Page 1

BIBLIOTHEQUE ALEXANDRE FRANCONIE

20026862

MANIOC.org Bibliothèque Alexandre Franconie Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque

Alexandre

Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque A l e x a n d r e Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


APPEL

AU

PAYS

VÉRITÉ, JUSTICE, PATRIE La République de Dreyfus. — La France trahie et mystifiée. — La loi faussée par la Cour de Cassation pour réhabiliter un juif. — Le J u s t i cier. — Hommage national au général Mercier.

PARIS É D I T I O N S D E L'ACTION 42,

FRANÇAISE

RUE DU BAC

1906

Cette brochure ne peut être mise en vente, '


L'ACTION FRANÇAISE ORGANE

DU

NATIONALISME

INTÉGRAL

REVUE BI-MENSUELLE 42, Rue du liac, l'aria

ABONNEMENTS : Paris et Départements, 13 fr. —Etranger, 18 fr.

Le Numéro O fr. « O

Fondateur

: Le colonel D E mort an cbunip

Directeur PRINCIPAUX FIHMIN MANN ~

BACCONNIER

: HENRI

VILLEBOÏS-MAREUIL, d'honneur. VAUGEOTS

C O L L A B O R A T E U R S

— JACQUES BAINVIUB

:

ANTOINE BAU-

LUCIEN COHI'ECIIOT — Louis DIMIER — HENRI DUTHAIT-

CROZON — JACQUES GAZKAU — Louis GO.NNET — ROBERT LAUNAY —

CHARLES

MAUUHAS'

LÉON

MOHKAII — MAURICE Ptuo

HENRI

DE MÔNTESQUIOU

LUCIEN

ROUZAUD — M'" DE LA TOUR

DU PIN LA CUARCË — BERNARD D E VESINS.

LA

RÉPUBLIQUE

DE

BISMARCK

ou ORIGINES ALLEMANDES DE LA TROISIÈME

RÉPUBLIQUE

PAR

M. D E ROUX Président de la section poitevine d'Action française SUIVI DE LA

C O R R E S P O N D A N C E - S E C R E T E D E G A I B E T T A E T D E BISMARCK traduite en entier pour la première fois et , .

commentée par

.•'

JACQUES BAINVILLE AVEC Une

forte

PLUSIEURS

AUTRES

DOCUMENTS

brochure de 7G pages, prix : par la poste O fr. 3 0 .

25

centimes,

A I I Gazette de France, 1 bis, PUB Blllllj. PARIS


APPEL AU

PAYS

VÉRITÉ, JUSTICE, PATRIE La République de Dreyfus. — La France trahie et mystifiée. — La loi faussée par la Cour de Cassation pour réhabiliter un juif. — Le Justi­ cier. — Hommage national au général Mercier.

PARIS É D I T I O N S D E L'ACTION 42,

RUE DU BAC 1906

FRANÇAISE


SOMMAIRE

Pages.

— La loi faussée par la Cour de Cassation pour réhabiliter u n J u i f . .

APPEL AU P A Y S .

L E S DEUX LETTRES DU GÉNÉRAL MERCIER

Première lettre Deuxième lettre L E GÉNÉRAL MERCIER,

3 8

9 12 ministre de la G u e r r e . .

15

DREYFUS ET L'INTÉRÊT SUPÉRIEUR D E LA R É P U BLIQUE HOMMAGE NATIONAL AU GÉNÉRAL MERCIER

— Lettre du c o m m a n d a n t Corps au P r e m i e r Président de la Cour de Cassation

31 61

APPENDICE.

65


A P P E L AU PAYS LA LOI FAUSSÉE PAR LA COUR DE CASSATION POUR RÉHABILITER UN J U I F

FRANÇAIS! Dreyfus a été c o n d a m n é , c h a q u e fois qu'il a été jugé, comme tout accusé, conlradicloircment : les d e u x Conseils de g u e r r e de P a r i s et de R e n n e s o n t p r o c l a m é sa c u l p a b i l i t é . C'est q u ' e n d é p i t des i n f o r m a t i o n s m e n s o n g è r e s r é p a n d u e s p a r les j o u r n a u x j u i f s , il y a de s a t r a h i s o n des p r e u v e s q u i s ' i m p o s e n t à t o u s les j u g e s i n d é p e n d a n t s et d e b o n n e foi. Les renseignements énumérés au bordereau n ' o n t p u ê t r e r e c u e i l l i s et l i v r é s q u e p a r Dreyfus lorsqu'il était capitaine stagiaire à l'Etat-Major g é n é r a l , Le GÉNÉRAL MERCIER l'a é t a b l i à R e n n e s p u b l i q u e m e n t e t e n p r é s e n c e de ses c o n t r a d i c t e u r s ; son é c r a s a n t e d é p o s i t i o n a été r e n forcée p a r l ' e x p e r t i s e t e c l m i q u e d e m a n d é e a u GÉNÉRAL DELOYE, a l o r s D i r e c t e u r de l ' A r t i l l e r i e a u m i n i s t è r e de la G u e r r e et d o n t la c o m p é t e n c e est u n i q u e et i n c o n t e s t é e . On n e l e u r r é p o n d q u e


4

p a r le r a p p o r t évasif d ' u n e c o m m i s s i o n de q u a t r e généraux, désignés p a r l e ministre André — autant d i r e p a r D r e y f u s l u i - m ê m e — et liés p a r ses fav e u r s . P e r s o n n e n ' a été a d m i s à d i s c u t e r a v e c e u x . L e b o r d e r e a u a été é c r i t p a r D r e y f u s . L a dém o n s t r a t i o n de l ' i l l u s t r e i n v e n t e u r de l ' a n t h r o p o m é t r i e , M. BERTILLON, chef du service de l ' i d e n t i t é j u d i c i a i r e , n ' a j a m a i s é t é r é f u t é e . T r o i s profess e u r s d e m a t h é m a t i q u e s r e ç u r e n t m i s s i o n de la ruiner : leur incompétence était notoire, leur p a r t i p r i s n e l'était p a s m o i n s . D e u x d ' e n t r e e u x , MM. A p p e l l e t D a r b o u x , a v a i e n l l i g u r é en 1898 s u r les listes de p r o t e s t a t i o n e n f a v e u r de P i c q u a r t ; le t r o i s i è m e , M. P o i n c a r é , a v a i t m a n i f e s t é son o p i n i o n en f a v e u r de D r e y f u s et c o n t r e M. B c r t i l l o n , u n e p r e m i è r e fois a u c o u r s du p r o c è s de R e n n e s , u n e d e u x i è m e fois q u e l q u e s j o u r s a v a n t d ' ê t r e c h o i s i c o m m e « e x p e r t ». L e u r s c o n c l u s i o n s q u i , s e u l e s , o n t é t é p u b l i é e s , m a n q u e n t à la fois de m o t i f s et de force. Il est p r o u v é q u e le b o r d e r e a u n ' a p a s été é c r i t p a r E s t e r h a z y ; il est p r o u v é q u ' E s t c r h a z y est u n h o m m e de paille p a y é p a r les J u i f s . Les p r e u v e s d e son i m p o s t u r e o n t été p r o d u i t e s d e v a n t la C o u r de c a s s a t i o n : le r a p p o r t , le r é q u i s i t o i r e , l ' a r r ê t n ' o n t m ê m e p a s fait a l l u s i o n à ces p r e u v e s . L a C o u r les a s y s t é m a t i q u e m e n t passées s o u s s i l e n c e , c o m m e elle a s y s t é m a t i q u e m e n t n é g l i g é t o u t e s les p i è c e s à la c h a r g e de D r e y f u s . L e GÉNÉRAL MERCIER a v a i t i n d i q u é u n e n o u v e l l e et décisive e x p e r t i s e à faire a u point de v u e de la c o m p a r a i s o n d u p a p i e r du b o r d e r e a u et de celui des l e t t r e s d ' E s l e r h a z y : la C o u r a refusé d'y p r o c é d e r c o m m e elle a refusé les c o n f r o n t a t i o n s r é c l a m é e s p a r le GÉNÉRAL MERCIER.


— 5 —

Enfin Dreyfus a avoué qu'il avait livré des documents à l'Allemagne : t o u s l e s t é m o i g n a g e s c o n c o r d e n t s u r ce p o i n t . Il n ' a j a m a i s p u l e u r o p p o s e r q u e ses p r o p r e s d é n é g a t i o n s , d ' a i l l e u r s c o n t r a dictoires.

Il a renoncé en 1899 à se pourvoir en revision, acceptant en échange sa grâce, ce q u ' u n i n n o c e n t n ' a u r a i t j a m a i s fait.

Et sa trahison est confirmée p a r u n e n s e m b l e de p r e u v e s a c c e s s o i r e s , q u ' i l est facile d e d é c l a r e r « inexistantes » devant des gens mal renseignés, m a i s d o n t le GÉNÉRAL MERCIER, le COMMAN-

DANT CUIGNET et t a n t d ' a u t r e s o n t m o n t r é la force d e v a n t t o u s l e s t r i b u n a u x o ù l ' o n a d i s c u t é .

La culpabilité de Dreyfus est donc certaine. S a d é g r a d a t i o n d e v a n t l e front des t r o u p e s , en p r é s e n c e d u p e u p l e de P a r i s , d a n s la g r a n d e c o u r d e l'Ecole militaire, m o n t r a q u e n o u s étions encore m a î t r e s chez n o u s . Mais Dreyfus a v a i t d é c l a r é : « Ma race se vengera sur la vôtre. » L e s J u i f s se s o n t v e n g é s : ils se s o n t a c h a r n é s à d é t r u i r e l e s i n s t i t u t i o n s q u i font la s é c u r i t é de la F r a n c e ; ils o n t t o u t fait p o u r d é s o r g a n i s e r l ' a r m é e n a t i o n a l e ; ils o n t a n é a n t i n o t r e a d m i r a b l e s e r vice de r e n s e i g n e m e n t s , œ u v r e d u COLONEL SANDHERRet du LIEUTENANT-COLONEL HENRY; ils se s o n t enfin e m p a r é s d u p o u v o i r . Maîtres d u p o u v o i r , ils se d e v a i e n t de r é h a b i l i t e r LE TRAITRE DREYFUS. D e v a n t l e s p r e u v e s é c l a t a n t e s de la T r a h i s o n , les s e u l e s j u g e s c o m p é t e n t s d a n s u n p a r e i l p r o c è s , les j u g e s m i l i t a i r e s , a u r a i e n t s û r e m e n t p r o n o n c é u n e t r o i s i è m e c o n d a m n a t i o n . L a C o u r de c a s s a t i o n a d o n c cassé s a n s r e n v o i . Mais la loi e s t


— 6 — i m p é r a t i v e , f o r m e l l e ; elle p r e s c r i v a i t le r e n v o i e n c o n s e i l de g u e r r e . P o u r é c h a p p e r à l a n é c e s s i t é du r e n v o i , u n n o u veaucrimeétaitnécessaire;laCourracoramis:chargée d ' a s s u r e r le r e s p e c t de la loi, elle a Faussé la loi. L a loi d i t e n effet : « Si l"annulation de Varrêt à l ' é g a r d d'un c o n d a m n é v i v a n t ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié crime ou délit, aucun renvoi ne sera prononcé. » (Code d ' i n s truction criminelle, art. 445, dernier paragraphe.) L a cassation sans renvoi n'était donc possible q u e s'il é t a i t d é m o n t r é q u ' a u c u n a c t e de t r a h i s o n n ' a v a i t été c o m m i s e n 1 8 9 4 . E n a d m e t t a n t m ê m e q u e l ' e n q u ê t e e û t é t a b l i l ' i n n o c e n c e de D r e y f u s , D r e y f u s é t a n t v i v a n t , le r e n v o i s ' i m p o s a i t . C'est ce q u e disait, lors de la p r e m i è r e r e v i s i o n , le p r o c u r e u r g é n é r a ] , le d r e y f u s a r d M a n a u : <( Pour qu'il fût possible, à nous d'abord, à vous ensuite, de proclamer l'innocence de Dreyfus, si elle nous était démontrée, il faudrait que Dre]/fus fut mort! » E t , d a n s l'espèce, la C o u r r e c o n n a î t b i e n q u ' i l y a eu t r a h i s o n en 1 8 9 4 ; d a n s l ' a r r ê t m ê m e , elle i m p u t e la t r a h i s o n à E s t e r h a z y . D o n c , la C o u r a v i o l é la loi. Mais, p o u r m a s q u e r sa forfaiture, elle a t e n t é d e faire c r o i r e q u e les c o n s i d é r a n t s d e s o n a r r ê t é t a i e n t la r e p r o d u c t i o n m ê m e de l'article d u C o d e . E l l e a dit : « Attendu que l'annulation du jugement du Conseil de guerre ne laisse rien subsister qui puisse, à sa c h a r g e (à la c h a r g e de Dreyfus), être qualifié crime ou délit; « Attendu dès lors, que, par application du paragraphe final da ^article 4 4 5 , aucun renvoi ne doit être prononcé;


— 7 — « Par ces motifs, etc. » L e Code d i t : A l ' é g a r d ; la C o u r dit : A l a c h a r g e . Le Code d i t , : Ne l a i s s e r i e n s u b s i s t e r ; l a C o u r dit : Ne l a i s s e r i e n s u b s i s t e r à la c h a r g e du c o n d a m n é . L a s i m p l e c o m p a r a i s o n d e ces d e u x t e x t e s fait a p p a r a î t r e la m a n œ u v r e f r a u d u l e u s e . M a n a u a v a i t dit : « La loi ne laisse aucun doute à cet égard. Il suffit de la connaître et pour la connaître de la lire. » 11 n e fallait p a s q u e le P e u p l e F r a n ç a i s p û t l i r e .


LES DEUX LETTRES

DU

GÉNÉRAL

MERCIER

On vient de voir que le général Mercier avait en vain proposé le moyen de faire la lumière sur plusieurs points essentiels de Vaffaire Dreyfus. Peu de jours avant que la Cour de Cassation ne rendit à la République juive le service qui a achevé de les déshonorer l'une et l'autre, il adressait en effet au premier Président Ballot-Beaupré les deux lettres qu'on trouvera plus bas. Ces deux lettres accablantes pour la Cour qui les a écartées sans en tenir compte, doivent être lues avec attention : pas un mot qui ne porte, pas une assertion qui ne soit appuyée sur des r a i s o n s et sur des f a i t s . Le général Mercier a stigmatisé, dans des termes dont la modération souligne la force, la procédure d'exception adoptée en faveur de Dreyfus (1). Il a offert à la Cour des éléments d'information nouveaux et décisifs : la Cour a eu le cynisme de ne pas même les examiner, et le défi du général Mercier, de faire la p r e u v e de ses a f f i r m a t i o n s , n'a pas été relevé. Si les lettres

du général

Mercier

ne

peuvent

(1)« Nous sommes ici dans une enquête P A R T I C U L I È R E qui n'est pas soumise aux règles du Code d'instruction criminelle, mais qui est soumise aux règles que la Cour trace », a dit le p r o c u reur gonéral Baudouin {Gil Mas du 29 août 1906).


— 9 — manquer de faire une profonde impression suites esprits, elles toucheront aussi les cœurs. Nul ne lira sans émotion Vhommage rendu par lui « à ceux qui ont apporté, de leurs mains loyales et courageuses, une pierre à l'édifice, d é s o r m a i s i n d e s t r u c t i b l e , de la culpabilité d'un officier traître à sa patrie ». En élevant la voix en faveur de ces nobles victimes du devoir civique, le général Mercier a été l'organe de tous les vrais F r a n ç a i s .

P r e m i è r e l e t t r e du g é n é r a l M e r c i e r à M. l e p r e m i e r P r é s i d e n t d e l a Cour d e C a s s a tion. Paris, 6 juillet 1906.

Monsieur le premier Président, J'ai attendu que le réquisitoire de M. le procureur général Baudouin fût t e r m i n é pour vous adresser, au sujet de ce document, une protestation qui en vise et la forme et le fond. Pour ce qui concerne la forme, je ne crois pas avoir besoin d'insister. La Cour a pu se faire e l l e - m ê m e , à l'audition du réquisitoire, une opinion sur des violences d'appréciations et sur des intempérances de langage, dont elle trouverait difficilement l'équivalent dans ses archives. Pour ce qui concerne le fond, il ne m'est pas p o s sible de suivre et de combattre pas à pas, d a n s u n e simple lettre, la volumineuse argumentation de M. le procureur général. Nous n ' a u r o n s la possibilité de le faire, les autres témoins à charge et moi, que s'il s'ouvre de nouveaux débats publics et contradictoires,


10

avec liberté complète p o u r nous de produire nos témoignages sur tous les points de la cause et de d i s c u ter ceux de nos adversaires. En ce moment, je ne puis que constater le résultat auquel aboutit l'étrange procédure adoptée pour l'étude des d e m a n d e s en revision, avec témoins entendus à huis clos, sans confrontation entre eux et sans débats contradictoires, puisque les trois o r a t e u r s qu'entend successivement la Cour parlent à peu près dans le m ê m e s e n s . Grâce à la non-publicité des dépositions et à l'absence totale de toute espèce de contradiction, M. le procureur général a pu étayer son a r g u m e n t a t i o n sur des racontars de j o u r n a u x , sur de prétendues interviews, sur des dépositions qu'il affirme être favorables à sa thèse, mais dont nous ignorons le texte exact, sur d'autres dépositions qui sont défavorables à sa thèse mais dont il tronque le texte de manière à en diminuer ou en d é n a t u r e r la portée. Certaines dépositions importantes sont passées entièr e m e n t sous silence. D'autres, importantes aussi, mais ayant trop impressionné l'opinion publique pour qu'il n'en soit pas parlé, sont dédaigneusement écartées sous le prétexte que leurs a u t e u r s sont criminels, fous ou idiots. Enlin, toute enquête conduite par un conseil de guerre est considérée comme nulle et non avenue, en raison de : « l'impuissance absolue, de la justice militaire de mener à bien une affaire tant soit peu compliquée s. Avec ces procédés, M. le procureur général arrive à présenter l'historique de l'affaire Dreyfuset des j u g e ments des trois conseils de guerre (Dreyfus, Esterhazy) sous une forme spéciale. Si je voulais e m p r u n t e r une locution caractéristique de son réquisitoire, je dirais que c'est une longue théorie « de mensonges habilement coupés de bribes de vérité ». Mais je ne me permettrai pas même ce léger e m p r u n t à un style que j e r é p r o u v e , e t j e remplacerai le mot mensonges par le terme inexactitudes.


— 11 — M. le procureur général est-il plus heureux dans la recherche, si longtemps prolongée, du fait nouveau qui devrait servir de base à la revision? Pas plus après qu'avant son réquisitoire, je ne crois à l'existence du fait nouveau. J'ai développé mes raisons d a n s m e s dépositions devant la Chambre criminelle e t je n'y reviendrai pas ici. Je rappellerai seulement que j ' a i appelé l'attention de la Chambre criminelle sur la nécessité d'une v é r i fication que j ' a i indiquée relativement au papier pelure du bordereau comparé à celui des lettres d'Esterhazy. J'ignore si cette vérification a été faite, et il importerait qu'elle le fût, pour la discussion de la soidisant culpabilité d'Eslcrbazy. J'ai aussi signalé la fixation à la date du 12 décembre 1894, et non au 6 janvier 1895, comme l'avait dit par erreur M. Casimir-Perier, de la nuit intéressante (et non atroce comme me le fait dire indûment M. le procureur général) où fut p e n d a n t quelques heures en suspens la question de paix ou de guerre. La constatation de ce fait est d'une haute importance pour la compréhension des événements qui se sont déroulés au conseil de guerre de 1894 et des aveux recueillis à la dégradation militaire. J'ajouterai enfin q u e , si l'on devait faire état pour la revision de ce qu'on a retrouvé la minute de la note du commandant Bayle sur l'artillerie lourde de campagne, il y aurait intérêt à faire une enquête sur la manière dont cette pièce, disparue et non retrouvée pendant plusieurs années, a subitement reparu ensuite. Quoique j ' e s p è r e que la Cour voudra bien attacher q u e l q u e valeur aux protestatiotis que j ' a i l'honneur d e vous adresser, j e n'aurais cependant pas rompu le silence, si j ' a v a i s été 6eul visé par les attaques d e M. le procureur général. Mais j ' a i dû penser aussi à tous ceux qui, soit comme j u g e s soit comme, témoins civils on m i l i t a i r e s , ont apporté de leurs m a i n s


— 12 — loyales et courageuses une pierre à l'édifice, désormais indestructible, de la culpabilité d'un officier traître à sa patrie. Beaucoup d'entre eux ne sont pas dans une situation qui leur permette u n e libre protestation. 11 faut donc q u ' u n e voix s'élève pour eux. Us ont suivi les inspirations de leur conscience. Ils n'ignoraient cependant pas qu'ils s'exposaient ainsi aux rancunes d'un gouvernement acquis d'avance à la cause adverse. Ils savaient qu'ils seraient persécutés dans leurs espérances d'avenir, dans leurs diverses carrières, dans leur fortune, dans leurs familles et leurs enfants. Et, en effet, toutes ces persécutions se sont abattues sur eux, tandis que leurs adversaires étaient comblés de faveurs. Ils le prévoyaient, ils le sentaient, et cependant ils ont fait leur devoir, tout leur devoir. Honneur à euxl C'est pour leur rendre ce juste hommage que leur vieux compagnon de luttes vous a demandé la faveur de l'entendre et vous remercie de l'avoir fait. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma haute considération. Général A. MERCIER.

D e u x i è m e l e t t r e du g é n é r a l M e r c i e r à, M. l e p r e m i e r P r é s i d e n t d e l a Cour d e c a s s a t i o n Paris, le 8 juillet 1906.

Monsieur le p r e m i e r Président, Dans la séance de la Cour de cassation que vous avez présidée hier, M Mornard s'est cru qualifié pour répondre à la lettre que j ' a v a i s eu l'honneur de vous adresser le 6 juillet. Cette réponse peut se r é s u m e r ainsi : Sur les considérations générales que j ' a i présentées relativement au mode défectueux de procédure d'un 0


— 13 — procès de revision et sur les procédés d ' a r g u m e n t a tion, plus défectueux encore, de M. le procureur g é n é ral M Mornard ne répond pas, et je crois, en effet, qu'il n'avait rien à r é p o n d r e . Sur trois points particuliers que j ' a i visés, il ne parle que de deux : Le premier point concerne une nouvelle vérification comparative des papiers pelure qui ont servi au bordereau et aux lettres d'Esterhazy. M Mornard observe à ce sujet un silence prudent et se garde bien de s'associer à ma demande d'enquête supplémentaire. Il paraît donc craindre que cette enquête aboutisse à un r é s u l tat contraire à l'identité des papiers pelure proclamée en 1899. Sur le second point, minute de la note du commandant Bayle, M Mornard répond à côté de la question, et les détails qu'il donne ne peuvent remplacer l'enquête que je demande. Celle-ci consisterait à confronter les officiers qui ont échoué dans la recherche du document avec ceux qui ont réussi à le retrouver et à reconnaître ainsi s'il n'y a pas eu machination, soit d'un côté, soit de l'autre. Sur le troisième point, c'est-à-dire la date de ce que l'on a appelé la nuit historique, où fut en suspens la question de paix ou de guerre, et notamment sur le point de savoir si cette date fut antérieure ou postérieure au j u g e m e n t de 1894, M" Mornard devient p r é cis et oppose une contradiction formelle. Je m'empresse d'en p r e n d r e acte, et de déclarer à mon tour que je persiste absolument dans mes affirmations. Je m'engage à en faire la preuve et à éclairer à ce sujet la conscience de la Cour de cassation, par une confrontation des quatre p e r s o n n e s qui ont participé à cette soirée, c'est-à-dire MM. Casimir-Perier, président de la République; Charles Dupuy, président du Conseil; général Mercier, ministre d e l à Guerre; Révoil, r e p r é s e n t a n t du ministère des Affaires étrangères. e

e

c


— 14 — Je d e m a n d e donc cette confrontation, et j'ajoute que je considère, comme j ' a i eu l'honneur de vous le diredans m a lettre du 6 juillet, qu'il est indispensable d'arriver à une conviction à ce sujet, si l'on veut pouvoir apprécier, en pleine connaissance de cause, les incidents du j u g e m e n t de 1894etceux de la scène des aveux. Veuillez agréer, Monsieur le premier Président, l'assurance de ma haute considération. Général

A . MERCIER


LE GÉNÉRAL MERCIER Ministre de la Guerre.

Le général Mercier, justicier de Dreyfus, doit être connu des Français sous tous ses aspects. Aucun, nuage d'ignorance et de calomnie ne doit défigurer son nom que nous avons tous le droit de tenir pour un Bien n a t i o n a l . On va lire un court aperçu de la carrière politique et administrative de l'homme qui montra, au Conseil de guerre de Rennes, les liantes qualités d'intelligence et de volonté grâce auxquelles on a pu sauver l'honneur du pays. On y trouvera des armes précieuses pour répondre à ses détracteurs.

On p e u t d i r e q u e le g é n é r a l Mercier é t a i t p r e s q u e i n c o n n u a v a n t le p r o c è s d e R e n n e ! . On s a v a i t q u ' i l a v a i t été m i n i s t r e de la G u e r r e , p a r c e q u e D r e y f u s a v a i t été c o n d a m n é s o u s son m i n i s t è r e , m a i s la p r é c i s i o n d e s r e n s e i g n e m e n l s s u r s o n c o m p t e n ' a l l a i t g u è r e p l u s loin : les m i e u x inform é s se r a p p e l a i e n t q u ' u n j o u r il s'élail v a n t é à la C h a m b r e de son « flair d ' a r t i l l e u r ». ci en s o m m e r i e n , s a u f « l'Affaire », n e le d i s t i n g u a il d a n s c e t t e


16

foule de g é n é r a u x o u de civils q u i e n t r e n t e a n s s ' é t a i e n t s u c c é d é a u m i n i s t è r e de la G u e r r e . S o n a t t i t u d e à R e n n e s fut u n e r é v é l a t i o n : t o u s , a m i s et e n n e m i s , f u r e n t c o n f o n d u s p a r c e t t e l o g i q u e i m p l a c a b l e , c e t t e m a î t r i s e de soi, cette p u i s s a n c e de v o l o n t é , c e t t e force de c a r a c t è r e . A p r è s sa d é p o s i t i o n , u n d r e y f u s a r d s ' é c r i a i t a v e c r a g e : « Mercier n o u s a t r o m p é s . Nous n o u s imaginions q u ' i l é t a i t g â t e u x . Il est de p r e m i e r o r d r e d a n s l ' a t t a q u e c o m m e d a n s l a défense. C'est l'assassin c o m p l e t (1). » E t R e i n a c h : « Il y a des m o m e n t s où le c y n i s m e à u n e telle p u i s s a n c e force l ' a d m i r a t i o n , où l'on i n c l i n e r a i t à c r o i r e q u e le c r i m e p e u t ê t r e c r é a t e u r d ' u n e s o r t e de b e a u t é (2). » L a i s s a n t les s o t t i s e s d o n t est e n v e l o p p é l ' h o m m a g e , il r e s t e q u e le g é n é r a l M e r c i e r i m p o s e à t o u s l ' a d m i r a t i o n . Q u ' u n e t e l l e force n ' a i t p a s été utilisée, que pareil h o m m e n'ait qu'accidentellem e n t p a r t i c i p é a u p o u v o i r , c'est la c o n d a m n a t i o n d ' u n r é g i m e . Mais q u ' o n n e s'y t r o m p e pas : ce n ' e s t p o i n t p a r h a s a r d , n i p a r indifférence, ni p a r i g n o r a n c e , q u e la R é p u b l i q u e s'est privée des serv i c e s du g é n é r a l M e r c i e r : c'est p r é c i s é m e n t p a r c e q u ' e l l e l ' a v a i t vu à l ' œ u v r e , q u ' e l l e n ' e n a p l u s v o u l u . Il faut à u n e d é m o c r a t i e n o n des s e r v i t e u r s , m a i s des v a l e t s . I L e g é n é r a l M e r c i e r est r e s t é treize m o i s a u m i n i s t è r e de la G u e r r e , du 3 d é c e m b r e 1893 au 14 j a n vier 1 8 9 3 . S e s e n n e m i s p r é t e n d e n t q u e d a n s ce l a p s de t e m p s il n e s u t q u e m a n i f e s t e r son i n c a p a c i t é ; ils n e r e l è v e n t d a n s son a d m i n i s t r a t i o n (1)

MAURICE B A R R É S . Ce que

(2) Eût.

de VAff. Dreyfus,

j'ai

vu

V, 400.

à Rennes,

46.


— 17 — q u e d e u x m e s u r e s , et ils les qualifient de c o n t r a d i c t o i r e s (1) : a y a n t e u u n j o u r , d i s e n t - i l s , l ' é t r a n g e i d é e de p r e s c r i r e a u x c o n s e i l s de r e v i s i o n d ' a c c e p t e r p o u r le s e r v i c e d e s c o n s c r i t s de c o n s t i t u t i o n d é l i c a t e , il s'est justifié en i n v o q u a n t l a n é c e s s i t é d ' a u g m e n t e r les effectifs, et en m ê m e t e m p s il l i b é r a i t par a n t i c i p a t i o n des c l a s s e s s o u s les d r a p e a u x , r é d u i s a n t a i n s i les effectifs à u n chiffre d é r i s o i r e , et c o m p r o m e t t a n t la défense n a t i o n a l e . Cette a c c u s a t i o n s e r e p r o d u i t p r e s q u e p é r i o d i q u e m e n t . Le r a p p o r t e u r d e la loi d e d e u x a n s a u S é n a t l'a r e p r i s e e t a u s s i , i n c i d e m m e n t , M. R i b o t , d a n s la d i s c u s s i o n d ' u n e i n t e r p e l l a t i o n v i s a n t M. P e l l e t a n , e n 1 9 0 2 . L e g é n é r a l Mercier s'est e x p l i q u é p l u s i e u r s fois s u r les d e u x p o i n t s en q u e s t i o n ; e n p a r t i c u l i e r , à la C h a m b r e , le 6 n o v e m b r e 1 8 9 4 , e n r é p o n s e à u n e i n t e r p e l l a t i o n d e M. L e H é r i s s é . T o u t le m o n d e sait q u ' e n F r a n c e la n a t a l i t é est inférieure à la n a t a l i t é e n A l l e m a g n e . Cette dern i è r e p u i s s a n c e , v e r s 1894, i n c o r p o r a i t e n v i r o n 70.000 h o m m e s de p l u s q u e n o u s p a r a n : c ' é t a i t donc c h a q u e année 70.000 réservistes exercés (1) N o u s ne parlons pas de l'expédition de Madagascar, car les plus -violents détracteurs du général Mercier ont dû renoncer à lui imputer la responsabilité des fautes ^'exécution qu'on a relevées si amèrement dans la parti» administrative de la campagne : on a été bien obligé de reconnaître que le général Mercier n'avait pu s'occupor — et très i n c o m p l è t e m e n t , les dates le prouvent — que de Vorganisation. Insister sur ce point aurait souligné d'une manière trop évidente l e vice du régime, qui interdit d'exécuter à celui qui a c o n ç u . . Remarquons aussi que la majeure partie des déboires infligés au corps expéditionnaire tenaient au conflit qui s'est élevé entre les services de la Guerre et ceux de la Marine. Il aurait fallu à cet instant un chef énergique, capahlo do prendre des décisions et des responsabilités . naturellement, on avait mis ce chef à l'écart.

2


18

q u ' e l l e a v a i t de p l u s q u e n o u s , soit, en dix a n s , u n e x c é d e n t s u r n o u s de 7 0 0 . 0 0 0 h o m m e s , lui c o n s t i t u a n t u n « r é s e r v o i r » où elle p o u v a i t p u i s e r p r e s q u e à v o l o n t é . N ' a y a n t p a s , c o m m e il le d i sait, le m o y e n d ' a u g m e n t e r la p o p u l a t i o n en F r a n c e — ce q u i e x c i t a l ' h i l a r i t é d e s p i r i t u e l s d é p u t é s — le g é n é r a l M e r c i e r v o u l a i t a u m o i n s a u g m e n t e r le n o m b r e d ' h o m m e s r e c e v a n t u n e i n s t r u c t i o n m i l i t a i r e . Il est i n c o n t e s t a b l e q u e b e a u c o u p de j e u n e s g e n s refusés p a r les c o n s e i l s de r e v i s i o n s o n t n é a n m o i n s s u s c e p t i b l e s de r e n d r e des services e n t e m p s de g u e r r e : p a r e x e m p l e , c e r t a i n s m u t i l é s p e u v e n t p a r f a i t e m e n t p o r t e r le sac et m a n i e r le fusil, p u i s q u ' o n e n v o i e a u x c o m p a g n i e s de d i s c i p l i n e les m u t i l é s v o l o n t a i r e s et q u ' o n les a s t r e i n t à des m a n œ u v r e s s o u v e n t plus p é n i b l e s q u e celles d e s s o l d a t s m é t r o p o l i t a i n s . E n o u t r e , on p e u t u t i l i s e r en t e m p s de paix, c o m m e p l a n t o n s , s e c r é t a i r e s , o u v r i e r s , des j e u n e s g e n s de c o n s t i t u t i o n u n p e u faible, et p a r s u i t e r e m e t t r e d a n s le r a n g , p o u r u n service r é e l l e m e n t actif, n o m b r e d ' h o m m e s v i g o u r e u x d i s t r a i t s des u n i t é s . Ces d e r n i e r s d e v a i e n t q u i t t e r l ' a r m é e , b i e n entraînés; bien dressés, ayant toutes qualités pour a u g m e n t e r la v a l e u r de n o s r é s e r v e s . Le r é s u l t a t c h e r c h é é t a i t d o n c l ' a u g m e n t a t i o n du n o m b r e et de la q u a l i t é de l ' a r m é e de s e c o n d e ligne. Mais d ' a u t r e p a r t , la loi des c a d r e s de 187b' fixant le n o m b r e d ' h o m m e s q u i d o i v e n t e x i s t e r p a r u n i t é d u t e m p s d e p a i x , la loi de finances fixant c h a q u e a n n é e l'effectif b u d g é t a i r e , n e p e r m e t t e n t pas t o u j o u r s d ' e n t r e t e n i r s o u s les d r a p e a u x la t o t a l i t é des classes a p p e l é e s : les r e s s o u r c e s en c a s e r n e m e n t , m a t é r i e l d e c o u c h a g e , e t c ,


— 19 — s e r a i e n t a u s s i parfois i n s u f f i s a n t e s . Si d o n c u n e classe de r e c r u e s est p a r t i c u l i è r e m e n t n o m b r e u s e , il faut de t o u t e n é c e s s i t é l i b é r e r p a r a n t i c i p a t i o n u n c e r t a i n n o m b r e d ' a n c i e n s s o l d a t s . L a loi m i l i t a i r e de 1872 a v a i t r é p a r t i d e m a n i è r e f e r m e , p a r voie d e t i r a g e a u s o r t , le c o n t i n g e n t a n n u e l e n d e u x p a r t i e s , T u n e faisant c i n q a n s — d a n s la s u i t e q u a t r e a n s — l ' a u t r e u n a n . L a loi de 1889, q u i a r e m p l a c é celle de 1872, e n é t a b l i s s a n t le service d e t r o i s a n s , a v a i t d i m i n u é d ' u n e c l a s s e l'effectif s o u s les d r a p e a u x ; elle p r é v o y a i t e n o u t r e de n o m b r e u x cas d e d i s p e n s e . L e l é g i s l a t e u r a v a i t d o n c e s t i m é q u e l'effectif de l ' a r m é e a c t i v e n e s e r a i t j a m a i s s u p é r i e u r a u x fixations b u d g é t a i r e s et, p a r s u i t e , n ' a v a i t p r é v u q u e de façon é v a s i v e , s a n s en spécifier les c o n d i t i o n s , la r é p a r t i t i o n d u c o n t i n g e n t a n n u e l en d e u x p a r t i e s , p a r voie de tirage au sort. E n fait, l ' a p p l i c a t i o n d e l a loi de 1889 n ' a v a i t p o r t é à s o n d é b u t q u e s u r des c l a s s e s t r è s faibles, p r o v e n a n t d ' e n f a n t s n é s p e n d a n t les d é s a s t r e u s e s a n n é e s 1870 et 1 8 7 1 , et le p r o b l è m e n e s'était pas posé. A u c o n t r a i r e la classe 1 8 9 3 , a p p e l é e e n 1894, d o n n a u n e x c é d e n t d e 4 0 . 0 0 0 h o m m e s : le g é n é r a l Mercier fut d o n c le p r e m i e r m i n i s t r e qui d u t proc é d e r à u n e l i b é r a t i o n a n t i c i p é e . E t l'on voit q u ' i l n ' y a a u c u n e c o n t r a d i c t i o n e n t r e son désir d ' a u g m e n t e r le c o n t i n g e n t a n n u e l de t o u t e s les ress o u r c e s d i s p o n i b l e s et l ' o b l i g a t i o n où il se t r o u v a de renvoyer d'anciens soldats. S e u l e m e n t tandis q u e , s o u s le r é g i m e de la loi de 1872, les h o m m e s s a v a i e n t , dès le t i r a g e a u s o r t , q u ' i l s f e r a i e n t q u a tre a n s ou u n a n , s o u s le r é g i m e de la loi de 1889, ils i g n o r a i e n t , a u m o m e n t du tirage a u s o r t , si


