m plet : u n e petite m a r m i t e e n fer, u n e hache, d e u x écuelles, un boisseau d e millet et quelques galettes d e farine d e blé. Q u i c o n q u e fait le trajet d e San-sim à l'Ousouri, ne doit chercher d'autre lit que la terre , d'autre abri que le ciel , ni d'autres aliments que ceux


208

qu'il a e u la précaution d'apporter. C'est u n déser tout-à-fait digne d e ce n o m , q u e les m a r c h a n d s n e traversent qu'en caravane, u n e o u d e u x fois l'année. L e trajet n o u s d e m a n d a quinze jours à cause des pluies d'automne. J'avoue q u e les fatigues précédentes m e parurent alors des jeux d'enfants. L à o n s'arrête n o n p o u r se reposer, m a i s p o u r se livrer à u n travail plus p é nible q u e la m a r c h e . Il faut c o u p e r et traîner des arbres, allumer des feux nécessaires contre le froid et le tigre, faire sa cuisine e n plein vent o u à la pluie, et tout cela à travers u n e grêle d e moustiques et d e taons qui n e s u s p e n d e n t leurs attaques q u e vers les dix o u onze heures d u soir. Plusieurs fois, n e retrouvant plus assez d'énergie p o u r d o n n e r u n c o u p d e h a c h e , n o u s brûlions l'arbre sur pied, et n o u s n o u s e n d o r m i o n s couchés à douze o u quinze pas d e distance. G r â c e à la Providence, l'eau et le bois abondaient p e n d a n t les premiers jours d e route ; m a i s à trente lieues d e l'Ousouri les sources devinrent tellement rares, qu'il n o u s fallut faire c o m m e les oiseaux d u ciel, m a n g e r le m i l let cru. L e s forêts d e ce désert n'offrent g u è r e d'autres arbres q u e le c h ê n e , d'une végétation m a i g r e et a p pauvrie par la rigueur des froids. « Enfin, vers le soir d u 1 4 s e p t e m b r e, fête d e l'Exaltation d e la Sainte-Croix, parut la rivière d e l'Ousouri, aussi profonde]mais m o i n s large q u e le Soungari. N o u s étions alors à quarante lieues a u n o r d d u lac Hinka ( Tàhôu ). P o u r premier asile n o u s renc o n t r â m e s u n e m a i s o n isolée, bâtie p a r des m a r chands chinois, et q u i sert d'entrepôt à l'exploitation d u Jensen. D e u x jours à peine s'étaient écoulés, que cédant à l'invitation d'un de ces marchands , je profitai de sa barque pour descendre la rivière l'espace d e quatre-vingts lieues, jusqu'à u n e misérable


209 cabane située à dix lieues d u confluent d e l'Ousouri avec l'Amour. « V o u s dirai-je, Messieurs, d e quel é t o n n e m e n t je fus saisi, et c o m b i e n m o n c œ u r se serra douloureusement à la vue de cette terre où mes yeux inquiets , cherchant des hommes , ne trouvaient partout qu'une m o r n e solitude et u n silence d e m o r t ? Et dans les quelques individus qu'il m ' a été d o n n é d'y voir, à peine ai-je rencontré des h o m m e s . « L a m a i s o n o ù je m'arrêtai appartenait à u n Chinois, originaire d u Xan-tum. Il avait avec lui u n e dizaine d e ses compatriotes, sortis d e diverses provinces, qu'il employait p e n d a n t six m o i s d e l'année à courir sur les m o n t a g n e s et dans les forêts, à la recherche d e cette célèbre racine d e Zu-léu, dont je dirai plus bas quelques mots. Les premières entrevues m e firent retrouver, jusque d a n s ces lieux s a u v a g e s , les dehors d e l'urbanité chinoise. Mais q u a n d o n apprit m a qualité d e prêtre chrétien, alors se vérifièrent les paroles d u Maître : Non est servus major Domino suo (1). L'aversion et

le mépris firent place à la colère, lorsque profitant d e plusieurs questions qui m'étaient adressées, j'annonçai clairement Jésus-Christ. E n échange d'une parole d e salut et de charité, o n m e jeta force paroles d e malédiction. Toutefois il était u n point d e doctrine sur lequel je fus toujours écoulé avec u n profond silence, l'enfer. Q u e l q u e s m o t s sur les fins d e l ' h o m m e et les tourments éternels, rendaient c o m m e m u e t s les plus emportés. Alors ils semblaient curieux et alarmés tout à la fois d e m'entendre. C'est p o u r q u o i , q u a n d j'avais fini d'exposer u n e vérité : « C e s discours, disaient-ils « à demi-voix, troublent et attristent le c œ u r : par-

(1) L e serviteur n'est pas plus grand q u e s o n m a î t r e . S. L u c , 1 3 , 1 6


210 « lons des choses q u e l'œil voit. Q u i sait ce qu'il y a « d a n s cet avenir ? n e cherchons jamais à pénétrer ce « mystère. » Telle est m o t à m o t la réponse q u e j'ai si souvent e n t e n d u sortir d e leur b o u c h e . Et je songeais alors à tant d e pauvres incrédules o u lâches chrétiens d e notre E u r o p e , q u i , e n présence des saintes terreurs d e l'avenir, a u lieu d e suivre la lumière qui les effraie p o u r les sauver, croient se mettre e n sûreté e n lui ferm a n t les y e u x ; c o m m e si l'abîme était m o i n s profond p o u r c e u x qui s'y jettent e n aveugles. P o u r e n revenir à nos m a r c h a n d s, quatre s e u l e m e n t crurent à l'Evangile ; m a i s , vaincus par le respect h u m a i n , ils disparurent presqu'aussitôt, sans m e laisser l'espérance d e les revoir. « J'étais là depuis quinze jours, lorsqu'un étrange accident vint faire diversion à nos conférences. C'était vers le milieu d'octobre. L e s arbres déjà n u s , et les hautes herbes desséchées et jaunies annonçaient l'app r o c h e des grands froids. S u r le m i d i, parut à l'horizon, au-dessus des forêts, u n n u a g e i m m e n s e qui bientôt intercepta la l u m i è r e d u soleil. Aussitôt tous se précipitent hors d e la m a i s o n e n criant : A u feu, a u feu ! O n s'arme d e h a c h e s, o n détruit toute la végétation qui avoisine la d e m e u r e ; les herbes sont brûlées, et les arbres traînés d a n s la rivière. Cette précaution n o u s sauva. D é j à le n u a g e s'est rapproché, il s'ouvre et n o u s laisse voir le foyer d'un furieux incendie, aussi rapide d a n s sa course q u ' u n cheval lancé a u galop. L'atmosphère éprouvait des secousses d o n t la violence m e s e m b l e c o m p a r a b l e a u d é c h a î n e m e n t d'une tempête. L e s flamm e s, presqu'aussitôt arrivées qu'aperçues, passêrent à quelques pas d e n o u s , et s'enfoncèrent c o m m e u n trait d a n s les forêts d u n o r d, n o u s laissant d a n s u n e m o r n e

consternation, quoique nous n'eussions fait aucune perte.


211 Ces incendies, assez fréquents d a n s le pays, sont d u s à des chasseurs v e n u s des bords del'Amour,qui n e trouvent pas de m o y e n plus c o m m o d e pour forcer le gibier à quitter sa retraite. « Q u e l q u e s verres d'eau-de-vie ayant dissipé les dernières impressions d e frayeur, la conversation s'engagea d e n o u v e a u sur la Religion. M e s auditeurs c o n venaient, p o u r la plupart, q u e m a doctrine était b o n n e et véritable ; m a i s les dix c o m m a n d e m e n t s d e D i e u étaient, a u dire de t o u s , u n e barrière impossible à franchir. O n n'en sera pas étonné q u a n d o n saura à quelle sorte d e gens j'avais affaire. « L a population totale de l'Ousouri et des rivières qu'il reçoit, n'atteint pas le chiffre d e huit cents â m e s . Elle se partage e n d e u x classes, dont la première c o m prend les Chinois, a u n o m b r e d e d e u x cents ; et la seconde environ cinq cents M a n d c h o u x Peaux de poisson, répartis entre quatre-vingts et quelques familles. Parlons d'abord des premiers. « C e s d e u x cents Chinois, à l'exception d e d e u x véritables m a r c h a n d s , sont des v a g a b o n d s , anciens homicides, voleurs d e grand c h e m i n , q u e le c r i m e et la crainte des supplices ont forcés d e s'expatrier dans ces déserts, placés hors de l'atteinte des lois. Je n e les juge ainsi q u e d'après e u x - m ê m e s . C o m b i e n m'ont avoué leurs vols a u d a c i e u x , le n o m b r e d ' h o m m e s qu'ils avaient tués o u grièvement blessés, et les excès d e tout genre dont leurs figures rendent témoignage ! « N o n , m e disaient-ils, la misère et la pauvreté seules « n e pourraient jamais n o u s déterminer à subir volon« tairement u n si sauvage exil. » Et l'aspect des lieux m e le faisait croire sans peine. Si, a u m o i n s , les souffrances d u bannissement inspiraient quelques salutai-

res remords à ces cœursflétris! mais ils conservent


212

aujourd'hui, c o m m e d a n s leur passé, u n e ardeur d e c r i m e à laquelle, p o u r se m o n t r e r , il n e m a n q u e q u e l'occasion. C h a q u e a n n é e qui s'écoule est m a r q u é e par d e u x o u trois homicides. D e r n i è r e m e n t encore, à d o u z e lieues d e m a petite c a b a n e , u n vieillard d e soixantehuit ans e n a tué u n autre âgé d e soixante-seize, pour quelques dettes q u e ce dernier n e pouvait acquitter sur-le-champ. Q u a t r e jours après, je vois paraître le meurtrier, qui m e raconte cette scène sanglante d'un air aussi tranquille q u e s'il n'avait été p o u r rien d a n s l'affaire. Il confesse toutefois qu'il est inquiet, parce qu'auparavant il m ' a e n t e n d u parler d e l'enfer, et q u e depuis son crime cette pensée le poursuit partout. « Je « suis v i e u x , dit-il, je n'ai confiance ni d a n s Fo ni « d a n s les pagodes. Si je croyais qu'il fût encore t e m p s « d e m e faire chrétien, je voudrais l'être. Q u ' e n pensez « v o u s ? » Alors je m'efforçai d e lui suggérer les sentiments qui m e semblaient convenir davantage à cette p a u v r e â m e ; je lui appris à faire le signe d e la croix et à réciter u n e prière fort courte, qui renfermait les actes d e F o i , d ' E s p é r a n c e et d e Charité envers Jésus Christ, m o r t sur la croix p o u r tous les h o m m e s . C'était tout ce q u e comportait la m é m o i r e d'un h o m m e â g é et sans lettres , qui, après deux heures tout au plus d'entrevue , disparut pour se renfoncer dans la solitude. Dieu qui voit les c œ u r s, sait ce qu'il faut penser d'une si étrange conversion. « Ces hommes , misérables dans tout leur être , n'ont ici d'autre moyen de sustenter leur vie qu'en se livrant avec d'incroyables fatigues à la recherche d u Jensen. Figurez-vous u n m a l h e u r e u x porte-faix, chargé d e plus d e quatre-vingts livres, s'aventurant sans chem i n à travers d ' i m m e n s e s forêts, gravissant o u descendant n o m b r e d e m o n t a g n e s , toujours seul avec lui-


213 m ê m e , seul avec la m a l a d i e qui peut l'atteindre, ignorant si aujourd'hui o u d e m a i n il é c h a p p e r a a u x dents des bêtes féroces qui a b o n d e n t a u t o u r d e lui, nourri d e la graine d e millet qu'il porte et d e q u e l q u e s herbes sauvages p o u r assaisonnement]; et cela p e n d a n t cinq m o i s d e l'année, c'est-à-dire depuis la fin d'avril jusqu'à la fin d e s e p t e m b r e ; tel est le fidèle portrait d'un chercheur d e Jensen. M a l h e u r à lui, s'il a oublié d e m o n ter souvent à la c i m e des g r a n d s arbres p o u r reconnaître le pays, et jeter c o m m e des jalons qui dirigent s û r e m e n t ses pas ! Il erre p o u r n e plus se retrouver, et désormais o n n'entendra plus parler d e lui. C o m b i e n périssent d e la sorte, et trouvent a u désert le châtiment qu'ils avaient mérité d a n s leur patrie. « P u i s q u e j'ai n o m m é les C h e r c h e u r s d e Jensen, je dirai ici ce q u e je sais d'une plante, d o n t les propriétés m é d i c i n a l e s , si e n h o n n e u r clans la C h i n e, rencontrent ailleurs b e a u c o u p d'incrédules. D a n s ces contrées orientales, la C o r é e et [la M a n d c h o u r i e sont les seuls terrains qui la possèdent ; et là m ê m e , elle y est aujourd'hui si rare q u e nos herboristes chinois errent souvent cinq, dix et quinze a n s sans la rencontrer. Un seul pied de Jensen , de la grosseur d'un doigt , donne à l'inventeur un bénéfice de huit cents ou mille taels, ce qui est u n e fortune p o u r le pays. Je n'ai d o n t jamais v u cette plante. D'après la peinture q u e m ' e n a faite u n m a r c h a n d , c'est u n e plante à tubercule, qui s'élève environ à d e u x pieds d e hauteur. V e r s le milieu d e la tige, autour d'un m ê m e point, quatre feuilles s'implantent s y m é t r i q u e m e n t e n croix ; c h a q u e feuille se divise e n cinq folioles, celle d u centre plus g r a n d e q u e les quatre latérales. L e s o m m e t est c o u r o n n é par la fleur et la graine. O n m ' a décrit cette fleur à plusieurs r e p r i s e , m a i s d'une m a n i è r e si v a g u e et en


214 termes si contradictoires q u e je n'ose rien e n dire. L e tubercule, à sa partie inférieure, d o n n e naissance à d e u x et souvent à trois racines, qui sont p r o p r e m e n t ce q u e, d a n s le c o m m e r c e , o n appelle Jensen, o u plus c o m m u n e m e n t pàm-tsuéi. « Mais voici, je crois, u n m o y e n plus court d e v o u s faire connaître cette plante. Ayant réussi à m e procurer quelques graines véritables, je v o u s les envoie avec l'indication des m o y e n s d e culture, telle qu'elle m ' a été d o n n é e p a r u n h o m m e e n t e n d u d a n s cette partie. Passer la terre a u tamis, l'encaisser d'un pied et d e m i à d e u x pieds d e h a u t e u r , s e m e r la graine a u print e m p s et couvrir le tout d'une légère c o u c h e d e sable fin. L e g e r m e n e paraît qu'au printemps d e l'année suivante. Alors transplanter la j e u n e pousse d a n s u n e terre engraissée, et n e plus e m p l o y e r d e sable. Je v o u s livre cette indication sans e n garantir le succès. J e sais q u e plusieurs d e n o s chrétiens, d a n s le m i d i d u Leaotong, ont plusieurs fois, et toujours e n v a i n , tenté cette culture. C'est q u e les m a r c h a n d s , três-jaloux d u m o n o p o l e d e ce c o m m e r c e , n e font à ce sujet q u e des confidences inexactes o u insuffisantes. Il m e s e m b l e tout tefois que la science de nos horticulteurs pourrait bien , par des expériences répétées , même à défaut de bons renseignements , obtenir d'heureux résultats. J'ajoute , au dire de tous ceux qui connaissent le Jensen , que la plante cultivée et engraissée par les soins de l'homme , est très-inférieure en propriétés à celle qui naît sur les m o n t a g n e s à l'état sauvage. Q u a n t à sa vertu médicinale, c'est, à m o n avis, le meilleur tonique d e toutes les pharmacies. Instruit par une expérience personnelle , et guéri en peu de temps d'une atonie d'estomac, pour laquelle n o s vins d e quinquina et autres infusions n'avaient p u autrefois q u e p e u d e c h o s e , je crois cette ra-


215 cine très-digne d e l'attention d e nos docteurs. Je désirerais, pour plus a m p l e information, vous envoyer u n b o n échantillon d e ce pàm-tsuéi, q u e les Chinois appellent le trésor de la M a n d c h o u r i e, mais les fonds d u pauvre Missionnaire lui interdisent la plus légère emplette e n ce genre. « Je vous dois maintenant quelques détails sur les Iüpî-ta-tze , o u Mandchoux peaux de poisson. Cette tribu, autrefois n o m b r e u s e , aujourd'hui presque éteinte, c o m p t e d e soixante-dix à quatre-vingts familles, échelonnées depuis le lac Hinka jusqu'àl'Amour.Les Iüpîta-tze habitent des maisons p e u différentes d e celles des pauvres Chinois. En hiver la chasse , en été la pêche , voilà en deux mots l'histoire de leurs arts , de leurs sciences, d e leur état social. N u l g o u v e r n e m e n t , nulles lois p a r m i e u x ; et c o m m e n t pourrait-il y e n avoir p o u r quelques m e m b r e s dispersés qui n'ont pas m ê m e l'apparence d'un corps ? Ils ont p o u r toute religion le culte grossier qu'on n o m m e en chinois Tsàma o u tsàmo. Cette superstition, également e n crédit p a r m i le b a s peuple d u Leao-tong, a pour objet d'évoquer certains esprits q u e l'on croit b o n s , pour les o p p o s e r au diable dont o n a peur. P o u r les Iüpî-ta-tze qui aiment la chasse, les esprits les plus e n h o n n e u r sont a u n o m b r e d e trois : l'esprit d u cerf, l'esprit d u renard et l'esprit d e la belette. Si u n m e m b r e d e la famille t o m b e m a lade, c'est l'œuvre d u d é m o n ; alors il/fautappeler a u secours u n d e ces génies, ce qui a lieu par la cérémonie suivante, dont j'ai été d e u x fois le témoin. L e grand Tsama o u l ' h o m m e habile à évoquer le Tiao-xên o u l'esprit, est invité par la famille. Il est encore à u n e demilieue d e distance q u e le bruit d u t a m b o u r a n n o n c e son approche. Aussitôt le maître d e la maison sort a r m é d'un semblable t a m b o u r , et va le recevoir. Bien e n -


216 tendu q u e l'eau-de-vie n e m a n q u e r a pas à la reception, et, pour le dire d'avance, le soleil n e s'est pas encore couché q u e tous sont ivres-morts. « Q u a n d est v e n u e l'heure d u Tiào-xên, le g r a n d Tsàma revêt s o n c o s t u m e sacré. U n b o n n e t o ù flottent des bandelettes e n papier et d e légères écorces d'arbre, couvre sa tète ; sa tunique d e p e a u d e cerf o u d e toile, bigarrée d e diverses couleurs, lui d e s c e n d jusqu'aux g e n o u x . Mais la ceinture est ce qui parait le plus nécessaire à ses opérations. Elle est triple et porte trois rangs d e tubes d e fer o u d e cuivre, longs d e sept à huit p o u c e s , qui p e n d e n t à la partie postérieure. Ainsi affublé, le devin s'asseoit, le t a m b o u r d'une m a i n et le bâton d e l'autre ; puis, a u milieu d'un silence religieux, entonne u n e lamentation d o n t le chant n'est pas désagréable. L e t a m b o u r qu'il frappe à intervalles é g a u x , a c c o m p a g n e sa voix. Cette lamentation o u invocation à l'Esprit, a plusieurs stances, à la fin d e c h a c u n e d e s quelles le visage d u Tsàma p r e n d u n aspect effaré. Bientôt les sons d u t a m b o u r deviennent plus forts et plus accelerés; le Tsàma contracte ses lèvres, et poussant d e u x o u trois sifflements sourds, s'arrête : à l'instant les spectateurs r é p o n d e n t e n c h œ u r par u n cri prolongé qui va toujours m o u r a n t , et d o n t le son est s i m p l e m e n t notre é ouvert. « L'invocation t e r m i n é e , le Tsàma se lève b r u s q u e m e n t , puis à pas précipités, et souvent par des b o n d s , fait plusieurs fois le t o u r d e la c h a m b r e , criant c o m m e u n h o m m e d a n s d e frénétiques transports, et multipliant ses contorsions qui font résonner les tubes d e cuivre avec u n v a c a r m e effrayant. L'Esprit est p r o c h e ; et c'est alors qu'il se m o n t r e , m a i s seulement a u d e v i n , jamais aux spectateurs d e l ascène.L e Tsàma q u e j'ai vu appelait l'Esprit du cerf : c'était a u m o m e n t d e l'ouverture d e la


217 chasse. Il s'arrêta a u milieu d e l'action, et p o u s s a u n cri, u n h u r l e m e n t tel, q u e les m a r c h a n d s chinois, q u i d'abord riaient d e la c o m é d i e , prirent la fuite et cherchèrent ailleurs u n gîte p o u r la nuit. U n vieux cuisinier, natif d e P é k i n , m ' a s s u r a qu'il avait senti l'Esprit; m a i s quelle n e fut pas sa terreur, q u a n d le l e n d e m a i n , e n se levant il trouva vide la m a r m i t e qu'il avait la veille lais-, sée pleine d e millet! O n sut plus tard q u e l'Esprit, e n g é n é r e u x c o n v i v e , avait a d j u g é le plat a u g r a n d Tsàma et à ses c o m p a g n o n s , p o u r les d é d o m m a g e r d e leurs peines. « C e s folies feront rire; m a i s qui pourrait e x p r i m e r ce qu'il y a d e navrant p o u r le c œ u r d u Missionnaire, à voir des h o m m e s c r é é s , c o m m e n o u s , à l'image d e D i e u , concentrer d a n s ce cercle d'absurdités toutes leurs espérances d u t e m p s et d e l'avenir. O h ! s'il lui était d o n n é d e faire luire u n éclair soudain d e l u m i è r e a u milieu d e ces ténèbres ! D i e u n e le veut pas encore. C e s p a u v r e s Iüpî-ta-tze, simples et craintifs, sont d o m i n é s par ces jongleurs v a g a b o n d s . O n les a p r é v e n u s contre m a p e r s o n n e et m e s doctrines étrangères, et s'ils refusent d e m e recevoir, c'est m o i n s p a r m a u v a i s e v o lonté q u e par terreur. « E t p o u r t a n t , autant ces h o m m e s d é s h o n o r e n t d a n s leurs m œ u r s et leurs croyances l'Auteur s u p r ê m e d e leur être, autant ils s e m b l e n t bénir leur existence m a t é rielle. Ils n'ont pas m ê m e besoin d e cultiver la terre; les forêts et les fleuves d u pays fournissent a b o n d a m m e n t à leur nourriture. D e s troupes i n n o m b r a b l e s d e cerfs et d e d a i m s , le sanglier, l'ours, le renard, la m a r t h e zibeline, la belette, et, sur le b o r d des rivières, la loutre, leur d o n nent, les u n s d'excellentes fourrures, les autres u n e chair d o n t le g o û t , s'il n'est pas toujours e x q u i s , relève a u m o i n s par le contraste l'invariable millet. том. xx. 118. 10


218 « L e s naturels d u pays sont seuls capables d e la chasse d'hiver; la neige qui c o u v r e les m o n t a g n e s et les plaines, sur u n e épaisseur d e six à huit pieds ; n'est point p o u r e u x u n obstacle. D e u x p l a n c h e s m i n c e s d e sapin, épaisses d e trois lignes a u p l u s , larges d e cinq p o u c e s , l o n g u e s d e cinq p i e d s , r e c o u r b é e s e n h a u t p a r les d e u x b o u t s , tapissées e n dessous d ' u n e p e a u d e cerf, et liées f o r t e m e n t a u pied p a r d e u x courroies : telle est la c h a u s s u r e et le véhicule d u chasseur. Il faut le voir, ainsi m o n t é , glisser l é g è r e m e n t sur la neige, atteindre à la course le cerf et le d a i m , et parcourir vingt à vingt-cinq lieues d a n s les plus courtes journées d'hiver. S e présente-t-il u n e m o n t a g n e , il l'escalade sans peine sur ses tapons : la p e a u d e cerf d o n t ils sont revêtus est garnie d'un poil r u d e , t o u r n é e n arrière, et qui s'enfonce a u besoin d a n s la neige p o u r y saisir u n point d'appui. « L'adresse d u Iüpi-ta-tze, stimulée p a r le besoin n'est pas m o i n s étonnante à la p è c h e . A r m é d'un s i m p l e javelot e n fer d e l a n c e , il s'asseoit d a n s u n esquif d'écorce d'arbre, aussi p r o m p t sur l'eau q u e le tapon sur la neige. L e s C h i n o i s le n o m m e n t Kuai-mà, cheval rapide, q u e l q u e s c o u p s d ' u n e r a m e s e m b l a b l e à n o s battoirs d e lessive, lui font r e m o n t e r le fleuve a v e c la vitesse d u meilleur coureur. L e s Chinois n'osent s'y exposer, parce q u e le m o i n d r e m o u v e m e n t fait chavirer l'imprudent batelier. Q u a n d le Iüpî-ta-tze frappe le poisson d e s o n d a r d , s o n bras seul r e m u e , et le corps n e p e r d p a s u n instant l'équilibre. L'Ousouri et les petites rivières qu'il reçoit, fourmillent d e poissons. Celui q u i tient sans contredit le p r e m i e r r a n g , est le iluam-iù, i n c o n n u d a n s n o s pays d'Europe. J'en ai v u qui pesaient plus d e mille livres, et o n m ' a s s u r e qu'il y e n a d e 1800 et d e 2000 livres. O n p r é t e n d qu'il sort d u lac Hinka. S a chair,


219 parfaitement b l a n c h e et délicate , m e le fait m e t t r e a u dessus d e tous les autres poissons d'eau d o u c e . T o u t cartilagineux, à l'exception d e trois petits os d u c r â n e , il a les lèvres disposées c o m m e celles d u r e q u i n , la s u périeure a v a n ç a n t d e b e a u c o u p sur l'inférieure. C o m m e le r e q u i n , il se renverse p o u r p r e n d r e sa proie o u p o u r m o r d r e à l ' h a m e ç o n ; c o m m e lui, sa natation est lente et pesante. S e s os e n cartilages sont d e tout le poisson la partie la plus précieuse, et se v e n d e n t à San-sim u n taël et d e m i d'argent la livre. L e s m a n d a r i n s e n font c h a q u e a n n é e provision p o u r la table d e l ' E m p e r e u r . « Vers la fin d e s e p t e m b r e , â l'approche des froids, paraît d a n sl ' A m o u ret d a n s l'Ousouri, u n e autre sorte d e poisson a p p e l é tamara, v e n a n t d e la m e r , d u poids d e dix à q u i n z e livres et v o y a g e a n t p a r b a n c s d e p l u sieurs milliers. S a f o r m e et surtout le g o û t d e sa chair, m e le font p r e n d r e p o u r u n e espèce d e petit s a u m o n . D i e u , d a n s sa p r o v i d e n c e toute paternelle m ê m e à l'égard d e c e u x qui n e le glorifient p o i n t , le d o n n e a u x p a u v r e s habitants d u p a y s , c o m m e u n excellent préservatif contre les rigueurs d e l'hiver. Je dis c e q u e j'ai é p r o u vé : sans vin et sans farine, nourri d e la seule graine d e millet et d e q u e l q u e s m o r c e a u x d e ce poisson desséché, j'ai m o i n s souffert d ' u n froid habituel d e 4 5 d e g r é s centigrades, et q u i p e n d a n t plusieurs jours a m a r q u é 5 4 ° , q u e d a n s le s u d d u Leaotong, a v e c u n e nourriture m e i l leure, sous u n e t e m p é r a t u r e d e 2 0 et q u e l q u e s degrés a u - d e s s o u s d e 0. D e l'aveu d e s Iüpî-ta-tze, la p è c h e d u tamara a p o u r e u x autant d e c o n s é q u e n c e s q u e la récolte des m o i s s o n s e n a p o u r n o s c a m p a g n e s et n o s villes : le défaut d e l'un o u d e l'autre entraîne é g a l e m e n t u n e f a m i n e . L e s d e u x poissons d o n t je viens d e parler, se m a n g e n t p l u s souvent crus q u e cuits. J'ai pris cette h a bitude sans trop d e r é p u g n a n c e , et je n e croyais p a s q u e l'on p û t devenir s a u v a g e à si p e u d e frais.


220 « V o u s c o m p r e n e z , Messieurs, q u e ce r é g i m e exclusif d e poisson a ses inconvénients c o m m e e n géneral tout ce qui est exclusif. L a chaleur qu'il c o m m u n i q u e a u s a n g , si bienfaisante e n hiver, devient a u printemps et e n été la source d e graves maladies, entre lesquelles je citerai surtout la petite vérole dont les ravages sont horribles. Ici, l'âge le plus avancé ( 7 0 et 8 0 a n s ) redoute autant ses attaques q u e l'enfance et la jeunesse. Le m ê m e individu peut e n être repris jusqu'à 4 et 5 fois d a n s le cours d e sa vie. « Mais le poisson d e ces rivières, s'il offre des d a n gers par son alimentation, n'a rien q u e d'utile et d e précieux par les v ê t e m e n t s i m p e r m é a b l e s q u e f o r m e sa peau. A m o y e n d e ces chaussures e n bottes fort légères, v o u s traversez les ruisseaux et m a r c h e z d a n s !a neige c o m m e sur le terrain le plus sec, également protégé par cette enveloppe huileuse, contre le froid et l'humidité. « A u x q u a d r u p è d e s d e s forêts et a u x poissons des fleuves viennent se joindre, c o m m e c o m p l é m e n t , les oiseaux aquatiques : le c y g n e , la cigogne, l'oie, le canard, la sarcelle, paraissent c h a q u e a n n é e a u m o i s de m a i , e n troupes innombrables, attirés par u n e proie facile et a b o n d a n t e , et d'autant plus hardis q u e personne n e trouble leur repos. Les naturels n e semblent faire a u c u n cas d e ce gibier. « Je termine par u n m o t sur le système d e voyages e m p l o y é d a n s la rigoureuse saison. L e g r a n d et u n i q u e c h e m i n d'été, est la rivière o u le fleuve ; le g r a n d et u n i q u e c h e m i n d'hiver est encore la rivière o u le fleuve. U n traîneau fort léger, c o m p o s é d e m i n c e s lattes e n bois d e c h ê n e , long d e cinq o u six pieds-, haut d'un pied et d e m i , convexe dans sa partie inférieure, tandis q u e la face supérieure est p l a n e , sert à tous les trans-


221 ports. L e chien fait ici l'office du r e n n e c h e z les Russes. C h a q u e famille nourrit u n e m e u t e d e q u i n z e et vingt d e ces a n i m a u x . L ' h o m m e m a n g e la chair d u poisson ; le chien a p o u r sa part la tète et les o s , et e n hiver n e m a n g e q u e le tamara, ce q u i produit e n lui u n e é m i s sion si a b o n d a n t e d e calorique, qu'il reste, à l'époque des plus fortes g e l é e s , tranquillement c o u c h é d a n s la n e i g e , sans c h e r c h e r de lit plus c o m m o d e . U n attelage d e huit chiens (leur taille est m é d i o c r e ) traîne u n h o m m e et d e u x cents livres d'effets, p e n d a n t u n j o u r entier, a v e c la vitesse d e n o s b o n n e s diligences. C e s v o y a g e s d'hiver, aussi bien q u e la chasse à laquelle se livre le Iüpi-ta-tze d a n s cette saison, e n g e n d r e n t ici c o m m e d a n s tous les pays froids, o ù l'on ignore les précautions nécessaires, d e continuelles o p h t h a l m i e s q u i , clans u n â g e p e u a v a n c é , a m è n e n t la cécité. « Il m e s e m b l e , Messieurs et vénérables C o n f r è r e s , v o u s avoir d o n n é u n e idée véritable, q u o i q u e fort inc o m p l è t e , d e cette partie d e la M a n d c h o u r i e , q u e born e n t à l'ouest A-je-ho et le Soungari, à l'est la m e r , a u n o r d le Hle-lon-Kian, a u s u d Nim-Koutà et la C o r é e : vaste désert o ù n e m a n q u e n t ni l'eau, ni le b o i s , ni les a n i m a u x s a u v a g e s , m a i s o ù l'on ose à peine dire qu'il y ait d e s h o m m e s . Q u a n t à m o i , retiré d e p u i s quatre m o i s d a n s u n e c a h u t e a b a n d o n n é e , loin des indigènes qui m ' o n t forcé d'y c h e r c h e r u n asile, j'ai g o û t é , p o u r la p r e m i è r e fois d e m a v i e , le b o n h e u r d e la solitude. L à , je célèbre le saint Sacrifice, afin q u e la p r é s e n c e sacrée d e Jésus-Christ sanctifie ces lieux e n c o r e tout profanes. « V e r s le 1 2 o u le 1 5 d u m o i s d e m a i , j'achèterai, s'il plaît à D i e u , u n e petite b a r q u e , s u r laquelle je c o m p t e d e s c e n d r e l ' A m o u r jusqu'à la m e r et visiter les Longs-poils. J'irai seul, p u i s q u e p e r s o n n e n'ose m e conduire, et q u e m o n c o m p a g n o n , pauvre Chrétien d u


222 Leaotong, retourne d a n s ses foyers, m a l a d e d e terreur et d e mélancolie. Je sens b i e n , et tous le disent ici, qu'il m e sera difficile d'éviter les barques m a n d a r i n e s qui, de San-sim, descendent d a n s le g r a n d fleuve; m a i s s'il est dans la volonté d e D i e u q u e j'arrive là o ù j'ai le dessein d'aller, son bras peut aplanir tous les obstacles et m ' y conduire s û r e m e n t ; et s'il lui plaît q u e j'en revienne, il saura bien m e r a m e n e r . Q u e l q u e soit cet avenir, aller e n avant m e s e m b l e , d a n s la circonstance présente, le seul devoir d u Missionnaire q u i , d a n s la prière q u e l'Eglise lui i m p o s e , dit souvent des lèvres et d u c œ u r les paroles d u sacré Cantique : Si dedero somnum

oculis meis,

et palpebris meis

dormitationem, et

requiem temporibus meis, donec inveniam locum Domino, tabernaculum D e o Jacob (1).

« Veuillez, Messieurs, vous souvenir d e m o i a u saint autel et d e v a n t les S S . C œ u r s d e Jésus et d e Marie. « D e la B R U N I È R E , Miss. Apost. »

(1) Je ne donnerai ni sommeil à m e s yeux, ni assoupissement à m e s paupières, ni repos à m e s t e m p e s , jusqu'à ce q u e j'aie trouvé u n lieu a u Seigneur, u n tabernacle a u Dieu de Jacob. (Ps. 1 3 1 . )


223

MISSION DU THIBET. Relation du voyage de M M .

Gabet et Huc, Missionnaires

Lazaristes, au Thibet (1).

« H'Lassa, o ù n o u s arrivâmes vers la fin d e d é c e m bre 1 8 4 5 , est u n e cité d a n s laquelle personne n e peut rester i n c o n n u ; il y règne u n e police assez sévère, et u n tribunal est chargé spécialement de surveiller tous les n o u v e a u x v e n u s et d'en prendre u n e exacte information. L a population, y c o m p r i s les L a m a s qui e n forment peut-être les d e u x tiers, est à p e u près d e quarante mille â m e s : o n y c o m p t e , outre les Thibétains, des M o n g o l s , des Indiens, des T u r c s et des Chinois ; ils ont c h a c u n leur gouverneur particulier, p o u r les représenter et r é p o n d r e d'eux auprès d u g o u v e r n e m e n t indigène. « A peine étions-nous installés d a n s notre n o u v e a u l o g e m e n t , q u e les envoyés d e l'administration thibétaine vinrent n o u s trouver, p o u r remplir à notre égard leur mission d'inspecteurs. N o u s leur déclarâmes q u e n o u s étions des L a m a s d'Occident, v e n u s dans le Thibet p o u r y prêcher notre Religion, y bâtir u n temple de notre culte et y faire des disciples. N o u s avions depuis longt e m p s arrêté la résolution d e prendre u n e position fran-

(1) U n e relation abrégée d e ce v o y a g e , écrite également par M . G a b e t, a déjà paru dans le précédent n u m é r o des Annales. Quoiqu'il n'entre pas dans nos habitudes de revenir sur des faits c o n n u s , il n o u s a semblé q u e l'intérêt des détails inédits, et l'importance de la thibétaine, exigeaient pour cette fois u n e exception.

Mission


224 che, de nous annoncer, sans tergiversation aucune , pour Missionnaires; et nous saisîmes avec empressement cette occasion d'avouer h a u t e m e n t notre apostolat. Les agents d u g o u v e r n e m e n t consignèrent notre déclaration sur leurs registres, sans faire a u c u n e réflexion. « N o u s f û m e s p e n d a n t quelques jours occupés à n o u s arranger le m o i n s m a l possible d a n s le pauvre réduit q u e n o u s n o u s étions p r o c u r é ; c'était u n e misérable c h a m b r e ; d e u x larges ouvertures sans châssis et sans papier servaient d e fenêtres : n é a n m o i n s n o u s y étions encore m i e u x q u e d a n s le désert. P o u r m o i , m a santé se rétablissait p e u à p e u , excepté q u e m e s pieds, d o n t les parties gelées s'étaient converties e n ulcères, m e causaient d'horribles souffrances. « O n venait n o u s voir par curiosité, car c'était p o u r tout le m o n d e u n e é n i g m e q u e notre présence à H'Lassa; o n n'y avait jamais rien v u d e pareil; les u n s n o u s disaient R u s s e s , d'autres M a n d c h o u x ; d'autres affirmaient q u e n o u s étions des Parsis, il s'en trouvait qui tout simp l e m e n t n o u s prenaient p o u r des h o m m e s extraordinaires d e l'ancien t e m p s , revenus par la transmigration. U n grand n o m b r e d'indigènes se présentait p o u r n o u s d e m a n d e r des éclaircissements; n o u s renouvellions ainsi à c h a q u e instant la déclaration q u e n o u s avions déjà faite, et n o u s e n prenions occasion d'annoncer la Religion chrétienne q u e n o u s venions prêcher a u Thibet. « A u b o u t d e quelques jours, u n officier, e m p l o y é auprès d u R é g e n t d e l'Etat, vint n o u s trouver à notre d e m e u r e , et n o u s dit q u e le prince, désireux d e n o u s voir, n o u s mandait à son palais; n o u s n o u s y r e n d î m e s à la suite d e cet envoyé. Il n o u s était tout-à-fait i m possible d e conjecturer ce qui allait résulter de cette entrevue; m a i s n o u s n o u s sentions remplis d e joie et d'ardeur e n n o u s voyant a u m o m e n t d e faire u n e con-


225 fession éclatante d e notre foi ; et la perspective des persécutions qui allaient peut-être c o m m e n c e r pour n o u s , n e n o u s effrayait point. « N o u s f û m e s i m m é d i a t e m e n t introduits devant le Régent. C'était u n h o m m e d e haute taille, d'un port majestueux et d'une p h y s i o n o m i e prévenante. Voici à p e u près la substance d e ce premier interrogatoire qui, peut-être, est la première apparition publique et légale q u e l'Evangile ait faite d a n s le Thibet : « D'où ètes-vous ? — N o u s s o m m e s d u grand ciel « d'Occident, d'un r o y a u m e appelé la France. — Q u e l « est votre état ? — N o u s s o m m e s des L a m a s chrétiens; « n o u s n'exerçons a u c u n e profession m o n d a i n e ; notre « seule occupation est de prier, d e prêcher notre R e « ligion et d e l'enseigner à nos disciples. — Quelle est « la doctrine q u e v o u s prêchez ? — C'est la doctrine d e « Jésus-Christ : elle n'est autre q u e celle qui fut, dès « l'origine, enseignée a u x h o m m e s par D i e u m ê m e ; « depuis, Jésus-Christ en est v e n u renouveler et rendre « plus claire encore la révélation. H o r s d e cette Religion, « les h o m m e s n e peuvent point sauver leur â m e . — « Avez-vous ici des disciples ? — N o n , m a i s n o u s s o m « m e s v e n u s pour e n faire. — Quel m o y e n d'existence « avez-vous ? — N o u s vivons des offrandes q u e n o u s « font les fidèles d e la Religion dont n o u s s o m m e s minis« tres. — Q u i vous a a m e n é s ici? — P e r s o n n e ; n o u s y « s o m m e s v e n u s d e n o u s - m ê m e s , n o u s avons m a r c h é « avec tout le m o n d e sans q u e n u l se fût chargé d e « nous. — P o u r q u o i êtes-vous v e n u s à H'Lassa plutôt « qu'en tout autre pays ? — N o u s avons été d'abord e n « C h i n e , puis en Tartarie, d e là n o u s avons pris le « c h e m i n d e H'Lassa : n o u s savions qu'on y attache « u n e g r a n d e importance à l'élude des choses religieuses, « et n o u s y s o m m e s v e n u s p o u r y prêcher notre culte. »


226 « Les questions qu'il n o u s adressa ensuite n o u s firent connaître qu'il craignait d'avoir e n n o u s quelques émissaires politiques, v e n u s p o u r explorer le pays et e n dresser des cartes. P o u r dissiper ses s o u p ç o n s , n o u s lui protestâmes q u e notre Religion m ê m e n o u s faisait u n devoir inviolable de n e n o u s i m m i s c e r en a u c u n e affaire étrangère à la prédication d e nos doctrines. Il parut rassuré à cet égard et finit cette première entrevue par ces paroles r e m a r q u a b l e s : « Il faut q u e vous ayez e u « d e n o u s u n e idée bien avantageuse, puisque v o u s êtes « v e n u s ici a u prix d e tant d e fatigues et d e dangers. « V o u s êtes loin d e votre patrie; à défaut d e toute pro« tection, m o i , je v o u s servirai d'appui ; personne n'aura « à se m ê l e r d e v o u s q u e m o i , et je m e charge d e vous « fournir tout ce qui sera nécessaire à votre entretien « et à votre nourriture. D u reste, je vous m a n d e r a i « encore p o u r m'entretenir avec vous. » « N o u s sortîmes d'auprès d u R é g e n t le c œ u r plein d'une satisfaction d'autant plus sensible, qu'elle était plus inattendue. U n e voie magnifique n o u s était d o n c ouverte a u d é b u t de notre Mission ; le ciel venait visiblement à notre secours, et n o u s concevions les plus belles espérances. Notre joie était si g r a n d e , q u e n o u s n o u s sentions déjà payés a u centuple des fatigues et des longues misères q u e n o u s avait coûtées notre voyage. D e p u i s , n o u s f û m e s très-souvent appelés a u palais d u R é g e n t , et le t e m p s s'y passait presque exclusivement à parler d e Religion. L e Prince examinait les vérités chrétiennes, les c o m p a r a i t , soit avec les enseignements d u B o u d d h i s m e , soit avec la doctrine m a h o m é t a n e . L'intérêt qu'il mettait à ces discussions, la bienveillance qu'il témoignait p o u r nos personnes, allaient toujours croissant. U n jour q u e la conférence avait été plus vive, il term i n a l'entretien e n prononçant d'un ton grave et pénétré


227 les paroles suivantes : « Les choses q u e v o u s m'avez dites « m'ont p r o f o n d é m e n t frappé. Il s'agit d'une question « qui est d e la dernière importance. Je v e u x éclaircir « avec vous toutes ces difficultés religieuses. A p p r e n e z « bien la langue thibétaine, afin q u e n o u s puissions « parler seuls et échanger toutes nos pensées ; ensuite « je vous promets d'être d e b o n n e foi, et si je vois q u e « votre doctrine soit la véritable, je l'embrasserai. » « Ayant appris le m a u v a i s état d u l o g e m e n t q u e n o u s n o u s étions procuré, il n o u s offrit u n e d e ses habitations ; là, n o u s e û m e s u n e c h a m b r e plus spacieuse et plus c o m m o d e . Notre premier soin fut d'y dresser u n petit autel et d'y arborer les e m b l è m e s d e notre sainte Religion ; n o u s e n e x p o s â m e s trois : celui d u milieu était l'image de Jésus e n croix ; d'un côté n o u s m î m e s saint J é r ô m e , et d e l'autre saint Vincent d e Paul. N o u s aurions bien désiré pouvoir dire la M e s s e , m a i s n o u s e û m e s la douleur d e trouver le vin q u e n o u s avions apporté tout-à-fait c o r r o m p u , a u point d e n e pouvoir plus être c o m p t é m ê m e p o u r matière d o u t e u s e , et il n o u s fut impossible d e n o u s e n procurer, car le vin de raisin est chose i n c o n n u e d a n s le Thibet. « C h a q u e jour le n o m b r e d e nos auditeurs allait e n a u g m e n t a n t ; o n venait e n foule voir n o s images et o n n o u s e n d e m a n d a i t l'explication ; ce qui n o u s offrait u n e occasion favorable d'exposer la vérité évangélique. « U n m é d e c i n m u s u l m a n , m a n d é p o u r voir m e s pieds, qui m e causaient toujours d e violentes douleurs, n'avait cessé, p e n d a n t tout le t e m p s d e sa visite, d'avoir les y e u x fixés sur l'image d e Jésus-Christ crucifié. Après m'avoir indiqué les r e m è d e s qu'il crut nécessaires, il d e m a n d a ce q u e signifiait le tableau de cet h o m m e cloué sur u n e croix. N o u s lui fîmes u n exposé complet d e la Religion : la création d u p r e m i e r h o m m e , sa c h u t e , les


228 châtiments d u p é c h é originel, l'Incarnation d u Fils d e D i e u v e n u a u m o n d e p o u r n o u s racheter, sa m o r t sur la croix, représentée par cette i m a g e ; tout le s y m b o l e enfin lui fut développé. L'attention qu'il n o u s prêtait et ses questions empressées firent prolonger l o n g t e m p s notre entretien. D è s le l e n d e m a i n il revint n o u s trouver et n o u s dit q u e nos doctrines l'avaient préoccupé a u point d e lui enlever le s o m m e i l , et q u e pendant qu'il repassait en son esprit tout ce qu'il avait e n t e n d u , ce p e r s o n n a g e , tel qu'il l'avait v u dans l'image de Jésus e n croix, lui avait a p p a r u tenant un. vase d'eau à la m a i n , et lui avait dit : « Reçois cette e a u , c'est par elle q u e tu parviendras a u b o n h e u r auquel ton c œ u r aspire.» L a veille n o u s n o u s étions contentés d e lui exposer les principes d e la foi, sans lui dire u n seul m o t , ni d u B a p t ê m e , ni des autres sacrements. Nous p r î m e s , d e ce qu'il venait d e n o u s dire, occasion d e lui expliquer la nature et les effets d u sacrement d e B a p t ê m e , qui s'administre avec de l'eau, et qui est la porte essentielle p o u r entrer d a n s la Religion chrétienne. Il e n conclut alors, avec u n ton d e profonde conviction, q u e Notre-Seigneur Jésus-Christ lui avait a p p a r u p o u r lui faire embrasser l'Evangile, et il n o u s conjura d e lui m a r q u e r tout ce qu'il faudrait faire p o u r obtenir cette faveur. « M a l h e u r e u s e m e n t ce m é d e c i n n e savait ni la langue m o n g o l e , ni la langue thibétaine, il n'avait étudié q u e la langue chinoise, et n o u s , n e c o m p t a n t pas trouver d e Chinois à H'Lassa, n o u s n'avions point pris p o u r e u x d e livres avec n o u s : n o u s f û m e s d o n c réduits à l'instruire d e vive voix et à prendre le parti d e lui dicter quelques prières. L'ardeur qu'il montrait à remplir son â m e des vérités religieuses était admirable ; et sans les contret e m p s qui n o u s survinrent, n o u s aurions e u bientôt la consolation d e le baptister, lui et sa famille. Q u a n t au Régent,


229

il paraissait vouloir m û r i r davantage ses réflexions; e n attendant, il n o u s pria de n o u s charger d e l'instruction d'un d e ses n e v e u x , âgé d e dix huit a n s , sur lequel il fondait toutes ses espérances. « Mais laissons u n instant le récit d e nos travaux, p o u r tracer u n e esquisse d e l'état politique et religieux d u Thibet. « C e vaste pays est g o u v e r n é par le Talaï-Lama , qui est aussi le Souverain Pontife d u culte B o u d d h i q u e . 11 réside d a n s u n temple appelé Bouddhala par les Thibétains, m o t qui veut dire la montagne de Bouddha. Les M o n g o l s lui d o n n e n t le n o m d e Monghe-djo, c'est-à-dire, image éternelle , parce q u e , dit-on, o n conserve encore là, incorruptible, le corps d e T c h o u k a b a , le célèbre réformateur d e la religion thibétaine. L e Talaï-Lama actuel est u n enfant âgé d e huit ans, natif d'un district situé à l'extrémité orientale d u Thibet et appelé M i n tcheux. Ses parents étaient d e pauvres b û c h e r o n s ; mais parla m é t e m p s y c o s e , le L a m a défunt se reproduisit dans leur famille, et grâce à cet é v é n e m e n t , ils sont aujourd'hui élevés au-dessus d e tout ce qu'il y a d e plus grand e n Asie. « Ces faits extraordinaires ont lieu, non-seulement p o u r le Talaï-Lama, m a i s encore p o u r tous les B o u d d h a vivants, qui sont peut-être aujourd'hui a u n o m b r e d e plus d e mille, disséminés tant d a n s le Thibet q u e d a n s les diverses régions tartares. Lors d o n c q u e le L a m a s u p r ê m e a opéré son nirvan, (lorsqu'il est m o r t ) , des prières publiques se font d a n s la Lamaserie ; puis o n consulte les sorts; quelquefois les oracles d o n n e n t l'indication d e l'endroit o ù se trouve l'enfant en qui l'âme d u défunt vient de passer; m a i s le plus souvent la nouvelle en vient d e sa propre famille. Cet enfant, par fois à peine âgé de quelques m o i s, se m e t à parler,


230

à réciter des prières, et surtout la célèbre formule Om ma ni pat me houm. Bientôt il dit à ses parents et à tous ceux q u e le bruit d u prodige attire près d e son berceau, qu'il est le B o u d d h a incarné d e telle L a m a s e r i e , q u e ce siége lui appartient, et il c o m m a n d e qu'on ait à l'y conduire. O n lui propose à volonté diverses questions sur les choses les plus cachées, et il y satisfait, lui eût-on m ê m e parlé u n e autre langue q u e sa langue maternelle. « L o r s q u e le fait d e la transmigration a pris q u e l q u e consistance, la famille en envoie la nouvelle à la c o m m u nauté q u e l'enfant réclame p o u r son siége. Les directeurs d e cette L a m a s e r i e n o m m e n t alors u n e c o m m i s s i o n , c o m p o s é e des religieux les plus instruits et les plus expérimentés, p o u r aller constater le prodige. Ils prennent avec e u x tous les petits m e u b l e s qui ont appartenu a u défunt, m ê l é s p a r m i u n e foule d'autres objets d u m ê m e genre, et se rendent ainsi à l'endroit désigné. Arrivés près de l'enfant, ils c o m m e n c e n t par lui faire u n g r a n d n o m b r e d e questions captieuses. A-t-il satisfait à toutes, les examinateurs déposent les objets qu'ils ont apportés, pêle-mêle sous ses y e u x , e n lui disant : « Si tu es véritab l e m e n t notre L a m a , dis-nous quels sont, p a r m i ces m e u b l e s , c e u x qui t'appartenaient lorsque tu siégeais sur notre autel ? » Si l'enfant discerne sans se t r o m p e r tout ce qui servait à l'usage de celui qu'il prétend représenter, alors l'identité est r e c o n n u e p o u r authentique ; la L a m a s e r i e e n corps vient l'inviter avec u n e p o m p e extraordinaire, et il est h o n o r é toute sa vie c o m m e u n B o u d d h a incarné. A u contraire, s'il n e soutient pas l'épreuve à laquelle o n l'assujettit, il est regardé c o m m e u n imposteur et il n'en est plus question. « N o u s avons e u occasion d e voir u n grand n o m b r e d e ces jeunes L a m a s q u i , ayant e u d a n s leur enfance le


231 prestige dont n o u s v e n o n s d e parler, étaient considérés c o m m e des divinités véritables. Toujours n o u s avons r e m a r q u é e n e u x u n e parole affable et p r é v e n a n t e , u n e physionomie d o u c e , des m a n i è r e s polies et honnêtes ; m a i s avec cela, des y e u x effarés, respirant le feu d e la jalousie et d e la haine. O n était c o m m e saisi d'une sorte d e stupeur e n voyant le contraste d e leurs regards avec l'air ingénu d e leur visage ; il semblait q u e c'étaient des y e u x d e d é m o n s m a s q u é s sous la figure d'un ange. « L a souveraineté d u Thibet est d o n c , c o m m e n o u s l'avons dit, entre les m a i n s d u g r a n d L a m a . Au-dessous d e lui est u n R o i , chargé d e l'administration civile. C e doit aussi être u n L a m a : o n l'appelle S a t o - N o m a k a u . P o u r compléter le g o u v e r n e m e n t , il y a quatre ministres qui dirigent les affaires, et e n soumettent la décision tant a u Roi qu'au Pontife s u p r ê m e . « A notre arrivée, le Talaï-Lama se trouvait être u n enfant ; le Roi, jeune L a m a d e dix-huit ans, venait d'être élu, à peine prenait-il possession d u trône; d e sorte q u e tout le poids d u g o u v e r n e m e n t retombait sur les quatre ministres. L e premier d'entre e u x , n o m m é S'Hyadja-Kaloum, était R é g e n t ; c'est d e lui q u e n o u s r e ç û m e s u n si bienveillant accueil. H o m m e d u plus grand mérite, il est vénéré dans tout le Thibet et m ê m e dans les pays circonvoisins; s'il se convertissait, le Christianisme verrait aussitôt s'ouvrir u n e large voie à ses progrès d a n s toutes ces vastes contrées. « L a secte d e T c h o u k a b a , d o m i n a n t e aujourd'hui dans le Thibet, s'y établit sur lafind u 1 3 siècle, et dès son origine, elle y prit d e rapides accroissements. Q u e l ques années après q u e T c h o u k a b a eut été élevé a u pontificat s u p r ê m e , il fonda le couvent d e C a l d a u , à dix lieues a u sud d e H'Lassa. Cet établissement c o m p t e aujourd'hui trois mille L a m a s , et o n l'ouvre indistince


232 t e m e n t a u x Thibétains et a u x M o n g o l s : seulement il est réservé p o u r les études plus fortes, et la discipline y est plus sévère q u e d a n s toutes les autres Lamaseries. Vers l'an 1 4 0 6 , u n e pèlerin célèbre, appelé TsiandchangTchortchy, v e n u d u pays Halchas, consacra des offrandes recueillies dans toute la M o n g o l i e , à bâtir le couvent d e B r é b o u m g , à d e u x lieues d u B o u d d h a l a, et le destina presque exclusivement a u x étudiants d e son p a y s , qui ly sont aujourd'hui a u n o m b r e d e huit mille. A peine eut-il achevé, qu'il e n f o n d a u n autre à u n e demi-lieue d e H'Lassa, réservé p o u r les Bouddhistes des autres r o y a u m e s M o n g o l s , p o u r les Etats des Sifans, et m ê m e pour les Chinois qui y viennent d e diverses provinces. Caldau, Bréboumg et Séra sont c o m m e les trois grands séminaires d u B o u d d h i s m e p o u r la Mongolie. « O u t r e le Bouddhala et ces trois fondations gigantesques, H'Lassa c o m p t e u n e foule d e Lamaseries m o i n s considérables, d e sorte q u e le n o m b r e des L a m a s résidant habituellement d a n s la capitale d u T h i b e t , est a u m o i n s de vingt-cinq mille. « C h a q u e a n n é e le culte b o u d d h i q u e exige q u e les L a m a s d e s environs d e la capitale s'y rendent pour célébrer u n e espèce d e g r a n d jubilé, appelé H'LassaNouloum. Cette cérémonie dure vingt et un jours , pendant lesquels tous les tribunaux restent fermés; c h a q u e magistrat s u s p e n d l'exercice d e ses fonctions ; les affaires, d e q u e l q u e nature qu'elles soient, religieuses o u civiles, criminelles o u commerciales, ressortent des L a m a s directeurs d u H'Lassa-Nouloum. Ils sont les juges s u p r ê m e s ; leurs arrêts sont irrévocables, et à peine les ont-ils r e n d u s , q u e d'autres L a m a s sont chargés d e les exécuter. C e pouvoir d u r e jusqu'au vingt et u n i è m e jour. « Telle est la ville d a n s laquelle n o u s venions, au


233 c o m m e n c e m e n t d e l'année dernière, d e dresser u n autel à Jésus-Christ, et d e p r o c l a m e r solennellement son n o m . N o t r e espérance et notre joie croissaient e n voyant d e plus e n plus n o m b r e u s e la foule d e c e u x qui venaient à n o u s , p o u r s'entretenir d e la Religion, et qui m a n i festaient le désir d ' a p p r e n d r e n o s prières. « N o u s n e perdions c e p e n d a n t pas d e v u e notre véritable situation; n o u s e n étions réduits a u dernier dén û m e n t . L a vente d e n o s c h a m e a u x , à Naktchu, nous avait procuré q u e l q u e s ressources, à H' Lassa, le R é g e n t acheta n o s c h e v a u x et n o u s les p a y a trois fois plus qu'ils n e valaient. Il avait i m a g i n é ce m o y e n p o u r n o u s faire accepter d e l'argent q u e n o u s aurions refusé, il le savait, s'il n o u s eût été d i r e c t e m e n t offert. C e qui n o u s e n restait suffisait à peine p o u r subsister q u e l q u e s m o i s . N o u s n o u s trouvions là, a u centre d e pays inaccessibles a u x nations e u r o p é e n n e s , loin d e toutes connaissances, sans nouvelles d e notre Vicaire apostolique, et d a n s l'impossibilité d e lui e n v o y e r des notres. N o u s n'avions rien appris d e c e qui se passait e n E u r o p e d e p u i s trois ans. A p r è s avoir réfléchi sur notre situation, n o u s pens â m e s q u e notre p r e m i e r devoir, d a n s cet état d e c h o s e s , était d'abord d e d o n n e r avis à la sacrée C o n g r é gation d e tout ce qui avait e u lieu à H' L a s s a , et d e r e n o u e r c o m m u n i c a t i o n avec n o s Supérieurs. N o u s n o u s arrêtâmes d o n c a u projet suivant : M . Huc devait rester à H'Lassa p o u r cultiver la chrétienté naissante, entretenir le R é g e n t d a n s ses b o n n e s dispositions ; et travailler à a u g m e n t e r le n o m b r e des c a t é c h u m è n e s , m a i s sans les baptiser, h o r s le d a n g e r d e m o r t . N o u s a i m i o n s m i e u x différer leur b a p t ê m e jusqu'au jour o ù n o u s pourrions célébrer le saint Sacrifice d e la M e s s e . « P o u r m o i , il fut résolu q u e je m e remettrais e n voyage. Je devais m ' a c h e m i n e r vers le m i d i , à travers


234 les m o n t a g n e s qui hérissent cette partie d u T h i b e t ; j'aurais franchi la chaîne des H i m a l a y a , et je m e serais r e n d u e n trente o u quarante journées p a r m i les E u r o péens d e l'Inde. Arrivé à Calcutta, j'aurais écrit à la P r o p a g a n d e et a u x Supérieurs des Missions, et je serais, d a n s le plus bref délai, retourné joindre M . H u e , avec des secours, des vivres, d u vin p o u r la M e s s e , et aussi, n o u s l'espérions, avec des confrères destinés à partager nos travaux, et à participer a u x consolations q u e cette Mission semblait promettre avec tant d'abondance. » N o u s parlâmes a u R é g e n t d e notre dessein, il y entra d e tout son c œ u r , et promit m ê m e d e m e d o n n e r des h o m m e s qui m e conduiraient, a u x frais d e l'Etat, jusqu'aux frontières d u Thibet. « N o u s e n étions là, lorsque la Providence permit q u e notre projet fût tout-à-coup renversé par la violence et la jalousie d e s Ministres chinois. Il faut savoir q u e l'Empereur d e C h i n e , sous prétexte d e protéger le g r a n d L a m a , p o u r lequel il professe la plus grande vénération, entretient d a n s le Thibet u n corps d e troupes, et envoie tous les trois ans d e u x Ministres résider à H'Lassa, tant p o u r présenter ses h o m m a g e s a u Talaï-Lama, q u e p o u r diriger les opérations d e la petite a r m é e chinoise. D a n s les t e m p s ordinaires, ces Magistrats, strictement renfermés d a n s leurs attributions, se tiennent le plus qu'ils peuvent étrangers à toutes les affaires qui n e sont pas d e leur ressort. Si n o u s fussions arrivés à u n e autre é p o q u e a u T h i b e t , les d e u x a m b a s s a d e u r s d e P é k i n , contents d e savoir q u e n o u s n'étions pas d e leurs c o m patriotes, se seraient bien gardés d e s'occuper d e n o u s ; m a i s l'état des choses se trouvait alors tout-à-fait c h a n gé, par suite de circonstances extraordinaires.