20

leur n u m é r o leur conférerait une dispense de t e m p s de s e r v i c e , p u i s q u e cette d i s p e n s e était c o n d i t i o n n e l l e et d é p e n d a i t de l'effectif de la classe s u i v a n t e ; les a u t o r i t é s m i l i t a i r e s é t a i e n t n a t u r e l l e m e n t d a n s la m ê m e i g n o r a n c e . Il en r é s u l t a q u e , p o u r p r o c é d e r a u l i c e n c i e m e n t a n t i c i p é , le m i n i s t è r e d u t p r e s c r i r e a u x b u r e a u x de r e c r u t e m e n t de se r e p o r t e r a u x listes de t i r a g e a u s o r t , de c o m m u n i q u e r les r e n s e i g n e m e n t s a u x c o r p s de t r o u p e , e t c . L ' a p p l i c a t i o n p r o v o q u a d o n c des t i r a i l l e m e n t s , m a i s ils é t a i e n t d u s à la r é d a c t i o n i n suffisante de la l o i , et n o n à la décision d u m i nistre. L e s e x p l i c a t i o n s q u e le g é n é r a l Mercier f o u r n i t à la C h a m b r e f u r e n t t e l l e m e n t n e t t e s q u e la C h a m b r e v o t a à mains levées l ' o r d r e du j o u r p u r et s i m p l e s u r l ' i n t e r p e l l a t i o n L e H é r i s s é . Le 26 j u i n 1902, a u S é n a l , p e n d a n t la d i s c u s s i o n de la loi de d e u x a n s , le g é n é r a l M e r c i e r r e v i n t s u r la q u e s t i o n , e n r é p o n s e à u n e a l l é g a t i o n du r a p p o r t e u r , et il c o n c l u t a i n s i : « L e s motifs q u e l'on m ' a p r ê t é s é t a i e n t i n e x a c t s , l e s a c t e s q u e l'on m ' a a t t r i b u é s é t a i e n t i n e x a c t s , et les r é s u l t a t s de ces a c t e s i n e x a c t s (1). » (1) Le 28 novembre 1902, il adressait à M. Ribot, la « lettre ouverte » suivanto : Monsieur le Député, Je lis dans l'Officiel de ce matin, qu'à la séance de la Chambre d'hier, lorsque vous avez pris la parole dans l'interpellation adressée à M. le ministre do la Marine, vous avez prononcé lu phrase suivante : « V o u s savez, sans, que j'aie besoin d'insister, que dans une autro circonstance, la Chambre s'est légitimement émuo do ce qu'un ministre de la Guerre, p a r unrenvoi anticipé cl'une classe, accompli sous sa seule responsabilité, ail mis dans un certain péril les intérêts de la défense. » Permettez à l'ancien ministre de la Guerre que vous avez ainsi


— 21 —

II T e l l e s s o n t e n r é a l i t é ces m e s u r e s si c r i t i q u é e s , et d o n t o n fait s o u v e n t grief au g é n é r a l Mercier, mis en cause, de vous présenter à ce sujet quelques observations et rectifications. D'abord s'il est incontestable quo la Chambre s'est légitimement émue, il est équitable de rappoler que cette émotion s'est non moins légitimement calmée, lorsque à l'interpellation du 6 novombro 18'J'i, j'ai montré à la Chainbre que je n'avais aucunement compromis les intérêts de la défense ot quo, loin d'avoir réduit les effectifs, je les avais augmentés d'une moyenne annuelle de 14.000 h o m m e s . Au 1 décombro 1894, après le renvoi normal de la classo 189C et les renvois anticipés d'un certain nombre d'hommes des classes 1891 et 1892, l'effectif de l'armée française était, en effet, de 550.000 hommes, plus fort qu'il n'avait jamais été. L'effectit budgétaire moyon était fixé à 517.000 h o m m e s , plus fort aussi qu'il n'avait jamais été. Enfin, le Conseil supérieur de la guerre avait limité à 540.000 hommos seulement, l'effectit' nécessaire à la défense nationale, en dehors des époques d é l i b é r a t i o n . Il n'y avait donc dans les mesures que j'ai prises, ni péril pour la défenso, ni diminution des effectifs. Par conséquent, il n'y avait aucune analogie entre mon cas et celui de l'interpellation adressée hier à M. le ministre de la Marine. Vous parlez, monsieur le D é p u t é , du « renvoi anticipé d'une classe ». Vous pouvez déjà voir par ce qui précède qu'il y a dans cette expression un lapsus échappé à l'improvisation. Il y a eu, en 1894, libération normale de la classe 1S90 et renvoi anticipé de 37.000 hommes dont 25.000 de la classe 1891 et 12.000 de la classe 1892. Ces renvois portaient donc sur deux classes et étaient largement compensés par la différence entre les incorporations de la classe 1893 qui s'élevaient à 237.000 hommes, et les libérations atl'érentes à la classe 1390 qui n'atteignaient pas 180.000 h o m mes. V o u s affirmez enfin que ces renvois anticipés ont été accomplis sous ma seule responsabilité. C'est une erreur absolue. La question des renvois anticipés a été discutée au Conseil des m i n i s tres, dans le cabinet dont je faisais partie, sous la présidence ae M. Carnot, lorsque ce cabinet a établi son projet de budget pour 1895. Le principo de cos renvois a été adopté par le cabie r


— 22 — s a n s d ' a i l l e u r s les a v o i r c o m p r i s e s . Il s e m b l e r a i t , e n o u t r e , q u e ce s o i e n t là les s e u l s a c t e s q u i a i e n t s i g n a l é son p a s s a g e a u x affaires. S o n m i n i s t è r e a u c o n t r a i r e a été m a r q u é p a r deux réformes considérables : une augmentation de l ' a r t i l l e r i e de c a m p a g n e et l ' a d o p t i o n d ' u n n o u veau canon. E n f a i s a n t p a s s e r a u g é n i e le s e r v i c e des p o n t o n n i e r s j u s q u ' a l o r s affecté à l ' a r t i l l e r i e , on p u t c r é e r 28 b a t t e r i e s m o n t é e s n o u v e l l e s ; c'est la v a l e u r de p l u s de d e u x r é g i m e n t s et n o t r e a r t i l l e r i e é t a i t a i n s i a c c r u e de 168 b o u c h e s à feu. Ces chiffres se p a s s e n t d e c o m m e n t a i r e s . E n o u t r e , c'est le g é n é r a l M e r c i e r q u i d é c i d a la m i s e en c o n s t r u c t i o n du c a n o n de 7 5 . S i à l ' h e u r e a c t u e l l e e n c o r e , la F r a n c e a l a s u p é r i o r i t é et l ' a v a n c e d e l ' a r m e m e n t s u r les a u t r e s n a t i o n s , c'est à son m i n i s t r e de 1894 q u ' e l l e le doit. A l o r s q u ' e n 1905 l ' A l l e m a g n e n ' é t a i t pas s o r t i e de la p é r i o d e des e s s a i s et des t â t o n n e m e n t s , d e p u i s 1897 n o t r e c a n o n est e n s e r v i c e , d e p u i s 1900 toutes nos batteries en sont armées. Il y a lieu de faire r e m a r q u e r ici q u e le g é n é r a l M e r c i e r s'est b i e n p e u p r é v a l u de ce s e r v i c e r e n d u à s o n pays et c o m m e s o n a t t i t u d e t r a n c h e a v e c net, qui a laissé le détail dos mesures d'exécution à la d i s p o s i tion du ministre de la Guerre. Ce même cabinet s'est d'ailleurs solidarisé avec le ministre de la Guerre lors do l'interpellation du 6 novembre 1894, qui a été repoussée par la Chambre à une forte majorité, par un vote à mains l e v é e s ; et quand ce cabinet a été renversé deux mois après, cela s'est produit sur uno question complètement étrangère à l'armée. Veuillez agréer, monsieur le Député, l'assuranco de ma considération la plus distinguée.

Sénateur

Général MERCIER, de la Loire-Inférieure.


— 23 — celle des g é n é r a u x p o l i t i c i e n s q u e n o u s a v o n s v u s p a r la s u i t e c o u r i r les b a n q u e t s d é m o c r a t i q u e s et y p r o c l a m e r q u e c h a q u e j o u r ils s a u v a i e n t la patrie. Les allusions du général Mercier à la part p r i s e p a r l u i d a n s c e t t e t r a n s f o r m a t i o n de l ' a r m e m e n t o n t t o u j o u r s été e x t r ê m e m e n t d i s c r è t e s : le 21 j u i n 1 8 9 4 , r é p o n d a n t à u n e q u e s t i o n q u i lui é t a i t posée s u r u n a c c i d e n t s u r v e n u a u c a m p de G h à l o n s , il s ' e x p r i m a i t a i n s i : « J e n e v o u s a p prendrai rien, Messieurs, en vous disant que nous p o u r s u i v o n s la r e c h e r c h e d ' u n n o u v e a u m a t é r i e l d ' a r t i l l e r i e : c e t t e r e c h e r c h e est a r r i v é e à u n certain d e g r é d ' a v a n c e m e n t et, e n t r e a u t r e s , les d i s positifs des c u l a s s e s des n o u v e l l e s p i è c e s s o n t maintenant complètement déterminés. » Et à R e n n e s , i n c i d e m m e n t , à p r o p o s de la d é p o s i t i o n d u c o m m a n d a n t D u c r o s : « A u m o i s d ' a v r i l 1894, m a c o n v i c t i o n é t a i t faite s u r la v a l e u r r e l a t i v e des d e u x c a n o n s p r o p o s é s p a r le c o l o n e l D é p o r t et par le c o m m a n d a n t D u c r o s , et gavais décidé d'adopter le canon du colonel Déport (1). » R a p p e l o n s - n o u s q u ' i l a fallu les d é s a s t r e s de 1870 p o u r q u e le c a n o n se c h a r g e a n t p a r la c u l a s s e fût a c c e p t é chez n o u s p a r les « c o m p é t e n ces », c ' e s t - à - d i r e p a r les c o m i t é s , c o m m i s s i o n s , sous-commissions, b u r e a u x , services spéciaux, techniques, parlementaires, administratifs, dont t o u t e i n v e n t i o n doit r e c e v o i r l ' e s t a m p i l l e , et c h e r c h o n s c o m b i e n la R é p u b l i q u e a e u d e m i n i s t r e s q u i a i e n t dit : « Il n ' y a p a s de b u r e a u x , il y a u n m i n i s t r e r e s p o n s a b l e , et j e d é c l a r e q u e t a n t q u e j ' a u r a i l ' h o n n e u r d ' ê t r e à la tête de l ' a r m é e , ce s e r a ma (1) Tiennes, III, 186.


— 24 — volonté qui sera exécutée, e t n o n p a s celle des b u r e a u x (1). » Ce s e n t i m e n t de la r e s p o n s a b i l i t é , le g é n é r a l M e r c i e r l'a eu a u p l u s h a u t d e g r é : l'an d e r n i e r e n c o r e , il n o u s e n d o n n a i t u n e p r e u v e d a n s u n e l e t t r e à M. J u d e t s u r La mobilisation et la guerre (2). O n sait, q u e la c o n s t i t u t i o n r é s e r v e a u P a r l e m e n t s e u l le d r o i t de d é c l a r e r la g u e r r e : il e n r é s u l t e q u e le p a y s p e u t ê t r e s u r p r i s p a r u n e i n v a sion s o u d a i n e , et a c c u l é a u x p i r e s c a t a s t r o p h e s a v a n t q u e les d e u x C h a m b r e s se s o i e n t m ê m e r é u n i e s p o u r d é l i b é r e r s u r la s i t u a t i o n . L e g é n é r a l M e r c i e r a v a i t réfléchi à ces é v e n t u a l i t é s t e r r i b l e s , et a v a i t t r o u v é m o y e n d'y p a r e r . Il a e x p o s é s e s i d é e s d a n s la l e t t r e d o n t n o u s p a r l o n s p l u s h a u t , et m o n t r é q u ' e n p r é s e n c e d e c o m p l i c a t i o n s d i p l o m a t i q u e s ou de p r é p a r a t i f s b e l l i q u e u x de l ' a u t r e côté de la f r o n t i è r e , il n e fallait pas h é s i t e r à o r d o n n e r u n e m o b i l i s a t i o n p a r t i e l l e ou totale. Il t r a ç a i t a i n s i le d e v o i r du m i n i s t r e d e la G u e r r e : « Si la m o b i l i s a t i o n t o l a i e e l l e - m ê m e est n é c e s s a i r e , le g o u v e r n e m e n t n e d o i t p a s h é s i t e r à l'ord o n n e r sous sa responsabilité. Si elle n ' e s t pas a c c o r d é e a u m i n i s t r e d e l à G u e r r e , q u i la d e m a n d e e n v e r t u d e sa c o m p é t e n c e et d e s r e n s e i g n e m e n t s q u ' i l p o s s è d e , le m i n i s t r e doit d é m i s s i o n n e r s u r l ' h e u r e , r é s i g n e r ses f o n c t i o n s e n t r e les m a i n s de son p r é s i d e n t d u C o n s e i l , s a n s m ê m e a t t e n d r e la d é s i g n a t i o n de s o n s u c c e s s e u r , et a l l e r r e p r e n d r e d a n s l ' a r m é e sa p l a c e d e c o m b a t . » Ce n e sont p a s là v a i n c s p a r o l e s de q u e l q u ' u n conseillant à d'autres l'énergie, sans avoir soim ê m e été m i s en face d u p é r i l . R a p p e l o n s - n o u s la (1) Séance de la Chambre du 31 mai 1894 {Aff. (2) Eclair

du 9 décembre 190o.

Turpin).


25

d é p o s i t i o n du g é n é r a l M e r c i e r à R e n n e s , q u a n d il p a r l a i t de la « n u i t h i s t o r i q u e (1) »: « J ' é t a i s allé chez M. le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e , e n d o n n a n t l ' o r d r e a u chef d ' é t a l - m a j o r , M. le g é n é r a l d e B o i s d e f f r e , de se r e n d r e au m i n i s tère de la G u e r r e et de m'y a t t e n d r e a v e c le n o m b r e d'officiers n é c e s s a i r e p o u r expédier immédiatement, si besoin était, des télégrammes prescrivant la mise en vigueur des mesures préparatoires de la mobilisation. » La F r a n c e é t a i t d o n c b i e n g a r d é e s o u s le m i n i s t è r e du g é n é r a l M e r c i e r . 11 a v a i t la c o m p é t e n c e , la s c i e n c e a d m i n i s t r a t i v e — d i r e c t e u r des s e r v i c e s a d m i n i s t r a t i f s , c o m m e g é n é r a l d e b r i g a d e , il a v a i t p r o c é d é à la r é f o r m e t o t a l e de l ' a d m i n i s t r a t i o n m i l i t a i r e — , le c o m m a n d e m e n t ; e n o u t r e l ' é l o q u e n c e , l ' a u t o r i t é s u r les a s s e m b l é e s , le r e n o m d ' u n chef h a b i l e et d ' u n m a n œ u v r i e r c o n s o m m é — il s ' é t a i t p a r t i c u l i è r e m e n t fait r e m a r q u e r a u x m a n œ u v r e s de l'Oise e n 1893 —• . C e p e n d a n t , t a n dis q u ' o n vit p l u s i e u r s fois r u e S a i n t - D o m i n i q u e , M. de F r e y c i n e t , M. C a v a i g n a c , le g é n é r a l Billot, le g é n é r a l Z u r l i n d e n , et p e n d a n t c i n q a n s M. A n d r é , le g é n é r a l M e r c i e r , l u i , n ' y r e s t a q u e treize m o i s et n ' y r e p a r u t p l u s . C'est q u ' e n d e h o r s des q u e s t i o n s m i l i t a i r e s , t r o i s « affaires » a v a i e n t p e r m i s de le j u g e r .

III L'Affaire T u r p i n . — On sait q u e M. T u r p i n a v a i t é t é c o n d a m n é a n t é r i e u r e m e n t à c i n q a n s de p r i son p o u r l'affaire d e la m é l i n i t e . L o r s q u ' i l s o r t i t (1) Rennes,

I, 97.


— 26 — d ' E t a m p e s , il a n n o n ç a q u ' i l a v a i t i n v e n t é u n n o u v e l e n g i n d ' u n e p u i s s a n c e i n o u ï e : il a v a i t r é s o l u le p r o b l è m e « d ' a n é a n t i r e n u n e h e u r e t o u t u n p a y s , et t o u t ce q u i se t r o u v e à sa s u r f a c e , h o m m e s , m a i s o n , m a t é r i e l ». T o u t a u m o i n s u n e n g i n Turpin, placé sur l'Opéra, pouvait « en u n e h e u r e s e m e r d ' o b u s t o u t P a r i s d e p u i s la c e i n t u r e j u s q u ' a u x b o u l e v a r d s q u i s o n t à ses p i e d s e n a n é a n tissant tout, dans cette foudroyante spirale d é c r o i s s a n t e (1) ». M. T u r p i n , a y a n t p r o p o s é s a n s s u c c è s son i n v e n t i o n a u m i n i s t è r e de la G u e r r e , fit a n n o n c e r qu'il allait e n t r e r en pourparlers avec l ' é t r a n g e r . U n e c a m p a g n e de p r e s s e d ' u n e violence e x t r a o r d i n a i r e s ' o r g a n i s a : p r e s q u e t o u s les j o u r n a u x « e x p r i m è r e n t l e u r d o u l e u r et l e u r c r a i n t e d e v o i r l ' é t r a n g e r p o s s e s s e u r du secret de M. T u r p i n , g r â c e à l ' i m p é r i t i e , à la m a l v e i l l a n c e et à la h a i n e d u p é k i n q u i s o n t l ' a p a n a g e des b u r e a u x de la g u e r r e (2) ». E n t r e t e m p s , M. T u r p i n , r e t i r é à B r u x e l l e s , d i s t i l l a i t de s a v a n t e s i n t e r v i e w s p o u r a n n o n c e r q u ' i l a v a i t fondé une Société internationale de la nouvelle artillerie Turpin, et q u ' i l a v a i t r e ç u des offres d ' u n e p u i s s a n c e é t r a n g è r e : les j o u r n a u x r a p p e l a i e n t t o u s les m é c o m p t e s , t o u t e s les i n j u s t i c e s d o n t a v a i e n t été v i c t i m e s n o m b r e d ' i n v e n t e u r s i l l u s t r e s , et p r e s s a i e n t le m i n i s t r e d ' e n t r e r e n r e l a t i o n s a v e c le g é n i e m é c o n n u , s o u s p e i n e des p i r e s c a t a s t r o p h e s . L e g é n é r a l M e r c i e r r e s t a i n é b r a n l a b l e et refusa de c é d e r à ce f o r m i d a b l e « c h a n t a g e », s u i v a n t sa p r o p r e e x p r e s s i o n (3). (1) Artioledu Figaro, citédans YA/f. Turpin (chezCharles, 1894). (2) A/f. Turpin, 39. (3) « E n ce moment on fait une opération de chantage. » (Séance du 31 mai 1894.)


27

L a q u e s t i o n fut n a t u r e l l e m e n t portée à la t r i b u n e . M. L e H é r i s s é i n t e r p e l l a le m i n i s t r e : celuici a v e c s a froide l o g i q u e r e m i t t o u t e s c h o s e s a u p o i n t , et u n o r d r e d u j o u r de confiance fut v o t é p a r 416 v o i x c o n t r e 1 0 2 . C'est à cette o c c a s i o n q u e le g é n é r a l M e r c i e r p a r l a de s o n « flair d ' a r t i l l e u r » : « Vous m e p e r m e t t e z d e v o u s d i r e q u e j ' a i u n e c e r t a i n e e x p é r i e n c e des e n g i n s de d e s t r u c t i o n et des l o n g s e s s a i s d o n t tout, e n g i n de c e t t e n a t u r e doit être l'objet a v a n t d ' ê t r e m i s a u p o i n t . 11 n e suffit pas d ' a v o i r u n e i d é e , il faut la faire p a s s e r d a n s la p r a t i q u e . Q u e M. T u r p i n a i t u n e i d é e , j e n ' e n sais r i e n : q u ' i l l'ait fait p a s s e r d a n s la p r a t i q u e , j e v o u s affirme avec m o n e x p é r i e n c e des c h o s e s de l ' a r m é e , a v e c , p e r m e t t e z - m o i c e t t e e x p r e s s i o n , m o n flair d ' a r t i l l e u r , q u e cela n ' e s t pas. » La parole d'un spécialiste avait bien quelque poids d a n s la q u e s t i o n : on e û t pu r e n d r e h o m m a g e à l ' h o m m e q u i , p o u r c a l m e r la v é r i t a b l e é p o u v a n t e d o n t le p a y s é t a i t s a i s i , ne c r a i g n a i t p a s de se p o r t e r g a r a n t de l ' i n a n i t é de ces t e r r e u r s . Mais l ' o p i n i o n p u b l i q u e é t a i t affolée: elle r a p p r o c h a n a t u r e l l e m e n t le « flair d ' a r t i l l e u r » du « c œ u r l é g e r », et y vit le p r é s a g e de d é s a s t r e s a n a l o g u e s à c e u x de 1870. Toutefois l o r s q u e , q u e l q u e s j o u r s p l u s t a r d , M. T u r p i n , v a i n c u p a r l ' o p i n i â t r e t é d u m i n i s t r e , se d é c i d a à r e n t r e r e n F r a n c e et à p u b l i e r s o n « s e c r e t », on r e c o n n u t q u ' i l y a v a i t p e u t - ê t r e u n e i d é e , ou a u m o i n s le r a j e u n i s sement d'un vieux procédé, mais que, suivant l ' e x p r e s s i o n du g é n é r a l M e r c i e r , r i e n n ' é t a i t a u point. L ' o p i n i o n se r e s s a i s i t : l a c a m p a g n e de p r e s s e se


28

c a l m a c o m m e p a r e n c h a n t e m e n t . . . et l ' i n v e n t i o n de M. T u r p i n n e vit j a m a i s le j o u r . Il r e s t a c e s i m p l e fait q u e le m i n i s t r e a v a i t v u j u s t e : m a i s , en o u t r e , il r e s t a q u e ce m ê m e m i n i s t r e a v a i t u n e v o l o n t é , et q u ' u n e c a m p a g n e de p r e s s e , m ê m e de la d e r n i è r e v i o l e n c e , n e p o u v a i t l ' i n t i m i d e r . L'Affaire M i r m a n . — M. M i r m a n , e n t r é d a n s l ' U n i v e r s i t é s o u s le r é g i m e de la loi de 1872, a v a i t contracté u n engagement décennal qui l'exemptait du s e r v i c e m i l i t a i r e . Il d o n n a sa d é m i s s i o n de p r o f e s s e u r a v a n t l ' e x p i r a t i o n de cet e n g a g e m e n t d é c e n n a l p o u r se faire élire d é p u t é ; il r e t o m b a i t p a r s u i t e s o u s le c o u p d e la loi m i l i t a i r e et d e v a i t faire son s e r v i c e : c'est ce q u e le m i n i s t r e notifia a u p r é s i d e n t de la C h a m b r e p a r l e t t r e d u 30 o c t o b r e 1894. I m m é d i a t e m e n t les s o c i a l i s t e s , s o u t e n u s p a r les r a d i c a u x , i n t e r p e l l è r e n t , r é c l a m a n t le « r e s p e c t du suffrage u n i v e r s e l », et le d r o i t p o u r l e u r c o l l è g u e d e s i é g e r à la C h a m b r e . Le p r é s i d e n t du Conseil d u t n a t u r e l l e m e n t a p p u y e r le m i n i s t r e de la G u e r r e , p u i s q u e la loi était f o r m e l l e , m a i s c e fut le g é n é r a l Mercier q u i s u p p o r t a tout l'effort de la d i s c u s s i o n . I n t e r r o m p u p a r l ' e x t r ê m e g a u c h e , p a r le p r é s i d e n t B u r d e a u l u i - m ô m e , il e x p o s a f r o i d e m e n t sa t h è s e , s a n s se laisser t r o u b l e r . L a C h a m b r e lui d o n n a r a i s o n , m a i s des p r o t e s t a t i o n s v i o l e n t e s é c l a t è r e n t de p l u s belle a p r è s le v o l e . M. B r i s s o n v i n t faire u n e d é c l a r a t i o n i n d i g n é e et i a r m o y a n l e ; MM. J a u r è s , . l o u r d e et autres c r i a i e n t : « C h a m b r e d ' e s c l a v e s ! . . . Coup d ' E t a t !... 2 décembre... les grenadiers sont à la porle... » « J e n ' a i pas l ' h o n n e u r d ' ê t r e d é p u t é , l e u r a v a i t dit le m i n i s t r e , v o u s ferez c o m m e d é p u t é s ce q u e


— 29 — vous jugerez b o n ; on m'a d e m a n d é mon avis, c o m m e m i n i s t r e de la G u e r r e , j e Je d o n n e . » L'Affaire Dreyfus.—Enfin é c l a t a l'Affaire D r e y fus. L e g é n é r a l Mercier n ' h é s i t a pas à t r a d u i r e en Conseil de g u e r r e l'officier q u i lui é t a i t s i g n a l é c o m m e c o u p a b l e de t r a h i s o n ; il refusa de déférer au désir e x p r i m é p a r MM. W a l d e c k - R o u s s e a u et R e i n a c h q u e les d é b a t s n ' e u s s e n t pas lieu à h u i s clos, d é s i r q u e lui a v a i t t r a n s m i s M. C a s i m i r - P e rier, p r é s i d e n t d e l à R é p u b l i q u e ( 1 ) ; il n e v o u l u t pas n o n plus é c o u t e r R e i n a c h q u i fit u n e d é m a r c h e d i r e c t e a u p r è s de lui (2). L e J u i f a c c u s é de t r a h i s o n fut j u g é c o m m e s o n t j u g é s les p e r s o n n e s a c c u s é e s de ce c r i m e ; le j u g e m e n t r e ç u t sa p l e i n e et e n t i è r e e x é c u t i o n .

C'en était t r o p : le g é n é r a l Mercier a v a i t t e n u tète à la P r e s s e , au P a r l e m e n t , à la J u i v e r i e ; il s'était m o n t r é inflexible s u r toule question d ' h o n n e u r , d e d r o i t ou d ' E t a t : il n e d e v a i t p l u s ôlre m i n i s t r e de la R é p u b l i q u e . Lisez R e i n a c h et, des i n j u r e s et des c a l o m n i e s , v o u s d é g a g e r e z la vérité : « Mercier s o u h a i t a i t a r d e m m e n t c o n s e r v e r s o n « p o r t e f e u i l l e . Mais ses m a l a d r e s s e s , le c y n i s m e « a v e c l e q u e l il e x p l o i t a i t la c o n d a m n a t i o n d e « D r e y f u s , se faisant g l o i r e d ' u n é v é n e m e n t d o u ce J o u r e u x , j o u a n t à l ' i n c o r r u p t i b l e et a u seul p â te triote, sa t e n t a t i v e d e r e c o m m e n c e r à s o n profit (1) Tienne*, I, 66. Déposition Casimir-Perier. (2) Ilist. de l'A/f. Dreyfus, I, 348. « Je vis aussi Mercier. Nos relations à travers des divergences politiques avaient été c o r diales. Sa figure se contracta : il refusa d'un ton sec et tranchant. Ce fut notre dernier entretien. »


— 30 — « « te « «

l ' a v e n t u r e de B o u l a n g e r , j u s q u ' a u m i s é r a b l e p l a c a r d q u i a v a i t é t é d i s t r i b u é le j o u r d u C o n g r è s , son a r r o g a n c e et sa b a s s e s s e , a v a i e n t é c œ u r é tous les républicains. Ils n ' é t a i e n t p a s m o i n s édifiés s u r s o n i n c a p a c i t é (1). »

L a c a m p a g n e de M a d a g a s c a r é t a i t i m m i n e n t e . I l e û t s e m b l é n a t u r e l de l a i s s e r à c e l u i qui l'avait o r g a n i s é e le soin d e p r é s i d e r à s o n e x é c u t i o n : ce s o n t là s o u c i s a c c e s s o i r e s en R é p u b l i q u e . F r a p p é d ' o s t r a c i s m e p a r R e i n a c h et les « r é p u b l i c a i n s », le g é n é r a l M e r c i e r se v i t m é c o n n u p a r l ' o p i nion publique, a t t a q u é p a r p r e s q u e t o u s les p a r t i s . C ' e s t d a n s l ' o r d r e , c'est la loi d e la d é m o c r a t i e f o r m u l é e , il y a v i n g t - t r o i s s i è c l e s , p a r A r i s t o p h a n e , q u a n d il d i s a i t a u x A t h é n i e n s : « V o u s « r e d o u t e z c e u x q u i v o u s a i m e n t et v o u s v o u s « m e t t e z a u x p i e d s de c e u x q u i v o u s t r a h i s « s e n t (2). » HENRI

DUTRAIT-CROZON.

(1) Hist. de l'Aff. Dreyfus, I, 561. Le ministère dont faisait partie le général Mercier avait été renversé sur la question dos conventions. Le Président de la République se démit également de ses pouvoirs. L'histoire du placard recommandant le général Mercier aux suffrages du Congrès comme auteur do la condamnation do Dreyfus, n'est bion vraisemblablement qu'une manœuvre juive pour l'écarter du ministère qui devait succéder au ministère Dupuy. (2) VAssemblée des femmes.


DREYFUS et L'INTÉRÊT SUPÉRIEUR DE LA RÉPUBLIQUE « J'ai longtemps considéré comme seule possible et même bonne, si elle était convenablement amendée, la forme actuelle du Gouvernement en France: Mais je ne savais pas alors

que laRépublique,c'était Dreyfus.» [Paroles

d'un vieux désabusé.)

Républicain

1 . P r é p a r a t i o n e t c o n d u i t e de l a d e u x i è m e re vision. T o u t e v i c t o i r e est s t é r i l e si elle n ' e s t p a s s u i v i e d ' u n e v i g o u r e u s e p o u r s u i t e . Le p a r t i q u i a l u t t é p o u r la F r a n c e , c o n t r e D r e y f u s , a m é c o n n u c e t t e v é r i t é fort a n c i e n n e . Il p e u t a u j o u r d ' h u i m e s u r e r les c o n s é q u e n c e s de sa f a u i e . A p r è s la défaite de l ' a r m é e d r e y f u s i e n n e à R e n n e s (1), les v a i n q u e u r s s ' e n d o r m i r e n t s u r l e u r s l a u r i e r s . A la voix des s a g e s q u i l e u r c o n s e i l l a i e n t (1) 9 septembre 1899.


32

l'offensive (1), ils p r é f é r è r e n t celle des fous qui d i s a i e n t : « L ' i n c i d e n t est clos. » P o u r t o u t e s p r i t réfléchi c e p e n d a n t , le p r o c è s de 1899, q u i a v a i t t o u r n é à la c o n f u s i o n de ses a u t e u r s , n e p o u v a i t ê t r e q u ' u n e é t a p e d a n s la l u t t e e n g a g é e . C o u p m a n q u é , c o u p à r e c o m m e n c e r a v e c des p r é c a u t i o n s m i e u x p r i s e s . A u l e n d e m a i n de la b a t a i l l e , les v a i n c u s s o n g e a i e n t déjà à la r e p r i s e des h o s t i l i t é s . L e n t e m e n t , p a t i e m m e n t , ils d r e s s a i e n t de nouvelles batteries, reconstituaient leurs troupes d ' a t t a q u e , et, à l ' h e u r e c h o i s i e p a r eux, r e n t r a i e n t en campagne. C'était l o g i q u e , c'était fatal. L a c a u s e de D r e y fus é t a i t d e v e n u e la c a u s e du r é g i m e . Dès la p r e m i è r e h e u r e , l'Affaire se r é v é l a p o l i t i q u e . On n e s a u r a i t t r o p r a p p e l e r q u e , le 14 d é c e m b r e 1 8 9 4 , J o s e p h R e i n a c h et W a l d e c k - R o u s s e a u f a i s a i e n t a u p r è s d u p r é s i d e n t de l a R é p u b l i q u e u n e d é m a r c h e en faveur de Dreyfus. Sept ans plus tard, M m e D r e y f u s - G o n z a l è s , c o n f i d e n t e et i n s p i r a t r i c e de W a l d e c k - R o u s s e a u , a v o u a i t q u e la d é s o r g a n i s a t i o n de l ' E g l i s e de F r a n c e é t a i t la r e v a n c h e des J u i f s . L e s i l l u s i o n s n a ï v e s des u n s , les p r o t e s t a tions h y p o c r i t e s des a u t r e s , q u i n e v o u l a i e n t v o i r d a n s l'Affaire q u ' u n e c a u s e j u d i c i a i r e p a r t i c u l i è r e m e n t é m o u v a n t e et b r u y a n t e , n e d o n n è r e n t pas le change aux h o m m e s avisés. C'est en vertu d'une absolue nécessité organique,

(1) Dès les la et 22 septembre 1899, Charles Maurras publiait dans la Gazette de France deux articles intitulés : « V.0ff'ensioe », où il réclamait des poursuites contre les faux témoins du procès de R e n n e s . Inutilo de dire qu'il no fut pas suivi : on prépara les élections do 1902. Plus tard, quand la deuxième revision fut engagéo, il se heurta à la morne inertie : on prépara les élections do°1906.


— 33 — écrivait Charles Maurras (1), que nos maîtres sont appelés à r e p r e n d r e l'affaire Dreyfus. ... 11 a fallu à M. Reinach et aux salons juifs un auxiliaire. Lequel ? On peut le n o m m e r aisément. Si l'on veut des noms propres, cet auxiliaire p e u t s'appeler indifféremment M. Loubet ou M. Ranc, et M. Delcassé ou M. André, ou M. Brisson (2). Si l'on veut une désignation g é n é rique arbitraire, il faut l'appeler Y intérêt politique. Je dis Vintérêt 'politique et moral du vieux parti républicain. Depuis cinq années environ, grâce à l'affaire Dreyfus et à l'affaire toute seule, sous la présidence du président Loubet, sous l'inspiration de M. Brisson, de M. Ranc, de M. André et de quelques autres, il s'est établi en France une sorte de régime nouveau, qui n'est plus tout à fait la troisième République. Cette troisième République le portait en germe et le préparait : mais avec des p u d e u r s , des précautions, des craintes, qu'ignore absolument le régime nouveau. Ce régime pourrait s'appeler une quatrième République. — La République antifrançaise, a coutume de dire un grand prince exilé. La quatrième République, cette République antifrançaise est franchement — a v e c radicalisme — ce que la troisième n'était que sournoisement — avec opportunisme, — antireligieuse et antimilUaire. Elle applique tous les principes de la démocratie et de l'anarchie. ... Une tradition s'institue, une rhétorique se forme, quatre cent mille fonctionnaires sontexercés à répéter en cadence ce formulaire, trois millions d'électeurs y applaudissent : le reste subit. (1) Soleil du îi mars l'JOi. (2) D'autres encore, mais particulièrement i M. Combes et M. Glemoncoau, auraient droit de figurer dans ce tableau d'honneur.

3


Domination qu'elle dure.