« Le Thibet venait de subir une révolution. Son Roi,


235 appelé Sato-Nomakau, s'était r e n d u d e u x fois coupable d e la m o r t d u Talaï-Lama, avant qu'il eut atteint sa majorité, et il menaçait encore les jours d e l'enfant qui règne actuellement : il prétendait par là entretenir u n e minorité perpétuelle sur l'autel d u B o u d d h a l a , et garder toujours concentrée dans ses m a i n s la s u p r ê m e autorité. C e s attentats avaient jeté la stupeur d a n s le T h i b e t , m a i s surtout p a r m i les grands L a m a s . Ils se rassemblèrent dans la capitale et y appelèrent aussi l'un des leurs, appelé Tchang-Kia-Fas, dont le siége est à P é k i n , et qui sert c o m m e d e g r a n d pénitencier à l'Empereur. T o u s e n s e m b l e, voyant qu'une guerre civile éclaterait inévitablement clans le Thibet, s'ils levaient l'étendard contre leur R o i , prirent le parti d e d é n o n cer sa conduite à l'Empereur, et d'invoquer son secours p o u r mettre à couvert les jours d e leur Pontife. Cette délibération avait été portée à Pekin e n 1 8 4 4 , p a r l'ambassade q u e n o u s venions d'accompagner d a n s son retour a u Thibet. « L ' E m p e r e u r , ravi d'une occasion qui pouvait augm e n t e r s o n influence d a n s ces pays reculés, m o n t r a l'empressement le plus vif à se prêter a u x vues des L a m a s . Il rappela d e l'exil le m a n d a r i n Tartare KhyChen, qui avait, quelques a n n é e s auparavant, e n c o u r u son indignation p o u r avoir trahi ses intérêts e n traitant avec les Anglais d e C a n t o n, et l'envoya à H'Lassa avec tous les pouvoirs d o n t l'invitation d e s Thibétains permettait d e l'investir. Khy-Chen avait rempli sa mission avec courage ; et moitié par ruse, moitié p a r force, il avait e n g a g é le R o i h o m i c i d e d e B o u d d h a à aller se mettre entre les m a i n s d e l'Empereur. L e trône d e Sato-Nomakau,d e v e n u vacant par sa déposition, venait d'être rempli par u n jeune L a m a d e dix-huit ans, qui était à peine installé q u a n d n o u s arrivâmes. Khy-Chen,fierd e


•236 l'avantage qu'il avait e u d a n s cette affaire, et espérant réparer sa disgrâce passée e n accroissant l'autorité d e son maître, se portait sans cesse à d e nouvelles prétentions, et toujours sous prétexte d e protéger le grand L a m a . Lorsqu'il eut appris notre arrivée, il voulut d'abord engager le R é g e n t l u i - m ê m e à n o u s faire partir; m a i s celui-ci refusa n e t t e m e n t , alléguant q u e le T h i b e t , loin d'être f e r m é a u x étrangers, servait surtout d'asile à ceux qui, c o m m e n o u s , s'occupaient d e questions religieuses. L e M a n d a r i n , espérant convaincre S'Hyadja-Kaloum d e la nécessité d e n o u s expulser, s'il n o u s trouvait porteurs d'objets suspects p a r m i ces p e u p l e s , tels par e x e m p l e q u e des cartes g é o g r a p h i q u e s ,fitprendre et déférer à son tribunal tous nos effets, p o u r e n faire l'inspection. Mais D i e u se servit de cette occasion m ê m e pour publier solennellement sa doctrine à H'Lassa. N o u s d é p l o y â m e s n o u s - m ê m e s n o s o r n e m e n t s d e M e s s e , notre Missel, notre calice, nos Bréviaires et n o s i m a g e s, et p o u r e n expliquer l'usage, n o u s exposions a u x y e u x de l'assemblée tout l'ensemble des véritéschrétiennes. N o u s n e p e r m î m e s à personne, pas m ê m e à Khy-Chen, d e toucher à rien : n o u s tenions n o u s - m ê m e s les objets p o u r les faire voir a u x e x a m i n a t e u r s ; et lorsqu'ils étendaient le bras p o u r s'en saisir, n o u s les arrêtions e n leur disant : « P r e n d s g a r d e ; si tu y touches avec tes m a i n s i m p u r e s , tu seras puni d e Dieu. » « Cette p r e m i è r e tentative d e Khy-Chen n e tourna d o n c qu'à notre avantage, et n o u s e s p é r â m e s p e n d a n t quelque t e m p s n'avoir plus rien à redouter d e sa m a l veillance ; m a i s a u b o u t d e quelques jours il revint à la charge, et n o u s intima n e t t e m e n t l'ordre d e partir, sous prétexte q u e n o u s étions étrangers et prédicateurs d'une Religion réprouvée par les lois. N o u s c o m m e n ç â m e s alors u n e véritable lutte avec le M a n -


237 darin, o p p o s a n t avec énergie le droit à la violence. S u r le p r e m i e r grief, n o u s r é p l i q u â m e s q u e le T h i b e t n'étant point f e r m é a u x étrangers, n o u s n e devions pas e n être plus exclus q u e les a u t r e s ; q u a n t à la Religion, n o u s r é p o n d î m e s que la loi chrétienne, p o u r être persécutée e n C h i n e , n e l'était point d a n s le T h i b e t ; et q u e d'ailleurs n e lui reconnaissant nul titre, à lui C h i n o i s , d e n o u s intimer des o r d r e s , n o u s n'en tiendrions a u c u n c o m p t e . L e Kaloum prit aussi notre défense; il déclara q u e n o u s étions placés u n i q u e m e n t sous sa juridiction, et n o u s fit dire d e rester tranquilles, sans n o u s inquiéter des prétentions d e Khy-Chen. « C e p e n d a n t l'arrogance d u délégué chinois n e gardait plus d e m e s u r e ; il se faisait u n point d ' h o n n e u r d e n'avoir pas le dessous d a n s cette affaire, et il alla jusqu'à m e n a c e r S'Hyadja-Kaloum d e le d é n o n c e r à sa c o u r c o m m e e n n e m i d u Talaï-Lama. L e R é g e n t , bien q u e c h a r g é d'administrer les affaires d u T h i b e t , m a n q u a i t n é a n m o i n s de titre p o u r traiter d'égal à égal avec l ' E m p e reur d e C h i n e , et n o u s l'entendîmes u n j o u r manifester l'embarras d a n s lequel il se trouvait: « Je suis seul, n o u s disait-il; le Talaï-Lama n'est q u ' u n enfant, et je n e trouve nulle part l'appui, d o n t j'aurais besoin p o u r m e t t r e u n frein à la tyrannie d e ce Chinois. » L'inquiétude o ù n o u s le v î m e s n o u sfitfaire d e sérieuses réflexions; la contestai ion entre lui et l'ambassadeur d e P é k i n s'aigrissant d e plus e n p l u s , il allait être bientôt obligé d e p r e n d r e u n parti décisif à notre sujet. C'était p o u r lui u n e cruelle alternative, o u d e s e déclarer é n e r g i q u e m e n t e n notre faveur, et alors il s'exposait, et avec lui peut-être tout le T h i b e t , a u x ressentiments d u g o u v e r n e m e n t chinois ; o u d'humilier s o n autorité d e v a n t les m e n a c e s d u M a n d a r i n, e n n o u s intimant, d e la part d u TalaïLama, l'ordre d e partir. O r il était infiniment probable


238 q u e le R é g e n t , p o u r protéger d e u x h o m m e s n o u v e l l e m e n t arrivés, d e qui il n'avait rien ni à espérer ni à craindre, n e voudrait pas se jeter, lui et son g o u v e r n e m e n t , d a n s les dernières extrémités, et qu'ainsi c o n d e s c e n d a n t a u x v u e s d e l'envoyé impérial, il finirait bientôt par n o u s signifier l u i - m ê m e u n arrêt d e b a n n i s s e m e n t . E n ce cas, n o u s étions exclus d u T h i b e t par l'autorité indigène, et par là n o u s perdions tout droit d'y revenir et d'y résider. N o u s i m p l o r â m e s l o n g t e m p s et avec instance les lumières d e l'Esprit-Saint, et après avoir m û r e m e n t envisagé notre situation sous toutes ses faces, et p e s é toutes ses suites, n o u s j u g e â m e s qu'il valait m i e u x céder p o u r u n t e m p s à l'orage, et n o u s conserver intacts le droit et l'espoir d e rentrer à H'Lassa d a n s des circonstances meilleures. L e R é g e n t à qui n o u s finies i m m é d i a t e m e n t part d e notre résolution, tout e n se m o n t r a n t affecté à la p e n s é e d e notre é l o i g n e m e n t , r e c o n n u t la sagesse des raisons q u i n o u s y avaient d é t e r m i n é s . S e s paroles n o u s laissèrent entrevoir q u e n o u s n e faisions q u ' e m b r a s s e r volontairem e n t u n e voie à laquelle il eût été bientôt contraint d e n o u s inviter l u i - m ê m e , et il n o u s remercia d'avoir prév e n u cette d o u l o u r e u s e extrémité. « N o t r e départ d e H'Lassa eut lieu le 2 6 février. Partout n o u s f u m e s accueillis par les Thibétains avec les m a r q u e s les plus touchantes d'intérêt et d e considération, et n o u s a p p r î m e s , d e p u i s , q u e tous les chefs des districts avaient reçu d u R é g e n t u n e d é p ê c h e qui leur enjoignait e x p r e s s é m e n t d'en agir ainsi à notre égard. « L a partie orientale d u T h i b e t q u e n o u s e û m e s à traverser, n'est q u ' u n e suite continuelle d e rochers escarpés et d e précipices ; il fallait les gravir et les desc e n d r e sans c h e m i n battu ; souvent le passage était si étroit, q u e désirant mettre pied à terre p o u r franchir à pied u n pas difficile, l'espace n e le permettait point,


239 et n o u s d e v i o n s n o u s r é s o u d r e à passer à cheval s u r le p e n c h a n t d ' a b î m e s d o n t l'escarpement et la p r o f o n d e u r faisaient frémir. Q u e l q u e f o i s m ô m e il n'y avait q u ' u n s i m p l e tronc d'arbre, n o n é c o r c é , qu'on avait c o u c h é là p o u r s u p p l é e r , a u d e s s u s d u gouffre, à l'interruption d u sentier. A u m o i n d r e f a u x p a s , le cheval et s o n cavalier roulaient e n s e m b l e et disparaissaient sans retour. « L a neige t o m b a p r e s q u e continuellement p e n d a n t notre v o y a g e ; les m o n t a g n e s e n étaient c o u v e r t e s ; d a n s le f o n d d e s vallées il s'en trouvait des a g g l o m é r a t i o n s i m m e n s e s , faites p a r les a v a l a n c h e s a m o n c e l é e s les u n e s s u r les autres. Il arrivait alors q u e la neige m a n q u a n t parfois s o u s les p i e d s , le v o y a g e u r s'enfonçait et disparaissait c o m m e d a n s le f o n d d'un puits. N o u s e û m e s ainsi b i e n d e s accidents à d é p l o r e r d a n s le c o u r s d e cette l o n g u e r o u t e : p a r m i les soldats d e l'escorte, plusieurs p é r i r e n t , o u précipités d u h a u t d e s r o c h e r s , o u e n s e velis s o u s les neiges. « D e ce n o m b r e fut le m a n d a r i n L y , notre c o n d u c teur e n c h e f , q u i roula d u s o m m e t d'une m o n t a g n e et m o u r u t q u e l q u e s jours après. U n autre m a n d a r i n , q u i s'était joint à n o u s , s u c c o m b a d e m ô m e a u x m i s è r e s d e cette traversée, et l'un d e ses n e v e u x q u i l ' a c c o m p a gnai;, j e u n e h o m m e e n voie d e parvenir a u x plus brillantes faveurs d e la fortune, n e lui s u r v é c u t q u e d e q u e l q u e s jours. « Les c a d a v r e s d e ces dignitaires furent m i s d a n s d e s bières et portés p a r d e s satellites. N o u s présentions alors u n spectacle b i e n c a p a b l e d e dessiller les y e u x à ces a v e u g l e s : d e s m a n d a r i n s forcés avec leurs b a n d e s à j o u e r leur vie d a n s cet affreux d é s e r t , tant d e d é p e n s e s , tant d e fatigues et d e m i s è r e s d e toute e s p è c e , tout cela était le fruit d e la h a i n e d u g o u v e r n e m e n t chinois p o u r la R e l i g i o n , et d e s o n a c h a r n e m e n t à p o u r s u i v r e


240 d e u x Missionnaires; et par u n e disposition frappante d e la justice divine, l'escorte, d é c i m é e par les accidents d e la route, suffisait à peine a u convoi des m o r t s ; les chefs qu'on avait chargés d e veiller sur n o u s , étaient e u x m ê m e s portés à notre suite d a n s des cercueils. (La suite au prochain

numéro.)

NOUVELLES.

L a congrégation d u S a i n t - C œ u r d e M a r i e, qui a déjà p a y é par tant d e sacrifices son d é v o u e m e n t à la civilisation des N o i r s , vient encore d e faire u n e nouvelle perte d a n s la p e r s o n n e d e M . Truffet, Vicaire apostolique d e la G u i n é e . C e j e u n e E v ê q u e n'a fait q u e se m o n t r e r sur la côte d'Afrique, o ù sa vie s'est c o n s u m é e e n q u e l q u e s m o i s ; m a i s l'exemple d e s o n abnégation a suffi p o u r r a n i m e r le zèle d e ses confrères; sa m é m o i r e est restée chère a u x esclaves, dont il aimait à se dire le serviteur, et à ses funérailles, o n entendait la foule répéter e n sanglotant : « Celui-là était v r a i m e n t l'ami des Nègres. »

MANDEMENTS.

Nosseigneurs les E v ê q u e s d e F a e n z a , d e N e v e s et d e Marseille ont daigné appele d e nouvelles bénédictions sur notre O E u v r e , e n la r e c o m m a n d a n t à leurs diocésains.

Lyon, Imprimerie de J.

B. Pelagaud.

G r a n d e rue Mercière, 26.


241

MISSION DU THIBET.

Suite du voyage de MM.

Gabet et Huc,

Missionnaires

Lazaristes ( 1 ) .

« N o u s f û m e s q u a t r e m o i s à t r a v e r s e r cet a f f r e u x p a y s , q u i c o m p t e à p e u p r è s six c e n t s l i e u e s d ' é t e n d u e depuis H'Lassa jusqu'à Ta-tsien-lou , première ville d e la frontière c h i n o i s e . Il fallut, p e n d a n t cette l o n g u e r o u t e, r e p r e n d r e e n g r a n d e partie le c o u r s d e s privations d e tout g e n r e q u i avaient a c c o m p a g n é n o s p a s d a n s les s o l i t u d e s m o n g o l e s . S o u v e n t , a p r è s a v o i r m a r c h é u n e j o u r n é e e n t i è r e, exposés à u n e p l u i e b a t t a n t e, n o u s a r r i v i o n s le soir à u n e m i s é r a b l e é c h o p p e g a r d é e p a r q u e l q u e s soldats : il n'y avait p o u r r e p o s e r q u e la terre n u e et q u e l q u e f o i s d é t r e m p é e c o m m e d e la b o u e . L a toiture m a l faite et à m o i t i é d é t r u i t e n e n o u s garantissait n i d u v e n t ni d e la n e i g e . C e p e n d a n t , m a l g r é tant d e m i s è r e s

(1) L e c o m m e n c e m e n t numéro. M . Gabet,

d e celte relation se t r o u v e d a n s le p r é c é d e n t

a p r è s a v o i r raconté son arrivée à H ' L a s s a,

ses

luttes a v e c le d é l é g u é d e la C h i n e et s o n départ forcé d e la capitale d u T h i b e t , a c h è v e ici le récit d e s o n v o y a g e jusqu'à TOM.

XX. 1 1 9 JUILLET 1 8 4 8 .

Macao.

11


242 et tant de dangers,

nous sortîmes toujours sains et

saufs des passages les plus périlleux, et notre santé s'améliora

d e jour en jour.

« Cette route, jusqu'aux frontières d e C h i n e , n e présenta à notre v u e qu'une suite continuelle d'abîm e s , des chaînes d e rochers dont la c i m e se perdait dans les nues, dus

et a u x flancs desquels étaient suspen-

d'immenses

blocs de

glace ; c'étaient à

pas de grands fleuves qui

se précipitaient

chaque d e cata-

racte eu cataracte entre les coupures des m o n t a g n e s ; mais jamais des plaines fertiles,

ni des lieux tant soit

p e u favorisés d e la nature. « N o u s vîmes aussi u n n o m b r e considérable d e L a m a series. Les plus fameuses sont celle d e Choupando

,

qui

ressemble à u n e, ville par ses m o n u m e n t s et la vaste étend u e d e son enceinte ;celled e Tsiamdo,

qui c o m p t e qua-

ire mille L a m a s ; celles de Kian-ka, d e d e Bathang et d e Lythang,

Tchiang-ya,

L'aspect d u pays révèle d e

toutes parts qu'il n'est rien q u e par sa religion. D a n s les Lamaseries seulement blements d'indigènes.

ont lieu les grands rassem-

Les

sciences,

les arts et la

plus grande partie d u c o m m e r c e sont concentrés entre les m a i n s des religieux. Enfin sert à

ce pays

législation et d e

d'industrie,

de

politique.

Pour

le culte

lamaïque

gouvernement,

de

bien expliquer cet

état, il faut dire q u e la religion d e B o u d d h a possède tout le Thibet, avec ses habitants, ses terres, ses richesses, ses m o n u m e n t s et jusqu'à ses rochers; car o n voit leur granit tantôt couvert de légendes superstitieuses , tantôt taillé en forme d'idole avec une niche creusée dans la pierre vive; o n aperçoit

même,

suspendues

à leurs flancs les plus abrupts, d e grandes Lamaseries dont les cellules sont groupées comme

des nids d'hirondelles.

et collées à la roche


243 « C e s L a m a s e r i e s jouissent toutes d'un territoire plus o u m o i n s é t e n d u, d o n t les produits f o r m e n t le rev e n u des religieux, et d o n t l'administration appartient a u B o u d d h a incarné d u c o u v e n t . T a n t d'avantages attachés à la dignité d e g r a n d L a m a , excitent v i v e m e n t les ambitions, et p r o v o q u e n t quelquefois les luttes les plus a c h a r n é e s . T e l était le spectacle qu'offrait, à notre passage, la L a m a s e r i e d e Tchiang-ya. S o n B o u d d h a était p a r v e n u à cette place suivant toutes les f o r m é s v o u l u e s par les croyants d u p a y s ; m a i s u n c o m p é t i t e u r plus h a bile q u e lui ayant levé l'étendard d e la révolte, il s'ensuivit u n e g u e r r e terrible. C e s c h i s m e , bien qu'il eut déjà, p e n d a n t six a n n é e s, p r o v o q u é u n e infinité d e c o m b a t s , dévasté et ensanglanté bien des habitations et m ê m e des L a m a s e r i e s, n'avait cependant, e n c o r e rien produit d e décisif. L e B o u d d h a légitime disposait des milices de l'Etat ; mais l'anti-Bouddha , rachetant par la supériorité de ses talents le vice de s o n origine, avait entraîné p r e s q u e tout le p e u p l e à sa s u i t e , et luttait avec avantage contre s o n rival. D e s c a m p a g n e s e n friche, couvertes çà et là d e m o n c e a u x d ' o s s e m e n t s ; d e s villages incendiés et d é m o l i s , n'attestaient q u e trop l'implacable fureur d o n t les d e u x partis étaient a n i m é s . « O n voit aussi d a n s cette partie d u T h i b e t u n g r a n d n o m b r e d e L a m a s contemplatifs, à la façon des fakirs d e l'Inde. N o u s p a s s â m e s a u pied d'une cav e r n e o ù l'un d'eux m e n a i t d e p u i s vingt et u n a n s la vie érémitique : sa règle était, dit-on, d e n e (aire q u ' u n repas p a r s e m a i n e , et d e n e paraître e n public q u ' u n e fois tous les trois ans. 11 a près d e lui u n disciple p o u r transmettre ses r é p o n s e s a u x p e r s o n n e s q u i viennent le consulter. L a réputation d o n t il jouit est colossale. C e s ermites sont n o m b r e u x , et e n général


244

ils sont toujours la s o u c h e d'une nouvelle incarnation b o u d d h i q u e . « N o u s arrivâmes à Ta-tsien-lou, p r e m i è r e cité chinoise d e la frontière, quatre m o i s après notre sortie d e H ' L a s s a . L e cortége d e cercueils q u i n o u s a c c o m p a g n a i t fut d é p o s é d a n s cette ville, et un n o u v e a u M a n d a r i n fut n o m m é p o u r n o u s conduire jusqu'à la capitale d e la p r o v i n c e , appelée Tching-ton. D è s lors n o u s n o u s t r o u v â m e s entièrement entre les m a i n s des Chinois, car d è s qu'on a passé Ta-tsienlou, o n n e rencontre plus d e Thibétains. L e sort d e M . P e r b o y r e , m i s à m o r t q u e l q u e s a n n é e s auparavant, n o u s avertissait assez d e ce q u i pouvait n o u s être réservé; m a i s habitués depuis d e u x a n s à avoir sans cesse la m o r t présente sous les y e u x , d e mille m a nières différentes, n o u s n'éprouvions a u c u n e crainte. L a pensée d'être traduits devant les t r i b u n a u x , et d'y souffrir le m a r t y r e, n o u s apparaissait c o m m e la fin la plus h e u r e u s e d e notre course, et c o m m e la la plus belle r é c o m p e n s e q u e D i e u p û t accorder à n o s désirs. N o u s m a r c h i o n s d o n c à g r a n d e s journ é e s, impatients plutôt qu'inquiets d e voir quelle serait l'issue d e notre affaire. « L e bruit d e notre arrestation n o u s avait d e b e a u c o u p précédés ; les M a n d a r i n s l'avaient m ô m e fait afficher p u b l i q u e m e n t ; m a i s e n m ê m e t e m p s o n avait appris la triste fin d e n o s conducteurs et d'une partie d e n o s satellites. C e s é v é n e m e n t s , qui montraient la colère d u ciel visiblement déchaînée contre les agents d e cette persécution, avait s e m é la terreur d a n s les lieux o ù n o u s devions être jugés. « Arrivés à la capitale, n o u s f û m e s logés c h e z l'intendant des prisons, et d è s le l e n d e m a i n c o n duits a u tribunal. L a séance était disposée avec u n


245

appareil i n a c c o u t u m é ; a u lieu d ' u n seul M a n d a r i n , c o m m e d a n s les c a u s e s ordinaires, les cinq p r e m i e r s magistrats d e la p r o v i n c e y étaient v e n u s p r e n d r e place. L e u r s officiers f o r m a i e n t d e c h a q u e côté u n e l o n g u e h a i e , d e p u i s la g r a n d e porte j u s q u ' a u f o n d de la cour où siégeait le tribunal ; sur les gradins , on voyait, debout, une troupe de bourreaux armés d e leurs i n s t r u m e n t s d e torture : les u n s soutenaient d e s c a n g u e s , d'autres agitaient d a n s leurs m a i n s d e s fouets, étalaient d e s c h a î n e s q u ' o n faisait rougir a u feu, o u d e s r o s e a u x pointus p o u r être plantés sous les ongles, enfin tout l'appareil d e s divers g e n r e s d e s u p plices e n u s a g e c h e z ces barbares. T o u s ces b o u r r e a u x f o r m e n t c o m m e u n cercle a u t o u r d u p r é v e n u , et se tiennent prêts à exécuter à l'instant m ê m e les arrêts d u j u g e . O n déploie à dessein a u x y e u x d e l'accusé cet effrayant spectacle, afin q u e la v u e d e s instrum e n t s d e supplice abatte s o n c o u r a g e a v a n t m ê m e q u e la torture lui soit a p p l i q u é e . « L a grâce divine q u e Jésus-Christ p r o m i t à ses disciples lorsqu'ils seraient conduits d e v a n t leurs persécuteurs, n o u s vint s e n s i b l e m e n t e n aide ; car a u lieu d e c h a n c e l e r , n o u s n o u s s e n t î m e s c o m m e électris e s e n p r é s e n c e d e s M a n d a r i n s et d e cette t r o u p e d e bourreaux. « O n c o m m e n ç a par n o u s s o m m e r d e n o u s mettre à g e n o u x . ( Il faut savoir q u ' e n C h i n e , tout h o m m e c o m p a r a i s s a n t d e v a n t u n tribunal, qu'il soit a c c u s é o u a c c u s a t e u r, o u m ê m e s i m p l e t é m o i n , doit se m e t t r e à g e n o u x ; la règle est g é n é r a l e et n e souffre j a m a i s d'exception. ) N é a n m o i n s cette injonction n o u s révolta, e t , c o n t i n u a n t à n o u s tenir d e b o u t , n o u s r é p o n d î m e s tous les d e u x à la fois, q u o i q u e sans n o u s être concertés : « N o n , j a m a i s n o u s n e fléchi-


246 « rons le g e n o u devant vous. » C e refus et l'air d e fermeté qu'ils n o u s voyaient, les déconcertèrent a u point qu'ils restèrent l o n g t e m p s indécis et n e sachant quel parti p r e n d r e ; enfin ils n'insistèrent pas et procédèrent à l'interrogatoire. Q u i ètes-vous? n o u s d e m a n dèrent-ils : quel est le b u t d e votre entrée e n C h i n e ? N o u s r é p o n d î m e s catégoriquement et avec force q u e n o u s étions Prêtres d e la Religion c h r é t i e n n e , v e n u s e n C h i n e p o u r l'y prêcher ; q u e notre p a y s était la F r a n c e . Ils insistèrent b e a u c o u p p o u r savoir qui n o u s avait servi d e g u i d e p o u r pénétrer d a n s l'empire, quels lieux n o u s avions habités, et quelles familles n o u s avaient d o n n é asile. A ces questions, n o u s tournant vers celui des juges qui mettait le plus d'ardeur à n o u s presser, n o u s lui d î m e s d'un ton résolu q u e n o u s étions v e n u s e n C h i n e d e n o u s m ê m e s , sans y avoir été invités par p e r s o n n e ; q u e n o u s y avions séjourné à n o s frais, et q u e n o u s étions seuls responsables d e n o s d é m a r c h e s ; q u e leurs efforts p o u r obtenir d e n o u s des dénonciations, étaient vains, et q u e n o u s n'en ferions j a m a i s . A p r è s u n instant d e silence, u n M a n d a r i n eut l ' i m p u d e n c e d e n o u s adresser u n e question outrageante p o u r la m o rale chrétienne : M . H u c , qui se trouvait vis-à-vis d e lui, prit la parole d'un air grave et i n d i g n é , et, avec u n geste i m p o s a n t , lui fit u n e r é p o n s e qui le couvrit d e confusion. Cet incident fut la clôture d e la séance. « A p r è s u n jour d'intervalle, n o u s f û m e s conduits a u tribunal d u vice-roi p o u r y entendre décider notre sort : il s'agissait, o u d e n o u s envoyer à Pékin p o u r être livrés au tribunal des supplices, o u d e n o u s conduire à la frontière pour être remis ensuite entre les m a i n s d u consul d e notre nation. A v a n t d e n o u s introduire d e -


247

vant le vice-roi, u n M a n d a r i n vint n o u s prévenir que là n o u s n e pourrions plus n o u s dispenser d e n o u s mettre à g e n o u x ; mais n o u s protestâmes encore et avec u n e n o u velle énergie q u e n o u s n e le ferions jamais. « L e vice-roi n o u s reçut d a n s u n e vaste salle d'audience; il était assis, et n o u s nous tînmes d e b o u t . Il n o u s fit quelques questions semblables à celles qu'on n o u s avait adressées d e u x jours a u p a r a v a n t , s e u l e m e n t n o u s r e m a r q u â m e s qu'il évitait d e toucher à celles q u e n o u s avions repoussées d e m a n i è r e à confondre nos juges. 11 resta ensuite q u e l q u e t e m p s à réfléchir, puis n o u s dit qu'il n o u s ferait conduire à C a n t o n , et remettre a u représentant d e la nation française. A v a n t d e n o u s retirer, n o u s réitérâmes devant lui les protestations q u e n o u s avions déjà faites à H ' L a s s a , d o n t la substance est, q u e n o u s regardions c o m m e illégale et tyrannique la c o n duite d u délégué chinois à notre é g a r d , et q u e n o u s le dénoncerions à notre g o u v e r n e m e n t . A p r è s ces paroles, prononcées d'un ton grave et ferme, n o u s fîmes a u vice-roi u n salut selon l'usage e u r o p é e n et n o u s sortîmes. « L a capitale d u Su-tchuen c o m p t e u n g r a n d n o m b r e d e chrétiens d a n s ses m u r s ; m a i s o n faisait u n e g a r d e sévère autour d e n o u s p o u r n o u s e m p ê c h e r d'avoir a u c u n e c o m m u n i c a t i o n avec e u x . N o u s restâmes d e u x jours d a n s cette ville, sans qu'il nous fût possible d'en voir u n seul ; toutefois, à notre d é p a r t , ils se mêlèrent à u n e foule i m m e n s e q u e la curiosité avait attirée sur notre p a s s a g e , et l'un d'eux, profitant d u t u m u l t e , parvint à n o u s mettre u n billet entre les m a i n s sans être aperçu d e personne. C'était u n e lettre d'un prêtre chinois, appelé Philippe Z u i , préposé a u soin des fidèles d e la ville ; il n o u s donnait avis q u e la persécution régnait partout avec fureur, et n o u s retraçait e n détail la désolation des chrétientés d e la province.


248

« Notre départ d e Tching-ton eut lieu sur la fin d e juin ; o n n o u s a c h e m i n a d e là vers C a n t o n , d'où n o u s étions e n c o r e , par la route qu'on n o u s fit p r e n d r e , à plus d e cinq cents lieues. A p r è s sept à huit journées d e m a r c h e , n o u s r e ç u m e s encore u n e lettre, par l'intermédiaire d'un chrétien qui réussit à tromper, la vigilance d e n o s g a r d e s , et en m ê m e t e m p s u n e copie des édits impériaux r e n d u s en faveur d e la Religion, à la sollicitation d u g o u v e r n e m e n t français. L a lettre, écrite en latin par u n prêtre chinois n o m m é Matthieu Z i e o u , n o u s avertissait, entre autre choses, q u e d a n s la ville o ù n o u s allions arriver, trois chrétiens avaient été pris et traînés a u tribunal p o u r cause d e religion ; qu'après avoir été cruellement battus, ils avaient été, sur leur refus d'apostasier, chargés d e chaînes et. renfermés d a n s u n horrible cachot. C e prêtre n o u s priait d'interpeller le M a n d a r i n et d'exiger d e lui la délivrance des trois confesseurs d e la foi. « O n savait partout q u e la force avec laquelle n o u s avions parlé a u x juges d e la capitale, n o u s donnait u n e g r a n d e influence sur les M a n d a r i n s et n o u s mettait e n position d e tout leur dire, m ê m e d'user d e m e n a c e s à leur égard. Arrivés à la ville, n o u s n o u s a d r e s s â m e s d o n c a u magistrat persécuteur, n o u s lui r e m o n t r â m e s toute l'injustice d e sa conduite, et n o u s lui fîmes l'exposé des châtiments terribles q u e D i e u n e m a n q u e jam a i s d'infliger à c e u x qui osent c o m b a t t r e son Eglise ; châtiments dont leurs annales offrent u n e foule d ' e x e m ples. N o u s v o u l û m e s aussi lui parler des édits r é c e m m e n t publiés p o u r protéger les chrétiens ; m a i s il p r o testa n'en avoir a u c u n e connaissance. C e p e n d a n t D i e u d o n n a tant d'efficacité à nos paroles, qu'il s'engagea à n e plus molester nos n é o p h y t e s ; et dès le soir, il m i t en liberté les trois confesseurs d e la foi. « O n n o u s faisait suivre le cours d u g r a n d fleuve


249

appelé Jang-dze-Kiang ; n o u s voyagions tantôt par d e s sentiers pratiqués le long d e ses b o r d s , et tantôt sur des barques. C e fleuve r e s s e m b l e à u n bras d e m e r p a r sa largeur i m m e n s e , et q u a n d les vents se mettent à souffler, il s'y élève des t e m p ê t e s aussi terribles q u e sur l'Océan. U n j o u r , o n n o u s avait d o n n é d e u x b a r q u e s : l'une était m o n t é e p a r la plus g r a n d e partie d e n o s c o n ducteurs, n o u s étions sur l'autre avec le reste d e l'équip a g e . À peine e û m e s - n o u s fait q u e l q u e s lieues, q u ' u n orage subit c o m m e n ç a à soulever les v a g u e s ; c o m m e c'était u n vent arrière, il n e semblait pas d a n g e r e u x , et n o s g e n s , satisfaits d e voir accélérer leur m a r c h e , s'en réjouissaient plus qu'ils n e s'en alarmaient. T o u t - à - c o u p l u n e rafale n o u s prit d e côté, et n o u s f û m e s portés sur sa rive, m a l g r é les efforts des matelots qui luttaient avec la r a m e et d e longues gaules p o u r tenir le large. Arrivés a u b o r d , n o u s n o u s a p e r ç û m e s q u e le vent avait repris sa p r e m i è r e direction ; l'équipage se remit d o n c e n travail d e gaules et d'avirons, et reconduisit la b a r q u e jusqu'au milieu du fleuve; m a i s à peine y fut-elle, q u ' u n e s e c o n d e rafale n o u s prit e n c o r e e n flanc et n o u s r a m e n a a u lieu q u e n o u s v e n i o n s d e quitter. N o s matelots n e se d é c o u r a g è r e n t pas et parvinrent d e n o u v e a u à g a g n e r le large; alors le m ê m e fait se répéta u n e troisième fois, et d'une m a n i è r e si subite, qu'il était impossible d e n e pas y voir q u e l q u e c h o s e d'extraordinaire. L e patron effrayé, o r d o n n a d'amarrer a u rivage, et quoiqu'il n e fût pas encore m i d i , n o u s r e s t â m e s là tout le reste d e la journ é e . P o u r l'équipage de l'autre b a r q u e, v o y a n t ce qui n o u s arrivait et le p r e n a n t p o u r u n effet d e notre m a l a d r e s s e , il s'en était b e a u c o u p diverti et avait continué sa route. L e l e n d e m a i n m a t i n , n o u s p û m e s aussi r e p r e n d r e la nôtre; m a i s arrivés à la ville, n o u s n'y trouv â m e s pas tous nos c o m p a g n o n s : p e u après qu'il n o u s


250 eurent p e r d u s d e v u e , le vent était d e v e n u si violent et les vagues tellement furieuses, q u e leur navire avait été submergé. U n M a n d a r i n , plusieurs h o m m e s d e l'éq u i p a g e et tous les effets avaient péri. Q u e l q u e s matelots s e u l e m e n t avaient e u assez de b o n h e u r p o u r saisir u n des câbles d u bâtiment qui flottait renversé, et étaient ainsi p a r v e n u s à sauver leur vie d u naufrage. « C i n q u a n t e - n e u f jours a p r è s notre d é p a r t d e la capitale d u S u - t c h u e n , n o u s a r r i v â m e s clans la m é t r o p o l e d u H o u - P é , a p p e l é Ou-tchang-Fou : c'est d a n s cette ville q u e six a n s a u p a r a v a n t , M . P e r b o y r e , notre c o n f r è r e , en compagnie duquel j'étais venu en Chine , avait eu , après de cruelles tortures et de longs interrogatoires, le b o n h e u r d e d o n n e r sa vie p o u r le n o m d e Jésus-Christ. N o u s p a r c o u r û m e s , le c œ u r plein d e respect et p é n é t r é s d e la plus p r o f o n d e é m o t i o n , ces lieux e m p r e i n t s d e si glorieux et d e si t o u c h a n t s souvenirs. H e u r e u x confrère, n o u s d i s i o n s - n o u s l'un à l'autre, à q u i D i e u a fait la g r â c e d e sortir, la p a l m e d u m a r t y r e à la m a i n , d e cette vallée d e l a r m e s , o ù il faut passer ses j o u r s d a n s d e s périls sans cesse renaissants, d a n s d e continuelles et d é solantes incertitudes ! « D a n s la province d u H o u - P é , qui f o r m e le Vicariat apostolique d e M g r . Rizzolati, la persécution régnait d e toutes parts à l'époque d e notre passage ; et il n'y avait q u e p e u d e jours q u ' u n religieux espagnol, M . N a v a r r o , venait d e t o m b e r entre les m a i n s des satellites « D e là n o u s c o n t i n u â m e s notre r o u t e vers C a n t o n , e n traversant la p r o v i n c e d u K i a n g S i , q u i f o r m e le Vicariat apostolique d e M g r . L a r i b b e . L a persécution n'y était p a s m o i n s a r d e n t e q u e d a n s les autres endroits; n o u s le s û m e s p a r l'entremise d ' u n c h r é t i e n , q u i p a r vint à insinuer s e c r è t e m e n t u n billet d a n s la c h a m b r e o ù n o u s étions g a r d é s .


251

« Enfin, après u n e m a r c h e d e plus d e sept m o i s , n o u s a r r i v â m e s à C a n t o n , puis à M a c a o , d a n s les p r e m i e r s jours d'octobre, d e u x ans et q u e l q u e s m o i s après notre d é p a r t d e la chrétienté d e Piéliékéo. N o t r e v o y a g e , p o u r aller d e la T a r t a n e à H ' L a s s a , et p o u r revenir d e H'Lassa jusqu'à C a n t o n , avait été à p e u près d e d e u x mille cinq cents lieues e u r o p é e n n e s . « N o t r e arrivée à M a c a o c a u s a b e a u c o u p d e surprise et d e joie. P e r d u s p e n d a n t plusieurs a n n é e s d a n s les déserts d e l'Asie centrale, s a n s avoir j a m a i s p u e n v o y e r d e n o u v e l l e s , n o u s passions partout p o u r m o r t s . D e notre c ô t é , n o u s étions d a n s u n e c o m p l è t e i g n o r a n c e d e tout ce q u i concernait l'Europe : les dernières nouvelles q u e n o u s e n avions r e ç u e s étaient d u c o m m e n c e m e n t d e l'année 1 8 4 3 , et n o u s étions à la fin d e 1 8 4 6 .

« GABET. M m .

Lazariste.

»


252

MISSIONS DE LA CHINE.

L e s portes d e la C h i n e , si l o n g t e m p s f e r m é e s a u x apôtres d e l ' E u r o p e , v i e n n e n t enfin d e t o m b e r s o u s les c o u p s d e ses soldats. P a r cette b r è c h e q u i v a c h a q u e j o u r s'élargissant, les r e g a r d s avides d e tous les p e u p l e s plongent maintenant a u c œ u r d e ce mystérieux empire : plus intéressés q u ' e u x p a r n o s souvenirs et n o s e s p é r a n c e s d e chrétiens à le b i e n c o n n a î t r e , n o u s allons y jeter à notre tour u n c o u p d'œil religieux. N o t r e é t u d e sera m o i n s d e pressentir ses nouvelles destinées, toujours incertaines c o m m e l'avenir d o n t D i e u seul a le secret, q u e d e recueillir d e saintes traditions, et d e suivre, à la trace d e ses bienfaits ou d e s o n s a n g , l'histoire d u catholicisme d a n s l'Asie orientale. Ainsi le p a s s é se rattachera d e l u i - m ê m e à l'époque actuelle, et les p r e m i e r s trav a u x d e l'apostolat serviront à e x p l i q u e r les c o n q u ê t e s q u i lui s e m b l e n t a u j o u r d ' h u i p r o m i s e s . T r o i s t a b l e a u x suffiront à c e r é s u m é historique. L e p r e m i e r c o m p r e n d r a les origines d e la M i s s i o n chinoise ; le s e c o n d retracera les prédications savantes d e s X V I I et XVIII siècles; le troisième e m b r a s s e r a l'ensemble d e s événements contemporains. E

E


253

O R I G I N E D E LA MISSION C H I N O I S E .

E n recherchant l'origine du christianisme en Chine, on trouve dans l'histoire, à six siècles de distance, deux époques assignées à son berceau. L'une, qui est trèsancienne, mais aussi très-contestée, remonterait jusqu'aux temps apostoliques, et ferait de saint T h o m a s le fondateur de l'Eglise chinoise, c o m m e il fut le père de l'Eglise indienne. A cette opinion se rattache l'hypothèse de quelques écrivains qui, pour expliquer certaines analogies entre nos rits sacrés et les usages religieux du Céleste Empire, veulent qu'au premier siècle de notre ère les Chinois aient confondu Fo avec Jésus-Christ, et des Prêtres syriens avec les Brahmes de l'Indoustan. Mais sans insister davantage sur une donnée historique si controversée, nous passons aux faits plus récents qui constatent, par une date précise et reconnue , l'apparition de notre foi en Chine, soit qu'elle y fût alors introduite pour la première fois, ou simplement renouvelée. C'est en 635 que fut inaugurée cette lointaine Mission. La preuve en existait depuis des siècles, — elle existe encore, — au cœur m ê m e

et

de l'empire, qui

l'avait oubliée, lorsqu'un heureux hasard la fit sortir de terré, où elle était profondément enfouie. O n suivra peut-être avec quelque intérêt le récit de cette précieuse découverte. L'an 1 6 2 5 , dans une petite ville du Chen-si, pelée Si-gan-fou

ap-

et jadis capitale de l'empire, des ouvriers

chinois déblayant le sol pour y asseoir les fondements d'un édifice, trouvèrent une table lapidaire, de dix


254 pieds d e h a u t sur cinq d e large. U n e croix y était gravée, avec u n e légende e n caractères moitié étrangers, moitié nationaux. Cette pierre antique, relevée par ordre d e l'autorité, fut d é p o s é e c o m m e m o n u m e n t d a n s u n t e m p l e d'idoles: les M a n d a r i n s n e se doutaient pas, e n plaçant cette inscription sous la s a u v e g a r d e d e leurs d i e u x , qu'elle rendrait u n jour t é m o i g n a g e à l'Evangile. O r il arriva q u ' u n E u r o p é e n , s'arrêtant à déchiffrer ce texte m y s térieux, r e c o n n u t avec la surprise d u savant qui lirait sur u n e t o m b e ignorée l'histoire d'un r è g n e é v a n o u i , q u e le f l a m b e a u d e la foi, porté e n C h i n e dès le V I I siècle, y avait l o n g t e m p s brillé d u plus vif éclat. R é s u m o n s e n p e u d e m o t s cette p a g e d é t a c h é e des annales ecclésiastiques, qui e m b r a s s e u n e période d e 1 4 6 ans. e

« E n l'année 6 3 5 ,dit l'Inscription, sous le r è g n e d e Taï-sung, fondateur d e la 1 3 dynastie, arriva à Tchangngan (aujourd'hui Si-gan fou) u n h o m m e d e g r a n d e vertu, n o m m é O-lo-pen, et prêtre d u Ta-sin ( d e l'empire r o m a i n ) . 11 apportait avec lui les véritables Ecritures. L e s g r a n d s dignitaires d e la c o u r vinrent le recevoir à la porte orientale, et le présentèrent a u souverain, qui l'invita à traduire e n chinois les Saints Livres d a n s la bibliothèque impériale. A p r è s u n m u r e x a m e n d e leur doctrine, Taï-sung s'étant c o n v a i n c u qu'elle avait la vérité p o u r b a s e , la perfection p o u r b u t , et la paix p o u r résultat, o r d o n n a qu'elle fut a n n o n c é e à ses peuples, et décréta q u ' u n e église serait élevée à la nouvelle religion d a n s la capitale. « S o u s les successeurs d e Taï-sung, la foi se p r o p a g e « r a p i d e m e n t d a n s les dix provinces d e l ' E m p i r e ; les « villes se remplissent d e temples; l'Etat voit sa prospé« rité fleurir avec l'Evangile, et les familles goûtent « enfin u n e félicité i n c o n n u e .

« « « « « « « « « « « « «

e


255 « « « « « « « «

« C e p e n d a n t , les bonzes et les lettrés chinois, secondés par l'impératrice W o u h e o u , font u n e guerre d e calomnies a u n o u v e a u culte. L a croix p e n c h e u n instant sous l'effort d e leur h a i n e ; m a i s la m a i n puissante d e L o h a n , chef des Prêtres chrétiens, la redresse et l'affermit. U n nouvel e m p e r e u r , le sage H i v e n t - s u n g , vient à son aide ; il o r d o n n e à N i m h u é et à quatre autres rois d'aller e n p e r s o n n e s visiter les églises, et d'y protéger le service divin.

« « « « « « «

« U n n o u v e a u Pontife d u Ta-sinapparaîtà Si-gan-fou e n 7 4 4 . S a présentation à la c o u r devient le signal d e faveurs éclatantes. L e saint Sacrifice est dès lors célébré d a n s le palais; u n e inscription à la gloire d u vrai D i e u , tracée d e la m a i n d u prince et s u s p e n d u e à la porte d e l'église, invite le p e u p l e à s'associer à cet h o m m a g e . T o u t l'empire s'incline d e respect devant la Religion. »

L e m o n u m e n t de Si-gan-fou est daté d e 7 8 1, et se t e r m i n e par ces m o t s qui laissent entrevoir toute l'étend u e d e l'Eglise chinoise à celte é p o q u e : « E n ce t e m p s « là, N i m x o u , pontife d e la loi, gouvernait la multitude « des chrétiens d a n s la contrée orientale. » Cette m ê m e a n n é e , m o u r a i t à l'âge d e quatre-vingtcinq a n s u n prince qui paraît avoir été le plus illustre disciple des Missionnaires, c o m m e il fut le plus g r a n d h o m m e d e la dynastie des Tang. O n n e lit nulle part qu'il ait été chrétien, m a i s il est aisé d e le reconnaître à ses œ u v r e s . L e s voici, toujours d'après l'Inscription d e Sigan-fou « K o u o t s e y , p r e m i e r président d e la c o u r m i « nistérielle, roi d e F e n - y a m et généralissime des milices « d u N o r d , était les ongles d e l'Etat et l'œil des a r m é e s . « Il veillait surtout à la conservation des anciennes « églises et à l'agrandissement d e leur enceinte; il don« nait plus d'élévation à leurs toits, plus d e g r a n d e u r


256 « « « « « «

à leurs portiques, et embellissait leurs sanctuaires d e plus riches o r n e m e n t s ; d e sorte q u e ces édifices sacrés se développaient c o m m e se déploient les ailes d u faisan qui va p r e n d r e son vol. D e plus, mettant sa p e r s o n n e et ses biens a u service d e la Religion chrétienne, il était infatigable a u x exercices d e la c h a « rité , et p r o d i g u e d a n s la distribution d e s a u m ô n e s . « C e u x qui avaient faim, venaient, et il les nourrissait; « c e u x qui avaient froid, venaient, et il les revêtait; « a u x m a l a d e s il prodiguait les secours et l'espérance ; « a u x m o r t s il donnait la sépulture et le repos. O n n'a « pas ouï dire jusqu'à présent q u ' u n e vertu si éclatante « ait brillé p a r m i les h o m m e s les plus religieux. » — T e l est le portrait q u e l'Inscription n o u s a tracé d e K o u o tsey; o n conviendra sans peine q u e c'est celui d'un fervent chrétien. N o u s n'y ajouterons q u ' u n m o t , e m p r u n t é a u m a g n i f i q u e éloge qu'en a fait u n historien chinois : « C e g r a n d h o m m e , dit-il, fut protégé d u ciel à « cause d e ses vertus, chéri des peuples à cause d e ses « belles qualités, craint a u d e h o r s p o u r sa valeur, res« pecté a u d e d a n s p o u r son intégrité incorruptible, et « suivi d a n s la t o m b e par d'universels regrets... T o u t « l'empire porta le deuil d e sa m o r t , et ce deuil fut ce« lui d e s enfants à la perte d'un p è r e , il d u r a trois « années. » A v e c l'Inscription d e Si-gan-fou c o m m e n c e et finit la p r e m i è r e apparition d u christianisme e n C h i n e . C e brillant a n n e a u, si l o n g t e m p s p e r d u , d'une chaîne qui n'a pas e n c o r e été retrouvée, est jusqu'ici le seul qu'ait recueilli l'histoire. E n attendant q u e d'autres m o n u m e n t s ecclésiastiques sortent aussi d e leurs c a t a c o m b e s , u n e l o n g u e nuit d e cinq siècles d é r o b e r a à notre v u e les chrétientés d e l'Asie orientale, et les premières nouvelles qui


257 e n viendront à l'Europe, lui seront jetées par la voix formidable des h o r d e s d e G e n g i s - K h a n . O n sait qu'au X I I I siècle ces pâtres cavaliers, après s'être l o n g t e m p s a m o n c e l é s c o m m e u n o r a g e , au-dessus des e m p i r e s qui les ignoraient et qu'ils devaient p u n i r , se précipitèrent sur les nations civilisées, à la suite d'un chef qui voulait c h a n g e r l'univers e n u n pâturage i m m e n s e , balayant d e leur front d e bataille u n e moitié d u m o n d e , et jetant l'autre d a n s la terreur. A la cour m ê m e des Francs, la reine B l a n c h e , dit-on, fit e n t e n d r e à son vaillant fils ce cri d'alarme : « Q u e l s bruits sinistres se « r é p a n d e n t sur nos frontières ! l'irruption des Tartares « s e m b l e n o u s m e n a c e r d'une ruine totale, ainsi q u e « notre sainte Eglise. » E n effet, les lances m o n g o l e s brillaient déjà sur les b o r d s d e l'Adriatique, et m e n a ç a i e n t l'Italie effrayée. M a i s tandis q u e les peuples attendaient le fléau clans la stupeur, q u e toute force h u m a i n e défaillait d'épouvante, q u e les rois s'enfuyaient sans escorte a u x îles d e la m e r , le Pontifie r o m a i n garda seul l'espoir d e sauver la chrétienté, e n courbant la tète d e ces autres S i c a m b r e s sous le b a p t ê m e d e la civilisation. S u b l i m e conception d e la foi qui, s'appuyant sur d e récents e x e m p l e s , pouvait renouveler le prodige d e la conversion des B a r b a r e s , et d o n n e r encore p o u r alliés et p o u r frères à l'Europe désolée ses farouches vainqueurs. e

Cette e s p é r a n c e , d u reste, était justifiée par des faits aussi certains q u e difficiles à expliquer. O n savait q u e toute notion d e la foi n'était pas étrangère à ces h o r d e s r e d o u t é e s ; q u e la tribu impériale, celle des Kéraïtes, avait eu p o u r chef u n prince chrétien, é g o r g é depuis par G e n g i s - K h a n , qui était son g e n d r e ; q u e la m è r e d e ce dernier avait aussi professé l'Evangile; q u e plusieurs d e leurs rois avaient p o u r épouses des chrétien-


258 n e s , peut-être leurs captives; q u e r é c e m m e n t encore u n apôtre d o n t le zéle égalait la science, S i m é o n le Syrien, avait v é c u à la c o u r d u g r a n d K h a n , qui l'honorait d u n o m d e père ; enfin o n avait r e m a r q u é avec surprise d e s croix dessinées sur u n g r a n d n o m b r e d e leurs étendards. À tout cela se joignaient d e v a g u e s r u m e u r s qui faisaient croire à l'existence d'un clergé i n c o n n u clans la h a u t e Asie, et regarder les multitudes m o n g o l e s c o m m e u n e m o i s s o n déjà m û r e p o u r l'apostolat. A u m o m e n t d o n c o ù les princes chrétiens voyaient avec anxiété ces m a s s e s d e B a r b a r e s a m o n c e l é e s à leurs frontières, c o m m e d e s v a g u e s battant la dernière d i g u e qui s u s p e n d l'irruption fatale, la b a r q u e d e Pierre osa se confier à leur f u r e u r , d a n s l'espoir q u e le flot providentiel q u i était v e n u la c h e r c h e r a u c œ u r d e l'Europe, emporterait avec elle, d a n s s o n reflux, la croix a u x e x trémités d u m o n d e . C'était l'époque d u p r e m i e r Concile d e L y o n . I n n o cent I V y décréta l'envoi d e Missionnaires a u x Tartares, qui comptaient la C h i n e p o u r u n e simple province d e leur vaste e m p i r e , et il e n écrivit a u x ordres d e St-Dom i n i q u e et d e St-François. Q u a n d l'appel d u Pontife fut notifié e n chapitre g é n é r a l , c e fut p a r m i les religieux à q u i s'offrirait p o u r cette tâche périlleuse ; les élus, considérés avec envie p a r leurs frères, reçurent leurs e m b r a s s e m e n t s c o m m e u n dernier a d i e u , et s'éloignèrent e n baisant leurs lettres d e créance c o m m e u n g a g e assuré d u martyre. L e s Dominicains s'aventurèrent a u milieu d e s b a n d e s m o n g o l e s q u i campaient a u x b o u c h e s d u V o l g a . N o u s n e les suivrons point d a n s u n e Mission q u i est encore si loin d e la C h i n e . P o u r les Franciscains, après quatre m o i s d e courses et d e d a n g e r s , ils arrivèrent e n 1 2 4 7 sous la tente jaune d u Fifo du ciel. L à , ils assistèrent à


259 l'installation d e l'empereur G a y o u k , avec q u a t r e mille a m b a s s a d e u r s et u n e foule i n n o m b r a b l e d ' é m i r s , d e princes d u s a n g, d e g é n é r a u x , d o n t la magnificence contrastait avec la simplicité d e d e u x p a u v r e s m o i n e s , v e n u s a u milieu d e ces guerriers farouches p o u r leur a n n o n c e r l'Evangile d e paix. Q u a n d les c é r é m o n i e s d u c o u r o n n e m e n t furent term i n é e s , les religieux, a d m i s à l'audience d u souverain m o n g o l , lui d e m a n d è r e n t , a u n o m d u chef d e s croyants, p o u r q u o i il ravageait le m o n d e : « C'est, répondit-il, « p a r c e q u e D i e u m ' a c o m m a n d é , ainsi qu'à m e s a ï e u x , d e « châtier les nations c o u p a b l e s . » E t c o m m e le bruit avait c o u r u q u e G a y o u k était chrétien, les Missionnaires voulurent s'en assurer p a r s o n a v e u ; m a i s il refusa d e s'expliquer , et les congédia avec u n e r é p o n s e o ù le b a r b a r e perçait plus q u e l'humble n é o p h y t e . C e qui est certain, toutefois, c'est q u e G a y o u k avait d e u x chrétiens p o u r ministres ; qu'avec leur crédit p l u sieurs religieux pénétrèrent d a n s le palais, et q u ' u n e chapelle catholique fut m ê m e ouverte d a n s la résidence impériale p o u r la célébration des saints mystères. Q u o i q u e celte p r e m i è r e Mission n e réalisât pas toutes les e s p é r a n c e s , le zèle apostolique n e se ralentit p a s . L e c h e m i n d e la C h i n e était enfin retrouvé. D é s o r m a i s n o u s y verrons se croiser les pèlerins d e l'Evangile e les m e s s a g e r s tartares; R o m e et P é k i n feront p e n d a n t près d'un siècle u n m u t u e l é c h a n g e d'ambassades et d e traités ; u n e m p e r e u r s'inclinera d a n s sa capitale s o u s la bénédiction d e n o s E v ê q u e s , et d e s P a p e s introduiront a v e c p o m p e d a n s leurs consistoires d e s M a n d a r i n s chinois. D è s l'année 1271, o n voit déjà ces c o m m u n i c a t i o n s établies entre l'Orient et l'Occident. U n d e s p r e m i e r s actes d u pontificat d e G r é g o i r e X fut d e r é p o n d r e à


260

l'empereur d e C h i n e , qui avait d e m a n d é p o u r ses p e u p l e s cent docteurs d e la loi chrétienne, et sollicité p o u r luim ê m e u n p e u d'huile d e la l a m p e qui brûlait devant le saint Sépulcre. C e prince était Koubilaï, placé p a r les conquêtes d e G e n g i s - K h a n et ses p r o p r e s victoires à la tête d u plus g r a n d e m p i r e dont l'histoire fasse m e n t i o n . Bien qu'il se fit adorer c o m m e u n dieu, il rendait h o m m a g e à la sainteté d u Christ, qu'il invoquait c o m m e u n prophète, et punissait c o m m e autant d e b l a s p h è m e s toute insulte à sa Croix. S e fiant p e u a u x v a i n c u s , il aimait à choisir ses ministres p a r m i les chrétiens. S o u v e n t m ê m e , a u x g r a n d s jours d e solennités religieuses, il m a n d a i t près d e lui les fidèles, et, e n leur présence, il baisait l'Evangile après l'avoir encensé. Trois a m b a s s a d e s des Souverains Pontifes se succédèrent e n p e u d'années à la c o u r d e Koûbilaï. L a dernière, qui est la m i e u x c o n n u e , avait p o u r chef le franciscain Jean d e M o n t c o r v i n , qui n o u s a laissé, d a n s u n e lettre a u général d e son o r d r e , la plus gracieuse peinture des missions chinoises a u X I V siècle. S a relation est datée d u 8 janvier 1 3 0 5 . « A p r è s avoir p a r c o u r u la Perse et l'Inde, dit ce « religieux, j'arrivai a u Calai (la C h i n e ) , r o y a u m e « d e l'empereur des M o n g o l s , qu'on n o m m e le g r a n d « K h a n . J'invitai ce p r i n c e , e n lui remettant les lettres « d u seigneur P a p e, à e m b r a s s e r la Religion chré« tienne. M a i s il est trop endurci d a n s l'idolâtrie. C e « p e n d a n t il fait b e a u c o u p d e bien à n o s frères, et « voilà plus d e d e u x ans q u e j'habite son palais. J'en « ai passé o n z e d a n s cette Mission, tout seul, et sans « nouvelles d e l'Europe , jusqu'à l'arrivée d e frère « A r n o l d , qui est ici p o u r la d e u x i è m e a n n é e . M a l g r é « cet a b a n d o n, j'ai bâti u n e église d a n s la ville d e « C a m b a l u ( P é k i n ) , qui est la résidence ordinaire d e e


261 « l'empereur; elle est s u r m o n t é e d'un clocher, et j'y « ai m i s trois cloches, q u e je s o n n e m o i - m ê m e à toutes « les heures d e l'office. « Jusqu'à présent j'ai baptisé environ six mille perte s o n n e s , et sans les calomnies qui ont paralysé cinq « ans m o n ministère, j'en aurais baptisé plus d e trente « mille. Aujourd'hui je suis plus o c c u p é q u e jamais « à conférer cette grâce a u x n o m b r e u x catéchumènes « qui la sollicitent. J'ai aussi près d e m o i u n e réunion « choisie d e cent cinquante petits Chinois, d e sept à « onze a n s , retirés d u sein d e leurs familles païennes « avant qu'ils y aient c o n n u le vice et l'erreur ; je les ai « baptisés, je leur ai appris les lettres grecques et latines, « et j'ai transcrit pour e u x trente-deux Psautiers avec « d e u x Bréviaires. O n z e d'entre e u x savent déjà notre « office, tiennent le c h œ u r c o m m e des religieux, et, « q u e je sois présent o u n o n , font leur semaine avec « la m ê m e régularité q u e dans nos couvents. L ' e m p e « reur vient parfois contempler à l'église m e s petits « a n g e s , et se plaît fort à les ouïr chanter. « « « « « « « « « « « « « «

« L e s fidèles d e C a m b a l u ne forment pas tout m o n troupeau. A vingt journées d e cette ville, vivait u n roi n o m m é G e o r g e s , qui s'attacha à m o i dès la première a n n é e d e m e s prédications. N o n - s e u l e m e n t il s'était converti à la foi catholique, mais il avait reçu les ordres m i n e u r s , et il m e servait la m e s s e , revêtu d e ses habits royaux. A son e x e m p l e, u n e g r a n d e partie d e ses sujets a e m b r a s s é l'Evangile ; u n e belle église a été construite p o u r e u x , a u x frais d u prince, qui a voulu lui, d o n n e r , en signe d'union et d e reconnaissance, le n o m d'Eglise romaine. L e roi G e o r g e s m o u r u t e n parfait chrétien, il y a six a n s , laissant u n fils qui est maintenant d a n s sa n e u v i è m e a n n é e , et qui m a r c h e r a , j'en ai la confiance, sur les traces d e son vertueux père.


262

« Je le répète, sans les calomnies dont j'ai parlé, « les fruits de l'Evangile seraient plus grands encore , « et si j'avais eu deux ou trois confrères, peut-être que « le K h a n l u i - m ê m e serait baptisé... « Voici quelle est m a situation actuelle : je possède « suffisamment l'idiome des Tartares ; j'ai traduit en « cette langue tout le N o u v e a u Testament ; j'enseigne « en liberté et je prêche p u b l i q u e m e n t l'Evangile ; je « suis maintenant occupé à bâtir u n e seconde église à « C a m b a l u . Mais en verrai-je la fin ? voici q u e je suis « déjà vieux, et j'ai blanchi plutôt par les travaux et « les afflictions q u e par l'âge ; car je n'ai q u e cinquante« huit ans. » Telle est en r é s u m é la lettre d e Jean d e Montcorvin. N'est-ce pas u n curieux spectacle et u n e d o u c e surprise q u e de voir, au c o m m e n c e m e n t d u X I V siècle, d a n s la capitale d e la Chine, un p a u v r e religieux d e St-François, privé pendant onze ans d e tout rapport avec ses frères, représenter seul à Pékin l'Europe et l'Evangile, y convertir des milliers d'infidèles, bâtir d e u x églises, ouvrir u n e école d e grec et de latin pour la jeunesse chinoise, célébrer p u b l i q u e m e n t les saints mystères, a u son des cloches, entouré d e cent cinquante lévites, servi à l'au. tel par u n roi, son néophyte et son a m i , en présence d'un e m p e r e u r qui se plaît a u chant d e nos h y m n e s pieuses, lui qui s'imposait a u x adorations d e son peuple c o m m e u n e divinité ! A. la nouvelle des succès apostoliques d e frère J e a n , R o m e tressaillit d e joie. C l é m e n t V se hâta d e lui e n voyer c o m m e suffragants sept Missionnaires franciscains, en m ê m e t e m p s qu'il le n o m m a i t A r c h e v ê q u e d e C a m balu et Primat d'Orient. P a r m i les religieux qui vinrent en aide à Jean d e Montcorvin, il faut surtout citer le bienheureux Odoric e


263 d u F r i o u l , u n des plus é t o n n n a t s v o y a g e u r s d u m o y e n â g e . Trois ans passés à Pékin lui p e r m i r e n t d'assister s o u v e n t a u x fêtes d e la c o u r ; car les frères M i n e u r s avaient u n l o g e m e n t spécial a u palais, ils devaient, a u x jours d e réception, se présenter les p r e m i e r s , et d o n n e r la bénédiction a u S o u v e r a i n . U n j o u r q u ' O d o r i c était assis avec quatre religieux à l'ombre d'un a r b r e , n o n loin d u c h e m i n o ù le cortége impérial allait passer, l'un d ' e u x q u i était E v ê q u e , le voyant a p p r o c h e r , se revêtit d e ses o r n e m e n t s pontificaux, éleva u n e croix et e n t o n n a a v e c ses frères le Veni, Creator. C e qu'ayant e n t e n d u , l'empereur les fit v e n i r , et, à la v u e d e la croix, se leva s u r son c h a r , ôta sa c o u r o n n e d e perles, et baisa le Christ avec humilité. Et c o m m e c'était l'usage q u e nul n'approchât d u c h a r impérial les m a i n s v i d e s , frère O d o r i c présenta au prince u n e petite corbeille pleine d e fruits; l'empereur prit d e u x belles p o m m e s , e n m a n g e a u n e et g a r d a l'autre. L e b i e n h e u r e u x O d o r i c , après seize a n s d e v o y a g e s d a n s l'Orient, o ù il avait baptisé plus d e vingt mille infidèles, revint e n E u r o p e d e m a n d e r c i n q u a n t e n o u v e a u x Missionnaires p o u r la C h i n e . M a i s il n e p u t les y c o n d u i r e l u i - m ê m e , et m o u r u t a U d i n e e n 1 3 3 1 . A la m ê m e é p o q u e , J e a n d e M o n t c o r v i n s u c c o m b a i t é g a l e m e n t a u x fatigues d e s o n glorieux a p o s t o l a t , et le Saint-Siége lui d o n n a i t p o u r s u c c e s s e u r , frère N i c o las, professeur à la faculté d e T h é o l o g i e d e Paris. T a n d i s qu'il s'acheminait à travers les steppes m o n goles vers sa lointaine M i s s i o n , u n e nouvelle a m b a s s a d e d e s E m p e r e u r s d e la Chine arrivait e n E u r o p e , et présentait a u P a p e Benoit X I I , la lettre suivante: « E n la force d u T o u t - P u i s s a n t , l ' E m p e r e u r « Empereurs. «

des

N o u s e n v o y o n s notre a m b a s s a d e u r A n d r é F r a n c ,


264 « « « « « « « «

avec q u i n z e autres d é p u t é s , a u Pontife seigneur des chrétiens, au-delà des sept m e r s , o ù le soleil s e c o u c h e , p o u r qu'à l'avenir le c h e m i n soit ouvert à n o s m e s s a g e r s vers le P a p e , et à c e u x d u P a p e vers n o u s . N o t r e v œ u est q u e le P a p e n o u s a c c o r d e sa b é n é diction, qu'il fasse toujours m é m o i r e d e n o u s d a n s ses saintes prières, et qu'il protège les Alains chrétiens, n o s serviteurs et ses enfants. » D e ces b o n s rapports entre l'Europe et la C h i n e , faillit naître p o u r la chrétienté u n incalculable bienfait, a u q u e l le t e m p s seul a m a n q u é p o u r éclore. S o u s la m é d i a t i o n d e s S o u v e r a i n s Pontifes, les Rois d e l'Occid e n t et les Princes M o n g o l s , déjà unis par l'amitié, tendaient à s'unir e n c o r e p a r d e s traités d'alliance contre les M u s u l m a n s , leurs e n n e m i s c o m m u n s . Si ce projet eût réussi, c'en était fait de l'islamisme, et le m o n d e était s a u v é d e ses fureurs. M a i s déjà éclatait d a n s l'Orient u n e révolution n o u v e l l e , q u i , brisant le trône des M o n g o l s , ajournait p o u r l o n g t e m p s les plus belles espérances. L a Religion s'était introduite e n C h i n e à la suite des T a r t a r e s ; elle e n est proscrite avec e u x c o m m e u n souvenir d e la d o m i n a t i o n é t r a n g è r e ; les chrétientés naissantes, si multipliées d a n s ces derniers t e m p s , sont dispersées et détruites. N u l m o y e n d e voler à leur secours. L e fer c o n s t a m m e n t croisé sur la frontière, entre les Chinois et les M o n g o l s , barre le passage a u x apôtres d u d e h o r s , tandis q u e le fanatisme i m m o l e c e u x d u d e d a n s . Enfin la C h i n e , r e n d u e à ellem ê m e après u n e lutte a c h a r n é e , s'enferme plus q u e j a m a i s d a n s sa g r a n d e m u r a i l l e , et s o n Eglise étouffée a u b e r c e a u , rentre p o u r d e u x siècles d a n s u n silence de mort. M a i s tandis q u ' a u n o r d elle f e r m e à l'Evangile le g r a n d c h e m i n d u d é s e r t , voici q u e la croix lui revient


265

ar le m i d i , portée e n t r i o m p h e sur les flots d e l'Océan p a r la m a i n d e s navigateurs portugais. A r r ê t o n s - n o u s à cette p r e m i è r e p h a s e d e s Missions e n C h i n e , et après avoir rappelé ce q u e l'apostolat fit pour le salut des âmes, unique objet de son ambition , qu'il soit dit un mot de ses bienfaits purement humains, c e fruit ordinaire m a i s trop s o u v e n t oublié d e s o n h é roïque d é v o u e m e n t . A u x d e u x extrémités d e l'ancien continent, la société c h r é t i e n n e et la société orientale, étrangères l'une à l'autre, s'agitaient d a n s u n e s p h è r e isolée et c o n c e n traient e n e l l e s - m ê m e s toute leur vie. T o u t à - c o u p l'irruption d e s M o n g o l s fait u n e large t r o u é e d a n s cette forêt d e p e u p l e s qui les sépare. D e s m o i n e s s'y précipitent avec leur c o u r a g e et la croix; les pics étincelants d e l'Himalaya sont e s c a l a d é s ; les déserts o r a g e u x sont franchis, et p a r delà d e s o c é a n s d e s a b l e , u n e terre nouvelle apparaît, u n m o n d e i n c o n n u se révèle à l'ancien. N o n contents d e l'avoir d é c o u v e r t , ces religieux veulent le m e t t r e e n contact a v e c leur patrie, qu'ils o n t s u lui faire a i m e r ; ils p r e n n e n t p a r la m a i n ses a m b a s s a d e u r s et ses p r i n c e s , qu'ils a m è n e n t a u x pieds d u Pontife chrétien; l'Europe et la C h i n e , é t o n n é e s d e se trouver e n p r é s e n c e , fraternisent d a n s d e solennelles e n t r e v u e s ; les d e u x civilisations se m ê l e n t et s'enrichissent p a r un m u t u e l é c h a n g e d'idées, d e l a n g u e s et d e bienfaits. E t le lien qui les a r a p p r o c h é e s , c'est la Religion; et les i n s t r u m e n t s d e ces c o m m u n i c a t i o n s f é c o n d e s , ce sont, c o m m e a u j o u r d ' h u i , d e p a u v r e s M i s sionnaires a u x q u e l s tant d e p e u p l e s , jusque-là séparés p a r d e s h a i n e s , des o c é a n s o u d e s déserts, doivent le b o n h e u r d e se connaître et d e s'aimer. C e n'est pas tout. C e s m o i n e s q u i avaient transplanté, a v e c la foi, les arts d e leur patrie a u fond d e l'Orient, т о м . хx. 1 1 9 . 12


266 e n rapportèrent des secrets n o n m o i n s précieux q u i , déposés à l'ombre d e leurs couvents, y g e r m è r e n t e n silence, p o u r éclore d a n s u n avenir prochain. Ainsi, l'aiguille aimantée qui devait bientôt ouvrir l ' i m m e n sité des m e r s à la navigation, le papier- m o n n a i e qui a centuplé la richesse c o m m e r c i a l e , la p o u d r e à c a n o n qui allait a r m e r d e la foudre le génie militaire, l'imprim e r i e , cet o r g a n e d e la pensée qui e n popularise les échos multipliés à l'infini, toutes ces découvertes qui ont illustré la fin d u m o y e n â g e , étaient alors c o n n u e s d a n s l'Asie orientale, et c o m p l è t e m e n t ignorées d e l'Occident. O r , c'est à la suite des c o m m u n i c a t i o n s avec la C h i n e , et m o i n s d'un siècle après les explorations des religieux, qu'on les voit se révéler à l'Europe. E n u n m o t , a u point d e v u e p u r e m e n t h u m a i n , les Missions d u X I V siècle n o u s ont fait connaître u n e moitié d e l'ancien continent, elles ont m i s la science sur la voie d e ses inventions les plus capitales, elles ont fourni à Christophe C o l o m b l'instrument, et peut-être la prem i è r e idée d e sa découverte d u N o u v e a u - M o n d e . e


267

VICARIAT APOSTOLIQUE DU SU-TCHUEN.

Note sur le baptême des enfants d'infidèles en danger de mort, adressée à M. l'abbé Voisin par M. Renon, de la société des Missions étrangères.

« Cette O E u v r e si chère à la Mission d u Su-tchuen, o ù elle a pris, d a n s ces dernières a n n é e s , u n e rapide extension, n'a p u et n e peut e n c o r e s'accomplir q u e sous le voile d e la m é d e c i n e . L a Providence s e m b l e n o u s faciliter, ici plus qu'ailleurs peut-être, l'emploi d e ce m o y e n . Notre province, e n effet, est la portion d e l'empire la plus fertile e n plantes m é d i c i n a l e s , d o n t u n e partie est d u e à la culture, et l'autre récoltée à l'état sauvage sur les hautes m o n t a g n e s d e l'ouest, qui séparent le S u - t c h u e n d u Thibet. L e n o m b r e des p h a r m a c i e s est e n raison d e l'abondance d e ces précieux végétaux. Il n'y a pas d e villages o ù l'on n'en trouve u n e o u plusieurs, plus o u m o i n s bien p o u r v u e s , qu'il est libre à c h a c u n d'ouvrir à son g r é , sans qu'il soit nécessaire d'avoir o b t e n u dip l ô m e et patente, choses très i n c o n n u e s e n C h i n e . M ê m e facilité p o u r avoir droit à se dire fils d'Hippocrate : savoir q u e l q u e s formules, connaître quelques plantes, et surtout réussir, sans trop savoir c o m m e n t ni p o u r quoi, à guérir u n e maladie q u e l c o n q u e, c'est tout ce qu'il faut p o u r obtenir u n e brillante réputation. Certains débutants s'attachent n é a n m o i n s p e n d a n t q u e l q u e t e m p s à quelques vieux praticiens, p o u r m i e u x se form e r , m a i s ce n'est pas u n e condition a b s o l u m e n t indis-


268 pensable. T a n t d e m é d e c i n e s et d e m é d e c i n s étaient nécessaires d a n s u n pays o ù l'amour des drogues est porté à son c o m b l e , et o ù l'on c h a n g e d e docteurs à la première o r d o n n a n c e qui n'est pas i m m é d i a t e m e n t suivie d'un m i e u x sensible. « L e goût des r e m è d e s , la facilité à croire à la science d'autrui, sont le p r e m i e r m o y e n offert à nos néophytes p o u r procurer le b a p t ê m e a u x enfants m o r i b o n d s . O u t r e les m é d e c i n s chrétiens et les s a g e s - f e m m e s , q u e leur état m e t plus à m ê m e d e seconder n o s vues, c h a q u e famille catholique est p o u r v u e d e quelques pilules p r o pres à guérir les maladies ordinaires d u j e u n e âge. Q u a n d les chrétiens a p p r e n n e n t q u ' u n d e leurs petits voisins est e n d a n g e r , ils n e m a n q u e n t pas d'aller offrir leurs excellentes recettes, et s'ouvrent ainsi la voie à l'administration d u b a p t ê m e , qu'ils font accepter aisém e n t c o m m e u n e pratique r e c o m m a n d é e d a n s les livres d e m é d e c i n e . U n d e ces traités enseigne, en effet, qu'en certains cas, des frictions faites sur le front et les t e m p e s d e l'enfant, avec des linges mouillés, sont u n principe admirable d e guérison. Si d o n c l'enfant paraît en danger, on se donne aussitôt comme habile dans , l'art de faire ces frictions ; l'eau est apportée sans délai, et bientôt elle coule sur le front d u m a l a d e , qui est ainsi régénéré entre les bras de sa m è r e , sans qu'elle se d o u t e d u b o n h e u r qui vient d'être procuré «à son enfant. Il n'y a pas l o n g t e m p s qu'était ainsi baptisté le fils d'un M a n darin. L e p è r e se montrait le plus e m p r e s s é à fournir la matière d u b a p t ê m e , et m o i n s d'une h e u r e après le petit a n g e quittait le prétoire p o u r s'envoler a u Ciel. « D a n s cette province, à laquelle o n d o n n e trois cents lieues d'étendue d e l'est à l'ouest, et trois cent vingt d u s u d a u n o r d , qui r e n f e r m e d o u z e fou ( villes d e p r e m i e r o r d r e ) , huit tche lin tcheou ( d u d e u x i è m e ordre supé-


269

rieur), onze tche-tcheou ( d u d e u x i è m e ordre inférieur), et cent vingt et u n hien (du troisième ordre), avec des b o u r g s sans n o m b r e et u n e population i m m e n s e , c'eût été bien p e u si les fidèles n'avaient é t e n d u leur action qu'aux enfants d e leur voisinage. H e u r e u s e m e n t Dieu n o u s a fourni d e n o u v e a u x m o y e n s d e multiplier ses élus, et o n a su en profiter. L e s p h a r m a c i e s , toutes n o m breuses qu'elles soient, ont p a r u e n c o r e insuffisantes a u x indigènes. O n voit u n e foule d e m a r c h a n d s qui parcourent la province e n tous sens, p o u r v e n d r e d e s pilules et faire d e la m é d e c i n e a m b u l a n t e . Cette circonstance a d o n n é l'idée d'envoyer a u loin, d a n s les endroits o ù il n'y a point d e n é o p h y t e s , des h o m m e s sûrs, q u i voyagent c o m m e praticiens, et offrent gratis leurs rem è d e s à tous les enfants q u ' o n leur apporte à guérir. C o m m e v o u s le p e n s e z , c'est u n m o y e n efficace d'avoir d e n o m b r e u x chalands. C h a q u e m è r e a n n o n c e à sa voisine l'arrivée d u docteur a u x r e m è d e s d o n n é s p o u r rien, et toutes d'accourir avec leurs n o u v e a u - n é s, m a lades o u n o n , p o u r avoir leur part d e pilules, d o n t elles se serviront a u présent o u à l'avenir. « L a plupart des h o m m e s e m p l o y é s à cette œ u v r e n e savent pas grand'chose e n m é d e c i n e ; D i e u p e r m e t c e p e n d a n t qu'ils guérissent u n g r a n d n o m b r e d'enfants, ce qui fait q u e lorsqu'ils reviennent d a n s le m ê m e lieu, leur réputation, déjà établie, attire toujours plus d e m a l a d e s , et q u e d'année e n a n n é e le n o m b r e d e s baptisés p r e n d u n accroissement sensible. L'air d e probité q u e leur d o n n e la Religion, et qui les distingue facilement des visages fourbes d e s païens, sans q u e ceux-ci puiss e n t e n reconnaître la c a u s e , la p u d e u r et la réserve d e leurs actions et d e leurs paroles, contribuent plus e n core peut-être à leur concilier l'estime générale q u e la distribution gratuite d e s r e m è d e s ; car le p a g a n i s m e lui-


270 m ê m e se pare quelquefois d e ce vernis de charité, ce qui n o u s couvre d'un n o u v e a u voile p o u r arriver à nos fins. « E n effet, o n trouve des païens q u i , à l'occasion d'une maladie grave, o u p o u r toute autre raison, font v œ u d e distribuer u n e certaine quantité d e pilules, o u d e recettes i m p r i m é e s indiquant la guérison d e telles o u telles maladies. L e s u n s r é p a n d e n t ces générosités à leur domicile ; c'est ainsi q u ' u n M a n d a r i n subalterne d o n n a i t , l'an dernier, d a n s son prétoire, des pilules à tous c e u x qui e n voulaient. D'autres s'en vont a u loin accomplir leur v œ u , o u g a g e n t des personnes qui s è m e n t leurs bienfaits sans désigner le donateur. O n e n trouve m ê m e q u i , vers la fin d e l'année surtout, font quelques distributions d'argent ; quelques-uns enfin d o n n e n t u n e certaine quantité d e riz a u x pauvres qui n e p e u v e n t e n acheter. R i e n n'est d o n c plus facile à n o s g e n s q u e d e se tirer d'affaire, lorsqu'on les presse trop p o u r savoir qui les envoie. « D'autres usages n o u s d o n n e n t encore facilité d e procurer le b a p t ê m e a u x enfants m o r i b o n d s . D e s distributions d e riz, e n t e m p s d e disette, ont lieu d a n s toutes les villes. Cette répartition s'accomplit sous les y e u x d'un M a n d a r i n , d a n s d e u x p a g o d e s différentes, d o n t l'une est destinée a u x h o m m e s , et l'autre réservée a u x f e m m e s . L e s enfants ont demi-ration, et leur n o m b r e est fort g r a n d , car les pauvres qui n'en ont p a s , e n e m p r u n t e n t à leurs a m i s p o u r avoir u n e portion double. O r , profitant d e cette circonstance, n o u s disposons à c h a q u e p a g o d e d e u x chrétiens q u i , d e leur côté, offrent des r e m è d e s a u x petits m a l a d e s , et baptisent c e u x qu'ils trouvent e n danger. Quelquefois, d a n s les a n n é e s d e disette o u d ' é p i d é m i e , pas u n d e ces pauvres enfants n e peut résister à la rigueur d u fléau, et tous quittent cette terre de souffrance p o u r s'envoler a u Ciel.


271 « J a m a i s o n n'aurait p u généraliser ce bienfait sur tous les points d e la p r o v i n c e , sans d e s h o m m e s qui se livrassent à cette mission par les motifs désintéressés d e la Foi. Si le salaire eût été l'unique m o b i l e d e l e u r s efforts, c'eût été encourir tous les désordres d e s païens d a n s leurs œ u v r e s, d o n t l'administration n'est qu'un affreux gaspillage, sous les belles apparences d e la philanthropie. M . Mariette, qui a toujours e u u n zèle si pieux p o u r le salut des j e u n e s infidèles, songea à établir u n e petite société, d o n t le b u t principal serait d e rechercher ces enfants m o r i b o n d s . P a r m i les m e m b r e s qui la c o m p o s e r a i e n t , les u n s devaient être établis à poste fixe d a n s les endroits p o p u l e u x , tandis q u e les autres auraient mission d'aller a u loin, partout o ù l'on jugerait c o n venable d e les envoyer. C e plan fut agréé et m i s à exécution e n 1 8 3 8 , sous la protection spéciale d e la H e i n e des A n g e s , et sous celle d e s A n g e s gardiens et d e s saints Innocents qui e n sont les patrons secondaires. « L a d é p e n s e d'un baptiseur a m b u l a n t peut s'élever à cent-cinquante francs c h a q u e a n n é e , y c o m p r i s ses rem è d e s et son entretien; cent francs suffiront a u x besoins d'un h o m m e à poste fixe, et quatre-vingts o u quatre-vingtcinq francs p o u r u n e f e m m e . Malgré cette modicité d e prix, tel est le n o m b r e d e g e n s e m p l o y é s a u b a p t ê m e d e s enfants, q u e les frais d e cette a n n é e m o n t e r o n t à plus d e dix mille francs. M a i s ce qui n o u s d é d o m m a g e a m p l e m e n t d e ces sacrifices, c'est qu'il n'est pas u n m e m bre d e cette pieuse milice qui n e r é g é n è r e annuellem e n t plusieurs centaines d e petits m o r i b o n d s . « C e p e n d a n t , l'extension q u e les circonstances s e m blent p e r m e t t r e à l'OEuvre, est loin d'être c o m p l è t e . Jusqu'ici n o s baptiseurs, o u n'ont point été c o n n u s c o m m e chrétiens, o u ont r e m p l i par p r u d e n c e leur ministère à petit bruit, sans qu'il résultât d e leurs a u -


272 m ô n e s a u c u n e gloire extérieure p o u r la Religion. Il serait é v i d e m m e n t m i e u x q u e , tout e n o u v r a n t les portes d u Ciel a u x enfants, o n p û t faire briller a u x y e u x des adultes u n p e u de cette charité qui est c o m m e l ' â m e d u Christianisme, et leur a p p r e n d r e ainsi à a i m e r u n e Religion dont le génie, c o m m e celui d e son divin F o n d a t e u r , est d e faire le bien partout o ù elle passe. Ouvrir a u n o m des chrétiens u n e p h a r m a c i e , d a n s laquelle o n administre p u b l i q u e m e n t des r e m è d e s gratis à tous les enfants m a lades, tel est le n o u v e a u plan qui a c o m m e n c é à être m i s à exécution, il y a près d e trois m o i s , d a n s la ville d e Troûg-Kin-tcheoù. L e succès a déjà dépassé notre attente. L e s païens e n c h a n t é s d e cette institution, très-philanthropique à leurs yeux, sont v e n u s e n foule c o m p l i m e n t e r n o s n é o p h y t e s ; le p r e m i e r M a n d a r i n d e la ville a voulu aussi leur t é m o i g n e r sa satisfaction, e n offrant u n e tablette o ù sont gravés, avec son n o m et ses titres, quatre g r a n d s caractères dorés, qui font l'éloge d e l'établiss e m e n t . G r â c e à cette éclatante protection, l'œuvre est désormais à l'abri d e la malveillance. L e s enfants qu'on apporte à la p h a r m a c i e o u q u e vont visiter n o s m é d e c i n s , se c o m p t e n t c h a q u e jour par dizaines, et quelquefois surpassent le chiffre d e cent. Il est difficile q u e sur c e n o m b r e il n e s'en trouve pas qui soient attaqués d e maladies incurables, et ceux-là r e m p o r t e n t d u m o i n s la grâce d u b a p t ê m e , si l'on n e peut leur d o n n e r la santé d u corps. « Resterait à fonder des hospices p o u r les enfants délaissés, qui s o n t , hélas ! si n o m b r e u x d a n s cet infortuné p a y s , o ù l'enfance n'a point p o u r elle la sauvegarde de la Religion. Les païens dont le c œ u r est le plus sensible, ont bien songé à q u e l q u e chose d e s e m blable ; m a i s il n'en reste pas m o i n s vrai q u e d a n s Tchéü-ton m ê m e , ville qui possède u n établissement d e


273 ce g e n r e , plusieurs milliers d'enfants deviennent, c h a q u e a n n é e , la pâture d e s c h i e n s , d a n s les cimetières o ù o n les enterre tout vivants, et celle d e gros poissons q u e contiennent trois vastes étangs o ù c h a q u e jour des m è r e s dénaturées vont e l l e s - m ê m e s n o y e r le fruit d e leurs e n trailles. Qu'il y aurait à dire là-dessus d e tristes choses ! q u e d'enfants à recueillir! m a i s quels secours n e seraient pas nécessaires p o u r soutenir d e pareilles fondations! « E n lisant ces détails, celui qui n e connaîtrait pas les Chinois pourrait peut-être s'imaginer q u e , sous l'influence du p a g a n i s m e, ils o n t su s'élever a u niveau d e la charité chrétienne. C e serait u n e grave erreur. O n t r o u v e , il est vrai, d e s h o m m e s qui ont u n e réputation d e bienfaisance, m a i s outre q u e le n o m b r e e n est fort m i n i m e , ils n e sont m u s q u e p a r le motif d e la vanité. Quelquefois m ê m e leurs b o n n e s œ u v r e s sont inspirées par la haine. C'est ainsi qu'il y a q u e l q u e s a n n é e s, u n propriétaire opulent fit jeter u n pont sur u n e petite rivière, p o u r se v e n g e r d u batelier qui vivait d u passage des v o y a g e u r s , et d o n t il prétendait avoir à se plaindre. L'état d'abjection a u q u e l est réduite la classe des indigents, si n o m b r e u s e d a n s les villes et les c a m p a g n e s , est là p o u r p r o u v e r la dureté des riches, qui nourriront volontiers d e s m e u t e s d e chiens p o u r défendre leurs enclos contre les voleurs, et jetteront à regret q u e l q u e s grains d e riz d a n s l'écuelle d u m e n d i a n t . « D u reste, ces établissements publics d e bienfaisance se réduisent à u n hospice d e vieillards et à u n asile p o u r les enfants. L e M a n d a r i n d u lieu e n a l'administration; c'est assez dire q u e le plus parfait désordre e n est l'âme. C a r ici le g r a n d principe des fonctionnaires est qu'il faut faire fortune, et q u e tout g e n r e d e profit est d e b o n aloi. Aussi les enfants délaissés, qui devraient être reçus gratis, n e sont o r d i n a i r e m e n t a d m i s q u e lorsqu'une o u


274 plusieurs ligatures sont offertes a u chef d e l'hospice; ce qui fait q u e les pauvres, à qui ces m a i s o n s devraient être exclusivement ouvertes, e n sont seuls écartés. « A ce p r e m i e r lucre e n succède u n autre, qui consiste à vendre secrètement ces m ê m e s enfants, sous prétexte d e les d o n n e r e n adoption a u x acquéreurs d e celte m a r c h a n d i s e d'un n o u v e a u genre. M ê m e désordre dans l'hospice des vieillards. P e r s o n n e , sans argent, n e peut y trouver place ni recevoir le subside m e n s u e l assigné par la loi. Et encore s'ils le touchaient intégral e m e n t , après avoir p a y é le prix d'admission ! m a i s , des huit à n e u f cents sapèques qui devraient leur revenir, à peine cinq cents leur sont c o m p t é s : le reste est la part des M a n d a r i n s et d e leurs subalternes q u i , e u x aussi, disent ils, ont u n ventre à remplir. D'ailleurs ces d é p e n ses n e sont point à la charge d u trésor public. D e vastes territoires qui ont été confisqués à l'occasion d e procès, o u achetés avec le produit d e collectes volontaires, sont plus q u e suffisants p o u r y pourvoir. P a r m i ces terrains confisqués il s'en trouve qui ont appartenu a u x chrétientés d e la province. Si les n o u v e a u x édits sont m i s à exécution, ces biens reviendront à l'Eglise, qui e n saura faire u n meilleur u s a g e p o u r les pauvres, auxquels elle a seule le secret d'adoucir les peines d e cette vie, e n leur m o n t r a n t le c h e m i n d e l'éternelle félicité, si profond é m e n t ignoré des m a s s e s d a n s cet i m m e n s e e m p i r e .

P o u r prix d e leur sollicitude, les Missionnaires d u Su-tchuen ont dans les quatre dernières a n n é e s , o u vert le ciel à plus d e 1 8 6 , 0 0 0 enfants e n d a n g e r d e m o r t . Q u e l q u e s chiffres isolés, les seuls q u e n o u s ayons p u recueillir, portent à 2 4 3 , 6 9 6 le n o m b r e des


275 b a p t ê m e s c o n n u s . O n verra p a r le tableau suivant, d a n s quelle proportion c h a q u e chrétienté d e l'Asie a c o n c o u r u à ce précieux résultat. Su-Tchuen. - E n 1 8 4 4 , 2 4 , 3 8 1 ; en 1 8 4 5 , 36,046; e n 1 8 4 6 , 5 7 , 4 4 7 ; e n 1 8 4 7, 6 8 , 4 7 7 . Y u n - N a n . — E n 1 8 4 4 , 2 , 0 0 0 ; en 1 8 4 7 , 4,000. Hou-Kouang. — E n 1 8 4 6 , 2,000. Kiang-Nan. — E n 1 8 4 6 , 2,291. H o n g - K o n g . — E n 1 8 4 5 et 4 6 , 8 0 0 . Leao-Tong. — E n 1 8 4 6 , 1,000. Mandchourie. — E n 1 8 4 7 , 1,000. Siam. — E n 1 8 4 7 , 6 1 1 . C o c h i n c h i n e orientale. — E n 1 8 4 5 , 3 , 8 0 5 ; e n 5,307. T o n g - K i n g oriental. — E n 1 8 4 6 , 2 , 0 7 4 . T o n g - K i n g méridional. — E n 1 8 4 6 , 1 , 2 1 8 ; e n 7,086. T o n g - K i n g occidental. — E n 1 8 4 0 , 1 , 2 9 0 ; e n 1,554; en 1 8 4 2 , 2,409; en 1 8 4 3 , 3,345; en 4 , 1 6 2 ; e n 1 8 4 5 , 5 , 5 2 4 ; e n 1 8 4 6 , 5,869.

1846,

1847, 1841, 1844,


276

MISSIONS

DU

KOUEI-TCHEOU.

Lettre de M. E. A l b r a n d , Missionnaire le Kouei-tcheou, des Missions

à MM.

Apostolique

les Directeurs

du

dans Séminaire

étrangères.

Kouei-Jang Fou , le 17 août 1847.

MESSIEURS ET BIEN CHERS CONFRÈRES ,

« V o u s a u r e z appris p a r la c o r r e s p o n d a n c e d e M . Libois, m o n départ d e M a c a o , m o n v o y a g e à travers le H o u - n a n , et m o n h e u r e u s e arrivée à K o u e i - J a n g - F o u , chef-lieu d e la province d u K o u e i - t c h e o u . J e loge d a n s la m a i s o n d u vénérable m a r t y r J o a c h i m H o - K à i - t c h i , q u i est d e v e n u e le lieu d e r é u n i o n d e s chrétiens d e cette ville. « Il n'y a d a n s toute cette Mission q u e douze-cents n é o p h y t e s , d i s s é m i n é s çà et là, p a r chrétientés d e q u a r a n t e , cent o u d e u x cents â m e s c h a c u n e . O n dit q u e le n o m b r e d e s fidèles a été bien plus considérable ; et e n effet, Kouei-ting, à d e u x j o u r n é e s sud-ouest d'ici, q u i avait u n e chrétienté florissante, il y a vingt a n s , n'a plus q u ' u n e pieuse famille d e treize p e r s o n n e s . K o u e i J a n g - F o u , o ù je m e t r o u v e , q u i possédait près d e quatre cents c h r é t i e n s , n'en c o m p t e plus q u e d e u x


277 cents. Il e n est à p e u près ainsi d e toutes les autres stations. V o u s m e d e m a n d e r e z peut-être p o u r q u o i cette M i s s i o n , a u lieu d e p r o s p é r e r , a fait d e si g r a n d e s pertes. Trois causes surtout o n t c o n c o u r u à sa décad e n c e : la p e r s é c u t i o n , la p a u v r e t é d e s habitants et l'abs e n c e d e Missionnaires e u r o p é e n s . « D ' a b o r d la persécution. A c a u s e d e la diversité d e caractère et d'origine d a n s les habitants d e cette prov i n c e , les M a n d a r i n s s o u p ç o n n e u x s'y sont toujours m o n t r é s plus i m p l a c a b l e s qu'ailleurs. S a n s parler d e s persécutions a n c i e n n e s , les vieillards q u e j'ai p u interr o g e r , s'en rappellent cinq principales, p e n d a n t lesquelles, outre les trois m a r t y r s , Pierre O u , Pierre L i e o u - o u e n - I e n , et J o a c h i m Ho-Kài-tchi, déclarés v é n é rables p a r S a Sainteté G r é g o i r e X V I , plusieurs autres n é o p h y t e s o n t e u aussi le b o n h e u r d e d o n n e r leur vie e n t é m o i g n a g e d e leur foi. B e a u c o u p d e confesseurs sont m o r t s d a n s les prisons; plus de cent c h r é t i e n s , tant h o m m e s q u e f e m m e s , d e cette ville s e u l e , ont été exilés p o u r le n o m d e Jésus-Christ. O n croit q u e trente o u q u a r a n t e d'entre e u x sont e n c o r e vivants. L a sévérité d e s M a n d a r i n s n'est pas la seule c a u s e d e ce g r a n d n o m b r e d e victimes q u i , v u la faiblesse n u m é r i q u e d e cette M i s s i o n , surpassent d e b e a u c o u p les m a r t y r s d e s autres provinces : l'énergie d e leur caractère et la f e r m e t é d e leur foi ont p u i s s a m m e n t aidé à ce résultat. Ajoutez e n c o r e q u e , p o u r éviter la persécution, b i e n d e s c h r é tiens se sont retirés d a n s des lieux i n c o n n u s , o ù , privés d e s secours d e la Religion, ils ont v u p e u à p e u leur piété s'éteindre, et q u e les p a ï e n s , t é m o i n s d e la violence a v e c laquelle les n é o p h y t e s sont traités, n e sont g u è r e portés à e m b r a s s e r l'Evangile. « L a p a u v r e t é des habitants n'a p a s m o i n s contribué à ralentir les progrès d e la Mission. Je n'ai v u nulle part


278 autant d e m e n d i a n t s qu'ici ; les rues d e la ville en sont jonchées. M a i s , p o u r n e parler q u e des chrétiens, sur d e u x cents qui résident à K o u e i - J a n g - F o u , cinquante sont m e n d i a n t s avérés, et u n égal n o m b r e m e u r t d e faim p o u r n e pas oser d e m a n d e r l'aumône. Dernièrem e n t , étonné d e n e jamais voir à l'église quatre f e m m e s dont les n o m s étaient inscrits sur m o n catalogue, j'en d e m a n d a i la raison, et bientôt à m e s frais et d é p e n s j'appris qu'elles n'avaient pas d e vêtements p o u r sortir d e chez elles. Je suis allé visiter les m a i s o n s d e tous les catholiques; m a i s trois o u quatre exceptées, elles n e sont pas plus grandes q u e la cellule d'un religieux. Il est vrai q u e les m e u b l e s n'y tiennent pas b e a u c o u p d e place. Mais enfin, quoiqu'elles n'aient pas m ê m e six pas e n longueur et en largeur, elles doivent pourtant servir d e dortoir, d e cuisine, d e réfectoire et m ê m e d e boutique à des familles d e quatre, six, et quelquefois huit personnes ! Voilà les d e m e u r e s des citadins. J u g e z par là d e celles des paysans. J'ai e n v o y é u n exprès e n plusieurs endroits, p o u r avertir les fidèles isolés q u e je voulais aller les confesser et leur dire la m e s s e . P a u v r e s g e n s ! ils ont aussitôt député plusieurs d'entre e u x p o u r m e dire qu'ils n'avaient pas la m o i n dre c a b a n e o ù je pusse loger, et à plus forte raison o ù je pusse les réunir. Aussi le prêtre qui tous les a n s venait d u Su-tchuen visiter ces m a l h e u r e u x , n e p o u vant être reçu q u e d a n s cinq o u six localités principales, appelait v a i n e m e n t à lui les chrétiens des autres stations; le plus g r a n d n o m b r e , surtout les f e m m e s et les enfants, n e pouvaient pas s'y rendre. Privés d e ce secours, vivant d e plus en plus d a n s l'ignorance d e n o s vérités saintes et d a n s l'oubli d e leurs devoirs, b e a u c o u p ont p e r d u la foi ; leurs enfants n'ont pas reçu le b a p t ê m e , et ont grandi e n païens. C'est ainsi q u e plusieurs villages


279 qui comptaient trente, q u a r a n t e , et m ê m e cent n é o phytes, n'en n'ont plus u n seul. « L'absence des Missionnaires e u r o p é e n s , absence qui a été u n m a l h e u r p o u r cette p r o v i n c e , m a i s qui n e saurait être u n e accusation p o u r p e r s o n n e , a été u n e nouvelle cause d e dépérissement p o u r la foi. Je n e v e u x pas dire q u e d e t e m p s à autre q u e l q u e Missionnaire n'ait pas pénétré d a n s le Kouei-tcheou ; car M . M o i s , plus tard M . B e r t r a n d , et m ê m e l'an passé, M g r . d e Sinite, ont visité les chrétientés d u N o r d , qui avoisinent le S u tchuen. Mais je parle d e Missionnaire résidant d a n s la province, ayant catéchistes o c c u p é s à évangéliser les païens, et maîtres d'écoles p o u r les enfants. O r , q u e pouvait faire u n prêtre d u p a y s , q u a n d m ê m e v o u s lui supposeriez le zèle d'un apôtre e u r o p é e n ? Q u e pouvaitil, obligé d e parcourir e n p e u d e t e m p s d e s stations si éloignées les u n e s des autres, et d e recevoir les c o n fessions annuelles d e mille chrétiens? N o t e z qu'il n'en peut entendre q u e dix par jour. « M a i n t e n a n t tout p e u t c h a n g e r d e face, surtout depuis les édits o b t e n u s par la F r a n c e en faveur d e notre sainte Religion. M a l h e u r e u s e m e n t , ici c o m m e p r e s q u e partout, ils n'ont pas été r e n d u s publics; e t , à m o i n s qu'on n e revienne à la c h a r g e , cet h e u r e u x traité n e produira q u e faiblement l'effet q u ' o n e n attendait. L a F r a n c e n e connait pas tout ce qu'elle p e u t e n C h i n e p o u r la liberté d e conscience ! D é j à son intervention porte des fruits. Sans parler des autres provinces, je sais qu'ici des dénonciations ont été faites contre les chrétiens a u p r è s d u Fou-tai, qui est le grand M a n d a r i n , et q u e celui-ci les a repoussées c o m m e illégales. O r , l'expérience p r o u v e qu'il n'aurait p a s ainsi r é p o n d u s'il n'avait p a s c o n n u les ordres d e l'Empereur. C e p e n d a n t u n g r a n d n o m b r e d'exilés p o u r la foi vivent encore d a n s les


280 fers, et m a l g r é les édits q u i ont déclaré b o n n e notre sainte Religion, o n n e voit pas q u ' o n s'empresse d e rendre à leurs familles d e s h o m m e s et des f e m m e s à q u i l'on n e p e u t adresser d'autres r e p r o c h e s q u e d e n'avoir pas v o u l u renier leur foi. Priez d o n c , b i e n chers C o n frères, p o u r q u e le g o u v e r n e m e n t chinois c o m p r e n n e enfin q u e c e n'est pas u n c r i m e d'être chrétien, m a i s qu'au contraire n o s n é o p h y t e s sont ses plus fidèles s u jets. Voilà, M e s s i e u r s , l'état d e m a Mission. Jusqu'ici je n'ai visité q u e cette chrétienté. J e m e suis appliqué d e m o n m i e u x à l'instruire, car je l'ai trouvée d a n s la plus parfaite ignorance. M a tâche est à p e u près a c h e v é e ; j'espère partir à la fin d e c e m o i s p o u r Hin-ni-fou, à l'ouest sur les limites d u Y u n - n a n . J e suis assez content. T o u s les huit jours, je sors u n e fois d e m o n gîte. J'ai c o u r u tous les quartiers d e la ville, tous les f a u b o u r g s ; j'ai été voiries palais des M a n d a r i n s , les salles d e justice, les prisons, la place d'exécution o ù le gibet est e n p e r m a n e n c e, et le t o m b e a u des trois m a r t y r s qu'a d o n n é s cette ville. V o u s m e traiterez peut-être d ' i m p r u d e n t ; c e p e n dant m a b a r b e et tout m o n extérieur ont pris u n e tourn u r e si chinoise, q u e jusqu'ici p e r s o n n e n e s'est avisé d e m e reconnaître c o m m e Français. L e s habitants d e ces contrées n'ont j a m a i s v u d ' E u r o p é e n s ; ils n e s a u raient tout a u plus m e s o u p ç o n n e r q u e d'être étranger à leur province.

« A L B R A N , Miss. Apost. »


281

MISSIONS DE TSOM-MING.

LettreduP. Werner, Missionnaire de la Compagnie de Jésus

en Chine, à MM***

Tsem

m i n g, le 28 février 1 8 4 7 .

« BieN CHERS ET RESPECTABLES AMIS,

« J'apprends q u e v o u s daignez encore penser à m o i e n particulier devant Notre-Seigneur; cette nouvelle est, je v o u s l'assure, b i e n consolante p o u r u n p a u v r e Missionnaire lancé tout à c o u p a u sein d u p a g a n i s m e , o ù souvent il n'a d'autre appui q u e la divine Providence. P o u r v o u s t é m o i g n e r m a reconnaissance bien sincère d e ce b o n souvenir, je v e u x v o u s entretenir aujourd'hui d e notre c h è r e chrétienté d e T s o m - m i n g . « D a n s cette a d m i r a b l e Mission qui m'est t o m b é e e n partage, j'ai d û m ' a c c o u t u m e r à u n g e n r e d e vie tout n o u v e a u , c h a n g e r m e s p r e m i è r e s habitudes, m e s idées, m e s p l a n s , l ' h o m m e tout entier. N o n - s e u l e m e n t o n a pris ici le contre-pied d e ce qui se fait e n E u r o p e ; m a i s je trouve m ê m e des différences notables avec les usages et c o u t u m e s d u continent chinois, d e C h a n g - h a i p a r e x e m p l e et d e s o n territoire, d o n t n o u s n e s o m m e s éloig n é s q u e d e cent lys, environ dix lieues. L a raison prin-


282 cipale e n est q u e nos insulaires, fort pauvres e n général, cherchent à se contenter d u m o i n s possible. L e s terres, d'ailleurs p e u fertiles et divisées par portions bien m i n i m e s , sont loin d e suffire à l'entretien d e plus d'un million d'habitants. C e q u e le c h a m p paternel rapporte n e fournit pas toujours a u x besoins indispensables d e la famille : position affreuse p o u r les païens surtout qui n'attendent rien de D i e u qu'ils ignorent, ni d e leurs coreligionnaires d o n t le c œ u r n e s'ouvre guère à la pitié ! « Ici, à l'exception des touffes d e b a m b o u s plantés autour des m a i s o n s p o u r les garantir des o r a g e s , il n'y a point d e bois. L e m a i g r e repas des insulaires se prépare e n brûlant des roseaux. Q u a n t a u x poêles et a u x c h e m i n é e s , l'usage e n est i n c o n n u ; qu'il gèle, neige et pleuve des s e m a i n e s entières, n o s pauvres chrétiens n e feront pas plus d e feu qu'au fort d e l'été. Il est vrai q u e la température n'est pas aussi sévère qu'en F r a n c e , m a i s vos glaces épaisses sont a v a n t a g e u s e m e n t remplacées ici par le vent d u nord-ouest, qui r è g n e p e n d a n t plusieurs m o i s et pénétre partout avec violence. Q u e d e fois m e s dents n e se sont-elles p a s entre-choquées! Q u e d e fois m e s m e m b r e s n e se sont-ils pas engourdis par le froid, alors q u e la bise d u soir venait éteindre, à travers les roseaux, m a l a m p e placée sur la table, et qu'elle m e sillonnait le dos d e mille frissons glacés ! « Autrefois, je n'aurais p u croire qu'il fût possible d e se faire u n e d e m e u r e avec u n e construction d a n s laquelle il n'entre ni pierres, ni briques, ni planches ; et cependant je n'en aperçois presque pas d'autres a u jourd'hui d a n s les c a m p a g n e s q u e je parcours. Pénétrez d a n s ces asiles d e l'indigence, et v o u s n'y verrez h a b i tuellement ni chaises, ni table, ni m e u b l e o u o r n e m e n t q u e l c o n q u e . D e s vases d e terre cuite d a n s lesquels o n m e t le riz, et puis u n é n o r m e coffre sur lequel o n se


283 c o u c h e , et a u fond d u q u e l sont cachées les richesses d e la famille, voilà à p e u près tout. C e luxe d e pauvreté se retrouve aussi d a n s la nourriture, d a n s les v ê t e m e n t s et enfin d a n s tout ce qu'exigent les besoins d e la vie. « Ajoutons p o u r compléter ce tableau, q u e les b a r q u e s élégantes et les palanquins d e la C h i n e sont r e m p l a c é s c h e z n o u s par u n e m a u v a i s e brouette, d o n t le siége, divisé e n d e u x parties p a r u n e sorte d e dossier, reçoit d'un côté le v o y a g e u r et d e l'autre son b a g a g e p o u r faire le contre-poids. A T s o m - m i n g , pas d'autre m o y e n d e transp o r t , p a s d'autres équipages q u e la brouette. U n m a lade réclame-t-il le secours des s a c r e m e n t s , vite o n accourt a u p r è s d u P è r e , fût-il à cent lys d e distance ; celui-ci, après s'être bien i n f o r m é d e l'état des c h o s e s , plie b a g a g e , d o n n e ses instructions aux fidèles qu'il va quitter, p r e n d sa longue pipe et enfile le sentier qui conduit auprès d e l'infirme. D a n s le trajet o n n e m o n t e le f a m e u x véhicule q u e p o u r reprendre d e nouvelles forces ; car, à part les j a m b e s , o n s'y fatigue à p e u près autant qu'en m a r c h a n t , d'abord parce q u ' o n est loin d'y être à son aise, surtout e n e n t e n d a n t souffler derrière soi le p a u v r e chrétien qui v o u s p o u s s e ; ensuite parce qu'à la m o i n d r e inégalité d e terrain, les secousses sont si violentes qu'elles mettent e n révolution tout le s y s t è m e intérieur. D e plus, à la rencontre d e c h a q u e petit p o n t ( et ils sont ici sans n o m b r e ) , il faut d e s c e n d r e , sous peine d e dégringoler a u fond d u canal. « Partout o ù passe l'Européen , o n s'arrête, o u l'on accourt p o u r le voir, le revoir et l'examiner e n c o r e , et q u a n d il est bien loin, q u a n d il n'est plus à redouter, les petits païens le poursuivent d e leurs h u é e s : Shiam lao-tse, shiam lao-tse; le rat d'Europe,

le rat d'Europe !