34

bien assise, comme l'on voit, p u i s -

11 y manque u n e chose encore, la considération. Bons ou mauvais, tous les pouvoirs h u m a i n s ont besoin du r e s p e c t des h o m m e s . Lorsque Napoléon eut fait fusiller le duc d'Enghien, il d e m a n d a l'onction sacrée à Notre-Dame. Lorsque Hugues Capct eut rasé et cloîtré le dernier de Carlovingiens, il se tourna luim ê m e vers le baptistère de Reims. Et le premier Carolingien s'était plié au même usage. Les gouvernements ne sont pas tous légitimes, mais ils aspirent tous à ne plus passer pour b â t a r d s . La quatrième République est comme les a u t r e s , et la b a r r e de bâtardise oblitère son sceau. Il n'est pas difficile de lui faire sentir la bassesse et la honte de son origine : il suflit de lui rappeler qu'elle est née d'une agitation provoquée en faveur d'un traître avéré et, qui pis est, d'un traître condamné p a r deux fois au nom du Peuple français. C'est au nom du Peuple français que règne et que gouverne la quatrième République. C'est au même nom du môme Peuple français, aussi légalement, aussi juridiquement, que Dreyfus, son premier fondateur, a été flétri. Il y a là un état de choses contradictoire : si Dreyfus est un traître, le régime est illégiiime; pour que le régime devienne légitime, il faut que Dreyfus soit grimé en innocent. Vous pouvez rire de cette formalité : réhabilitation. C'est pourtant une cérémonie décisive, au point de vue des intérêts politiques et m o r a u x du régime, au point de vue de la psychologie des gouvernants. Cette cérémonie équivaut aux sacres de vos Empereurs, de vos Rois. La Cour de cassation se réunira, croyezmoi. Elle recevra Dreyfus comme les successeurs de saint Remi ou de saint Denys reçurent les chefs de nos dynasties naissantes. Ce prétoire banal fera l'office de la cure et de l'ampoule. Ces personnages vêtus de rouge et fourrés d'hermine seront les évêques des temps nouveaux. Ils détiennent la léga-


35

lité. Ils seront réunis pour légaliser la fausse innocence sur laquelle le régime entier est édifié. Q u i p o u r r a i t m é c o n n a î t r e a u j o u r d ' h u i la j u s tesse p r o f o n d e de ces p a r o l e s ? M a i s , h é l a s ! le p r o p h è t e p r ê c h a i t d a n s le d é s e r t . Les F r a n ç a i s d e m e u r a i e n t s o u r d s à la l e ç o n des faits c o m m e à la l o g i q u e des r a i s o n n e m e n t s . Les s é a n c e s des 7 et 8 avril 1 9 0 3 , à la C h a m b r e des d é p u t é s , q u i m a r q u è r e n t la r e p r i s e d e l'Affaire, n e l e s a v a i e n t m ê m e p a s i n s t r u i t s . La c o m é d i e é t a i t c e p e n d a n t g r o s s i è r e . S o u s p r é t e x t e de c o m b a t t r e la v a l i d a t i o n d e S y v e t o n q u i , d a n s ses affiches électorales, avait repris u n e p h r a s e du général de Galliffetsur «. le m i n i s t è r e d e l ' é t r a n g e r » , M . J a u r è s avait « dénoncé » la légende du bordereau annoté et a c c u s é les b u r e a u x d e la g u e r r e d ' a v o i r « m i s s o u s le b o i s s e a u » u n e l e t t r e écrite a u m i n i s t r e par le g é n é r a l d e P e l l i e u x a p r è s la d é c o u v e r t e du faux H e n r y . L e s c o m p è r e s v i n r e n t à la r e s c o u s s e : M. B r i s s o n affirma, a v e c u n é m o l i o n assez b i e n j o u é e , q u e , p r é s i d e n t d u Conseil d ' a l o r s , il n ' a v a i t p a s e u c o n n a i s s a n c e de c e t t e l e t t r e . E t le g é n é r a l A n d r é , m i n i s t r e de la G u e r r e , a p r è s a v o i r p r o t e s t é « q u ' i l s'en t e n a i t a u j u g e m e n t du Conseil de g u e r r e d e R e n n e s », d é c l a r a q u e « p o u r faciliter d a n s la p l u s l a r g e m e s u r e la r e c h e r c h e et la m i s e en é v i d e n c e de la vérité », il acceptait, a u n o m du Gouvernement, une enquête « administrative » s u r les d o c u m e n t s d e l'affaire D r e y f u s , e n q u ê t e q u i d ' a i l l e u r s n e l u i a v a i t pas été p r o p o s é e , et où il s e r a i t a s s i s t é par des m a g i s t r a t s , « p o u r s a u v e g a r d e r sa r e s p o n s a b i l i t é ». Le zèle excessif du g é n é r a l A n d r é à a c c e p t e r u n e offre q u i n ' a v a i t p a s été faite faillit t o u t g â t e r . P e n d a n t u n i n s t a n t , la C h a m b r e s ' é m u t . M. M a -


36

g n i a u d é d é p o s a u n o r d r e d u j o u r « i n v i t a n t le G o u v e r n e m e n t à s'opposer é n e r g i q u e m e n t à toute r e p r i s e de l'affaire Dreyfus ». E n s o u t e n a n t cet o r d r e d u j o u r , il r a p p e l a les p a r o l e s p r o n o n c é e s le 28 a v r i l 1900 p a r M. L é o n B o u r g e o i s ( m e m b r e du c a b i n e t actuel) : « Je suis résolu à combattre et à c o n d a m n e r tout acte p a r lequel le Gouvernement essaierait de ressusciter l'affaire Dreyfus. » M. R i b o t fit u n b e a u d i s c o u r s , p r o t e s t a c o n t r e c e t t e e n q u ê t e a d m i n i s t r a t i v e , c o n l r e « la p r o c é d u r e de la r e v i s i o n q u ' o n i n t r o d u i s a i t en ce m o m e n t , c o n t r a i r e m e n t à la loi » ; son h é r o ï s m e , toutefois, n'alla p a s j u s q u ' à se r a l l i e r à l ' o r d r e d u j o u r d e M, M a g n i a u d é : il se c o n t e n t a de d e m a n d e r l ' o r d r e du j o u r p u r et s i m p l e . Cela n e faisait p a s l'affaire du G o u v e r n e m e n t , q u i avait b e s o i n d ' u n o r d r e d u j o u r é q u i v o q u e , p e r m e t t a n t la r e p r i s e de l'affaire t o u t e n m é n a g e a n t les s u s c e p t i b i l i t é s r é e l l e s ou feintes, d e la C h a m b r e . L e p r é s i d e n t du' Conseil e s s a y a de r é p a r e r les m a l a d r e s s e s du m i n i s t r e de la G u e r r e et donna sur cette bizarre e n q u ê t e administrative des e x p l i c a t i o n s confuses q u i a m e n è r e n t c e t t e q u e s t i o n de M. A n t h i m e M é n a r d : « C'est une revision, alors?» A quoi M. Combes r é p o n d i t : « Ce n'est pas une enquête judiciaire. Il ne s'agit pas là de la nomination d'une commission, et encore moins d'une procédure en vue d'une revision. » Cette p r o m e s s e suffit à c a l m e r les i n q u i é t u d e s de la C h a m b r e , qui a d o p t a , p a r 235 v o i x c o n t r e 70 et 225 abstentions, u n o r d r e d u j o u r d e M. C h a -


— 37 — p u i s , a c c e p t é p a r le G o u v e r n e m e n t , et a i n s i c o n ç u : a La Chambre, confiante dans le Gouvernement et résolue à ne pas laisser sortir l'affaire Dreyfus du domaine judiciaire, passe à l'ordre du jour. » U n e fois d e p l u s , p a r la faiblesse de l ' o p p o s i tion, le p a r t i de Dreyfus t r i o m p h a i t . A la faveur de c e t t e d u p e r i e , la d e u x i è m e r e v i s i o n s ' o u v r i t . A la s u i t e d e son « e n q u ê t e a d m i n i s t r a t i v e », le m i n i s t r e de la G u e r r e a d r e s s a i t , le 19 o c t o b r e 1 9 0 3 , a u p r é s i d e n t d u C o n s e i l , u n r a p p o r t où il s i g n a l a i t « les g r a v e s c o n s t a t a t i o n s » qu'il a v a i t faites. De son c ô t é , le 26 n o v e m b r e , Alfred D r e y f u s e n v o y a i t sa d e m a n d e e n r e v i s i o n a u g a r d e des S c e a u x q u i , le 25 d é c e m b r e , s a i s i s s a i t la Cour de c a s s a t i o n . On a u r a i t p u c r o i r e q u e la n o u v e l l e allait s o u l e v e r l ' i n d i g n a t i o n p u b l i q u e . Il n ' e n fut r i e n . La C h a m b r e s'était l a i s s é b e r n e r p a r M. C o m b e s , q u i m a n q u a i t c y n i q u e m e n t à sa p a r o l e . E l l e n ' e u t p a s u n m o t d e p r o t e s t a t i o n . L'affaire est d é s o r m a i s s u r le t e r r a i n j u d i c i a i r e , r é p é t a i e n t d e t o u s côtés les officieux, la C h a m b r e n ' a p l u s r i e n à y v o i r . O n les c r o y a i t ou o n feignait de les c r o i r e . L a n o u v e l l e t a c t i q u e é t a i t h a b i l e . L e m o t d ' o r d r e d e la d e u x i è m e r e v i s i o n fut : p a s de t a p a g e . L e s m a l f a i t e u r s a v a i e n t m i s , c e t t e fois, des c h a u s s o n s de l i s i è r e . L a l a s s i t u d e et l ' a p a t h i e de l e u r s a d v e r s a i r e s l e u r d o n n a i e n t b e a u j e u . La m a s s e d u p u b l i c s e m b l a i t indifférente e t c e u x d o n t la m i s s i o n d e v r a i t ê t r e d e d i r i g e r l ' o p i n i o n n e f a i s a i e n t r i e n p o u r la r é v e i l l e r . Si la voix de q u e l q u e C a s s a n d r e e s s a y a i t de se faire e n t e n d r e , elle était étouffée de t o u t e s p a r t s . « L e p u b l i c n ' e n v e u t p l u s », tel fut le r e f r a i n de n o s profonds politiques. Au P a r l e m e n t , pas u n d é p u t é n e m o n t a i t à la t r i b u n e p o u r d é n o n c e r les


38

s c a n d a l e s de la d e u x i è m e r e v i s i o n . A p e i n e le procès Daulriche, qui jadis eût tué plusieurs m i n i s t è r e s , s e c o u a - t - i l u n i n s t a n t la t o r p e u r . Bien v i t e , on r e n t r a d a n s u n e m o r n e r é s i g n a t i o n . E t p o u r t a n t , q u e l faible v e r s e r le fragile édifice d e Tandis que notre stupide c h a m p libre, nos e n n e m i s incident.

effort a u r a i t suffi à r e n l'entreprise criminelle ! a p a t h i e l e u r l a i s s a i t le tremblaient au moindre

Les révélations, d'une scandaleuse incons c i e n c e , d ' u n a n c i e n m i n i s t r e de la G u e r r e n o u s o n t édifié à cet é g a r d . L e g é n é r a l A n d r é a y a n t v o u l u i n s c r i r e a u t a b l e a u d ' a v a n c e m e n t le c o m m a n d a n t D u c a s s é , q u e le p a r t i de D r e y f u s a c c u sait d ' a v o i r c o m m i s u n e « v i l e n i e » e n s a i s i s s a n t , p a r o r d r e du g é n é r a l d e P e l l i e u x , c e r t a i n e s l e t t r e s i n t i m e s chez P i c q u a r t (ce q u i d ' a i l l e u r s é t a i t f a u x ) , M. C o m b e s lui é c r i v a i t , le 27 j a n v i e r 1904 : « Mon cher a m i , « J'ai reçu hier soir la visite de M. Clemenceau, qui m'a dit en substance ce qui suit : . « André se propose de porter sur le tableau d'avancement le c o m m a n d a n t Ducassé avec le n° 1 . C'est Fallières qui a insisté vivement a u p r è s de lui à cet effet. Si le ministre donne suite à cette intention, il en résultera un incident des plus retentissants et des plus fâcheux. Picquart est résolu à faire un éclat. Il protestera par une lettre publique contre la récompense donnée à l'acte le plus odieux et le plus démoralisant qu'un officier puisse commettre. Il dira tout ce qu'il sait à ce sujet; m o i - m ê m e , je serais entraîné à raconter une scène qui s'est passée devant moi entre André et Picquart (scène émouvante I a-f-il ajouté). « Je vous supplie, m'a-t-il dit encore, de me p e r -


— 39 — mettre de m'expliquer devant vous avec André. (Il m'a m ê m e d e m a n d é , sans insister, de convoquer Picquart.) Je suis sûr de convaincre André qu'il ne doit pas, sous peine de compromettre le résultat de l'affaire en cours de revision, n o m m e r en ce moment Ducassé, ni par conséquent le porter au tableau d'avancement. Le cabinet ne peut qu'être fortement affaibli et ébranlé par les polémiques qui s'engageront inévitablement, si André passe outre à nos prières. « J'ai prié Clemenceau de vous en référer. Je ne dois pas vous dissimuler que je suis fort ému de la perspective ouverte devant mes yeux. Vous connaissez m a manière de penser sur cette question. Je l'ai dite avec toute la force de ma conscience dans le conseil des ministres. A l'heure présente, ce sont surtout les conséquences possibles qui me préoccupent, conséquences relatives au ministère, conséquences relatives à la revision. Un pareil résultat n ' e s t p a s négligeable... » D o u t e r a - t - o n e n c o r e , a p r è s c e t t e l e c t u r e , de l ' i n t é r ê t p o l i t i q u e d e l'Affaire? E t d o u t e r a - t - o n q u e c e t t e d e u x i è m e r e v i s i o n , " q u e le mécontentement de Picquart suffisait à compromettre, a u r a i t pu être e m p ê c h é e p a r u n e offensive b i e n c o n d u i t e ? R i e n n e fut fait. L ' a n n é e 190S a m e n a des p r é occupations d'un autre ordre qui contribuèrent e n c o r e à d é t o u r n e r l ' o p i n i o n p u b l i q u e de l'Affaire. D e p u i s l o n g t e m p s , d ' a i l l e u r s , l ' e n q u ê t e était close. L e c o n s e i l l e r C l é m e n t Moras a v a i t t e r m i n é son r a p p o r t , le p r o c u r e u r g é n é r a l B a u d o u i n a v a i t m i s la d e r n i è r e m a i n à s o n r é q u i s i t o i r e ; l'Affaire, p o u r t a n t , n e v e n a i t pas d e v a n t la C o u r . On c o m m e n ç a i t à c r o i r e — et déjà les e n d o r m e u r s t r i o m p h a i e n t — q u ' e l l e n e v i e n d r a i t j a m a i s . A la r e n trée des t r i b u n a u x , à l ' a u t o m n e de 1905, on rac o n t a i t q u e le p r o c u r e u r g é n é r a l l u i - m ê m e en avait p a r l é e n t e r m e s très évasifs.


40

B r u s q u e m e n t , d a n s ce ciel s e r e i n , u n c o u p de t o n n e r r e é c l a t e . Le r é s u l t a t d e s é l e c t i o n s u n e fois c e r t a i n , s a n s m ê m e a t t e n d r e le s e c o n d t o u r de s c r u t i n , dès le m i l i e u de m a i 1 9 0 6 , on a n n o n c e q u e les d é b a t s c o m m e n c e r o n t d e v a n t la C o u r le 15 j u i n . L e G o u v e r n e m e n t , s û r d é s o r m a i s d ' u n e écrasante majorité, délivré pour quelque temps de soucis e x t é r i e u r s trop a i g u s , a les m a i n s libres : il n ' h é s i t e pas à e n p r o l i l e r . 2 . C a s s a t i o n a v e c ou s a n s renvoi. Dès q u e la d e u x i è m e r e v i s i o n e u t été o u v e r t e p a r le v o t e de la C h a m b r e , le 8 a v r i l 1903, les e s p r i t s c l a i r v o y a n t s n e s'y é t a i e n t p a s t r o m p é s : la r e v i s i o n é t a i t faite en p r i n c i p e . L e G o u v e r n e m e n t , a y a n t e n g a g é la b a t a i l l e , d e v a i t t r i o m p h e r par t o u s les m o y e n s p o s s i b l e s : u n d e u x i è m e é c h e c e û t été fatal a u r é g i m e . S i c e r t a i n s se firent des i l l u s i o n s , c'est q u ' i l s le v o u l u r e n t b i e n , car, d a n s le c a m p e n n e m i , q u e l q u e s b a v a r d s se c h a r g e a i e n t de les r e n s e i g n e r . On p o u v a i t lire, d a n s la Libre Parole du 27 m a i 1903 — m o i n s d e d e u x m o i s a p r è s le v o t e de la C h a m b r e -— u n e i n t e r v i e w d ' A n a t o l e F r a n c e par le Giomale d'Ilalia : « Et l'affaire Dreyfus? « — Nous somme» à la fin, à la fin naturelle. Tout sera fini aux prochaines vacances et la Cour de cassation fera justice en cassant sans renvoi... Nous serions arrivés à la réhabilitation au lendemain de l'arrêt de Rennes, si Dreyfus n'avait pas accepté sa grâce. Cette grâce acceptée a été un coup de foudre. » Nul d o u t e , d o n c , q u e la r e v i s i o n n e fût o r d o n n é e par la C o u r . Mais u n e q u e s t i o n se p o s a i t . R i s q u e r a i t - o n u n n o u v e a u Conseil d e g u e r r e ? O s e -


— 41 — rait-on, c o m m e l'annonçait Anatole F r a n c e , casser sans renvoi ? D a n s le c a m p de D r e y f u s , la c a s s a t i o n s a n s r e n v o i a v a i t p o u r elle les g e n s p r u d e n t s , c e u x qui n ' a i m e n t p a s à c o m p r o m e t t r e u n e g r o s s e partie s u r u n c o u p de d é s . L e s a u d a c i e u x , les a v e n t u r i e r s , c e u x q u i se p l a i s e n t à v i o l e n t e r la c h a n c e , t e n a i e n t p o u r le r e n v o i . De c e u x - l à fut M L a b o r i . E n j u i n 1904, p l a i d a n t p o u r M. de V a l c a r l o s d a n s l'affaire R o c h e f o r t - V a l c a r l o s , il disait : e

« C'est devant la justice militaire que doit se terminer l'affaire Dreyfus... 11 faut que l'affaire soit jugée librement, au grand jour, et non pas dans une audience sans publicité et sans contradiction. Il faut qu'elle vienne devant un Conseil de guerre qu'on ne devra pas composer. » De c e u x - l à a u s s i fut C l e m e n c e a u . C l e m e n c e a u , e n 1899, s'était m o n t r é très h o s t i l e à l ' a c c e p t a t i o n de la g r â c e . Il faut lire les p a g e s c u r i e u s e s qu'a écrites là-dessus l'enfant terrible du parti, J o s e p h R e i n a c h , d a n s le t o m e V de s o n Histoire de l affaire Dreyfus. (On y voit le Conseil des m i n i s t r e s — le C o n s e i l des m i n i s t r e s d e F r a n c e ! — r é u n i à l ' E l y s é e e t a t t e n d a n t u n e d é p è c h e du c o n d a m n é D r e y f u s q u i , du fond de la p r i s o n de R e n n e s , doit d é c i d e r du s o r t du m i n i s t è r e . ) Clemenceau, donc, était un intransigeant. L ' h o m m e s e m b l a i t l u i i m p o r t e r p e u ; les g r a n d s p r i n c i p e s a v a n t t o u t ! On s a i t , du r e s t e , q u ' i l se p i q u e de h a r d i e s s e . R i e n d ' é t o n n a n t , p a r s u i t e , à ce q u ' i l se p r o n o n ç â t é n e r g i q u e m e n t p o u r le r e n v o i . D u t e m p s où il d i r i g e a i t Y Aurore, voici c e q u ' o n p o u v a i t lire s o u s sa s i g n a t u r e :


— 42 — « Gabriel Monod écrit au directeur d e l à Petite République... Et p o u r q u o i d i r e ? Pour déclarer que je me r e n d s coupable de « sophisme » quand je prétends que la Cour de cassation, si elle innocentait directement Dreyfus, aboutirait à fonder une déclaration d'innocence sur la grâce qui suppose la culpabilité. « . . . J'entends bien que Gabriel Monod essaie d'alléguer que le j u g e m e n t de la Cour de cassation, prononçant un fond, reposera non sur la grâce, mais sur les faits. Mais Monod ne doit pas oublier, pour sa convenance, que ces faits concernent un h o m m e gracié, c'est-à-dire d'abord reconnu coupable, et que la Cour de cassation, DONT CE N'EST PAS LA FONCTION DÉJUGER AU FOND, si elle le fait, cette fois, fondera son pouvoir de déclarer l'innocence sur le décret de grâce, puisque sans la grâce — impliquant la culpabilité — Dreyfus ne serait pas d a n s le ressort de sa juridiction. Ce n'est pas à lui que j ' e n ai, c'est à l'ancien procureur général Manau et à Janson qui disaient en substance : la grâce, faisant obstacle à l'exécution de la peine, fait obstacle à un nouveau j u g e m e n t . N'est-ce pas la confirmation de ma théorie : l'innocence, dans ce système, jaillissant de la grâce, c'est-à-dire de la culpabilité ? « Pour l'aspect politique de la question, il n'est p a s moins clair. Je ne suis pas du tout pressé de fournir aux cléricaux cet a r g u m e n t qui ne sera pas sans force sur les esprits simples : « Des soldats ont condamné le capitaine Dreyfus. On l'a fait acquitter par des civils'parce qu'on n'aurait pas trouvé pour cette besogne des militaires. )> Une fois de plus, si l'on fait ainsi, on a u r a rendu service personnellement à Dreyfus, comme par la grâce suivie de l'amnistie, mais on desservira l'intérêt public, qui est de ne pas changer la juridiction pour un accusé. « ... J'ajoute que, Dreyfus ayant d e m a n d é précédemment à être jugé p a r ses « frères d'armes », ce sera


— 43 — un signe manifeste de faiblesse s'il oublie de présenter la môme requête (1). » O r , p r é c i s é m e n t D r e y f u s d o n n a ce signe d e f a i b l e s s e , et « o u b l i a » de p r é s e n t e r la m ê m e r e q u ê t e . E n 1899, il a v a i t n o b l e m e n t r é c l a m é le r e n v o i , d é c l a r a n t q u e son h o n n e u r lui a y a n t été r a v i p a r ses p a i r s , c'est p a r ses p a i r s q u ' i l v o u l a i t q u ' i l l u i fût r e n d u . E n 1906, il n ' e n voyait p l u s du t o u t la n é c e s s i t é , et r é c l a m a i t a u c o n t r a i r e sans vergogne la cassation sans renvoi. L a p r é s e n c e d e C l e m e n c e a u a u m i n i s t è r e qui d e v a i t p r é s i d e r à l ' a p o t h é o s e — m i n i s t è r e où son influence est p r é p o n d é r a n t e , e n c o r e qu'il n ' e n soit p a s le chef officiel — p a r a i s s a i t d o n c u n i n d i c e assez s û r d u r e n v o i d e v a n t u n c o n s e i l de g u e r r e . Mais b i e n d ' a u t r e s r a i s o n s m i l i t a i e n t d a n s le m ê m e sens. Q u e l q u e d é v o u é s q u ' o n p û t s u p p o s e r les m e m b r e s de la C o u r de C a s s a t i o n à la c a u s e d e D r e y f u s , q u e l q u e i m b u s q u ' o n pût les croire de la r a i s o n d ' E t a t , il y a v a i t c e p e n d a n t à l ' a n n u l a t i o n s a n s r e n v o i d e s difficultés j u r i d i q u e s q u i s e m b l a i e n t i n s u r m o n t a b l e s . On n e s ' é t o n n e p a s de v o i r u n d i c t a t e u r o s e r u n c o u p d ' É t a t . Mais u n e assemblée de m a g i s t r a t s ! E t quels m a g i s t r a t s ! b l a n c h i s s o u s le h a r n a i s d u c o d e , de, la loi, de la forme! Comment pourraient-ils jamais motiver u n e c a s s a t i o n s a n s r e n v o i ? T o u t s'y o p p o s a i t ; le t e x t e e t l ' e s p r i t de la loi, la p r o p r e d o c t r i n e et la p r o p r e j u r i s p r u d e n c e de la C o u r de C a s s a t i o n . 1° Le texte et l'esprit de la loi. — L a loi s u r la r e v i s i o n p o s e en p r i n c i p e q u e la C o u r de C a s s a t i o n n ' e s t p a s j u g e d u f o n d . Cette r è g l e n e souffre d ' e x c e p t i o n s q u e si de n o u v e a u x d é b a t s o r a u x s o n t (1) Aurore

du 31 janvier 1904.


— 44 — i m p o s s i b l e s e n t r e t o u t e s les p a r t i e s ( n o t a m m e n t , dit la loi, en c a s de d é c è s , c o n t u m a c e ou de d é f a u t d ' u n ou de p l u s i e u r s c o n d a m n é s , d ' i r r e s p o n s a b i lilé p é n a l e o u d ' e x c u s a b i l i t é ) , et la C o u r d o i t constater expressément cette impossibilité, avant de s t a t u e r a u fond. Il n ' y a q u ' u n cas où la C o u r p e u t s t a t u e r a u fond, b i e n q u e de n o u v e a u x d é b a t s o r a u x s o i e n t e n a p p a r e n c e p o s s i b l e s , p u i s q u e ce c a s vise u n c o n d a m n é v i v a n t e t a u x m a i n s de la j u s t i c e ; c'est celui où l ' a n n u l a t i o n p r o n o n c é e à l ' é g a r d du c o n d a m n é vivant n e l a i s s e r i e n s u b s i s t e r q u i p u i s s e ê t r e qualifié « c r i m e ou délit » (Code d'inst. crim., a r t . 445 in fine). C'est q u ' e n r é a l i t é , d a n s ce c a s , la b a s e de t o u t e a c c u s a t i o n , envers quiconque, d i s p a r a i s s a n t , la possibilité des d é b a t s o r a u x d i s p a r a î t p a r là m ê m e . O r , d a n s l'affaire D r e y f u s , le c o n d a m n é é t a i t v i v a n t , à la d i s p o s i t i o n de la j u s t i c e , et l ' e n q u ê t e d e la C o u r a v a i t l a i s s é s u b s i s t e r le c r i m e de t r a h i s o n —• q u e l q u ' e n fût d ' a i l l e u r s l ' a u t e u r à ses yeux. 2° La doctrine. — Cette i n t e r p r é t a t i o n de la loi n ' a v a i t j a m a i s été c o n t e s t é e . T o u s les m a g i s t r a t s q u i , l o r s d e la r e v i s i o n du même procès, en 1899, a v a i e n t été a p p e l é s à se p r o n o n c e r , s ' é t a i e n t m o n t r é s d ' u n avis u n a n i m e . Le r a p p o r t e u r , M. B a l l o t - B e a u p r é , a v a i t dit : « Lorsque le condamné unique et vivant est à la disposition de la justice, l'article 445 exige le renvoi devant d'autres juges, à moins que l'annulation ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié crime ou délit. « Or,en p r é s e n c e d e s d o c u m e n t s s o u m i s à notre exam e n , il n'est pas possible d'affirmer que l'envoi du


— 45 — bordereau, quel qu'en soit l'auteur, ne constitue ni crime ni délit. » Le procureur général Manau n'était pas moins affirmatif : « Est-ce à dire, demandait-il à la Cour, que vous allez proclamer l'innocence de Dreyfus, comme plusieurs l'ont cru? Est-ce que nous allons la proclamer n o u s - m ê m e et le réhabiliter?... Ge n'est pas possible. La loi de 1895 ne vous donne aujourd'hui qu'une mission assez importante, mais restreinte, puisque le cond a m n é dont vous avez à reviser le procès est vivant, Vous n'avez que le droit de dire qu'il existe des faits nouveaux ou des pièces nouvelles inconnues lors de sa condamnation et qui sont de n a t u r e à établir son innocence et, si vous le reconnaissez, de renvoyer l'affaire devant de nouveaux juges. « Pour qu'il nous fût possible, à nous d'abord, à vous ensuite, de proclamer l'innocence de Dreyfus, si elle nous était démontrée, il faudrait que Dreyfus fût mort! « Ce que nous disons est indiscutable. La loi ne laisse aucun doute à cet égard. Il suffit de la connaître, et pour la connaître, de la lire. Le texte est formel. » E t , d a n s sa p é r o r a i s o n : a Vous ne pouvez qu'ouvrir la porte à la revision, vous n'avez pas qualité pour la prononcer définitivement. Vous pouvez faire j u g e r de nouveau Dreyfus, il ne vous est pas permis de le réhabiliter. « Il sait, du reste, qu'il n'apas le droit de vous adresser une pareille d e m a n d e . 11 a t t e n d , plein d'espoir, le nouveau j u g e m e n t de ses pairs. » L e r a p p o r t e u r d e 1906, a p r è s a v o i r r a p p e l é ces d e u x o p i n i o n s f o r t e m e n t m o t i v é e s , d é c l a r a i t s'y r a l l i e r . R é p o n d a n t à ses d e u x c o n t r a d i c t e u r s , le p r o c u r e u r g é n é r a l B a u d o u i n et l ' a v o c a t M o r n a r d , M. C l é m e n t Moras disait :


46

« // ne s'agit pas desavoir ce que la loi devrait être, mais ce qu'elle est. Des a r g u m e n t s tendant à d é m o n t r e r que la raison et l'intérêt public exigent que la Cour de cassation ait le droit de proclamer dans tous les cas l'innocence du condamné seraient de nature, s'ils étaient fondés, à exercer une influence sur le législateur. Ils ne sauraient entraver l'application de la loi si elle a pensé, fût-ce à tort, que, sauf exception, ce droit appartenait aux j u g e s ordinaires du fond. « ... Le mouvement, l'émotion, la vie des délais oraux contradictoires sont une nécessité de premier ordre pour faire éclater la vérité. La bonne administration de la justice exige donc que le juge ordinaire du fond soit saisi toutes les fois que ces débats p o u r r o n t se produire devant lui. « ... Sans doute, comme l'adit M. le procureur général, il faut en finir. Mais, d a n s sa pensée comme dans la vôtre, il ne peut y avoir qu'un moyen d'en finir. « C'est, dussions-nous éprouver le regret de ne pas être appelés à dire le dernier mot dans cette affaire, d'appliquer strictement la loi, aujourd'hui comme toujours. » S e u l s le p r o c u r e u r g é n é r a l B a u d o u i n , et bien entendu M Mornard, soutinrent une thèse o p p o s é e . P a r t a n t de ce p r i n c i p e q u e la C o u r a v a i t r e c o n n u l'innocence « aveuglante » de Dreyfus, le p r o c u r e u r g é n é r a l i n v o q u a i t le p a r a g r a p h e linal d e l'article 4 4 5 , q u e n o u s a v o n s c i t é , et d i s a i t q u e , r i e n n e r e s t a n t q u i p û t , à la charge, de Dryefus, ê t r e qualifié c r i m e ou délit, a u c u n r e n v o i n e devait être prononcé. 0

« S a n s doute, ajoutait-il, la loi n'a pas, a p r è s les mots : « rien qui puisse être qualifié crime ou délit » répété les mots : « à la charge du condamné ». Le pouvait-elle faire, alors que ceux-ci étaient inscrits dans la ligne précédente"? » On p e u t , p a r ces

q u e l q u e s l i g n e s , j u g e r d e la


47

b o n n e foi q u i i n s p i r a i t c e t t e a r g u m e n t a t i o n , si l'on o b s e r v e q u e les m o t s : « à la charge d u c o n d a m n é », ne sont pas inscrits dans la ligne précédente, ainsi c o n ç u e : « Si l ' a n n u l a t i o n p r o n o n c é e ci Végard du c o n d a m n é v i v a n t . . . » A la charge de n ' e s t p a s s y n o n y m e d e : à Végard de. S i la loi a s t i p u l é : « a n n u l a t i o n à l'égard du condamné vivant », c'est q u e le cas visé c o n s t i t u e u n e e x c e p t i o n à la r é g i e q u i v e u t q u e , q u a n d le c o n d a m n é est vivant, la Cour n e p e u t s t a t u e r s u r le fond. A u c u n m o t , d a n s le t e x t e de la l o i , n ' i m p l i q u e l'idée de : à la charge du condamné. Rien n e p e r m e t d o n c de l'y i n t r o d u i r e . C o m m e l'avait affirmé M. M a n a u : « la loi n e laisse a u c u n d o u t e . . . il suffit de l a l i r e ». Mais il a u r a i t d û a j o u t e r à l ' i n t e n t i o n de s o n s u c c e s s e u r B a u d o i n : « a v e c b o n n e foi ». 3° La jurisprudence. — La j u r i s p r u d e n c e était d ' a c c o r d a v e c la d o c t r i n e . Il serait f a s t i d i e u x d ' e n t r e r d a n s le d é t a i l des a r r ê t s de la Cour e n m a t i è r e d e r e v i s i o n . On n ' e n t r o u v e r a i t p a s u n s e u l q u i n ' a i t été r e n d u en c o n f o r m i t é des p r i n c i p e s que nous avons exposés, à commencer par l'arrêt r e n d u d a n s la m ô m e c a u s e e n 1899 (1). N o u s n ' e n 1. Huit jours après que le procureur général et la raison d'Etat avaient triomphé et obtenu do la Cour de cassation un arrêt sans précédent on faveur do Dreyfus, la Cour reprenait son habituelle jurisprudence,soulignant ainsi lo caractère exceptionnel de l'arrêt du 12 juillet 1006. Lo 20 juillet 1906, on pouvait lire, en effet, d a n s l e s journaux, qu'un cocher condamné pour avoir volé deux parapluies, un réticule et une somme de 4 fr. 50, avait d e mandé et obtenu la revision de son procès. On peut croire, avec quelque vraisemblance, que l'affaire de ce cocher était m o i n s compliquée que celle de Dreyfus et que la Cour aurait donc pu, par une enquéto moins longue, so faire une conviction. Elle n'y a même pas songé et a refusé l'annulation sans renvoi, demandée par l'avocat du cocher.


— 48 — v o u l o n s p o u r p r e u v e q u e ces l i g u e s e x t r a i t e s du r a p p o r t Moras : « En r é s u m é , tous vos a r r ê t s de non-renvoi ont pour fondement, en dehors du cas où de nouveaux débats oraux sont impossibles, la certitude, acquise à l'aide de faits nouveaux, que le fait incriminé n'a pas existé matériellement, ou que, s'il a existé, il ne présente pas, considéré en lui-même, les caractères j u r i d i q u e s constitutifs d'un crime ou d'un délit. » A u s s i le p r o c u r e u r g é n é r a l , s e n t a n t b i e n la faib l e s s e de ses a r g u m e n t s j u r i d i q u e s , finissait-il, en d é s e s p o i r de c a u s e , p a r i n v o q u e r « le s o u c i de la paix p u b l i q u e . » L i s e / : l'intérêt supérieur de la République. 3 . L ' i n t e r v e n t i o n du g é n é r a l M e r c i e r T e l l e s é t a i e n t les d o n n é e s q u ' o n a v a i t s u r la q u e s t i o n au m o m e n t où les d é b a l s de la Co'ir p r e n a i e n t lin. E n d é p i t des « s i m p l i s t e s » q u i se p r o n o n ç a n t p a r i m p u l s i o n p l u t ô t q u e p a r réflexion (ils n ' o n t pas t o u j o u r s t o r t ! ) et q u i d i s a i e n t : « n e v o u s y fiez p a s , ces gens-là s o n t c a p a b l e s de t o u t », il était d o n c p e r m i s , m i e u x q u e p e r m i s , i n d i q u é , de c r o i r e a l o r s a u r e n v o i d e v a n t u n n o u v e a u C o n s e i l de guerre. C e r t a i n s p e n s a i e n t q u e la C o u r p o u r r a i t t r o u v e r quelque échappatoire, q u e l q u e faux-fuyant qui lui p e r m î t d ' é v i t e r c e t t e e x t r é m i t é s a n s violer ouv e r t e m e n t la loi : d é c l a r e r , p a r e x e m p l e , q u e Dreyfus n ' a u r a i t pas dû ê t r e i n c u l p é de t r a h i s o n , m a i s b i e n d'infraction à la loi s u r l ' e s p i o n n a g e , délit qui se p r e s c r i t p a r c i n q a n s . Mais il é t a i t é v i d e n t , p o u r q u i n e p e r d a i t p a s le v r a i p o i n t de v u e d ' o ù l'on doit c o n s i d é r e r l ' A t ï a i r e , q u e le


49

G o u v e r n e m e n t n e s e r a i t pas t e n u q u i t t e avec c e t t e solution bâtarde. Seule, une victoire éclatante p o u v a i t c i m e n t e r les a l l i a n c e s t é n é b r e u s e s , s a t i s faire c e u x q u i a v a i e n t a c q u i s le d r o i t d ' e x i g e r . A u s s i les b r u i t s q u i c o u r u r e n t à ce m o m e n t r e n c o n t r è r e n t - i l s c r é a n c e : le G o u v e r n e m e n t se c r o y a i t s û r de la docilité d e l ' a r m é e , s û r d ' u n n o u v e a u Conseil de g u e r r e b i e n c h o i s i , et le r e n v o i serait p r o n o n c é . Q u e le G o u v e r n e m e n t se t r o m p â t d a n s ses c a l c u l s , c'était, possible ; m a i s l ' h y p o t h è s e n ' e n é t a i t pas m o i n s p l a u s i b l e . S u r ces e n t r e f a i t e s p a r u t , le 6 j u i l l e t , u n e lettre d u g é n é r a l Mercier a u p r e m i e r p r é s i d e n t de la C o u r : l e t t r e m e s u r é e , p r é c i s e , c o m m e t o u t ce q u i s o r t de sa p l u m e et de sa b o u c h e , l e t t r e g r o s s e de signification p o u r q u i s a v a i t la l i r e . M M o r n a r d t e r m i n a i t à ce m o m e n t sa p l a i d o i r i e . 11 se c h a r g e a de m e t t r e e n l u m i è r e la l e t t r e du g é n é r a l Mercier e n e s s a y a n t d e la r é f u t e r . S u r u n p o i n t , celui de la « n u i t h i s t o r i q u e » , il o p p o sait a u g é n é r a l u n e c o n t r a d i c t i o n f o r m e l l e . L e général riposta aussitôt : dans une seconde lettre, d a t é e du 8 j u i l l e t , il p r e n a i t a c t e d e c e t t e c o n t r a d i c t i o n , d é c l a r a i t p e r s i s t e r d a n s ses affirmations et d e m a n d a i t u n e c o n f r o n t a t i o n e n t r e l e s a c t e u r s de c e l t e s c è n e , si i m p o r t a n t e p o u r la c o m p r é h e n sion d e l'Affaire. S u r u n a u t r e p o i n t , t o u t à fait c a p i t a l , la c o m p a r a i s o n d u p a p i e r p e l u r e du b o r d e r e a u a v e c celui des l e t t r e s d ' E s t e r h a z y , M" M o r n a r d o b s e r v a i t u n silence p r u d e n t . Le g é n é r a l , d a n s la m ô m e l e t t r e , s o u l i g n a i t ce silence et en tirait c e t t e c o n c l u s i o n logique que l'enquête supplémentaire qu'il réclam a i t s u r ce p o i n t s e m b l a i t être r e d o u t é e par l'avocat. 4 a


— 50 — J u s q u e - l à , la p r e s s e officieuse é t a i t r e s t é e assez i n d é c i s e ; q u e l q u e s - u n s é t a i e n t p a r t i s a n s du r e n v o i , d ' a u t r e s j u g e a i e n t p l u s s a g e d e s'en r e m e t t r e à la « C o u r s u p r ê m e » du s o i n d ' a s s u r e r le d é n o u e m e n t d é s i r é . C e r t a i n s , et n o n des m o i n d r e s , le Temps p a r e x e m p l e , s ' é t a i e n t t e n u s s u r la r é s e r v e . P a s u n article s u r l'Affaire n ' a v a i t p a r u d a n s le g r a v e j o u r n a l d e p u i s le c o m m e n c e m e n t des d é b a t s . L'eiïet de l ' i n t e r v e n t i o n d u g é n é r a l M e r c i e r fut f o u d r o y a n t . C'est la « s t a t u e de l ' a c c u s a t i o n » q u i se d r e s s e , c'est le « J u s t i c i e r » (1) q u i p a r l e et, d e r r i è r e l u i , d e r r i è r e le « Chef », la l o n g u e t h é o r i e des t é m o i n s à c h a r g e q u i s ' a v a n c e . V o i c i M. B e r t i l l o n , q u ' o n a e s s a y é de t u e r p a r le r i d i c u l e , p u i s q u ' o n s'est d é c i d é à faire a s s a s s i n e r d a n s l ' o m b r e p a r u n trio d ' a c a d é m i c i e n s , m a i s q u i a p e u t - ê t r e é c h a p p é a u g u e t - a p e n s ; voici le g é n é r a l G o n s e , q u i ose infliger à P i c q u a r t des d é m e n t i s c i n g l a n t s ; le g é n é r a l R o g e t , d i a l e c t i c i e n r e d o u t a b l e , aussi p r o m p t à la r i p o s t e q u ' à l ' a t t a q u e ; le général Deloye, dont l'écrasante déposition techn i q u e h a n t e les c e r v e a u x d r e y f u s i e n s ; le c o l o n e l du P a t y de C l a m , q u i a v u t r o p d e c h o s e s et d o n t la m é m o i r e est trop fidèle ; le c o m m a n d a n t C u i g n e t , qui c o n n a î t t r o p b i e n le d o s s i e r s e c r e t . J ' e n p a s s e , et des m e i l l e u r s . — U n e c l a m e u r s'éleva d a n s le c a m p de Dreyfus : « é c a r t e z de n o u s ce c a u c h e m a r ! » L e s a u d a c i e u x d e la v e i l l e é t a i e n t d e v e n u s les p l u s t i m o r é s . U n e c o m m u n e é p o u v a n t e les unissait tous. La t e r r e u r d u Temps se t r a d u i s i t s u r - l e - c h a m p , d a n s son n u m é r o du 9 j u i l l e t 1 9 0 6 , p a r u n a r t i c l e i n t i t u l é « s a n s r e n v o i », o ù , clans ce s t y l e t e r n e 1. Expressions de M . Charles MAURRAS dans son magnifique article de la Gazette de France du 16 juillet 1906.