M a i s ici c o m m e e n F r a n c e , ce qui se respecte u n p e u , n o u s laisse c h e m i n e r e n paix; la p o p u l a c e seule et les


284 enfants prétendent nous insulter par ces cris; aussi s'en met-on p e u en peine. A u reste, ces pauvres Chinois ont plus p e u r d e n o u s q u e n o u s n e les craignons; ils acceptent m ê m e notre médiation d a n s leurs querelles avec u n e étonnante docilité. D e r n i è r e m e n t je rencontrai sur m a route d e u x païens qui se tatouaient v i g o u r e u s e m e n t la tète à c o u p s d e poings ; je les a b o r d e , les sépare, et m e m e t s à leur faire la leçon avec u n ton d e maître qui les rendit aussitôt i m m o b i l e s c o m m e des statues. « P o u r ce qui est d e la brouette, elle n'est jamais plus inutile au Missionnaire q u e lorsqu'il peut le m o i n s s'en passer ; s'il vient à pleuvoir, par e x e m p l e , o u à d é geler, alors, b o n g r é , m a l g r é , il faut jouer des j a m b e s et se tirer d e la b o u e c o m m e o n peut. O r , vous n'avez pas fait cinq m i n u t e s d e c h e m i n q u e déjà vos souliers d e toile sont imbibés d'eau, et qu'à c h a q u e pas ils m e n a cent d e rester e n arrière. Toutes ces particularités et b e a u c o u p d'autres q u e je n e rapporterai pas parce q u e ce serait trop d e futilités, font d e notre île u n pays à part, et u n e Mission u n i q u e d a n s son genre. C e sont, d u reste, autant d'apanages qui n o u s rendent plus précieux le c h a m p qui n o u s est é c h u e n partage ; l'une d e n o s grandes consolations est celle d e pouvoir évangéliser ainsi les pauvres d e Jésus-Christ, et d e sacrifier n o s jours à leur b o n h e u r éternel. Puissions-nous r é p o n d r e toujours à u n e si sublime vocation ! « V o u s avez déjà p u voir d a n s d'autres relations, c o m b i e n nos chrétiens d e T s o m - m i n g sont édifiants par la droiture d e leur c œ u r . A b a n d o n n é s à e u x - m ê m e s p e n d a n t d e longues a n n é e s , n e p o u v a n t s'approcher des sacrements qu'une o u d e u x fois d a n s la vie, n e recevant jamais o u presque jamais d e conseils d e la part des Missionnaires qui n e faisaient q u e passer chez e u x d e loin en loin, ces b o n s n é o p h y t e s se sont n é a n m o i n s


285 conservés intacts ; q u o i q u e exposés à mille d a n g e r s , ils sont restés fidèles à D i e u et à leurs devoirs. Autrefois il leur fallait se résoudre à sortir d e ce m o n d e sans confession, sans viatique ; avait-on assez d e sapèques p o u r se faire transporter sur le continent a u p r è s d'un Missionnaire, o n prenait ce m o y e n , si difficile qu'il fut; m a i s p o u r les p a u v r e s , c'est-à-dire p o u r la presque totalité des fidèles, cette ressource devenait u n rêve c h i m é rique, il fallait m o u r i r c o m m e o n avait vécu. Aussi ces p a u v r e s chrétiens n e savent-ils aujourd'hui c o m m e n t e x p r i m e r leur joie, e n voyant fixés p a r m i e u x d e u x prêtres u n i q u e m e n t o c c u p é s à les diriger d a n s les voies d u salut. « L a p r e m i è r e et la plus précieuse qualité d e n o s insulaires est la simplicité, m a i s u n e simplicité telle, je crois, q u e Notre-Seigneur la désirerait d a n s tous les c œ u r s , m ê m e les plus parfaits. L a p r e u v e qu'elle lui est agréable, c'est qu'il se plaît à greffer e n q u e l q u e sorte sur cette simplicité u n e foi a d m i r a b l e , u n e foi à faire des miracles Ils n e savent point ce q u e c'est q u ' u n e tentation contre la p r e m i è r e d e s vertus théologales : l'idée qu'ils pourraient être d a n s l'erreur n e leur vient pas m ê m e . D i e u a parlé : cela suffit. Q u a n t à la parole d u Missionnaire elle est toute puissante p o u r la vertu. Lorsq u e l'un d'entre e u x à plus d e peine à faire u n sacrifice et qu'il lui e n coûte p o u r se s o u m e t t r e à ce q u e la justice d e m a n d e , m o n b r a v e catéchiste et les chrétiens qui l'environnent s'empressent d e lui crier à l'oreille qu'il n'y a pas a tergiverser : « Si tu désobéis a u Lao-ia, tu « désobéis a u ciel. » Q u e d e fois n'ai-je pas été t é m o i n d e pareilles scènes! L a leçon ainsi faite, o n finit par venir se mettre à g e n o u x e n protestant d e sa parfaite soumission. « Cette autorité d u Missionnaire n'est pas m o i n s utile a u x intérêts temporels d e n o s n é o p h y t e s , q u e favorable


286 a u x progrès d e la Religion. L e s C h i n o i s , c o m m e v o u s savez, sont le peuple d u m o n d e le plus a m a t e u r d e procès et d e querelles intestines; et sur ce point T s o m m i n g n e fait nullement exception. Aussi, il y a p e u d'années n o s chrétiens s'en donnaient-ils à plaisir. P o u r u n d o m m a g e d e cinq o u dix francs, o n courait d e m a n d e r justice a u M a n d a r i n ; o n dépensait d e part et d'autre tout le produit d e d e u x o u trois a n n é e s d e travail p o u r se concilier la faveur d u magistrat ; puis l'affaire termin é e, o n conservait a u fond d u c œ u r la haine et le désir d e la vengeance. Aujourd'hui, grâces a u zèle d u P. Clavelin, ce désordre a cessé. U n e dispute sérieuse s'élève-t-elle entre des fidèles, les parties, avant d e porter plainte devant les tribunaux, viennent prévenir le Missionnaire et lui exposent le sujet d e leur division. Celuici, après s'être bien informé des lois et c o u t u m e s chinoises, exhorte par des raisons chrétiennes les querelleurs à terminer l'affaire à l'amiable; ce qui m a n q u e r a r e m e n t d'avoir lieu. Ainsi l'argent reste à nos néophytes, les scandales sont anéantis, la paix et par conséq u e n t l'esprit d e D i e u r è g n e d a n s ces chères familles. L e s païens e u x - m ê m e s , n'ignorent pas c o m b i e n le P è r e a pris d'ascendant sur tous les c œ u r s : aussi q u a n d u n sujet d e dissension survient entre e u x et quelques chrétiens, ils n e m a n q u e n t pas d e m e n a c e r ceux-ci d e les d é n o n c e r , n o n pas a u magistrat, m a i s bien a u maître européen.

« Si notre ministère est plein d e consolations avec les fidèles, il reste e n général stérile avec les idolâtres. L'obstacle le plus difficile à vaincre p o u r e u x , est d e d o m p t e r leur c œ u r flétri par le poison d u vice. B e a u c o u p reconnaissent l'excellence d e la Religion ; mais, c o m m e vos indifférents, ils n e veulent point se d o n n e r tant d e peine p o u r m o n t e r a u ciel. Ils n e savent m ê m e pas les premiers éléments d u culte qu'ils professent. Je d e m a n d e


287

quelquefois a u x plus considérés d'entre e u x , à c e u x surtout qui font la g r a n d e toilette p o u r venir m e visiter, à quelle religion ils appartiennent : « A la secte d e F o , » répondent-ils ordinairement. Alors, c o m m e u n h o m m e qui n e c h e r c h e qu'à s'instruire, je continue à leur d e m a n d e r ce q u e c'est q u e ce F o, ce q u e sa loi enseigne, ce qu'elle prescrit o u defend ; a u c u n n e peut se tirer h o n n ê t e m e n t d'affaire: « Je n'en sais rien, » m e disent-ils. N o s chrétiens qui n e m a n q u e n t j a m a i s d'assister à l'entrev u e , se m e t t e n t à rire d e b o n c œ u r à la v u e d e tant d'ignorance. P r e s q u e tous ces païens vivent c o m m e s'ils n e devaient jamais m o u r i r ; ils causent, disputent, f u m e n t , boivent et m a n g e n t , travaillent d u m a t i n a u soir, et puis c'est tout. P o u r l'âme, il n'en est pas question; o n n e veut m ê m e pas e n entendre parler, d e p e u r qu'il n e faille croire et subir les c o n s é q u e n c e s d'une vraie conversion. O n n e se r e n d à la p a g o d e q u e par m a n i è r e d e distraction, p o u r y chercher b o n n e et joyeuse c o m p a g n i e , parfois c e p e n d a n t , p o u r y brûler d e l'encens et d e s bougies devant u n e idole grossière. Aussi ces édifices sont-ils ici d a n s le plus triste état ; tous les voient t o m b e r e n ruine sans m ê m e songer à retarder leur chute. L e s b o n z e s qui les desservent, figurent p a r m i tout ce qu'il y a plus m é prisé d a n s le bas peuple ; si l'on e n parle, c'est toujours avec dérision et p r e s q u e avec r é p u g n a n c e . « D'après ce tableau, v o u s c o m p r e n e z q u e la vérité doit difficilement s'implanter d a n s u n pareil terrain; n o u s s o m m e s n é a n m o i n s pleins d'espérance p o u r l'avenir; d'abord parce q u e la miséricorde divine est assez g r a n d e p o u r vaincre tous ces obstacles et d e bien plus g r a n d s encore ; ensuite parce q u e n o s chrétiens m o n t r e n t u n g r a n d zèle p o u r le salut d e ces pauvres idolâtres. Partout o ù n o u s n o u s r e n d o n s , les fidèles viennent n o u s saluer, puis ils n o u s présentent les c a t é c h u m è n e s qu'ils


288 se sont efforcés d'instruire. Alors le P è r e se m e t à interroger s u r le savoir et la b o n n e volonté d e s n o u v e a u x venus. Il est à r e m a r q u e r q u e n o s b o n s chrétiens trouvent toujours leurs disciples parfaitement disposés. P o u r l'ordinaire, le Missionnaire n e p e n s e pas d e m ê m e , il renvoie le b a p t ê m e à la p r o c h a i n e visite, d o n n e e n attendant d e s éloges a u x u n s et a u x autres, se m o n t r e surtout plein d'affection et d e c h a n t é p o u r les c a t é c h u m è n e s , et baptise c e u x qu'il trouve s u f f i s a m m e n t préparés à ce s a c r e m e n t . U n e fois entrés d a n s le bercail d e Jésus-Christ, nos C h i n o i s n e sont plus reconnaissables ; ils d e v i e n n e n t des apôtres zélés, et voudraient tout convertir. C o m m e n o u s les e x h o r t o n s c h a c u n e n particulier a n o u s a m e n e r d e u x o u trois païens, p o u r t é m o i g n e r à D i e u leur reconnaissance, p r e s q u e tous c h e r c h e n t à remplir notre c o m mission, et b e a u c o u p y réussissent. « Q u e je v o u s raconte u n e a v e n t u r e fort plaisante qui vient d e m'arriver. H i e r les païens venaient p a r b a n d e s voir le m a î t r e e u r o p é e n . V e r s le soir il s'en présenta u n , m a i s e n g r a n d e toilette et se d o n n a n t tous les airs d'un h o m m e qui sent s o n i m p o r t a n c e . L e s chrétiens m'avaient p r é v e n u d e sa visite ; il appartenait à u n e famille autrefois chrétienne, et avait été baptisé il y a trente o u q u a r a n t e a n s ; m a i s sa f e m m e et ses enfants étaient païens d a n s toutes les règles. Je lui fis l'accueil le plus gracieux, et le laissai m e parler tout à s o n aise d e s superstitions p a ï e n n e s . Enfin je lui d e m a n d a i s'il n e se souvenait p a s d'avoir été baptisté d a n s s o n e n f a n c e : « O u i , « m e répondit-il ; m a i s d e p u i s j'ai tout o u b l i é , et c o m « m e m o i et m a f a m i l l e , n o u s a p p a r t e n o n s à la secte d e « F o , je n e m ' o c c u p e plus d'autre c h o s e . » E t le m a l h e u r e u x s'évertuait d e s o n m i e u x p o u r m ' a s s u r e r q u e réellement il faisait partie d u g r a n d n o m b r e . M a i s il avait b e a u crier, je n e cessais d e lui répéter qu'il n'était


289 pas d u tout p a ï e n , q u e par le fait il était chrétien, bien m a u v a i s chrétien, m a i s enfin qu'il l'était et le serait toujours. Puis, m e levant d e m o n fauteuil, je fais sortir les fidèles, et, m e trouvant seul avec m o n fanfaron, je lui dis q u e Dieu a pitié d e s o n â m e , et qu'à l'instant m ê m e il i m p o r t e d e c o m m e n c e r u n e b o n n e confession. L e p a u v r e h o m m e se trouvait pris a u d é p o u r v u , et, bien qu'il fit froid, la s u e u r lui ruisselait d u front à grosses gouttes; il s'agenouilla d o n c devant le crucifix, p o u r la p r e m i è r e fois d e sa v i e , et q u a n d il se releva il nageait d a n s la joie : j'étais selon lui le type d e la b o n t é , jugez u n p e u ! Je lui d o n n a i u n e médaille p o u r sa f e m m e et lui ils p r o m e t t r e qu'au plus tôt il se ferait instruire, lui et sa famille ; il m e quitta avec les meilleures dispositions. Aujourd'hui j'apprends q u e s o n é p o u s e a été émerveillée d u d o n q u e je lui ai fait, et q u e d é s o r m a i s elle veut se préparer a u b a p t ê m e . « A v a n t d e t e r m i n e r cette trop l o n g u e lettre, disons encore u n m o t sur les pratiques d e piété e n u s a g e c h e z n o s b o n s insulaires. L a prière d u m a t i n et d u soir se récite toujours e n c o m m u n ; la famille étant réunie, o n la c o m m e n c e , et il y e n a p o u r u n e b o n n e d e m i - h e u r e lorsqu'on n'est pas pressé. L e s h o m m e s f o r m e n t u n c h œ u r et les f e m m e s u n autre ; c h a c u n crie d e son m i e u x et sans se soucier si s o n voisin p e u t suivre o u n o n . Il est bien rare ici d e rencontrer u n fidèle q u i o m e t t e habituellement sa prière d u m a t i n et d u soir; o n y tient c o m m e à ses d e u x y e u x . Mais c'est à faire le C h e m i n d e la Croix q u e leur dévotion se signale : depuis d e u x ans q u e cette pratique est établie à T s o m - m i n g , elle devient d e jour e n jour plus chère à n o s néophytes. P r e s q u e toutes n o s chrétientés ont leurs stations d u calvaire, et celles qui n e jouissent pas encore d e cette faveur, sont aujourd'hui o c c u p é e s à bâtir et à préparer u n oratoire c o n v e n a b l e à TOM.

XX 119

16


290 cet effet. Q u a n d le P è r e a n n o n c e le jour o ù il érigera le C h e m i n d e la Croix d a n s u n village, les fidèles y accourent d e toutes les parties d e l'île; ils se réunissent jusqu'au n o m b r e d e huit cents et au-delà; ce qui est i m m e n s e d a n s ce pays-ci. C'est en pareille circonstance qu'il faudrait les voir et surtout les entendre. C e q u e je viens d e v o u s dire se reproduit aussi, quoique dans un autre genre , aux grandes solennités. La chapelle et les alentours sont presque toujours trop étroits p o u r contenir la foule d e s pieux fidèles. Alors o n se presse, on se pousse p o u r être le m o i n s loin possible d u prêtre : m a l h e u r a u x derniers v e n u s ! Bien des fois j'ai vu m e s néophytes à g e n o u x durant toute la M e s s e, en plein air, exposés à la b r u m e d u m a t i n et a u vent glacé d u n o r d ; m a i s ils ne se repentent jamais d'être v e n u s voirlesaint Sacrifice, et m a l g r é tant d'inconvénients, ils ne détournent pas un instant les y e u x d e l'autel. L e jour d e N o ë l , après la m e s s e d e m i n u i t , je partis i m m é d i a t e m e n t p o u r dire la seconde a u lever d e l'aurore, à vingt-quatre lys plus loin. E h b i e n , u n b o n n o m b r e d e chrétiens m e suivirent, quoiqu'ils eussent déjà passé toute la nuit en plein air, sous u n ciel froid et pluvieux. Ils assistèrent d e n o u v e a u a u saint Sacrifice avec u n e g r a n d e ferveur; et j'étais à peine d e s c e n d u d e l'autel q u e toute la foule, a u n o m b r e d e trois à quatre cents, se porta au Kom-su suivant, à cinq lys d e là. J e n e tardai pas à m ' y rendre m o i - m ê m e , et e n arrivant je trouvai sept cents fidèles à g e n o u x , d é c l a m a n t sur le ton le plus solennel leurs prières d'usage. E n pareil c a s , il est ordinaire qu'on fasse partir quantité d e fusées, pétards et autres pièces d e cette nature ; plus il y a d e bruit, d e c l a m e u r s et d e t u m u l t e , plus o n est h e u r e u x et content. « Veuillez agréer, Messieurs et chers a m i s, l'assurance, é t é « THÉOBALD W E R N E R , S. J. »


291

MISSIONS DE LA CORÉE.

Lettre de M. Daveluy, Missionnaire Apostolique, à de ses Confrères.

E u r i k o o l , 1 8 juillet 1 8 4 6

« MONSIEUR ET BIEN CHER CONFRÈRE ,

« V o u s voulez q u e l q u e s notes sur la Corée. S o n g e z v o u s q u e c'est tout u n o u v r a g e qu'il faudrait p o u r rép o n d r e à vos désirs? E t qu'attendre d ' u n p a u v r e Missionnaire a y a n t à peine passé dix m o i s d a n s ce p a y s , a u milieu d e très-nombreuses occ upations ! N ' i m p o r t e , à l'amitié je ferai droit; je d o n n e r a i p e u , très-peu, très-incomplet, très-incorrect, très-embrouillé; p e u t , être, contre m a volonté, se glissera-t-il q u e l q u e erreur sous m a p l u m e ; m a i s il faut v o u s satisfaire tout d e suite o u j a m a i s ; d e m a i n peut-être je serai pris. E h bien d o n c , d e m a forteresse d'Eurikool je c o m m e n c e . « L a C o r é e est u n petit r o y a u m e d o n t la population n e n o u s est pas e x a c t e m e n t c o n n u e ; m a i s tout m e porte à la croire plus n o m b r e u s e q u e n e le m a r q u e n t n o s livres

un


292 européens. Voici ce q u e je trouve d a n s u n r e c e n s e m e n t d e 1 7 9 3 : à la capitale, 4 3 , 9 1 1 m a i s o n s , 1 9 0 , 0 2 7 â m e s ; e n province, 1 , 6 9 3 , 4 1 4 m a i s o n s , 7 , 1 5 2 , 3 3 4 â m e s ; total 1 , 7 3 7 , 3 2 5 m a i s o n s et 7 , 3 4 2 , 3 6 1 habitants. O n dit q u e b e a u c o u p d'indigènes n'y sont pas c o m p t é s ; toutefois je n e p e n s e pas q u e les omissions puissent faire m o n t e r le chiffre à dix millions. L e m ê m e recensem e n t m e n t i o n n e quatre cent cinquante vieillards entretenus par le roi; o n d o n n e , c h a q u e a n n é e , a u x octogénaires pauvres cinq m e s u r e s d e riz, d e u x de sel et d e u x poissons. L a m e s u r e dont il est ici parlé, p e u t nourrir u n vieillard environ dix jours. U n e pièce officielle, d e date plus récente, divise ainsi la population : h o m m e s 3,596,880; femmes 3,745,481. « C e r o y a u m e se g o u v e r n e par l u i - m ê m e . Doit-on le regarder c o m m e tributaire d e la C h i n e ? je n'ose le décider. C h a q u e a n n é e u n e députation solennelle se r e n d à Pékin à d e u x é p o q u e s , u n e p r e m i è r e fois p o u r chercher le calendrier, puis a u p r e m i e r jour d e l'an p o u r rendre ses devoirs et offrir des présents a u g r a n d E m pereur d u Céleste-Empire. Quelle est la portée politique d e ces a m b a s s a d e s ? j'avoue sur ce point m o n ignorance p o u r le m o m e n t . Q u o i q u e j'entende ici des gens soutenir l'indépendance absolue d e la C o r é e , je serais assez porté à la croire tant soit p e u vassale, et u n fait q u e je rapporterai plus bas s e m b l e le p r o u v e r ; m a i s a u fond, d a n s l'administration intérieure, le g o u v e r n e m e n t est libre, et ces m a r q u e s de sujétion n e tirent pas à g r a n d e conséquence. « L a C o r é e se divise e n huit provinces, d o n t les n o m s suivent: 1° H a n g - k i e n g , capitale H ' a m - h é u n g ; — 2 ° P i e u g n - a n , capitale P i e u g n - h a n g ; — 3 ° H o a n g - h a i , capitale Hai-tsiu; — 4° K a n g - h œ u n , capitale H œ u n tsiu; — 5° Kiang-ké, capitale Han-iang, o u Séoul, qui


293 est aussi la capitale d e tout le r o y a u m e ; — 6 ° T s o n g tsiang, capitale Kong-tsiu; — 7° Kieug-sang, capitale T a ï - k o u ; — 8 ° Tseulla, capitale Tsien-tsiu. « A u faîte d u pouvoir est u n roi. S o n autorité est absolue. D e r n i è r e m e n t , o n prétend qu'il c o m m a n d a à u n d e ses ministres d e se tuer. Celui-ci n'osa d é s o b é i r , prit d u poison et m o u r u t . V i e n n e n t ensuite trois g r a n d s ministres, puis six ministres inférieurs. C h a c u n d'eux a son d é p a r t e m e n t spécial. S o u s leurs ordres sont placés les g o u v e r n e u r s d e provinces qui résident a u chef-lieu. C e s provinces, à leur t o u r , se partagent e n arrondissem e n t s , administrés e u x - m ê m e s par des M a n d a r i n s subalternes. E n C o r é e , les résidences des M a n d a r i n s portent seules le n o m de ville; il y e n a e n tout trois cent soixanteu n e , c'est à-dire u n e par arrondissement. T o u t e s les autres localités p r e n n e n t u n n o m g é n é r i q u e , r é p o n d a n t à notre d é n o m i n a t i o n d e bourg o u d e village. Quelquefois elles sont plus i m p o r t a n t e s q u e la ville m ê m e . « D e u x partis se disputent les ministères et autres charges ; m a i s bien e n t e n d u q u e la politique n e c h a n g e p a s , q u o i q u e le pouvoir se déplace. L e u r u n i q u e b u t est d e se supplanter p o u r avoir h o n n e u r s et fortune. L ' u n passe p o u r m o d é r é , c'est le parti Sipai. L'autre est i m placable et redouté, c e sont les Piokpai. « Quelle est l'origine d e ces d e u x factions rivales? Voici ce q u e les C o r é e n s r é p o n d e n t à cette question. Il y a environ quatre vingts o u cent a n s , u n vieux roi n'avait pas d efilsp o u r lui succéder. S u r ce, la division se m i t p a r m i les g r a n d s d u r o y a u m e : les u n s voulaient c o u r o n n e r i m m é d i a t e m e n t le frère d u roi ; les autres préféraient attendre, espérant toujours q u e le prince r é g n a n t n e m o u r r a i t p a s sans postérité. L e s Piokpai, qui appuyaient le p r e m i e r avis, e n v o y è r e n t secrètement des courriers à Pékin p o u r obtenir l'agrément d e l ' E m p e -


294 reur, ce qui s e m b l e dénoter q u e l q u e d é p e n d a n c e d e la C h i n e ; m a i s les Sipai, avertis à t e m p s , firent poursuivre ces émissaires ; ils furent rejoints sur le territoire cor é e n , et décapités. Toutefois le vieux roi m o u r u t sans laisser d'enfant. S o n frère fut intronisé, et le m a u v a i s parti, qui avait voulu le c o u r o n n e r d'avance, eut le dessus. « C e prince avait u n excellent fils, a i m é d e tous et d o u é d'une force herculéenne. Les Piokpai, alors a u pouvoir, redoutant sans doute son influence, persuadèrent a u roi d e le faire m o u r i r ; après u n e l o n g u e résistance, il y consentit, et e n d o n n a l'ordre; m a i s a u c u n satellite n e voulut l'exécuter. D e son côté, la j e u n e victime, docile a u x volontés d e son père, s'offrait à la m o r t , et p e r s o n n e ne voulait lui porter le c o u p fatal. Enfin o n suggéra a u roi l'idée d e faire construire u n g r a n d coffre e n bois ; ordre fut d o n n é à son fils d e s'étendre vivant d a n s ce cercueil; puis o n l'y e n f e r m a , et après quelques jours d'agonie il s'éteignit d a n s les horreurs d e la faim. D e p u i s cette é p o q u e les d e u x partis sont irréconciliables et se r e n d e n t m u t u e l l e m e n t u n e haine qui passe e n héritage d a n s leurs familles. A u jourd'hui le parti m o d é r é a, dit-on, plus d e partisans et tient les rênes d e l'Etat. L o r s d e la dernière persécution c'était son rival qui était a u pouvoir. « Voilà d e l'histoire c o r é e n n e ; je reviens m a i n t e n a n t à la statistique. Ici les villes n e sont c o m p o s é e s q u e d e cabanes e n terre, c o m m e d a n s les villages, avec cette seule différence q u e les u n e s sont u n p e u plus élevées et m o i n s sales q u e les autres. L a toiture est en paille d e riz; la tuile n'y figure q u e c o m m e u n e rare exception. Je n'ai pas v u u n e seule m a i s o n ayant m ê m e u n p r e m i e r étage. T o u t cela est d'un aspect triste et p a u v r e , m ê m e d a n s la noble cité royale. C e qu'il y a d e m i e u x ce sont


295 les t e m p l e s d'idoles, et e n c o r e les plus b e a u x n'approchent-ils pas d'une riche habitation chinoise. « Il e n est à p e u près d e m ê m e des voies d e c o m m u nication. O n les divise e n trois classes. L a p r e m i è r e , q u e je traduis par route royale, a g é n é r a l e m e n t u n e largeur suffisante p o u r quatre h o m m e s d e front. L e s voitures n'ayant pas cours d a n s c e p a y s , d u m o i n s e n province, c'est tout ce qu'il e n faut p o u r les piétons et les cavaliers. Mais il arrive f r é q u e m m e n t q u e tout-à-coup le c h e m i n se trouve d i m i n u é des trois quarts, par q u e l q u e grosse pierre. L e s routes royales n e sont pas plus q u e les autres à l'abri d e cet inconvénient. S o u v e n t m ê m e il faut g r i m p e r avec sa m o n t u r e sur ces roches, a u risque d e se casser le cou o u d e rouler d a n s les fossés qui avoisinent. Toutefois, a u x environs d e la capitale, les routes sont u n p e u m i e u x entretenues ; il e n existe, dit o n , u n e fort belle qui conduit d u palais a u x t o m b e a u x d e s rois. « Q u a n t à celles d e d e u x i è m e classe, leur b e a u t é , largeur et c o m m o d i t é varient tous les quarts d'heure. L o r s q u e je n e vois plus q u ' u n m a u v a i s sentier, je d e m a n d e si c'est e n c o r e la g r a n d e route ; o n r é p o n d affirmativement; le tout est d e s'entendre. Pierres, rochers, b o u e , ruisselets, rien n'y m a n q u e , excepté le c h e m i n . M a i s q u e dire d e la troisième classe, large d'un pied plus o u m o i n s , visible o u n o n , selon la sagacité d u g u i d e , souvent couverte d'eau q u a n d c'est d a n s les rizières, effleurant les précipices q u a n d c'est d a n s la montagne ! « P o u r les ponts, d e u x espèces sont à m a connaissance. L a p r e m i è r e se f o r m e d e q u e l q u e s grosses pierres jetées d e distance e n distance, e n travers des ruisseaux; c'est la plus c o m m u n e . L a s e c o n d e est c o m p o s é e d e pieux fichés d a n s le fleuve et recouverts d e terre ; ce viaduc est passable, quoique trop souvent à jour. Q u a n d l'eau


296 est a b o n d a n t e , ce qui est fréquent e n été, tous les ponts sont e m p o r t é s o u s u b m e r g é s par la c r u e , et laissent a u voyageur le plaisir d e p r e n d r e u n bain au passage. L e s grands seigneurs p e u v e n t s'y soustraire e n g r i m p a n t sur le dos d e leur guide. Enfin il y a à la capitale u n pont en pierre, magnifique sans doute, etl'unedes merveilles d u pays. « L e s grands cours d'eau, o u rivières navigables, sont très-rares e n C o r é e ; quelques fleuves s e u l e m e n t portent bateau et cela d a n s u n cours fort restreint, aussi presque tous les transports se font à dos d ' h o m m e , o u sur celui des b œ u f s et des c h e v a u x . « La m a i s o n c o r é e n n e se distingue par sa simplicité. Q u e l q u e s arbres, d e la terre, d e la paille, rien de plus n'entre d a n s sa construction. Elle est toujours u n p e u perchée au-dessus d u sol. Cette élévation sert à pratiq u e r des conduits souterrains p o u r la f u m é e des fourn e a u x d e cuisine : ce sont autant d e calorifères qui passent sous l'habitation p o u r e n échauffer les appartements et les tenir sains. E n hiver c'est assez c o m m o d e ; par ce m o y e n , je n'ai pas d u tout souffert d u froid ; m a i s e n été quel supplice! P o u r parer à cet inconvénient, les C o r é e n s m a n g e n t et couchent d e h o r s p e n d a n t la belle saison, et entrent à peine d a n s leur d e m e u r e . Les m a i s o n s ordinaires d e nos chrétiens, et celles des païens p e u fortunés, ont u n e o u d e u x c h a m b r e s contiguës, r a r e m e n t trois; puis u n e cuisine plus o u m o i n s ouverte à tous les vents. Toujours la toiture dépasse d e b e a u c o u p et e n tout sens l'habitation ; ce qui f o r m e d e petites galeries extérieures, d'une g r a n d e c o m m o d i t é . A l'intérieur tout est n u . Les riches s e u l e m e n t font tapisser d e papier blanc les murailles. P o u r p l a n c h e r , c'est d e la terre ; quelques nattes la r e c o u v r e n t , et c h a c u n y p r e n d la place qui lui convient. D e gros bâtons traver-


297 sons le haut d e l'appartement et tiennent lieu d'armoire p o u r le linge et les ustensiles d e m é n a g e . L e lit est tout trouvé; a u lieu d e s'asseoir, o n s'étend, puis o n dort. D u reste la m a i s o n c o r é e n n e est s o m b r e , sale, d'un aspect misérable ; elle n'est riche qu'en insectes d e toute grosseur et d e toute qualité. « Je v o u s ferais grâce d e l'habillement c o r é e n , si les souliers et le c h a p e a u n e méritaient u n e m e n t i o n par leur excentricité. C e s souliers sont c o m m u n é m e n t e n paille, quelquefois e n ficelle. O u t r e q u e les cailleux y pénètrent facilement, o n a toujours soin d e laisser à l'extrémité u n trou p o u r le p o u c e , afin q u e si l'on vient à heurter q u e l q u e pierre, le pied n e p e r d e rien d e la force d u c o u p : qu'il y ait d e l'eau o u d e la b o u e , et le bain d e pied est c o m p l e t . U n e c h a u s s u r e e n paille peut bien servir p e n d a n t u n jour d e m a r c h e ; h e u r e u s e m e n t q u e p o u r trois o u quatre sous o n la r e m p l a c e ; o n e n a m ê m e à d e u x sous. L e C o r é e n n e porte jamais ses souliers d a n s les a p p a r t e m e n t s ; il les d é p o s e à la porte. D e là naît d a n s n o s chrétientés, lors d e la visite d u Missionnaire, u n e scène assez curieuse. L e soir, viennent tous les n é o p h y t e s p o u r voir le long nez du père, o u p o u r accomplir q u e l q u e s c é r é m o n i e s religieuses. E n sortant il faut, à l'aide d e torches, q u e c h a c u n retrouve sa c h a u s s u r e ; alors cris et discussions, sans bataille toutefois; et, e n attendant, o n piétine avec ses bas d a n s la poussière, la b o u e et tout c e qui se rencontre. « L e c h a p e a u est p o u r les h o m m e s d'une largeur extraordinaire; il est fait e n b a m b o u très-fin, assez bien entrelacé, et recouvert d'une légère toile noire. Il n e fait q u e reposer sur la partie supérieure d e la tête, o ù il est c o n t e n u par u n c h i g n o n, lequel pénètre seul d a n s la petite ouverture d u milieu. Ici les h o m m e s conser-


298 vent toute leur chevelure, et la relèvent a u s o m m e t d e la tète, e n disposant à l'entour u n e espèce d e filet e n crin qui n e va p a s trop m a l . L e s enfants ont u n e tresse p e n d a n t e, et trois jours s e u l e m e n t avant leur m a r i a g e , il acquièrent le droit d e se coiffer c o m m e leurs pères. Jusque-là ils vont tête n u e , le c h a p e a u n e pouvant tenir sur la tête sans le t a m p o n d e c h e v e u x . E n t e m p s d e pluie, les Coréens usent d'un i m m e n s e chap e a u d e paille, fort léger, q u i les abrite assez b i e n ; s'ils doivent travailler par d e fortes averses, ils revêtent d e plus u n m a n t e a u d e paille, et avec cela ils recevraient sans crainte u n e pluie diluvienne. « P o u r compléter cette esquisse, ajoutons q u e les h o m m e s e n deuil doivent avoir, a u lieu d ufiletqui contient les c h e v e u x, u n e toile grise, s u r m o n t é e d ' u n b o n n e t d e m ê m e étoffe, et d e la f o r m e d e vos plus grossiers sacs d'argent. E n c h e m i n , ils portent e n guise d e c h a p e a u u n e i m m e n s e toiture d e paille, qui cache toute la figure; c'est u n véritable habillement d e carnaval. L e s couleurs éclatantes sont tellement interdites à l ' h o m m e e n deuil, q u e sa c a n n e m ê m e et le tuyau d e sa pipe doivent être blancs. S'il n e veut e n acheter d'autres, il revêt les anciens d e papier; le r e m è d e est, c o m m e v o u s v o y e z , facile et p e u dispendieux. « P o u r concevoir ce ridicule a c c o u t r e m e n t des personnes e n deuil, il faut savoir qu'à leurs y e u x u n h o m m e d a n s cet état est u n mort; il n e voit plus la société ; à peine se permet-il d e regarder le ciel. Ses habits, m ê m e p o u r les riches, sont toujours grossiers. S'il sort, c'est le visage couvert d'un voile ; si o n l'interroge e n route, il peut se dispenser d e r é p o n d r e ; il est mort. T u e r u n a n i m a l q u a n d o n est e n deuil, c'est u n c r i m e , s'agit-il m ê m e d'un serpent. A la capitale, q u a n d u n noble e n deuil rencontre u n M a n d a r i n, il se réfugie


299 d a n s la p r e m i è r e m a i s o n voisine, d e p e u r d'être interrogé. E n v o y a g e et d a n s les a u b e r g e s , il se retire d a n s u n e c h a m b r e solitaire, et refuse toute c o m m u n i cation avec qui q u e ce soit. Cet u s a g e favorise à merveille la sainte c o n t r e b a n d e d e s â m e s , et n o u s n o u s m e t t o n s e n deuil sans a u c u n scrupule. Il y a aussi des règles p o u r bien pleurer les m o r t s : les sanglots doivent éclater trois fois le j o u r , à h e u r e fixe. D a n s les occasions solennelles, o n invite a u x lamentations parents et a m i s p o u r faire plus d u tapage. « Inutile d e dire q u e la propreté n'est pas la vertu privilégiée d u C o r é e n . A table surtout o n s'en aperçoit. E a u salée, huile, vinaigre, o i g n o n s et ail, rien n'y m a n q u e , excepté ce que l'on voudrait. D u vin, j'en bois d e toute couleur et d e toute e s p è c e , sauf le vin d e raisin. L a riche E s p a g n e n e saurait rivaliser avec ce pays p o u r la variété. D a n s les c h a l e u r s , les nobles usent d'eau-de-vie et d'eau d e miel; l'eau d e riz est la boisson vulgaire. L e repas fini, o n va faire la digestion e n fum a n t la p i p e , o n plutôt e n jasant, c'est le fort d u C o r é e n ; o n y ajoute bien q u e l q u e s jeux, m a i s j'en ignore le n o m et les règles. J'oubliais d e dire qu'au n o m b r e des m e t s distingués il faut placer le c h i e n ; sa chair passe ici p o u r délicate ; o n m ' e n a servi u n e fois, et je l'ai m a n g é sans r é p u g n a n c e . Cela r e m p l a c e les gigots d e m o u t o n , qui n'ont pas c o u r s d a n s ce pays. « U n m o t d e l'agriculture. V o u s savez q u e notre presqu'île a p e u d e plaines, tout y est m o n t a g n e s o u vallées. D a n s celles-ci, p o u r p e u q u e le terrain soit favorable, o n plante d u riz, et l ' i m m e n s e quantité d e torrents, ruisseaux o u petites rivières qui l'arrosent, d o n n e la facilité d e f o r m e r les étangs nécessaires à cette culture. J a m a i s o n n e laisse reposer les terres, elles sont toujours e n rapport. L e b œ u f est seul e m p l o y é à la c h a r r u e ;


300 jamais o n n'a recours a u cheval ; et u n jour q u e j'engageais n o s chrétiens à se servir d e m a m o n t u r e, ce fut u n éclat d e rire g é n é r a l , a b s o l u m e n t c o m m e si j'eusse dit à u n d e vos fermiers d e labourer avec ses chiens. D u reste, cet animal n e vivrait pas e n travaillant d a n s les rizières, parce qu'elles sont c o n s t a m m e n t inondées. Je dois dire à ce sujet q u e le C o r é e n est presque a m phibie; tout le jour il est d a n s l'eau jusqu'à la ceinture. « Les principales productions d u r o y a u m e sont : le riz, le blé, le millet, des l é g u m e s d e toute espèce, m a i s très-fades, le tabac, le coton et différents végétaux propres à confectionner la toile. L a plante à coton vient d e Chine; il y a cinq cents ans, dit-on, elle était i n c o n n u e e n Corée, et les Chinois prenaient toutes les précautions possibles p o u r e m p ê c h e r l'exportation des graines, afin d e v e n d r e a u x Coréens les tissus d e leurs fabriques. M a i s u n j o u r , u n des m e m b r e s d e l'ambassade annuelle trouva m o y e n d e se procurer e n C h i n e trois graines ; il les cacha d a n s u n tuyau d e p l u m e , et e n dota son pays qui est aujourd'hui p o u r v u e n a b o n d a n c e . Je l'appelle plante à coton, car c'est tout au plus u n arbrisseau. C h a q u e a n n é e , après la récolte, elle périt ; o n la s è m e d e n o u v e a u a u printemps, c o m m e le blé, et d a n s les m ê m e s terrains; puis o n arrache u n g r a n d n o m b r e d e pieds, e n sorte q u e les restants soient à la distance d'une dizaine d e p o u c e s ; o n relève u n p e u la terre autour d e c h a q u e tige, c o m m e o n fait e n F r a n c e p o u r les p o m m e s d e terre, et par ce m o y e n o n obtient u n e belle récolte e n septembre. « Les fruits sont abondants e n C o r é e, o n y retrouve presque tous c e u x d e France, m a i s quelle différence p o u r le goût ! S o u s l'influence des pluies continuelles de l'été, p o m m e s , poires, p r u n e s , fraises, m û r e s , abricots, raisins, tout est insipide et a q u e u x . N o u s avons encore


301 des m e l o n s sans s a v e u r , q u e les C o r é e n s trouvent délicieux, soit qu'ils enlèvent o u n o n la p r e m i è r e écorce. « On préfend qu'il y a ici beaucoup de mines d'or , d'argent, de cuivre; mais on ne les exploite pas. Dans b e a u c o u p d e localités, n o s chrétiens disent avoir v u briller l'or e n grattant u n p e u la terre ; d u reste, il serait difficile d e le v e n d r e , et d e plus il y a d e telles punitions contre c e u x qui en p r e n n e n t , q u e le cas est rare. M o n catéchiste affirme qu'il a r e m a r q u é plusieurs rivières roulant des parcelles d'or e n sable et en m o r c e a u x . P o u r le cuivre, il est aussi b e a u qu'inutile; les C o r é e n s , d e p e u r d e s'enrichir, font venir d u J a p o n tout celui qu'ils emploient. Ils le m é l a n g e n t avec le zing, et s'en servent, sans crainte p o u r préparer leurs repas. Ainsi c o m b i n é il s'oxyde difficilement, o n dit m ê m e qu'il n'y a point d'exemple d ' e m p o i s o n n e m e n t par le vert-de-gris. Les m i n e s d e fer sont aussi d'une g r a n d e a b o n d a n c e d a n s certaines provinces. D e r n i è r e m e n t M g r Ferréol, voyageant après d e fortes pluies, vit ce minerai à découvert le long des c h e m i n s ; o n l'eût r a m a s s é presque c o m m e d e la b o u e ; c h a c u n e n fait provision à s o n gré. « L'industrie c o r é e n n e est p e u avancée. T o u t objet d e l u x e , tout ce qui sert d e distinction a u x nobles o u d e p a r u r e à la vanité, vient d e la C h i n e . P o u r l'usage c o m m u n , les fabriques indigènes e m b r a s s e n t trois b r a n c h e s d e produits. C e sont d'abord les tissus. C e u x d e c h a n v r e et d e coton sont e n général confectionnés d'une m a n i è r e solide, m a i s grossière; les soieries sont b e a u c o u p m o i n s fines qu'abondantes ; le d r a p est tout-à fait i n c o n n u , les m o u t o n s étant ici d'une rareté e x t r ê m e ; o n dit m ê m e qu'il est d é f e n d u d'en élever. L a s e c o n d e b r a n c h e d e c o m m e r c e consiste d a n s la poterie et la porcelaine. J'ignore quelle est sa perfection. T o u t ce q u e je puis constater


302 c'est qu'elle d o n n e parfois à ses ouvrages u n e g r a n d e u r m o n s t r u e u s e . Enfin la Corée forge des a r m e s estimées; ses sabres et ses poignards sont recherchés par les Chinois; ses fusils seraient excellents si la batterie n'était pas destinée à recevoir u n e m è c h e a l l u m é e , ce qui est fort p e u c o m m o d e . J'ajoute, p o u r e n finir avec l'industrie c o r é e n n e , q u e les objets d'un usage journailier sont généralement passables, et rien d e plus. D a n s u n pays o u c h a c u n confectionne d e ses m a i n s presque tout ce qui lui est nécessaire, il est difficile q u e les ouvriers acquièrent u n talent r e m a r q u a b l e . « D a n s la vie coréenne le papier joue u n grand rôle. S o n emploi se diversifie à l'infini. O n e n fait des c h a p e a u x , des parapluies, des sacs et m ê m e des m a n t e a u x qui resistent parfois aussi bien q u e la toile. Les ferm e t u r e s d e c h a q u e c h a m b r e n'ont pas d'autres vitres q u e le papier; quelques cadres e n bois et u n e feuille d e papier collée par-dessus, voilà la porte et souvent la seule ouverture par o ù le jour puisse pénétrer, car les fenêtres sont p e u en usage. J'ai dit qu'il n'y avait pas d'autres vitres, je m e suis t r o m p é . Q u a n d u n C o r é e n a trouvé u n petit m o r c e a u d e verre, d'un d e m i p o u c e carré, c'est u n e b o n n e fortune. Aussitôt il l'incruste d a n s son châssis ; dès lors il peut d'un tout petit coin d e l'œil regarder ce qui se passe a u dehors, et il est plus fier q u ' u n e m p e r e u r se m i r a n t devant les glaces d e son palais. A défaut d e ce m o r c e a u d e verre, il fait avec le doigt u n petit trou dans le papier d e sa porte, et se m e t ainsi e n c o m m u n i c a t i o n avec la rue. « Il est t e m p s d e vous dire u n m o t d u C o r é e n luim ê m e . S a taille est ordinaire; il a c o m m u n é m e n t la tête presque r o n d e , r a r e m e n t ovale, le nez petit et épaté a u milieu d e d e u x joues assez bouffies, le sourcil u n p e u élevé, les c h e v e u x généralement noirs, quoiqu'il y e n


303 ait aussi d e châtain-clair. B e a u c o u p n'ont pas d e b a r b e ; u n très-petit n o m b r e l'a u n p e u fournïe. Les barbes rousses, sans être fréquentes, n e sont pas inouïes. Voilà p o u r la p h y s i o n o m i e d u C o r é e n . Il est v i g o u r e u x , a b o n appétit, et travaille autant q u ' u n Français. Les f e m m e s n e d o n n e n t pas d a n s la folie chinoise, et laissent venir leurs pieds à g r a n d e u r naturelle. Si, d u reste, v o u s cherchez la beauté p h y s i q u e , je v o u s conseille d e faire voile vers d'autres parages. « A u m o r a l , le C o r é e n a le caractère entier et u n p e u difficile, fruit d e la d e m i - b a r b a r i e o ù est encore ce peuple. L'éducation est nulle ici, m ê m e c h e z n o s chrétiens q u e n o u s n e p o u r r o n s f o r m e r qu'a la longue. L'enfant d e la C o r é e m e paraît devoir être terrible d a n s ses colères, et sur ce point les f e m m e s valent les h o m m e s . Il est g r a n d jaseur par-dessus tout. Je croirais qu'il a i m e la plaisanterie. Ajoutons qu'il est m e n t e u r à l'exc è s , et cela sans m a l i c e , tant il e n a l'habitude. J a m a i s o n n e sait q u e croire avec lui; il v o u s fait les plus belles histoires; il a tout vu et tout e n t e n d u . C'est d e la p u r e vanterie. J u g e z d'après cela si o n doit s'étonner q u e n o u s t o m b i o n s quelquefois d a n s l'erreur, m a l g r é toutes les précautions. G r a n d a m a t e u r d u r e p o s , le C o r é e n n e craint pourtant pas la fatigue. E n é t é , il travaille tout le jour et dort très-peu. L a gaîté d e son caractère lui fait rechercher la m u s i q u e d a n s la r u d e corvée des c h a m p s . S o u v e n t les villageois possèdent u n e caisse, q u e l q u e s couvercles d e c h a u d r o n s e n guise d e c y m b a l e s , puis la flûte c h a m p ê t r e ; avec cela o n fait tapage; puis o n chante, o n saute, et a u b o u t d e quelques instants o n se r e m e t a u travail. Peut-être trouverait-on c h e z ce p e u p l e la reconnaissance d o n t le Chinois parait tout-àfait d é p o u r v u . M o i n s esclave q u e ce dernier d e l'amour d e l'argent, il saurait, je crois, a u besoin, faire assez gé-


304 n é r e u s e m e n t u n sacrifice. Enfin, moins entiché d e ses c o u t u m e s et d e ses usages, il m e semblerait plus propre à recevoir la civilisation q u e le grand e m p i r e d u milieu. Je n'ai v u , d u reste, nulle part chez nos chrétiens cette r é p u g n a n c e p o u r certaines d e nos c é r é m o n i e s , q u e l'on dit avoir rencontrée chez les Chinois. « Je n'essaierai pas d e vous d o n n e r u n e idée des m œ u r s des C o r é e n n e s . D e v a n t cette effroyable dissolution je f e r m e les y e u x , je détourne la tète et je passe vite à u n autre sujet. « Il y a trois classes d ' h o m m e s e n C o r é e : les esclaves, le peuple et les nobles. P o u r le m o m e n t je n e dirai rien d u premier r é g i m e , parce q u e j'ignore qu'elles sont ses conditions d'existence. L e p e u p l e , j'en ai déjà b e a u c o u p parlé, Mais les nobles ! ils jouent u n si g r a n d rôle, n e fût-ce q u e par leurs déprédations ! « L a noblesse coréenne m e paraît être la plus orgueilleuse d e l'univers. T o u t tremble autour d'elle, m ê m e les M a n d a r i n s . Q u e le noble ait des écus o u n'en ait p a s , c'est tout u n ; il agit partout en maître. G r a n d n o m b r e d'entre e u x n'ont pas le s o u , ils n'en sont q u e plus fiers. Q u e l supplice imagineraient-ils p o u r m e torturer s'ils savaient q u e je les appelle d e nobles gueux ? D a n s cette caste, les habits à jour sont fréquents, et la sempiternelle couleur blanche disparaît souvent sous u n e teinte plus o u m o i n s variée, qui est toujours d e la crasse. O r , toute cette classe exerce sur le peuple u n e tyrannie épouvantable. Q u ' u n g r a n d seigneur n'ait pas d'argent, il envoie des satellites chez le pauvre cultivateur. Si e n route celui-ci paie bien, o n le relâche; s'il n e veut pas desserrer les cordons d e la b o u r s e , o n le conduit jusqu'au palais-cabane d u noble, et là il est battu; force est de s'exécuter. Il n'y a pas de. M a n d a r i n capable d'arrêter cette piraterie journalière. Quelquefois elle se


305 fait sous prétexte d ' e m p r u n t , m a i s p e r s o n n e n'y est t r o m p é . Q u a n d u n noble achète c h a m p o u m a i s o n à u n h o m m e d u p e u p l e , il se dispense c o m m u n é m e n t d e payer ; c'est l'usage. « Et cependant, à ce noble o n doit des respects sans fin ; o n n'ose a p p r o c h e r d e sa p e r s o n n e ; sa d e m e u r e est u n lieu sacré; entrer m ê m e d a n s la c o u r , serait u n c r i m e ; cette règle est tellement sévère q u e les a m i s e u x m ê m e s n e peuvent être reçus à l'intérieur d e la m a i s o n , par respect p o u r les f e m m e s ; il y a toujours p o u r les visiteurs u n a p p a r t e m e n t séparé. C e s c o u t u m e s n o u s favorisent singulièrement, p u i s q u e n o u s a v o n s ainsi d e s retraites o ù le païen n e pénètre pas. M a l h e u r e u s e m e n t les f e m m e s , quelles qu'elles soient, ont toujours droit d'entrer partout. T o u t h o m m e d u peuple qui v o y a g e à cheval doit m e t t r e pied à terre e n longeant l'habitation des nobles. D e v a n t ceux-ci o n n e peut f u m e r la p i p e , et q u a n d ils passent o n doit se cacher. « E n r o u t e , u n n o b l e à cheval fait d e s c e n d r e tous les cavaliers plébéiens ; ordinairement ils le font d'euxm ê m e s , m a i s a u besoin o n les presse à c o u p s d e b â t o n . N o u s v o y a g e o n s toujours c o m m e la noblesse, et grâce à celte innocente usurpation d e titres, n o u s c h e m i n o n s librement m ê m e en plein jour ; le Missionnaire peut m a n g e r et c o u c h e r d a n s les a u b e r g e s ; avec q u e l q u e s précautions et surtout d e s guides u n p e u capables, il n'y a pas d e d a n g e r ; o n ose à peine regarder le noble, à plus forte raison o n n e l'interroge pas. C e s hôtelleries, p o u r le dire e n passant, sont pitoyables ; o n n'y trouve p r e s q u e rien q u e ce q u ' o n a e u soin d'y porter. L e s granges et écuries sont i n c o n n u e s e n p r o v i n c e ; u n g r a n d h a n g a r, ouvert à tous les vents, les r e m p l a c e . J e m e souviens d'y avoir v u, cet h i v e r , des b œ u f s habillés d e paille, p o u r les préserver d u froid : h o n n e u r a u génie coréen !


306 « Je finis cet article sur les nobles par d e u x traits d e leur puissance: le premier est arrivé r é c e m m e n t . U n d e ces s u p e r b e s g u e u x c h e z lesquels u n e sapèque m ê m e est chose rare, s'avançait fièrement, n o n loin d e la capitale, hissé sur u n e carcasse d e cheval. U n M a n d a r i n venant à passer, o n fait signe a u seigneur d e descendre, sa face, son habillement, son e n t o u r a g e , rien sans doute n e paraissant n o b l e ; toutefois il refuse, et c o m m e ii reste sourd à plusieurs s o m m a t i o n s , o n le dépose près d e sa béte, sans précautions oratoires et m a l g r é la b o u e d o n t le c h e m i n était rempli. P i q u é a u vif, et fort d e ses titres, il va droit a u M a n d a r i n : « Tel q u e tu m e vois, lui -dit-il, je suis n o b l e ; telle « est m a famille, tels sont m e s ancêtres ; tu vas faire « battre i m m é d i a t e m e n t l'audacieux roturier qui a osé « porter la m a i n sur m o i . » A la v u e d e ce g u e u x couvert d e b o u e , le M a n d a r i n d e rire ; m a i s l'autre continuant à décliner ses titres et m e n a ç a n t le M a n d a r i n d e le faire casser, il fallut bien fustiger le fidèle satellite, n o n pas u n p e u , m a i s a u gré d u noble offensé qui, m a l h e u r e u s e m e n t , ignorant la d o u c e u r évangélique, lui e n lit d o n n e r d e quoi rouer u n patient; puis, content d e l'exécution, il enfourche d e n o u v e a u son haridelle, et continue fièrem e n t sa route. « D u c o m i q u e , passons à la tragédie. U n autre individu, noble par son sang, à n'en pas douter, est rencontré u n jour par quatre satellites cherchant u n voleur Ceux-ci ayant quelques s o u p ç o n s , lui d e m a n d e n t s'il n e serait pas leur h o m m e . Il r é p o n d affirmativement et ajoute : « Suivez-moi à m o n domicile, je vous indi« querai les complices et le lieu o ù se trouvent les objets « dérobés. » O n le suit ; à peine arrivé, il appelle ses esclaves, fait saisir les satellites, et après les avoir battus, o n leur crève sept yeux. « Voilà, dit le noble e n souriant.