— 51 — et cafard q u i l u i est p r o p r e , l ' o r g a n e du g o u v e r n e m e n t a d j u r a i t la C o u r de C a s s a t i o n de d é f é r e r a u x r é q u i s i t i o n s du p r o c u r e u r g é n é r a l . L e s d e u x t h é o r i e s j u r i d i q u e s ( a n n u l a t i o n a v e c ou s a n s r e n voi), disait le m o n i t e u r officiel du d r e y f u s i s m e , « s o n t — si Ton v e u t •—• é g a l e m e n t s o u t e n a b l e s . A u c u n e d'elles n e t r o u v e d a n s ' J e t e x t e m ô m e de la loi u n e r é f u t a t i o n p é r e m p t o i r e ». Mais « il est é v i d e n t q u e la t h è s e c o m m u n e d u p r o c u r e u r g é n é r a l B a u d o u i n e t de M" M o r n a r d — t o u t e n é t a n t s t r i c t e m e n t j u r i d i q u e — est la plus c o n f o r m e au b o n s e n s , la p l u s a p t e à s a u v e g a r d e r la j u s t i c e et Y ordre public ». P u i s v e n a i e n t ces l i g n e s où p e r c e , à t r a v e r s le g a l i m a t i a s t r i p l e , l ' é m o i du Temps : « C o m m e n t ! la Chambre criminelle, usant des pouvoirs illimités d'enquête que la loi lui confère, aurait mis en plein relief l'innocence de Dreyfus; la Cour s u p r ê m e tout entière aurait acquis la certitude de cette innocence et celte Cour s u p r ê m e , cédant à de trop subtils scrupules juridiques, hésiterait à proclam e r elle-même, avec l'autorité souveraine qui lui a p partient, celte innocence trop longtemps méconnue : « Pouvant immédiatement assurer le t r i o m p h e — n é cessaire —• de la justice, elle l'exposerait aux hasards toujours redoutables d'un nouveau débat devant une juridiction m a l h e u r e u s e m e n t trop facile à égarer par des raisonnements captieux, n ' e m p r u n t a n t quelque autorité.qu'à l a p e r s o n n a l i t é d u c h e f d o n t i l s é m a n e n t ! » T r a d u c t i o n , e n f r a n ç a i s , de c e t t e d e r n i è r e phrase : « L e t r i o m p h e — n é c e s s a i r e ( à la R é p u b l i q u e ) « de D r e y f u s , n e doit pas être c o m p r o m i s p a r u n « r e n v o i d e v a n t u n Conseil de g u e r r e où le g é n é « ral Mercier pourrait parler librement. »


— 52 — 4 . L e c o u p de f o r c e . Dès l o r s , l ' i s s u e n ' é t a i t p l u s d o u t e u s e : l a C o u r é t a i t a c c u l é e a u c o u p de force. C o m m e le c a m brioleur qui s'introduit n u i t a m m e n t dans u n e m a i s o n p o u r y faire u n m a u v a i s c o u p et q u i , s u r pris d a n s sa c o u p a b l e b e s o g n e p a r Je p r o p r i é t a i r e qu'il c r o y a i t e n d o r m i , l ' a s s a s s i n e ; a i n s i la C o u r de C a s s a t i o n , d é c i d é e à « faire le c o u p » de la r e v i s i o n , m a i s p e u t - ê t r e pas à c o m m e t t r e , le forfait de l ' a n n u l a t i o n s a n s r e n v o i , y é t a i t p o u s s é e par l'apparition du Justicier. Déjà, a u c o u r s de l ' e n q u ê t e , la C h a m b r e c r i m i n e l l e a v a i t e n t e n d u c e t t e g r a n d e voix, et elle a v a i t f r é m i . La p u b l i c a t i o n e n t r e p r i s e p a r le Cil Blas n o u s a fait t o u t r é c e m m e n t c o n n a î t r e la d é p o s i t i o n du g é n é r a l M e r c i e r : c'est u n e p u r e m e r v e i l l e de d o c u m e n t a t i o n p r é c i s e , d e froide l o g i q u e et de b o n s e n s , de profond r e s p e c t p o u r la j u s t i c e et de souverain mépris pour l'insolence du procureur g é n é r a l q u i t e n t a i t de d é t r u i r e l'effet de ce t é m o i g n a g e a c c a b l a n t en le t r a n s f o r m a n t en u n i n t e r rogatoire d'accusé. Après l'avoir lue, on conçoit l ' a c h a r n e m e n t du p r o c u r e u r g é n é r a l à r é c l a m e r la c a s s a t i o n s a n s r e n v o i . Q u e l effet a u r a i t p r o d u i t en a u d i e n c e p u b l i q u e l ' é c l a t a n t e d é m o n s t r a t i o n du rôle j o u é p a r M. de V a l c a r l o s ? U n C o n s e i l de g u e r r e a u r a i t - i l , c o m m e a osé le faire la C o u r de C a s s a t i o n , b â i l l o n n é la vérité en r e f u s a n t d'éclaircir la q u e s t i o n si i m p o r t a n t e s o u l e v é e p a r le g é n é r a l Mercier a u sujet du p a p i e r p e l u r e (1)? Q u e l (1) Voici le texte même des paroles prononcées à ce sujet par le général Mercier devant la Chambre criminelle : « Lors de la première enquête de la Chambre criminolle, M. lo rapporteur, qui était M. Ballot-Beaupré, a Tait état de deux


53

élément nouveau de connaissance — volontaire m e n t é c a r t é p a r la C o u r — n ' e û t p a s a p p o r t é la c o n f r o n t a t i o n d e s t é m o i n s d e la « n u i t h i s t o r i q u e » ? — T o u t cela, c'était la l u m i è r e . O r c'était l ' o m b r e q u i c o n v e n a i t à l ' œ u v r e e n t r e p r i s e p a r la Cour de C a s s a t i o n . Les magistrats qui avaient reçu cette déposition d u r e n t d o n c t r e s s a i l l i r q u a n d , à la veille de l ' a r r ê t q u ' i l s a l l a i e n t r e n d r e , le s p e c t r e v e n g e u r a p p a r u t de n o u v e a u , c a l m e , m a i s t e r r i b l e , indiffér e n t a u x cris de h a i n e q u ' i l d é c h a î n a i t , fort d e sa « s c i e n c e » et de sa « c o n s c i e n c e ». A t o u t p r i x lettres sur papier pelure qui ont été saisios et qui ont été attribuées a Esterhazy. A cette occasion, on a fait une analyse très détaillée du papier pelure de ces deux lettres pour le comparer au papier pelure du bordereau. On est arrivé à ce résultat : « En résumé, 'la pièce dite bordereau, la lettre du 17 août 1894 et la lettre du 17 avril 1892 nous présentent les caractères de la plus grande similitude. « Ces conclusions ont été basées sur l'examen du quadrillage, de la nuance des papiers, do leur transparence, de leur épaisseur, de leur poids, de leur collage, des matières premières employées à la fabrication. « Eh bien ! il me semble qu'on a oublié dans cette analyse des papiers un caractère qui serait beaucoup plus précis que ceux sur lesquels on s'est basé pour la comparaison de ces différents papiers : j e veux dire la constatation du nombre de fils au c e n timètre des tamis sur lesquels se déposait la gélatine qui forme ces papiers. C'est une constatation qu'il est facile de faire au microscope et qui peut avoir une certaine importance, car j e crois qu'on a attribué une grando importance au fait que, le papier qui a sorvi à la lettre du 17 août 1894 étant contemporain du bordoreau qui a été écrit à la fin du même mois de la m ê m e année, ces deux papiers paraissaient identiques. « E h bien ! je voudrais demander à la Cour de vouloir bien faire procéder par un expert à cette constatation du nombre de fils au centimètre qui se trouvent sur le papier du bordereau, d'une part, et sur la lottro du 17 août 1894, d'autre part. « S'il est démontré quo le nombro de fils ost exactement le m ê m e , cela confirmera los résultats de l'exportise de 1899. S'il est démontré, au contraire, que le nombre de fils n'est pas le m ê m e , cela infirmera dans une certaine mesure les résultats de cette expertise. »


— 54 — il fallait étouffer c e t t e voix | i m p l a c a b l e , c h a s s e r c e t t e o b s é d a n t e v i s i o n . L e forfait était d é c i d é . D a n s sa h â t e et d a n s son d é s a r r o i , la C o u r r a m a s s a la p r e m i è r e a r m e q u i l u i t o m b a s o u s la m a i n , celle q u i l u i a v a i t été t e n d u e p a r le p r o c u r e u r g é n é r a l . E l l e i n v o q u a le p a r a g r a p h e final de l ' a r t i c l e 445 du Code d ' i n s t r u c t i o n c r i m i n e l l e . « Si l'annulation prononcée à L'ÉGARD d'un condamné vivant, ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié crime ou délit, aucun renvoi ne sera prononcé. » On objecte t o u t de s u i t e : u n c r i m e s u b s i s t e , l'envoi d u b o r d e r e a u ; q u e l q u ' e n soit l ' a u t e u r , la Cour n e l'a p a s c o n t e s t é . M a i s , se f o n d a n t s u r ce q u e , s e l o n elle, rien de l'accusation portée contre Dreyfus ne reste debout, la C o u r a j o u t e : « Et attendu que l'annulation du j u g e m e n t du Conseil de guerre ne laisse rien subsister qui puisse, A SA CUARGE, être qualifié crime ou délit ; « Attendu, dès lors, que, par application du paragraphe final de l'article 445, aucun renvoi ne doit être prononcé ; « Tar ces motifs, etc. » D é n a t u r a n t a i n s i le Code q u i dit : « a n n u l a t i o n p r o n o n c é e à l'égard d ' u n c o n d a m n é v i v a n t et n e l a i s s a n t r i e n s u b s i s t e r q u i p u i s s e (à la charge de quiconque) ê t r e qualifié c r i m e ' o u délit » ; et n o n pas : « a n n u l a t i o n n e l a i s s a n t r i e n s u b s i s t e r qui p u i s s e , à la charge du condamné vivant, être qualifié c r i m e ou délit »; V i o l a n t le t e x t e et l ' e s p r i t d e ^ l a l o i , sa p r o p r e d o c t r i n e et sa p r o p r e j u r i s p r u d e n c e , la C o u r de c a s s a t i o n , q u i r e p r é s e n t e la s o u v e r a i n e t é du D r o i t , a v a i t t r i o m p h é p a r u n c o u p de force.


— 55 — *

**

L a r a i s o n d ' E t a t a de d u r e s e x i g e n c e s . C e u x q u e le Matin, d a n s sa j o i e , a p p e l a i t « les v i e i l l a r d s les p l u s a u g u s t e s de la R é p u b l i q u e », l e s o n t c o m p r i s e s et s'y s o n t s o u m i s . L e s j o u r n a u x o n t r a p p o r t é toutefois q u e le c œ u r a failli à d i x - h u i t d ' e n t r e e u x a u m o m e n t s u p r ê m e . L ' i n t é r ê t s u p é r i e u r de la R é p u b l i q u e n'a p u a v o i r r a i s o n d e l e u r vieil h o n n e u r d e m a g i s t r a t s f r a n ç a i s . Us o n t r e f u s é de souscrire aux conditions souscrites par un Baud o u i n . Mais l e u r s n o m s d e m e u r e n t i g n o r é s , c o n fondus a u b a s de l ' a r r ê t a v e c c e u x de l e u r s c o m plices p l u s h a r d i s ; et s u r t o u s i n d i s t i n c t e m e n t est p o u r t o u j o u r s é t e n d u le m a n t e a u de l ' o p p r o b r e . L ' e x a c t e c o n n a i s s a n c e de l ' i n d i g n i t é d e ces m a g i s t r a t s n e p e u t m a n q u e r de faire n a î t r e a n c œ u r des p a t r i o t e s c o n s c i e n t s u n e l é g i t i m e colère ; t o u t e f o i s c e t t e c o l è r e n e p o r t e r a p o i n t de fruits si elle n ' e s t s u i v i e de réflexions s a l u t a i r e s et de f e r m e s r é s o l u t i o n s . Q u e la leçon de la défaite n o u s soit plus profitable q u e celle d e l a v i c t o i r e ! M é d i t o n s s a n s cesse ces fortes p a r o l e s de M a u r r a s : « L'Affaire continue, que nous le veuillions ou que nous ne le veuillions p a s . . . Des esprits infiniment courts voudraient limiter, séparer : régler ici une amnistie et conduire ailleurs le combat. Cela est fort joli, mais ce n'est pas possible. Le combat est général. Il est engagé sur toute la ligne et si nous le menons plus vivement à l'aile où avance Dreyfus, c'est que là est vraiment le point décisif où tout s'agite et se balance : tout, a r m é e et magistrature, question religieuse et question constitutionnelle, questions de conscience et questions de mentalité (1). » (1) Gazelle

de France

du 26 juillet 1906.


56

C'est u n e d u p e r i e de c r o i r e q u e n o t r e l â c h e r é s i g n a t i o n , q u e l ' a b d i c a t i o n définitive de n o t r e rôle d e F r a n ç a i s , a m è n e r a i e n t l'apaisement. Elles ne feraient qu'accroître la hardiesse de nos e n n e m i s . A u c u n a p p e l légal n ' e s t possible c o n t r e l'illégalité c o m m i s e p a r u n e j u r i d i c t i o n s o u v e r a i n e , c'est e n t e n d u ; m a i s n o s m a î t r e s d ' u n j o u r n o u s o n t m o n t r é c o m m e n t se faisaient les lois d ' e x c e p t i o n . A n o u s d e h â t e r l ' h e u r e o ù n o u s pourr o n s profiter de l e u r e x e m p l e . HENRI

DUTRAIT-CROZON.


— 57 —

Il devient superflu d'insister sur l'importance capitale de Z'Affaire. Un des nôtres écrivait : « Tous ceux qui disent que /'Affaire est finie ne sont certes pas des imbéciles, mais tous les imbéciles disent que VAffaire est finie.» Réglonsnous là-dessus. Voyons ce qui se passe et ce qui se prépare. Pour voir ce présent, pour distinguer cet avenir, sachons le passé : connaissons notre histoire. La plus difficile à savoir, c'est l'histoire contemporaine. — Français, souvenons-nous! Si nous savons nous souvenir, nous constaterons que Z'Affaire est déjà, mais sera de plus en plus une des dates non seulement du développement de notre nation, mais de la civilisation occidentale tout entière. L'Affaire marque le g r a n d épisode de la conquête de l'Europe et de l'Amérique par l'Argent et par une race exceptionnellement douée pour acquérir, centraliser et utiliser l'Argent. A ne voir que la France, c'est de l'Affaire que résultent : 1° Le succès du m o u v e m e n t « RÉPUBLICAIN » qui — en éliminant les modérés, les progressistes, les ralliés, et en rendant la direction des affaires au vieux Parti opportuniste et radical, accru de toute l'extrême gauche révolutionnaire — aboutit à la confiscation des fortunes privées par UÉtat ; 2 ° Le succès du m o u v e m e n t a n t i c l é r i c a l qui aboutit à la loi des associations, à la rupture avec Rome, à la dénonciation du Concordat, à la loi de Séparation, à des tentatives de schisme

A*


— 58 — et à la prépondérance des cultes juif et protestant sur la religion catholique par toute Vétendue du territoire français; 3° Le succès de ce m o u v e m e n t a n t i c i v i l i s a t e u r et véritablement barbare qui aboutit à élever l'enseignement et la culture primaire au-dessus de tout enseignement et de toute culture, par la dictature officielle des instituteurs dans les petites communes et de pédants de dixième ordre dans les grandes villes; 4° Le succès du m o u v e m e n t s o c i a l i s t e caractérisé par l'accession au pouvoir des Millerand et des Briand, par l'influence des Jaurès, par l'admission officielle des révolutionnaires et de leur drapeau dans les solemnitès de la République; 5 ° La naissance du m o u v e m e n t caractérisé par l'indiscipline des la division du commandement, politique avec sa conséquence — a été introduite dans le corps des

antimilitariste troupes et par depuis que la la délation — officiers;

6° La recrudescence de la propagande c h i s t e en Europe, faite au nom de la officieusement sinon officiellement, par en Russie, en Espagne et même en Suisse

anarFrance, exemple ;

7° L'assujettissement complet de notre politique extérieure au protectorat d'Edouard VII qui est ainsi parvenu à justifier son titre archaïque de « R o i de F r a n c e et d ' A n g l e t e r r e » et au profit duquel nous serons appelés à faire un jour la guerre dans les plus déplorables conditions intérieures et extérieures... Nous n'avons pas le droit de permettre que tant de crimes contre la France, demeurés impunis, soient présentés en outre comme les con-


— 59 — séquences d'une b o n n e œ u v r e , d'une campagne v e r t u e u s e , entreprise au nom de la Vérité et de la Justice, en faveur d'un I n n o c e n t . Nous avons le devoir cVempêcher à tout prix qu'une telle mystification soit acquise. Sans cloute si Dreyfus était innocent, il eût fallu le faire maréchal de France, mais condamner à mort, en criminels d'État, une bonne demi-douzaine de ses partisans. Dreyfus étant un misérable traître blanchi par ordre du Gouvernement, le devoir de tout patriote sera donc de crier partout de quelle indigne source découlent les indignités commises à son profit.

CONCLUSION

Il ne servirait de rien de faire les miséricordieux, les cléments ou les oublieux. Il ne servirait de rien de faire les pacifiques. Nos adversaires sont des gens sérieux. Tout le terrain que nous leur céderons ne servira qu'à leur permettre d'exiger des concessions nouvelles. Ardant du Picq disait qu'à la guerre les poltrons mêmes doivent se s a u v e r e n a v a n t . C est donc en avant qu'il faui dans tous les cas, chercher le salut. Le seul salut est la victoire, ici surtout ou ves coupables sentent profondément de combien de fautes et de crimes on peut les convainvre. Lois violées, pièces faussées, abus de pouvoir sur les personnes et sur les choses, ils ont tout tenté, ils ont tout osé pour Dreyfus. Leur point vulnérable est donc là. }


— 60 — Si V Affaire Dreyfus est bien le point vulnérable du Bloc, il s'ensuit n é c e s s a i r e m e n t qu'il faut frapper à ce point-là si l'on veut ou défendre ou rétablir tout ce que l'Affaire a ruiné ou menacé de ruiner : armée, religion, fortune nationale, ordre public, paix extérieure, relations européennes, etc., etc. L'offensive c o n t r e Dreyfus et son p a r t i t o u j o u r s a g i s s a n t est le moyen de cette défense, l'instrument de cette restauration. La seule tactique utile n'est-elle pas d'attaquer d'abord l'ennemi sur le peint où il est possible de l'entamer? Rien n'indique mieux la terreur très réelle inspirée aux intéressés par ce sujet-là que la remise du procès Dreyfus devant la Cour suprême jusqu'au delà des élections et le recul final du Gouvernement tout entier à l'idée d'un débat public, — d'un débat en Conseil de Guerre, — avec le général Mercier, le commandant Cuignet et tous les redoutables accusateurs de Dreyfus. Leurs munitions sont épuisées, quand les nôtres n'ont pas servi. Nos munitions, nos armes porteraient plus loin que tes leurs. Au nom des intérêts le* plus essentiels du pays, nous faisons donc appel à l'intelligence et à l'activité des bons citoyens, et nous leur demandons, pour commencer, de se rallier tous autour du drapeau qu'a tenu haut et ferme, sans un instant de défaillance, le g é n é r a l M B R CIEK.


HOMMAGE NATIONAL AU GÉNÉRAL MERCIER

A u c u n a p p e l légal n ' e s t possible c o n t r e la p l u s h a u l e j u r i d i c t i o n de l a R é p u b l i q u e j u i v e . M a i s , e n a t t e n d a n t m i e u x , l e s b o n s F r a n ç a i s o n t .e d e v o i r d e r e n d r e h o m m a g e a u x t é m o i n s i r r é d u c t i b l e s de la v é r i t é , a u x n o b l e s v i c t i m e s d e s a b o m i n a b l e s m a c h i n a t i o n s q u i se s u c c è d e n t d e p u i s douze a n s . A la tôle d e t o u s , e t p e r s o n n i f i a n t l ' A c c u s a t i o n , le GÉNÉRAL MERCIER, q u i a eu l ' a u d a c e d e d é n o n c e r u n t r a î t r e j u i f et de le l i v r e r à la j u s t i c e , s'est a t t i r é la h a i n e des j u i f s et de l e u r s e s c l a v e s . I n é b r a n l a b l e c o m m e a u p r e m i e r j o u r , il a d o n n é u n e p r e u v e d u p l u s b e a u c o u r a g e c i v i q u e en fais a n t e n t e n d r e a u S é n a t , à l ' h e u r e où les d e u x Chambres rivalisaient de bassesse devant Dreyfus, u n e p r o t e s t a t i o n d i g n e , f e r m e et m e s u r é e , q u i a d é c h a î n é c o n t r e lui les c r i s d e r a g e et les i n j u r e s les p l u s g r o s s i è r e s des p a r l e m e n t a i r e s affolés : (( Je me crois obligé de déclarer que ma conviction acquise par les débats de 1899 nest nullement ébranlée. Par conséquent, ma conscience ne me permet pas... Ma conscience, disje... Ma. conscience... J'attendrai que vous me laissiez parler... Ma conscience ne me permet pas de m associer au vote que vous allez émettre. »


— 62 — A ce g r a n d p a t r i o t e , les b o n s F r a n ç a i s a u r o n t à c œ u r d e d é c e r n e r u n t é m o i g n a g e d ' a d m i r a t i o n rec o n n a i s s a n t e . U n e s o u s c r i p t i o n n a t i o n a l e est d o n c o u v e r t e dès ce j o u r p o u r offrir a u g é n é r a l M e r c i e r u n e m é d a i l l e qui r a p p e l l e r a la m é m o r a b l e s é a n c e d u 13 j u i l l e t 1906. S a n s p r é j u d i c e des r é p a r a t i o n s qu'apportera l'avenir, cette médaille imposera a u x m a g i s t r a t s i n d i g n e s la flétrissure n é c e s s a i r e et m a r q u e r a la g r a t i t u d e n a t i o n a l e à l a q u e l l e a d r o i t le v r a i JUSTICIER. I n d é p e n d a m m e n t de la m é d a i l l e d ' o r offerte a u g é n é r a l M e r c i e r , des r é d u c t i o n s e n b r o n z e s e r o n t frappées et m i s e s à la d i s p o s i t i o n des s o u s c r i p t e u r s p o u r ê t r e r é p a n d u e s d a n s le public f r a n ç a i s et t é m o i g n e r de la r é s i s t a n c e é t e r n e l l e d u b o n s e n s , de la d i g n i t é et d e la d r o i t u r e de la N a t i o n . L'ACTION FRANÇAISE

AVIS

IMPORTAN1

La publication des listes de souscription a commencéle 6 octobre ' 1 9 0 6 , douzième anniversaire de l'attribution du Bordereau à Dreyfus. Aux 19, 20 et 21 décembre, sera célébré, par des réunions publiques et des conférences populaires, Vanniversaire des trois journées du procès de 1894, qui se termina par la première condamnation de Dreyfus. Le 19, il sera principalement question de Z'Affaire d a n s ses r a p p o r t s a v e c la r a i s o n d ' E t a t . Le 2 0 , de la V é r i t é d e fait s u r l'Affaire. Le 2 1 , en souvenir du premier verdict, de la Justice envers Dreyfus.


— 63 — Enfin, le 5 janvier 1907, douzième anniversaire de la D é g r a d a t i o n , rendez-vous général donné aux patriotes, aux amis de l'armée, de la tradition et de la Nation. Le montant de la souscription (timbres-poste, m a n dat ou bon de poste) doit être adressé à M. Henri Vaugeois, directeur AeV Action française, rue duBac,42 Paris. Toute souscription, si modeste soit-elle, donnera droit à un exemplaire en bronze de la médaille. Afin de recevoir celte médaille, les souscripteurs désirant garder l'anonyme sur les listes publiées peuvent nous confier leur nom et leur a d r e s s e . Ils ont la faculté d'ajouter à leur bulletin une brève inscription ou une devise ayant un caractère traditionnel, patriotique ou antijuif.

Pour la médaille offerte au Général Mercier en commémoration du châtiment de Dreyfus. Chiffre de là souscription Nom et adresse (facultatifs) teur _____

du

souscrip-


APPENDICE Dans sa première lettre au Premier Président de la Cour de cassation, le général Mercier caractérise ainsi les procédés employés par la Cour envers les témoins à charge : « Certaines dépositions importantes sont passées entièrement sous silence; d'autres, importantes aussi, mais ayant trop impressionné l'opinion p u blique pour qu'il n'en soit pas parlé, sont dédaigneusement écartées sous le prétexte (pie leurs auteurs sont criminels, fous ou idiots. » (Voir p. 10.) On trouvera un échantillon de ces procédés dans la lettre, encore inédite, adressée par le commandant Corps cm premier président Uallot-Heaupré. Cette lettre est édifiante à plus d'un titre, même pour ceux qui ne sont pas versés dans les détails techniques qu'elle contient. On sent que le commandant Corps, s'appuyant sur les travaux île M. Bertillon, a proposé, au sujet de la manière dont le bordereau a été « fabriqué », une théorie personnelle, un peu différente de celle de M. Bertillon, mais nullement contradictoire avec elle, de l'aveu même de S07i auteur. Tous deux aboutissent, en tous cas, à la même conclusion. i Le procureur général Baudoin a traité le commandant Corps comme il a traité tous les témoins à charge : il l'a insulté, il l'a tourné eu ridicule, il a présenté ses dépositions sous le jour le plus faux, il a voulu faire croire à une contradiction qui n'existe pas entre ses études et celles de M. Ilertillon, et il a essayé de ruiner, en les opposant l'une à l'autre, leurs conclusions absolument concordantes. Le commandant Corps a fait appel à la Cour et à l'impartialité de son président : la Cour a refusé de l'entendre dans un supplément d'enquête qu'il réclamait, comme elle a refusé d'entendre le général Mercier et bien d'autres (1). On noiera enfin que le, commandant Corps avait demandé à disposer devant la Chambre, criminelle sur la question capitale de l'écriture d'Kslerhazy. La Cour n'a pas fait droit à sa demande et lui a prescrit de déposer h ce sujet, devant des « experts » qui avaient d'abord refusé de l'entendre, en se déclarant absolument incompétents sur les questions d'écriture! — Bien mieux, (1) L e procureur général, à la lin de son réquisitoire, a fait allusion à la lettre du commandant Corps : il a déclaré qu'il n'en voulait rien dire, estimant que « la Cour était suffisamment fixée sur la mentalité de ce témoin et la valeur de son sous-bortillonage » (Temps du 0 juillet 1906). — Tels sont les arguments et le langage de i l . le procureur général Baudoin.


— 66 — le rapporteur, dans son rapport, le procureur gênerai, dans son réquisitoire, la Cour, dans son arrêt, n'ont pas dit un mol des preuves que le commandant Corps, comme plusieurs autres témoins, avaient apportées de l'imposture d'Esterhazy. La façon dont on en a usé avec le commandant Corps et qui est mise au jour dans sa lettre peint au vif toute la procédure de la Cour de cassation et donne la mesure de l'autorité qui s'attache à son arrêt.

L e t t r e du c o m m a n d a n t C o r p s à M. l e P r e m i e r P r é s i d e n t de l a Cour de C a s s a t i o n . 29 juin 1906,

,

Monsieur le Premier Président, M. le procureur général a porté contre moi, dans son réquisitoire, une imputation calomnieuse que le souci de mon honneur ne me permet pas de laisser passer sans protestation. Je suis accusé de recourir à des coups de pouce incessants, six rien que daus la première ligne, dit M. le procureur général. O r un coup de pouce est toujours un acte indélicat et, dans une circonstance aussi grave, ce serait un véritable crime. Si M. le procureur général ignore le sens exact de cette expression, il eût pu facilement se renseigner auprès d'une personne ayant quelque expérience des travaux graphiques. Elle désigne une déformation voulue, insensible et frauduleuse d'un tracé, destinée, soit à masquer une erreur, soit à faire croire à une coïncidence là où il existe en réalité une divergence.) Il vous suffira de jeter un coup d'œil sur le travail que j'ai remis aux experts, ou sur la photographie ci-jointe, pour reconnaître que j'ai fait exactement le contraire de ce qu'on appelle un coup de pouce, c'est-à-dire que j'ai mis en pleine évidence les discontinuités que j'avais constatées entre les fragments de quadrillages pouvant s'appliquer sur les mots, groupes de mots, ou fragments de mots du bordereau, préoccupé avant tout de mettresous les yeux de la Cour de Cassation le résultat de mes recherches sans aucune retouche. De plus, j'ai moi-même signalé des discontinuités dans mes deux mémoires ; elles ne gênent d'ailleurs en rien ma thèse et s'expliquent pour moi de la façon la plus naturelle, car j'admets (et c'est le seul point sur lequel je suis en complet désaccord avec M. Bertillon) que le scripteur se servait d'un gabarit|do petite dimension, sur lequel il amenait successivement bipartie du papier transparent où il voulait écrire. Pour que ces discontinuités ne se rencontrent pas, il eût fallu que l'auteur du bordereau traçât un gabarit de la longueur de la ligne, ce qui eût été beaucoup plus long, et absolument inutile pour la déformation de l'écriture.


67

Quoi qu'il en soit, je maintiens la parfaite sincérité du travail présenté par moi et repousse absolument l'accusation de M. le procureur général. Je relève, d'autre part, non seulement des appréciations mal fondées, mais de graves inexactitudes dans la façon dont mes études et dépositions sont présentées. Lors de ma première déposition devant les experts (17 juin 1904), M . Darboux me fit connaître qu'ils ne pouvaient m'entendre sur la question du rôle d'Esterhazy, n'ayant été chargés par la Cour que de l'étude mathématique du bordereau et étant, ajoutait-il, absolument incompétents sur les questions d'écriture. Je manifestai alors le désir d'être entendu par la Chambre criminelle elle-même et, sur les indications de M. Poincaré, j'adressai une demande dans ce sens à M. le procureur général. Je fus de nouveau convoqué le 2 juillet, mais encore devant les experts qui, cotte fois, me dirent avoir reçu de la Chambre criminelle la mission de m'entendre également sur la question Esterhazy. Je suis surpris de ce que, dans ces conditions, M. le procureur général ait complètement passé sous silence cette partie de ma déposition que je considère comme la plus importante, établissant, indépendamment de toute hypothèse sur le procédé d'écriture du bordereau, qu'Eslcrhazy a cherché à imiter cette écriture par des moyens frauduleux et, par conséquent, ne saurait en être le véritable auteur. Au sujet des polysyllabes redoublés, M. le procureur général, en m'appliquant la réfutation qu'il avait déjà opposée à M. B e r tillon, a confondu deux choses absolument différentes. Cette réfutation vise uniquement la façon dont les extrémités des mots sont touchées par la grille Bertillon ; c'est un fait que je ne conteste pas, mais qui rie m'avait pas paru concluant et dont je n'avais jamais dit un seul mot. Mon argumentation, quo j'ai suffisamment développée dans les deux mémoires adressés à la Cour, et que M. le procureur général semble ignorer complètement, repose sur un autre fait, également découvert par M. Bertillon, et qui est à mon avis d'une importance capitale, celui de la superposition exacte d'une partie des mots quand on met les premières lettres en coïncidence, puis de l'autre partie après qu'on a effectué un glissement de l 2 o . P a s plus qu'aux hasards de l'écriture, ce fait ne peut être dû à ceux d'une reconstitution inexacte du bordereau, je l'ai d'ailleurs vérifié sur des photographies directes. m m

Sur un point, d'ailleurs accessoire, M. le procureur général s'est donné le plaisir d'égayer la Cour à mes dépens, en rapportant l'argument que j'avais tiré des dessins et écritures tracés par l'ex-capitaine Dreyfus, mais en omettant complètement l'observation principale qui le motivait.. Dreyfus avait tracé les mots « rien à faire » en modifiant simplement les lettres des mots


— 68 — « moorluus(sic) est comme s'il eût voulu donner une illustration de la théorie de SI. Bertillon, à laquelle cependant, on prétend qu'il n'avait rien compris (1). Enfin, je suis très surpris de la conclusion de M. le procureur général, que le désaccord entre ma théorie et celle de M. Bertillon constitue un argument contre toutes les deux.. Sauf le point signalé plus haut, elles ne me paraissent nullement contradictoires. Je suis parfaitement incapable de démontrer que le bordereau n'a pas été écrit au moyen «ta gabarit Bertillon, qui rend compte des particularités incompatibles avec le rythme d'une écriture naturelle, mais j'établis que. ces particularité» peuvent également résulter de l'emploi de mon quadrillage, beaucoup plus simple et pratiquement équivalent. D'ailleurs, cette contradiction existerait-elle, que la logique vulgaire exigerait seulement que l'une de ces théories fût. fausse, si l'autre était reconnue exacte. Suivant la logique spéciale à M. le procureur général, quand deux théories sonl en opposition, elles sont nécessairement fausses toutes les deux. J'en appelle, monsieur le Premier Président, à. l'impartialité que vous avez montrée dans votre rapport sur la première revision, et qui m'a souvent lait regretter de n'avoir pu vous soumettre mes premières études, à peine ébauchées à cette époque. Pour les motifs exposés ci-dessus, j'ai l'honneur de vous demander de vouloir bien communiquer la présente lettre à la Cour do Cassation, et l'inviter à m'entendre dans un supplément d'enquête, après m'avoir donné communication du rapport de MM. Darboux, Appell et Poineàré, Veuillez agréer, monsieur le Premier Président, l'expression de mes sentiments les plus respectueux. Cn. Conps..

[1) Nous ferons remarquer que le commandant ( 'oi-ps seniblr l'aire ici une confusion de date*. C'est tout au début de son séjour à l'île du Diable que Dreyfus se livrait à ces étranges exercices de superpositions graphiques. Or ce n'est que plusieurs année»après, à la fin de 1S98, q u e Si. Bertillon a, pour la première lois, e_xp©sé sa théorie du gabarit devant la Cour de Cassation. Ce ne sont donc pas les théorie» explicatives do M . Bertillon qui ont suggéré à Dreyfus ce procédé .d'écriture, comme semble l'indiquer le commandant Corps; c'est dans sou propre fonds qu'il l'a trouvé.

Paris. — Imprimerie F. Levé, 17, rue Cassette.


À LÀ LIBRAIRIE SAVAÊTE, 76, rue des Saints-Père*

J O S E P H REINACH HISTORIEN REVISION DE L'HISTJlftE DE L'AFFAIRE DREYFUS PAR

Henri DUTRAIT-CROZON Préface de CHARLES MAURRAS

Un fort volume. — Prix : Ct franc»

L'IMPOSTURE

DESTERHAZY PAR

UN ANCIEN NORMALIEN En vente dan» toutes les librairies.

LA THEORIE DE M. BERTILLON RÉPONSES

à MM. BERNARD, PAIN LEVÉ et MQLINIER PAR

Un POLYTECHNICIEN Prix : O fr. » « a u t bureaux do L'ACTION

FRANÇAISE


A LA LIBRAIRIE SANSOT, 53, rue Saint-André-des-Arts.

CE QUE J'AI VU A RENNES par M a u r i c e

BARBES

Prix : Un franc.

LE BORDEREAU Étude d e s dépositions de M. BERTILLON et du Capitaine VALERIO au Conseil de g u e r r e de Rennes PAR

Un Ancien Élève de l'École Polytechnique Texte et planches, prix : «S fr.

EN VENTE A LA LIBRAIRIE Rue Vivienne, 47

i

ANTISÉMITE

Vient de paraître

LIBÉRALISME ET LIBERTÉS

LA V É R I T É POLITIQUE

Démocratie et peuple

discours prononcé h Bordeaux

PAU

PAK

CHA.BL.ES

M. DE Roux

MAUIUIAS

Une brochure, prix

0 fr. 10

Une brochure, prix

Par posle 0 fr. 1» Par poste. • En vente aux bureaux de l'Action

française.

Paris. — Imprimerie F. Levé, rue Cassette, 17.

0 fr. 1S 0 fr. 20


2

e

APPEL AU PAYS

MARIE-GEORGES PICQUART Pour substituer Esterhazy à Dreyfus. — TJn soldat indiscipliné. —Indiscrétions et manœuvres frauduleuses. — Le petit bleu. — Les faux témoignages. — Le salaire. — La complicité' de Picquart et de Clemenceau.

PARIS É D I T I O N S D E L'ACTION 42,

R U E DU BAC i

1906

Cette brochure ne peut être mise en vente.

FRANÇAISE


L'ACTION ORGANE

DU

FRANÇAISE

NATIONALISME

INTÉGRAL

RKVUE BI-MENSUELLK 42, Rue du Bac, Paris

ABONNEMENTS

:

Paris et Départements, 12 fr. —Etranger, 18 fr. Le Numéro O fr. OO

Fondateur

: Le colonel DE V I L L E B O I S - M A R E U I L , mort au champ d'honneur.

Directeur : H E N R I VAUGEOIS PRINCIPAUX FIRMIN

COLLABORATEURS :

BACCONNIER 'JACQUHS

CROZON —

BAINVILLE —

Louis

MANN — LUCIEN COV.V'ECHOT —

DIMIER —

MAURRAS

LÉON

DE

MONTESQUIOU —

MOREAU — MAURICE PUJO — HENRI ROUZAUD — PIN LA CUARCE —

LA

BÀU-

JACQUES GAZEAU — LOUIS GONNET — ROBERT LAUNAT

— CiiARr.Sâ DU

ANTOINE

HENRI D U T R A I T LUCIEN

M" DE LA TOUH

BERNARD DE VESINS.

RÉPUBLIQUE

DE

BISMARCK

ou

ORIGINES ALLEMANDES DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE PAR

M. DE

ROUX

Président de la section poitevino d'Action française SUIVI DE LA

CORRESPONDANCE SECRÈTE DE GAKBETTA E T OE BISMARCK traduite en entier pour la première fois et commentée par

JACQUES BAINVIDLE AVEC

PLUSIEURS

AUTRES

DOCUMENTS

Une forte brochure de 7C papes, prix : 2 5 par la poste O fr. 3 0 .

centimes,

1 II Gazette de France, 1 bis, rus Bllllll. PARIS


e

2 APPEL AU PAYS PICQUART AU MINISTÈRE L'indiscipline, le faux témoignage et le faux

A L'ORDRE DU JOUR DE L'ARMÉE

FRANÇAIS! L e s c a n d a l e u x a v a n c e m e n t du « G é n é r a l » P i c q u a r t et le c h o i x s c a n d a l e u x qui vient de le m e t t r e à la tête de l ' a r m é e sont u n v é r i t a b l e déii au p a t r i o t i s m e f r a n ç a i s . L ' é n o r m i t é des faits éclate a u x y e u x de t o u s . L e 12 j u i l l e t d e r n i e r , M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t é t a i t l i e u t e n a n t - c o l o n e l en r é f o r m e p a r m e s u r e disciplinaire. L a loi s u r l ' é t a t des officiers, du 19 m a i 1834, dit : « L a r é f o r m e est la position de l'officier s a n s e m p l o i q u i , ri étant plus susceptible d'être rappelé à l'activité, n ' a pas de d r o i t s a c q u i s a l a pension de r e t r a i t e . » Pour la première fois depuis 72 ans, u n officier en r é f o r m e a été r a p p e l é à l ' a c t i v i t é . On n'a pas h é s i t é , e n faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t , à d é r o g e r par une hi dexception à la loi de 1834. La loi s u r l ' a v a n c e m e n t des officiers du 14 avril 1832 dispose q u e n u l n e p e u t ê t r e n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e s'il n'a a c c o m p l i trois ans au m o i n s d a n s le g r a d e de c o l o n e l . 1

PICQUART

*


2

Pour la première fois depuis 74 ans, u n l i e u t e n a n t - c o l o n e l a été n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e sans avoir été colonel un seul jour. On n ' a pas h é sité en faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1 8 3 2 . N o n ^seulement on a d é r o g é p o u r P i c q u a r t a u x lois de 1834 et 1832 e n le n o m m a n t le 13 juillet 1906 a u g r a d e de g é n é r a l de b r i g a d e , m a i s e n core on a fait r e m o n t e r fictivement sa n o m i n a t i o n au 10 juillet 1903. Grâce à ce nouveau passe-droit, Picquart a pu être n o m m é deux mois après, le 28 s e p t e m b r e , au g r a d e de g é n é r a l de d i v i s i o n , a l o r s q u e trois ans de s e r v i c e c o m m e b r i g a d i e r s o n t exigés p o u r être p r o m u d i v i s i o n n a i r e (loi de 1832). Pour couronner ces faveurs inouïes, le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e v i e n t d e m e t t r e à la t ê t e d e l ' a r m é e celui q u e ses p a i r s a v a i e n t irrévocablement e x c l u . FRANÇAIS l Les lois q u i r é g i s s e n t l ' a r m é e s o n t s u s p e n d u e s p o u r la p r e m i è r e fois d e p u i s t r o i s q u a r t s de siècle. L e seul M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t a p a s s é s u r le d r o i t de t o u s . P o u r le faire e n m o i n s de q u a t r e m o i s g é n é r a l de b r i g a d e , g é n é r a l de d i v i s i o n , m i n i s t r e , o n n ' a p a s h é s i t é à s u s p e n d r e e n sa faveur les lois q u i c o n s t i t u e n t la c h a r t e de l ' a r m é e . — Il faut au m o i n s savoir p o u r q u o i . P i c q u a r t n ' a pas r e n d u de s e r v i c e s e x c e p t i o n n e l s au p a y s . Il n ' a pas a c c o m p l i d ' a c t i o n s p r o d i g i e u s e s s u r les c h a m p s de b a t a i l l e . L ' o r g a n i s a t i o n de la défense n a t i o n a l e n e lui d o i t r i e n .


3—

Q u e l s s o n t les t i t r e s de P i c q u a r t à t a n t de passe-droits? V o u s le savez, F r a n ç a i s ! les s e u l s t i t r e s de P i c q u a r t s o n t d a n s la p a r t q u ' i l a p r i s e à la « r é h a b i l i t a t i o n » de D r e y f u s . P i c q u a r t n ' a r e c u l é d e v a n t a u c u n m o y e n : et ses i n t r i g u e s c r i m i n e l l e s o n t fini p a r a n é a n t i r l ' a d m i r a b l e s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s q u ' a v a i t c r é é S a n d h e r r . A ce p r i x a été a s s u r é e la r é i n t r o d u c t i o n d ' u n t r a î t r e d a n s l ' a r m é e . La trahison de Dreyfus est certaine en effet. On n e p o u v a i t r i e n r é p o n d r e a u p r e m i e r A p p e l a u pays (1), q u i en r a p p e l a i t les p r e u v e s . On n ' y a r i e n r é p o n d u . N o u s en s o m m e s t o u j o u r s à a t t e n d r e les p o u r s u i t e s de D r e y f u s , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é p o u r sa t r a h i s o n , et celles de la C o u r de C a s s a t i o n , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é e p o u r sa forf a i t u r e . On n e n o u s p o u r s u i t p a s : c'est qu'on ne peut même pas discuter nos preuves. Picquart a voulu réhabiliter le traître. Il n ' a pas c r a i n t de d é s o b é i r a ses chefs en c o m m e n ç a n t , dès q u ' i l fut à la t ê t e du b u r e a u des r e n s e i g n e ments, une campagne pour substituer Esterhazy à Dreyfus c o m m e a u t e u r de la t r a h i s o n de 1894. Les Dreyfusards disent : Picquart n'a écouté que sa conscience. — Mais u n h o m m e d e c o n science n e m e n t p a s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait p a s d e faux t é m o i g n a g e s , un h o m m e de c o n s c i e n c e ne fait p a s de faux. (1) Notre premier Appel au P a y s , affiché le 20 septembre à Paris, puis dans toute la France, a d'une part rappelé les preuves les plus importantes de la culpabilité de Dreyfus, d'au,tre part établi par des citations irréfutables, que la Cour de Cassation a faussé et violé la loi pour réhabiliter ce traître juif. L2S patriotes peuvent toujours se procurer des feuilles volantes portant le texte de « l'Appel », qui sont distribuées g r a tuitement, 42, rue du Bac, ainsi que la brochure Vérité, Justice, PatHt.


—4 — Picquart a été inculpé de faux p o u r avoir « f a b r i q u é ou fait f a b r i q u e r » le petit b l e u , d a n a le dessein d' « é t a b l i r f r a u d u l e u s e m e n t la c u l p a bilité du s o i - d i s a n t d e s t i n a t a i r e ». Il s'est de p l u s livré à l ' é g a r d d e s officiers s o u s ses o r d r e s à d e s m a n o e u v r e s d e s t i n é e s à a u t h e n t i q u e r cette pièce par des moyens frauduleux. Picquart a été inculpé en o u t r e d'avoir « c o m m u n i q u é à u n e p e r s o n n e n o n qualifiée p o u r en p r e n d r e c o n n a i s s a n c e , le s i e u r L e b l o i s », d e s pièces s e c r è t e s i n t é r e s s a n t la défense n a t i o n a l e , ainsi q u ' « u n dossier secret de t r a h i s o n c o n c e r n a n t l ' e x - c a p i t a i n e Dreyfus ». O r d r e de m i s e en j u g e m e n t fut d o n n é p a r la j u r i d i c t i o n m i l i t a i r e et p a r l a j u r i d i c t i o n civile. Pour échapper au Conseil de Guerre et au Tribunal correctionnel, P i c q u a r t s ' e m p r e s s a de r e c o u r i r a u x artifices d e l à p r o c é d u r e : u n e c o m é d i e j u d i c i a i r e fit t r a î n e r l'affaire e n l o n g u e u r , et on l'étouffa d é f i n i t i v e m e n t à l a f a v e u r de l ' A r r ê t q u i r e n v o y a Dreyfus à R e n n e s , o ù le t r a î t r e , on s'en s o u v i e n t , fut r e c o n d a m n é . Picquart avait de bonnes raisons pour se dérober : l ' i n s t r u c t i o n civile é t a i t a u s s i a c c a blante pour lui q u e l'instruction militaire. L e p e r s o n n a g e de P i c q u a r t e s t l o u c h e , h y p o c r i t e , f u y a n t . S a fourberie p r u d e n t e a c e p e n d a n t laissé jaillir des m e n s o n g e s f o r m e l s . P a r m i ces m e n s o n g e s c e r t a i n s , n o u s c i t e r o n s les d e u x s u i v a n t s , qui s o n t en m ê m e t e m p s d e s faux t é m o i g n a g e s : Picquart a menti le 9 m a i 1904 e n d é c l a r a n t sous la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'il n ' a v a i t j a m a i s p r o p o s é à ses chefs d ' e n v o y e r u n faux t é l é g r a m m e à E s t e r h a z y : il e x i s t e u n e n o t e de l u i , d u 11 s e p t e m b r e 1896, où il fait a u général Gonse cette proposition.


— 5 —

Picquart a menti le 29 n o v e m b r e 1898, déc l a r a n t s o u s la foi d u s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'aucune pièce concernant Dreyfus ou nommant Dreyfus n'était arrivée au bureau des r e n s e i g n e m e n t s p e n d a n t q u ' i l e n é t a i t le chef : M. D e l a r o c h e - V e r n e t a d é c l a r é avoir r e m i s à P i c q u a r t , le 2 j u i l l e t 1895, u n e copie de l a l e t t r e dite d u CGC a r r i v é e a u m i n i s t è r e des Affaires é t r a n g è r e s , o ù le nom de Dreyfus figure en toutes lettres. M. P a l é o l o g u e a confirmé c e t t e d é claration, que Picquart n'a pu démentir. Cette pièce contenait des accusations particulièrement graves contre Dreyfus. Picquart n'a r i e n fait p o u r les vérifier; il n ' e n a j a m a i s p a r l é à ses s u b o r d o n n é s ni- à ses chefs, et ]la copie q u e lui a v a i t r e m i s e M. D e l a r o c h e - V e r n e t a disparu ! L ' i n t r i g u e p o l i t i q u e , la m a n œ u v r e j u d i c i a i r e o n t b i e n p u e s s a y e r de r e n v e r s e r les r ô l e s et d ' é g a r e r le b o n sens p u b l i c . N o u s v e n o n s d ' é t a b l i r des faits, n o u s v e n o n s de c i t e r des t e x t e s r e v ê t u s d e l a s i g n a t u r e , ou a c c o m p a g n é s d u s e r m e n t de l e u r a u t e u r . Ils s o n t n e t s , ils s o n t b r u t a u x . O n n e p e u t p a s les d i s c u t e r . A u c u n e force h u m a i n e n e p e u t d é t r u i r e ces textes e t ces faits. Il suffit de les v o i r p o u r c o n n a î t r e le c r i m e e t p o u r j u g e r le c r i minel. Soldat i n d i s c i p l i n é , faux t é m o i n , f a u s s a i r e q u i fuit ses j u g e s , c'est p o u r le s e r v i c e de D r e y f u s q u e P i c q u a r t s'est t a n t de fois d é s h o n o r é . O n l'a r é c o m p e n s é p a r u n e série de p a s s e - d r o i t s s a n s p r é c é d e n t s q u i sont de p u r e s i n f a m i e s . Sa n o m i n a t i o n de m i n i s t r e m e t à l ' o r d r e d u j o u r de l ' a r m é e l ' i n d i s c i p l i n e , le faux t é m o i g n a g e e t le faux.


—6— FRANÇAIS ! P o u r aujourd'hui nous n'ajouterons rien à l'exposé des f a i t s . N o u s r e s p e c t o n s t r o p l ' a r m é e de n o t r e p a y s p o u r l u i a d r e s s e r d i r e c t e m e n t la p a r o l e . C'est à t o u t c i t o y e n q u e n o u s le d e m a n d o n s : de t e l s faits n e sont-ils pas u n danger public? A quoi tendent-ils? Q u e signifient-ils? Où nous mène-t-on? C r i m i n e l d e d r o i t c o m m u n et c r i m i n e l d ' E t a t , le n o u v e a u m i n i s t r e de la G u e r r e a fait dix a n s c a m p a g n e a v e c les e n n e m i s de l ' a r m é e et d e la P a t r i e , avec les r e p r é s e n t a n t s et les c o m p l i c e s d e l ' E t r a n g e r en F r a n c e , a v e c c e u x q u ' i l faut b i e n a p p e l e r de l e u r n o m : les E t r a n g e r s d e l ' i n t é r i e u r . L e passé de cet h o m m e a u r a i t dû le p l a c e r s o u s la s u r v e i l l a n c e de la S û r e t é g é n é r a l e . L e v o i l à p l a c é à la t ê t e de l ' A r m é e . De t o u s côtés les p a t r i o t e s se r é v e i l l e n t . Ils se d e m a n d e n t : Est-ce q u e cela p a s s e r a c o m m e ça? N o u s r é p o n d o n s que n o n . Cela n e p a s s e r a p a s c o m m e ça. L'Action

française.

42, rue du Bac.


MARIE-GEORGES PICQUART « Un h é r o s : le l i e u t e n a n t - c o l o n e l P i c q u a r t », tel est le t i t r e d ' u n o u v r a g e d e M . de P r e s s e n s é p u b l i é d a n s la p é r i o d e la "plus a c t i v e de l'Affaire; « le divin P i c q u a r t » o n t dit d ' a u t r e s a d m i r a t e u r s qui l'ont p r é s e n t é c o m m e le parfait m o d è l e de t o u t e s les v e r t u s , de l ' h o n n e u r , de la l o y a u t é , de la d r o i t u r e , de l ' i n d é p e n d a n c e de c a r a c t è r e , d u désintéressement. Mais P i c q u a r t n ' a pas q u e des a d m i r a t e u r s : n o m b r e u x s o n t c e u x q u i p o r t e n t s u r lui u n j u g e m e n t p a r t i c u l i è r e m e n t s é v è r e . E x a m i n a n t [d'ens e m b l e l'affaire D r e y f u s , ils e s t i m e n t q u e P i c q u a r t a u r a i t été l ' a g e n t c h o i s i p a r les J u i f s , d o n t le p l a n de c a m p a g n e en f a v e u r de leur c o r e l i g i o n n a i r e a u r a i t été le s u i v a n t : 3

T r o u v e r u n h o m m e c o n s e n t a n t à a c c e p t e r la p a t e r n i t é du b o r d e r e a u . Cela fait, d é t e r m i n e r le m i n i s t r e de la G u e r r e à r e c o n n a î t r e s p o n t a n é m e n t q u ' u n e e r r e u r a v a i t été c o m m i s e e n 1 8 9 4 . Si Ton é c h o u a i t p a r la p e r s u a s i o n , arrive» a u r é s u l t a t p a r la force : « c h a m b a r d e r t o u t . » I l était d o n c i n d i s p e n s a b l e p o u r les J u i f s d'avoir a u m i n i s t è r e m ê m e u n a g e n t à e u x . Cet a g e n t r a s s e m b l e r a i l l e s é l é m e n t s de la r e v i s i o n du p r o c è s de Dreyfus, et s'efforcerait d e d é c i d e r ses chefs à e n t r e p r e n d r e d e u x - m ê m e s c e t t e r e v i s i o n : s'il é c h o u a i t , son t r a v a i l n e s e r a i t pas p e r d u et servir a i t p o u r le c o u p de force. 1

Les actes de P i c q u a r t a u m i n i s t è r e n ' a u r a i e n t été i n s p i r é s q u e p a r l'idée de s e r v i r le p l a n des Juifs. E n r e v a n c h e , c e u x - c i l ' a u r a i e n t p a r la s u i t e protégé c o n t r e les c o n s é q u e n c e s q u e p o u v a i t


— 8 — e n t r a î n e r p o u r lui l ' œ u v r e p a r t i c u l i è r e m e n t p é r i l l e u s e qu'ij e n t r e p r e n a i t . D ' a i l l e u r s P i c q u a r t a u r a i t posé ses c o n d i t i o n s et r é c l a m é en e u s de succès une récompense proportionnéeaux dangers courus. De ces d e u x thèses r e l a t i v e s à P i c q u a r t , q u e l l e est la v r a i e ? L ' e x p o s é des faits p e r m e t t r a a u l e c t e u r de t r a n c h e r la q u e s t i o n . I. —

D É B U T S DE PICQUART AU MINISTÈRE

P i c q u a r t fut n o m m é chef du s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s le 1 j u i l l e t 1 8 9 5 . E t a i t - i l à cette d a t e c o n v a i n c u de la c u l p a b i l i t é de Dreyfus, c o m m e il l'a t o u j o u r s s o u t e n u , et n'est-il a r r i v é à la convict i o n de l ' i n n o c e n c e q u e p a r l e s r e c h e r c h e s u l t é r i e u r e s ? A u c o n t r a i r e , e n t r a i t - i l a u service des r e n s e i g n e m e n t s a v e c l'idée a r r ê t é e de travailler à la r e v i s i o n d u procès de 1894 ? Un p r e m i e r fait est p a r t i c u l i è r e m e n t c a r a c t é r i s t i q u e . Le lendemain de la prise de service de Picquart, le 2 j u i l l e t 1 8 9 5 , le m i n i s t è r e des Affaires é t r a n g è r e s lui c o m m u n i q u a i t u n e pièce r e l a t i v e à des r e l a t i o n s s e c r è t e s q u e Dreyfus a u r a i t e u e s a v e c l ' E t a t - M a j o r i t a l i e n , et à des l e t t r e s de D r e y f u s q u ' u n colonel i t a l i e n (le G. C. C.) a u r a i t en sa p o s s e s s i o n . Or, p e r s o n n e a u m i n i s tère de la G u e r r e n ' a eu c o n n a i s s a n c e de cette pièce, n i s u b o r d o n n é , n i s u p é r i e u r de P i c q u a r t (1). Bien m i e u x , la pièce e l l e - m ê m e a d i s p a r u des a r c h i v e s (2). Enfin P i c q u a r t n ' a m ê m e pas voulu p r ê t e r la m o i n d r e a t t e n t i o n à ces i n d i c a t i o n s q u ' o n l u i d o n n a i t s u r Dreyfus : « J ' a i d e m a n d é au colonel P i c q u a r t » , a déposé M. D e l a r o c h e - V e r n e t : « Mais q u ' e s t - c e q u e v o u s c o m p t e z faire? » Il e r

(1)

Cass.,

(2) Rennes.

II, 357. I, 300.


— 9 — m ' a r é p o n d u : « Rien du tout (1). » E t c e p e n d a n t P i c q u a r t a v a i t r e ç u du g é n é r a l de Boisdeffre l ' o r d r e de c o n t i n u e r à s u i v r e l'affaire Dreyfus (2). Ainsi d o n c , d è s le l e n d e m a i n de s o n e n t r é e en fonctions, P i c q u a r t « é g a r e » u n d o c u m e n t à la c h a r g e de Dreyfus et se refuse à faire la m o i n d r e d é m a r c h e p o u r vérifier u n e s o u r c e de r e n s e i g n e ments contre Dreyfus. A la v é r i t é , p l u s i e u r s m o i s s ' é c o u l è r e n t a v a n t q u ' u n acte de l u i p r ê t â t à l a c r i t i q u e ; t o u t a u m o i n s n ' e n c o n n a î t - o n a u c u n . D ' a i l l e u r s il est b i e n clair q u e trop de p r é c i p i t a t i o n e û t éveillé les s o u p ç o n s ; e t , e n r e s t a n t s u r la r é s e r v e , P i c q u a r t se c o n f o r m a i t a u x i n t e n t i o n s de M a t h i e u D r e y f u s , q u i d é s i r a i t q u e le s i l e n c e se fît p r o v i s o i r e m e n t s u r le n o m de son frère (3). E t le p r i n c i p a l i n t é ressé n'avait-il pas déclaré qu'il consentait à rester t r o i s a n s à l'île d u D i a b l e ? D o n c , r i e n n e p r e s s a i t . C e p e n d a n t on p e u t déjà, p e n d a n t cette p é r i o d e préliminaire, relever quelques mesures préparat o i r e s d e s plus s i g n i f i c a t i v e s . Picquart c o m m e n ç a par employer au service des r e n s e i g n e m e n t s u n h o m m e à l u i , u n c e r t a i n G e r m a i n D u c a s s e , d o n t le r ô l e , d a n s toute cette affaire, a é t é t r è s o b s c u r . On le r e t r o u v e , à plusieurs reprises, agent d'exécution, interméd i a i r e ou a u t e u r de m y s t é r i e u s e s correspond a n c e s . Ce D u c a s s e , c h a r g é d u service de l a m a i s o n t r u q u é e de la r u e de Lille, e u t p o u r m i s (1) Rennes, I, 53. (2) Cass., I, 142, déposition Picquart : « Il (le général de BoisdeflVe) m'invita à nourrir le dossier. » — On Toit comment Picquart se rendit à l'invitation. (3) « Il (Mathieu Dreyfus) me rendit visite au commencement de 1895 pour me demander de ne plus parler du condamné de 1894 dans le Petit Journal. » (Article de M. Judet dans l'Eclair du 2 juillet 1906.)


— 10 — sion d ' é c o u t e r p a r des t u y a u x a c o u s t i q u e s les c o n v e r s a t i o n s q u ' a v a i e n t e n t r e e u x les a t t a c h é s à l'ambassade d'Allemagne pendant leur déjeuner. Cette s u r v e i l l a n c e très spéciale était d'ailleurs o r g a n i s é e à l'insu des chefs de P i c q u a r t (1). Ducassé servit aussi d'intermédiaire entre Picq u a r t et l ' a g e n t D e s v e r n i n e (2) q u i s ' o c c u p a i t d ' E s t e r h a z y . Mais ce q u i i-end t r è s é t r a n g e la p r é s e n c e de D u c a s s é a u b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s , c'est q u ' i l y était e m p l o y é s o u s le n o m de D u r a n d (3). P o u r q u o i P i c q u a r t a v a i t - i l i n t r o d u i t cet h o m m e au m i n i s t è r e s o u s u n faux n o m ? Ne p r é v o y a i t - i l p a s q u e D u c a s s é p o u r r a i t p a r la s u i t e ê t r e c o m p r o m i s d a n s la c a m p a g n e en faveur de Dreyfus et q u ' i l y a v a i t i n t é r ê t m a j e u r à ce q u ' o n n e r e c o n n û t p a s , d a n s u n a g e n t a v é r é des a m i s de D r e y f u s , l ' a n c i e n n e c r é a t u r e d u chef du service des r e n s e i g n e m e n t s ? E n s u i t e , P i c q u a r t s ' a r r a n g e a p o u r r e c e v o i r de m a n i è r e c o u r a n t e a u m i n i s t è r e s o n a m i l'avocat L e b l o i s , c e l u i , d i s a i t le Temps d u 24 j u i l l e t 1906, qui « contribua par une action que rien ne put d é c o u r a g e r à a s s u r e r le s u c c è s de la c a u s e de la r e v i s i o n ». La p r é s e n c e de M* L e b l o i s d a n s le b u r e a u de P i c q u a r t est b i e n a n o r m a l e , p u i s q u ' e l l e é t a i t c o n t r a i r e a u x t r a d i t i o n s d u s e r v i c e et i g n o r é e des s u p é r i e u r s d u chef d u b u r e a u (4). M L e b l o i s venait-il p o u r conseiller P i c q u a r t , et a u b e s o i n p o u r le s u r v e i l l e r ? E n t o u t cas il fut p a r la s u i t e , c o m m e n o u s le v e r r o n s , i m p l i q u é d a n s des p o u r suites judiciaires. P i c q u a r t a bien expliqué qu'il faisait v e n i r s o n a m i p o u r le c o n s u l t e r s u r des 0

(1) (2) (3) (*)

Rennes, I, 553. Cass., 1, 732. Instr. Fabre, 64. Instr. Fabre, 14, 174, 167.


— 11 — q u e s t i o n s c o n t e n t i e u s e s de son s e r v i c e . Mais le g é n é r a l G o n s e a fait o b s e r v e r q u e le m i n i s t è r e de la G u e r r e a v a i t d e s a v o c a t s a t t i t r é s e t q u e c ' é t a i t à e u x q u e d e v a i t s ' a d r e s s e r P i c q u a r t , s'il a v a i t à r é s o u d r e q u e l q u e difficulté j u r i d i q u e (1). D'ailleurs la q u e s t i o n a été t r a n c h é e p a r le Conseil de l ' o r dre des a v o c a t s , q u i s u s p e n d i t M L e b l o i s p o u r six m o i s , p a r les m o t i f s s u i v a n t s : 8

Considérant que, de l'instruction et des débats, il résulte que M" Leblois a fait au ministère de la Guerre des visites fréquentes au lieutenant-colonel Picquart qui y exerçait les fonctions de chef du b u r e a u des renseignements, et qu'au cours de ces visites ce dernier l'a consulté s u r deux affaires qui relevaient de son service; qu'il a ainsi enfreint la règle qui prescrit à l'avocat de n'exercer sa profession qu'à l'audience ou dans son cabinet; Qu'en outre, il devait d'autant plus s'abstenir de s'occuper de ces affaires que le ministère de la Guerre a ses conseils... (2). Si P i c q u a r t n ' a v a i t c o n v o q u é son a m i a u m i n i s t è r e q u e p o u r l ' e n t r e t e n i r de q u e s t i o n s j u r i d i q u e s c o n c e r n a n t le s e r v i c e , il est b i e n é v i d e n t q u e M* L e b l o i s e û t o p p o s é à ces c o n v o c a t i o n s u n refus m o t i v é , qu'il n ' a u r a i t p a s e n f r e i n t la r è g l e de son o r d r e , s ' e x p o s a n t a i n s i à u n e s a n c t i o n d i s c i p l i n a i r e , n i r i s q u é de m é c o n t e n t e r u n c o n f r è r e , pour rendre gratuitement service, non à son ami, m a i s à u n e a d m i n i s t r a t i o n p u b l i q u e . Il est m a n i feste é g a l e m e n t q u e , s'il n ' a v a i t d û ê t r e q u e s t i o n

que d'affaires professionnelles avec M' Leblois, Picquart aurait demandé à ses chefs l'autorisa* tion de le recevoir et n'aurait pas, sans se cou» (1) îmtr, 7«ft»f, 10. (») /-u<r, fabn, 1*1.


— 12 —

vrir, admis un étranger au ministèie contrairement au règlement. Enfin, Picquart introduisit dans le service une petite réforme, en apparence insignifiante, mais grosse de conséquences. On sait que le commandant Henry recevait de la « voie ordinaire » les cornets contenant le dépouillement de la corbeille à papiers de Schwarzkoppen. Le commandant Henry avait l'habitude de trier le contenu de ces cornets, gardant pour les reconstituer lui-même les fragments de lettres écrites en français, et remettant les autres au capitaine Lauth. Lorsque les papiers étaient reconstitués, on les présentait au chef de service (1). Picquart exigea qu'à l'avenir les cornets lui fussent remis par le commandant Henry et se réserva d'en faire le triage (2). On cherche vainement une raison qui justifie cette « réforme ». Pourquoi Picquart voulait-il s'astreindre à une besogne fastidieuse et dépourvue de tout intérêt? Il a déclaré qu'à cette date il ne se méfiait nullement du commandant Henry. D'ailleurs, ce dernier, recevant toujours les cornets le soir, les ouvrait chez lui et se rendait compte de ce qu'ils contenaient, Picquart le dit lui-même : par conséquent, la surveillance qu'il aurait exercée sur le commandant Henry par suite de la nouvelle organisation eût été tout à fait illusoire. Picquart a donné sur sa « réforme » plusieurs explications contradictoires, dont aucune n'explique rien. Mais il est, en tout cas, certain que le procédé imaginé lui permettait d'introduire fallacieusement des papiers écrits en langue étrangère dans les cornets que lui remettait le com(1) Affaire (S) A/jfain

Picquart, Picquart,

271. p. 271.


— 13 — m a n d a n t H e n r y ; ce d e r n i e r , i g n o r a n t l ' a l l e m a n d et l'italien, n e p o u v a i t s ' a p e r c e v o i r de la s u p e r c h e r i e . D ' a u t r e p a r t , l'occasion p o u v a i t se p r é s e n t e r d ' i n t r o d u i r e aussi d a n s le c o r n e t des d o c u m e n t s é c r i t s e n français si, p a r e x e m p l e , telle c i r c o n s t a n c e a m e n a i t à s u p p o s e r q u e le c o m m a n d a n t H e n r y n ' a v a i t pu e x a m i n e r p r é a l a b l e m e n t la f o u r n i t u r e de l ' a g e n t . M ê m e si cette c i r c o n s t a n c e n e se p r é s e n t a i t p a s , on p o u v a i t , d a n s u n e d i s c u s sion u l t é r i e u r e , la s u p p o s e r et e n t i r e r a r g u m e n t . II. —

LE PETIT BLEC

D a n s les p r e m i e r s j o u r s de m a r s 1896, P i c q u a r t r e m i t au c a p i t a i n e L a u l h u n lot de p a p i e r s à r e c o n s t i t u e r ; p a r m i e u x se t r o u v a i t la pièce c o n n u e s o u s le n o m de petit bleu, c a r t e - t é l é g r a m m e s o i - d i s a n t a d r e s s é e par S c h w a r z k o p p e n à E s t e r hazy(l). Il a été e x t r ê m e m e n t difficile de pr Sciser la d a t e d ' a r r i v é e du petit b l e u . P i c q u a r t s'est c o n t r e d i t m a i n t e s fois s u r ce point (2), m a i s on a pu é t a b l i r q u e c e t t e d a t e é t a i t a n t é r i e u r e au 3 m a r s . L e c o m m a n d a n t H e n r y , q u i r e c e v a i t les c o r n e t s de Mme B a s t i a n , s'était,' e n effet, a b s e n t é du 3 m a r s j u s q u ' a u x p r e m i e r s j o u r s d ' a v r i l , sauf u n séjour de q u e l q u e s h v u r e s à P a r i s , p e n d a n t l e q u e l il lui a u r a i t été i m p o s s i b l e de c o m b i n e r u n r e n dez-vous avec Mme Bastian. D'autre part, l e c a p i (l) « Monsieur, j'attends avant tout une axplication plus détaillée que ealle que vous m'avei donnée sur la question en suspens. En conséquence, je vous prie de me la donner par écrit pour pouvoir juger si je dois continuer mes relations avec la maison R... ou non. « Signé : C... » Adresse : « M . le commandant Esterhazy, 2 7 , rue de la Bienfaisance, Paris, » ii) Affair* Picquart, 281.

« « « •


14

t a i n e L a u t h , q u i a r e c o n s t i t u é le d o c u m e n t , s'est a b s e n t é d u 27 m a r s a u 7 avril. Enfin, les p r e m i è r e s i n s t r u c t i o n s d o n n é e s à l ' a g e n t c h a r g é de s u r v e i l l e r E s t e r h a z y d a t e n t du 8 avril (1). Il est i n t é r e s s a n t de c o n s t a t e r q u e c'est p r é c i s é m e n t à l'occasion de la pièce q u i d e v a i t s e r v i r à P i c q u a r t p o u r e n t a m e r sa c a m p a g n e , q u ' o n a eu le p l u s g r a n d m a l à fixer l ' é p o q u e à l a q u e l l e c e t t e pièce a v a i t été saisie. Il est p a r t i c u l i è r e m e n t c u r i e u x q u e , l o r s q u e P i c q u a r t se d é c i d a à faire c o n n a î t r e le p e t i t b l e u à ses chefs et à l e u r a d r e s s e r u n r a p p o r t à ce sujet, il se trompa d e d e u x m o i s s u r la d a t e e n q u e s t i o n , la fixant à fin avril (2), t a n d i s q u e c e t t e d a t e é t a i t fin février, ou t o u t p r e m i e r s j o u r s de m a r s . L' « e r r e u r » est d ' a u t a n t p l u s s i n g u l i è r e q u e le r a p p o r t d e P i c q u a r t s u r E s t e r h a z y , o ù il p a r l e d u p e t i t b l e u , est du 1 s e p t e m b r e 1896. Il est é t r a n g e q u e , six mois après avoir reçu un d o c u m e n t qui l'avait p a r t i c u l i è r e m e n t o c c u p é p e n d a n t ces six m o i s , P i c q u a r t se t r o m p e de d e u x m o i s s u r la d u r é e d e ses p r é o c c u p a t i o n s . E n t o u t c a s , c e t t e e r r e u r , v o l o n t a i r e o u n o n , s e r v a i t P i c q u a r t , c a r elle d e v a i t n é c e s s a i r e m e n t ê t r e r e l e v é e et elle p e r m e t t a i t a l o r s , e n d i s c u t a n t s u r la d a t e e x a c t e , d e d i s c u t e r é g a l e m e n t les c i r c o n s t a n c e s d a n s l e s q u e l l e s le c o r n e t c o n t e n a n t le petit b l e u a v a i t été r e m i s a u c o m m a n d a n t H e n r y et d'en s u p p o s e r u n e g r â c e à l a q u e l l e le c o m m a n d a n t H e n r y n ' a u r a i t pas pu e x a m i n e r le c o n t e n u du c o r n e t . e r

Car P i c q u a r t a b i e n été obligé de r e c o n n a î t r e q u e le c o m m a n d a n t H e n r y e x a m i n a i t t o u j o u r s les c o r n e t s dès l e u r r é c e p t i o n ( 3 ) , et le commandant (i) Rennte, I, 887. (S) Initr. 117. (I) Affain Pkquart, m.


15

H e n r y a affirmé qu'il n ' a v a i t pas r e m a r q u é les f r a g m e n t s de la c a r t e - t é l é g r a m m e e n q u e s t i o n , f r a g m e n t s d o n t la c o u l e u r e û t a t t i r é son a t t e n t i o n (1). Cette d é c l a r a t i o n d u c o m m a n d a n t H e n r y est é v i d e m m e n t s i n c è r e . R e m a r q u o n s q u e l e c o m m a n d a n t H e n r y a m a n i f e s t é ses d o u t e s au sujet du p e t i t b l e u dès sa r e n t r é e d e p e r m i s s i o n , e n avril (2). Or, si l'on p e u t a d m e t t r e , à la r i g u e u r , q u e le c o m m a n d a n t H e n r y ait u l t é r i e u r e m e n t fait t o u s ses efforts p o u r e m p ê c h e r P i c q u a r t de s u b s t i t u e r E s t e r h a z y à D r e y f u s , il est c e r t a i n q u ' à c e t t e d a t e , a v r i l 1896, il n e p o u v a i t s o u p ç o n n e r les p r o j e t s de P i c q u a r t : P i c q u a r t l u i - m ê m e a fait j u s t i c e des « h i s t o i r e s » r a e o n t é e s p a r R e i n a c h s u r la c o m p l i c i t é d ' H e n r y et d ' E s t e r h a z y . P a r c o n s é q u e n t , le c o m m a n d a n t H e n r y n ' a v a i t aucune arrière-pensée en s'étonnant à la vue de ce p e t i t b l e u , q u i r é v é l a i t s i m p l e m e n t q u ' i l y avait un « autre traître », suivant l'expression d u c o m m a n d a n t L a u t h (3). P a s s i o n n é p o u r son m é t i e r c o m m e il l'était, le c o m m a n d a n t H e n r y n e p o u v a i t a v o i r q u ' u n e idée : d é m a s q u e r ce t r a î t r e . S e s h é s i t a t i o n s et ses r e s t r i c t i o n s sont d o n c i n c o n t e s t a b l e m e n t de b o n n e foi. D ' a i l l e u r s , ce p e t i t b l e u , é m a n a n t s o i - d i s a n t de l ' a m b a s s a d e d ' A l l e m a g n e , é t a i t d ' u n e é c r i t u r e et d ' u n e s i g n a t u r e q u ' o n n e r e t r o u v a i t q u e s u r u n e seule des si n o m b r e u s e s pièces de m ê m e o r i g i n e c o n s e r v é e s a u service : e n c o r e cette d e r n i è r e pièce, a r r i v é e en m ê m e t e m p s q u e le petit bleu ou très peu a v a n t , s e m b l a i t - e l l e faite p o u r a u t h e n - , t i q u e r celui-ci (4). (1) Cass. I, HO, et Enquête Pellieux et lnstr. Ravary, Reinach, II, 212 et 213. (2) Rennes, I, 621, et A/faire Picquart, 239. (3) A/faire Picquart, 259. (4) Affaire Picquart, 255.

citèei par


— 16 — D o n c l ' o r i g i n e , l ' é c r i t u r e et la s i g n a t u r e d u petit bleu é t a i e n t s u s p e c t e s a u x officiers s u b o r d o n n é s de P i c q u a r t . Mais, de p l u s , P i c q u a r t s'est livré à de s i n g u l i e r s m a n œ u v r e s à l'occasion de ce petit bleu : le c a p i t a i n e J u n c k et le c a p i t a i n e L a u t h r e ç u r e n t l'or ire de p h o t o g r a p h i e r le d o c u m e n t r e c o n s t i t u é , en faisan) d i s p a r a î t r e les t r a c e s de d é c h i r u r e s . L'op é r a t i o n était délicate et, m a l g r é de n o m b r e u x ess ;is, les d e u x officiers n e p u r e n t c o n t e n t e r leur chef, qui insista p o u r q u e l'on s'efforçât d ' o b t e n i r le r é s u l t a t q u ' i l d é s i r a i t . Assez s u r p r i s , ils lui d e m a n d è r e n t p o u r q u o i il t e n a i t t a n t à avoir u n e phot o g r a p h i e s a n s traces de d é c h i r u r e s , et P i c q u a r t e x p l i q u a au c a p i t a i n e L a u t h q u ' i l voulait faire c r o i r e a u g é n é r a l de Boisdeffre et a u g é n é r a l G o n s e q u e le petit b l e u a v a i t été i n t e r c e p t é à la poste, photographié, puis renvoyé à destination (1). S u r u n e Objection du c a p i t a i n e L a u t h , q u e la pièce, n ' a y a n t j a m a i s é t é m i s e à l a p o s t e , n é p o r t a i t p a s de c a c h e t , P i c q u a r t r é p o n d i t : « On p o u r r a i t p e u t - ê t r e e n faire m e t t r e u n à la p o s t e . » Le c a p i t a i n e L a u t h r é p l i q u a q u e ce s e r a i t u n e c o m p l a i s a n c e difficile à d e m a n d e r , et q u e d'ailleurs le fait q u e le petit bleu s e m b l e r a i t a v o i r p a s s é p a r la p o s t e lui e n l è v e r a i t t o u t e a u t h e n t i c i t é , p u i s q u ' i l n e p o r t a i t d ' a u t r e s i g n a t u r e q u ' u n C. « Mais », l u i dit P i c q u a r t , « v o u s serez là p o u r certifier q u e « c'est l ' é c r i t u r e de S c h w a r z k o p p e n . — J a m a i s de la « vie », s'écria le c a p i t a i n e L a u t h , « c'est u n e écri« t u r e contrefaite q u e j e n e c o n n a i s p a s , et q u e j e « n e r e c o n n a i s a b s o l u m e n t pas p o u r ê t r e d e l'écric t u r e de la p e r s o n n e q u e v o u s m e citez. » « L ' i n c i d e n t fut clos », ajoute le c o m m a n d a n t (1) Instr.