307 « p o u r v o u s a p p r e n d r e à m i e u x voir u n e autre fois ; ce« p e n d a n t , je v o u s laisse u n œil afin q u e v o u s puissiez re« tourner chez le M a n d a r i n . » Il Ses congédie et, bien e n tendu ,il n'a j a m a i s été p u n i d e cette cruauté. « Parlons d e sujets m o i n s odieux. Ici les c h a m p s s'achètent à fort b o n m a r c h é , relativement a u rapport; u n e b o n n e a n n é e peut d o n n e r a u cultivateur trente p o u r cent. O r d i n a i r e m e n t les terres se louent e n exigeant moitié des récoltes p o u r le propriétaire, qui se b o r n e à payer les impositions. Q u a n d o n prête d e l'argent, c'est à 5 0 , 6 0 , 1 0 0 p o u r 1 0 0 ; u n prêt à 3 0 p o u r 1 0 0 est chose rare. P o u r effectuer u n p a y e m e n t considérable, il faut u n e troupe d ' h o m m e s , car d e u x cents francs e n s a p é q u e s , d e la valeur d e d e u x centimes c h a c u n e , sont u n e forte charge p o u r u n h o m m e , et tout doit se p a y e r avec cette m o n n a i e u n i q u e . « Q u e v o u s dire d e la l a n g u e c o r é e n n e ? est elle h u m a i n e o u diabolique ? il faudrait u n e faculté d e docteurs p o u r décider la question. P o u r la lire, e n c o m p r e n d r e les principaux m o t s , c'est assez facile ; m a i s la parler est autre chose. S a prononciation se saisit avec peine ; et surtout c o m m e n t d é m ê l e r ses tours d e p h r a s e s , c o m m e n t entendre toutes les chevilles inutiles d o n t ses p é riodes sont surchargées ? Aussi e n suis-je toujours a u m ê m e p o i n t , c o m p r e n a n t p e u et b e a u c o u p m o i n s c o m pris. Autrefois la l a n g u e c o r é e n n e devait être u n e lang u e p u r e ; m a i s depuis l o n g u e s a n n é e s elle se transforme e n patois d u chinois. E n c o r e q u e l q u e t e m p s , et les m o t s coréens auront tous disparu, il n e restera q u e d u chinois avec désinence coréenne. L'infatuation d e s indigènes p o u r tout ce qui tient a u g r a n d e m p i r e, produira cet effet. Et pourtant leur i d i o m e paraît plus perfectionné; les n o m s ont leur déclinaison, les verbes possèdent u n e multitude d e t e m p s assez semblables a u x c o m b i n a i s o n s


308 d u latin. U n e autre difficulté d u langage c o r é e n , c'est q u e les désinences c h a n g e n t selon la p e r s o n n e à qui l'on parle, d e sorte, p a r e x e m p l e , q u e n o u s n e p o u v o n s n o u s e x p r i m e r c o m m e c e u x qui n o u s interrogent; n o u s s o m m e s trop g r a n d s et trop h a u t placés p o u r cela ; il n o u s faut e m p l o y e r des désinences q u e n o u s n'entendons jamais prononcer. « E n f i n je finis. J'ai dit ce q u e j'ai v u , c e q u e j'ai e n t e n d u, h e u r e u x s'il n'y a pas d'erreur. Si D i e u n o u s prête v i e , p a r la suite n o u s p o u r r o n s e n v o y e r d e s n o t e s plus c o m p l è t e s , plus certaines, et fournir ainsi des m a tériaux utiles. Veuillez m e dire quels détails pourraient v o u s intéresser.

« A g r é e z l'assurance d e s sentiments d e r e s p e c t u e u s e amitié a v e c lesquels j'ai l'honneur d'être, « Votre tout d é v o u é serviteur et confrère,

« A.. « Miss.

Apost.

e r

DAVELUY,

de la Société des Miss, étrangères. »

P. S. — 1 n o v e m b r e . Votre a m i vit e n c o r e , e t , c o m m e je l'écris à M . B a r r a n , la persécution parait toucher à safin; je n e serai d o n c p r o b a b l e m e n t p a s d u martyre cette fois ; attendons meilleure occasion.


309

N O U V E L L E S DIVERSES.

Extrait d'une lettre de. M g r Cuenot, Vicaire Apostolique de la Cochinchine orientale,àMM.

les Directeurs du

Séminaire des Missions étrangères.

Binh D i n h, 2 7 janvier 1 8 4 8 ,

« MESSIEURS ET TRÈS-CHERS CONFRÈRES ,

« L e roi T h i e u - T r i n'est plus ; il est m o r t le 4 n o v e m b r e dernier. L e p r e m i e r effet d e sa m o r t a été d e s u s p e n d r e la persécution. A v a n t d'expirer il a désigné le s e c o n d d e ses fils p o u r lui succéder. C e prince n'a q u e 1 8 a n s ; m a i s tout le m o n d e s'accorde à dire q u e c'est le meilleur et le plus capable des enfants d e T h i è u T r i ; o n le dit surtout d'un caractère très-pacifique. Il a été p r o c l a m é le 1 0 n o v e m b r e sans nulle opposition, et a pris le n o m d e T u - D u c . P o u r signaler s o n a v é n e m e n t a u trône, il a r e m i s l'impôt d'une a n n é e et accordé u n p a r d o n général, e n vertu d u q u e l les exilés sont rappelés, et la peine d e m o r t est c o m m u é e e n celle d u b a n n i s s e m e n t . L e s chrétiens e n profiteront c o m m e les autres. D é j à les n é o p h y t e s T o n q u i n o i s relégués en Cochinchine sont partis depuis l o n g t e m p s p o u r rejoin-


310 dre leurs foyers, et c h a q u e jour j'attends le retour des nôtres, exilés soit a u T o n g - k i n g , soit e n Basse-Cochinchine. N o u s a v o n s encore d a n s les prisons d ' H u é et d u Q u a n g - N a m six chrétiens c o n d a m n é s à m o r t avec sursis : peut-être seront-ils aussi renvoyés dans leurs familles. « L e n o u v e a u Roi accordera-t-il le libre exercice d e notre sainte Religion ? T o u s nos chrétiens s'y attendent; b e a u c o u p d e païens le disent; m a i s p o u r m o i , je n'ose encore 1 espérer. T u - D u c étant trop j e u n e p o u r g o u verner par l u i - m ê m e, c e sont les quatre grands M a n darins q u e Thièu-Tri a n o m m é s ses tuteurs, qui g o u vernent sous son n o m ; or, le p r e m i e r et le plus influent des quatre est u n ancien a m i et ministre d u roi M i n h M e n h , et p e n d a n t le dernier r è g n e , il s'est toujours m o n t r é le zélé défenseur des actes d e ce tyran ; il n'accordera d o n c pas la liberté religieuse sans y être forcé. M a i s toujours est-il qu'on n e renouvellera pas d e sitôt la persécution, car les e m b a r r a s d'un n o u v e a u r è g n e , la jeunesse d u r o i , son élévation a u préjudice d e s o n aîné, et p a r - d e s s u s tout la crainte des Français s'y opposeront a u m o i n s q u e l q u e t e m p s . « U n m o t sur la dernière crise q u e n o u s v e n o n s d'essuyer. Elle n'a pas assez d u r é p o u r fournir des faits bien r e m a r q u a b l e s . P a r m i c e u x d e nos chrétiens qui étaient e n voie d e se distinguer, o n cite u n lieutenantcolonel d u Q u a n g N g a i , qui a e n v o y é sa démission en déclarant qu'il aimait m i e u x renoncer à son grade qu'à sa religion; et d e u x soldats d u P h u - Y ê n q u i , après avoir été horriblement torturés et traînés d e force sur la croix, ont protesté devant les M a n d a r i n s d e leur inviolable attachement à l'Evangile, avec u n e énergie digne des plus g é n é r e u x martyrs. Mais si la dernière


311 persécution a fait p e u d e victimes, e n r e v a n c h e elle a coûté b e a u c o u p d'argent, car les M a n d a r i n s e n voulaient à la bourse d e n o s néophytes bien plus qu'à leur foi... « J'ai l'honneur d'être, e n u n i o n d e v o s prières et saints sacrifices, « Messieurs et très-chers Confrères, « Votre très-humble serviteur, « T ETIENNE-THÉODORE, Evêque de Mét Uopolis et Vic. Apost. de la Cochinchine Orientale. »

I n d e . — M . Neyret ( T h é o p h i l e ) , Provicaire Apostoliq u e d e Visigapatam, a été n o m m é , le 2 4 m a r s dernier, E v ê q u e d'Olène in partibus.

Extrait d'une lettre de

M.

Freycenon, Missionnaire

Apostolique au Bengale.

A u pied des M o n t s N a g a , le 4 septembre 1 8 4 7 .

« Un Prêtre païen du Bengale. — J'ai v u m a i n t e fois u n

être m a l vêtu, e n v e l o p p é d'une espèce d e linceul c o u leur d e safran, la tête toute couverte d'une l o n g u e chevelure, luisante d'huile et d e crasse, le m e n t o n surchargé d'une b a r b e d e s plus incultes, la face barbouillée d e blanc, d e r o u g e et d e j a u n e , les bras et les j a m b e s décorés


312

d e c h e v r o n s f o r m é s à l'aide des m ê m e s couleurs, q u e le noir naturel d e sa p e a u faisait ressortir avec plus d'éclat. Il tenait en m a i n u n e longue et lourde pince de fer, surm o n t é e d'un gros a n n e a u d u m ê m e métal, q u e , m a r c h a n t a pas toujours c o m p t é s , il a soin d'agiter sans cesse, afin q u e tout le m o n d e averti a u bruit sonore d e ce redoutable instrument, lui ouvre u n c h e m i n facile, et s'apprête à venir lui payer le tribut d'honneur et d e respect qu'il exige. « A sa v u e , les gens d e sa secte, h o m m e s , f e m m e s et enfants, se précipitent à ses pieds qu'ils e m b r a s s e n t des d e u x m a i n s , et sur lesquels ils ont u n soin particulier d e bien frotter leurs fronts, nonobstant la b o u e o u la poussière qui les couvre. P u i s , tous e n s e m b l e restent à g e n o u x sur les bords d u c h e m i n , attendant p a t i e m m e n t q u e leur Baba, c'est le n o m d u Prêtre, i m p o s e tour à tour son pied droit sur la tète d e c h a c u n . Voilà qui est e n vérité bien ridicule. M a i s n o u s s o m m e s ici e n plein p a g a n i s m e : faut-il s'étonner q u e les ministres d u d é m o n bénissent leurs sujets avec le pied ! » DÉPART DE

MISSIONNAIRES.

S e sont e m b a r q u é s à A n v e r s , le 4 avril 1 8 4 8 : M M . L a u r e n t Cordier, d e G a p , — p o u r la Cochinchine. Louis Aussoleil, — Tulle, — Cochinchine. A m b r o i s e Gassot, — Coutances, — T o n g - k i n g . Pierre L e q u e u x , — A u t u n , — S i a m . Lucien C o l o m b e t , — Digne, — Tong-king. Eugène L y o n s , — Digne. B a r t h é l e m y Girard, — B o u r g e s . Ces d e u x derniers Missionnaires recevront leur destination d e M . Libois, P r o c u r e u r des Missions étrangères à Hong-Kong. LYON,I m p r i m e r i e de J. B. Polagaud.


313

MISSION DE LA GUINÉE.

Lettre de M. Briot, Missionnaire Apostolique de la Congrégation du Saint-Cœur de Marie, à M. Libermann , Supérieur de la même Congrégation.

N d a k a r, le 2 9 n o v e m b r e 1 8 4 7 ,

« MONSIEUR LE SUPÉRIEUR ,

« L e P è r e Claver, rempli d e consolations a u milieu des Noirs dont il fut l'apôtre à C a r t h a g è n e , s'écriait, e n serrant d a n s ses bras d e p a u v r e s G u i n é e n s : « O h ! q u i « m e d o n n e r a d'aller c h e r c h e r vos frères d a n s leur p r o « p r e patrie, p o u r les g a g n e r à Jésus notre b o n Maître ! » C e b o n h e u r était réservé a u x Missionnaires d u S t . - C œ u r d e M a r i e . A v a n t n o u s , je le sais, des Prêtres portugais ont a b o r d é sur ces côtes, à la suite des m a r i n s d e leur nation ; d e n o m b r e u x prosélytes ont écouté leur v o i x , et plusieurs chrétientés florissantes o n t été fondées. Mais hélas ! il n'est q u e trop vrai aussi qu'elles ont disp a r u ; à peine e n reste-t-il aujourd'hui quelques traces, TOM. XX, 120. SEPTEMBRE 1 8 4 8 .

14


314 et p o u r q u o i ? parce q u e le principe conservateur d e la vie leur m a n q u a i t : point d e sacerdoce indigène, sans lequel, c o m m e n e l'a q u e trop d é m o n t r é u n e fatale expérience, les Missionnaires européens m a n q u a n t , tout est perdu.... « M e voilà depuis trois a n s eu Afrique. V o u s v o u lez, m o n cher P è r e, q u e je vous transmette les études que, durant ce séjour , j'ai pu faire sur la population , le culte, les mœurs et le caractère des habitants. Je vous écris ces lignes p o u r satisfaire a u devoir d e l'obéissance. Je sais q u e vous n'attendez pas d e m o i des tableaux d'imagination, tels q u ' u n touriste e n présente à des lecteurs crédules et d é s œ u v r é s ; je dois d o n c , p o u r m e c o n f o r m e r à vos intentions bien c o n n u e s , m e restreindre à u n petit n o m b r e d e faits certains, et d'observations recueillies sur les lieux. Je n e v o u s affirmerai rien dont je n e sois bien assuré, o u s'il se trouve d a n s m o n récit q u e l q u e exception à cette règle, j'aurai soin d e v o u s avertir q u e je parle d'après autrui. « Je voudrais avant tout, pouvoir vous d o n n e r le chiffre exact d e la population d e la Nigritie; m a i s je dois avouer q u e n o u s m a n q u o n s encore des d o n n é e s nécessaires p o u r taire ce calcul, m ê m e approximatif. C e vaste territoire c o m p r e n d u n e surface d e n e u f cents lieues, d e l'est à l'ouest, sur sept cents lieues d u nord a u sud. O n c o m p t e plus d e onze cents lieues d e côtes, à cause des sinuosités d u littoral. T o u t ce q u e j'ai v u m e porte à croire le pays très-peuplé ; partout o ù j'ai p u pénétrer, j'ai trouvé d e n o m b r e u x habitants. Si l'on e n croit la r e n o m m é e , l'intérieur des terres possède plusieurs villes d e vingt à trente mille â m e s ; q u e l q u e s - u n e s m ê m e , m ' a - t - o n assuré, dépassent soixante mille. V o u s savez, d u reste, q u e les meilleurs auteurs évaluent à quatorze millions le n o m b r e des


315

Noirs importés e n A m é r i q u e , depuis le c o m m e n c e m e n t d e la traite jusqu'en 1 8 2 8 ; u n e si g r a n d e q u a n tité d e m a l h e u r e u x , enlevés par l'injustice et la soif d e l'or à leur patrie et à leurs familles, s u p p o s e u n n o m b r e bien considérable d'indigènes restés libres, d a n s leurs d e m e u r e s inaccessibles a u x cupides négriers. « A l'exception d'une partie d e la S é n é g a m b i e qui suit la loi d u C o r a n , la p r e s q u e totalité des peuples guinéens est a b a n d o n n é e à l'idolâtrie et a u fétichisme. Q u a n t à l'objet d e leur culte, p o u r les u n s , ce sont les astres; p o u r d'autres, les a n i m a u x , les serpents; p o u r d'autres e n c o r e , les a r b r e s , les plantes, les rochers et les eaux. M a l h e u r à l'Européen qui ose atteindre d'un p l o m b meurtrier les perroquets o u les singes qui ont choisi p o u r asile l'arbre fétiche! Toutefois le culte principal s'adresse à d e u x génies, l'un b o n , l'autre m a u v a i s ; m a i s quoiqu'on principe ils les reconnaissent tous d e u x c o m m e leurs s u p r ê m e s divinités, ils r e n d e n t a u second des h o m m a g e s d e préférence c o m m a n d é s par la p e u r , et n'épargnent rien p o u r conjurer ses maléfices. « L e s sacrifices h u m a i n s sont t r è s - c o m m u n s c h e z ces peuples livrés a u x ténèbres d e l'idolâtrie. D a n s la capitale d u D a h o m e y , u n E u r o p é e n fut t é m o i n , il y a quelq u e s a n n é e s , d'un sacrifice d e 1,200 h o m m e s . T o u t r é c e m m e n t , d a n s le vieux Calabar, o n a i m m o l é d e u x mille esclaves. Je connais u n roi, d o u é d'ailleurs d e b o n n e s qualités, qui, ayant e u la douleur d e perdre u n e f e m m e qu'il aimait, a enterré avec elle u n e esclave toute vivante. Arrive-t-il q u e l q u e m a l h e u r , o n l'attribue à la colère d u m a u v a i s génie : vite il faut u n e expialion; u n accusateur indique la victime, elle est saisie, attachée à u n a r b r e ; le fatal b r e u v a g e lui est présenté; h e u r e u s e si elle a e u le t e m p s d'avaler auparavant u n e


316 certaine quantité d'huile d e p a l m e , qui lui servira d e contre-poison ! C e n'est point cruauté c h e z les N o i r s , ce vice est e n général étranger à leur caractère ; c'est fanatisme superstitieux. V e u t - o n les e m p ê c h e r par la force d'exécuter ces scènes sanglantes, c o m m e o n l'a essayé d a n s certains endroits ? ils se cachent dans les forêts : ce sera u n sacrifice n o c t u r n e ; le silence sera i m p o s é a u x acteurs et a u x témoins. Ailleurs, o n leur a p r o p o s é , et toujours e n v a i n , d e l'argent p o u r rançon d e la victime. « N o s ancêtres ont sacrifié, répondent« ils, c h a q u e génération a sacrifié à s o n tour, c'est u n « usage religieux et sacré qu'il n o u s faut suivre. » L e s jeunes gens se m o n t r e n t disposés à quitter u n e c o u t u m e si horrible; m a i s ils craignent d e blesser leurs pères e n la b l â m a n t devant e u x . « Les partisans intéressés d e la traite publient bien h a u t q u e ce trafic est nécessaire, p o u r dérober u n e foule d e m a l h e u r e u x à l'immolation. « Q u ' o n laisse v e n d r e « les esclaves, disent-ils, et o n n e les tuera plus; o n « n e les frappe q u e parce qu'on n e trouve pas à les v e n « dre. » C e langage est d é m e n t i par les faits. Jusqu'ici la traite s'est continuée avec a u d a c e , m a l g r é les croisières française et anglaise; or, le désir d e v e n d r e n'a pas e m p ê c h é d e célébrer les sacrifices h u m a i n s . L a prédication d u saint-Evangile pourra seule abolir à la fois et la traite et l'immolation ; la traite d'abord, e n a p p r e n a n t à ces peuples à respecter leurs semblables c o m m e d e s frères; l'immolation, e n leur m e t t a n t sous les y e u x le sacrifice d e la croix qui a s a u v é le m o n d e . Q u e l q u e s trib u s sont, de plus, a n t h r o p o p h a g e s . A u G a b o n , e n 1 8 4 5 , le frère d'un chef d e village fut pris et m a n g é par les M e p a o u i n s . Je m e hâte d'ajouter q u e c'est le petit n o m b r e, et qu'il n e faut pas croire, sur ce sujet, a u x exagérations d e certains touristes qui n'ont jamais v u la dent d'un cannibale.


317 « L e plus g r a n d vice q u ' o n puisse reprocher a u x N è gres, est la p o l y g a m i e . D u reste, il y a u n e bien g r a n d e différence, sous le rapport des m œ u r s et d e la probité, entre les Noirs d e l'intérieur et c e u x q u i , sur les bords d e la m e r , sont en relations fréquentes avec les E u r o p é e n s ; ces derniers n'ont m a l h e u r e u s e m e n t appris d e n o s compatriotes, jusqu'à ce j o u r , qu'à boire d e l'eaude-vie, à f u m e r , et à c o m m e t t r e toute sorte d'excès. L e c o m m e r c e avec les étrangers sera toujours u n obstacle a u succès d e la Mission. N o u s désirons avec a r d e u r le m o m e n t o ù n o u s p o u r r o n s faire des établissements loin des côtes et d u scandale. Ici, c o m m e partout o ù l'on n e vénère pas la très-sainte V i e r g e , la f e m m e est l'esclave d u m a r i ; c'est elle qui fait tout l'ouvrage d a n s la m a i s o n et d a n s les c h a m p s , qui porte les f a r d e a u x , qui est chargée des corvées les plus fatigantes, et cep e n d a n t elle est m é p r i s é e ; il n'y a pas m ê m e place p o u r elle à la table d e s o n é p o u x . Cette loi d'exclusion n e trouve d'exception q u e p a r m i les plus p a u v r e s . « L e s j e u n e s Noirs n e reçoivent pas d e leurs p a rents autant d e caresses q u e chez n o u s ; m a i s il n e faut pas croire p o u r cela qu'ils e n soient m o i n s a i m é s . L e s pères consentent avec peine à se séparer d'eux p o u r l o n g t e m p s ; r a r e m e n t ils se décident à les confier a u x E u r o p é e n s p o u r faire leur éducation loin d e leur patrie et d e leur famille. M o i - m ê m e , quoiqu'aidé par u n indigène puissant qui plaidait m a c a u s e , j'ai p u difficilement obtenir d e u x négrillons, a u c a p des P a l m e s , p o u r les c o n d u i r e a u petit séminaire d e N d a k a r . L e p è r e d e l'un d'eux d o n n a la bénédiction à son fils qui partait, e n lui crachant à d e u x o u trois reprises sur l'épaule : l'enfant baissait les y e u x et gardait le silence, U n autre Noir remettant son fils entre les m a i n s d e M o n seigneur, dit à l'enfant : « D è s ce j o u r , m o n fils. celui-


318 « là sera ton p è r e ; » et e n p r o n o n ç a n t ces m o t s , il lui cracha a u visage. C e lut c o m m e le s c e a u d u contrat d e donation. D e leur c ô t é , les enfants révèrent leurs parents, et les sujets leurs chefs; ils leurs obéissent avec fidélité, et n e v o u d r a i e n t rien e n t r e p r e n d r e d'important sans leur avoir d e m a n d é conseil. « G é n é r e u x , r e c o n n a i s s a n t , hospitalier et naturellem e n t religieux, tel m ' a p a r u être le caractère général d e n o s chers Noirs. L e plus s o u v e n t d'une taille élevée, d'un t e m p é r a m e n t robuste, ils sont d u r s à la peine, se plaignent r a r e m e n t , souffrent a v e c c o u r a g e . S'agit-il d e leur faire u n e opération d o u l o u r e u s e , il n'est p a s nécessaire d e les e n d o r m i r a v e c l'éther, ils se laissent c o u p e r u n bras o u u n e j a m b e sans b r o n c h e r . C e qu'ils ont le plus e n h o r r e u r est la servitude, q u o i q u e d a n s b e a u c o u p d e ces contrées ils v e n d e n t leurs prisonniers. U n capitaine d e m a n d a i t d e v a n t m o i à u n N o i r s'il v o u lait être esclave, ajoutant qu'il lui d o n n e r a i t b e a u c o u p d'argent. « T o n navire fût-il plein d'or, répondit le « N o i r , vaudrait-il m a liberté ? » « L a sensibilité paraît être u n d e s traits les plus m a r q u é s d u G u i n é e n , sensibilité excessive q u i d é g é n è r e a i s é m e n t e n susceptibilité, m a i s qui devient aussi rec o n n a i s s a n c e affectueuse et d é v o u e m e n t sans b o r n e s e n vers u n bienfaiteur. J e n e pourrais v o u s dire c o m b i e n ces b o n n e s g e n s s'attachent à c e u x qui leur t é m o i g n e n t d e l'intérêt. E n t r e mille faits d e ce g e n r e , je m e rappelle u n e petite scène q u i v o u s e n d o n n e r a u n e idée. J'avais a m e n é à Gorée u n petit N o i r d e G a m b i e . A m o n départ, q u a n d il vit le m o m e n t o ù j'allais m e séparer d e lui, il se prit à sangloter, se collant à m a s o u t a n e , p o u r n e p a s m e quitter. J e le coindusis alors par la m a i n jusq u ' a u lieu d e l ' e m b a r q u e m e n t . Il s'apaisa, c r o y a n t peut-être qu'il allait m e s u i v r e ; m a i s q u a n d je m o n t a i


319 seul dans le canot, le pauvre petit se remit à pleurer , à crier, à se rouler par terre. J'étais à bord du navire, qu'il se désolait toujours. O n veut l ' e m m e n e r , il résiste; o n veut l'entraîner d e force, il se d é b a t e n c o r e ; et enfin, se sentant le plus faible, il m o r d c e u x qui cherchent à l'éloigner d u rivage d'où il a v u partir celui qu'il affectionnait. Q u a n t a u caractère hospitalier des Noirs, n o u s e n a v o n s des preuves q u o t i d i e n n e s , d a n s les courses q u e n o u s faisons d a n s leurs villages : partout n o u s s o m m e s bien reçus; partout la table et le lit sont offerts a u v o y a g e u r avec la plus a i m a b l e cordialité. « J e crois pouvoir l'affirmer sans illusion, d è s q u e les Noirs connaîtront l'Evangile, et se seront décidés à l'embrasser, ils le pratiqueront avec ferveur et feront d'excellents néophytes. L ' e m p r e s s e m e n t qu'ils m o n t r e n t à écouter n o s conférences religieuses, le désir qu'ils tém o i g n e n t d'avoir p a r m i e u x d e s Missionnaires p o u r leur parler d e D i e u , n o u s font a u g u r e r q u e lorsqu'on possédera bien leur l a n g u e , et qu'on sera p a r v e n u à convertir quelques-uns d e leurs chefs, ils se rendront e n foule a u x c h a r m e s d e la divine parole et à la puissance d e la grâce. N o t r e principal espoir est d a n s n o s enfants, g e r m e précieux d u clergé indigène. P a r e u x , leurs pères seront initiés à notre sainte Religion, et il y a lieu d e croire q u ' u n e fois chrétiens, ceux-ci persévéreront avec c o u r a g e d a n s la fidélité à leur c r o y a n c e ; car sur les q u e l q u e s points d e notre Mission qui furent jadis évangélisés, les débris d e ces anciennes chrétientés se tiennent séparés des idolâtres, n e se m a r i e n t qu'entre e u x , font baptiser leurs enfants, construisent des chapelles o ù ils se réunissent p o u r prier e n c o m m u n , élèvent des croix; e n u n m o t , défendent leur foi avec énergie et contre l'abandon a u q u e l ils sont v o u é s , et contre les scandales dont ils sont témoins. Telles sont


320 les dispositions qui n o u s font bien augurer d e l'avenir. « Partout j'ai v u les G u i n é e n s désireux d e s'instruire, « V e n e z a v e c n o u s , m e disaient-ils, lorsque je passais « devant leurs villages, il ne v o u s m a n q u e r a rien, « a u c u n soin n e n o u s coûtera p o u r v u q u e vous n o u s « tiriez d e notre ignorance. » P o u r ce qui regarde les enfants, je n e crains pas d e dire q u e leurs m o y e n s intellectuels égalent c e u x d e nos jeunes E u r o p é e n s . O n e n voit m ê m e qui ont u n j u g e m e n t et u n e p é n é tration plus qu'ordinaires. L e Noir a g é n é r a l e m e n t u n e m é m o i r e très-heureuse : c'est u n g r a n d livre o ù tout ce qu'on inscrit reste gravé p o u r toujours. Il a surtout u n e facilité prodigieuse p o u r a p p r e n d r e les langues. J'ai été fort surpris, e n voyant des jeunes g e n s d e dix-huit à vingt a n s parler déjà quatre o u cinq dialectes différents. P o u r n o u s , a u contraire, c'est u n e véritable et laborieuse difficulté d e saisir leur linguistique. C e p e n d a n t si les i d i o m e s sont n o m b r e u x , ils n e sont pas c o m p l i q u é s ; et d e p l u s , les affinités qui les r a p p r o c h e n t , faciliteront b e a u c o u p a u Missionnaire qui e n sait b i e n u n , l'étude des autres. Et p u i s , l'Esprit-Saint est toujours le g r a n d Maître des l a n g u e s , c o m m e il est le soutien des Apôtres. « L e s Noirs sont p r e s q u e tous d'une g r a n d e adresse d a n s les arts et métiers. Ils savent appliquer a u x tissus qu'ils c o m p o s e n t u n e teinture solide; b e a u c o u p d'entre e u x font d e la poterie et d e s m e u b l e s qui souvent sont d'une seule pièce. O n t - ils à fournir d e l'ébène o u d u bois r o u g e à u n navire m a r c h a n d , ils s'en vont d a n s la forêt, sans autre outil q u ' u n e toute petite h a c h e ; ils attaquent le plus gros arbre qu'ils rencontrent, l'abattent à c o u p s redoublés, le divisent e n tronçons qu'ils fendent avec des coins d e bois, le réduisent e n b û c h e s


321 q u ' u n h o m m e puisse porter jusqu'à la pirogue; et e n q u e l q u e s j o u r s , le capitaine surpris voit à s o n b o r d l'arbre é n o r m e qu'il apercevait n a g u è r e d e b o u t , bien loin d a n s la forêt. L e s indigènes savent aussi travailler le fer, et donnent une bonne trempe à leurs lances , flèches et autres armes. Il y en a même qui font des b a g u e s et d e s boucles d'oreilles e n or d'un travail surprenant. C e u x qui habitent les côtes o u le b o r d d e s fleuves, creusent d e belles pirogues, les u n e s si légères q u ' u n h o m m e o u u n e f e m m e les porte sur sa tête, et d'autres si g r a n d e s qu'elles p e u v e n t contenir plus d e cent personnes. Excellents m a r i n s , les Noirs sont reçus e n g r a n d n o m b r e sur les navires français et anglais, p o u r renforcer leurs équipages. J'en ai v u q u i , à force d e naviguer ainsi, connaissaient parfaitement tout le littoral, d e m a n i è r e à très-bien piloter les vaisseaux qui voulaient toucher a u x divers points d u c o n t i n e n t , o u entrer d a n s les rivières. Petits et g r a n d s, tous savent n a g e r : à peine peuvent-ils m a r c h e r , qu'on les voit se jeter à l'eau. L e long d e la côte s'étend u n e barre o ù la houle est si forte, q u e s o u v e n t elle fait chavirer les embarcations. Mais il n'y a rien à craindre, sinon p o u r les effets qu'elles contiennent. L a pirogue est-elle renversée ? voilà les N è g r e s à l'eau, qui nagent tous d u m ê m e côté, jettent tous u n m ê m e cri, font tous u n m ê m e m o u v e m e n t , et la pirogue est relevée. Il n e s'agit plus q u e d'y r e m o n t e r e u x - m ê m e s sans la renverser d e n o u v e a u ; alors ils se divisent, les u n s d'un côté, les autres d e l'autre, s'élancent, font u n m ê m e saut, et se trouvent à la fois dans la pirogue, prise à l'abordage des d e u x côtés. Y a-t-il u n E u r o p é e n p a r m i e u x , est-il t o m b é à la m e r , ou déjà disparu sous les flots ? ils l'ont bientôt saisi et m i s hors d e danger. Enfin o n arrive bien vite à terre; la b a r q u e passe d e l'onde sur les épaules


322 d u m a r i o u d e sa f e m m e , et est ainsi portée à la case jusqu'au prochain voyage. « N é s musiciens, avec d e l'oreille et u n e voix ordinairement forte et agréable, les G u i n é e n s ont inventé plusieurs instruments à cordes et à vent. Sitôt qu'ils e n t e n d e n t la m u s i q u e ils sont c o m m e électrisés, hors d ' e u x - m ê m e s , et se mettent à danser. « L e s Noirs cherchent m o i n s à se vêtir qu'à se parer. Dans certains endroits, les f e m m e s portent des a n n e a u x d e cuivre a u x j a m b e s ; plus elles sont riches et puissantes, plus elles multiplient cet o r n e m e n t . Il e n est qui ont ainsi à c h a q u e j a m b e u n poids d e plus d e vingt livres. Elles souffrent p a t i e m m e n t , o n dirait m ê m e avec joie, ce m a r t y r e d e la vanité, bien qu'il e n résulte, entre autres inconvénients, celui d'avoir sur le pied u n e plaie à y loger le doigt. « L e s l o g e m e n t s sont e n général étroits ; cependant, e n certaines localités enrichies par le c o m m e r c e , s'élèvent d e belles cases carrées, avec galeries, et bien m e u b l é e s à l'intérieur. P l u s c o m m u n é m e n t elles sont petites, faites avec d e la paille et e n f o r m e d e r u c h e s à abeilles. V o u s êtes parfois tout près d'un village d e quinze cents à d e u x mille â m e s , et v o u s n e v o u s e n doutez pas ; car les arbres, le m i l et autres plantes v o u s e n dérobent la v u e : e n c o r e q u e l q u e s p a s , et v o u s êtes tout surpris d e v o u s trouver a u milieu d'une n o m b r e u s e population. L e s rues sont tortueuses c o m m e les détours d'un labyrinthe, si étroites d a n s quelques endroits, qu'on est obligé d e s'effacer et d e m a r c h e r o b l i q u e m e n t p o u r y passer, et plus d'une fois j'ai v u m o n tricorne rester accroché a u toit des maisons. « Ici, la nourriture est simple et p e u variée : le kous-kous et le lard d a n s la S é n é g a m b i e ; le riz et les


323 b a n a n e s sur la côte des Graines ; le m a n i o c , l'igname et les bananes dans le golfe de Bénin et au Gabon , sont les mets quotidiens. A ces aliments se joignent, dans plusieurs contrées, du poisson ou de la viande , de l'huile ou du lait; l'eau est la boisson la plus ordinaire. L e Noir m a n g e p e u ; il sait m ê m e a u besoin rester d e s journées entières sans rien p r e n d r e , et voyager ainsi avec l'avantage d e n'avoir point l'estomac trop chargé. D a n s ce c a s , il se serre le v e n t r e , et continue sa route aussi dispos q u e s'il avait fait u n b o n repas. A v e c ce r é g i m e et sans le secours des m é d e c i n s , le N è g r e se porte à merveille, plusieurs arrivent à u n g r a n d â g e , j'en ai vu. d e quatre-vingt-dix à cent ans. « Q u o i q u e n o u s soyons p r e s q u e sous la l i g n e , la chaleur est supportable a u G a b o n . L e t h e r m o m è t r e n'y m o n t e pas au-dessus d e 3 5 d e g r é s , et la t e m p é rature est a g r é a b l e m e n t rafraîchie, le jour p a r u n e forte brise d e m e r , et la nuit par u n e rosée a b o n d a n t e . L a l o n g u e u r des nuits q u i , d'un b o u t d e l'année à l'autre, sont égales a u x jours, n e contribue pas p e u à t e m p é r e r les ardeurs d u climat. C'est d a n s la S é n é g a m b l e , près d u S a h a r a , q u e les plus g r a n d e s chaleurs se font sentir. L e t h e r m o m è t r e y m o n t e au-dessus d e quarante degrés ; quelquefois les a n i m a u x ainsi q u e les h o m m e s sont obligés d e se c o u c h e r à terre p o u r pouvoir respirer. Alors o n entend sur les c i m e s lointaines les glaces se briser avec fracas. Q u a n d le vent souffle d u côté d u désert, il e m p o r t e avec lui d e s n u a g e s d e sable fin, qui vont se jeter à plus d e quarante lieues e n m e r ; et partout o ù passe cette b r u m e s a b l o n n e u s e , elle arrête la transpiration, p r o v o q u e u n e respiration haletante, et c a u s e u n malaise général. « L e s principales maladies d e l'Afrique, qui pro-


324 viennent p r e s q u e toutes d e la transition subite d'une température très-chaude à u n frais saisissant, sont la fièvre, l'hépatite et la dyssenterie. Q u e l q u e s précautions d'hygiène et u n e nourriture c o n v e n a b l e , préserveront d'un g r a n d n o m b r e d e ces accidents. L e s Noirs, et particulièrement les faiseurs d e fétiches, connaissent les vertus d ' u n e multitude d e plantes, avec lesquelles ils c o m p o s e n t d'excellents r e m è d e s . Si le m a l résiste a u traitement, q u ' o n c h a n g e d'air, et le plus souvent il cédera. S'il était par trop opiniâtre, o n pourrait recourir a u dernier m o y e n d e guérison, celui qui coûte le plus a u Missionnaire, m a i s qui est le plus efficace d a n s ces cas e x t r ê m e s , c'est u n v o y a g e e n E u r o p e . L e m a l a d e se rétablira, et d e retour e n Afrique, il n'aura plus à craindre les difficultés d u p r e m i e r acclimate ment. « E n visitant les côtes, d a n s m e s v o y a g e s , j'ai rem a r q u é entre autres points importants, W y d a h et le c a p des P a l m e s . W y d a h est u n e ville d u puissant r o y a u m e d e D a h o m e y . L e roi d e c e p a y s est célèbre d a n s la G u i n é e par son palais a u x m u r s garnis d'ossements h u m a i n s , et par sa f a m e u s e garde n o b l e , c o m p o s é e d e f e m m e s a r m é e s d e pied e n c a p et d'un c o u r a g e à toute épreuve. N o n loin d e W y d a h , sur le b o r d d e la m e r , se trouvent plusieurs cités considérables, d o n t les d e u x plus i m p o r t a n t e s , Acra et Q u i t a , ont a u m o i n s d o u z e à q u i n z e mille habitants. « L e cap des P a l m e s , colonie d e s Noirs é m a n c i p é s v e n u s d ' A m é r i q u e , n e doit point être oublié d e n o u s p o u r plusieurs raisons. C'est là q u e sont m o r t s n o s chers confrères M M . d e Régnier et Roussel. N o u s y possédons encore u n e m a i s o n e n assez b o n état. « L a population d u cap des P a l m e s est d e huit mille â m e s environ, divisée en plusieurs grands vil-


325 lages. Robustes et laborieux, les colons sont aussi trèsc o m m e r ç a n t s . L a langue d u p a y s , qui s'appelle le Grébo, se parle, m'a-t-on dit, fort loin d a n s l'intérieur des terres, o ù conduit u n g r a n d c h e m i n pratiqué par les Américains. L à , se trouvent des fétiches d e toutes les espèces; c h a q u e case a p o u r ces objets religieux u n coffre sacré, q u e le maître seul peut toucher et ouvrir; m a l h e u r à l'étranger, à la f e m m e surtout, qui y mettrait la m a i n ! J'y ai r e m a r q u é des têtes d'enfants, d e s cornes d e v a c h e s , d e petites pierres, exposées à la v é n é ration. J'ai v u m ê m e u n essaim d'abeilles fétiches; o n leur a bâti u n e case sacrée. P a u v r e p e u p l e ! q u a n d pourrons-nous lui a p p r e n d r e à réserver son culte p o u r Celui d o n t il adore les ouvrages ! « Il n e m e reste plus, m o n c h e r P è r e , qu'à ajouter q u e l q u e s détails sur les d e u x p a y s o ù vos Missionnaires ont leurs principaux établissements, le G a b o n et Ndakar. « S u r la rive droite d u G a b o n , à vingt et quelques m i n u t e s d e la ligne, s'élève notre d e m e u r e . C'est l'un d e s points les plus salubres d e cette côte d'Afrique. L a saison des pluies y d u r e huit à n e u f m o i s d e l'année, d e s e p t e m b r e à m a i ; p e n d a n t les trois o u quatre autres m o i s , il n'en t o m b e pas u n e goutte; alors les nuits sont fraîches, et m ê m e froides. Je n e parlerai des indigènes q u e p o u r signaler leurs prêtres o u féticheurs c o m m e les plus habiles imposteurs q u e je connaisse : ils sont consultés sur toutes choses et craints d e tout le m o n d e ; car s'ils jouissent d e la réputation d e guérir toutes sortes d e maladies et d e connaître l'avenir, ils prétendent avoir aussi le privilége d'envoyer à leur gré des maléfices à qui ils veulent : ils les tirent d'une boite assez s e m b l a b l e à celle d e P a n d o r e , d a n s laquelle sont contenus tous les m a u x . O n va quelquefois consulter


326 les plus célèbres d'entre ces sorciers jusqu'à soixante lieues. « L a rivière d u G a b o n , n o m m é e par les naturels C e r o n g o , se divise, à quinze lieues d e son e m b o u c h u r e , e n d e u x b r a n c h e s , d o n t l'une vient d u nordest, et se n o m m e R e m b o u é ; l'autre p r e n d sa source d a n s le sud-est, et est appelée W o l o m b o . U n e multitude d e petits affluents qui viennent se jeter d a n s ce fleuve, après avoir arrosé les terres d'un g r a n d n o m bre d e villages, n o u s seront d'un g r a n d secours, plus tard, p o u r aller porter l'Evangile a u x peuplades d e l'intérieur. Cette voie d e c o m m u n i c a t i o n sera d'autant plus utile, q u e ces pays sont tout couverts d e b o i s , a u milieu desquels se dessinent à p e i n e les sentiers tracés par les N o i r s ; sentiers si étroits qu'on y est arrêté à c h a q u e instant par des branches d'arbres, par des troncs jetés e n travers d u c h e m i n par l'orage, o u t o m bés sous le poids d e leurs ans. O n rencontre assez souvent d a n s ces forêts des tigres qui viennent, la nuit, presque a u centre des villages saisir leur proie, quelquefois m ê m e enlever des f e m m e s o u des enfants. Il s'y trouve aussi des serpents, d o n t les plus g r a n d s n'ont pas m o i n s d e quinze pieds d e long. J'en ai v u d e petits perchés sur les arbres a u b o r d des rivières : d e là ils s'élancent sur le poisson qu'ils voient passer à fleur d'eau. « D a n s le fleuve d u G a b o n , à huit o u n e u f lieues d e son e m b o u c h u r e , o n voit l'île Koniket, d e trois à quatre lieues d e circuit. Déjà, sur l'une des quatre m o n tagnes qui y élèvent leurs c i m e s, n o u s avons u n petit établissement destiné à recevoir les prémices d u clergé indigène. A u pied d e ces m o n t a g n e s est u n village d'environ cent cinquante â m e s . S o n roi, n o m m é Francois, est le G a b o n n a i s qui parle le m i e u x la langue française ; il sait é g a l e m e n t l'anglais et le boulou. C'est


327 u n h o m m e d o u x , poli, d'une h u m e u r toujours égale, et a u x m a n i è r e s tout e u r o p é e n n e s . Il n e boit jamais d e liqueur enivrante, et d é f e n d à ses enfants d e toucher à l'eau-de-vie. Chéri d e ses sujets, respecté d e tous les peuples voisins, qui ont avec lui des relations suivies d e c o m m e r c e et d'amitié, il affectionne les Missionnaires et se plaît à leur rendre service. « Il m ' e n a d o n n é r é c e m m e n t u n e p r e u v e , e n m ' a c c o m p a g n a n t d a n s u n petit v o y a g e q u e je désirais faire p o u r explorer le pays. N o u s n o u s m î m e s e n route le 3 1 m a i 1 8 4 7 . Arrivés d a n s u n village Bakelais, n o u s fîmes l'heureuse rencontre d e d e u x M e p a o u i n s qui venaient d e cent lieues d a n s l'intérieur, portant v e n d r e u n e d e n t d'éléphant d e c i n q u a n t e à soixante livres. Ils m a r c h a i e n t depuis o n z e jours. A v a n t m o i, ils n'avaient jamais v u q u ' u n autre Blanc d a n s leur vie. L e s h o m m e s d e cette nation passent p o u r anthropop h a g e s ; ils inspirent u n e si g r a n d e terreur a u x p e u ples voisins, q u e p e r s o n n e n'ose pénétrer c h e z e u x . C o m m e je témoignai le désir d'aller les visiter, o n m e répondit : « V o u s êtes c o m m e e u x , v o u s n'avez p e u r « d e p e r s o n n e . » T o u s ces peuples sont guerriers, les M e p a o u i n s surtout. Q u a n d ces derniers se sont e m parés d'un village, ils y d e m e u r e n t fièrement jusqu'à ce qu'ils aient m a n g é tous les cabris, toutes les p o u l e s , toutes les b a n a n e s , et m ê m e , dit-on, ( m a i s je n'en crois r i e n ) , les cadavres des e n n e m i s qu'ils ont tués. Je d e m a n d a i a u x d e u x voyageurs si je serais dévoré, d a n s le cas o ù j'irais d a n s leurs tribus. Ils m e protestèrent q u e n o n , ajoutant q u e la p e r s o n n e des étrangers était sacrée p o u r les M e p a o u i n s . A juger par e u x d e leurs compatriotes, ils sont g r a n d s , bien faits, d'une taille m i n c e et d'un regard plein d e d o u c e u r . Ils ont u n type particulier, et diffèrent b e a u c o u p d e leurs voisins par


328 leurs c o s t u m e , leurs m œ u r s et leur langage. O n les dit t r è s - n o m b r e u x ; ce sont les plus reculés d a n s l'intérieur q u e l'on connaisse; et il s e m b l e q u e la prédication doit faire des prodiges chez ce p e u p l e n e u f , surtout si l'Evangile a le b o n h e u r d'y p r é c é d e r le c o m merce. « Je quitte le G a b o n , m o n c h e r P è r e , et j'arrive à N d a k a r , autre résidence d e vos enfants. Ils y possèdent u n e m a i s o n e n pierres, l o n g u e d e plus d e trente m è tres et large d e dix a u m o i n s , bâtie par notre confrère M . W a r l o p , sur le b o r d d e la m e r , et a u centre d e plusieurs villages, d o n t la population réunie p e u t s'élever à huit mille â m e s environ. L à est notre petit s é m i n a i r e , c o m p o s é d'une douzaine d e pieux lévites, d o n t la docilité et la b o n n e conduite m ' o n t singulièr e m e n t édifié. Ils font d e g r a n d s progrès d a n s leurs études. Gais et bruyants p e n d a n t la récréation, ils sont graves d a n s les t e m p s d e silence, et partout charitables les u n s envers les autres. M a i s c'est à l'église surtout qu'il faut voir c o m m e ils sont recueillis. A p r è s la célébration d e s saints m y s t è r e s , o n c h a n t e u n cantique wolof à la l o u a n g e d e Marie. Quelle joie p o u r le Missionnaire d'entendre bénir sa M è r e d a n s l'idiome d e s Noirs! O h ! q u a n d arrivera cette é p o q u e h e u r e u s e , o ù , d a n s les milliers d e langues africaines, retentiront les louanges d e Jésus et d e M a r i e ! « A N d a k a r le souvenir d e M g r Truffet est gravé d a n s tous les c œ u r s . P o u r m o i , je regarde c o m m e u n e g r a n d e grâce d e D i e u , d'avoir été e n v o y é d a n s cette station p o u r connaître u n si saint é v ê q u e . T o u s ses prêtres l'admiraient, tous lui étaient d é v o u é s . E t les Noirs, c o m m e il les aimait, c o m m e il e n était chéri' Affligé d e la m a n i è r e révoltante avec laquelle o n a jusqu'ici traité leur race, il n'oubliait rien p o u r leur té-


329 m o i g n e r toute la tendresse d o n t s o n c œ u r était r e m pli p o u r eux. Il n e pouvait souffrir d'être servi par des N è g r e s : «Car, disait-il, trop l o n g t e m p s ils ont été escla« ves ; c'est à leur tour d'être servis, et c'est à n o u s « d'être leurs serviteurs. » T o u s les soirs, après la récitation d u Bréviaire, il dirigeait sa p r o m e n a d e vers u n des villages voisins. Aussitôt qu'il y entrait, les enfants accouraient à lui, le cernaient d e toutes parts, et tendaient leurs petites m a i n s p o u r recevoir d e s m é dailles. M g r paraissait h e u r e u x d e leur e m p r e s s e m e n t ; il les caressait, leur faisait, réciter e n wolof, u n e courte prière; o n eut dit le b o n Maître répétant ces d o u c e s paroles : Laissez venir à moi les petits. « Q u a n d le Prélat venait voir ses Missionnaires alités, il les consolait e n leur disant : « C o u r a g e , m e s « enfants, D i e u a p o u r agréables vos p e i n e s ; j e re« m a r q u e q u e depuis q u e v o u s êtes m a l a d e s , la grâce » agit plus fortement sur le c œ u r d e n o s p a u v r e s « Noirs; c'est u n e prédication à laquelle ils n e p e u v e n t « résister. Parler p e u , prier et souffrir, voilà p o u r « le m o m e n t ce q u e le S e i g n e u r d e m a n d e d e nous.» Hélas! n o u s n e n o u s attendions pas à p e r d r e sitôt ce b o n Père!!! « J e s u i s , etc., « Très-aimé P è r e , « Votre enfant respectueux et d é v o u é , «

ERNEST

B R I O T DE LA MAILLERIE,

« Miss. Ap. du St.-Cœur de Marie. »


330

Lettre de M. Gallois, Missionnaire du Saint-Cœur de Marie, à M. Libermann, Supérieur de la même

Con-

grégation.

Ndakar, le 2 5 septembre 1 8 1 7 .

« MONSIEUR ET BIEN

CHER

PÈRE,

« L e b o n D i e u , d a n s s o n infinie miséricorde, vient d'ajouter u n e nouvelle g r â c e , celle d u sacerdoce, à toutes les faveurs d o n t il a déjà c o m b l é votre enfant. O u i , c'est bien maintenant q u e je puis dire : Le Seigneur est mon

héritage : Dominus pars hœreditatis m e œ . D è s

lors, est-il rien qui puisse captiver m o n c œ u r ? Loin d e m o i désormais tout ce qui n'est point m o n D i e u , o u qui n e m e m è n e point à Jésus et à Marie. Jésus et M a rie, voilà m o n partage! E t avec cela n e puis je pas dire c o m m e le P r o p h è t e : Mon héritage est bien précieux : Hœreditas mea prœclara est mihi... M o n P è r e , m e voici

Prêtre, le p r e m i e r religieux d u S t - C œ u r d e Marie o r d o n n é sur les plages d e l'Afrique occidentale, et c e m a t i n p o u r la s e p t i è m e fois, j'ai e u l'inestimable b o n h e u r d e pénétrer d a n s le Saint des saints, et d'y offrir l'hostie p u r e , sainte et i m m a c u l é e , l'adorable Victime qui s'est i m m o l é e sur la croix p o u r le salut d u m o n d e . 0 m o n D i e u ! qu'ai-je d o n c fait p o u r mériter u n e telle grâce? Hélas! jusqu'ici je n'ai été qu'un perpétuel obstacle à vos mystérieux desseins sur m o i ! Et q u e vous


331 rendrai-je p o u r u n e si g r a n d e faveur, misérable péc h e u r q u e je suis : Q u i d retribuam D o m i n o pro

omnibus

quœ retribuit mihi ? C e p e n d a n t , ô m o n a i m a b l e Seig n e u r , puisque ainsi v o u s a i m e z à choisir la faiblesse m ê m e et l'objet des m é p r i s d e s h o m m e s p o u r confondre la force et la g r a n d e u r h u m a i n e s , je n'ai qu'à m'agenouiller et à dire : Que

votre volonté s'accomplisse !

Je prendrai le calice du salut etj'invoqueraivotre N o m .

M a i s a u m o i n s achevez votre ouvrage. Purifiez m o i , sanctifiez-moi, et faites q u e je v o u s a i m e sans m e s u r e et q u e toujours tout e n m o i ; jusqu'au dernier souille d e m a poitrine, n e soit plus o c c u p é qu'à chanter vos infinies miséricordes : Misericordias Domini in œ t e r n u m

cantabo. M o n b o n Maître, m o n d o u x Jésus ! faites-moi la grâce d e m a r c h e r g é n é r e u s e m e n t à votre suite, et d e porter m a croix avec constance; car ils sont n o m b r e u x les sacrifices qui m'attendent d a n s le cours d e cette vie; assez d e fois v o u s m e l'avez fait dire par celui q u i est p o u r m o i votre o r g a n e sur cette terre. E h bien ! m o n D i e u , j'accepte tout et d e b o n c œ u r . Jusqu'ici je n'ai rien e n d u r é p o u r votre a m o u r ; v o u s m e traîtez c o m m e u n p a u v r e enfant, parce q u e je n'ai point encore assez d e courage p o u r souffrir. V o u s m ' a n n o n c e z d e s privations p o u r l'avenir : tout c o m m e v o u s v o u d r e z , Seigneur ; je n'ai point d'autre volonté q u e la vôtre, je n e puis q u e m e c o u r b e r et d i r e : S e i g n e u r , faites d e m o i tout ce qu'il v o u s plaira, je m ' a b a n d o n n e e n t i è r e m e n t entre vos m a i n s ; q u e tout soit fait selon votre b o n plaisir. Voulez-vous q u e je sois i m m o l é , sacrifié p o u r ces p a u ves â m e s a u milieu desquelles votre b o n t é paternelle a bien voulu m e c o n d u i r e ? E h b i e n ! S e i g n e u r , je n'ai point e n c o r e d'autre volonté q u e la vôtre : q u e c e peuple soit m o n p e u p l e , q u e ses misères soient m e s m i s è r e s , et q u e v o u s , ô J é s u s ! q u i êtes m o n D i e u , soyez aussi son D i e u !


332 « M a i n t e n a n t , cher P è r e , je vais v o u s dire quelques m o t s des circonstances d e cette p r e m i è r e ordination d a n s n o s contrées m a h o m é t a n e s . « Rappelez-vous q u e sur cette terre d e la S é n é g a m bie, jamais o n n'avait v u chose pareille, et q u e, par u n privilège insigne, je suis le p r e m i e r qui ai e u le b o n h e u r d e recevoir l'imposition des m a i n s , avec le caractère indélébile, sur ces plages désolées o ù le m e n songe et l'erreur t r i o m p h e n t depuis des siècles. Q u e l sujet p o u r m o i d e m e d é v o u e r tout entier a u service d e ces pauvres Noirs! C e fut a u m o i s consacré à la b o n n e M è r e et s o u s ses auspices, q u e le c h a r m a n t p e tit navire, a u n o m bien plus c h a r m a n t encore, la Marie, n o u s d é p o s a sur le territoire wolof. L e 5, n o u s n o u s mettions à g e n o u x p o u r la p r e m i è r e fois sur le rivage d e notre nouvelle patrie ; le 8, M o n s e i g n e u r prenait possession d e son i m m e n s e Vicariat Apostolique, a u m i lieu d e l'appareil le plus pittoresque. N o u s le r e ç û m e s e n procession sur le rivage, et u n e multitude i n n o m brable l'y attendait aussi d a n s u n e impatience extraordinaire. A peine fut-il d é b a r q u é qu'il disparut d a n s la foule; tout le m o n d e se pressait et voulait le voir, et n o u s qui l'attendions avec le dais, la croix et la bannière, n o u s ne. savions plus o ù le trouver. T o u t le rivage retentissait des plus bruyantes clameurs. C e n'était q u e détonations d'armes à feu a n n o n ç a n t la joie d e ce b o n peuple wolof, et, depuis quatre h e u r e s jusqu'à sept d u soir, la côte n e cessa point d e répéter ces roulem e n t s continus qui a l a r m è r e n t u n e tribu voisine. Elle croyait tout b o n n e m e n t q u e c'était la g u e r r e , et le lendemain ses ambassadeurs , agréablement trompés , prenaient part à la fête générale. « L e s esprits e n étaient là, lorsque sur la fin d e ce b e a u m o i s d e M a r i e , le bruit vint à se r é p a n d r e q u e


333 le Kelifag-Toubab, l ' E v ê q u e , allait faire u n g r a n d Salam (cérémonie religieuse). Alors, dès le soir qui précéda l'ordination, o n vit d e tous côtés arriver des pirogues. L e s cases des b o n s Noirs d e Nadkar, d e Kaï et d e Sauthiaba se remplirent d e g e n s accourus p o u r y assister. À huit h e u r e s d u m a t i n , o n ouvrit l'église: e n u n m o m e n t elle fut pleine. M . W a r l o p et m o i , n o u s étions prosternés e n a u b e a u pied d e l'autel, avec n o s dalmatiques sur le bras et n o s flambeaux a l l u m e s à la m a i n . C e fut alors q u e m o n confrère fit son p a s irrévocable, et m o i , j'eus l'inestimable b o n h e u r d'aller a u diaconat; c'était le 2 9 m a i . L e 18 s e p t e m b r e ,ila reçu le diaconat, et m o i la prêtrise. « M . W a r l o p frappait singulièrement n o s b o n s Noirs. S a taille a v a n t a g e u s e , sa l o n g u e b a r b e noire qui lui retombait j u s q u e sur la poitrine, sa b l a n c h e a u b e , s o n m a i n t i e n m o d e s t e et p i e u x , tout les jetait d a n s u n prodigieux é t o n n e m e n t . M a i s ce fut bien autre chose q u a n d ils virent M o n s e i g n e u r revêtu d e ses ornem e n t s pontificaux. Alors v o u s auriez m i s sous leurs y e u x l'Afrique entière et toutes les merveilles d u m o n d e q u e v o u s n'auriez p u les distraire... S o n o r n e m e n t d'or, sa croix d'or, sa mitre d'argent et son long bâton tout d'or (c'est ainsi qu'ils disaient), et surtout l'air a n g é l i q u e q u i brillait sur s o n visage, les plongeaient d a n s u n e admiration extatique d o n t ils n e pouvaient revenir; le plus p r o f o n d silence régnait d a n s toute l'assemblée. Mais à peine la c é r é m o n i e t e r m i n é e , éclatent d e s transports impossibles à d é p e i n d r e : Jalla, jalla, jalla dâladi, jalla, jalla dâladi mag a mag, te du petibalego, te di ieram, jalla dâladi jalla : istim jalla ! Jalla nait nà fale ! Dieu, Dieu, Dieu seul est Dieu, Dieu seul est grand, puissant, miséricordieux. Dieu seul est Dieu, ô prodige ! Dieu est là !