Fabre, 25 et 29.


— 17 — L a u t h d a n s sa d é p o s i t i o n . « J e s o r t i s d u b u r e a u « d u c o l o n e l P i c q u a r t et, au m o m e n t où j ' e n t r a i s « d a n s la pièce v o i s i n e , les c a p i t a i n e s J u n c k et « V a l d a n t m e d e m a n d è r e n t ce q u i a v a i t p u m o t i « v e r m e s e x c l a m a t i o n s s u r u n t o n a u s s i élevé « d a n s le b u r e a u d u chef de s e r v i c e . J e l e u r r a ce c o n t a i i m m é d i a t e m e n t ce q u i v e n a i t de se « p a s s e r (1). » L e s d e u x officiers p r é c i t é s o n t c o n firmé c e t t e d é c l a r a t i o n du c o m m a n d a n t L a u t h (2). A ces t é m o i g n a g e s si n e t s , P i c q u a r t n ' a o p p o s é q u e d e s d é n é g a t i o n s ou des e x p l i c a t i o n s fantaisistes. I l v o u l a i t , dit-il, faire d i s p a r a î t r e s u r la p h o t o g r a p h i e les t r a c e s de d é c h i r u r e s p o u r q u ' o n n e pût c o n n a î t r e la s o u r c e d u d o c u m e n t , l o r s q u e les p h o tographies seraient mises en circulation : « J'ai ce pensé q u e , c o m m e cela a v a i t eu lieu p o u r le b o r « d e r e a u , il serait n é c e s s a i r e d'en j o i n d r e des « fac-similés au dossier q u i irai t chez le chef d ' E t a t « Major ou chez le m i n i s t r e . J e fis alors i m m é d i a « t e m e n t c e q u e l'on fit t a r d i v e m e n t p o u r le « b o r d e r e a u (3). » S e u l e m e n t , P i c q u a r t n e r e m a r q u e p a s q u e le b o r d e r e a u était d ' u n e é c r i t u r e i n c o n n u e d o n t il s'agissait de t r o u v e r l ' a u t e u r et q u e , par s u i t e , il é t a i t n é c e s s a i r e d ' e n r e m e t t r e des p h o t o g r a p h i e s a u x chefs de service c h a r g é s de faire les r e c h e r c h e s . P o u r le petit b l e u , a u . c o n t r a i r e , il n ' y a v a i t pas lieu de p r o c é d e r à des r e c h e r c h e s a n a l o g u e s , et l'original d e v a i t p u r e m e n t et s i m p l e m e n t ê t r e joint au dossier. E n ce qui c o n c e r n e l ' a p p o s i t i o n des c a c h e t s de la p o s t e , les e x p l i c a t i o n s de P i c q u a r t n e s o n t pas moins nébuleuses : ({) Inxlr. Fabre, 29. (2) Jnstr. Fabre, 93 et 25. (3) Inslr. Fabre, 126. P1CQUAIVT


— 18 — Je ne me souviens pas avoir jamais dit que je voulais faire mettre sur cette pièce un cachet de la p o s t e : celte opération eût été absurde et irréalisable et n'a jamais été dans mes intentions. / / est possible que j'aie demandé un jour à Gribelin, dansune autre occasion, si on ri avait jamais fait mettre sur des lettres des cachets portant des dates inexactes... mais jamais de la vie je ne me serais servi de moyens semblables (1). La s c è n e a v e c le c a p i t a i n e L a u t h est r a c o n t é e p a r I ' i c q u a r t ainsi qu'il s u i t : on r e m a r q u e r a c o m m e n t est p r é s e n t é e et « e x p l i q u é e », l ' e x c l a m a t i o n d u c a p i l a i n e q u i , certifiée p a r d e u x t é m o i n s , n e p e u t être n i é e . J'ai parfaitement demandé, je le reconnais, commandant Lauth, si V écriture du petit, bleu n'était d'une personne déterminée. Il m'a répondu, avec vivacité qui lui est, habituelle dans la conversation : « jamais de la vie I »

au pas une Ah 1

Mais le c a p i t a i n e L a u t h a r a c o n t é i m m é d i a t e m e n t à d e u x c a m a r a d e s la c o n v e r s a t i o n q u ' i l v e n a i t d ' a v o i r . P i c q u a r t réfute : Lauth dit que deux de ses collègues lui ont d e m a n d é , après la scène qu'il a racontée, quelle était la raison de son exclamation : <t Ah jamais ! » Je r e m a r q u e d'abord que Lauth a commis une indiscrétion en p a r lant à deux officiers d'une question secrète qui ne les regardait p a s . J ' a d m e t s , à la rigueur, qu'il en eût parlé à Junck qui l'avait aidé dans la photographie de Ja pièce ; mais il ne devait, en aucun cas, en parler à Valdant, dont ce n'était pas le service (2). E t voilà, s a n s d o u t e , la q u e s t i o n t r a n c h é e . P o u r p r o u v e r q u ' i l n ' a pas v o u l u faire c r o i r e à ses s u p é r i e u r s q u e le p e t i t Lieu a v a i t été i n t e r (1) Inslr.

Fabre,

(2) lnstr.

Fabre, 127.

126.


— 19 — c e p t é à la p o s t e , P i c q u a r t a l l è g u e q u ' i l l e u r a dit, « de l'aveu de c e u x - c i , q u e le petit b l e u v e n a i t de « la m ê m e s o u r c e q u e lé b o r d e r e a u (1) ». Il était b i e n difficile à P i c q u a r t de dire le c o n t r a i r e , p u i s q u ' i l n ' a v a i t pu o b t e n i r de p h o t o g r a p h i e s s a n s t r a c e s de d é c h i r u r e s . Enfin, d a n s u n m é m o i r e à la Cour de C a s s a t i o n , r e v e n a n t s u r la d é m a r c h e faite a u p r è s du c a p i t a i n e L a u t h p o u r lui faire certifier l ' é c r i t u r e , il e x p l i q u e q u ' i l e û t été a b s u r d e de v o u l o i r faire certifierïécr'ûureenjustice : « Devantlestribunaux, « ce s o n t les e x p e r t i s e s q u i font foi en c e t t e m a « t i è r e et n o n les t é m o i g n a g e s ( 2 ) . » T o u t e la q u e s t i o n est de s a v o i r s'il s'agissait de faire certifier l ' é c r i t u r e d u petit bleu en justice, ou bien s i m p l e m e n t devant le général Gonse, le général de BoisdefJ're et le ministre. Il est en effet e x t r ê m e m e n t i m p o r t a n t de s o u l i g n e r q u e P i c q u a r t , dès qu'il a été e n possession du petit b l e u , s'est immédiatement o c c u p é de r e c h e r c h e r des pièces é c r i t e s p a r E s t e r h a z y . Dès le m o i s d ' a v r i l , il faisait v e n i r a u m i n i s t è r e le c o m m a n d a n t C u r é , c a m a r a d e de r é g i m e n t d ' E s t e r h a z y , et lui d e m a n d a i t des s p é c i m e n s d ' é c r i t u r e d e celui-ci ; il e n a d e m a n d é é g a l e m e n t à l ' a g e n t Desvernine, plus tard au cabinet du ministre. P o u r q u o i ? D a n s q u e l l e i n t e n t i o n ? E n quoi l'écrit u r e d ' E s t e r h a z y a u t h e n t i q u a i t - e l l e le petit b l e u à lui a d r e s s é ? A q u e l d o c u m e n t d e v a i t - e l l e être comparée? 1

E n fait, P i c q u a r t n ' a r e n d u c o m p t e à ses chefs de l ' e x i s t e n c e du p e t i t bleu q u e q u a n d il a eu e n sa possession de l ' é c r i t u r e d ' E s t e r h a z y et q u ' i l a cru p o u v o i r s o u t e n i r v i c t o r i e u s e m e n t qu'Ester(1) A/faire

Picquart,

(2) Affaire Picquart,

273. 277.


— 20 — hazy était l'auteur du bordereau. E t on voit dès lors à q u o i était d e s t i n é le p e t i t bleu : il n e devait pas c o n s t i t u e r u n e b a s e d ' a c c u s a t i o n , le d o c u m e n t n ' é t a n t pas u n acte de t r a h i s o n , n ' e n r é v é l a n t a u c u n e , et é t a b l i s s a n t s e u l e m e n t q u ' E s t e r h a z y a v a i t des r e l a t i o n s l o u c h e s a v e c S c h w a r z k o p p e n (1); m a i s il d e v a i t r e n f o r c e r l ' a c c u s a t i o n p r i n c i p a l e , c r é e r u n e p r é s o m p t i o n de p l u s , et lever les d e r n i è r e s h é s i t a t i o n s du m i n i s t r e à a t t r i b u e r le b o r d e r e a u à E s t e r h a z y et à s u b s t i t u e r ce dernier à Dreyfus. C'est d o n c d e v a n t ses chefs, et n o n e n j u s t i c e q u e le c a p i t a i n e L a u t h d e v a i t certifier l ' é c r i t u r e du petit b l e u . E t d ' a i l l e u r s , le c a p i t a i n e L a u t h s'y é t a n t r e f u s é , Picquart n'a pas manqué de le suppléer et d'affirmer, c o n t r e t o u t e v r a i s e m b l a n c e , d ' a b o r d a u g é n é r a l de Boisdeffre, p u i s au g é n é r a l Gonse, que l'écriture du document était de S c h w a r z k o p p e n (2). O n sait q u e le g é n é r a l G o n s e , le g é n é r a l d e Boisdeffre, p u i s le m i n i s t r e , r e f u s è r e n t de s ' e n g a g e r d a n s la voie où P i c q u a r t v o u l a i t les e n t r a î n e r . On sait a u s s i q u e ce d e r n i e r é c h a n g e a , au sujet de (1) C'est ce que Picquart dit lui-même (Affaire Picquart, 195). (2) Rapport Tavernier, Instr. Fabre, 307. — On sait quo, p o s térieurement à sa réception, l'adresse du petit bleu a été grattée, que le nom d'Esterhazy a été effacé, puis récrit. Choso singulière, le faussaire s'est servi, pour ce travail, d'une oncre au bois de campéche, employée dans les retouches photographiques, tandis que le reste de l'adresse était écrit à l'encre ordinaire (Reinach, II, 464). Il en résulte que la fraude se découvre avec une très grande facilité. D'autre part, Picquart a déclaré qu'à son départ du ministèro il avait remis tout le dossier Esterhazy, tout, « absolument tout, jusqu'au moindre petit bout de p a p i e r » , au général Gonse (Rennes, II, 120) ; il a d'ailleurs ajouté qu'à ce moment le petit bleu était intact. Il en résulterait que l'altération du petit bleu n'aurait été faite qu'après que cette pièce était sortio des mains de Picquart. > Partant de la, Picquart a naturellement prétendu que le g r a t -


— 21 — l'affaire, u n e l o n g u e c o r r e s p o n d a n c e a v e c le g é n é r a l Gonse et qu'enfin ses chefs, d é s e s p é r a n t de l u i faire e n t e n d r e r a i s o n , l ' é l o i g n è r e n t d u m i n i s t è r e et l ' e n v o y è r e n t en m i s s i o n , d ' a b o r d e n F r a n c e , puis en Tunisie. III.

L ' A C T I O N DE L E B L O I S

Mais les é l é m e n t s r a s s e m b l é s p a r P i c q u a r t n e f u r e n t pas p e r d u s : ce fut, Leblois q u i se c h a r g e a de les u t i l i s e r . N o u s a v o n s v u q u e M" L e b l o i s v e n a i t fréquemment a u m i n i s t è r e v o i r P i c q u a r t . On sait a u s s i q u e P i c q u a r t fut, p a r la s u i t e , p o u r s u i v i s o u s l ' i n c u l p a t i o n d ' a v o i r c o m m u n i q u é à L e b l o i s le dossier secret c o n c e r n a n t Dreyfus et le d o s s i e r d ' e s p i o n nage concernant Esterbazy. M" L e b l o i s s'est t o u j o u r s défendu d'avoir e u c o n n a i s s a n c e d u d o s s i e r secret Dreyfus et du d o s sier E s t e r h a z y . Il a r a c o n t é q u e P i c q u a r t , a y a n t r e ç u en T u n i s i e u n e l e t t r e de m e n a c e s d u c o m m a n dant Henry,était revenu précipitammentenFrance pour s'occuper de sa défense. Picquart aurait confié c e t t e défense à L e b l o i s et lui a u r a i t r e m i s , à t o u t e s fins u t i l e s , la c o r r e s p o n d a n c e é c h a n g é e avec le g é n é r a l G o n s e a u sujet de l ' e n q u ê t e o u v e r t e c o n t r e E s t e r h a z y , m a i s s a n s lui d o n n e r a u c u n détail s u r cette e n q u ê t e . M L e b l o i s , a g i s s a n t dans le seul intérêt de e

tage avait été fait pour pouvoir produire contre lui une accusation de faux : c'est une d e s « machinations » de ses ennemis. S e u lement, il se trouve quo cette machination ost établie sur le type classique n° 2 de la machination juive, c'est-à-dire qu'elle ne sert qu'à faire éclater l'innocence de celui qui en est soi-disant la victime, puisque, grâce aux nombreuses photographies prises à l'arrivée du document, il était très facile de montrer que Picquart l'avait remis intact au capitaino Lauth. — Voir d'ailleurs, dans Joseph Reinach historien (450, en note), la théorie du grattage dans l'Affaire Dreyfus.

/


— 22 — Picquart, a u r a i t r e m i s les leltrea du g é n é r a l G o n s e à M. S c h e u r e r - K e s t n e r . Là se s e r a i t b o r n é son rôle : « J ' a i b i e n été l'avocat du colonel P i c q u a r t » , a - t - i l dit, « c ' e s t en cette q u a l i t é q u e j ' a i agi (1) ». Il a p r é c i s é q u ' i l n ' a c o m m e n c é à s ' o c c u p e r de ('affaire Dreyfus q u ' « a p r è s avoir été saisi de là défense du colonel P i c q u a r t (2) ». N o u s n e d i s c u t e r o n s pas les affirmations de M L e b l o i s , n o u s c o n t e n t a n t de faire r e m a r q u e r q u e , d a n s u n e i n t e r v i e w p u b l i é e par le Temps du 24 juillet 1 9 0 6 , ' i l d é c l a r a i t q u ' a p r è s a v o i r r e ç u c e t t e m i s s i o n de défense, il r e s t a i t » seul c h a r g é d é s o r m a i s de tout le poids de l'affaire » et q u ' i l « s e n t a i t l ' a b s o l u e n é c e s s i t é de faire quelque chose»; mais nous opposerons simplement à M" L e b l o i s q u e l q u e s e x t r a i t s d u r é q u i s i t o i r e définitif du s u b s t i t u t du p r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e S i b e n , à la suite de l ' i n s t r u c t i o n F a b r e 6

Affecté au régiment de tirailleurs à Sousse(Tunisie), il (Picquart) recevait de temps en temps des lettres d'agents du service des renseignements qui, le croyant encore au ministère, persistaient à lui adresser leur correspondance. Ces lettres l'exaspérèrent, dit-il, et il renvoya la dernière d'entre elles, sous pli personnel, à l'adresse du commandant Henry (3), le 1 8 mai 1897, en y é p i n g l a n t u n e note ainsi conçue : « Que l'on dise donc une bonne fois aux gens que « je ne m'occupe plus de mes fonctions, ou que j ' a i été « relevé de mes fonctions; je n'ai pas à en r o u g i r ; « ce dont je rougis, c'est des mensonges et des mys« lères qui ont accompagné mon départ de Paris. » Profondément blessé p a r l e ton injurieux de cette note... le commandant Henry répondit, le 3 juin, par la lettre personnelle suivante: (1) Instr. labre, 183. (2) Instr. Fabre, 196. (3) Souligna dans le texte.


— 23 — « Mon colonel, j'ai l'honneur de vous informer qu'il « résulte de l'enquêtefaiteiciaprès laréceptionde votre « note du 18 mai courant, que le mot « mystères » « peut s'appliquer aux faits relatés ci-dessous ayant « eu lieu à la section de statistique dans le courant « de l'année 1896 : « 1°... « 2° Proposition faite à deux membres du person« riel de la section de statistique et qui consistait à « témoigner, le cas échéant, qu'un papier classé au « service avait été saisi à la poste et émanait d'une « personne connue ; « 3° Ouverture d'un dossier secret et examen des « piècesy contenues, au sujet desquelles des indiscréo tions se produisirent dans un but étranger au ser« vice... » Cette lettre, dépourvue de tout caractère officiel, ne constituait qu'une réponse officieuse du commandant Henry à une note personnelle incontestablement injurieuse. Le colonel prétend qu'elle acheva de le convaincre qu'il était victime, aù ministère, d'intrigues et de machinations perfides... Il se décida à confier ses alarmes à M. Leblois... il déclare lui avoir dit qu'effectivement il avait fait, étantchef du service de la s t a tistique, une enquête pour crime de trahison contre le commandant Esterhazy et que, dans le dossier de cette enquête, se trouvait une pièce établissant la culpabilité de cet officier. Il n'ajoute pas que, voulant se justifier, aux yeux de M. Leblois, de la prétendue accusation d'avoir cherché à suborner deux officiers, pour leur faire témoigner que le petit bleu saisi à la poste émanait d'une personne connue, il était obligé de lui révéler l'existence de cette pièce, la valeur qu'elle avait à ses yeux et, par conséquent, son origine secrète. Il prétend au contraire, contre toute vraisemblance, qu'il n'a donné à M. Leblois aucun détail sur cette pièce et... qu'il s'était borné à lui remettre en dépôt les lettres du général Gonse...


24

Or le colonel Picquart n'était à cette époque l'objet d'aucune information officielle ou officieuse, d'aucune poursuite... Il n'avait donc nullement à se préoccuper d'une défense à raison d'inculpations dont il n'était pas menacé et qui ne sont nées plus tard précisément que de ses indiscrétions et des manquements les plus graves à ses devoirs de soldat et de fonctionnaire investi de secrets que li. souci de la défense du pays et la sûreté de l'Etat devai ni lui interdire de révéler à tout au ire qu'à ses chefs. .. M. Scheurer-Kestner... entre en relations avec M. Leblois qui lui communique les renseignements qu'il ternit du colonel Picquart sur l'enquête de trahison suivie contre le commandant Esterhazy et lui remet les lettres du général Gonse... "^ M. Leblois reconnaît avoir fait cette communication à M. Scheurer-Kestner, mais il prétend, en premier lieu, qu'il l'a faite dans l'intérêt d e l à défense du colonel Picquart Or, M Scheurer-Kestner n'avait nullement le souci essentiel de défendre le colonel Picquart qui, en fait, n'était l'objet d'aucune poursuite, mais poursuivait uniquement la réhabilitation de Dreyfus. ... En faisant usage des renseignements dont il révélait l'origine, M. Scheurer-Kestner consommait au contraire la perte du colonel Picquart, puisqu'il dénonçait, son indiscrétion et trahissait tout à la fois et le colonel Picquart, premier coupable, et M. Leblois, qui, à son tour, lui avait confié ce qu'il devait taire, sous peine de tomber sous le coup de la loi. ... D'ailleurs, M. le ministre de la Guerre n'ignorait aucun des détails de l'enquête à laquelle avait procédé le colonel Picquart contre le commandant Esterhazy; le général Gonse était toujours à ses côtés, ainsi que M. le général de Boisdeffre, et comment .prétendre alors que les renseignements fournis précisément sur cette enquête et les lettres du général Gonse pouvaient servir d'éléments de défense auprès du ministre de la Guerre, m faveur d'un officier qui ri'était l'objet d'aucune pour suite (1)? (1) Instr.

Fabre,

212 à 216.


— 25 —

On voit q u ' à u n e c e r t a i n e é p o q u e la m a g i s t r a t u r e civile se t r o u v a i t b i e n d ' a c c o r d avec la m a gistrature militaire.

I V . — LES POURSUITES CONTRE PICQUART. LA PROTECTION DES JUIFS

L e s a g i s s e m e n t s de P i c q u a r t f u r e n t dévoilés a u c o u r s de l ' e n q u ê t e faite p a r le g é n é r a l de P e l l i e u x à la s u i t e de la d é n o n c i a t i o n de M a t h i e u Dreyfus c o n t r e E s t e r h a z y . A p r è s cette e n q u ê t e , le g é n é r a l de P e l l i e u x disait d a n s s o n r a p p o r t : Cet officier supérieur (Picquart) me paraît ê t r e . . . l'agent, inconscient, je l'espère, d'une personne qui, connaissant la conviction qu'il s'était faite de l'innocence de Dreyfus, l'a poussé dans une voie qui, j ' e n ai peur, lui a fait côtoyer le déshonneur. Quoi qu'il en soit, il y a, dans ses dépositions mêmes, aveu d'une faute militaire d'une gravité exceptionnelle : cet officier supérieur, étant chef du service des renseignements au ministère de la Guerre, s'il n'a pas communiqué, a donné connaissance à une tierce personne, étrangère au ministère et qu'il introduisait souvent dans son bureau, de pièces secrètes ou autres intéressant son service ; il a remis entre les mains de cette personne une correspondance échangée entre lu* et son chef, le général Gonse, sous-chef d'état-majoi général, correspondance qui ne peut être considérée comme privée, puisqu'elle a trait à son service et à une mission confidentielle, et cela, dans le but avoué de s'en servir, dit-il, pour sa défense contre ses chefs et U » subordonnés. Il y a là une étrange conception de l'honneur militaire $t de ses devoirs professionnels, et je conclus à l'envoi immédiat de cet officier devant un conseil d'enquête appelé à se prononcer sur la question de savoir s'il y à lieu


— 26 — de le mettre en réforme pour fautes graves contre l'honneur, ou tout au moins pour fautes graves dans le service (1).

Conformément à ces conclusions, Picquart fut déféré à un conseil d'enquête et mis en réforme pour faute grave dans le service. Le 12 juillet 1898, M. Cavaignac, ministre de la Guerre, adressait au Garde des Sceaux une plainte contre Picquart, pour « avoir livré ou communiqué à une personne non qualifiée pour en prendre connaissance, ou avoir divulgué en tout ou en partie des écrits ou documents intéressant la défense du territoire ou la sûreté extérieure de l'Etal », pt contre Leblois comme complice (2). Le 21 août 1898, le juge d'instruction Fabre renvoyait Picquart et Leblois en police correctionnelle pour communication et divulgation du dossier secret de trahison Esterhazy (3). L'affaire vint le 21 septembre. Mais, au début de l'audience, le substitut du procureur de la République demanda la remise; il venait, en effet, d'être informé que le gouverneur militaire de Paris poursuivait Picquart pour faux et usage de faux, et, d'autre part, la procédure de revision du procès de 1894 allait s'engager. M* Labori et Picquart protestèrent contre la remise, demandant à « parler face à face avec leurs adversaires (4) ». Le tribunal prononça le renvoi et Picquart fut déféré à la justice militaire : le 24 novembre, le gouverneur militaire de Paris renvoyait Picquart devant le conseil de guerre, lequel était convoqué (1) (J) (3) (4)

Gil Bios du 22 septembre 1908. Instr. Fabre, 2. Instr. Fabre, 2 2 0 . Instr. Fabre, 27».


— 27 — p o u r le 12 d é c e m b r e . P i c q u a r t é t a i t p o u r s u i v i p o u r a v o i r f a b r i q u é ou fait f a b r i q u e r le p e t i t b l e u , affirmant m e n s o n g è r e m e n t q u e ledit é c r i t é m a n a i t d e S c h w a r z k o p p e n , et p o u r a v o i r c o m m u n i q u é à Leblois divers documents secrets, entre autres le dossier Dreyfus (1). L'affaire p r e n a i t m a u v a i s e t o u r n u r e . Il fallait « s a u v e r P i c q u a r t des j u g e s m i l i t a i r e s ». On i m a gina u n expédient j u r i d i q u e en a r g u a n t d'une c o n n e x i t é e n t r e les faits d o n t r e s t a i t s a i s i l e t r i b u n a l c o r r e c t i o n n e l et c e u x q u i é t a i e n t déférés au conseil de g u e r r e et o n d é c i d a de s ' a d r e s s e r à la C o u r de Cassation p o u r o b t e n i r u n r è g l e m e n t de j u g e s . Alors commencèrent les manœuvres judiciaires. L e 3 d é c e m b r e , l a C o u r de C a s s a t i o n , se p r é t e n d a n t i n s u f f i s a m m e n t é c l a i r é e s u r les m o b i l e s q u i a u r a i e n t p o u s s é P i c q u a r t à f a b r i q u e r le p e t i t b l e u , r e n d i t u n a r r ê t de s o i t - c o m m u n i q u é p o u r a v o i r c o m m u n i c a t i o n de la p r o c é d u r e m i l i t a i r e : l'affaire d e v a i t être j u g é e le 26 j a n v i e r 1899, m a i s , e n é t u d i a n t les p i è c e s , M a n a u fut pris « d a n s son e s p r i t e t d a n s sa c o n s c i e n c e , de g r a v e s s c r u p u l e s (2) » et d u t a j o u r n e r s o n r é q u i s i t o i r e . Il é t a i t prêt c e p e n d a n t v e r s le 20 février : m a i s alors s u r v i n t l a m o r t de F é l i x F a u r e , et il n e c o n v e n a i t pas de « m ê l e r à u n deuil n a t i o n a l les p r é o c c u p a t i o n s t r o u b l a n t e s d ' u n e affaire q u i , h é l a s ! a v a i t p e r d u le c a r a c t è r e e x c l u s i v e m e n t j u d i c i a i r e (3) ». Enfin la Cour p u t d é l i b é r e r le 2 m a r s , et le 3 m a r s 1 8 9 9 , elle r é g l a i t d é j u g e s , r e n v o y a n t P i c q u a r t et Leblois d e v a n t la C o u r

d'appel, c h a m b r e des mises en accusation, sous (!) ttutr, Fabre, m, O) AjMn PMfwprf, IM> (I) Ajf*ir* Picqmrt,

(«,


— 28 — la p r é v e n t i o n de faux et u s a g e de faux, et d e c o m m u n i c a t i o n de d o s s i e r s s e c r e t s . A i n s i , il a v a i t fallu t r o i s m o i s à la c h a m b r e c r i m i n e l l e p o u r t r a n c h e r u n s o i - d i s a n t conflit de j u r i d i c t i o n , dont le procureur de la République et le commissaire du gouvernement niaient Vun et Vautre l'existence (1). Mais la d é c i s i o n é t a i t e n c o r e p r é m a t u r é e : le g o u v e r n e m e n t d e M. D u p u y n ' é t a i t pas assez s û r . L e b l o i s , le 13 m a r s , fit o p p o s i t i o n à l ' a r r ê t ; le 13 m a i , il se d é s i s t a i t de son p o u v o i r et, u n m o i s a p r è s — il fallut e n c o r e ce délai — la c h a m b r e des m i s e s e n a c c u s a t i o n s t a t u a i t s u r le r é q u i s i t o i r e du s u b s t i t u t B l o n d e l q u i ne r e t e n a i t p l u s c o n t r e P i c q u a r t et L e b l o i s q u e le délit de c o m m u n i c a t i o n du d o s s i e r E s t e r h a z y (2). Mais le t e m p s a v a i t m a r c h é . Le 3 j u i n , la Cour de C a s s a t i o n a v a i t cassé le j u g e m e n t de 1894 q u i condamnait Dreyfus. La C h a m b r e avait ordonné l'affichage de l ' a r r ê t ; elle a v a i t r e n v e r s é le 12 j u i n le m i n i s t è r e D u p u y . L a Cour d'appel se d é c i d a à s t a t u e r le 13 j u i n . Elle r e n d i t u n n o n - l i e u p o u r les motifs s u i vants : Considérant que l'arrêt de règlement de juges du 3 m a r s 1899 décide que « les divers ordres de faits im« pûtes comme des crimes ou des délits à Picquart ou « à Leblois procéderaient d'une pensée unique, auraient « été déterminés par une même cause et ne devaient « tendre ensemble qu'à un seul et même but, savoir : <t d'innocenter Dreyfus et de lui substituer un autre « coupable » ; Considérant que la Cour de cassation, à la suite des enquêtes faites devant elle et dans lesquelles Pic(1) Affaire Picquart, 184. (8) Inttr. Fabre, 32*.


— 29 —

quart a été entendu comme un des principaux témoins, a, par son arrêt du 3 juin 1 8 9 9 , cassé l'arrêt, de condamnation prononcé en 1 8 9 4 contre Dreyfus et décidé que Dreyfus serait déféré à un nouveau Conseil de guerre; Considérant que de cette décision résulte, quant à présent, à l'égard de Picquart et de Leblois une présomption de fait paraissant en contradiction manifeste avec les charges qui ressortent des informations du juge d'instruction et du rapporteur susvisés ( 1 ) » . A i n s i , p a r c e q u e la C o u r de C a s s a t i o n a v a i t e s t i m é q u e c e r t a i n s faits t e n d r a i e n t à p r o u v e r q u e le b o r d e r e a u n ' a v a i t pas été é c r i t p a r D r e y f u s , il en r é s u l t a i t u n e p r é s o m p t i o n de fait q u e P i c q u a r t n ' a v a i t pas f a b r i q u é le petit b l e u , q u ' i l n ' a v a i t p a s c o m m u n i q u é à L e b l o i s le d o s s i e r s e c r e t D r e y fus, n i le dossier s e c r e t E s t e r h a z y , et q u e Leblois n ' a v a i t p a s d i v u l g u é ces c o m m u n i c a t i o n s ! Telle est la l o g i q u e de la Dreyfus.

magistrature

de

V. — S A LOYAUTÉ

On v i e n t de v o i r c o m m e les d é c i s i o n s j u d i ciaires o n t m a l r é u s s i à l a v e r P i c q u a r t des a c c u s a t i o n s p o r t é e s c o n t r e l u i ; o n a v u é g a l e m e n t de q u e l l e façon s é v è r e le s u b s t i t u t du p r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e s'était e x p r i m é à s o n é g a r d ; r a p p e l o n s q u e l ' o r d r e de m i s e e n j u g e m e n t d u g o u v e r n e u r de P a r i s a c c u s a i t P i c q u a r t d'avoir mensongèrement affirmé q u e le petit b l e u é t a i t de l'écrit u r e de S c h w a r z k o p p e n ; enfin le g é n é r a l de P e l l i e u x a a i n s i a p p r é c i é l ' a t t i t u d e de P i c q u a r t à l'enquête Esterhazy: ... Ses dépositions sont un tissu (1) In.it

Fabre. 3Î7.

d'inexactitudes


— 30 — voulues, calculées, d'insinuations perfides contre ses chefs et ses subordonnés (1). L'examen des dépositions judiciaires faites par Picquart permet-il de vérifier ce j u g e m e n t du général de P e l l i e u x ? On lit dans la première enquête de la Cour de cassation, déposition P i c q u a r t : D. — Pourriez-vous nous dire si, du 1" juillet 1895 au 16 novembre 1896, il est entré au bureau des renseignements des pièces concernant Dreyfus et qui auraient été classées comme secrètes? R, — Il n'en est arrivé aucune se rattachant à Dreyfus ou nommant Dreyfus (2). Or o n lit dans la m ê m e enquête, déposition Paléologue : Les recherches entreprises au ministère des Affaires étrangères... ont amené la découverte, dans un dossier secret complètement étranger à l'affaire Dreyfus, d'une lettre adressée, d'un port italien, le 16 juin 1895, à un agent secret, et dans laquelle se trouvent ces mots: « La vérité est qu'il (le major Z...) « va deux fois par année à Toulon, Breste (sic) et Havre « et qu'il est ami depuis quatre ans du ez-capitaine « Dreyfus. Voilà la pure vérité; il y a chez leC. C. G. « (un officier supérieur italien), deux lettres de Dreyfus « écrite {sic) à l'adresse du major avec la date du « 22 septembre 1892 — et une lettre avec la date de «mai 1893 —. Les deux lettres en question, le C. G. C. « as (sic) chez lui dans son bureau (3) ». La nature des renseignements que la dame en question se croyait en mesure de procurer avait diltrminè

(i) Qil Ko» du II i«ptmb»s 1901, (i)Co«.,i, m.

(3) Ut m«ti «a lUUqut» •» le» «1»fl|«HAtttnil d»»i lt valu»»

A» l'uqutt* d« U C«B* <• OMMUOR,


— 31 — le ministère de la Guerre à employer ses services ; le ministère des Affaires étrangères n'a servi qu'occasionnellement d'intermédiaire ; la lettre ci-dessus a été communiquée au ministère le 2 juillet 1895 (1). A R e n n e s , M. D e l a r o c h e - V e r n e t est v e n u d é p o ser q u e c'était l u i - m ô m e q u i a v a i t c o m m u n i q u é la l e t t r e à P i c q u a r t (2). C o m m e o n sait, n o n s e u l e m e n t les r e n s e i g n e m e n t s n ' o n t pas été u t i l i s é s , m a i s la l e t t r e a d i s p a r u . Il y a m i e u x . P i c q u a r t s ' e x p l i q u e à ce sujet : Je ne me souviens pas de la lettre dont M. DelarocheVernet a parlé. Je ne veux dire en aucune façon qu'il ne me l'ait pas communiquée, il est probable qu'il me l'a communiquée, mais j e ne me souviens pas d e l à lettre elle-même. A y a n t dit q u e le l i e u t e n a n t - c o l o n e l C o r d i e r l u i a v a i t p a s s é le service et é t a i t r e s t é j u s q u e ver* le 15 j u i l l e t p o u r le m e t t r e a u c o u r a n t , il a j o u t e : Le colonel Cordier, aussi bien que le colonel S a n dherr, m'ont dit de me méfier de la façon la plus complète des relations avec des personnes de ce g e n r e . . . Ainsi donc j'avais toutes les raisons du monde pour ne pas entrer en relations avec cette personne (3). M a l h e u r e u s e m e n t , d ' u n e p a r t , e n ce q u i c o n c e r n e le colonel C o r d i e r , ce d e r n i e r é t a i t p a r t i d a n s les d e r n i e r s j o u r s de j u i n . Or si P i c q u a r t a c o m m e n c é son s e r v i c e le 26 j u i n , il n e l'a p r i s officiellement q u e le 1 j u i l l e t (4). D ' a u t r e p a r t , l o r s q u e , le 5 j u i n , le colonel S a n d h e r r a v a i t r e ç u , p a r l ' i n t e r m é d i a i r e du m i n i s t è r e des Affaires é t r a n er

(1) (2) (3) (4)

Cass., I, Sennes, Rennes, Rennes,

397. I, 5 3 . I, 369. I, 399.


— 32 — g è r e s , l e s offres de service de l ' a g e n t en q u e s t i o n (1), il en a v a i t a v e r t i le c a p i t a i n e M a t t o n , c h a r g é de la s e c t i o n i t a l i e n n e . « Ce qu'il y a de c e r t a i n », a déposé le c o m m a n d a n t L a u t h , « c'est q u e la l e t t r e « d'offres e x i s t e , et q u ' i l y a, é c r i t de la m a i n d u « colonel S a n d h e r r : « P o u r M a t t o n : voir a u x « affaires é t r a n g è r e s ce q u ' o n p e u t en t i r e r », ou « q u e l q u e c h o s e de ce g e n r e ; ce qui est certain, « c'est que le colonel Sandherr disait à son su« bordonné de suivre Vaffaire (2). » — E t si, le 5 j u i n , le colonel S a n d h e r r c o n s e i l l a i t de s u i v r e l'affaire, il est v r a i m e n t e x t r a o r d i n a i r e q u e , le 1 j u i l l e t , il ait p r e s c r i t de s'en d é s i n t é r e s s e r . e r

E x a m i n o n s m a i n t e n a n t les p r o t e s t a t i o n s de P i c q u a r t a u sujet du piège q u e Von v o u l u t t e n d r e à E s t e r h a z y e n lui e n v o y a n t u n faux t é l é g r a m m e : « J e r e p o u s s e a b s o l u m e n t la p a t e r n i t é aussi b i e n « m o r a l e q u e m a t é r i e l l e de la c h o s e », s'écriail-il à la c h a m b r e c r i m i n e l l e le 9 m a i 1904. E n ce q u i c o n c e r n e la p a t e r n i t é m a t é r i e l l e , ii existe u n e n o t e de P i c q u a r t , d a t é e du 15 s e p t e m b r e 1896, où o n lit : On pourrait envoyer à E. un télégramme rédigé en se servant des termes de convention employés par le correspondant habituel. Si E. donne suite à la demande contenue dans ce télégramme, son affaire est bien claire... Ce télégramme serait le suivant : « Affaire importante et urgente concernant maison R. Venez immédiatement à Paris. Vous ferai attendre à la g a r e . — [Sign£) C. (3). » Reste la p a t e r n i t é m o r a l e . P i c q u a r t la rejette s u r ses chefs de la m a n i è r e s u i v a n t e : il a u r a i t (1) Rennes, I, 299. (2) Rennes, II, 536. (3) Instr. Fabre, 225.