334 « O n croira peut-être q u e ces h o m m e s , étrangers a u x idées d e n o t r e hiérarchie ecclésiastique, n'auront point s u lequel d e n o u s d e u x recevait le plus d e pouvoirs d a n s cette ordination; d é t r o m p e z - v o u s . L a m é p r i s e était facile : je n'étais, c o m m e je n e suis e n c o r e , q u ' u n p a u v r e enfant à p e i n e sorti d e s b a n c s d e l'école, et M . W a r l o p , d a n s ces contrées, passe p o u r u n véritable prodige. L a belle m a i s o n qu'il a fait surgir c o m m e par e n c h a n t e m e n t a u milieu d e s h u m b l e s cases indigènes, ses connaissances e n m é d e c i n e elles milliers d e g u é risons j u s t e m e n t attribuées à sa science e n font u n h o m m e tout extraordinaire. O n dit qu'à plus d e trois cents lieues d a n s l'intérieur d e s terres o n parle d e lui, je crois q u e s o n n o m ira bientôt jusqu'à la M e c q u e ; e h b i e n , m a l g r é tout cela, v o u s auriez e n t e n d u a p r è s la c é r é m o n i e , ces b r a v e s g e n s sans q u e p e r s o n n e les eût avertis, dire q u e le p è r e W a r l o p n'était point e n core le plus g r a n d F h o r i a (prêtre). E t p o u r q u o i ? « Par« ce q u e le g r a n d Kelifag n'avait pas m i s la m a i n sur la « tête d e M . W a r l o p ; m a i s l'autre, M o n s e i g n e u r avait « a p p u y é ses m a i n s sur sa tète, et tous avaient éten« d u leur m a i n s sur lui. D i e u est là! » C o m m e v o u s voyez, c'était surtout l'imposition d e s m a i n s q u i les avait frappés. A l'issue d e la c é r é m o n i e , o n vit surtout u n e p a u v r e f e m m e q u i e n était h o r s d ' e l l e - m ê m e ; elle s'écriait : Jalla, Jalla, Jalla, à n'en plus finir. J a m a i s , disait-elle, elle n'avait rien c o n t e m p l é d e si b e a u , et elle c o m m a n d a i t i m p é r i e u s e m e n t qu'on la m e n â t a u ciel, et s u r - l e - c h a m p . O n lui d o n n a u n e médaille qu'elle s'empressa d e m e t t r e à s o n c o u . L e j e u n e S o l é y m a n qui v o u s est déjà si c o n n u , et e n q u i D i e u s'est plu à réunir tant d e qualités, était d a n s le f o n d d e l'église ; il regardait, et d e s l a r m e s coulaient d e ses y e u x . « Je « pleurais u n p e u , disait-il e n s u i t e , m a tète c o m m e n -


335 « fait à t o u r n e r , et m o n c œ u r roulait d a n s m a poi« trine. » N o s c h e r s enfants d u petit s é m i n a i r e étaient d a n s u n e jubilation qui n e se p e u t traduire. O n leur dit q u e p o u r la p r e m i è r e ordination d e prêtres N o i r s c e serait u n e fête tout a u t r e m e n t solennelle ; alors ce fut le c o m b l e d e la joie ; rien, c e s e m b l e, n e m a n quait plus à leur b o n h e u r . C'était p a r m i e u x u n zèle extraordinaire, o n voulait étudier, o n s'excitait à hâter par ses efforts l'époque d u s a c e r d o c e , o n se choisissait déjà s o n district : celui-ci allait a u C a y o t , celui-là d a n s le F o ü t a , u n troisième prenait p o u r lui les Cérères, u n autre s'adjugeait les G u i n é e s , et déjà le Vicariat A p o s tolique tout entier était distribué. « A d i e u , m o n bien c h e r P è r e , je m e trouve b i e n h e u r e u x a u m i l i e u d e ce b o n p e u p l e w o l o f , et je n e c h a n g e r a i s pas m a position p o u r tout a u m o n d e . J e n'ai point d e d o u t e q u e ce n e soit D i e u l u i - m ê m e qui m ' y ait conduit. Je n e v o u s parle p a s d e n o s intéressants N o i r s ; s e u l e m e n t , q u ' o n se le p e r s u a d e b i e n , ils n e sont p a s tels q u e la c a l o m n i e s'est p l u si s o u v e n t à les p e i n d r e . F i g u r e z - v o u s les t e m p s antiques o ù les princes et les rois allaient b o n n e m e n t , s a n s appareil et s a n s p o m p e . I m a g i n e z - v o u s les chefs d e s p e u p l e s m e n a n t e u x - m ê m e s leurs b œ u f s boire a u r u i s s e a u , et c o n d u i sant leurs c h a m e a u x a u x p â t u r a g e s, servant e u x m ê m e s leurs hôtes et leur a p p r ê t a n t le k o u s - k o u s et le poisson. R e p r é s e n t e z - v o u s surtout les princesses se levant a v a n t l'aurore p o u r piler d a n s u n tronc d'arbre assez artistement c r e u s é , le d o u g o u p q u i fera la fête d e la famille et d e s étrangers, et v o u s c o m m e n c e r e z déjà à avoir u n e juste idée d e n o s c h e r s W o l o f s . P o u r c e q u i est d u c l i m a t , je n e sais q u e v o u s e n d i r e ; m a i s il parait b i e n q u e s u r ce p o i n t l'on a e n c o r e b e a u c o u p c a l o m n i é cette p a u v r e Afrique. Voici déjà plus


336 d e cinq m o i s q u e n o u s s o m m e s arrivés, et, sur sept q u e n o u s étions, il n'en est a u c u n qui soit m a l a d e : la plupart se portent tout aussi b i e n , et les autres m i e u x qu'en F r a n c e . Q u a n t à la l a n g u e d u p a y s , l'étude e n sera l o n g u e . Mais, e n cela c o m m e e n toute autre chose, q u e la sainte volonté d e D i e u soit faite. N o u s avons déjà traduit toutes les prières d u m a t i n et d u soir. Si vous voulez e n avoir u n e idée, je vais vous d o n n e r l'Ave Maria e n wolof. Mut nânà ti iao,

Mariama,

J e vous salue, M a r i e , iao tit fessal ènal,

pleine d e g r â c e , Borom ba andâ nà at iao,

le Seigneur est avec v o u s , Kugn barkel nga iao ti i digen

vous êtes bénie entre toutes les f e m m e s , te di Kugn barkel megnet u sa bir Jezu

et Jésus, le fruit d e vos entrailles est béni : Mariama mu sielle mi, ndei Galla

Sainte M a r i e , M è r e d e D i e u , Gnanal ti nun ki di bakarkat

priez p o u r n o u s p a u v r e s p é c h e u r s , legi ak ti bu nu dei.

m a i n t e n a n t et à l'heure d e notre m o r t . Amin.

Ainsi soit-il. « A d i e u , bien cher P è r e ; m e s amitiés bien sincères à tous nos chers confrères d u noviciat. « L e plus petit d e vos enfants , « L. M . G A L L A I S . »


337

MISSION DE L'OCÉANIE CENTRALE. Lettre du P. Verne, de la Société de Marie, à un ami.

O p o u l o u , 1 5 octobre 1 8 4 6 .

« M O N BIEN CHER Ami,

« O n vient d e n o u s prévenir à l'instant q u ' u n navire américain partait ce soir p o u r les Etats-Unis; je m ' e m presse d e profiter d e l'occasion p o u r v o u s tenir parole, et v o u s d o n n e r d e n o s nouvelles. « A présent, p r e n e z votre m a p p e m o n d e et c h e r c h e z tout à fait a u centre d u g r a n d O c é a n , p r e s q u e sous vos pieds, l'archipel des N a v i g a t e u r s , et d a n s cet archipel l'île Oiolava o u O p o u l o u ; c'est d e là q u e je v o u s écris. N o u s y a v o n s séjourné q u e l q u e s s e m a i n e s , m a i s n o u s la quittons d e m a i n p o u r n o u s r e n d r e à W a l l i s , dont n o u s n e s o m m e s plus qu'à u n e j o u r n é e d e distance. R e p r e n o n s e n s e m b l e le cours d e n o s aventures, depuis Taïti jusqu'à ce jour. C'est le 2 7 a o û t q u e n o u s n o u s s o m m e s séparés des pères A r m a n d et D u m o n t e i l , q u i n o u s avaient accueillis avec tant d e b o n t é et près desquels j'ai passé d e si agréables m o m e n t s . A d i e u d o n c à Taïti, à ses fervents Missionnaires et à ses c h a r m a n t s o m b r a g e s , том xх. 1 2 0 , 15


338 N o u s filons sur l'archipel d e s Navigateurs. L e 5 s e p t e m bre, à cinq h e u r e s d u m a t i n , n o u s effleurons l'ile R o s e , qui s'élève a u milieu des flots c o m m e u n b o u q u e t d e verdure. A u soleil c o u c h a n t , n o u s passons devant le g r o u p e des M a n o u a . L e s insulaires d'Olosinga n o u s saluent tout le long d e la côte, e n a l l u m a n t d e g r a n d s feux; n o u s regrettons bien d e n e pouvoir leur parler, m a i s o n p e n s e qu'il serait i m p r u d e n t , n e les connaissant p a s , d e faire u n e descente à l'entrée d e la nuit. R i e n n'égale la fertilité d e ces îles, autant q u e n o u s p o u v o n s e n juger a u clair d e la l u n e et à u n mille d e distance. J'ai cru u n instant v o g u e r sur la S a ô n e , e n face d u m o n t C i n d r e et des collines d e C o u z o n . M ê m e perspective, m ê m e s accidents d e terrain,, à part les six milles lieues qui n o u s séparent d e la patrie, et la v u e des cocotiers qu'il faut substituer a u x vignes d u Mont-d'Or. « L e 7 , avant j o u r , n o u s s o m m e s e n v u e d e l'ile d e s C o c o s ( T a b o u - t a b o u ) , célèbre par sa baie des Assassins, o ù furent massacrés treize des c o m p a g n o n s d e L a P é rouse; elle t o u c h e p r e s q u e à la g r a n d e ile Toutou-ila. D è s q u e l'aurore c o m m e n c e à paraître, n o u s v o y o n s venir à n o u s u n e e m b a r c a t i o n d e sauvages; o n dirait qu'elle vole sur les flots. C'est à cause d e la multitude des pirogues et d e l'habileté des insulaires à pagayer, q u e B o n gainville a appelé ces îles archipel des Navigateurs. U n d e s C a n a k s s'élance sur notre navire, n o u s m o n t r e la rade et s'offre à n o u s y conduire. A n e u f h e u r e s , n o u s mouillons d a n s la baie d e Toutou-ila. Elle est encaissée entre d e u x m o n t a g n e s p r e s q u e taillées à pic, et c e p e n dant couvertes o u plutôt hérissées d'arbres jusqu'au s o m m e t . Trois cents cases environ sont disséminées sur la plage, a u b o r d d e la m e r , à l'ombre des cocotiers, bananiers, arbres à pain, et entourées d e plantations


339 d e patates, d'ignames, d'ananas, d e taros et d e c a n n e s à sucre. A u fond d e la b a i e , o n r e m a r q u e à mi-coteau le t e m p l e protestant, la m a i s o n d u ministre et celle d u consul. Autour des habitations on ne voit que poules , cochons, canards, chiens qui rôdent à l'aventure et indiquent le bien-être des naturels. D a n s les forêts, c'est u n r a m a g e d'oiseaux, s e m b l a b l e à celui q u e v o u s e n tendez d a n s les bois d e S a t h o n a y , a u retour d u print e m p s . L e s insulaires n o u s ont accueillis d'abord avec froideur, m a i s p e u à p e u la confiance s'étant établie, M . le c o m m a n d a n t a p u se procurer des vivres e n d o n n a n t des étoffes. T o u s les j o u r s , les sauvages n'ont cessé d'apporter à b o r d , des poules, des c a n a r d s , des oies, des c o c o s , d e s b a n a n e s , des fruits à p a i n , d e l'huile d e coco surtout, d e jolies nattes et u n e m u l titude d e casse-tête bien sculptés. D a n s ces é c h a n g e s , o n n'a e u qu'à se louer d e leur probité p r e s q u e scrupuleuse. L e jour d e la Nativité d e la sainte Vierge, u n d e n o s pauvres matelots, qui n e sait pas n a g e r , étant t o m b é d a n s la m e r , seul et sans secours, u n des indigènes, qui l'a a p e r ç u d u rivage, est v e n u l'arracher à la m o r t , l'a c h a r g é d a n s sa p i r o g u e , et conduit d a n s sa case, o ù il lui a p r o d i g u é les soins les plus généreux. A u m o m e n t o ù notre m a r i n se vit englouti sous les flots, il n e cessa d e se r e c o m m a n d e r à la sainte V i e r g e , d o n t il porte toujours sur lui la médaille et le scapulaire : sa confiance n e fut pas t r o m p é e ; o n p e u t dire q u e M a r i e l'a sauvé c o m m e m i r a c u l e u s e m e n t par la m a i n d'un s a u v a g e ; et ce qui h o n o r e le plus cet insulaire, c'est qu'il n'a voulu recevoir a u c u n e r é c o m p e n s e , alléguant toujours qu'il n'avait fait q u e son devoir. « T o u t d é n o t e d a n s les indigènes d e Toutou-ila u n caractère d o u x , g é n é r e u x et hospitalier. D è s le p r e m i e r jour d e notre arrivée, le roi s'est e m p r e s s é d e n o u s dire


340 d'être sans crainte d a n s s o n île, q u e n o u s n'y trouverions q u e des visages a m i s . Q u a n t a u physique, les habitants n e sont pas m o i n s intéressants qu'au m o r a l ; ils sont bien faits, d'une taille plus élevée q u e celle des Français; leur couleur n'est pas plus cuivrée q u e celle d e nos compatriotes brûlés par le soleil. L e u r s c h e v e u x laineux et frisés, ressemblent à d e vraies toisons d e bre bis; ils les colorent d e r o u g e o u d e blanc. R i e n d e plus bizarre q u e leur c o s t u m e ; il consiste e n u n e é c h a r p e d e feuilles, o u bien e n u n e ceinture d'herbes p o u r les h o m m e s , d e sorte q u ' o n croit voir e n e u x les dieux m y t h o logiques des fleuves ; les f e m m e s ajoutent d e plus u n e l o n g u e t a p p e , p r e s q u e s e m b l a b l e à u n e chasuble d e prêtre. Puisse le Seigneur exaucer les v œ u x q u e n o u s f o r m o n s p o u r ces b o n s naturels, e n leur e n v o y a n t bientôt des Missionnaires catholiques. O u t r e qu'ils n o u s ont t é m o i g n é le désir d'en avoir, p o u v o n s - n o u s oublier q u e ce sont n o s enfants puisqu'ils appartiennent à la Mission des Maristes ? « A p r è s huit jours passés à Toutou-ila, n o u s levons l'ancre ; u n e d o u z a i n e d e sauvages restent avec n o u s . p o u r n o u s aider à sortir d e la passe qui est difficile, et p e n d a n t plus d e quatre heures ils virent a u cabestan, tirent les cordages, exécutent toutes les m a n œ u v r e s qu'on leur c o m m a n d e , e n a c c o m p a g n a n t leur travail infatigable d e toutes les c h a n s o n s patriotiques d o n t leur tête est m e u b l é e . « L e 1 6 , n o u s s o m m e s e n face d'Opoulou. Cette belle île a dix-sept lieues d e long et soixante-dix à quatrevingts lieues d e tour; sa population est évaluée à quarante mille habitants. P a r la beauté d e ses sites, par s o n inconcevable fertilité, elle est a u m o i n s l'égale d e Taïti. A dix h e u r e s n o u s e m b r a s s o n s notre confrère le P. R o u d a i r e , seul Missionnaire catholique d e l'île, a u


341

milieu d e ministres protestants, il y a juste u n a n q u e la p r e m i è r e m e s s e a été dite à O p o u l o u , et q u e la Mission a été érigée s o u s le titre d e N o t r e - D a m e - d e s Victoires; et déjà sont bien g r a n d s les fruits d e salut opérés par l'intercession d e M a r i e . A peine l'Arche-d'Alliance a mouillé d a n s la r a d e , q u e les insulaires n o u s assiègent d e toute part; plus d e vingt pirogues arrivent à la file; les sauvages n o u s serrent la m a i n avec la plus vive s y m p a t h i e , et n'ont rien d e plus pressé q u e d e n o u s a p p r e n d r e , e n faisant le signe d e la croix, qu'ils sont c a t é c h u m è n e s o u n é o p h y t e s ; puis ils veulent savoir c o m m e n t o n n o u s appelé et c o m b i e n n o u s s o m m e s . Ils o n t , la plupart, leur croix, leur chapelet, leur m é daille d e la sainte Vierge, p e n d u s à leur c o u . P a r m i e u x se trouvent u n j e u n e catéchiste et u n c h e f d e W a l l i s , qui ont suivi le P è r e par a t t a c h e m e n t à sa p e r s o n n e et p o u r le seconder d a n s ses travaux apostoliques. P l u sieurs chefs d ' O p o u l o u joignent leurs instances à celles d e n o s chrétiens p o u r obtenir des Missionnaires. P e n d a n t toute la soirée, le navire n e suffit pas à contenir tous les naturels ; ils remplissent la salle à m a n g e r , les c h a m b r e s , la d u n e t t e , le p o n t et le gaillard d'avant. T o u t excite leur admiration ; m a i s il n'est pas à craindre qu'ils portent la m a i n sur a u c u n objet, o u s'ils y t o u c h e n t , ils le remettent aussitôt à sa place. A la nuit ils n o u s font leurs adieux, puis ils sautent d a n s leurs pirogues et regagnent leurs pénates, e n improvisant des c h a n s o n s en notre h o n n e u r tout le long d e la traversée. L e l e n d e m a i n , n o u s d e s c e n d o n s à terre. D e v a n t la case d u P. R o u d a i r e est u n e très-jolie place, o m b r a g é e par des cocotiers. U n e r é u n i o n n o m b r e u s e n o u s y attendait. T o u t le m o n d e est v e n u se g r o u p e r a u t o u r d e n o u s, h o m m e s , f e m m e s , enfants ; ils ont répété a u m o i n s cent fois nos n o m s , et m a i n t e n a n t partout o ù ils


342 n o u s rencontrent, ils n o u s abordent e n n o u s serrant la m a i n et n o u s appelant par notre n o m d e b a p t ê m e . Cette journée délicieuse s'est terminée par des cantiques, sur les m ê m e s airs qu'on les chante e n France. J'ai cru m e retrouver e n c o r e d a n s la patrie, e n entendant cette multitude d e voix redire par c œ u r n o s h y m n e s pieux avec l'accord le plus parfait. « L e l e n d e m a i n m a t i n , j'ai d o n n é la sépulture ecclésiastique à u n petit a n g e , q u e le P. R o u d a i r e avait baptisé trois jours auparavant. P e n d a n t toute la nuit, suivant l'usage, les c a t é c h u m è n e s ont chanté et prié e n veillant a u p r è s d u petit m o r t . A p r è s l'enterrement, u n des chefs ayant e n v o y é a u Missionnaire u n porc tout rôti, avec des fruits d'arbres à pain et u n panier d e taros, j'ai s u d u père R o u d a i r e q u e depuis u n a n , il n'avait jamais rien d e m a n d é à a u c u n insulaire, qu'il vivait a u jour le jour, n'ayant ni farine ni a u c u n e espèce d e provisions, et q u e cependant le soleil n e s'était jamais c o u c h é sans q u e lui, le frère et les catéchistes n'eussent reçu leur nourriture, p r e u v e évidente d e la sollicitude divine sur ceux qui s'abandonnent, entièrement à la P r o vidence. « Il n o u s e n a coûté à tous d e n o u s séparer d e ces b o n s insulaires d'Opoulou], qui n o u s ont d o n n é tant d e m a r q u e s d'intérêt, qui ont été si e m p r e s s é s à n o u s rendre toutes sortes d e petits services, à n o u s apporter leurs présents d e cocos, d e b a n a n e s , d'ananas et autres fruits. O n a bien tort d e qualifier d u n o m d e s a u v a g e s , des h o m m e s qui le sont bien m o i n s q u e certaines populations des pays civilisés. L'archipel d e S a m o a , si p e u c o n n u et si] maltraité par les géographes,|est, d e toute l'Océanie, u n d e c e u x qui méritent le plus d'intérêt. Il est très-probable q u e M g r Bataillon y transférera avant p e u son siège episcopal, Wallis étant trop petit et offrant p e u


343 d e ressources p o u r les divers établissements qu'il a dessein d e créer. Je v o u s l'ai dit, rien n'égale la b e a u t é d e l'ile et la fertilité d e son sol. Elle est toute b o r d é e d e récifs, d e sorte q u e la m e r brisant a u loin la fureur d e ses flots, n e ressemble qu'à u n lac paisible autour d ' O p o u l o u . L a plage s a b l o n n e u s e , qui touche i m m é d i a t e m e n t a u rivage., est toute couverte d e cocotiers et d'arbres à pain; o n dirait tantôt d ' i m m e n s e s p r o m e n a d e s tracées a u c o r d e a u , tantôt d e s salles d e verdure. C'est sous leurs frais o m b r a g e s q u e sont p a r s e m é e s les cases. R i e n d e plus simple q u e leur architecture; u n e palissade d e roseaux o u d e b a m b o u s r e m p l a c e les murailles; les nattes qui couvrent la terre tiennent lieu d e p l a n c h e r , et servent à la fois d e lits, d e chaises et d e tables. L e vent souille à son gré à travers le grillage d'enceinte , sans qu'il soit besoin de lui opposer des croisées. Il y a c e p e n d a n t d a n s c h a q u e habitation u n e o u d e u x portes, d e d e u x pieds et d e m i d'élévation. C e g e n r e d e construction convient à merveille d a n s u n pays o ù r è g n e u n éternel p r i n t e m p s, o ù j a m a i s les arbres n e se dépouillent d e leur feuillage, o ù l'on dort e n plein air, o u d u m o i n s sous le plus léger abri, bien m i e u x qu'on n e le fait d a n s les plus s o m p t u e u s e s d e m e u r e s . O n n e sait pas ici ce q u e c'est q u e verroux ni serrures ; toutes les c a b a n e s sont ouvertes sans exception, et j a m a i s il n e s'y c o m m e t le, m o i n d r e vol; la case qui tient lieu d'église est ouverte c o m m e les autres jour et nuit; le calice, les o r n e m e n t s et autres objets sacrés sont exposés à la v u e d e tout le m o n d e ; il e n est d e m ê m e d e l'habitation d u Missionnaire, qui r e n f e r m e mille petites choses propres à exciter la curiosité et la convoitise d e s naturels, et jamais il n'y a e u l'ombre d'un larcin. « Derrière les cases sont des massifs d e p a p a y e r s , d e bananiers et autres arbres, qui f o r m e n t des jardins tra-


344 versés par u n e foule d e petits sentiers; après ces plantations viennent les c h a m p s d'ignames, d e c a n n e s à sucre, d e taros, d e patates, d'ananas, arrosés par d e jolies rivières; et telle est leur fertilité q u ' u n insulaire n e travaille p a s u n e h e u r e par s e m a i n e p o u r se nourrir avec toute sa famille; enfin au-dessus des plaines s'échelonnent des m o n t a g n e s o u plutôt d e hautes collines, couvertes d e p a m p l e m o u s s e s , d e châtaigniers, d e frênes, d'hibisc u s, et d'autres arbres q u e je n e connais p a s , entrem ê l é s d e lianes qui flottent a u gré d e s vents o u grimp e n t sur leur s o m m e t , e n les tapissant d e fleurs et d e verdure. Ces forêts foisonnent de merles, de pigeons , de rossignols, de perruches, d'oiseaux-mouches et de martins - pêcheurs. C'est c o m m e à Toutou-ila, u n ram a g e perpétuel. « E n voilà bien assez sur O p o u l o u . D a n s m a prochaine lettre je v o u s parlerai d e Wallis. O h ! c o m m e le c œ u r m e bat d e plaisir e n pensant q u e d e m a i n je verrai cette île fortunée, vers laquelle m a pensée s'est portée si souvent p e n d a n t q u e j'étais e n F r a n c e . M a n g a r é v a et Wallis, voilà les d e u x paradis d e la terre. D e m a i n , j'em» brasserai M g r Bataillon, ce digne et saint E v ê q u e , m o dèle d e la vie apostolique!D e m a i n , se décidera m o n sort; je saurai si n o u s allons e n Calédonie, o u si n o u s restons à O u v é a . Q u e l q u e poste qu'on m'assigne, priez D i e u q u e je le remplisse e n fervent Missionnaire. « Votre tout d é v o u é et bien sincère a m i ,

« VERNE, « Miss. Apost. de la Société de Marie. »


345

Lettre du même Missionnaire, à M. Giroust, curé de

Reyrieux (Ain).

Futuna , 1 0 d é c e m b r e 1 8 4 6 .

* M O N BIEN CHER AMI ET CONFRÈRE,

« A p r è s treize m o i s d e navigation, je n e suis pas e n core r e n d u à m o n poste. N o u s a v o n s visité les différentes Missions d el ' O c é a n i ecentrale, ce q u i n o u s a bien retardés; m a i s enfin je suis p r e s q u e à la porte d e m a nouvelle cure ; je n'en suis plus éloigné q u e d e cent lieues; c'est l'affaire d ' u n m o m e n t , et d e m a i n n o u s m e t t o n s à la voile. C o m m e , la veille d'un départ, o n est toujours pressé, je n e m'étendrai g u è r e sur les détails d e m o n voyage. Voici c e p e n d a n t m o n itinéraire depuis m a dernière lettre. « E n quittant O p o u l o u n o u s n o u s r e n d o n s à S a v a ï , qui est distante d e quinze lieues. A notre d é b a r q u e m e n t , u n e multitude d e quatre à cinq cents naturels n o u s attend sur le rivage, et n e sait c o m m e n t n o u s e x p r i m e r sa joie d e n o u s voir. C e u x qui sont c a t é c h u m è n e s n o u s a c c o m p a g n e n t , p e n d a n t trois h e u r e s , à l'habitation d u père Violette, notre confrère, e n portant des torches devant n o u s : il était déjà nuit q u a n d n o u s a v o n s m i s


346 pied à terre, L'accueil q u e n o u s recevons des chefs est le m ê m e qu'à O p o u l o u . Ils d e m a n d e n t d e s Missionnaires avec instance. « Bientôt n o u s les quittons, et n o u s voilà à Wallis. Q u e d e choses j'aurais à v o u s dire sur cette petite île, si intéressante et si bénie d u ciel ! m a i s le t e m p s n e le p e r m e t p a s , et puis les Annales e n ont fait si soir vent la description. À peine avons-nous d é b a r q u é d a n s la paroisse d e St-Joseph, q u e déjà la population s'est rassemblée p o u r n o u s recevoir; tous les vieux chefs viennent n o u s baiser la m a i n et n o u s offrir leur racine d e c a v a , e n signe d'amitié. A l'Angelus d u soir, n o u s p r e n o n s c o n g é d u P. M a t h i e u , curé d e St-Joseph, et n o u s d e s c e n d o n s à la paroisse d e N o t r e - D a m e, o ù réside M g r Bataillon, q u i n o u s attend avec impatience. U n e foule d e naturels n o u s a c c o m p a g n e encore avec des flambeaux. « T o u t le t e m p s q u e n o u s avons passé à W a l l i s , a été u n t e m p s d e fête p o u r n o u s et p o u r ses habitants. N o u s y s o m m e s restés u n m o i s et d e m i . C o m b i e n o n est édifié et confus e n v o y a n t la piété d e ses b o n s insulaires ! A toutes les h e u r e s d u jour et d e la nuit, o n est sûr d e trouver des adorateurs d e v a n t le St-Sacrem e n t . C h a q u e m a t i n , prière e n c o m m u n et c o n c o u r s à la sainte M e s s e , p e n d a n t laquelle le c h a n t des cantiques n e discontinue pas. À la nuit t o m b a n t e , o u p o u r parler c o m m e les naturels, lorsque la cigale a chanté, o n se réunit d e n o u v e a u a u pied d e s autels p o u r la prière d u soir. Alors les fidèles rentrent c h e z e u x . M a i s à peine la famille est réunie, q u e d a n s toutes les cases, sans exception, c o m m e n c e la récitation d u chapelet, suivie d u c h a n t d e s cantiques et d e la répétition d u catéchisme. E n ce m o m e n t , o n n'entend plus d a n s l'île entière q u ' u n concert d e l o u a n g e s , d u r a n t lequel il


347 est impossible d e n e pas se sentir é m u et attendri jusq u ' a u x l a r m e s . T o u s les s a m e d i s d e l'année, o n pare les autels d e fleurs odoriférantes et d e guirlandes d e verd u r e . L e d i m a n c h e , d a n s la soirée, o n se livre à d'innocentes récréations : d e u x fois j'ai assisté à la représentation d e c o m b a t s s i m u l é s ; les c h a m p i o n s étaient a u n o m b r e d e quatre cents, et a r m é s d e lances. L e refrain d e leurs c h a n s o n s patriotiques, p e n d a n t la lutte, était celui-ci : « Sainte V i e r g e , faites q u e n o u s « m o u r i o n s c o m m e d e s saints. » J e n e saurais m i e u x c o m p a r e r les d e u x paroisses d e W a l l i s , qu'à d e u x ferventes c o m m u n a u t é s , o ù r è g n e n t e n m ê m e t e m p s la p a i x , la gaieté et l'innocence. L a Religion est tout à Wallis : o n n e vit, o n n e respire q u e p o u r elle. « L e s a m e d i qui suivit notre arrivée a été m a r q u é par u n é v é n e m e n t bien touchant. U n e île appelée T o quélaï o u Clarence, éloignée d e Wallis d e d e u x o u trois cents lieues, ayant été dévastée par u n o u r a g a n qui d é truisit les cocotiers, les arbres à pain et autres plantations, la disette c o m m e n ç a i t à s'y faire sentir. U n certain n o m b r e d e naturels s ' e m b a r q u è r e n t p o u r u n e île voisine, o ù ils espéraient trouver d e s vivres e n a b o n d a n c e ; m a i s leurs pirogues furent assaillies e n pleine m e r p a r u n e violente t e m p ê t e qui les dispersa o u les engloutit d a n s les flots. D e u x d e ces p i r o g u e s , après avoir erré u n m o i s et d e m i a u gré des v e n t s , furent jetées sur les côtes d e Wallis. C e s p a u v r e s naufragés n'ont e u p e n d a n t tout ce t e m p s , p o u r nourriture, q u e q u e l q u e s cocos et les poissons qu'ils venaient à b o u t d e p r e n d r e ; aussi, rien n'égale l'état d e m a i g r e u r et d e m i s è r e o ù ils se trouvaient. A peine o n les aperçut d e W a l l i s , qu'on s'empressa d'aller à leurs pirogues p o u r les e n g a g e r à d e s c e n d r e sur le rivage; m a i s ils n'osaient s'y fier, craignant d e t o m b e r entre les m a i n s d e cannibales qui n e


348 m a n q u e r a i e n t pas d e les m a n g e r . P a r u n e coïncidence des plus providentielles, il se trouvait à Wallis u n e j e u n e f e m m e d e l'île C l a r e n c e , qui s'est établie l à , je n e sais c o m m e n t , depuis q u e l q u e s a n n é e s . L a c u riosité l'ayant conduite c o m m e les autres sur le rivage, elle est toute surprise d'entendre le langage d e ces infortunés; m a i s s o n é t o n n e m e n t fait place à la joie lorsq u e tout à c o u p , e n les considérant avec attention, elle reconnaît p a r m i e u x son vieil oncle, chef d e l'île Clarence. Elle voie d a n s ses b r a s , le serre contre s o n c œ u r , l'arrose d e ses l a r m e s , e n l'invitant à descend r e à terre, et l'assurant q u e n o n - s e u l e m e n t o n n e les fera pas m o u r i r , m a i s qu'on les c o m b l e r a d e bienfaits. E n effet, à peine ils ont m i s pied à terre à Ste-Marie, q u e d e toutes parts o n leur d o n n e des v ê t e m e n t s p o u r les couvrir, et qu'on les conduit e n t r i o m p h e vers l'église. E n u n instant, d o u z e à q u i n z e cents naturels les e n v i r o n n e n t et leur p r o d i g u e n t tous les soins d e la plus touchante hospitalité. C'est M g r , ce sont tous les prêtres, c'est le vieux roi, c'est la population entière qui les sert et les console. P e n d a n t qu'on organise u n g r a n d cava e n leur h o n n e u r , les h o m m e s saluent les n o u v e a u x hôtes p a r u n e d é c h a r g e d e cinquante c o u p s d e fusils. A u bruit d e cette détonation, les p a u v r e s naufragés t o m b e n t à terre et croient toucher à leur dernier instant ; le vieux chef d e l'île Clarence se jette a u c o u d u roi d e W a l l i s , et le tient l o n g t e m p s e m b r a s s é , e n le conjurant d'épargner ses jours. O n leur fait mille caresses p o u r dissiper leurs craintes ; o n les assure qu'ils sont c h e z des a m i s et des frères qui n e leur feront q u e d u bien. Enfin ils reviennent d e leur stupeur. « Le lendemain dimanche, Mgr devait officier pontificalement à l'occasion de notre arrivée. O n décore l'é-


349 glise d e ses plus b e a u x o r n e m e n t s ; n o u s étalons toutesles richesses d e la M i s s i o n , n o u s d r e s s o n s le trône épiscopal. L e s naturels, d e leur c ô t é , c o u v r e n t le sanctuaire d e guirlandes d e v e r d u r e et d e vases d e fleurs. A huit h e u r e s o n c h a n t e la M e s s e avec toute la solennité possible. A la v u e d e ce t e m p l e f r a î c h e m e n t p a r é et tout resplendissant d e l u m i è r e s , à la v u e d e s officiants q u i assistent le saint E v ê q u e , e n e n t e n d a n t ces milliers d e voix q u e l'ophycléide a c c o m p a g n e , les n a u f r a g é s , q u e le roi avait fait placer à côté d e son t r ô n e , restent i m m o b i l e s d ' é t o n n e m e n t . M a i s a u m o m e n t d e l'Elévation, lorsque d a n s le silence d e la foule recueillie et prostern é e , retentit tout à c o u p la salve r e d o u b l é e d e s c a n o n s d e l'Arche-d'Alliance, ils sont glacés d ' é p o u v a n t e , ils se jettent aussitôt le visage contre terre, et n e veulent plus se relever. P a u v r e s infidèles, ils n o u s o n t fait verser d e s l a r m e s d'attendrissement. A u j o u r d ' h u i ils rient d e leurs naïves terreurs, et bénissent mille fois la P r o v i d e n c e qui les a a p p e l é s d'une m a n i è r e si extraordinaire à la c o n n a i s s a n c e d e l'Evangile. Q u a n d ils seront instruits et baptisés, M g r les renverra d a n s leur île, d o n t ils seront les a p ô t r e s , e n attendant q u ' o n puisse leur d o n n e r d e s Missionnaires. « E n f i n , il faut quitter cette chrétienté fervente o ù , p e n d a n t u n m o i s et d e m i , j'ai coulé d e s jours si h e u r e u x . Je pars sur la goëlette d e M g r p o u r u n e île q u i est éloignée d e W a l l i s de cent q u a r a n t e à cent c i n q u a n t e lieues. J'ai p o u r c o m p a g n o n provisoire le P . Villien, destiné à passer bientôt d a n s la N o u v e l l e - G u i n é e . U n catéchiste d e W a l l i s , n o m m é Philippe, q u i parle français, anglais et plusieurs dialectes d e l'Océanie, m e sera d'un g r a n d s e c o u r s , e n m e servant d'interprète. C'est lui q u i a d e m a n d é à m e suivre : je n'aurais j a m a i s song é à lui e n faire la d e m a n d e , attendu qu'il est m a r i é


350 et qu'il a d e petits enfants. S a f e m m e reste à W a l l i s , et quoiqu'elle lui soit s i n c è r e m e n t attachée, elle n'a pas o p p o s é la m o i n d r e difficulté à son départ, parce q u e c'est p o u r le bien d e la Religion. Je le renverrai d a n s cinq o u six m o i s . J ' e m m è n e u n s e c o n d catéchiste n o m m é L é o n . U n e foule d'autres j e u n e s g e n s ont sollicité la faveur d e n o u s a c c o m p a g n e r ; m a i s il a fallu leur faire essuyer u n refus. V o u s p o u v e z juger par ces traits, c o m bien est g é n é r e u s e et d é v o u é e la jeunesse d e Wallis. « N o u s v o g u o n s vers F u t u n a . J'ai si s o u v e n t , d a n s m a vie, désiré d e voir cette île fortunée, arrosée d u s a n g d'un m a r t y r qui a été m o n condisciple et peut-être aussi le vôtre! A vingt lieues d e distance, n o u s c o m m e n ç o n s à découvrir la c i m e d e s hautes m o n t a g n e s d'Alofi, île voisine et d é p e n d a n t e d e F u t u n a . L e s naturels ont a p e r ç u notre goëlette, huit d'entre e u x vienn e n t à n o u s sur u n e e m b a r c a t i o n qui n'est autre q u ' u n tronc d'arbre creusé à la façon d u pays. Je leur prop o s e d e m ' e m m e n e r à terre d a n s leur pirogue ; c'est là tout leur désir. Ils font le signe d e la croix, délient leurs longs c h e v e u x , et n o u s voilà p e n d a n t quatre h e u res s u s p e n d u s sur les a b î m e s d e l'Océan, q u e n o u s effleurons avec u n e rapidité incroyable. L a p e n s é e d'a voir p e u r n e m'est pas m ê m e v e n u e , tant j'étais a u plaisir d e voir F u t u n a . « Q u e l b o n h e u r d e pouvoir r é p a n d r e m o n c œ u r sur la t o m b e d u P. C h a n e l , ce condisciple chéri qui est aujourd'hui m o n protecteur d a n s le ciel ! Quelle consolation d e dire la sainte M e s s e avec sa s o u t a n e ensanglantée, avec les o r n e m e n t s sacerdotaux qu'il porta à l'autel le jour m ê m e d e son m a r t y r e ! U n e croix est élevée à côté d e la table d e c o m m u n i o n , a u pied d u sanctuaire, d a n s le lieu m ê m e o ù il reçut le c o u p mortel. Cette croix, h a u t e d e six pieds, est o r n é e d'une c o u r o n n e


351 d e fleurs, q u e les naturels renouvellent avec u n soin pieux tous les d i m a n c h e s . Je n e crois pas qu'il y ait sur la terre u n e paroisse q u i , m i e u x q u e F u t u n a , retrace les m œ u r s d e la primitive Eglise. A u lieu d'exciter les néophytes à la piété, n o s confrères, les pères Favier et Servant, ont plutôt à les retenir et à m o d é r e r leur zèle. Qu'il est b e a u d e voir tous ces vieux m a n geurs d ' h o m m e s , d e v e n u s m a i n t e n a n t plus d o u x q u e des a g n e a u x , se livrer d ' e u x - m ê m e s à des pénitences p u b l i q u e s , et conjurer les Missionnaires d e n e pas mettre d e bornes à leurs austérités; et ces guerriers féroces qui buvaient d a n s des crânes h u m a i n s , disposés aujourd'hui à verser mille fois leur sang p o u r D i e u et p o u r les Missionnaires ! « Je finis cette lettre p o u r m e préparer a u départ, m a i s je m e rappelle q u e je n e vous ai pas encore dit le lieu o ù j'allais fixer m o n séjour. C'est u n e jolie petite île appelée Rotuma, p e u p l é e d e six mille habitants qui sont encore ensevelis d a n s les ténèbres d u pag a n i s m e . L e s R o t u m i e n s attendent avec impatience des Missionnaires. L e roi vient d e refuser d e u x ministres hérétiques qui voulaient s'y établir, leur alléguant q u e son peuple voulait être catholique. T o u t n o u s porte à bien a u g u r e r d e cette Mission, qui a été placée sous le vocable d e Notre-Dame-de-la-Paix; elle sera surtout florissante si v o u s n e l'oubliez pas d a n s vos b o n n e s prières, et si v o u s la r e c o m m a n d e z à celles d e m e s chers compatriotes d e Sathonay. « D a n s m a prochaine lettre, je vous parlerai d e m e s consolations, si la Providence daigne bénir q u e l q u e p e u n o s efforts. « Votre a m i , « V E R N E , S. M. »


352

Autre lettre du Marie,

R. P. Verne,

Prêtre

à M. Giroust, Curé

Rotuma

« M O N BIEN cher

de la Société de

de Reyrieux

( Ain ).

2 0 mai 1 8 4 7 .

AMI ET CONFRÈRE,

« J'apprends qu'un navire baleinier américain vient d e mouiller à R o t u m a et qu'il repart d e m a i n p o u r la Nouvelle-Zélande ; je m ' e m p r e s s e d e v o u s tracer à la hâte ces q u e l q u e s lignes. « A notre départ d e F u t u n a , les naturels n o u s a c c o m pagnèrent jusqu'au rivage, e n chantant leurs adieux d a n s la l a n g u e d u pays. Lorsqu'on leva l'ancre, toute la côte retentit d e sanglots et d e g é m i s s e m e n t s . Six jours d e navigation n o u s portèrent e n v u e d e R o t u m a . J e descends à terre p o u r connaître les dispositions d e ses habitants; je m ' e n f o n c e u n instant d a n s le b o i s , et là, prosterné devant D i e u , je le prie d e bénir cette terre infidèle, je conjure Marie notre b o n n e M è r e d e la p r e n d r e sous sa protection. M a i s déjà je suis entouré d'une m u l titude d ' h o m m e s , d e f e m m e s et d'enfants, qui poussent des h o u r a s d e surprise e n v o y a n t ce qu'ils n'ont j a m a i s v u , u n Missionnaire avec son c o s t u m e ecclésiastique. M a l o n g u e soutane, m o n Bréviaire, m o n g r a n d c h a p e a u noir, m o n crucifix et m e s lunettes, sont tour à tour


353 l'objet d e leurs exclamations. L e grand chef d e F a o vient à m a rencontre ; j'accepte son cava ; je lui d e m a n d e s'il n e serait pas content d'avoir chez lui u n prêtre catholique; il m e r é p o n d q u e o u i , m a i s d'un air embarrassé. « A c c o m p a g n é d e m o n catéchiste Philippe, je visite successivement dix à d o u z e villages, très rapprochés les u n s des autres ; partout la m ê m e curiosité ; partout o n s'empresse à l'envi d e n o u s offrir des c o c o s , des b a n a n e s et autres fruits. E n continuant notre p r o m e n a d e le long d e la m e r , à travers les longues a v e n u e s d e cocotiers, toutes couvertes d e cases entourées d'acacias e n fleurs, n o u s arrivons, à la nuit t o m b a n t e , a u grand village d e F a n g a n t a , chez u n parent d e Philippe. Il n o u s a p p r e n d q u e le vieux roi, qui avait d e m a n d é des Missionnaires catholiques, est m o r t depuis six m o i s ; qu'il y a dans l'île six ministres protestants, v e n u s d e T o n g a avec leurs familles; q u e l'île est p e u p l é e d e déserteurs d e navires e u r o p é e n s , qu'elle est d e plus divisée e n d e u x partis, celui des vainqueurs et celui d e vaincus, qui se font assez souvent la guerre, qu'enfin le chef c h e z qui j'ai b u le c a v a , est à la tête des v a i n c u s , et qu'il a près d e lui u n ministre protestant. « A dix h e u r e s d u soir, harassé d e fatigue, je m e jette sur u n e natte et n e tarde pas à m ' e n d o r m i r , m a l gré le b o u r d o n n e m e n t et les piqûres des moustiques. D è s le m a t i n , je m e r e n d s à Oinafa, village o ù réside le roi et tous les grands dignitaires d e l'île. Ici la froideur succède à l'enthousiasme. Je vois q u e sa majesté est é t r a n g e m e n t e m b a r r a s s é e à m o n sujet : je n e tarde pas à a p p r e n d r e qu'on a déjà débité mille fables sur notre c o m p t e . D e la case royale je passe d a n s celle d e T o k a n i u a , le chef des v a i n q u e u r s , qu'on m ' a représenté c o m m e u n des personnages les plus influents. Il m'accueille très bien, m a i s il se plaint a m è r e m e n t q u e n o u s


354 soyons allés mouiller c h e z les vaincus ; c'est à ses y e u x u n c r i m e capital. J'ai b e a u lui dire q u e le choix d u port regarde le capitaine, q u e n o u s s o m m e s tout disposés à lui d o n n e r la préférence; q u ' a u surplus, arrivant p o u r la p r e m i è r e fois d a n s l'île, n o u s n e connaissions a u c u n d e s d e u x partis; q u e n é a n m o i n s , p o u r lui plaire, j'engagerai le c o m m a n d a n t à venir jeter l'ancre d a n s sa rade. C e s explications n e le satisfont pas. P e n d a n t la nuit, il envoie plusieurs émissaires c h e z K o n a o , chef des vaincus, p o u r le m e n a c e r d ' u n e guerre i m m é d i a t e , si n o u s n e quittons le jour m ê m e la baie d e F a o . « L e capitaine R o m i e u x n e d e m a n d a i t pas m i e u x d ' a b a n d o n n e r ce mouillage p o u r aller à celui d'Oinafa, p e n s a n t q u e le s e c o n d vaudrait m i e u x q u e le p r e m i e r . Je redescends à terre avec m o n confrère et tous les catéchistes; j'en laisse d e u x à K o n a o , l'assurant q u e d è s qu'il sera possible d e revenir, sans avoir la g u e r r e , je fonderai c h e z lui u n établissement. N o u s partons p o u r Oinafa; il était déjà tard, la chaleur était accablante, n o u s étions encore à j e u n et dévorés par la soif. J'engage m e s c o m p a g n o n s à faire halte d a n s le bois. A peine n o u s étions assis, q u ' u n sauvage se présente, g r i m p e sur u n cocotier, c o m m e u n écureuil, et n o u s secoue u n e douzaine d e cocos. N o u s partons e n bénissant la Providence d e ce secours inattendu. « D e m i - h e u r e avant d'arriver à O i n a f a , o n rencontre u n ancien volcan ; c'est u n a m a s i m m e n s e d e laves et d e roches calcinées, u n e série d e gouffres p r o f o n d s , qui sont autant d e cratères éteints. N o u s d e s c e n d o n s d a n s l'un d e ces a b î m e s p o u r y faire notre prière, loin d e s regards des passants, et n o u s r e c o m m a n d e r d e n o u v e a u à D i e u et à sa sainte M è r e , d a n s la circonstance critique o u n o u s allons n o u s trouver. C o m m e n o u s sortions d e cet asile, n o u s s o m m e s accostés


355 par une multitude de sauvages, barbouillés de rouge , presque nus, avec des cheveux pendants jusqu'au milieu d u corps, et tous a r m é s d e g r a n d s coutelas. L e chef d e la b a n d e n o u s interpelle b r u s q u e m e n t e n m a u v a i s a n glais, et n o u s d e m a n d e ce q u e n o u s s o m m e s v e n u s chercher d a n s cette île ; il ajoute q u e n o u s s o m m e s d e m a u v a i s Missionnaires et qu'on n e veut pas d e n o u s ; qu'ainsi n o u s n'avons qu'à déloger a u plus tôt. E n effet, e n entrant d a n s le village d'Oinafa, n o u s s o m m e s accueillis par des h u é e s ; tous c e u x qui n o u s voient passer, sans e n excepter les enfants, n o u s poursuivent de leurs injures; n o u s v o y o n s , à n'en plus douter, q u e les ministres T o n g i e n s ont p r é v e n u contre n o u s tous les esprits. « L e 2 5 d é c e m b r e , jour d e Noël, n o u s offrons le saint Sacrifice d a n s la m a i s o n d e T o k a n i u a . D e u x malles n o u s servent d'autel ; p o u r toute p a r u r e , n o u s n'avons qu'un drap d e lit; l'étable d e B e t h l é e m n'était pas plus p a u v r e assurément. L e s gens d e la goëlette assistent à la m e s s e et n o u s aident à chanter des cantiques. U n grand silence régne p a r m i les infidèles durant cet acte d e Religion. « C o m m e o n n'avait encore rien décidé à notre sujet, le m ê m e jour d e N o ë l , à trois heures d u m a t i n , je préviens T o k a n i u a q u e le navire n e peut rester plus longt e m p s e n r a d e , les vents étant très m a u v a i s ; qu'en c o n s é q u e n c e , n o u s allons chercher u n autre local p o u r n o u s et nos effets. C e chef court en informer le roi. C e lui-ci réunit son conseil; je m o n t r e tous m e s papiers, croyant cette m e s u r e nécessaire p o u r réfuter les absurdités q u e les T o n g i e n s ont débitées contre nous. J'avais appris qu'à l'instigation des m ê m e s étrangers, plusieurs chefs avaient f o r m é le projet d e n o u s assassiner, d e jeter nos corps à la m e r o u d a n s les bois, et d e m a s sacrer également tout l'équipage d e la goëlette; m a i s ce plan avait été rejeté d u plus grand n o m b r e , sachant


356

bien qu'ils n e pourraient l'exécuter i m p u n é m e n t . L a délibération d u r a environ d e u x h e u r e s . Enfin lorsque le m o m e n t d e servir le cava fut v e n u , le g r a n d chef chargé d e p r o m u l g u e r les arrêts d u p a y s , vota notre expulsion d e l'île a u n o m d e toute l'assemblée qui garda le silence e n signe d'assentiment. Je fis s e m b l a n t d e n e rien savoir, je b u s m o n cava et sortis d u conseil. « L e l e n d e m a i n , d e u x fois o n lève l'ancre, et d e u x fois o n est forcé d e la laisser r e t o m b e r , p o u r n e p a s aller se perdre contre les brisants. Enfin le 2 8 , d e grand m a t i n , après u n e lutte d e plusieurs heures contre les courants qui n o u s entraînent, après avoir v u le navire sur le point d e s'abîmer contre les rochers é n o r m e s qui environnent u n des îlots, d o n t n o u s n e s o m m e s pas éloignés d e vingt p a s , a u m o m e n t o ù n o u s n o u s jetons, tout saisis d'effroi, entre les bras d e M a r i e , u n c o u p d e vent n o u s pousse a u large et n o u s v o g u o n s vers F a o . A m i d i n o u s mouillons. J'ai fait prévenir m e s catéchistes; je les attends p e n d a n t u n e d e m i - h e u r e ; pas u n seul n e vient, pas u n e seule pirogue d e naturels n e se présente. L e silence le plus profond r é g n e d a n s la baie; je vois errer s e u l e m e n t sur le rivage quelques f e m m e s et quelq u e s enfants. Qu'est-il d o n c arrivé ? je m e livre à mille conjectures. Enfin, c o m m e le t e m p s presse, je fais jeter u n e embarcation à la m e r , et je vais m o i - m ê m e sonder le terrain. C o m b i e n e n ce m o m e n t je bénis la Providence d e la protection visible qu'elle n o u s accorde ! C o m b i e n je remercie notre b o n n e M è r e qui a tout arrangé p o u r notre d é b a r q u e m e n t ! L e g r a n d chef K o n a o est parti avec tous les siens p o u r u n e g r a n d e p ê c h e ; il n e reste d ' h o m m e s sur le rivage q u e m e s d e u x catéchistes ; je n'ai d o n c pas à craindre d e voir piller nos effets à m e s u r e qu'on les jettera sur la côte. D'un autre côté, e n n o u s trouvant installés chez e u x à leur insu,


357 les vaincus n'auront p a s à craindre u n e g u e r r e m e u r trière, sous prétexte d e l'arrêt d'expulsion p r o n o n c é contre n o u s . A cinq h e u r e s , la goëlette a disparu à n o s r e g a r d s , derrière la presqu'île, n o u s laissant seuls sur a terre inhospitalière d e R o t u m a , m a i s p e u n o u s i m porte; la P r o v i d e n c e nourrit les oiseaux d u ciel, elle revêt les lis d e s c h a m p s , elle n e n o u s délaissera p o i n t , n o u s q u i n o u s a b a n d o n n o n s e n t i è r e m e n t entre ses bras. « K o n a o n e revient q u e le l e n d e m a i n ; d'un c ô t é , il il est content d e n o u s voir d é b a r q u é s ; m a i s d e l'autre, la frayeur s ' e m p a r e d e ses g e n s ; les bruits d e g u e r r e r e c o m m e n c e n t à agiter les esprits; déjà les naturels c a c h e n t leurs effets et, parlent d e fuir d a n s les m o n t a g n e s . C e m ê m e jour, o n vient lui a n n o n c e r q u e les v a i n q u e u r s le feront m o u r i r avec les Missionnaires. Je l'assure qu'il n'en sera r i e n , et lui fais q u e l q u e s petits présents p o u r r a n i m e r s o n c o u r a g e . Il réunit s o n conseil; o n décide q u e le l e n d e m a i n d e g r a n d m a t i n , n o u s partirons a v e c K o n a o p o u r aller trouver le g r a n d c h e f d e F a n g a n t a , et le m e t t r e d a n s n o s intérêts. C h e m i n faisant, n o u s r e n controns u n parent d e P h i l i p p e ; il n o u s a p p r e n d q u e la lutte doit s'engager le j o u r s u i v a n t , et c'est sur le théâtre d e la dernière g u e r r e qu'il n o u s d o n n e ces tristes détails. Il y eut à cette é p o q u e 8 0 0 h o m m e s d e tués; aussi la plage est toute couverte d e pierres sépulcrales, s u r les lieux m ê m e s o ù t o m b è r e n t les c o m b a t t a n t s . M o n confrère et m o i , d a n s l'anxiété o ù n o u s jettent ces rapports et ces souvenirs, n o u s r e d o u b l o n s n o s prières a u p r è s d e N o t r e - D a m e - d e - l a - P a i x , q u e M g r Bataillon a établie la p a t r o n n e d e notre Mission. « N o u s arrivons c h e z le g r a n d c h e f d e F a n g a n t a . K o n a o entre seul clans sa case. N o u s n e tardons pas à n o u s apercevoir q u ' o n b l â m e sa c o n d u i t e , lorsque n o u s le v o y o n s tout à c o u p f o n d r e e n l a r m e s , éclater e n san


358 glots, et se plaindre a m è r e m e n t d é ce qu'on lui fait u n c r i m e d e recevoir sur ses terres des g e n s qui lui d e m a n dent l'hospitalité. O n décide qu'il s'en retournera chez lui, n e p o u v a n t pas n o u s a c c o m p a g n e r plus loin, sans exposer sa vie ; p o u r n o u s , m u n i s d'un sauf-conduit, n o u s pénétrons d e n o u v e a u jusqu'au roi. « E n u n e m i n u t e la case royale se remplit d e m o n de. L e s ministres T o n g i e n s sont tous accourus. P e n dant q u e le prince et s o n conseil dissertent sur le tour q u e n o u s leur a v o n s j o u é , q u e les u n s rient tandis q u e les autres enragent d e dépit, je m ' a d o s s e à u n e c o l o n n e p o u r réciter m o n Bréviaire, et je crois q u e jamais je n e l'ai dit plus paisiblement. Forcés d e n o u s accepter, les sauvages exigent q u e n o u s restions à Oinafa : T o kaniua, e n n e m i juré d e K o n a o , n e p e u t consentir à ce q u e n o u s allions habiter ailleurs q u e sur ses terres. Je lui d e m a n d e à voir la case qu'il n o u s destine ; il m e m o n t r e u n h a n g a r q u e j'accepte à condition qu'il le fera agrandir et réparer. Je lui d e m a n d e encore qui n o u s nourrira; il m e r é p o n d qu'il s'en c h a r g e , et e n effet il a tenu parole; je n'ai e u qu'à m e louer d e ses b o n s procédés. Parfois, ce chef n o u s assure qu'il est catholique, il refait sa prière avec n o u s , après l'avoir faite avec les ministres T o n g i e n s , il chante avec n o u s des cantiques d e W a l l i s , et n e cesse d e n o u s entretenir des b e a u x projets qu'il roule d a n s sa tête p o u r la conversion d e R o t u m a ; m a i s d e tous ses rêves, celui qui le flatte le p l u s , c'est d e devenir u n jour semblable au grand Napoléon. « D e p u i s , j'ai quitté Oinafa, et suis v e n u m e fixer a u village d e N o a t a u , le plus important d e l'île et le m i e u x disposé e n notre faveur. Cette p e u p l a d e a son roi particulier, avec lequel je suis e n b o n s rapports ; c'est c h e z u n d e ses parents, ancien roi l u i - m ê m e ,


359 (le t e r m e d e sa royauté étant e x p i r é ) , q u e je m e suis établi. Il m e fait espérer q u e d a n s p e u, lui et les siens embrasseront le catholicisme. L o n g t e m p s avant q u e je délogeasse d'Oinafa, il m'avait d o n n é u n e jolie case à côté d e la sienne, sur les bords d e la m e r . D e p u i s m o n arrivée, il m ' a fait construire u n e nouvelle habitation b e a u c o u p plus g r a n d e q u e la p r e m i è r e , à la façon d e celles d e Wallis et d e F u t u n a . C'est sans contredit la plus belle d e l'île, sans e n excepter celle d u roi; o n y entre h a r d i m e n t la tête levée, tandis q u e d a n s les cabanes d e leurs majestés, c o m m e d a n s celles des sujets, o n n e peut pénétrer qu'à quatre pattes. J'ai converti e n chapelle la case qui est sur le b o r d d e la m e r , et j'y fais la prière publique tous les soirs. « T o u s les bruits d e guerre sont assoupis e n ce m o m e n t , grâce à Notre-Dame-de-la-Paix, qui n o u s à m é n a g é les m o y e n s d e n o u s établir, l'un chez les vainq u e u r s, et l'autre chez les vaincus. Cet a r r a n g e m e n t était d e la plus g r a n d e i m p o r t a n c e , car telle est la disposition des esprits, q u e jamais u n d e s d e u x partis n'aurait voulu e m b r a s s e r la religion d e son rival. « L e jour d e P â q u e s , j'ai encore é p r o u v é d'une m a nière bien sensible la protection d e la sainte Vierge. Après la m e s s e , j'étais allé avec le F. L u c i e n et P h i lippe, visiter u n e petite île voisine de N o a t a u , peuplée d e quinze à vingt familles. N o u s avions cru pouvoir en faire le tour facilement, lorsque n o u s arrivons, P h i lippe et m o i , d a n s u n endroit o ù le rocher est c o u p é à pic ; n o u s n o u s efforçons n é a n m o i n s d e le gravir, e n n o u s aidant c o m m e n o u s p o u v o n s des pieds et des m a i n s , pensant q u e ce n'est q u ' u n m a u v a i s pas à franchir ; m a i s bientôt n o u s n o u s trouvons s u s p e n d u s sur u n a b î m e d e plus d e six cents pieds d e p r o f o n d e u r , sans pouvoir ni avancer ni reculer, L e m o i n d r e pas en


360 arrière n o u s eût précipités sur les écueils, o u la m e r venait s'engouffrer e n m u g i s s a n t . J'avais déjà fait m o n acte d e contrition, je m'étais r e c o m m a n d é à D i e u et à la sainte V i e r g e , lorsque P h i l i p p e étant v e n u à b o u t d e s'accrocher fortement à u n e r o c h e , m ' a t e n d u sa j a m b e q u e j'ai saisie d e s d e u x m a i n s , et. m ' a tiré après lui e n lieu d e sûreté. N o u s a v o n s appris a u r e t o u r , q u ' u n indigène s'était tué n a g u è r e e n voulant tenter le m ê m e passage. Q u e d e fois, d e p u i s q u e je suis à R o t u m a , j'ai é p r o u v é qu'il y a u n e p r o v i d e n c e particulière pourles Missionnaires, et q u e M a r i e a les y e u x continuellem e n t ouverts sur ses enfants, p o u r les secourir d a n s le besoin, tantôt e n disposant les naturels à n o u s a p p o r ter d e s vivres lorsque n o u s e n m a n q u o n s , o u à n o u s offrir d e s cocos q u a n d n o u s s o m m e s brûlés p a r la soif, d a n s n o s courses pénibles, tantôt e n n o u s e n v o y a n t des g u i d e s inespérés q u a n d n o u s n o u s é g a r o n s la nuit a u sein d e s forêts. « A u milieu d e toutes les agitations q u i remplissent la vie d e n o u v e a u x Missionnaires, v o u s d e v i n e z b i e n , m o n c h e r a m i , q u e la Religion n'a p a s e n c o r e p u faire d e g r a n d s p r o g r è s à R o t u m a . N o u s s o m m e s d a n s l'île vingt-deux catholiques; je n'ai p u r é g é n é r e r e n c o r e q u ' u n petit n o m b r e d'enfants m a l a d e s, et p r e s q u e toujours à l'insu d e s parents ; les naturels sont p e r s u a d é s q u e le b a p t ê m e les ferait m o u r i r . M a i s la P r o v i d e n c e s'est c h a r g é e d e p r o u v e r le contraire ; tous les enfants q u ' o n n'a p a s v o u l u n o u s laisser baptiser sont m o r t s , et tous c e u x q u e n o u s a v o n s baptisés sont pleins d e vie. « Je n'en citerai q u ' u n e x e m p l e . Je fus a p p e l é , il y a q u e l q u e t e m p s a u p r è s d'une petite nièce d e P h i l i p p e , q u e l'on croyait devoir expirer le j o u r m ê m e ; aussitôt après q u e l'eau sainte eut coulé sur s o n front, elle d e m a n d a à m a n g e r et alla se p r o m e n e r s u r les b o r d s d e la m e r , et depuis elle se porte parfaitement.