— 33 — p r o p o s é de faire a r r ê t e r E s t e r h a z y et le g é n é r a l de Boisdeffre lui a u r a i t dit : « Un chef du s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s a d ' a u t r e s m o y e n s . » — Mais laissons la parole à P i c q u a r t : C'est alors que je dis : « Il y aurait bien un moyen « qu'une puissance étrangère a employé il y a un an à « noire égard, mais cela me paraît un peu vif. » Le général me fit expliquer la chose : il s'agissait d'un envoi de télégramme. Le général Gonse me dit aussitôt: « Ah 1 parfaitement, écrivez donc cela. » J'écrivis et on me laissa parfaitement libre d'agir. J'insiste bien là-dessus : commeje ne me considérais pas comme l'inventeur du moyen, je refusais absolument de faire la chose sans un ordre. C'est alors qu'on m'envoya au ministre. Le ministre, bien qu'il ait dit depuis qu'il s'était indigné, ne s'est pas indigné, tant que je ne lui ai pas demandé l'ordre (1). Il r é s u l t e de c e t t e e x p l i c a t i o n q u e , si P i c q u a r t n ' a pas i n v e n t é le m o y e n , il l'a a u m o i n s i m p o r t é e n F r a n c e , q u e c ' e s t l u i q u i l'a s u g g é r é et e x p l i q u é . D'ailleurs à Rennes, pendant une confrontation e n t r e le g é n é r a l G o n s e et P i c q u a r t , le g é n é r a l G o n s e , i n t e r r o g é p a r M" D é m a n g e s u r cet envoi de faux t é l é g r a m m e , sur la nature du piège que l'on voulait tendre à Esterhazy, a répondu : « Cela, c'est l'affaire du colonel P i c q u a r t , ce n ' e s t pas la m i e n n e . » L e g é n é r a l R o g e t , i n t e r r o g é à son t o u r p a r M L a b o r i s u r la m ê m e q u e s t i o n , a p r é c i s é le b u t q u e p o u r s u i v a i t P i c q u a r t et ce d e r n i e r s'est c o n t e n t é d ' e x p l i q u e r les t e r m e s de la n o t e q u e n o u s a v o n s citée p l u s h a u t , se g a r d a n t b i e n d'en r e p o u s s e r la p a t e r n i t é , soit m o r a l e , soit m a t é r i e l l e (2) : c a r il y a u n e différence e n t r e u n e d é p o s i t i o n à h u i s - c l o s , d e v a n t des a u d i t e u r s p l u s 8

(1) Gil Blas du 14 août 1906. (2) Rennes, III, 285 et 286.


34

q u e b i e n v e i l l a n t s , et u n e c o n f r o n t a t i o n avec c e u x q u e l'on m e t e n cause.

publique

P a s s o n s enfin à ce q u e dit P i c q u a r t à p r o p o s du faux H e n r y , d a n s sa d é p o s i t i o n à la Cour de C a s s a t i o n , l o r s de la p r e m i è r e e n q u ê t e : ... Un jour le minisire me dit qu'il avait une pièce qui prouvait la culpabilité de Dreyfus, et il m'énonça sommairement le contenu de cet'epièce. Il me dit, je crois, qu'elle était signée Maximilianne... Le général Gonse... me demanda avec intérêt si le ministre m'avait parlé de l'affaire Dreyfus; je lui répondis que oui, et je lui exprimai très nettement tous mes doutes au sujet de l'authenticité de cette pièce... (1) Or il existe u n d o c u m e n t p u b l i é par Rein a c h (2), i n t i t u l é « le t e s t a m e n t de P i c q u a r t », et d a t é du 2 avril 1897, c'est-à-dire c i n q m o i s a p r è s l ' e n t r e v u e avec le m i n i s t r e . On y lit : Il (le ministre) me dit très ostensiblement (et je me permets de croire que ce n'était pas vrai) que, par sa police particulière, il avait DES preuves de la culpabilité de Dreyfus, sans me dire LESQUELLES. A i n s i le m i n i s t r e a u r a i t p a r l é de c e r t a i n e s p r e u v e s , et n o n d'une pièce ; il n ' a u r a i t p a s dit q u e l l e s é t a i e n t ces p r e u v e s , et p a r suite n'aurait pas énoncé le contenu de la pièce; b i e n loin de c i t e r le texte d ' u n e c e r t a i n e p i è c e , le m i n i s t r e s e r a i t r e s t é t e l l e m e n t d a n s le v a g u e , l a i s s a n t seul e m e n t p e r c e r ses i n t e n t i o n s d ' u n e m a n i è r e très ostensible, q u e P i c q u a r t a pu croire q u e le m i n i s t r e m e n t a i t . D o n c , d a n s son t e s t a m e n t , c'est-àd i r e d e v a n t D i e u , o u , si P i c q u a r t n e croit p a s en (1) Cass., (2) Rtinach,

I, 172. II, 703.


35

D i e u , t o u t a u m o i n s d e v a n t les h o m m e s , et c o m m e affirmation de ses s u p r ê m e s p e n s é e s , P i c q u a r t dit e x a c t e m e n t le c o n t r a i r e d e ce q u ' i l dit en j u s t i c e s o u s la foi du s e r m e n t (1).

VI. —

S O N DÉSINTÉRESSEMENT

Une dernière question reste à examiner. Picq u a r t a-t-il b r i s é sa c a r r i è r e d e g a i e t é de c œ u r , o u b i e n a v a i t - i l u n e a r r i è r e - p e n s é e ? Se fiait-il à des promesses échangées avec ceux qui l'avaient m i s e n a v a n t ? Y avait-il u n p a c t e , en u n m o t , e n t r e les Juifs et l u i , p a c t e l u i a s s u r a n t u n e p a r t du b u t i n a p r è s la v i c t o i r e ? U n e q u e s t i o n de ce g e n r e ne p e u t é v i d e m m e n t ê t r e t r a n c h é e p a r la p r o d u c t i o n d ' u n t r a i t é p a s s é e n t r e les p a r t i e s , o u ci'un r e l e v é d e s c o m p t e s du bénéficiaire d a n s u n e b a n q u e . N o u s s i g n a l e r o n s s i m p l e m e n t c e r t a i n s actes d e P i c q u a r t et d e ses p a r t i s a n s , l a i s s a n t à c h a c u n le s o i n d ' e n t i r e r les c o n c l u s i o n s , o u de j u g e r s'ils m é r i t e n t a t t e n t i o n . Il est i n c o n t e s t a b l e q u e l a q u e s t i o n s'est p o s é e , d ' a c c o r d e r des r é p a r a t i o n s à P i c q u a r t , si le conseil de g u e r r e de R e n n e s a c q u i t t a i t D r e y f u s . D a n s (1) Il faut savoir se borner, surtout dans un champ aussi vaste que celui-là. Nous ne rappellerons donc que pour mémoire les innombrables contradictions qu'ont provoquées, aux divers procès, les allégations de Picquart. Relevons cependant celle-ci. L e général Mercier, à R e n n e s , avait déclaré : « M. Picquart a dit que je l'avais chargé de porter des pièces au colonel Maurel. C'est absolument inoxact. Je n'ai jamais remis aucun pli au colonel Picquart pour le colonel Maurel. Il a déposé que j'avais, dans une conversation avec luimême, parlé de pièces secrètes que j'aurais fait remettre au colonel Maurel. Je n'ai jamais parlé de pièces secrètes au colonel Picquart. » Picquart répond : « Je me souviens très bien avoir remis au colonel Maurel un ou plusieurs plis. E t a i t - c e le ministre qui


36

le Figaro du 28 a o û t 1899, c ' e s t - à - d i r e a u n e d a t e où le succès s e m b l a i t a s s u r é a u parti de Dreyfus, confiant d a n s le m i n i s t è r e W a l d e c k - R o u s s e a u , M. Gaston D e s c h a m p s é c r i v a i t u n a r t i c l e i n t i t u l é : « Un chefj>, et c o n t e n a n t u n éloge d i t h y r a m b i q u e de P i c q u a r t . L a c o n c l u s i o n é t a i t la s u i v a n t e : « Les « g r a n d e s q u a l i t é s du colonel P i c q u a r t t r o u v e r o n t « l e u r e m p l o i s u r d ' a u t r e s c h a m p s de b a t a i l l e , « lorsque le retour de la justice lui aura rendu « Vépée illégalement arrachée de ses mains. » L a c o n d a m n a t i o n de Dreyfus e n l e v a t o u t e p o s sibilité au g o u v e r n e m e n t de p r o p o s e r des m e s u r e s spéciales en f a v e u r de P i c q u a r t . Mais au m o i n s celui-ci p o u v a i t - i l e s p é r e r r e n t r e r d a n s l ' a r m é e , g r â c e a u p o u r v o i q u ' i l a v a i t f o r m é d e v a n t le C o n seil d ' E t a t c o n t r e la décision du Conseil d ' e n q u ê t e q u i l'avait m i s e n r é f o r m e . Il est bien é v i d e n t q u e le Conseil d ' E t a t eût déféré a u désir d u g o u v e r n e m e n t et q u e le g o u v e r n e m e n t e û t déféré a u désir de P i c q u a r t . Il est n o n m o i n s é v i d e n t q u e P i c q u a r t n e v o u l a i t pas r e n t r e r d a n s l ' a r m é e à son r a n g , p u i s q u ' i l se d é s i s t a d e , son p o u r v o i . m'en avait chargé? Etait-ce le chef d'Etat-Major? Je rien sais rien. » (Rennes, I, 481.) A huis-clos, devant la Chambre criminelle, en 1904, il reprend son assurance et relève le démenti : « Le général Mercier a affirmé que jamais il ne m'avait chargé de remettre des plis au , président du conseil de guerre; le général de Boisdeffre a dit la même chose. Il y a au moins un pli que j'ai remis au président du conseil, c'est le pli qui m'accrédite auprès de lui pour assister au h u i s - c l o s . . . Je me souviens de c«tte lettre, elle était sous pli cacheté, j ' a i remis cette lettre au colonel Maure], qui m'a dit : « C'est bien, commandant, vous vous assoirez à tel endroit. » Voilà une réponse que j'ai à opposer au démenti du général Mercier. » (Gil Blas du 13 août 1906.) Réponse victorieuse, en effet, ot qui établit bien la gravité des relations que le ministre aurait entretenues, pendant les débats, avec le conseil de guerre I


— 37 — Le 13 j a n v i e r 1903, M. A n d r é était a u t o r i s é p a r le Conseil d e s m i n i s t r e s à d é p o s e r u n projet de loi p e r m e t t a n t a u m i n i s t è r e de la G u e r r e de r a p p e l e r à l'activité les officiers m i s e n r é f o r m e . Ce p r o j e t de loi visait m a n i f e s t e m e n t P i c q u a r t . Il n e vint j a m a i s en d i s c u s s i o n . Or si o n se r a p p e l l e avec q u e l e m p r e s s e m e n t M. C o m b e s se s o u m e t t a i t a u x o r d r e s de P i c q u a r t , a i n s i q u e l e p r o u v e l a l e t t r e p u b l i é e p a r M. A n d r é a u sujet d e la m i s e a u tableau d u c o l o n e l D u c a s s é (1), si o n se r a p p e l l e la c r a i n t e q u ' i l a v a i t d ' u n éclat possible, l ' é m o tion q u ' i l é p r o u v a i t à l a v u e de la perspective ouverte devant ses yeux, o n c o n v i e n d r a q u ' u n e d é m a r c h e de P i c q u a r t , a p p u y é e p a r M. C l e m e n ceau, a u r a i t fait a b o u t i r l e p r o j e t de l o i . S'il n ' a b o u t i t p a s , c'est e n c o r e u n e fois q u e P i c q u a r t ne c o n s i d é r a i t p a s s a r é i n t é g r a t i o n p u r e et s i m p l e c o m m e u n e c o m p e n s a t i o n suffisante. D ' a i l l e u r s il l a i s s a é c l a t e r s o n a m e r t u m e d a n s u n a r t i c l e de l a Gazette de Lausanne (2), c o m p a r a n t ce q u ' a v a i e n t eu les a u t r e s a v e c ce q u ' i l a v a i t eu, lui : Si quelques partisans de la revision ont été lésés au cours de la bataille, le plus grandnombre d'entre eux a retiré de cette affaire avantage et profit. Le gouvernement de M . Waldeck-Rousseau n ' a pas eu la fermeté nécessaire pour p r é p a r e r le triomphe de la justice, mais il a assuré le régne de la faveur. Faveur accordée au condamné de Rennes sous forme de grâce ; faveur accordée aux faussaires et aux faux témoins de l'Etat-Major sous forme d'amnistie ; faveurs de tout genre, places, décorations, etc., dispensées avec prodigalité aux dreyfusards plus ou moins bon teint à qui ces s a (1) Cette lettre est reproduite dans la brochure Vérité, lue' tiee, Patrie (p. 38 et 39). (2) Reproduit dans la Gazette de France du 7 avril 1906.


— 38 — tisfactions personnelles ont fait oublier facilement qu'ils avaient une revanche morale à p r e n d r e . Les soldats ne se battent plus quand ils commencent à ramasser du butin — fit le butin fut considérable tant à l'époque de M. Waldeck-Rousseau que sous ses successeurs. La meilleure part en est revenue d'ailleurs aux Israélites, qui se sont largement indemnisés de l'ostracisme dont ils avaient été frappés pendant quelques a n n é e s , lors de la période aiguë de l'Affaire. Autant, au moment de la crise, ceux qui ne cherchèrent pas un refuge dans l'antisémitisme ou l'antidreyfusisme, avaient été écartés de tous les postes en vue, de tous les bons emplois, surtout dans l'armée, autant on les retrouve aujourd'hui aux premières places et pourvus des situations les plus influentes. On a pu même constater, il n'y a pas longtemps, ce p h é n o m è n e , dont la réalisation eût paru invraisemblable en 1 8 9 8 ou 1 8 9 9 : celui de deux juifs, de deux coreligionnaires de Dreyfus, occupant l'emploi de chefde Cabinet, l'unàla guerre, l'autre à la marine, c'est-à-dire dans les deux ministères auxquels est confiée la défense nationale ! Cet a r t i c l e , q u i p a r u t p e u a v a n t les é l e c t i o n s , à u n e é p o q u e où l ' i n s t a n c e e n revision était s u s p e n d u e et s e m b l a i t m ê m e n e p a s d e v o i r a b o u t i r p u i s q u e l ' e n q u ê t e é t a i t close d e p u i s l o n g t e m p s , é t a i t g r o s d e m e n a c e s . Il fut c o m p r i s , et o n sait le r e s t e . I m m é d i a t e m e n t a p r è s les é l e c t i o n s , r é h a b i l i t a t i o n d e Dreyfus et r é i n t é g r a t i o n d e P i c q u a r t avec le g r a d e de g é n é r a l d e b r i g a d e et u n e a n c i e n n e t é s u p p o s é e de t r o i s a n s d a n s ce g r a d e . P i c q u a r t n e p o u v a i t p l u s d i r e q u e la m e i l l e u r e p a r t du b u t i n é t a i t r e v e n u e a u x J u i f s . 11 s e m b l e d o n c i n c o n t e s t a b l e q u e P i c q u a r t dispose v i s - à - v i s du G o u v e r n e m e n t d ' u n p o u v o i r o c c u l t e a u q u e l r i e n n e r é s i s t e . S e r a i t - c e e n c o r e ce p o u v o i r q u i l'a fait a r r i v e r a u m i n i s t è r e d e la


— 39 — G u e r r e , et c o n t i n u e - t - i l à « faire m a r c h e r » M. C l e m e n c e a u , p r e m i e r m i n i s t r e , c o m m e a u t e m p s où il e n v o y a i t M. C l e m e n c e a u , s é n a t e u r , p o r t e r ses u l t i m a t u m s à M. C o m b e s ? I l est p a r f a i t e m e n t p o s s i b l e , e n effet, q u e P i c q u a r t ait, p e n d a n t s o n p a s s a g e a u s e r v i c e des r e n seignements, recueilli des informations particulièrement intéressantes. A la C h a m b r e c r i m i n e l l e et a u p r o c è s D a u t r i c h e , le t é m o i n T a r g e a c r u b o n de v e n i r r é v é ler ce q u i , d a n s le service des r e n s e i g n e m e n t s , é t a i t e n c o r e r e s t é s e c r e t ; il a fait c o n n a î t r e q u e la vigilance p a t r i o t i q u e du colonel H e n r y s'exerçait n o n s e u l e m e n t s u r les e n n e m i s de l ' e x t é r i e u r , m a i s a u s s i s u r c e u x de l ' i n t é r i e u r . P i c q u a r t a d o n c pu se d o c u m e n t e r a son aise s u r le p e r s o n n e l p o l i t i q u e et g o u v e r n e m e n t a l . C e r t a i n s de ses a m i s le p r é s e n t e n t , a u c o n t r a i r e c o m m e l ' h o m m e - l i g e d u p r é s i d e n t du C o n seil. O n lit d a n s u n e é t u d e p a r u e r é c e m m e n t , é t u d e faite p a r u n s y m p a t h i q u e , s i n o n p a r , u n ami, puisqu'il estime que Picquart « a une cons c i e n c e délicate », q u ' « il r e s p i r e la d r o i t u r e », q u ' « il est j a l o u x d e son i n d é p e n d a n c e », q u ' « il a p r o u v é q u ' i l a du c a r a c t è r e » ; p u i s q u e enfin, selon l ' a u t e u r , « d e telles n a t u r e s , si c o m p l è t e m e n t p a r a d o x a l e s , s o n t r a r e s et r e p o s a n t e s et r a s s u rantes » : Il a accepté pourtant (le ministère de la Guerre). Il a accepté parce qu'il ne pouvait pas ne pas accepter. Il s'est séparé de trop de gens pour se permettre de rompre avec les derniers auxquels il était resté attaché. Son intransigeance presque bourrue et un tantinet Wtue eût pris couleur d'ingratitude, s'il avait oublié


40 —

tout ce qu'il devait à Clemenceau... Le directeur de l'Aurore avait inséré « ses proses »; il avg.it été touj o u r s et quand même le défenseur de ce puritain, dont i rigorisme a plus d'une fois découragé I s bonnes volontés de ses a d m i r a t e u r s . . . En reiour de son dévouement, il vient demander au général Picquart de se dévouer à lui. Celui-ci n'a pu décemment refuser. Miiis il n'y va pas de bon cœur. Il n'accepte que pour être un prête-nom, un homme de paille. Le président du Conseil entend être le vrai ministre de la Guerre. C'est pourquoi il lui fallait à la tête de l'armée un homme gui lui appartint complètement, un homme qui fit abandon, le cas échéant, de ses o p i nions personnelles ou qui rien eût pas (1). R i e n n ' e m p ê c h e en effet d ' a d m e t t r e q u e P i c q u a r t soit à la d i s c r é t i o n de s e s a m i s p a r s u i t e des m a n œ u v r e s a u x q u e l l e s il s'est l i v r é . Les d e u x h y p o t h è s e s en p r é s e n c e n e s o n t e n s o m m e p a s c o n t r a d i c t o i r e s . Un a x i o m e m i l i t a i r e d i t q u ' à la g u e r r e « celui q u i t o u r n e e s t t o u r n é » : d a n s u n e b a n d e , celui q u i tient ses c o m p l i c e s e s t tenu p a r eux. HENRI DUTRAIT-CROZON.

(1) Le Censeur p . 134.

PARU.

politique

et littéraire

— I M P R I M E R I E T.

LEVÉ,

du 3 novembre 1906,

RUE CASSETTE,

17.


A LA LIBRAIRIE SAVAÈTE, 76, rue des Saints-Pères

J O S E P H REINACH HISTORIEN REVISION DE L'HISTOIRE DE L'AFFAIRE DREYFUS PAR

Henri DUTRAIT-CROZON Préface de

CHARLES MAURRAS

Un fort volume. — Prix : JS francs

L'IMPOSTURE

D'ESTERHAZY PAR

UN ANCIEN NORMALIEN t

En vente dans toutes les librairies.

LA THÉORIE DE M. BERTILLON RÉPONSES à MM. BERNARD, PAINLEVÉ et MOLINIER PAR

Un POLYTECHNICIEN


A LA LIBRAIRIE SANSOT, 53, r u e Sain-André-des-Arts.

CE QUE J'AI VU A RENNES par M a u r i c e

BARRÉS

Prix : Un franc.

LE BORDEREAU Étude d e s dépositions de M. BERTILLON et du Capitaine VALERIO au Conseil de g u e r r e de Rennes PAR

Un Ancien Élève de l'École Polytechnique T e x t e e t p l a n c h e s , prix : S

EN VENTE A LA LIBRAIRIE Rue Vivienne, 47

fr.

ANTISÉMITE

Vient de paraître

LIBÉRALISME ET L I B E R T É S Démocratie et peuple PAR CHARLES

MAURRAS

LA

VÉRITÉ

POLITIQUE

discours prononcé à Bordeaux PAR

M . DE R o u x

Une brochure, prix 0 fr. 10 Une brochure, prix Par poste 0 fr. 15 En vente aux bureaux de Par l'Action posU française. Paris. — Imprimerie F. Levé, rue Cassette. 17.

0 fr. 15 0 fr. 20


A P P E L AU

PAYS

LE GÉNÉRAL MERCIER JUSTICIER DE DREYFUS La découverte de la trahison. — Le .procès de 1894. — La communication des pièces secrètes. — Les aveux de Dreyfus. — Le procès Zola. — La première revision.— « Je reste un accusateur.» — Rennes. — La deuxième revision. — « Ma conviction n'est nullement ébranlée. »

PARIS ÉDITIONS DE 42,

L'ACTION

FRANÇAISE

RUE DU BAC 1906

Cette brochure ne peut être mise en vente.


L'ACTION FRANÇAISE ORGANE

DU

NATIONALISME

REVUE

INTÉGRAL

BI-MENSUELLE

42, Rue du Bac, Pari»

ABONNEMENTS

: Paris et Départements,

fr. —Etranger,

12

18

fr.

Le Numéro O fr. 6 0 F o n d a t e u r : Le colonel DE VILLEBOIS-MAREDIL, mort au champ d'honneur. Directeur : H E N R I VAUGEOIS PRINCIPAUX FIHMIN

BACCONNIER —

COLLABORATEURS : JACQUES BAINVILLE —

Louis Louis

MANN — LUCIEN COKPECHOT — CROZON —

JACQUES GAZEAU —

CHARLES

MAURRAS

LÉON

ANTOINE

HENRI D U T R A I T -

GONNET —

ROBERT LAUNAY

DE

MONTESQUIOU

MOREAU — MAURICE PUJO — HENRI ROUZAUD — DU

PIN

LA

LA CIIARCE —

BAO-

DIMIER —

M

LS

LUCIEN

DE LA TOUR

BERNARD DE VESINS.

RÉPUBLIQUE

DE

BISMARCK

ou

ORIGINES ALLEMANDES DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE PAR

M. DE

ROUX

Président de la section poitevine d'Action française SUIVI DE LA

CORRESPONDANCE SECRÈTE DE GAMBETTA E T DE B1SIHARCK traduite en entier pour la première fois et commentée par

JACQUES BAINVILLE AVEC

PLUSIEURS

A U T R E S

D O C U M E N T S

Une forte brochure de 76 papes, prix : 2 5 par la poste O fr. 3 0 .

centimes,

à II Gazette de France, 1 bis, rua Saillit. PARIS


A P P E L AU PAYS LA LOI FAUSSÉE PAR LA COUR DE CASSATION POUR RÉHABILITER LE JUIF DREYFUS

FRANÇAIS! Dreyfus a été condamné, chaque fois qu'il a été jugé, comme tout accusé, contradictoirement : les deux Conseils de guerre de Paris et de Rennes ont proclamé sa culpabilité. C'est qu'en dépit des informations mensongères répandues par les journaux juifs, il y a de sa trahison des preuves qui s'imposent à tous lesjuges indépendants et de bonne foi. Les renseignements énumérés au bordereau n'ont pu être recueillis et livrés que par Dreyfus lorsqu'il était capitaine stagiaire à l'Etat-Major général. Le GÉNÉRAL MERCIER l'a établi à Rennes publiquement et en présence de ses contradicteurs ; son écrasante déposition a été renforcée par l'expertise technique demandée au GÉNÉRAL DELOYE, alors Directeur de l'Artillerie au ministère de la Guerre et dont la compétence est unique et incontestée. On ne leur répond que par le rapport évasif d'une commission de quatre généraux, désignés parle ministre André — autant


— 2 — dire p a r Dreyfus l u i - m ê m e — et l i é s p a r ses fav e u r s . P e r s o n n e n ' a été a d m i s à d i s c u t e r a v e c eux. Le b o r d e r e a u a été é c r i t p a r Dreyfus. L a d é m o n s t r a t i o n de l'illustre i n v e n t e u r de l ' a n t h r o p o m é t r i e , M. BERTILLON, chef d u s e r v i c e de l'identité j u d i c i a i r e , n ' a j a m a i s été réfutée. T r o i s p r o fesseurs de m a t h é m a t i q u e s r e ç u r e n t m i s s i o n d e la r u i n e r : l e u r i n c o m p é t e n c e était n o t o i r e , l e u r p a r t i pris ne l'était pas moins. Deux d'entre eux, MM. Àppell et D a r b o u x , a v a i e n t figuré e n 1898 s u r les listes de p r o t e s t a t i o n en faveur d e P i c q u a r t ; le t r o i s i è m e , M. P o i n c a r é , a v a i t m a n i festé s o n o p i n i o n e n faveur de Dreyfus et c o n t r e M. Bertillon, u n e p r e m i è r e fois a u c o u r s du p r o cès de R e n n e s , u n e d e u x i è m e fois q u e l q u e s j o u r s a v a n t d'être choisi c o m m e « e x p e r t ». L e u r s conc l u s i o n s q u i , s e u l e s , o n t été p u b l i é e s , m a n q u e n t à la fois de m o t i f s et de force. Il e s t p r o u v é que le b o r d e r e a u n'a p a s é t é é c r i t p a r E s t e r h a z y ; il est p r o u v é q u ' E s t e r h u z y est u n h o m m e d e paille payé par les J u i f s . L e s p r e u v e s de son i m p o s t u r e o n t été p r o d u i t e s d e v a n t la C o u r de c a s s a t i o n : le r a p p o r t , le r é q u i s i t o i r e , l ' a r r ê t n ' o n t m ê m e pas fait a l l u s i o n à ces p r e u v e s . La C o u r les a s y s t é m a t i q u e m e n t passées s o u s s i l e n c e , c o m m e elle a s y s t é m a t i q u e m e n t n é g l i g é t o u t e s les pièces à la c h a r g e de D r e y f u s . Le GÉNÉRAL MERCIER a v a i t i n d i q u é u n e n o u v e l l e et décisive e x p e r t i s e à faire au p o i n t de v u e de la c o m p a r a i son du p a p i e r du b o r d e r e a u et de c e l u i des l e t t r e s d ' E s t e r h a z y : la Cour a refusé d'y p r o c é d e r c o m m e elle a refusé les c o n f r o n t a t i o n s r é c l a m é e s p a r le GÉNÉRAL MERCIER. Enfin Dreyfus a avoué qu'il avait livré des docu-


— 3—

ments à l'Allemagne : t o u s les t é m o i g n a g e s conc o r d e n t s u r ce point. I l n ' a j a m a i s pu l e u r o p p o s e r q u e ses p r o p r e s d é n é g a t i o n s , d ' a i l l e u r s c o n t r a dictoires.

Il a renoncé en 1899 à se pourvoir en revision, acceptant en échange sa grâce, ce q u ' u n i n n o c e n t n ' a u r a i t j a m a i s t'ait.

Et sa trahison est confirmée p a r u n e n s e m b l e de p r e u v e s a c c e s s o i r e s , q u ' i l est facile de d é c l a r e r « i n e x i s t a n t e s » d e v a n t d e s g e n s mal r e n s e i g n é s , m a i s d o n t le GÉNÉRAL MERCIER, le COMMANDANT CUIGNET et t a n t d ' a u t r e s ont. m o n t r é la force d e v a n t t o u s les t r i b u n a u x où l'on a d i s c u t é . La culpabilité de Dreyfus est donc certaine. Sa d é g r a d a t i o n d e v a n t le front des t r o u p e s , en p r é s e n c e d u p e u p l e de P a r i s , d a n s l a g r a n d e c o u r d e l'Ecole m i l i t a i r e , m o n t r a a u e n o u s é t i o n s e n c o r e m a î t r e s chez n o u s . Mais Dreyfus a v a i t d é c l a r é : « Ma race se vengera sur la vôtre. » L e s J u i f s se s o n t v e n g é s : ils se s o n t a c h a r n é s à d é t r u i r e les i n s t i t u t i o n s q u i font la s é c u r i t é d e l à F r a n c e ; ils o n t t o u t fait p o u r d é s o r g a n i s e r l ' a r m é e n a t i o n a l e ; ils o n t a n é a n t i n o t r e a d m i r a b l e s e r vice de r e n s e i g n e m e n t s , oeuvre du COLONEL SANDHERRet du LIEUTENANT-COLONEL HENRY; ils se s o n t enfin e m p a r é s du p o u v o i r . Maîtres d u p o u v o i r , ils se d e v a i e n t de r é h a b i liter LE TRAITRE DREYFUS. D e v a n t les p r e u v e s é c l a t a n t e s de la T r a h i s o n , les seules j u g e s c o m p é t e n t s d a n s u n p a r e i l p r o c è s , les j u g e s m i l i t a i r e s , a u r a i e n t s û r e m e n t p r o n o n c é u n e t r o i s i è m e c o n d a m n a t i o n . L a Cour de c a s s a t i o n a donc cassé s a n s r e n v o i . Mais l a loi est


4

i m p é r a t i v e , f o r m e l l e ; elle p r e s c r i v a i t le r e n v o i e n conseil de g u e r r e . P o u r é c h a p p e r à l a n é c e s s i t é du r e n v o i , u n n o u v e a u c r i m e était n é c e s s a i r e ; la Cour l'a c o m m i s : c h a r g é e d ' a s s u r e r le r e s p e c t de la loi, elle a faussé la loi. L a loi dit en effet : « Si l'annulation de l'arrêt à l ' é g a r d d'un c o n d a m n é v i v a n t ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié crime ou délit, aucun renvoi ne sera prononcé. » (Code d ' i n s ruction criminelle, art. 445, dernier paragraphe). L a c a s s a t i o n s a n s r e n v o i n ' é t a i t d o n c possible q u e s'il était d é m o n t r é q u ' a u c u n a c t e de t r a h i s o n n ' a v a i t été c o m m i s en 1894. E n a d m e t t a n t m ô m e q u e l ' e n q u ê t e e û t é t a b l i l ' i n n o c e n c e de D r e y f u s , Dreyfus é t a n t v i v a n t , le r e n v o i s ' i m p o s a i t . C'est ce q u e disait, lors de la p r e m i è r e r e v i s i o n , le p r o c u r e u r g é n é r a l , le dreyfusard M a n a u : « Pour qu'il fut possible, à nous d'abord, à vous ensuite, de proclamer l'innocence de Dreyfus, si elle nous était démontrée, il faudrait que Dreyfus fût mort! » E t , d a n s l'espèce, la Cour r e c o n n a î t b i e n qu'il y a eu t r a h i s o n en 1 8 9 4 ; d a n s l ' a r r ê t m ê m e , elle i m p u t e la t r a h i s o n à E s t e r h a z y . D o n c , la Cour a violé la loi. Mais, p o u r m a s q u e r sa forfaiture, elle a t e n t é de faire croire q u e les c o n s i d é r a n t s de son a r r ê t étaient la r e p r o d u c t i o n m ê m e de l'article du Code. E l l e a dit : « Attendu que l'annulation du jugement du Conseil de guerre ne laisse rien subsister qui puisse, h sa c h a r g e (à la c h a r g e de Dreyfus), être qualifié crime ou délit; « Attendu dès lors, que, par application du


— 5 — paragraphe final de l'article ne doit être prononcé; « Par ces motifs,

Le

4 4 5 , aucun

renvoi

etc. »

Gode d i t : A l'égard; la Cour dit : A la

charge. Le Code dit : Ne laisse rien subsister; la Cour dit : Ne rien laisser subsister à la charge flu condamné. L a s i m p l e c o m p a r a i s o n d e s d e u x textes fait a p p a r a î t r e la m a n œ u v r e f r a u d u l e u s e . M a n a u a v a i t dit : « La loi ne laisse aucun doute à cet égard. Il suffit de la connaître et pour la connaître de la lire. » Il n e fallait p a s q u e le P e u p l e F r a n ç a i s p û t lire.

HOMMAGE NATIONAL AU GÉNÉRAL MERCIER A u c u n a p p e l légal n ' e s t possible c o n t r e la p l u s h a u t e j u r i d i c t i o n d e la R é p u b l i q u e j u i v e . Mais, e n a t t e n d a n t m i e u x , les b o n s F r a n ç a i s o n t le devoir de r e n d r e h o m m a g e a u x t é m o i n s i r r é d u c t i b l e s d e la vérité, a u x n o b l e s v i c t i m e s d e s a b o m i n a b l e s m a c h i n a t i o n s q u i se s u c c è d e n t d e p u i s douze a n s . A la tète de t o u s , et p e r s o n n i f i a n t l ' A c c u s a t i o n ,

le GÉNÉRAL MERCIER, q u i a eu l ' a u d a c e d e d é n o n c e r u n t r a î t r e juif et d e le l i v r e r à l a j u s t i c e , s'est a t t i r é la h a i n e d e s Juifs et de l e u r s e s c l a v e s . I n é b r a n l a b l e c o m m e a u p r e m i e r j o u r , il a d o n n é u n e p r e u v e d u p l u s b e a u c o u r a g e c i v i q u e en fais a n t e n t e n d r e a u S é n a t , à l ' h e u r e o ù les d e u x Chambres rivalisaient de bassesse devant Dreyfus, u n e p r o t e s t a t i o n d i g n e , f e r m e et m e s u r é e , q u i a d é c h a î n é c o n t r e l u i les cris d e r a g e et les i n j u r e s les p l u s g r o s s i è r e s d e s p a r l e m e n t a i r e s affolés :


—6— (f Je me crois obligé de déclarer que ma conviction acquise par les débats de 1899 n'est nullement ébranlée. Par conséquent, ma conscience ne me permet pas... Ma. conscience, disje... Ma conscience... F attendrai que vous me laissiez parler... Ma conscience ne me permet pas de m'associer au vote que vous allez émettre. » k ce g r a n d p a t r i o t e , p l u s i e u r s m i l l i e r s de b o n s F r a n ç a i s o n t eu à c œ u r d e d é c e r n e r u n t é m o i g n a g e d ' a d m i r a t i o n r e c o n n a i s s a n t e . U n e souscription nationale o u v e r t e le 6 o c t o b r e 1906, p o u r offrir a u g é n é r a l Mercier u n e m é d a i l l e en c o m m é m o r a t i o n de la s é a n c e d u 15 j u i l l e t , a r é u n i p l u s de 35.000 francs. L a m é d a i l l e v a d o n c ê t r e e x é c u t é e : s a n s p r é j u d i c e des r é p a r a t i o n s q u ' a p p o r tera l ' a v e n i r , elle i m p o s e r a a u x m a g i s t r a t s i n d i g n e s la flétrissure n é c e s s a i r e et m a r q u e r a la g r a t i t u d e n a t i o n a l e à l a q u e l l e a d r o i t le vrai J U S TICIER. I n d é p e n d a m m e n t de la m é d a i l l e d ' o r offerte a u général Mercier, des r é d u c t i o n s en b r o n z e s e r o n t frappées et m i s e s à la disposition des s o u s c r i p t e u r s p o u r ê t r e r é p a n d u e s d a n s le public f r a n ç a i s et t é m o i g n e r de la r é s i s t a n c e é t e r n e l l e du b o n s e n s , de la d i g n i t é et de la d r o i t u r e de la N a t i o n . L'ACTION FRANÇAISE 4 2 , rue d u B a c , P a r i s .


2

e

APPEL AU

PAYS

PICQUART AU MINISTÈRE L'indiscipline, le faux témoignage et le faux A L'ORDRE DU JOUR DE L'ARMÉE

FRANÇAIS! Le scandaleux a v a n c e m e n t du « Général » Picq u a r t e l l e c h o i x s c a n d a l e u x q u i vient de le m e t t r e à la tête de l ' a r m é e sont u n v é r i t a b l e défi au p a t r i o t i s m e f r a n ç a i s . L ' é n o r m i t é des faits éclate a u x y e u x de t o u s . L e 12 j u i l l e t d e r n i e r , M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t é t a i t l i e u t e n a n t - c o l o n e l en r é f o r m e p a r m e s u r e disciplinaire. L a loi s u r l ' é t a t d e s officiers, d u 19 m a i 1834, dit : « L a r é f o r m e est la position de l'officier s a n s e m p l o i q u i , n'étant plus susceptible d'être rappelé à l'activité, n ' a p a s de droits a c q u i s à la pension de retraite. » Pour la première fois depuis 72 ans, u n officier en r é f o r m e a é t é r a p p e l é à l ' a c t i v i t é . On n ' a pas h é s i t é , e n faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t , à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1834. L a loi s u r l ' a v a n c e m e n t d e s officiers du 14 avril 1832 dispose q u e n u l n e peut ê t r e n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e s'il n ' a a c c o m p l i trois ans a u m o i n s d a n s le g r a d e de colonel.