361 « Voici u n autre trait d e Providence e n faveur d'un pauvre Indien. L e s e c o n d d i m a n c h e après P â q u e s , c o m m e je m e rendais avec Philippe a u village qu'habite m o n confrère, il m e vint e n pensée qu'il était déjà tard et q u e n o u s ferions m i e u x , p o u r c o u p e r court, d e n o u s enfoncer d a n s l'intérieur des bois, o ù l'on m'avait dit qu'il existait quelques cases disséminées. A p r è s u n e h e u r e d e m a r c h e , n o u s arrivons devant u n e misérable c a b a n e, ouverte p r e s q u e à tous les vents, et d a n s laquelle n o u s trouvons é t e n d u sur u n e misérable natte, et enveloppé d e haillons, u n p a u v r e Indien d e M a d r a s . Il n'est pas m o i n s stupéfait d e voir u n prêtre à ses côtés, q u e m o i d'avoir e n face u n enfant d e l'Inde. J e lui d e m a n d e s'il n'a j a m a i s rencontré d e Missionnaires, lui qui a tant voyagé. Il m e r é p o n d qu'il e n a v u b e a u c o u p . « Avez-vous e n t e n d u parler d e la Religion catholi« q u e , qu'enseignent ces Missionnaires? -Je la c o n « nais, dit-il, et je suis m o i - m ê m e catholique. » E t c o m m e je m e tourne vers m o n catéchiste, p o u r lui dire e n français, afin d e n'être pas e n t e n d u d u m a l a d e , c o m b i e n je bénis la Providence d e m ' a voir a m e n é ici, je n e suis pas p e u surpris d'entendre l'Indien m e répond r e aussi e n français : « P è r e , je c o m p r e n d s c e q u e « v o u s dites; o u i , je suis catholique, oui je crois a u « seul g r a n d D i e u qui a fait le ciel et la terre, et je m e « r e c o m m a n d e tous les jours à lui d a n s m e s souffran. « ces. » Il m ' a p p r e n d bientôt qu'il d e m e u r a i t à M a d r a s auprès des Missionnaires, q u e d a n s son enfance il leur a l o n g t e m p s servi la m e s s e . C'est d'eux qu'il a appris le français; m a i s depuis vingt-cinq ans qu'il n'a pas parlé cette l a n g u e, il l'a oubliée e n g r a n d e partie ; puis il se m e t à m e réciter sans faute Notre Père, qui êtes aux deux, Je vous salue, Marie, et d'autres prières.

« D a n s u n e s e c o n d e visite q u e j'ai r e n d u e à Antonio, [ том. xx. 1 2 0 .

16


362 (c'est ainsi qu'il s'appelle), il m ' a t é m o i g n é le désir d e venir s'établir près d e m o i , p o u r finir ses jours e n b o n et fervent catholique; il s'estimera trop h e u r e u x , m ' a t-il dit, d e m e servir la m e s s e , d e faire m o n jardin et m a petite cuisine ; j'ai accédé à ses désirs d'autant plus volontiers qu'il sait lire et écrire, et qu'il posséde très-bien l'indien, l'anglais, l'espagnol et la l a n g u e d e R o t u m a , auxquels il faudra ajouter, d a n s quelques s e m a i n e s , le français. C o m m e n t n e pas reconnaître ici u n n o u v e a u trait d e la bonté divine qui, a u m o m e n t o ù m o n catéchiste Philippe va s'en retourner à W a l l i s , m e fait rencontrer a u fond des bois u n p a u v r e Indien propre à le r e m p l a c e r c o m m e interprète, possédant u n e collection d'idiomes qui me sont tous bien utiles , puisque j'ai à traiter ici avec des gens de toutes les parties d u globe ! D e son c ô t é , Antonio n'est pas m o i n s satisfait d e retrouver, sur ses vieux j o u r s , u n e m a i s o n d e retraite qui lui rappelle les plus belles a n n é e s d e son enfance. « Q u e d e choses il m e resterait à v o u s dire sur cette île d e R o t u m a , si peuplée, si intéressante, et c e p e n d a n t si p e u c o n n u e ! O n c o m p a r e volontiers les R o t u m i e n s d'aujourd'hui a u x Tahitiens d'autrefois : m ê m e couleur b a s a n é e , m ê m e s traits d e visage, m ê m e taille, m ê m e s occupations, qui consistent p r e s q u e à n e rien faire, m ê m e hospitalité entre e u x , m ê m e affabilité envers les étrangers, m ê m e a m o u r d e la d a n s e et des plaisirs. T o u t e fois, ils sont convaincus qu'ils d e s c e n d e n t , n o n pas des habitants d e Tahiti, m a i s d e c e u x d ' H a m o a (îles des N a vigateurs). « D e m a n d e z - l e u r quel est le D i e u qui a créé leur île, tous v o u s raconteront avec le plus g r a n d sérieux qu'un b e a u j o u r , le D i e u R a h o et sa f e m m e Iva partirent d e S a m o a e n m a r c h a n t sur les flots, Celui-ci portait à


363 la m a i n u n panier tressé e n filaments d e cocos et rempli d e poussière ; arrivé a u lieu o ù se trouve aujourd'hui R o t u m a , il jeta la poussière à droite et à gauc h e ; aussitôt la terre s'éleva d u sein d e l'Océan, et les m o n t a g n e s se couvrirent d e cocotiers et d'arbres à pain. « O u t r e R a h o , qui est la principale divinité, o n c o m p t e encore des milliers d e petits d i e u x ; ce sont certains poissons, certains oiseaux et, e n général, tous les grands chefs d e l'île, auxquels o n a c c o r d e les h o n neurs divins avec la sépulture. L e s indigènes ont u n respect souverain pour les morts. Leurs cimetières , appelés Tamoura, sont au milieu des villages; chaq u e t o m b e est couverte d e sable fin, ornée d e guirlandes d e fleurs et entourée d e pierres. C'est autour d u T a m o u r a et souvent sur le T a m o u r a m ê m e qu'on d a n sait autrefois. Aujourd'hui, c h a q u e h a m e a u possède u n e très-grande salle, o ù l'on se réunit tous les soirs, jusqu'à dix o u o n z e h e u r e s , p o u r c h a n t e r , rire et sauter. V o u s devinez par là, m o n cher a m i , c o m b i e n la m o r a l e d e l'Evangile aura peine à entrer d a n s le c œ u r des R o t u m i e n s . J'espère toutefois qu'avec la grâce d e D i e u elle y pénétrera, p o u r e n chasser les ténèbres d u paganisme. « Peut-être m e d e m a n d e r e z - v o u s ce qu'ont fait les six ministres protestants d e T o n g a , depuis n e u f ans qu'ils sont d a n s l'île. R i e n , a b s o l u m e n t r i e n ; ils n'ont pas tiré dix personnes d e l'infidélité. « J'aurais e n c o r e bien des détails à vous d o n n e r , m a i s ce sera le sujet d e m a prochaine lettre. J'attends d'un jour à l'autre l'arrivée d e M g r Bataillon. « Je suis etc. « V E R N E , Miss. Apost., S. M. »


364

MISSION DE TONGA. Lettre du

P. Chevron, Provicaire Apostolique de la Société de Marie, à sa famille.

T o n g a , le 1 1 octobre 1 8 4 6 .

« MES

CHERS PARENTS ,

« Notre Mission continue à suivre le cours des œuvres d e D i e u : elle m a r c h e a u milieu d e s contradictions. N o u s allons l e n t e m e n t , m a i s toutefois n o u s faisons d e s progrès. Ici la P r o v i d e n c e s e m b l e vouloir tout faire p a r e l l e - m ê m e ; il suffit q u e n o u s formions u n plan p o u r qu'il é c h o u e , q u e l'initiative vienne d e n o u s p o u r qu'elle n e réussisse point. Ainsi les naturels, surtout les chefs influents, q u e n o u s a v o n s cultivés avec le plus d e soin, sont les plus éloignés d e la Religion, et s'en éloignent c h a q u e jour d a v a n t a g e , tandis q u e n o u s v o y o n s arriver à n o u s des familles entières q u e n o u s n e connaissions m ê m e pas. « P a r u n e autre singularité, les p r e m i e r s pas d'un néophyte T o n g i e n vers le catholicisme, n e paraissent


365 guidés q u e par des v u e s h u m a i n e s . U n infidèle à qui j'apportais les vrais motifs d e conversion, fondés sur la raison et là foi, m e dit : « Q u a n d m o n frère aîné m e « prendra par la m a i n p o u r m e conduire à l'église, « j'irai. Je n e crois encore à rien; m a i s cela viendra « plus tard. » Et plusieurs néophytes qui étaient présents, ajoutèrent : « N o u s , g e n s d e l ' O c é a n i e , n o u s « c é d o n s d'abord à des motifs h u m a i n s ; et p u i s , plus « tard, n o u s v o y o n s q u e la Religion est u n e b o n n e « c h o s e ; n o u s c o m m e n ç o n s à l'aimer, n o u s n o u s en « instruisons, et enfin n o u s n o u s y attachons d e tout « notre c œ u r . » « L e s naturels, q u o i q u e assez intelligents p o u r c o m p r e n d r e u n r a i s o n n e m e n t , sont e n général m o i n s frappés d'une raison solide q u e d'une r e m a r q u e inattendue. Dernièrement, u n c a t é c h u m è n e m e racontait u n e entrev u e qu'il avait e u e avec u n d e ses parents, méthodiste : « Je n e t'aime plus, lui dit le protestant, depuis q u e « tu as quitté notre Religion p o u r aller chez les Popi « ( P a p i s t e s ) . — M o i je t'aime b e a u c o u p , lui répondit « notre c a t é c h u m è n e ; s e u l e m e n t je te plains d e ce q u e « tu te crois éclairé, q u o i q u e tu sois encore plongé dans « des ténèbres épaisses. » Et là-dessus il luifitce raisonn e m e n t singulier, qui eut u n plein succès: « Autrefois, « dit- il, n o u s lisions la Bible et n o u s n e la c o m p r e n i o n s « pas ; m a i s d a n s la Religion catholique n o u s trouvons « le sens d e b e a u c o u p d e c h o s e s , jusque-là inintelli« gibles. Ainsi o n lit e n S. L u c q u ' u n a n g e apparut à « Zacharie, à droite d e l'autel. Partout d a n s la Bible « il est parlé d'autels. O ù d o n c sont vos autels, à v o u s ? « savez-vous m ê m e ce q u e c'est ? M a i s allez à P é a chez « les catholiques ; c'est là q u e v o u s trouverez u n au« tel. » L e protestant resta m u e t , et finit par dire : Mooni, c'est vrai.


366 « Jusqu'ici n o u s a v o n s baptisé d e u x cent cinquanteu n adultes, et, sur ce n o m b r e , quarante-neuf sont morts, il n e m'a pas encore été possible d e faire le rec e n s e m e n t bien exact d e n o s c a t é c h u m è n e s d a n s toutes les localités; je crois qu'il peut s'élever à près d e trois cents. N o u s avons e u quelques défections p a r m i e u x , et plusieurs n o u s ont été arrachés par la violence. Toutefois n o s disciples se conservent b i e n ; je p e n s e q u e D i e u leur accorde des grâces toutes particulières, p o u r les soutenir ainsi e n présence d e l'hérésie et d e l'infidélité. J'attribue aussi leur persévérance et nos succès a u x prières ferventes qui se font p o u r n o u s e n E u r o p e . Continuez vos supplications, et v o u s verrez u n j o u r , a u ciel, le fruit d e votre b o n n e œ u v r e . C e s frères q u e vous aurez sauvés formeront votre c o u r o n n e . « À ce tableau d e la Mission je joindrai le récit d e quelques é v é n e m e n t s déjà anciens; c'est toute u n e série de m a l h e u r s q u e n o u s s o m m e s enfin p a r v e n u s à clore. Les quatre o u cinq dernières a n n é e s d u siècle préc è d e n t , sont u n e é p o q u e q u e n o s indigènes appellent malaia (malédiction). L e s idées d e g u e r r e , presque inc o n n u e s jusqu'alors, devinrent u n e frénésie, et ce furent des guerres d'extermination. Il y eut entre autres u n e journée affreuse, q u e les vieillards n e racontent encore qu'avec u n e sorte d e terreur, bien q u e , depuis, leurs y e u x aient été habitués à voir couler des flots d e sang. Ils appellent cette expédition fakable moa (chasse aux p o u l e s ) . A p r è s q u e l q u e t e m p s d'animosité et d e division, la partie occidentale (hihiso) se leva e n m a s s e et vint fondre sur la partie orientale ( hahake). C e s derniers, bien qu'en n o m b r e égal, saisis d'une terreur p a n i q u e , n e cherchèrent pas m ê m e à se défendre; d e u x villages s e u l e m e n t prirent les a r m e s ; m a i s ils déposèrent bientôt leurs casse-tête, lorsque les assaillants


367 leur eurent juré qu'ils n'en voulaient pas à leur tribu. C'était u n e ruse, et o n les m a s s a c r a tous. Q u a n t a u x habitants des autres villages, le plus g r a n d n o m b r e s'était réfugié près d e la m a i s o n d u chef principal ; les assaillants s'y portèrent e n foule et y c o m m e n c è r e n t u n c a r n a g e horrible. Ils massacrèrent d e m ê m e sans pitié tous ceux qui s'étaient m i s sous la sauvegarde des asiles sacrés. A p r è s cette affreuse b o u c h e r i e, les vainqueurs p r o m i r e n t la vie a u reste d e s v a i n c u s , et leur dirent d e se rendre sur le théâtre d e la p r e m i è r e exécution. A m e s u r e qu'ils arrivaient p a r centaines, et m ê m e par milliers, s'il faut e n croire les rapports des anciens, o n les massacrait sans miséricorde. C e s m a l h e u r e u x n'opposaient pas la m o i n d r e résistance, n o u s disent les tém o i n s d e ces horreurs ; leur â m e s'était c o m m e envolée; ils n e pleuraient p l u s , ils se prosternaient, et c h a c u n cherchait à se cacher sous le corps d e son voisin. L e lieu d e cette scène s a u v a g e était couvert d'une épaisse vapeur, celle d u sang. O o fit d e u x m o n c e a u x d e cadavres, qui s'élevèrent à trente pieds, et c'est là q u ' o n égorgeait les victimes a m e n é e s sans cesse sous les c o u p s des vainq u e u r s . Puis ils couvrirent ces corps d e bois et d e débris d e m a i s o n s , et les c o n s u m è r e n t . S o u v e n t n o u s passons sur ce c h a m p d e m o r t , et à plus d e d e u x cents pas à l'entour n o u s voyons encore la terre toute couverte d'ossements. « A p r è s le carnage d e la chasse aux poules, il y eut f a m i n e à T o n g a . P r é c é d e m m e n t , d a n s les m ê m e s circonstances, les naturels s'étaient livrés à l'anthropophagie ; ils renouvelèrent cette affreuse habitude ; puis, d a n s quelques guerres q u e se firent les chefs entre eux, ils m a n g è r e n t les vaincus par esprit d e v e n g e a n c e, et devinrent cannibales par g o û t , o u plutôt, c o m m e ils le disent m a i n t e n a n t , par malédiction. C e p e n d a n t ils n o u s


368 assurent q u e cette nourriture affreuse faisait horreur a u x u n s , tandis qu'elle était les délices des autres. C'est le f a m e u x Takaï, guerrier q u e n o s insulaires c o m p a r e n t à B o n a p a r t e , qui m i t le Tapou sur la chair h u m a i n e . T o n g a eut alors la paix, jusqu'aux guerres apportées par le protestantisme. E n v e n a n t prêcher ici la Religion catholique, n o u s a v o n s e u le b o n h e u r d e mettre u n t e r m e à ces sanglantes et funestes hostilités. P o u r q u o i faut-il ajouter q u e , réconciliés par n o s soins, les indig è n e s ont déjà oublié ce service et se sont réunis contre n o u s ? Mais q u e n o u s importe d'être traités e n e n n e m i s , p o u r v u q u e n o u s les voyions entre e u x vivre e n frères !

« J.

CHEVRON,

S. M,

»


369

MISSION DE SAN - CHRISTOVAL. Lettre du P. Xavier Montrouzier, Missionnaire de la Société de Marie, à M. l'abbé Gabriel Montrouzier. son frère.

W o o d l a r c k , le 1 3 o c t o b r e 1 8 4 7 .

« MON CHER GABRIEL,

« J'ai cette fois de bien tristes événements à t'annoncer, et j'oserais à peine en tracer le tableau, si je ne savais que la foi te les fera considérer, non c o m m e des disgrâces, mais c o m m e des épreuves, au bout desquelles se trouveront plus tard des consolations : ne faut-il pas que les combats précédent les couronnes ? Pour que tu saisisse mieux l'enchaînement de nos malheurs, je dois remonter un peu haut ; j'entre tout de suite en matière. « Le R. P. Collomb, Evêque élu mais non sacré d'Antiphelles, et Coadjuteur de M g r Epalle, avait appris à Tahiti seulement, la mort de ce Vicaire Apostolique, et s'était hâté de se rendre à San-Christoval, pour consoler et encourager le petit troupeau laissé sans premier pasteur. Il m'avait pris à son passage en Nouvelle-Calédonie,


370

o ù j'avais reçu u n e destination provisoire, m a i s sans perd r e , u n seul instant, la pensée d e m e r e n d r e a u x îles Salomon. « L e 11 février 1 8 4 7 n o u s étions e n face d e S a n Christoval : b o n n o m b r e d e naturels vinrent aussitôt n o u s trouver à bord ; ils m e r e c o n n u r e n t p o u r Missionnaire, et ce n e fut bientôt q u ' u n cri d e joie. Ils m ' a p prirent q u e tous nos P è r e s étaient e n vie, et, d u fond d u c œ u r , je rendis grâces à D i e u , car j'avais c o n ç u p o u r e u x bien des craintes. N o u s n e t a r d â m e s pas à serrer d a n s n o s bras n o s chers confrères d e M a q u i r a . « C e s dignes Missionnaires avaient n o b l e m e n t d é b u t é d a n s la carrière apostolique; ils avaient déjà b e a u c o u p souffert, et l'on voyait sur leurs figures pâles et décharnées les traces d e la fièvre jointes a u x privations d e tout genre. Mais l'arrivée d e M g r le Vicaire Apostolique, l'espoir d e voir la Mission p r e n d r e u n e m a r c h e régulière, la joie d e recevoir d e n o u v e a u x collaborateurs, avaient suffi p o u r cicatriser toutes les plaies, et faire oublier toutes les peines passées. M g r C o l l o m b , obligé d e repartir p o u r aller chercher à S y d n e y la consécration épiscopale, n o u s laissa pleins d'espérance et d'ardeur : il n e se doutait pas qu'à son retour n o u s n'aurions q u e des désastres à lui a n n o n c e r . « S u r l'avis d u docteur Montargis, dont je n e saurais assez louer le zèle et le d é v o u e m e n t , n o u s résolûmes d e chercher d a n s l'île q u e l q u e point m o i n s insalubre q u e M a q u i r a ; le P. F r é m o n t , avec le P. C r e y et d e u x frères allèrent s'établir d a n s le village d e s Pia, e n n e m i s jurés des Joné nos premiers hôtes. L e s pères J a c q u e t , P a g e t , T h o m a s s i n et m o i , avec trois frères, n o u s rest â m e s chez ces derniers. U n m o i s a p r è s , le P. Crey succombait à la m a l a d i e , et allait recevoir a u ciel la cour o n n e réservée à ses désirs plus qu'à ses œ u v r e s , et


371

n o u s , n o u s voyions s'évanouir les espérances q u e sa jeunesse, son instruction et sa piété n o u s avaient fait concevoir p o u r le bien d e notre c h è r e Mission. L e s Pia n e voulurent jamais consentir à ce qu'on l'inhumât chez e u x ; la raison qu'ils e n d o n n è r e n t est q u e son atoro (esprît) n'ayant tué p e r s o n n e d u r a n t sa vie, infailliblement après sa m o r t il tuerait b e a u c o u p d e inonde. N o u s e m p o r t â m e s s o n corps à M a q u i r a , et le soir n o u s faisions ses o b s è q u e s avec les prières d e l'Eglise, et n o u s plantions u n e croix sur sa t o m b e . « Les Joné furent p i q u é s a u vif d e notre séparation; ils n e pouvaient souffrir qu'on allât c h e z leurs e n n e m i s q u i , dès lors, auraient c o m m e e u x d u fer, des h a m e çons, des étoffes et des m o r c e a u x d e verre qui sont les rasoirs d u pays; en u n m o t , ils n o u s montrèrent en cette circonstance q u e tout l'attachement qu'ils n o u s témoignaient, n'avait q u e leur intérêt p o u r mobile. N é a n m o i n s n o u s fîmes b o n n e c o n t e n a n c e , et. bientôt l'effervescence se c a l m a . « À son départ, M o n s e i g n e u r C o l l o m b n o u s avait dit e n propres termes : « Reposez-vous jusqu'à m o n retour; « si n o u s d e v o n s fonder q u e l q u e nouvelle Mission, « ce qui est très-probable, j'aurai besoin d e toutes vos « forces. » P o u r obéir à ses instructions, et aussi parce q u e la lièvre n o u s rendait incapables d e supporter d e grandes fatigues, n o u s s u s p e n d î m e s les catéchismes établis d a n s les villages les plus éloignés, et n o u s n o u s occ u p â m e s surtout d e veiller à la conservation des divers objets q u e n o u s avions à notre usage. P o u r cela n o u s f û m e s obligés d e faire b o n n e garde, caries sauvages sont facilement tentés, et ils résistent r a r e m e n t à la tentation. Cette précaution était m ê m e insuffisante à l'égard des Toros o u m o n t a g n a r d s , qui maintes fois n o u s avaient volés, et n o u s c r û m e s nécessaire, p o u r préve-


372 nir d e n o u v e a u x larcins, d e les éloigner d e la m a i s o n . Il paraît q u e cette m e s u r e les mit e n fureur, et ils n e résolurent rien m o i n s q u e notre m o r t . Voici c o m m e n t ils exécutèrent e n partie leur projet. « D e p u i s l o n g t e m p s o n n o u s avait signalé le village d e U a n g o , situé sur la côte orientale d e l'île, c o m m e u n point très-propre à n o u s servir d e résidence: p o p u lation, fertilité, port, o n y trouvait tout ce qui pouvait n o u s engager à y fonder u n établissement. U n jour q u e n o u s étions m i e u x qu'à l'ordinaire, n o u s p e n s â m e s qu'il serait b o n d'aller voir par n o u s - m ê m e s , afin qu'à l'arrivée d e M g r C o l l o m b , n o u s pussions lui soumettre des d o n nées positives. L e s pères Jacquet et Paget voulurent faire l'excursion; je le voulais aussi ; m a i s fatigué par la fièvre, je d u s c é d e r a u x observations qui m e furent faites. J'obéis, et aujourd'hui je languis e n c o r e d a n s la vallée d e larmes, tandis q u e m e s frères, arrivés a u t e r m e d e leur course, ont r e ç u , je l'espère, la p a l m e réservée a u x martyrs. L a volonté d e D i e u soit toujours bénie ! m a i s crois, m o n c h e r Gabriel, qu'il faut p e u d'années d e Mission pour détacher l'homme de cette misérable vie , et que la mort perd bien de ses horreurs pour celui dont toutes les espérances sont a u ciel. « Les d e u x Pères q u e j'ai n o m m é s s'adjoignirent le frère Hyacinthe, ils partirent d e M a q u i r a le 2 0 avril, à cinq heures d u m a t i n, et se dirigèrent vers le village des Toros, d o n t ils ignoraient les m a u v a i s desseins, et c h e z qui d u reste, j'avais été très-bien r e ç u p e u d e jours auparavant. A n e u f heures, je vis passer devant la m a i s o n u n naturel qui criait avec effroi : maté maté! maté maté! et bientôt après j'appris q u e réellement les d e u x Pères et le frère avaient été massacrés par les m o n t a g n a r d s . L a nouvelle était accablante ; pourtant D i e u m e fît la grâce d e n e pas perdre c œ u r . L e s Toros, n o n contents


373 d'avoir tué trois d e n o s confrères, excitaient les Joné à se débarrasser aussi d e n o u s et à piller nos effets. L a chose était facile, n o u s n'étions q u e trois a u presbytère. Je m e r e c o m m a n d a i à N o t r e - D a m e des S e p t - D o u l e u r s , jefism o n acte d e contrition, et j'écrivis a u P . F r é m o n t qu'il arrivât avec tout s o n m o n d e avant la nuit. « C e p e n d a n t les Joné accouraient e n foule à Maquira, Ils avaient tous leurs a r m e s et n e cessaient d e m e d re . « P r e n d s u n fusil, n o u s irons avec toi, et n o u s tuerons « les Toros, q u e n o u s m a n g e r o n s ensuite. » O u t r e q u e leur proposition n'était pas d e nature à m e plaire. leur présence ajoutait à m e s anxiétés ; car j'étais loin d e m e fier à e u x . « C e fut alors qu'on m'apprit les détails d u m a l h e u r e u x é v é n e m e n t . N o s chers confrères, e n passant a u village des Toros, furent accueillis c o m m e à l'ordinaire; o n les a c c o m p a g n a m ê m e avec h o n n e u r ; o n chantait, o n les embrassait; m a i s tout cela n'était q u e p o u r les attirer plus loin. E n effet, arrivés à u n certain h a m e a u , les sauvages après avoir serré les Missionnaires d e plus près p o u r les e m p ê c h e r d e se défendre, poussèrent u n cri et à l'instant c o m m e n ç a l'attaque. L e P . Paget reçut u n c o u p d e lance d a n s la poitrine, le P. Jacquet eut la tête abattue d'un c o u p d e h a c h e , le F. H y a c i n the, frappé d'abord d'une lance qui glissa sur la p e a u , fut a c h e v é à c o u p s d e h a c h e . A p r è s cette b o u c h e r i e , les meurtriers s'éloignèrent c o m m e épouvantés d e leur œ u v r e , et laissèrent les trois victimes n a g e a n t d a n s le sang. Mais u n instant a p r è s , ils revinrent, s'emparèrent des cadavres et se préparèrent à e n faire u n affreux festin p o u r e u x et leurs a m i s . J e voulais à tout prix avoir les restes mortels d e n o s confrères; je p r o m i s d u fer p o u r leur rançon, j'offris tout ce qui pouvait tenter les sauvages; m a i s tout fut inutile. Il m e fallut d o n c


374

renoncer à la consolation d e rendre les derniers devoirs à des corps q u e je vénérais, et m e contenter d e l'espérance d e les retrouver, u n j o u r , glorieux dans le ciel. S a n s doute qu'à cette h e u r e leurs ossements sont exposés sur les cabanes des insulaires, e n signe d e trophées ! « Voilà d e bien tristes nouvelles ; elles seraient accablantes si la foi n e les envisageait pas d'un autre œil q u e la nature. Il est vrai, n o u s avons p e r d u trois c o n frères, trois zélés collaborateurs; et cette perte, pers o n n e n e la c o m p r e n d m i e u x q u e n o u s , qui v o y o n s tous les jours les â m e s t o m b e r en enfer, faute d e ministres d e l'Evangile. Mais après tout, u n e seule grâce o b t e n u e par leur intercession, fera peut-être plus d e conversions q u ' u n long apostolat. « L e P. F r é m o n t arriva enfin. Q u e je fus soulagé lorsque je le vis paraître, et qu'en lui rendant c o m p t e d e tout, je lui r e m i s la responsabilité d e la Mission ! « D i e u « n o u s frappe, m e dit-il avec u n e résignation qui m'édi« fia, c'est u n e preuve qu'il n o u s a i m e . » L e s jours qui suivirent le m a s s a c r e , après q u e la fureur des Toros fut u n p e u c a l m é e, ils craignirent des représailles L e s aveugles! ils ne savaient pas qu'à l'exemple d e notre divin Maître, n o u s n e voulons pas la m o r t d u p é c h e u r , m a i s sa conversion et sa vie. Lorsqu'ils virent q u e n o u s rest'ons chez n o u s et les laissions parfaitement tranquilles, ils devinrent plus hardis, et u n jour, à d e u x pas d e la m a i s o n, d e u x flèches furent tirées sur notre frère jardinier. H e u r e u s e m e n t elles n e l'atteignirent point ; m a i s c'en était assez p o u r n o u s faire c o m p r e n d r e à quels enn e m i s n o u s avions affaire. E v i d e m m e n t la haine des m o n t a g n a r d s n'était pas satisfaite. P o u r en prévenir les excès, n o u s c o u p â m e s les herbes et les buissons tout à l'entour d e notre d e m e u r e , afin qu'il n e fut pas possible a u x sauvages d e s ' e m b u s q u e r à portée des traits. L e u r


375

usage n'est pas d'attaquer o u v e r t e m e n t ; ils sont forts p o u r les surprises ; m a i s sont-ils découverts, c'est à qui fuira le plus vite. L'essentiel p o u r n o u s était d o n c d e n o u s tenir sur n o s gardes. Voicî n o s expédients : n o u s s u s p e n d î m e s des grelots a u c o u d e nos d e u x c h i e n s , p o u r q u e ce bruit attestât a u x malintentionnés notre vigilance; ensuite n o u s p l a ç â m e s , tous les soirs, à c h a q u e face d e notre m a i s o n , u n e lanterne a l l u m é e ; les sauvages appelaient cela des fusils d e nuit, qui voyaient partout. N o u s c r û m e s nécessaire d e veiller n o u s - m ê m e s toutes les nuits, et p o u r cela n o u s organisâmes u n syst è m e qui ressemblait plus à u n e vie d e c a m p qu'à celle d'une Mission. L e s factions étaient d e trois h e u r e s , e t , les premiers t e m p s surtout, elles étaient d'autant plus pénibles, q u e placés encore sous l'impression d e cruels é v é n e m e n t s, n o u s prenions souvent p o u r des e n n e m i s u n e feuille qui tombait o u u n oiseau qui voltigeait d a n s les broussailles. T r a q u é s par les Toros, m e n a c é s par les Pia, p e u soutenus par les Joné qui se montraient de plus e n plus froids envers n o u s , et dont plusieurs avaient m a n g é d e nos Pères et d u frère massacrés, n o u s n'avions plus d'espérance q u e dans le secours d'en haut : n o u s l'implorions sans cesse, et M a r i e a protégé ses enfants. « U n soir, c o m m e n o u s allions c o m m e n c e r la lecture spirituelle, n o u s entendons tout à coup aboyer n o s chiens. Persuadés q u e cette fois n o u s s o m m e s réellement attaqués, n o u s regardons par les fentes d e la porte, et n o u s v o y o n s q u e le feu est à notre toiture d e feuilles d e palmier. Sortir p o u r l'éteindre, c'est s'exposer a u x c o u p s d e lance; rester, c'est périr d a n s les flammes. D e s d e u x partis n o u s p r e n o n s le m o i n s d a n g e r e u x, n o u s sortons et n o u s s o m m e s assez h e u r e u x p o u r n'être pas blessés. Les sauvages, qui avaient attendu p o u r exécuter leur m a u v a i s dessein qu'il se fut écoulé quelques jours


376 sans pluie, se croyaient assez sûrs d e leur c o u p, sans avoir besoin d e n o u s frapper; ils étaient persuadés q u e n o u s serions brûlés vifs, et s'étaient contentés d e se cacher sur le rivage, p o u r percer ceux d'entre n o u s qui viendraient chercher d e l'eau. D i e u déjoua leurs projets, il permit q u e le vent, qui avait soufflé tout le jour avec violence, se calmât s u b i t e m e n t , q u e n o s arrosoirs se trouvâssent pleins, et, grâces lui en soient r e n d u e s , en p e u d'instants n o u s n o u s r e n d î m e s maîtres d u feu. « Enfin le 2 8 août, après plus d e quatre m o i s d'angoisses , on nous annonce un navire, et le lendemain , jour du Saint-Coeur de Marie, nous avons le bonheur de recevoir la bénédiction d e M g r le Vicaire Apostolique. D è s lors nos tribulations furent oubliées ; n o u s c r û m e s q u e nos m a u x étaient à leur terme, et n o u s n e s o n g e â m e s plus qu'à l'affliction qu'éprouverait notre E v ê q u e e n apprenant le massacre d u 2 0 avril. N o u s f û m e s bientôt d é t r o m p é s ; n o u s devions épuiser jusqu'à la lie le calice d ' a m e r t u m e auquel n o u s avions c o m m e n c é d e boire. Lorsque Monseigneur n o u s eut bénis et e m b r a s s é s , et qu'il eut d o n n é u n libre cours à ses larmes : « V o u s m'a« vez fait part d e vos d o u l e u r s , n o u s dit-il; à m o i m a i n « tenant d e v o u s raconter les m i e n n e s . » Puis il n o u s apprit qu'il avait été obligé d e passer e n Nouvelle-Calédonie, et q u e là il avait été le t é m o i n , et avait failli devenir la victime d e scènes analogues ( 1 ) . « L a veille d e son entrée a u p o r t , M g r le Vicaire Apostolique avait appris par u n e lettre d u P. F r é m o n t notre position et nos m a l h e u r s . N e pouvant apprécier a u juste le péril qu'il y avait p o u r u n petit navire, tel

( 1 ) Ici le P . M o n t r o u z i e r reproduit les faits déjà racontés dans le de M a i dernier.


377 q u el'Anonyme,à d é b a r q u e r e n d e telles conjonctures, il consulta l'équipage et lui d e m a n d a ce qu'il voulait faire. O n lui répondit qu'on risquerait tout p o u r sauver les Missionnaires, et aussitôt plusieurs matelots firent leur confession. C e brick appartient à la société d e l'Océanie. Grâces soient r e n d u e s à son capitaine et à son équipage! A u c u n navire à S y d n e y n'avait voulu r a m e n e r M g r C o l l o m b d a n s sa Mission. « Bientôt il n o u s fallut résoudre cette question décisive : L a p r u d e n c e n o u s permet-elle d e rester à SanChristoval? Prières, conseils, n o u s p r î m e s tous tes m o y e n s d'éclairer notre conscience, et il fut décidé q u e n o u s irions dresser notre tente ailleurs. Q u e notre éloignement n e soit pas p o u r San-Christoval u n e m a l é diction ! A u contraire, q u e le sang d e nos confrères crie miséricorde vers le ciel, et q u e bientôt n o u s ayons le b o n h e u r d e faire entrer d a n s le sein d e la véritable Eglise cette île infortunée ! « Il y avait p r è s d e vingt m o i s q u e n o u s étions établis sur cette côte inhospitalière, et e n apparence il y avait p e u d e chose d e fait. Six c a t é c h u m è n e s, quelques enfants et quelques grandes p e r s o n n e s baptisés e n d a n g e r d e m o r t , les principaux mystères enseignés à u n certain n o m b r e d e j e u n e s gens ; voilà tout le succès qu'avaient o b t e n u m e s confrères. M a i s ils étaient parv e n u s à connaître les usages d e ce p e u p l e , ils avaient réussi à lui dérober le secret d e sa l a n g u e , d e u x choses plus importantes et plus difficiles qu'on n e p e n s e ; par dessus tout, ils avaient b e a u c o u p souffert. Souffrir n'estce pas la moitié d e la vocation d e l'apôtre? « L e 3 s e p t e m b r e n o u s quittons San-Christoval. O ù irons-nous? O n a signalé à M g r C o l l o m b u n e île encore p e u c o n n u e, appelée Woodlarck (Alouette des bois), d u n o m d u navire qui l'a r é c e m m e n t découverte. Située


378 e

par le 9 7' 4 9 " d e latitude et le 151° d e longitude, elle fait partie du groupe d e la Louisiade. L e 8 s e p t e m b r e nous étions en v u e de Woodlarck, et le 1 5 , jour d e l'octave de la Nativité, nous découvrions u n b o n port. N o u s avons rencontré u n e population assez nombreuse, surtout beaucoup d'enfants, ce qui fait notre consola-

tion. « U n e autre fois je te donnerai des détails sur les dispositions de notre n o u v e a u peuple ; tout ce que je puis te dire, c'est q u e nous s o m m e s contents, et nous n o u s plaisons à espérer q u e D i e u ici mettrafinà nos épreuves. D u reste, nous s o m m e s résignés à tout; nous ne d e m a n dons q u ' u n e chose, la patience, l'amour d e la croix. Joins les prières a u x m i e n n e s , m o n cher frère, pourq u e j'obtienne cette grâce, et tu m e prouveras ainsi ta sincère affection. L a croix ! Voilà ce q u e doit toujours envisager le Missionnaire, qui peut dire, lui aussi : Si exaltatus fuero, omnia traham ad meipsum (1). « Je t'embrasse du fond d u cœur, en Jésus et Marie.

« X . MONTROUZIER , S. M. »

(1) Quand

je

serai crucifié ,

j'attirerai

tout à moi. (S. Jean , xii, 3 2 . )


379

Lettre de Mgr Collomb, Vicaire Apostolique de la Mélanésien à Messieurs les Membres des Conseils centraux de l ' Œ u v r e de la Propagation de la Foi.

W o o d l a r c k , 2 1 décembre 1 8 4 7 .

« MESSIEURS,

« L o r s q u e les désastres d e la Nouvelle-Calédonie n o u s forcèrent d'abandonner cette île, nos confrères s'en allèrent, les uns faire un essai de Mission à Anatonie , les autres attendre à Sydney de nouveaux ordres de d e leur Vicaire Apostolique. P o u r m o i , je partis seul p o u r S a n - Christoval, o ù depuis si l o n g t e m p s il m e lardait d e rejoindre le petit troupeau laissé orphelin par la m o r t d e M g r Epalle. « L e s a m e d i 2 8 août à m i d i , n o u s étions e n v u e d u port Sainte-Marie, mais le vent d e v e n u contraire et u n douloureux pressentiment qui n o u s saisit m a l g r é n o u s , n o u s e m p ê c h è r e n t d e d o n n e r ce soir-là m ê m e d a n s la passe. N o u s savions, M . le capitaine et m o i , q u e l'habitude des Christovaliens, dès qu'ils aperçoivent u n navire, est d e courir à sa rencontre sur leurs n o m b r e u s e s et élégantes pirogues; l'un et l'autre, à des é p o q u e s différentes, n o u s avions été témoins d e cet e m p r e s s e m e n t général. Cette fois, n o u s étions tout près d e terre, et n o u s n e voyions paraître a u c u n e embarcation ! Enfin d e u x o u trois légers canots, sortis des baies voisines d e Sainte-Marie, vinrent à n o u s . Je sus plus tard qu'un chef n o m m é Jassi, étant d é c é d é quelques jours


380

auparavant, le deuil de ses compatriotes était le principal motif qui les enchaînait a u rivage. Je confiai d e u x lettres p o u r nos Pères à nos premiers visiteurs, m a i s ni l'une ni l'autre n e fut portée à sa destination. « C o m m e il était presque nuit, n o u s v î m e s u n e autre pirogue accoster notre bord. L e naturel qui dirigeait l'embarcation, m o n t a sur le navire, et m e remit la lettre suivante d u R. P. F r é m o n t : « MONSEIGNEUR ,

« Votre retour est bien désiré, et n o u s comblerait « d e joie si n o u s n'avions pas à vous a n n o n c e r d e s « nouvelles propres à vous contrister. V o u s allez trou« ver le nombre de vos enfants bien diminué : l'un , « le bon Père Crey, est mort dans son lit d'une mort « d o u c e et tranquille ; trois autres, les P P . Paget et « Jacquet, avec le F. Hyacinthe, ont e u le sort des m a r « tyrs. Ils ont été tués par les infidèles, sinon en haine « d e la Religion, d u m o i n s à cause d u zèle qu'ils « mettaient à la répandre. Voilà encore u n sujet d e « peine p o u r votre G r a n d e u r . D i e u l'a permis!... N o u s « n e p o u v o n s aller au-devant d e v o u s ; nos baleinières « n e sont pas e n état d e servir. » « Je vous laisse à juger, Messieurs, d e m a douleur à la lecture d e cette lettre. « Après avoir r é p a n d u m o n â m e devant le Seigneur, jefisvenir u n à u n devant m o i les h o m m e s d u b o r d ; je leur d e m a n d a i si, a u besoin, ils voudraient descendre à terre le l e n d e m a i n , p o u r aider à la délivrance des Missionnaires. J'eus lieu d'être satisfait de leur b o n n e volonté, et cinq d'entre e u x p o u r m i e u x se disposer à tout é v é n e m e n t , se confessèrent la nuit m ê m e o u le l e n d e m a i n d e b o n n e heure. E n conséquence o n


381 laissa le navire arriver dans la passe, et vers m i d i , je mettais pied à terre. « C'était m o n entrée dans la première terre d e m a Mission. L a bénédiction d o n n é e a u x chers Missionnaires qui m e restaient, la visite d u Saint-Sacrement, u n e prière aux pieds des images d e la sainte Vierge et de saint Joseph, u n De profundis sur la t o m b e d u R. P. Crey ; tel fut tout l'appareil d e m a réception. « N o u s passâmes u n e partie d e l'après-midi à n o u s c o m m u n i q u e r m u t u e l l e m e n t les nouvelles qui n o u s intéressaient. M o n D i e u ! c o m b i e n elles étaient tristes de part et d'autre! M e s confrères étaient épouvantés des désastre de Ballade et d e P o ë b o : p o u r m o i , il m e semblait q u e les perles éprouvées e n Nouvelle-Calédonie et les dangers q u e j'y avais c o u r u s , n'étaient q u e d e simples épreuves, par lesquelles Dieu avait voulu m e préparer à des sacrifices bien plus grands à m o n arrivée en Mélanésie. « L e R. P. C r e y , v e n u d'Europe e n m ê m e t e m p s q u e m o i parl'Arche-d'Alliance,n'a vécu qu'environ trois semaines à San-Christoval. A peine âgé d e vingt-quatre ans, il était prêtre depuis dix-sept m o i s , ayant été ord o n n é avant l'âge en vertu d'une dispense pontificale. J'ose dire de lui q u e dans u n e vie si courte il a rempli u n e longue carrière : a u petit séminaire, a u noviciat, partout je l'ai a d m i r é c o m m e u n m o d è l e pour ses amis. Dieu qui lui avait inspiré de grands sacrifices lui accorda la grâce d e les c o n s o m m e r , et q u a n d le jeune Missionnaire fut arrivé à sa destination lointaine, le Seigneur, content d e sa b o n n e volonté, l'appela i m m é . diatement à la c o u r o n n e d e l'apostolat, sans lui laisser courir les périls des Missions. « L e R . P. Jacquet était d u diocèse d e Lyon. Les paroissiens de N o t r e - D a m e , à M o n t b r i s o n , l'ont v u ,


382 pendant huit ans, exercer a u milieu d'eux les fonctions d e vicaire, avec u n zèle, u n e sagesse, u n e d o u c e u r qu'ils n'oublieront pas d e sitôt. Il a laissé p a r m i n o u s u n e réputation d e sainteté sacerdotale, d e d é v o u e m e n t apostolique, qui n o u s le font regretter c o m m e u n Missionnaire parfait. « N é d a n s le diocèse d e C h a m b é r y en Savoie, le R. P. Paget était l ' h o m m e d e foi à qui tout est possible. S a confiance e n D i e u soutenait e n lui u n zèle ardent p o u r la gloire d u divin Maître et p o u r le salut des â m e s . T o u t ce qui n e se rapportait pas à ce double b u t , était p o u r lui d e nulle valeur. « L a b o n n e volonté, la soumission religieuse, l'application à ses devoirs, faisaient d u F. Hyacinthe u n excellent coadjuteur temporel : ce b o n frère était d u diocèse d'Autun. « D è s le jour m ê m e d e m o n arrivée à San-Christoval, n o u s délibérâmes si n o u s y resterions. Trois o u quatre jours furent e m p l o y é s à méditer sur u n e affaire si importante, et à prier D i e u de n o u s éclairer : la conclusion fut qu'on n e pouvait, sans s'exposer à u n massacre presq u e certain, d e m e u r e r plus l o n g t e m p s d a n s l'île. Il faut s'être trouvé d a n s la nécessité d e prendre des déterminations semblables, p o u r bien sentir ce qu'elles ont d e difficile à l'esprit et d e pénible a u c œ u r . M o n â m e est toujours navrée d e douleur q u a n d je pense a u x m a l h e u r e u x Christovaliens, dont n o u s avons peut-être pron o n c é l'arrêt éternel d e réprobation, en jugeant q u e nous devions n o u s éloigner d u milieu d'eux : espérons pourtant q u e cette retraite n e sera q u e m o m e n t a n é e , et q u e les victimes, hélas ! si n o m b r e u s e s , qui ont été immolées dans l'archipel d e S a l o m o n , y attireront sous p e u des grâces de salut. « L e 3 septembre, nous sortîmes d u port Sainte-


383

Marie. Les naturels n e firent a u c u n e démonstration hostile; quelques-uns m ê m e témoignèrent de la douleur d e n o u s voir tous partir. N o u s fîmes voile vers l'ouest, à la recherche des îles W o o d l a r c k , sur lesquelles o n m'avait d o n n é à S y d n e y des renseignements favorables, et le 1 5 , qui était l'octave d e la Nativité d e Marie, nous entrâmes dans u n b e a u et excellent port a u q u e l , par sentiment d e reconnaissance religieuse pour notre b o n n e M è r e et puissante Protectrice, n o u s v o u l û m e s donner le n o m d e port de la Nativité. « Les premiers jours furent consacrés à visiter le littoral. N o u s trouvâmes quatre villages principaux et plusieurs autres p e u considérables. Celui de Dabalouaou fut choisi p o u r notre résidence c o m m e étant le plus g r a n d , et parce qu'il est le centre de tous les autres. Le 1 8 , n o u s f î m e s nos présents a u x chefs, et n o u s obtînmes ainsi le terrain nécessaire p o u r n o u s élever u n e cabane. Les naturels m ê m e n o u s e n firent d e u x d e leur façon. Il leur fallut m o i n s d'une journée d e travail pour c h a c u n e d'elles; aussi c'est tout ce q u e vous pouvez imaginer d e plus misérable. Je n'ai vu nulle part des cases plus pauvres q u e celles d e W o o d l a r c k : ce sont tout simplem e n t des hangars en feuilles, si m a l construits qu'on n'y est bien abrité q u e contre les ardeurs d u soleil. « D é j à la fièvre n o u s travaille ici c o m m e elle faisait à San-Christoval. L e P. F r é m o n t l'a habituellement, le P. Montrouzier en est fort souvent attaqué, le P. T h o m a s s i n et les frères en éprouvent aussi quelquefois des atteintes, qui h e u r e u s e m e n t sont p e u graves. Pour m o i , je paye aussi m o n tribut au climat. Si cette lettre est écrite e n désordre, m e s souffrances continues n'y sont pas étrangères. « Messieurs, m e découragerai-je à la v u e de l'anéantissement où se trouve réduite, après d e u x ans d'efforts,


384 u n e Mission p o u r laquelle o n a d o n n é tant d ' h o m m e s et tant d'argent? N o n sans d o u t e ; le zèle n e doit pas se lasser. D u reste, n o u s finirons bien par n o u s acclim a t e r , et les Mélanésiens par s'adoucir. C e p e n d a n t je puis dire q u e la douleur est m a nourriture, et q u e m e s jours se passent d a n s les gémissements. Mais aussi je sais quel est Celui qui m'a e n v o y é , et en qui j'ai mis m a confiance: il est assez puissant p o u r rappeler des o m b r e s d e la m o r t ceux q u e sa m a i n y a conduits, p o u r ranim e r des ossements arides, p o u r faire arriver a u ternie le plus glorieux, ce qui d'abord n'est rien. A h ! q u a n d je la considère avec les y e u x d e la foi, j'espère tout p o u r notre Mission. « D a n s cette pensée je m e sens bien résolu, avec la grâce de D i e u , à m e sacrifier m o i - m ê m e , s'il le faut, p o u r le salut des innombrables peuples qui m e sont confiés. N o u s leur devons d'autant plus de sollicitude, notre zèle p o u r e u x doit être d'autant plus actif, qu'ils semblent plus indignes d u b o n h e u r q u e n o u s v e n o n s leur offrir, et m o i n s capables d e le c o m p r e n d r e . « Cette m ê m e pensée soutiendra aussi votre charité pour nous. Elle a été jusqu'ici d'une générosité sans bornes. Si nos désastres n o u s ont e m p ê c h é s d'en tirer le parti q u e n o u s aurions v o u l u , q u e nos m a l h e u r s n e n o u s soient pas d o u b l e m e n t funestes, ce qui arriverait s'ils n o u s occasionnaient u n e diminution dans vos libéralités ! « J'ai l'honneur d'être avec u n e parfaite considération, « Messieurs, « Votre très-humble serviteur , « T JEAN , Évêque d'Antiphelles , « Vicaire Apost. de la Mélanésie et de la Micronésie.»

L y o n , I m p r . de

J.-B.

PÉLAGAUD.


385

MISSIONS DE LA CHINE A U X XVII

e

E T XVIII

e

SIÈCLES.

DEUXIÈME PARTIE (1).

N o u s louchons à la plus brillante é p o q u e des Missions. C'était le t e m p s o ù l'hérésie protestante, fière des lamb e a u x qu'elle avait arrachés à l'Unité chrétienne e n E u r o p e, sonnait déjà les funérailles d u catholicisme. Et par u n contraste qui n'est pas n o u v e a u d a n s nossaintes annales, c'est alors aussi qu'on vit l'Eglise, e m brassant le m o n d e entier dans son rapide essor, pénétrer à la fois dans les A n d e s et au J a p o n , envoyer ses représentants et ses défenseurs a u Thibet et e n Scandinavie, triompher partout sur celte scène illimitée, et répondre de tous les coins d u globe, à l'insulte d e ceux qui prophétisaient sa m o r t , par le bulletin d e ses fabuleuses conquêtes. L a C h i n e fut u n e des dernières à prendre place dans ce majestueux e n s e m b l e des Missions, sans doute parce

(1) Voir pour la première partie, le N° de juillet 1 8 4 8 . TOM. xx. 1 2 1 . N O V E M B R E 1 8 4 8 .

17


386 q u e d e v a n t être la plus belle entre ses s œ u r s , D i e u la réservait p o u r les c o u r o n n e r toutes. C e p e n d a n t la croix, poussée par la P r o v i d e n c e à la r e c h e r c h e d e ses b o r d s lointains, s'enfonçait d e jour e n jour vers l'Orient, e n touchant à tous les rivages p o u r les civiliser o u les bénir. D e l'Amérique, o ù la foi avait fait d e tels progrès q u e , d a n s l'espace d e q u a r a n t e ans, il s'y était f o n d é j u s qu'à six mille m o n a s t è r e s et six cents é v ê c h é s , l'Evangile avait jeté, e n passant, sur le littoral africain c o m m e u n réseau d'apôtres : les Trinitaires a u x Etats barbaresq u e s , les C a p u c i n s d a n s la S é n é g a m b i e et a u C o n g o , les D o m i n i c a i n s à M o z a m b i q u e et à M a d a g a s c a r , les Jésuites a u M o n o m o t a p a , e n Ethiopie et d a n s les régions d u c e n t r e , inexplorées d e p u i s , et qui ont g a r d é le secret d e leurs travaux et d e leur t o m b e . U n pas de plus, et la foi t o u c h e a u x Indes Orientales. Elle y a b o r d e avec ces hardis Portugais qui s'en allant conquérir a u loin des e m p i r e s à leurs rois et d e s â m e s à leur D i e u , voulaient q u e la croix suivit partout l'épée p o u r guérir ses blessures. Trois cent mille Indiens convertis sont l'affaire d e q u e l q u e s a n n é e s et l'œuvre d e quelques h o m m e s . D e G o a , s u r n o m m é e alors la R o m e des I n d e s , partent d a n s toutes les directions d e s Religieux d e tous les O r d r e s . Ils arrivent presqu'en m ê m e t e m p s à L a h o r e c h e z le K h a n d e s M o n g o l s ; à Lassa d o n t le Pontife a d o r é trône sur u n autel ; à Manille qui comptera bientôt un million de néophytes; au Japon , cette terre de l'héroïsme chrétien , où la moisson avait g e r m é si a b o n d a n t e qu'il fallut q u a r a n t e a n s p o u r l'abattre, b i e n q u ' o n fit e n u n e seule a n n é e plus d e vingt cinq raille m a r t y r s ; à la C h i n e enfin qui hérite d u dernier soupir d e F. X a v i e r , m o u r a n t e n v u e d e ses côtes et à la veille d e sa c o n q u ê t e , c o m m e M o ï s e a u b o r d d e la T e r r e p r o m i s e .


387 Il est donc p e u d e contrées qui n'aient e n t e n d u , à celte é p o q u e , la voix des Missionnaires. « M e r s , tempêtes, « glaces d u pôle, ardeurs d u tropique, n e les arrêtent « pas ; ils vivent avec l'Esquimau sur les outres d e veau « m a r i n ; ils se nourrissent d'huile d e baleine avec le « Groënlandais ; ils franchissent avec le Tartare et l'Iro« quois d'immenses solitudes, m o n t e n t sur le d r o m a « daire d e l'Arabe, suivent le Caffre errant a u milieu « d e ses déserts brûlants ; le Chinois, le Japonais, « l'Indien deviennent leurs néophytes ; il n'est point « d'île, point de rocher de l'Océan qui échappent à leur « zèle; et d e m ê m e q u e jadis les r o y a u m e s m a n q u a i e n t « à l'ambition d'Alexandre, la terre m a n q u e à leur « charité (1).

N o u s avons déjà vu qu'une lueur passagère d u christianisme avait brillé p a r m i les Chinois a u VII et a u X I V siècle. Mais il paraît qu'elle s'y était c o m p l è t e m e n t éteinte, lorsque R o m e , attentive à porter la foi dans les contrées nouvellement découvertes, à s e m e r la vérité o ù des m a r c h a n d s se donnaient tant d e peine à établir des comptoirs, tourna ses regards vers l'Empire d u Milieu. St. François Xavier, toujours à l'avant-garde des Missions, s'était jeté le premier d a n s celte nouvelle carrière, espérant y trouver le berceau des doctrines qu'il combattait e n Orient. M o r t avant d e toucher a u but, il l'avait d u m o i n s indiqué à ses confrères. C e u x ci arrivent bientôt sur ses traces, et après s'être reposés e

(1) C h a t e a u b r i a n d , Génie

du

Christianisme

e


388 le t e m p s nécessaire, p e u r planter u n e croix sur sa t o m b e , ils poursuivent à la hâte leur route vers C a n t o n . Mais c o m m e n t franchir les barrières q u ' u n e défiance jalouse o p p o s e a u x étrangers ? c o m m e n t pénétrer d a n s u n e m pire q u e les indigènes gardent c o m m e u n e citadelle? L e s p r e m i è r e s tentatives restent sans succès. E n 1 5 5 6 , le D o m i n i c a i n G a s p a r d d e la C r u z m e t le pied sur cette terre, p o u r e n être aussitôt exilé ; e n 1 5 8 1 les P P . Ruggieri et P a s i o , Jésuites, s'y introduisent à leur tour et préparent les voies a u P. Matthieu Ricci qui , u n a n a p r è s , y plante enfin la croix. * Versé clans les m a t h é m a t i q u e s , et c o m p r e n a n t le génie des C h i n o i s , la nation la plus vaniteuse d e l'univers, Ricci p r é l u d a par la science profane à s o n enseig n e m e n t religieux, il abrita le Missionnaire sous le m a n t e a u d u docteur. P a r ses d é m o n s t r a t i o n s astronom i q u e s, il capta l'estime des M a n d a r i n s , d o n t il gagnait aussi la confiance par ses services. C e s lettrés s'imaginaient q u e la terre était carrée; et q u e la C h i n e e n occupait la plus g r a n d e partie ; le reste d u globe n'apparaissait à leurs y e u x q u e c o m m e des points d e p e u d ' i m p o r t a n c e , destinés tout a u plus à faire ressortir la g r a n d e u r d e leur partie. S a n s blesser u n pareil orgueil, Ricci se m i t e n devoir d e rectifier leur c r o y a n c e , et c o m posa u n e m a p p e m o n d e qui n'offensa ni leur a m o u r prop r e ni la vérité. L'admiration qu'excitaient ses connaisances p h y s i q u e s , disposait les c œ u r s à recevoir ses doctrines m o r a l e s : d e l'intelligence des lois d e la nature, ses disciples s'élevaient avec lui à la r e c h e r c h e d e leur a u t e u r ; il les mettait ainsi d a n s le c h e m i n d e la vérité, sans leur dire q u e c'était celui d u ciel. C e p e n d a n t Ricci, q u o i q u e déjà e n t o u r é d e n o m b r e u x c a t é c h u m è n e s , pensait q u e p o u r arriver jusqu'à l'oreille des m a s s e s , la Religion devait passer p a r le c œ u r d e s


389 grands; c'était ¡ selon lui, le seul m o y e n de la populariser dans u n pays o ù le suffrage d u prince est l'unique règle des sujets. Après plusieurs essais infructueux, il résolut d e tenter u n dernier effort p o u r s'introduire à la cour. Les négociants portugais d e M a c a o et d e G o a mirent à sa disposition les riches étoffes, les instruments d'astronomie, les curiosités européennes qu'il se proposait d'offrir à l'empereur, et il partit. L a cupidité d'un gouverneur d e province seconda sans le vouloir ses projets. C e M a n d a r i n avait confisqué les présents destinés à Van-lié, p o u r s'en faire h o n n e u r auprès d u m o n a r q u e , et il avait a n n o n c é à Pekin qu'un étranger, arrêté sur son territoire, possédait u n e cloche qui sonnait d'elle-même : le Chinois définissait ainsi u n e horloge. L e fait parut inexplicable à Van-lié, il d o n n a des ordres pour q u e l'étranger fut i m m é d i a t e m e n t transféré à sa cour. Ricci y arriva vers la fin d e juillet 1 G 0 0 . L'empereur l'accueillit avec bienveillance, il reçut ses présents, ilfitconstruire u n e tour p o u r placer l'horloge dont c h a c u n admirait le m é c a n i s m e ; il exposa dans ses appartements d e u x tableaux d u Sauveur et de la Vierge; puis il accorda a u Jésuite la faculté d e pénétrer dans l'intérieur d u palais, ouvert seulement aux grands officiers d e la c o u r o n n e (1). Il y avait dix-sept ans q u e le Père était entré dans ce r o y a u m e , dix-sept ans c o n s u m é s dans u n e laborieuse attente d u jour o ù il lui serait permis d'être enfin Missionnaire. C e jour était venu. Ricci pouvait annoncer l'Evangile aux doctes et à la multitude. Toutes les classes répondirent à son appel. L a moisson qu'il avait différé de cueillir, n'en était q u e plus m û r e , et elle fut i m m e n s e .

(1) Histoire

de la Compagnie

de Jésus,

par Crétineau-Joly.


390

P a r m i les grands dignitaires d e l'état, il eut entre autres disciples, Li qui fut le plus célèbre M a n d a r i n d e ce siècle, et Paul Siu dont le n o m est aussi illustre dans les annales d e l'Empire q u e d a n s celles d e la Religion. L a conversion d e P a u l Siu, qui fut plus tard C o l a o , o u premier ministre d e la C h i n e , est regardée c o m m e le plus b e a u fleuron d e la c o u r o n n e d e Ricci. E n c o r e simple c a t é c h u m è n e , Paul se faisait déjà apôtre, et il amenait p o u r premières conquêtes, à son maître vénéré tous les m e m b r e s d e sa famille. Sa petite-fille, n o m m é e C a n dide, hérita d e son zèle et d e sa vertu; n o n contente d e vouer sa viduité a u Seigneur et u n e partie d e son i m m e n s e fortune a u x indigents, elle fit construire à ses frais plusieurs églises, i m p r i m e r en Chinois b e a u c o u p d'ouvrages pieux, et élever dans le christianisme u n e multitude d'enfants trouvés. L ' e m p e r e u r qui admirait son innocence et sa charité, lui conféra par u n décret le titre d e femme vertueuse, en joignant à cette distinction u n habillement magnifique. Elle s'en revêtit p o u r l'anniversaire d e sa naissance, après quoi elle e n détacha p e u à p e u l'argent et les perles p o u r les e m p l o y e r a u soulagement des pauvres. L e peuple voulut à son tour connaître u n e Religion q u e ses M a n d a r i n s se faisaient u n e gloire d e professer. Partout il se pressait a u x discours des maîtres chrétiens. Ricci à la capitale, P a u l Siu à N a n k i n et à C h a n g - h a i , les Pères C a t a n e o , Pantoya et Longobardi à C a n t o n et d a n s d'autres cités importantes, lui distribuaient le pain d e vie, qu'il dévorait toujours avec u n e nouvelle avidité. S a docilité à recevoir l'Evangile fut telle, q u e , par u n caprice d'orgueil tout chinois, certains lettrés se plaignirent qu'on prêchât a u x m a s s e s u n e loi réservée, selon e u x , a u x savants et a u x chefs d u r o y a u m e , E n c o r e sous


391 l'empire des préjugés nationaux, q u e la foi n'avait p u entièrement déraciner, ils regardaient la vérité c o m m e u n privilège d e leur caste, le b a p t ê m e c o m m e leur m o n o p o l e , et il fallut toute l'autorité d e Ricci p o u r leur faire accepter l'égalité devant la croix. Cette autorité, d u reste, était si grande q u e d a n s la capitale et a u fond des provinces, les Chinois c o m paraient le Jésuite étranger à leur Confucius. Mais qu'était la gloire p o u r u n h o m m e qui touchait a u seuil d e l'éternité ! Il n'ambitionnait plus qu'une c h o s e , c'était d'affermir l'œuvre si péniblement é b a u c h é e par trente ans de patience et d'efforts. D a n s ce but u n noviciat fut établi à P é k i n ; il y reçut les jeunes n é o p h y t e s , qu'il forma l u i - m ê m e à la pratique des vertus et à l'étude des sciences. La m o r t le surprit a u milieu d e ces travaux; il expira e n 1 6 1 0 , laissant a u x Chinois le souvenir d'un h o m m e qu'ils respectent encore, et a u x ouvriers apostoliques le m o d è l e d'un saint et habile Missionnaire. Les funérailles de Ricci, le premier étranger qui obtint cet h o n n e u r à la capitale, furent aussi solennelles q u e le deuil était profond. Les Mandarins et le peuple accoururent dans u n e douloureuse admiration saluer les restes mortels d u P è r e ; puis, escorté par les chrétiens q u e précédait la croix, le corps fut d é p o s é , selon l'ordre d e l'empereur , d a n s u n temple q u e l'on consacra a u vrai Dieu. P e u de t e m p s après, des révolutions politiques m e n a cent la dynastie T a m i n g i e n n e , sans arrêter les progrès d e la foi. Toujours fidèle à sa mission conciliatrice, la Religion se jette entre les d e u x c a m p s : a u m a l h e u r elle porte ses consolations et ses divines espérances; a u x Barbares victorieux elle parle d e c l é m e n c e et d e fraternité. V o y o n s d'abord ce qu'elle fit en faveur des vaincus.


392 L'empereur Jun-Lié n e possédait plus, a u midi d e la C h i n e , q u e quelques l a m b e a u x d e l'héritage d e ses ancêtres. S'il trouve encore, dans ses revers, d'habiles et dévoués défenseurs, ce sont d e u x chrétiens, T h o m a s C h e u et L u c C i n , qui relèvent u n instant sa c o u r o n n e prête à t o m b e r p o u r toujours. Si la fraction d u peuple restée fidèle à ses anciens maîtres, veut s'ensevelir avec e u x sous les ruines d e la m o n a r c h i e , c o m m e à HaiF o u n g - F o u , les Missionnaires refusent d'abandonner leur troupeau, et périssent avec trois cent mille habitants. Mais c'est e n vain q u e Jun-Lié dispute son e m p i r e et sa vie a u x Tartares. L e m a l h e u r m o n t e d e jour en jour vers son trône, et la foi s'en rapproche avec le malh e u r . Les princesses, déjà éprouvées par l'exil, cherchent d a n s la Religion u n refuge contre tant d e disgrâces; le P. Coffler les instruit d e nos d o g m e s consolateurs, et elles d e m a n d e n t a u b a p t ê m e des titres q u e l'épée n'efface pas. L'impératrice avait choisi le n o m d'Hélène; p e u d'années après, e n 1 6 5 0 , elle d o n n a le jour à u n fils, q u i , d e l'assentiment d e l'empereur, fut baptisé sous le n o m d e Constantin. C e jeune enfant n e devait régner qu'au ciel. Il n e tarda p a s à être égorgé avec son père vaincu, et Hélène captive fut conduite à P é k i n , o ù le tartare C h u n - C h i o r d o n n a d e la traiter en impératrice. Elle avait p e r d u son é p o u x , son fils et sa c o u r o n n e ; il n e lui restait q u e sa piété; la Religion la consola d e tous ces désastres. D a n s le c a m p des vainqueurs le christianisme n'était pas m o i n s h o n o r é . L e s Missionnaires r é p a n d u s d a n s les provinces y avaient élevé u n grand n o m b r e d'églises; C h u n - C h i m a n d a à ses généraux d e respecter partout les docteurs d e la loi divine v e n u s d u g r a n d Occident. L u i - m ê m e e n donnait l'exemple par les distinctions qu'il prodiguait a u P. A d a m Schall, successeur de


393 Ricci et presqu'aussi célèbre que ce fondateur de la Mission chinoise. N o n content de lui conférer le titre de M a n d a r i n , il en fit le président du tribunal des Mathématiques, il lui i m p o s a m ê m e le n o m de Mafa, qui répond à celui de P è r e , et le laissa e n m o u r a n t p o u r précepteur a u jeune Kang-hi, l'héritier de sa couronne. A d a m Schall profita de son crédit pour obtenir q u e l'Evangile fut librement prêché d a n s l'empire : aussi r de 1 6 5 0 à 1 6 6 4 , e n 1 4 a n s , cent mille Chinois reçurent-ils le b a p t ê m e . A d a m Schall, d a n s le t e m p s m ê m e de sa plus grandfaveur, n'avait pas s u s p e n d u l'exercice de son apostolat, S o n zèle était si généreux, qu'un jour, pour confessee d e u x c o n d a m n é s à mort, il se déguisa en charbonnier, et, sous u n prétexte q u e lui suggérait la rigueur d e l'hiver, il entra d a n s la prison, le sac sur le d o s , c o m m e p o u r vendre la charge d'un pauvre mercenaire. S o u s l'humble habit d u portefaix, les d e u x captifs reconnurent bientôt le favori d e l'empereur et le ministre de Jésus-Christ; ils tombèrent à ses g e n o u x et lui firent goûter, a u milieu d e leurs larmes et d e leurs fers, u n e d e ces joies q u e la cour n e sait pas donner. Les Jésuites n'étaient pas seuls occupés à u n labeur sl fécond. Outre les Franciscains, qui avaient déjà baptisé à C a n t o n près d e quatre mille néophytes, les D o minicains, à cette é p o q u e, comptaient e n C h i n e d e n o m b r e u x Missionnaires et d'illustres martyrs; ils avaient, en 1 8 6 5 , onze résidences, vingt églises, et environ dix mille chrétiens dans les trois provinces d u Fo-Kien, d u T c h e - K i a n g et d u K a n - T u n g . L e sang d'un frère Prêcheur avait été le premier gage d e ces rapides succès. F e r n a n d e z d e Capillas, espag n o l , était entré e n C h i n e l'an 1 6 4 2 . P o u r lui, les ressources h u m a i n e s n e faisaient point cortége à son


394 apostolat. P a u v r e m e n t vêtu, il parcourait à pied les c a m p a g n e s , sans autre bagage q u e son Bréviaire, sans autre appui q u e la vertu d e la croix. U n grand n o m b r e d'infidèles convertis, d'apostats réconciliés à l'Eglise, d e vierges consacrées à D i e u , la b o n n e o d e u r d e Jésus-Christ r é p a n d u e d e tout côté par ses fervents disciples, attestèrent q u e le Seigneur bénissait sa mission. Il la continuait avec c o u r a g e , lorsque les M a n d a r i n s , secrètement irrités par les calomnies des B o n z e s , l'arrêtèrent dans les environs d e F o - G a n ( 1 6 4 7 ) . Les actes d e son martyre n o u s ont conservé d e lui u n e belle réponse à ses juges. O n lui d e m a n d a i t qui l'avait nourri et logé pendant ses courses apostoliques. « Je n'ai, dit« il, d'autre m a i s o n q u e le m o n d e , d'autre lit q u e la « terre, d'autres provisions q u e ce q u e la Providence « m'envoie c h a q u e jour, d'autre objet q u e d e travailler « et d e souffrir p o u r la gloire d e Jésus-Christ et p o u r le « b o n h e u r éternel d e c e u x qui croient e n son N o m . » Battu d e verges et chargé d e c h a î n e s , le confesseur fut replongé dans s o n cachot. L à e n c o r e , la vérité n e fut pas captive. T o u s c e u x qui eurent la liberté d e le visiter e n prison, chrétiens et idolâtres, éprouvèrent ce q u e peut la parole d u salut d a n s la b o u c h e d'un martyr. S o n sacrifice fut c o n s o m m é , le 15 janvier 1 6 4 8 , sous les y e u x d'un p e u p l e i m m e n s e . Rien n e m a n q u a à la gloire et a u x fruits d'une si sainte m o r t . L e s païens la contemplèrent avec admiration; les néophytes retrempèrent leur cour age à l'héroïsme d e leur maître ; à M a c a o , a u x Philippines et e n Espag n e , sa patrie, la nouvelle d e cet é v é n e m e n t fut saluée c o m m e l'annonce d'une victoire, et o n e n rendit à D i e u d e solennelles actions d e grâces. Si le sang des martyrs est u n e c e m e n c e d e chrétiens, le sang des Missionnaires est encore plus u n e


395 s e m e n c e d'apôtres. Plusieurs Dominicains accourent prendre la place d e Capillas, avides d e partager le sort d e leur confrère. P a r m i eux se trouvait Pierre d'Alcala, né à G r e n a d e et élevé, sur la fin de sa carrière, à la dignité d e Vicaire Apostolique d u Tche-Kiang. Les traits édifiants abondent dans sa vie. E n voici u n qui signala ses premiers débuts. Il venait d e débarquer à l'île F o r m o s e , située à trente-quatre lieues d e la province d u Fo-Kien, et, en attendant u n e occasion p o u r passer e n C h i n e , il prodiguait a u x indigènes les efforts de son zèle et d e sa charité. U n j o u r , il rencontra sur sa route u n échafaud très-élevé, o ù trois c o n d a m nés chinois, attachés avec d e gros clous qui leur perçaient les pieds, les m a i n s et les bras, jetaient des cris affreux. Ils subissaient depuis plusieurs jours ce supplice, qui leur faisait épuiser lentement toutes les douleurs d e la m o r t ; et les idolâtres, groupés autour de ces m a l h e u r e u x , n e s'emblaient s'y réunir q u e pour insulter à leur désespoir. Pierre d'Alcala, n e prenant conseil q u e d e son c œ u r , m o n t e hardiment sur l'échafaud, m ê l e ses larmes à celles des trois suppliciés, et après avoir adouci leurs angoisses par ces témoignages d'une tendre compassion, leur parle d u Sauveur, cloué, lui aussi, et pour e u x , sur u n e croix; puis leur prom e t le p a r d o n , le b o n h e u r , si, repentant de leurs péchés, ils m e u r e n t résignés et chrétiens. L a grâce, qui faisait parler le Missionnaire, prépara le c œ u r des trois Chinois, ils d e m a n d è r e n t h u m b l e m e n t le b a p t ê m e , et le reçurent avant d'expirer. Tel était le zèle des Missionnaires e n C h i n e ; tels étaient les succès des Religieux de différents O r d r e s , Franciscains, D o m i n i c a i n s , Jésuites, lorsque s'éleva entre eux cette controverse regrettable q u i , plaidée pendant u n siècle à la cour d e l'empereur et au tri-


396 bunal d u Saint-Siège, usa e n guerres intestines, des caractères, des talents, des vertus et u n e activité a u délà de ce qu'il e n fallait peut-être p o u r convertir l'empire chinois. Sans cloute les questions débattues étaient épineuses et délicates, les intentions aussi étaient pures ; m a i s le conflit n'en fut pas m o i n s désastreux p o u r u n e Eglise naissante, qu'il frappa au c œ u r . L e débat portait sur trois points principaux : fallaitil permettre d e rendre à Confucius des h o m m a g e s ayant force d e loi, et dont l'apparence trahissait u n culte? Devait-on tolérer certaines cérémonies e n l'honn e u r des ancêtres ? Pouvait-on se servir d u m o t chinois Tien (ciel) p o u r e x p r i m e r l'idée d e D i e u ? Les J é suites affirmaient, les Dominicains et les Cordeliers niaient. Disons tout d e suite, p o u r n'avoir plus à revenir sur u n e controverse qui agita trop l o n g t e m p s l'Eglise, q u e Benoît X I V , en 1744, la résolut dans le sens des Dominicains. D e v a n t u n e autorité qui a droit d e faire incliner toutes les intelligences, c h a c u n se soumit. U n e obéissance sans restriction à l'arrêt d u Pontife, u n a n i m e et sans exception d u côté des Missionaires, consola l'Eglise d u m a l h e u r qu'avaient e u ses enfants les plus d é v o u é s d e n e pas s'entendre plus tôt. Ils avaient été sur le point d e le faire pendant la minorité d e K a n g - h i , car u n e violente persécution suscitée par le fanatisme des B o n z e s , avait alors c o n f o n d u d a n s les m ê m e s chaînes les théologiens des d e u x c a m p s . L e P. Navarette, savant D o m i n i c a i n , qui refusa plu s tard par modestie d'accepter la direction générale d e toutes les Missions e n C h i n e , s'y trouvait réuni, avec d e u x Religieux d e son O r d r e et u n Franciscain, à dix-neuf Jésuites, ayant à leur tête les P P . Schall et Verbiest. L a c o m m u n a u t é d e souffrances rap-


397 procha dans u n e pensée d e paix des h o m m e s qui se voyaient à la veille d e m ê l e r leur sang sur le m ê m e échafaud. S'ils n e purent se décider à faire le sacrifice d e ce qu'ils croyaient la vérité, ils montrèrent, d u m o i n s , par d'héroïques d é v o u e m e n t s , qu'ils étaient prêts à d o n n e r leur vie les u n s p o u r les autres, et q u e l'opposition des j u g e m e n t s n'avait point altéré la charité dans les c œ u r s . L e P. Navarette s'était é c h a p p é d e la prison c o m m u n e ; son évasion allait être r e m a r q u é e , elle pouvait exciter la colère des Mandarins contre ceux qui restaient dans les fers : le Jésuite Grimaldi vint spontanément prendre la place d u D o m i n i c a i n , afin de compléter le n o m b r e des captifs. A d a m Schall trouva à son tour la m ê m e générosité dans u n autre d e ses confrères. C o m m e il passait à juste titre pour la colonne d e l'Eglise chinoise, les bonzes voulaient, e n le frappant, détruire d'un seul coup les espérances des chrétiens, dont le n o m b r e s'accroissait sans cesse. Après l'avoir traîné pendant n e u f m o i s d e tribunaux e n tribunaux, le c o u chargé d e la c a n g u e , o n le c o n d a m n a à être étranglé, et son cadavre c o u p é e n dix mille morceaux. Mais le P . Ferdinant Verbiest, s'oubliant pour celui qu'il regardait c o m m e son maître, prit, a u péril d e sa vie, la défense d u vénérable Missionnaire; il attendrit les magistrats et la foule a u souvenir d e ses services et d e ses vertus; le peuple lui m ê m e implora la grâce d u vieillard, qui p u t expirer e n liberté, après 4 4 ans d'apostolat. T o u s les autres Religieux étrangers, à l'exception d e quatre Jésuites retenus à la cour, n o n c o m m e prêtres, mais c o m m e savants, furent exilés à C a n t o n , a u n o m bre d e vingt-cinq. Vingt et u n étaient enfants d e S. Ign a c e , trois d e S. D o m i n i q u e , u n d e S. François. C'étaient cent soixante et quinze Eglises privées de leurs


398 pasteurs. Elles se répartissaient ainsi entre les Ordres déjà n o m m é s : trois appartenaient a u x Franciscains, vingt et u n e a u x frères P r ê c h e u r s , et cent cinquante et u n e a u x Jésuites. C'est alors surtout qu'on comprit toute l'importance d'un clergé indigène. T a n d i s q u e , relégués à C a n t o n , o u gardés à vue à P é k i n , les Missionnaires européens n e pouvaient q u e lever les m a i n s a u ciel e n faveur d e leurs néophytes persécutés, u n prêtre chinois, le Dominicain L o p e z suppléa presque seul à l'absence d e ses maîtres. S o u s l'habit national, cet h o m m e apostoliq u e parcourut avec u n zèle infatigable les chrétientés e n péril, consolant les Eglises a b a n d o n n é e s , soutenant les faibles d a n s la foi, relevant les apostats d e leur c h u t e , et faisant partout d e nouvelles conquêtes. P e n d a n t trente m o i s qu'il mit à visiter ainsi dix grandes provinces, plus d e d e u x mille cinq cents idolâtres, arrachés par lui à leurs erreurs, reçurent le b a p t ê m e d e sa m a i n . Tel était l'éclat d e sa sainteté, q u e les païens e u x - m ê m e s , témoins des prodiges qu'il opérait par la seule invocation d u N o m d e Jésus, respectaient e n lui la puissance d'un a m i d e D i e u ; les fidèles le considéraient c o m m e leur père; les Missionnaires d e tous les O r d r e s , et il s'en trouvait p e u à qui L o p e z n'eut r e n d u quelque service particulier, s'honoraient d e sa connaissance ; e n u n m o t le D o m i n i cain chinois était e n estime et en vénération, non-seulem e n t dans sa patrie, m a i s encore les r o y a u m e s voisins, et jusqu'à R o m e o ù son n o m fut présenté par des suffrages u n a n i m e s p o u r le Vicariat Apostolique d e N a n k i n . Innocent X I le contraignit, e n 1 6 7 9 , à accepter u n poste q u e sa modestie avait déjà u n e fois refusé; il l'occupa, avec le m ê m e zèle et les m ê m e s succès, p e n d a n t les six dernières années de sa vie. S a m o r t , arrivée en 1 6 8 7 , fut u n deuil général p o u r l'Eglise chinoise, dont il a été le premier Evêque et le plus bel ornement,


399 Les derniers regards d e L o p e z avaient p u saluer le retour de la paix p a r m i les chrétiens. La majorité d e Kang-hi venait d e rendre a u x confesseurs la liberté, et a u x Jésuites plus d e pouvoir q u e jamais. S o u s u n prince qui avait le désir et la force de faire règner la justice d a n s ses vastes états, les Missionnaires eurent bientôt repris dans les provinces l'ascendant q u e l'exil, la prison o u la m o r t leur avaient fait perdre. Ils relevèrent leurs églises ; ils rassemblèrent leurs néophytes dispersés; puis, à l'abri d u sceptre impérial, ils poursuivirent leur apostolat c o m m e si rien ne pouvait plus l'interrompre. A u P. Verbiest, d e la C o m p a g n i e de Jésus, revient la principale part dans cet h e u r e u x é v é n e m e n t . L e jeune e m p e r e u r avait fait appel à ses lumières p o u r redresser les erreurs d u calendrier chinois. S o n habileté fut aussitôt reconnue q u e mise à l'épreuve. D è s lors sa faveur auprès d u prince n e fit q u e grandir avec ses services. L a Religion en recueillit le bienfait. E n 1 6 6 9 le savant Jésuite avait déjà obtenu u n premier édit favorable aux Missions, et à l'ombre de cette tolérance officielle, plusieurs Chinois de distinction, p a r m i lesquels o n remarquait u n oncle maternel d e K a n g - h i , reçurent le baptême. Verbiest se créa bientôt d e n o u v e a u x titres à la reconnaissance d u souverain. C h a r g é d e diriger la fonte d'un grand n o m b r e d e c a n o n s , il fut assez heureux pour pouvoir offrir à l'empereur u n pare de trois cents pièces; et c'est u n e singularité assez r e m a r q u a b l e , q u e la meilleure artillerie q u e les Chinois aient posséd é e , soit d u e a u talent de quelques Jésuites. Kang-hi, après avoir v u à l'essai ces nouvelles batteries, se dépouilla de son c o s t u m e impérial, qu'il d o n n a au P. Verbiest c o m m e u n témoignage d e sa satisfaction. L ' h o m m e d e Dieu n'acceptait ces h o n n e u r s q u e pour en faire une


400 protection a u x chrétiens et u n sauf-conduit à d e n o u veaux Missionnaires. D e jour en jour il voyait la moisson blanchir sous ses y e u x ; m a i s les bras m a n q u a i e n t pour la cueillir; il d e m a n d a a u Souverain Pontife q u e d'autres Religieux vinssent l'aider à lever la récolte féc o n d é e par ses sueurs. A son appel secoururent des D o minicains, des Franciscains, des Augustins, m ê l é s à des Jésuites, et suivis bientôt par des prêtres d e SuintLazare et des Missions-étrangères. À la tête d e ces derniers apôtres figurait M g r . Pallu, évêque d'Héliopolis, qui, repoussé des rivages d u T o n g K i n g par la persécution, et jeté par la t e m p ê t e sur les côtes d e Manille, o ù la politique o m b r a g e u s e d e l'Esp a g n e lui avait d o n n é des fers, était r e v e n u a u pied d u Saint-Siége appeler sur ses vastes projets d e nouvelles bénédictions. Lorsqu'au sortir d e R o m e le prélat missionnaire parut e n F r a n c e , il y produisit cette impression profonde dont o n retrouve les traces dans le b e a u discours d e Fénélon sur l'Epiphanie : « N o u s « l'avons v u , cet h o m m e simple et m a g n a n i m e , qui « revenait tranquillement d e faire le tour d u globe « terrestre. N o u s avons v u cette vieillesse prématurée « et si touchante, ce corps vénérable, courbé n o n « sous le poids des a n n é e s , m a i s sous celui d e ses « pénitences et d e ses travaux, et il semblait n o u s « dire à tous, a u milieu desquels il passait sa vie, à « n o u s tous qui n e pouvions n o u s rassasier d e le voir, « d e l'entendre, d e le bénir, d e goûter l'onction et d e « sentir la b o n n e o d e u r d e Jésus-Christ qui était en « lui, il semblait n o u s dire : « Maintenant m e voilà, « je sais q u e vous n e verrez plus m a face. » N o u s l'a« vons v u qui venait d e m e s u r e r la terre entière ; mais « son c œ u r , plus g r a n d q u e le m o n d e , était encore « d a n s ces contrées si éloignées. L'Esprit l'appelait à la


401 « « « « « « « « « « « « « «

Chine, et l'Evangile, qu'il devait à ce vaste empire, était c o m m e u n feu dévorant au milieu d e ses e n trailles, qu'il ne pouvait plus retenir. Allez d o n c , saint vieillard! Traversez encore u n e fois l'Océan étonné et s o u m i s ; allez, a u n o m d e D i e u . V o u s verrez la terre p r o m i s e ; il vous sera d o n n é d'y entrer, parce q u e vous avez espéré contre l'espérance m ê m e . L a tempête qui devait causer le naufrage, vous jettera sur le rivage desiré. P e n d a n t huit m o i s , votre voix m o u r a n t e fera retentir les bords de la C h i n e d u n o m de Jésus-Christ. 0 m o r t précipitée ! ô vie précieuse qui devait durer plus longtemps ! 0 douces espérances tristement enlevées! Mais adorons D i e u , taisons-nous. »

L a m o r t attendait, e n effet, M g r Pallu à son arrivée en Chine. Il expira victime d e son zèle, e n 1 6 8 3 , n'ayant eu q u e le t e m p s d e léguer à M g r Maigrot ses pouvoirs d'Administrateur Apostolique d e l'empire et ses n o u v e a u x plans d'organisation. L'ère féconde qu'il était v e n u inaugurer, au n o m d u St-Siége, consistait à favoriser le développement successif des Missions particulières, en d o n n a n t à c h a c u n e d'elles des chefs indépendants, à substituer à la vie d'emprunt dans ces Eglises, celle qu'on les habituerait à puiser en ellesm ê m e s , d e telle sorte qu'alimentées par le sacerdoce national, elles pussent, e n cas de m o r t o u d'exil des Missionnaires, survivre à leurs fondateurs étrangers. Ainsi furent érigés, en 1 6 8 8 , les d e u x évêchés de Pékin et d e N a n k i n , et presque en m ê m e t e m p s les Vicariats Apostoliques d u F o - K i e n , d u Sse tchouan, d u Y u n - n a m et d u Kouei-tcheou. Restait encore à briser les entraves légales q u e certains édits antérieurs avaient imposées à cette Eglise naissante. H o n o r é e à la cour o ù elle tenait le sceptre


402 d e la science, h a u t e m e n t professée dans les prétoires et dans les c a m p s par les chefs d e la justice et d e l'armée, bénie par trois cent mille néophytes, depuis les îles T s o n - m i n g et F o r m o s e jusqu'aux m o n tagnes reculées d u Chen-si et a u x plaines d e la Tartarie, servie à la fois par le d é v o u e m e n t d e ses prêtres indigènes et l'habileté d e ses Missionnaires européens, elle n'éprouvait pas m o i n s les attaques isolées, les vexations cupides o u jalouses d e certains petits tyrans d e province. Les Jésuites essayèrent d'y mettre u n t e r m e , et ils eurent le b o n h e u r d e réussir m ê m e au-delà d e leurs espérances. C e fut le P. Gerbillon qui obtint d u tribunal des rites, la célèbre déclaration d e 1 6 9 2 , à laquelle la sanction d e Kang-hi d o n n a force d e loi. N o u s transcrivons e n entier ce précieux d o c u m e n t . « « « « « « « « « « « « « « « « « «

« M o i , votre sujet Coupoutaï, premier président d e la cour souveraine des rites, et chef d e plusieurs autres tribunaux, je présente avec respect cette déclaration à votre Majesté, p o u r obéir à ses ordres e n toute soumission. N o u s avons délibéré, m o i et m e s assesseurs, sur l'affaire qu'elle n o u s a c o m m u n i q u é e , et n o u s avons trouvé q u e ces E u r o p é e n s ont traversé d e vastes m e r s , et sont v e n u s des extrémités d e la terre, attirés par votre haute sagesse, et par cette incomparable vertu qui c h a r m e tous les peuples, et qui les retient d a n s le devoir. Ils ont présentement l'intendance d e l'astronomie et d u tribunal des m a thématiques. Ils se sont appliqués avec b e a u c o u p d e soin à faire des m a c h i n e s de guerre et à fondre des c a n o n s , dont o n s'est servi d a n s les derniers troubles civils. Q u a n d o n les a envoyés à N i p c h o u , avec nos a m b a s s a d e u r s , p o u r y traiter d e la paix avec les M o s covites, ils ont trouvé m o y e n d e faire réussir cette négociation : enfin ils ont r e n d u de grands services


403 « « « « « « « « « « « « « « «

à l'empire. O n n'a jamais accusé les E u r o p é e n s qui sont dans les provinces d'avoir fait a u c u n m a l , ni d'avoir c o m m i s a u c u n désordre. L a doctrine qu'ils enseignent n'est point mauvaise ni capable d e séduire le peuple et d e causer des troubles. O n p e r m e t à tout le m o n d e d'aller dans les temples des L a m a s , des H o - c h a n g , des Tao-ssé, et l'on défend d'aller dans les églises des E u r o p é e n s , qui ne font rien de contraire a u x lois ; cela n e parait par raisonnable. 11 faut d o n c laisser toutes les églises de l'empire dans l'état o ù elles étaient auparavant, et permettre à tout le m o n d e d'y aller adorer D i e u , sans inquiéter dorénavant personne pour cela. N o u s attendons l'ordre d e votre Majesté p o u r faire exécuter cet arrêt dans toute l'étendue d e l'empire.

« Fait par les officiers en corps, le troisième jour d e « la d e u x i è m e l u n e de la trente et u n i è m e a n n é e d u « règne d e Kang-hi (le 2 2 m a r s 1 6 9 2 ) . » A la nouvelle d e cet édit ce n e fut qu'un cri d e joie d a n s les trois cents Eglises d e la Chine. R o m e l'entendit, et le c œ u r d e son Pontife en tressaillit d e b o n h e u r avec toute la chrétienté. U n Légat d u S. Siège, le Cardinal de T o u r n o n, visitait alors les Missions d'Orient ; il reçut ordre d'Innocent XII d e passer aussitôt en C h i n e , p o u r rendre grâces à l'empereur, a u n o m d u P è r e c o m m u n des fidèles, d e la protection accordée a u catholicisme et à ses apôtres. L e 3 1 d é c e m b r e 1 7 0 5 , le Légat fut présenté en audience solennelle à Kang-hi. Rien n e m a n q u a a u x h o n n e u r s d e cette réception. Les plus grands Mandarins servirent le thé a u prince d e l'Eglise ; l'empereur l u i - m ê m e lui mit e n m a i n u n e c o u p e pleine d e vin, et le fit asseoir à u n e table couverte de trente-six plats d'or", qui fut e n v o y é e , après le repas, a u logis d u Cardinal C o m b l é de faveurs dans


404 u n e cour idolâtre, Maillard d e T o u r n o n n e trouva ni pitié ni justice c h e z les chrétiens portugais d e M a c a o , qui le rassasièrent d'opprobres et le laissèrent m o u r i r d a n s u n e d u r e captivité. C'était e n c o r e u n e v i c t i m e , la plus illustre d e toutes, d e ces rivalités nationales et d e ces dissentions religieuses qui entravèrent, b e a u c o u p plus q u e les persécutions, b e a u c o u p plus q u e les résistances populaires, le t r i o m p h e d e l'Evangile e n C h i n e . C e p e n d a n t l ' e m p e r e u r , tout fatigué qu'il était d e ces disputes interminables, continua jusqu'à sa m o r t la bienveillance qu'il avait v o u é e a u x Missionnaires d e la C o m p a g n i e d e Jésus, il e n faisait toujours ses favoris et ses M a n d a r i n s à la c o u r, ses professeurs d a n s ses laborieuses é t u d e s , ses c o m p a g n o n s inséparables d a n s les expéditions militaires, ses ingénieurs p o u r lever les cartes d e l'empire, ses a m b a s s a d e u r s a u p r è s d e Louis X I V , et ses négociateurs avec la Russie ; il goûtait leurs c o n seils ; il acceptait tous leurs services, excepté celui qu'ils auraient été le plus h e u r e u x d e lui r e n d r e , e n m a r q u a n t s o n front c o u r o n n é d u signe d u chrétien. Vint enfin u n j o u r , le dernier d e sa vie, o ù ce prince appela, dit-on, la grâce d u b a p t ê m e ; m a i s cette g r â c e , si longt e m p s r e p o u s s é e , se refusa à son tour a u x desirs d u m o n a r q u e expirant. P a r u n arrêt sévère d e la justice divine, le g r a n d e m p e r e u r , trahi d a n s ce v œ u suprêm e par s o n p r o p r e fils, n e put obtenir u n e goutte d e celte e a u régénératrice, q u i , c h a q u e a n n é e , d a n s les rues d e sa capitale, prédestinait a u b o n h e u r jusqu'à trois mille enfants trouvés ! L e 2 0 d é c e m b r e 1 7 2 2 , la m o r t d e Kang-hi laissait le trône vacant. L a persécution y m o n t a avec son fils Yong-tching. S o n premier soin fut d e lancer contre le culte catholique u n édit général d e proscription, q u e presque tous ses successeurs ont renouvelé, et qui n'a


405

été déchiré q u e d e nos jours, par les a r m e s et la diplomatie européennes. Avec ce n o u v e a u règne nous rentrons dans l'ère des confesseurs et des martyrs. L a colère impériale frappe partout à la fois : sur les Missionnaires qui sont balayés d e la surface d e l'empire, et rejetés a u n o m b r e de 3 5 sur les rivages d e M a c a o ; sur 3 0 0 églises, enlevées a u x chrétiens, renversées d e fond en c o m b l e , o u converties en temples d'idoles; elle éclate m ê m e au pied d u trône, sur des m e m b r e s d e la dynastie m a n d c h o u e , degradés de leur rang de princes, et relégués sous d e misérables cabanes a u fond d e la Tartarie. C'était l'héroïque famille de S o u r n i a m a . S o n chef se soumit sans m u r m u r e à l'exil avec 3 7filset petits-fils, autant d e f e m m e s , et 3 0 0 serviteurs. Q u a n d o n vit q u e leur vertu ne chancelait point sous le poids d e leur disgrâce, o n lesfitr a m e n e r à Pékin, o ù ils eurent à choisir entre la p r o m e s s e d e leur réhabilitation s'ils abjuraient, et la m e n a c e des plus affreux supplices s'ils persistaient dans leur foi. S u r leur refus constant d'apostasier, ils furent c o n d a m n é s à m o r t ; mais l'empereur c o m m u a la peine e n u n e prison rigoureuse. Alors, c o m m e a u x jours de désolation prédits sur l'infortunée Jérusalem, les fidèles s'enfuirent sur les m o n tagnes; ils s'en allèrent d e m a n d e r la paix a u désert, abriter leurs espérances d a n s lu profondeur des antres et des forêts, et l'Eglise continua d'y fleurir loin des orages, sous le regard d e Dieu et la rosée d u ciel. L'asile q u e la Providence avait m é n a g é à ses enfants persécutés, était dans les m o n t a g n e s inaccessibles d u H o u - K o u a n g . C e s hauteurs se n o m m e n t e n chinois Mon-pan-chan, c'est-à-dire, Montagnes du Plat de bois,

parce qu'elles sont bordées d'arbrisseaux, et q u e leur s o m m e t présente u n e configuration circulaire et aplatie. P o u r y arriver, il faut traverser des torrents qui n e


406 souffrent ni ponts ni barques. Après avoir franchi ces a b î m e s , il s'agit de gravir des pentes escarpées, a u travers des broussailles qui les hérissent depuis le pied jusqu'à la crête, et q u a n d o n est parvenu a u x dernières c i m e s , o n trouve u n plateau fort étendu, u n sol fertile et d e majestueuses forêts. L e P. L a b b e est le premier E u r o p é e n qui ait pénétré dans ces régions sauvages, appelées par les Missionnaires français les Cévennes de la Chine. Il y planta la croix en 1 7 3 1, et les bénédictions q u e Dieu répandit sur son zèle furent si a b o n d a n tes, q u e , dès l'année 1 7 3 4, on y comptait déjà huit paroisses ayant c h a c u n e leur catéchiste. D a n s les endroits o ù les fidèles se trouvaient seuls établis, ils évitaient autant q u e possible la société des idolâtres; ailleurs, dans les villages m é l a n g é s d e païens et d e néophytes, ils secondaient si bien l'action d u Missionnaire et d e son digne coopérateur, le prêtre chinois K a o , qu'on avait l'espérance d e voir sous p e u cette petite oasis chrétienne habitée exclusivement par les adorateurs du vrai Dieu. S o u s le règne suivant la persécution sévit encore avec plus d e violence. L e s Missionnaires n'étaient plus déportés hors d e l'empire, ils payaient de leur vie le d é v o u e m e n t à leur troupeau. U n d e ces martyrs de la foi et d e la charité, dont le n o m , resté cher à l'Eglise d u Fo-kien qu'il dirigeait, mérite d'être recueilli entre tous, est le Dominicain S a n z , E v ê q u e d e Mauricastre. T o u t , d a n s l'arrêt, dans l'exécuteur et d a n s les témoins d e sa m o r t , frappe d e surprise et d'admiration. S o n arrêt, le voici en partie : « L e n o m b r e d e c e u x qu'il a déjà pervertis est « si g r a n d , q u e , d e quelque côté qu'on se tourne « dans ce district, o n n e voit autre chose. Bien plus, les « m e m b r e s m ê m e des tribunaux et les soldats lui sont


407 « « « « « « « « « « « « «

dévoués. D a n s le t e m p s qu'il fut pris avec d'autres E u r o p é e n s , et lorsqu'on les conduisait enchaînés dans la capitale, o n a v u des milliers d e personnes venir à leur rencontre, et se faire u n h o n n e u r de leur servir de cortége. Plusieurs, s'appuyant sur le brancard de leur charrette, leur témoignaient par des pleurs la vive affliction dont ils étaient pénétrés. D e s filles et des f e m m e s se mettaient à g e n o u x sur leur passage, e n leur offrant toute sorte d e rafraîchissements. T o u s enfin voulaient toucher leurs habits, et jetaient des crissi déchirants q u e les échos des m o n t a g n e s voisines e n retentissaient... Q u i n e reconnaît là l'esprit d e révolte? » concluent les Mandarins.

L a peine de m o r t , ainsi motivée, fut prononcée par les juges chinois. Lorsqu'on lut la sentence a u martyr, il se contenta de répondre : « Puisqu'il n e m'est plus « d o n n é d'être l'apôtre d e cet e m p i r e , je vais devenir « son protecteur dans le ciel. » Et il m a r c h a a u supplice. Arrivé sur le lieu d e l'exécution, il d e m a n d a a u bourreau u n m o m e n t p o u r achever sa prière; puis, se tournant vers cet h o m m e avec u n air riant, il lui adressa ces paroles, qui furent les dernières : « M o n a m i , je « vais a u ciel. O h , q u e je voudrais qu'un jour tu y » vinsses avec m o i ! » L e bourreau lui répondit : « Je désire aussi d e tout m o n c œ u r y aller. » U n e dernière espérance couronnait ainsi la dernière prédication d u saint E v ê q u e . A peine son sang avait-il coulé, q u e l'idolâtre Tsingeul-yuen, chargé par les fidèles de le recueillir, fendit la foule des spectateurs, et, s'étant acquitté d e sa c o m mission, il n e voulut point laver ses m a i n s couvertes de terre ensanglantée ; il les tint élevées par respect jusqu'à sa m a i s o n , baisant les traces vermeilles qu'il y remarquait ; enfin il en frotta la tête de ses enfants,


408 e n disant à c h a c u n d'eux : Q u e le sang d u Saint te bénisse! P o u r les religieux d e la C o m p a g n i e de Jésus, ils avaient trouvé grâce a u x y e u x des persécuteurs, car leur habileté les rendaient indispensables. O n les eut repoussés c o m m e prêtres catholiques ; ils se faisaient accepter c o m m e a s t r o n o m e s , m a t h é m a t i c i e n s , annalistes, g é o g r a p h e s , m é d e c i n s , peintres et horlogers. Mais la science, qui était toute leur sauvegarde, faisait aussi leur u n i q u e occupation. Chassés d e leurs églises, ils n'avaient plus d'autre asile q u e la cour , et ils s'étaient enfermés dans ce poste s u p r ê m e , o ù d e stériles distinctions dissimulaient m a l leur captivité, p o u r le défendre en attendant des jours meilleurs, qui n e devaient se lever q u e sur leurs t o m b e s . Ces sentinelles perdues d e la vérité t o m b è r e n t , u n e à u n e , c o m m e le soldat isolé qui livre son dernier c o m b a t , sans avoir l'espérance d'être secouru, sans avoir m ê m e celle d e vaincre. Et ces soldats d e l'Evangile s'appelaient Parrennin , Gaubil , Benoist, A m i o t , n o m s illustres dans la science, qu'en retrouverait inscrits avec h o n n e u r dans les académies d e P é k i n , de Saint-Pétersbourg et d e Paris, si la Religion pouvait les oublier. Qui dira le deuil d e ces apôtres, lorsque, d u h a u t d e leur observatoire, ils virent la persécution s'étendre a u loin c o m m e u n vaste incendie ; qu'ils purent longuem e n t contempler la démolition d e leurs sanctuaires, entendre les cris d e m o r t proférés contre leurs n é o p h y t e s , assister a u x funérailles d'une i m m e n s e chrétienté, leur ouvrage et leur gloire, qui s'éteignait d a n s les supplices et dans l'exil ! С'est là q u ' u n dernier c o u p vint les achever : ils avaient cette fois à pleurer sur leur propre ruine; la Société d e Jésus venait d'être dissoute. L e u r inconsolable douleur s'était i m p o s é le silence, m a i s


409 elle les tua. L e dernier supérieur des Jésuites à P é k i n écrivait alors à u n a m i . « Je n'ose vous, parler de n o s « malheurs... S o u m e t t o n s - n o u s et adorons. J e v o u s « a v o u e c e p e n d a n t q u e , m a l g r é la résignation la plus « entière, m o n c œ u r est blessé à n e guérir jamais ; sa « plaie durera autant q u e moi... O h D i e u ! C o m b i e n « d'âmes vont se replonger d a n s les ténèbres d e l'ido« lâtrie! C o m b i e n n'en sortiront pas !... » A u s s i , c o m m e ils se hâtaient d e m o u r i r ! C o m m e les survivants se pressaient d e tracer u n e épitaphe p o u r la t o m b e commune ! E n 1 8 3 5 , u n enfant d e Saint Vincent d e P a u l visitait, à u n e lieue d e P é k i n , la m a i s o n déserte qui servait d e sépulture a u x enfants d e Saint Ignace. 11 lut sur les m u r s d e l'ancien réfectoire, a u dessous des portraits à demi-effacés des P è r e s Jésuites, u n e inscription funèbre, écrite par le P è r e A m i o t , a u n o m d e tous ses confrères, lorsqu'ils apprirent la dissolution d e leur Société e n E u r o p e . « Q u o i q u e je n e sois pas naturellement trèssensible, dit M . M o u l y , m o n c œ u r fut p r o f o n d é m e n t é m u , et m e s l a r m e s coulèrent e n a b o n d a n c e à la simple lecture d e cette épitaphe : Au NOM DE JÉSUS AMEN. LONG-TEMPS INÉBRANLABLE, MAIS ENFIN VAINCUE, ELLE EST TOMBÉE SOUS LES COUPS DE TANT D'ORAGES. ARRÊTE , VOYAGEUR , ET LIS , ET RÉFLÉCHIS UN INSTANT SUR L'INCONSTANCE DES CHOSES HUMAINES. CI-GISSENT LES MISSIONNAIRES

FRANÇAIS,

AUTREFOIS

MEMBRES DE CETTE CÉLÈBRE COMPAGNIE QUI, SUR TOUS LES

том. x x . 121.

18


410 POINTS

D U

PURETÉ

LE

ENSEIGNA

D U

EST

DONNÉ

A

AVAIT LA

ET

REPANDIT

DIEU;

VRAI

COMME ELLE

MODÈLE, QU'IL

GLOBE, CULTE

DANS

QUI, PRENANT

PRIS SON

FAIBLESSE

TOUTE

JÉSUS

NOM, L ' I M I T A

HUMAINE,

SA

FOUR

AUTANT

POURSUIVIT

A

T R A V E R S LES FATIGUES E T LES CONTRADICTIONS SES EXERCICES DE

VERTU,

SA MISSION

TOUS

POUR

DEUX

SIÈCLES

MARTYRS

A

Nous, NAIRES KIN,

QU'ELLE

DE

NELLE

VANTS; L'AN

SOUS

LA

TOUTE

PENDANT

PLUS

CONFESSEURS

AVONS

LA

PRIE POUR CHRIST

D U

A DE

ET

DES

SECRET

MISSION-

A

APRÈS DE

PÉ-

MONARQUE

L'OMBRE ;

DES

PENDANT

DES AUTELS

NOTRE

CE MONUMENT

QU'A

DU

CHRIST

ENTOURÉE

BRILLE E N C O R E EN

AUTRES

PENDANT

ENCORE,

RELIGION

ÉLEVÉ

DE FUNÈBRES

LES

PROTECTION

EGLISE LA

DE

GAL-

DERNIÈRE

PIÉTÉ

FRATER-

OMBRAGES.

V O Y A G E U R ; FÉLICITE

D U

ET

PALAIS IMPÉRIAL,

HÉLAS ! SOUPIRANT

D E

SE FAISANT

COMPAGNIE,

ET

DIVINITÉS,

NOUS

PASSE,

ANNÉE

DU

VAINES

LICANE,

DES

NOUS SOUTENONS

E T DES ARTS,

SEIN

HEURE,

AMIOT,

CETTE

LES AUSPICES

TARTARE-CHINOIS,

MILLE

ET

DONNA

PROSPÉRA,

JOSEPH-MARIE

SOUS

SCIENCES

DIEU,

A

L'EGLISE.

FRANÇAIS

QU'AU

DE CHARITÉ,

LES GAGNER

LES M O R T S ;

PLAINS

L E S VI-

T O U S ; ADMIRE E T TAIS-TOI. 1774,

KIANG-LOUNG ,

L E 14

E

JOUR D'OCTOBRE,

e

LE

10 J O U R

DE

LA

20

e

L A 9e L U N E .

« Si ce n'est pas là, ajoute M . M o u l y , si ce n'est paslà le cantique d u P r o p h è t e , pleurant sur les m a l h e u r s d u peuple d e D i e u captif à B a b y l o n e , ce sont d u m o i n s les g é m i s s e m e n t s bien légitimes et bien expressif d'un c œ u r p r o f o n d é m e n t affligé, à la v u e des m a u x qu'allait attirer à la Religion, e n C h i n e , la destruction d'une S o ciété qui y avait s e m é le g e r m e d e la foi, qui lui avait fait pousser d e si profondes racines et porter d e si b e a u x fruits. »

(La suiteà un des prochains Numéros. )


411

MISSIONS DE LA MALAISIE. Lettre de M. Lacrampe, Missionnaire Apostolique, à Mgr Boucho, Vicaire Apostolique de la Malaisie.

D e s Forêts de la Birmanie", le 1 8 février 1 8 4 7 .

« MONSEIGNEUR,

« T a n d i s q u e M . Plaisant v o u s prépare u n e notice sur la Religion d e s tribus C a r i a n e s , je vais esquisser quelques traits d e leurs m œ u r s et u s a g e s , tels q u e n o u s avons p u les étudier depuis près d e d e u x a n s q u e n o