— 8

Pour la première fois depuis .74 ans, u n l i e u t e n a n t - c o l o n e l a été n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e sans avoir été'colonel un seul jour. On n ' a pas h é sité en faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1 8 3 2 . N o n s e u l e m e n t on a - d é r o g é p o u r P i c q u a r t a u x lois de 1834 et 1832 e n le n o m m a n t le 13 juillet 1906 a u g r a d e de g é n é r a l de b r i g a d e , m a i s e n c o r e on a fait r e m o n t e r fictivement sa n o m i n a t i o n a u 10 juillet 1903. Grâce à ce nouveau passe-droit, P i c q u a r t a pu être n o m m é deux mois après, le 28 s e p t e m b r e , au g r a d e de g é n é r a l de d i v i s i o n , a l o r s q u e trois ans de s e r v i c e c o m m e b r i g a d i e r s o n t exigés p o u r être p r o m u d i v i s i o n n a i r e (loi de 1832). Pour couronner ces faveurs inouïes, le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e v i e n t de m e t t r e à la tête de l ' a r m é e celui q u e ses p a i r s a v a i e n t irrévocablement e x c l u . FRANÇAIS! Les lois q u i r é g i s s e n t l ' a r m é e s o n t s u s p e n d u e s p o u r la p r e m i è r e fois d e p u i s t r o i s q u a r t s de siècle. L e seul M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t a passé s u r le d r o i t de t o u s . P o u r le faire en m o i n s d e q u a t r e m o i s g é n é r a l de b r i g a d e , g é n é r a l d e division, m i n i s t r e , o n n ' a pas h é s i t é à s u s p e n d r e en sa faveur les lois q u i c o n s t i t u e n t la c h a r t e de l ' a r m é e . — Il faut au m o i n s savoir p o u r q u o i . P i c q u a r t n ' a pas r e n d u de s e r v i c e s e x c e p t i o n nels au p a y s . Il n ' a pas a c c o m p l i d ' a c t i o n s p r o d i g i e u s e s s u r les c h a m p s de b a t a i l l e . L ' o r g a n i s a t i o n de la défense n a t i o n a l e n e lui doit r i e n :


— 9 — Quels s o n t les t i t r e s de P i c q u a r t à t a n t de passe-droits? V o u s le savez, F r a n ç a i s ! les s e u l s t i t r e s de P i c q u a r t s o n t d a n s la p a r t q u ' i l a p r i s e à la « r é h a b i l i t a t i o n » de Dreyfus. P i c q u a r t n ' a r e c u l é d e v a n t a u c u n m o y e n : et ses i n t r i g u e s c r i m i n e l l e s o n t fini p a r a n é a n t i r l ' a d m i r a b l e service des r e n s e i g n e m e n t s q u ' a v a i t créé S a n d h e r r . A ce p r i x a été a s s u r é e la r é i n t r o d u c t i o n d ' u n t r a î t r e d a n s l ' a r m é e . La trahison de Dreyfus est certaine en effet. On n e p o u v a i t rien r é p o n d r e au p r e m i e r A p p e l au pays (1), q u i en r a p p e l a i t les p r e u v e s . On n ' y a r i e n r é p o n d u . N o u s en s o m m e s t o u j o u r s à a t t e n d r e les p o u r s u i t e s de D r e y f u s , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é p o u r sa t r a h i s o n , et celles de la C o u r de C a s s a t i o n , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é e p o u r sa forf a i t u r e . On n e n o u s p o u r s u i t pas : c'est qu'on ne peut même pas discuter nos preuves. Picquart a voulu réhabiliter le traître. Il n ' a pas c r a i n t de d é s o b é i r a ses chefs en c o m m e n ç a n t , d è s , q u ' i l fut à la t ê t e d u b u r e a u d e s r e n s e i g n e ments, une campagne pour substituer Esterhazy à D r e y f u s c o m m e a u t e u r de la t r a h i s o n de 1894. Les Dreyfusards disent : Picquart n'a écouté que sa conscience. — Mais u n b o m m e d e c o n science n e m e n t p a s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait pas d e faux t é m o i g n a g e s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait pas de faux. (1) Notre premier Appel au Pays, affiché le 20 septembre à Paris, puis dans toute la France, a d'une part rappelé les preuves les plus importantes de la culpabilité do Dreyfus, d'auti'o part établi par des citations irréfutab'es, que la Cour do Cassation a faussé et violé la loi pour réhabiliter ce traître juif. Les patriotes peuvent toujours se procurer des feuilles voantes portant le texte de « l'Appel », qui sont distribuées gratuitement, 42, rue du Bac, ainsi que la brochure Vérité, Justice Paine.


— 10 — Picquart a été inculpé de faux pour avoir « f a b r i q u é ou fait f a b r i q u e r » le p e t i t b l e u , d a n s le dessein d' « é t a b l i r f r a u d u l e u s e m e n t la c u l p a bilité du s o i - d i s a n t d e s t i n a t a i r e ». Il s'est de p l u s livré à l ' é g a r d des officiers sous ses o r d r e s à des m a n œ u v r e s d e s t i n é e s à a u t h e n t i q u e r cette pièce p a r des m o y e n s f r a u d u l e u x . Picquart a été inculpé en o u t r e d ' a v o i r « c o m m u n i q u é à u n e p e r s o n n e n o n qualifiée p o u r en p r e n d r e c o n n a i s s a n c e , le s i e u r L e b l o i s », des pièces s e c r è t e s i n t é r e s s a n t la défense n a t i o n a l e , ainsi q u ' « u n dossier secret de t r a h i s o n c o n c e r n a n t l ' e x - c a p i l a i n e D r e y f u s ». O r d r e de m i s e en j u g e m e n t fut d o n n é par la j u r i d i c t i o n m i l i t a i r e et par la j u r i d i c t i o n civile. Pour échapper au Conseil de Guerre et au Tribunal correctionnel, P i c q u a r t s ' e m p r e s s a de r e c o u r i r a u x artifices d e la p r o c é d u r e : u n e c o m é d i e j u d i c i a i r e fit t r a î n e r l'affaire e n l o n g u e u r , et on l'étouffa d é f i n i t i v e m e n t à la faveur de l ' A r r ê t q u i r e n v o y a Dreyfus à R e n n e s , où le t r a î t r e , o n s'en s o u v i e n t , fut r e c o n d a m n é . Picquart avait de bonnes raisons pour se dérober : l ' i n s t r u c t i o n civile é t a i t a u s s i a c c a b l a n t e p o u r lui q u e l ' i n s t r u c t i o n m i l i t a i r e . Le p e r s o n n a g e d e P i c q u a r t est l o u c h e , h y p o c r i t e , f u y a n t . Sa fourberie p r u d e n t e a c e p e n d a n t laissé j a i l l i r d e s m e n s o n g e s formels. P a r m i ces mon-* s o n g e s c e r t a i n s , n o u s c i t e r o n s les d e u x s u i v a n t s , qui s o n t en m ô m e t e m p s des faux t é m o i g n a ges : Picquart a menti le 9 m a i 1904 e n d é c l a r a n t s o u s la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'il n ' a v a i t j a m a i s p r o p o s é à ses chefs d ' e n v o y e r u n faux t é l é g r a m m e à E s t e r h a z y : il existe u n e


— 11 — n o t e de lui, d u 11 s e p t e m b r e 1896, où il fait a u g é n é r a l G o n s e cette p r o p o s i t i o n . Picquart a menti le 29 n o v e m b r e 1 8 9 8 , e n d é c l a r a n t s o u s la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'aucune pièce concernant Dreyfus ou nommant Dreyfus n ' é t a i t a r r i v é e a u b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s p e n d a n t q u ' i l e n é t a i t le chef : M. D e l a r o c h e - V e r n e t a d é c l a r é a v o i r r e m i s à P i c q u a r t , le 2 j u i l l e t 1895, u n e copie de la l e t t r e dite du CGC a r r i v é e a u m i n i s t è r e des Affaires é t r a n g è r e s , où le nom de Dreyfus figure en toutes lettres. M. P a l é o l o g u e a confirmé c e t t e d é claration, que Picquart n'a pu démentir. Cette pièce contenait des accusations particulièrement graves contre Dreyfus. Picquart n'a r i e n l'ait p o u r les vérifier; il n ' e n a j a m a i s p a r l é à ses s u b o r d o n n é s n i à ses chefs, et la copie q u e lui a v a i t r e m i s e M. D e l a r o c h e - V e r n e t a disparu ! L ' i n t r i g u e p o l i t i q u e , la m a n œ u v r e j u d i c i a i r e o n t b i e n p u e s s a y e r de r e n v e r s e r les r ô l e s et d ' é g a r e r le b o n s e n s p u b l i c . N o u s v e n o n s d ' é t a b l i r des l a i t s , n o u s v e n o n s de c i t e r des t e x t e s r e v ê t u s d e la s i g n a t u r e , ou a c c o m p a g n é s d u s e r m e n t d e l e u r a u t e u r . Us s o n t n e t s , ils s o n t b r u t a u x . On n e p e u t p a s l e s d i s c u t e r . A u c u n e force h u m a i n e n e p e u t d é t r u i r e ces textes et ces faits. Il suffit de les v o i r p o u r c o n n a î t r e le c r i m e et p o u r | j u g e r le c r i m i n e l . Soldat i n d i s c i p l i n é , faux t é m o i n , faussaire q u i fuit ses j u g e s , c'est p o u r le service de Dreyfus q u e P i c q u a r t s'est t a n t de fois d é s h o n o r é . On l'a réc o m p e n s é par u n e série de p a s s e - d r o i t s s a n s p r é c é d e n t s q u i s o n t de p u r e s i n f a m i e s . Sa n o m i n a t i o n de m i n i s t r e m e t à l ' o r d r e du j o u r d e l ' a r m é e l ' i n d i s c i p l i n e , le faux t é m o i g n a g e e l l e faux.


— 12 — FRANÇAIS ! Pour aujourd'hui nous n'ajouterons rien à l'exposé des faits. N o u s r e s p e c t o n s trop l ' a r m é e de n o t r e p a y s p o u r l u i a d r e s s e r d i r e c t e m e n t la p a r o l e . C'est à tout c i t o y e n q u e n o u s le d e m a n d o n s : de tels faits n e sont-ils pas u n danger public? A quoi tendent-ils? Q u e signifient-ils? Où nous mène-t-on ? C r i m i n e l de d r o i t c o m m u n et c r i m i n e l d ' E t a t , le n o u v e a u m i n i s t r e de la G u e r r e a fait dix a n s c a m p a g n e a v e c les e n n e m i s de l ' a r m é e et d e la P a t r i e , a v e c les r e p r é s e n t a n t s et les c o m p l i c e s de l ' E t r a n g e r en F r a n c e , a v e c c e u x q u ' i l faut b i e n a p p e l e r de l e u r n o m : les E t r a n g e r s de l ' i n t é r i e u r . L e passé de cet h o m m e a u r a i t dû le p l a c e r s o u s la s u r v e i l l a n c e de la S û r e t é g é n é r a l e . Le voilà p l a c é à la tête de l ' A r m é e . De t o u s côtés les p a t r i o t e s se r é v e i l l e n t . Ils se d e m a n d e n t : Est-ce q u e cela p a s s e r a c o m m e ç a ? N o u s r é p o n d o n s que n o n . Cela n e p a s s e r a p a s c o m m e ça. L'Action française. 42, rue du Bac.


L E GÉNÉRAL MERCIER JUSTICIER DE D R E Y F U S

(1)

C h a r l e s M a u r r a s a écril q u e l ' h i s t o i r e de l'Affaire D r e y f u s c o n s t i t u e u n parfait m a n u e l t h é o r i q u e et p r a t i q u e de la manœuvre juive, où l'on voit en particulier « c o m m e n t l'ennemi escroque à n o s c o n c i t o y e n s un suffrage, u n e a d h é s i o n ou u n v e r s e m e n t (2) ». De ces e s c r o q u e r i e s la p l u s a u d a c i e u s e est, s a n s c o n t r e d i t , celle r e l a t i v e a u g é n é r a l Mercier. P a r de s a v a n t e s c a m p a g n e s de presse, on a su faire a d m e t t r e à c e r t a i n s p a r m i les m e i l l e u r s q u ' e n s o m m e le v r a i r e s p o n s a b l e de la p r e m i è r e r e v i s i o n é t a i t le g é n é r a l Mercier, a u t e u r des « m a l a d r e s ses » c o m m i s e s e n 1894, et q u e la r e v i s i o n du p r o c è s d e R e n n e s d e v a i t aussi lui ê t r e i m p u t é e , ces « m a l a d r e s s e s de 1894 » a y a n t vicié t o u t e l'A tîa ire. L'escroquerie et la m a n œ u v r e frauduleuse ont m ê m e é t é p o u s s é e s plus l o i n . C o m b i e n de F r a n çais o n t d o n n é l e u r « suffrage » et l e u r « a d h é sion » à cette a u t r e idée q u e le g é n é r a l Mercier, a y a n t en m a i n u n e p r e u v e m y s t é r i e u s e , d ' u n e v e r t u f u l g u r a n t e et m a g i q u e , n ' a pas osé p r o d u i r e cetle p r e u v e , ni p r o n o n c e r la f o r m u l e e n c h a n t é e qui devait faire é c h e c à l ' œ u v i e d e la C o u r de cassation ! (1) Lo rôle du général Mercier, ministre de la Guerre, a été exposé dans la brochure Vérilé, Justice, rallie (p. 15 à 30). (2) Préface de Joseph Reinach historien, XLIV.


14

L e s i m p l e e x p o s é des faits m o n t r e , a u c o n t r a i r e , d ' u n e p a r t la p r u d e n c e et l'esprit de m é t h o d e q u i o n t p r é s i d é à la m i s e en train d e l'Affaire, d ' a u t r e part aussi la n e t t e t é avec l a q u e l l e le g é n é r a l Mercier s'est m i s au p r e m i e r r a n g c h a q u e fois q u e le devoir le lui a c o m m a n d é . A c c u s a t e u r du p r e m i e r j o u r , il a s o u t e n u son rôle s a n s défaillance j u s q u ' à la d e r n i è r e m i n u t e , m é r i t a n t l ' a d m i r a t i o n d e s p a t r i o t e s et l e u r r e c o n n a i s s a n c e p o u r la m a n i è r e d o n t il les a d é f e n d u s .

I.

DÉBUTS DE L'AFFAIRE

On s a i t q u e c'est s e u l e m e n t a p r è s u n e m i n u t i e u s e é t u d e faite p a r ses s u b o r d o n n é s et c o n t r ô l é e p a r lui, q u e le g é n é r a l de Boisdeffre s e décida à r e n d r e c o m p t e a u g é n é r a l Mercier des s o u p ç o n s q u i se p o r t a i e n t s u r Dreyfus (1). Q u e fit le m i n i s tre de la G u e r r e q u a n d o n lui p r é s e n t a ce faisceau de p r é s o m p t i o n s déjà si g r a v e s ? Lin é c l a t ? Un acte i n c o n s i d é r é ? ! ! se rendit^, chez le p r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e , c h e z le p r é s i d e n t du Conseil, p o u r les m e t t r e au c o u r a n t d e la s i t u a t i o n . L'affaire p o u v a n t a m e n e r des c o m p l i c a t i o n s e x t é r i e u r e s , il t i n t a s'adresser é g a l e m e n t a u m i n i s t r e des Affaires é t r a n g è r e s ; c o m m e il s'agissait d ' u n e q u e s t i o n jud i c i a i r e , il consul lae'n o u t r e le g a r d e des S c e a u x (2). JNi la c o n s t i t u t i o n , n i la loi n e l ' o b l i g e a i e n t à t a n t de m é n a g e m e n t s : chef de l ' a r m é e , il avait le droit de saisir i m m é d i a t e m e n t la j u s t i c e m i l i t a i r e . C'est ce q u ' a u r a i t p u faire u n m i n i s t r e i n fatué de son a u t o r i t é , à v u e s et m e s -

étroites

(1) Ilennes.l, 87. Ci) tiennes, I, 88.


— 15 — q u i n e s , i n c a p a b l e de p r é v o y a n c e . Le g é n é r a l Mercier avait u n e a u t r e c o n c e p t i o n de s o n d e v o i r . Il a poussé la p r u d e n c e e n c o r e p l u s l o i n . Dès ce m o m e n t , « le c r i m e n e p a r a i s s a i t p a s d o u t e u x », a - t - i l dit ( 1 ) : n é a n m o i n s ; si l ' e x a m e n t e c h n i q u e du b o r d e r e a u c o n s t i t u a i t u n e p r é s o m p t i o n a c c a b l a n t e , suffisante p o u r e n t r a î n e r des p o u r s u i t e s , il restait la q u e s t i o n de l ' é c r i t u r e q u i n ' a v a i t été é t u d i é e q u e p a r des officiers n o n c o m p é t e n t s d a n s la m a t i è r e . L e g é n é r a l M e r c i e r tint à a v o i r l'avis d ' u n professionnel. Il s'adressa à M. Gobert, exp e r t p r è s la b a n q u e de F r a n c e . Ce d e r n i e r r e m i t u n r a p p o r t n e u t r e q u i était d ' a i l l e u r s e n c o n t r a d i c t i o n avec ses d é c l a r a t i o n s d u p r e m i e r m o m e n t ( 2 . P a r c o n s é q u e n t , l ' é l é m e n t q u i a u r a i t p u faire é c h e c a u f a i s c e a u de p r é s o m p t i o n s , ou a u c o n t r a i r e le •compléter, faisait défaut. P o u r faire t r a n c h e r la q u e s t i o n , le g é n é r a l Mercier sollicita l'avis d'un autre expert. M. D e r t i l l o n r e m i t u n r a p p o r t , affirmatif q u a n t à l ' é c r i t u r e (3), s o u s r é s e r v e toutefois de l ' e x i s t e n c e d ' u n f a u s s a i r e t r è s h a b i l e . Les p r é s o m p t i o n s étaient donc renforcées; q u a n t à l'hypothèse d'un faussaire é m i s e p a r M. D e r t i l l o n , elle n e p o u v a i t évidemment être résolue que par une enquête j u d i c i a i r e . Mais p o u r p r o c é d e r à cette e n q u ê t e , l'arrestation du-coupable présumé s'imposait. A i n s i , du 6 au 13 o c t o b r e , le g é n é r a l Mercier recueille l'avis de ses s o u s - o r d r e s , du p r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e , de trois m i n i s t r e s , il c o n s u l t e d e u x e x p e r t s , et c e p e n d a n t , b i e n q u e les c h a r g e s se p r é c i s e n t , q u ' i l v i e n n e s'en ajouter u n e a u t r e , (1) Rennes, I, 87. (2) Benne*, 1, 89. (3) Rennes, I, 89.


— 16 — et des p l u s g r a v e s , celle d e l ' é c r i t u r e , le g é n é r a l Mercier n e s ' e s t i m e p a s e n c o r e suffisamment é c l a i r é . A v a n t d e faire a r r ê t e r cet officier si c o m p r o m i s , il v e u t t e n t e r u n e d e r n i è r e é p r e u v e , qui p o r t e r a s u r l'officier l u i - m ê m e . Il lui fera m e t t r e s o u s les y e u x les t e r m e s de la l e t t r e i n c r i m i n é e , et si l'officier n e m a n i f e s t e a u c u n t r o u b l e , c'est q u e s a n s d o u t e il n e c o n n a î t pas la l e t t r e et q u e p a r suite il n e l'a pas é c r i t e . On s u r s o i r a alors à l ' a r r e s t a t i o n (1), o n c o n t i n u e r a l ' e n q u ê t e p o u r t â c h e r de d é t e r m i n e r si le c a l m e de l'ofticier est p u i s s a n c e de d i s s i m u l a t i o n ou p r e u v e d ' i n n o c e n c e . — On sait q u e l ' é p r e u v e n e t o u r n a pas à l ' a v a n t a g e de D r e y f u s . A p r è s l ' e n q u ê t e de l'officier de police j u d i c i a i r e , le g é n é r a l Mercier p o u v a i t , de sa p r o p r e a u t o r i t é , déférer l ' i n c u l p é à l a j u s t i c e m i l i t a i r e . Mais il t i n t a avoir l'avis de tous les m i n i s t r e s . Il s'agissait d ' u n e affaire d ' E t a t , q u i n o n s e u l e m e n t par l'espèce m ê m e , m a i s p a r les c o m p l i c a t i o n s q u ' e l l e p o u v a i t e n t r a î n e r et par les r é p e r c u s s i o n s q u ' e l l e p o u v a i t a v o i r , i n t é r e s s a i t le g o u v e r n e m e n t t o u t e n t i e r . Le g é n é r a l Mercier fit c o n v o q u e r u n Conseil de cabin e t : il y « r e n d i t c o m p t e d e la s i t u a t i o n , des e x pertises, de la p o s i t i o n de la q u e s t i o n (2) ». A l'unanimité, le Conseil décida de p o u r s u i v r e D r e y fus. 11 est difficile d ' i m a g i n e r q u e l l e s a u t r e s p r é c a u t i o n s a u r a i t pu p r e n d r e le g é n é r a l Mercier, q u e l l e ligne de c o n d u i t e p l u s s a g e , plus p r u d e n t e , il a u r a i t pu a d o p t e r . A la v é r i t é , o n a dit q u e le g é n é r a l Mercier a u r a i t pu s i m p l e m e n t faire e x e r c e r u n e é t r o i t e s u r v e i l l a n c e q u i lui a u r a i t p e r m i s d'avoir (1)

Rennes,

(2) Rennes,

II, {99. I, SI.


— 17 — des p r e u v e s décisives de la c u l p a b i l i t é , si la cul pabilité existai!. Le g é n é r a l Mercier a r é p o n d u à H e n n é s , ce q u i est é v i d e n t , q u ' u n e s u r v e i l l a n c e élroile était i m p o s s i b l e d a n s les c o n d i t i o n s où se p r é s e n t a i t l'affaire (1) : le c o u p a b l e p r é s u m é é t a n t un officier v i v a n t à P a r i s , p o u v a n t d i s p o s e r de n o m breux intermédiaires, de plus d'une intelligence déliée et d ' u n e s p r i t subtil lui p e r m e t t a n t de flair e r les pièges et de les d é j o u e r . On r i s q u a i t s e u l e m e n t de laisser se p o u r s u i v r e c e t t e t r a h i s o n qu'il y avait « intérêt majeur » à arrêter. D ' a u t r e s o n t p u r e m e n t et s i m p l e m e n t r e p r o c h é au g é n é r a l Mercier d'avoir saisi la j u s t i c e . Il a u r a i t m a n q u é de s e n s m i l i t a i r e en s o u l e v a n t u n s c a n dale d é s h o n o r a n t p o u r l ' a r m é e , et de s e n s p o l i t i q u e en n e p r é v o y a n t pas q u e les j u i f s n e s a u r a i e n t a c c e p t e r la c o n d a m n a t i o n i n f a m a n t e de l ' u n des l e u r s : il a u r a i t d û étouffer l'affaire et e n v o y e r Dreyfus se faire t u e r q u e l q u e p a r t e n A f r i q u e . C o m m e m i n i s t r e , le g é n é r a l Mercier d e v a i t faire r e s p e c t e r la loi ; c o m m e chef m i l i t a i r e , il é t a i t le g a r d i e n de la d i s c i p l i n e et de l ' h o n n e u r d e l ' a r m é e . E n r é p r i m a n t le c r i m e , où q u ' i l p û t l ' a t t e i n dre, il i n s p i r a i t à t o u s le s e n t i m e n t d u d e v o i r , p a r la c r a i n t e du c h â t i m e n t à c e u x s u s c e p t i b l e s de se laisser e n t r a î n e r (2), a u x a u t r e s e n l e u r m o n t r a n t q u e l ' a r m é e n e p o u v a i t ê t r e s o u i l l é e . C o m m e chef m i l i t a i r e , il n e devait p a s e n v o y e r à u n p o s t e d ' h o n n e u r celui qu'il c o n s i d é r a i t c o m m e u n t r a î t r e ; il n e d e v a i t pas n o n p l u s r i s q u e r d ' i m p o s e r à l'arm é e le cul le d ' u n e p a r e i l l e m é m o i r e , si l ' a u t r e s u c c o m b a i t d a n s la b r o u s s e . (1) Rennes, II, 200. (•2) N'oublions pas que, en 1894, il y avait « un vaste System» d'espionnage organisé autour de nous » (Rennes, I, 76). MERCIER

1*


18

E t q u a n t a u r e t o u r offensif des j u i f s , il l ' a v a i t s a n s d o u t e p r é v u — q u o i q u ' i l en a i t dit l u i m ê m e (1). E n t o u t c a s , p o u r j u g e r le g é n é r a l M e r cier à cet é g a r d , il f a u d r a i t a u m o i n s q u ' i l e û t été a u p o u v o i r q u a n d ce r e t o u r s'est p r o d u i t . Si n o u s l ' a v i o n s g a r d é a u m i n i s t è r e de la G u e r r e , son c a r a c t è r e , s a vie t o u t e n t i è r e , n o u s s o n t d e s û r s g a r a n t s q u e la F r a n c e e û t été d é f e n d u e .

II. —

LA COMMUNICATION DES PIÈCES SECRÈTES

L e g é n é r a l Mercier r e s t a c o m p l è t e m e n t é t r a n g e r à l ' i n s t r u c t i o n . Il n ' i n t e r v i n t q u e , l o r s d u j u g e m e n t d u Conseil de g u e r r e , en t r a n s m e t t a n t a u x j u g e s u n d o s s i e r de pièces s e c r è t e s d o n t n ' e u r e n t c o n n a i s s a n c e n i le c o m m i s s a i r e d u g o u v e r n e ment, ni la défense. Cette c o m m u n i c a t i o n é t a i t illégale, a u s e n s s t r i c t du m o t . C e p e n d a n t , d ' u n e p a r t , elle é t a i t de t r a d i t i o n d a n s les affaires d ' e s p i o n n a g e ; d ' a u t r e p a r t , elle s ' i m p o s a i t d a n s l a c i r c o n s t a n c e . Ces p i è c e s , c o m m e o n l'a s u d e p u i s , d o n n a i e n t lapreuve qu'un système d'espionnage extrêmement puissant était organisé autour de n o u s . Elles m o n t r a i e n t q u e les a t t a c h é s m i l i t a i r e s é t r a n g e r s a v a i e n t u n a g e n t a u m i n i s t è r e m ê m e ; l ' u n e d'elles i n d i q u a i t q u ' u n e s p i o n d o n t le n o m c o m m e n ç a i t p a r u n D a v a i t f o u r n i des d o c u m e n t s . Eta:'.]-il p o s s i b l e de l a i s s e r les j u g e s d a n s l ' i g n o rancejde pareils é l é m e n t s de la c a u s e s u r l a q u e l l e ils airaient à se p r o n o n c e r ? E v i d e m m e n t n o n . M a i s p o u v a i - t o n s o u m e t t r e les p i è c e s à la défense, et p a r s u i t e à l ' a c c u s é , en m ê m e t e m p s q u ' a u x j u g e s ?

(1) Cass., I, 7.


— 19 — A u j o u r d ' h u i qu'it ne reste rien du service des renseignements, ainsi q u e l'a p r o c l a m é t r i o m p h a l e m e n t le m i n i s t r e W a l d e c k - R o u s s e a u ( ^ a u j o u r d ' h u i q u e l ' œ u v r e d u colonel S a n d h e r r et du c o lonel H e n r y est a n é a n t i e , o n sait c o m m e n t é t a i t o r g a n i s é n o t r e c o n t r e - e s p i o n n a g e ; on sait q u e nous avions à l'ambassade d'Allemagne un agent q u i d é p o u i l l a i t la c o r b e i l l e à p a p i e r s de S c h w a r z k o p p e n et q u i e n r e m e t t a i t le c o n t e n u a u c o l o n e l H e n r y . M a i s , en 1894, l ' e x i s t e n c e d e cet a g e n t n'était même pas soupçonnée. P o u v a i t - o n dévoiler à celui q u ' o n a c c u s a i t d e c o n n i v e n c e a v e c les a t t a c h é s m i l i t a i r e s q u e t o u t e la c o r r e s p o n d a n c e de ces d e r n i e r s p a s s a i t p a r n o s m a i n s ? Il y a v a i t le h u i s - c l o s , r é p o n d - o n . On a vu ce q u e v a l e n t les h u i s - c l o s . Le h u i s - c l o s a - t - i l e m p ê c h é la divulgation du bordereau, d u rapport d'Ormescheville? L ' e n q u ê t e s e c r è t e de la C h a m b r e c r i m i n e l l e n ' a t-elle pas été p u b l i é e a u j o u r le j o u r ? — E n t o u t cas, s i l e h u i s - c l o s l i e l ' a v o c a t , lie-t-il l ' a c c u s é ? Ce d e r n i e r n e p e u t - i l , m ê m e a p r è s sa c o n d a m n a t i o n , h p l u s forte r a i s o n d a n s le c a s d ' u n a c q u i t t e m e n t q u ' i l faut p r é v o i r , se v e n g e r des p o u r s u i t e s d o n t il a été l'objet ? E t q u e l l e m e i l l e u r e v e n g e a n c e q u e de r u i n e r le s e r v i c e q u i a c o n c o u r u à sa p e r t e ! O r ce service est u n des é l é m e n t s e s s e n t i e l s de la défense n a t i o n a l e . Le p r e m i e r d e v o i r d ' u n m i n i s t r e n ' e s t - i l pas de d é f e n d r e c o û t e q u e c o û t e u n e pareille o r g a n i s a t i o n , d ' e n d i s s i m u l e r à t o u t p r i x l'existence ?

A c e t t e r a i s o n d ' E t a t , s'ajoutait u n e a u t r e r a i s o n d ' E t a t . Il n ' e s t p l u s c o n t e s t a b l e a u j o u r d ' h u i

é t

l ) Séance du Sénat du 25 mai 1900


— 20 — q u e la s i t u a t i o n fut e x t r ê m e m e n t t e n d u e avec l ' A l l e m a g n e . Les d é p o s i t i o n s de M. I l a n o l a u x à R e n n e s et d a n s la d e r n i è r e r e v i s i o n , celle de M. D u p i i y d a n s la d e r n i è r e r e v i s i o n e n font foi. Dix j o u r s a v a n t le p r o c è s , le 12 d é c e m b r e , se place la « n u i t h i s t o r i q u e », p e n d a n t l a q u e l l e on « a a t t e n d u p e n d a n t q u a t r e h e u r e s et d e m i e dur a n t si la p a i x ou la g u e r r e allait s o r t i r de l'éc h a n g e de c o m m u n i c a t i o n s q u i Se faisait e n t r e P a r i s et B e r l i n (1). » L e 13 d é c e m b r e a v a i t p a r u u n e n o t e Havas d é g a g e a n t la r e s p o n s a b i l i t é de l ' a m b a s s a d e d ' A l l e m a g n e d a n s l'Affaire Dreyfus (2). Un h o m m e d ' E t a t p o u v a i t - i l , de gaieté de c œ u r , c o u r i r le r i s q u e d e r e s s u s c i t e r u n i n c i d e n t si g r a v e , q u i a v a i t été si difficilement a p a i s é ? P o u v a i t - i l , devait-il d é m e n t i r le g o u v e r n e m e n t q u i v e n a i t d'affirmer q u e les a m b a s s a d e s é t r a n g è r e s n ' é t a i e n t n u l l e m e n t en c a u s e , et a p p o r t e r d a n s un d é b a t j u d i c i a i r e la p r e u v e m a t é r i e l l e q u e , b i e n a u c o n t r a i r e , les a t t a c h é s m i l i t a i r e s s ' o c c u p a i e n t personnellement d'espionnage ? N'était-il pas, en t o u t é t a t de c a u s e , d ' u n d e v o i r s t r i c t de l i m i t e r a u m i n i m u m le n o m b r e de g e n s a p p e l é s à c o n n a î t r e ces s e c r e t s d i p l o m a t i q u e s et m i l i t a i r e s ? Mais en o u t r e , si u n h o m m e de g o u v e r n e m e n t doit é v i t e r de faire d é c l a r e r la g u e r r e p o u r des

(1) On sait que lo général Mercier a, dans ses lettres à la Cour de cassation, solennellement offert de faire la preuve quo la nuit historique avait eu lieu à cette date du 12 décembre 1804. 11 a réclamé une confrontation avec MM. Casimir-I'erier, Dupuy, Revoil. Aucune contradiction n'a été opposéo au général Mercier par ceux qu'il mettait en cause. Lo point est acquis. r2) « 11 est absolument inexact que M. de Munster ait entretenu M. U.inotaux de l'affaire AUTREMENT quo pour prolester FORMELLEMENT contre toutes les allégations qui y mêlent l'ambassade d'Allemagne. »


— 21 — motifs aussi d é l i c a t s , il doit aussi e n v i s a g e r les c o n d i t i o n s d a n s l e s q u e l l e s s^ ferait c e t t e g u e r r e . Le g é n é r a l Mercier a r é s u m é , à H e n n é s , q u e l l e était en 1894 n o t r e s i t u a t i o n d i p l o m a t i q u e et m i l i t a i r e . Nous étions e n plein c h a n g e m e n t de p l a n de m o b i l i s a t i o n ; l ' A l l e m a g n e a v a i t déjà a v a n c é la t r a n s f o r m a t i o n d e son m a t é r i e l d ' a r t i l l e r i e , t a n d i s q u e n o u s en é t i o n s e n c o r e à Ta p é r i o d e d'essai d e n o t r e c a n o n à tir r a p i d e . De p l u s , l ' E m p e r e u r de R u s s i e v e n a i t de m o u r i r ; o n i g n o r a i t si le n o u v e a u x t s a r ratifierait la c o n v e n t i o n m i l i t a i r e c o n c l u e a v e c son p r é d é c e s s e u r . Enfin l e s m o b i l e s p o u r l e s q u e l s on a u r a i t fait la g u e r r e n o u s a u r a i e n t mis d a n s u n e s i t u a t i o n p e u a v a n t a g e u s e v i s - à - v i s de l ' E u r o p e . « A i n s i , Messieurs », c o n c l u a i t le g é n é r a l Mercier, « j e d e v a i s , p a r i n t é r ê t n a t i o n a l , et a u s s i p a r d é v o u e m e n t p o u r m o n p a y s , faire ce q u i était possible p o u r é v i t e r la g u e r r e (1). » On voit si l'acte d u général Mercier a été i n s p i r é p a r la h a i n e c o n t r e l ' a c c u s é . Mais n a t u r e l l e m e n t , o n lui a p r ê t é les motifs les p l u s b a s : l ' a c c u s a t i o n s'effondrait, il fallait e n l e v e r à t o u î s force u n e c o n d a m n a t i o n . Le m o y e n infaillible é t a i t d e p r é s e n t e r a u x j u g e s , en dehors de touti discussion, u n e série de pièces a c c a b l a n t e s . Or, si l'on e x c e p t e la pièce « ce c a n a i l l e de D . . . (2) » Dreyfus a été m i s au c o u r a n t d e l'accus a t i o n q u e p o r t a i e n t c o n t r e lui les a u t r e s p i è c e s . Q u ' é t a i e n t en effet ces d e r n i è r e s (\) Rennes, I, 98. (2) On a cherché à ériger en article do foi que cette pièce ne pou» yait s'appliquer à Dreyfus. Rien, au contraire, ne permet de c r o i n qu'elle ne s'applique pas à lui. Nous l'avons montré aill«w> (Joseph Reinach historien, 19o à 197).


— 22 — 1° Un t é l é g r a m m e d e l'Etat-Major a l l e m a n d : « Choses a u c u n s i g n e d ' Ë t a t r M a j o r », a v e c le b r o u i l l o n m é m e n t o de la r é p o n s e q u ' y a v a i t faite S c h w a r z k o p p e n , d i s a n t q u ' i l a v a i t eu, l u i a u s s i , des d o u t e s s u r la p r o v e n a n c e des d o c u m e n t s q u i lui é t a i e n t fournis, m a i s qu'il a v a i t la p r e u v e , ou allait l'avoir, q u e ces d o c u m e n t s é m a n a i e n t bien de l ' E t a t - M a j o r , a t t e n d u q u ' i l s'était fait p r é s e n t e r , on allait se faire p r é s e n t e r la l e t t r e de s e r vice de son c o r r e s p o n d a n t . 2° U n e l e t t r e de P a n i z z a r d i à S c h w a r z k o p p e n , l u i r e c o m m a n d a n t , q u a n d il i r a a u d e u x i è m e b u r e a u , de voir en p a r t i c u l i e r l ' a m i q u ' i l s o n t à ce d e u x i è m e b u r e a u , de m a n i è r e q u e le colonel D a v i g n o n , chef du b u r e a u , n e v i e n n e p a s à le s a v o i r . 3° Enfin, les d é c l a r a t i o n s de Y a l c a r l o s à G u é n é e et au c o m m a n d a n t H e n r y , le p r é v e n a n t q u e S c h w a r z k o p p e n et P a n i z z a r d i o n t , a u d e u x i è m e b u r e a u , u n officier q u i les r e n s e i g n e . Les pièces é t a b l i s s a i e n t d o n c , p o u r les j u g e s , q u e le s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s savait que les a t t a c h é s m i l i t a i r e s a v a i e n t u n officier à l e u r d i s c r é t i o n a u m i n i s t è r e m ê m e . D e p l u s , elles m o n Irai en t a u x j u g e s la s o u r c e des r e n s e i g n e m e n t s , l e u r v a l e u r , les divers r e c o u p e m e n t s q u i les a u t h e n t i q u a i e n t . À côté de Y affirmation se t r o u v a i t la preuve. Mais si D r e y f u s n ' a p a s corinu la preuve, il a c o n n u Y affirmation; il a s u , à l ' a u d i e n c e , q u e le service des renseignements avait, depuis longtemps, la c o n v i c t i o n q u ' i l e x i s t a i t u n t r a î t r e à l'Etat Major; il a su, é g a l e m e n t à ['audience, q u e le s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s l'accusait d ' ê t r e ce t r a î t r e . R e l i s o n s la n o t e q u ' a fournie M D é m a n g e à M" M o r n a r d s u r les d é b a t s de 1894 : 0


— 23 — îl (le commandant Henry) a déclaré avec un ton solennel que, dès le mois de février, une personne absolument honorable lui avait affirmé qu'un officier du ministère de la Guerre trahissait, et qu'au mois de mars la même personne avait renouvelé son affirmation en ajoutant que c'était un officier du deuxième bureau... J'ai insisté à mon tour (après Dreyfus), réclamant le nom de cette personne honorable... le commandant Henry m'a répondu : « Quand un officiera dans sa tête un secret redoutable, il ne le confie pas même à son képi. » Puis, se t o u r n a n t vers Dreyfus : «.J'affirme moi, que le traître, le voilà » (1). Or la pièce s e c r è t e r a p p o r t a i t a i n s i les d é c l a r a t i o n de V a r c a r l o s : « J e n e c o n n a i s pas le n o m de l'officier. Du r e s t e , si j e le c o n n a i s s a i s , j e n e v o u s le d i r a i s p a s . » Donc, V accusation portée à l'audience a été plus nette que celle transmise aux seuls juges ; la d é p o s i t i o n d u c o m m a n d a n t H e n r y a été plus accab l a n t e q u e celle m ê m e c o n t e n u e d a n s la pièce « Ce c a n a i l l e de D . . . », q u i n e d o n n a i t q u e l ' i n i t i a l e d u t r a î t r e . A i n s i , o n v o i t b i e n q u e la communication secrète n'avait pour but que d ' a u t h e n t i q u e r les d é c l a r a t i o n s faites à l ' a u d i e n c e , de s o u m e t t r e a u x j u g e s la preuve de ces d é c l a r a t i o n s . A j o u t o n s q u e le c o m m a n d a n t H e n r y n ' a p a s d é p o s é e n son n o m p e r s o n n e l , m a i s c o m m e r e p r é s e n t a n t officiel d u s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s ; t o u t a u t r e officier à, sa p l a c e e û t fait la m ê m e dép o s i t i o n , c o m m e l'ont dit le g é n é r a l Z u r l i n d e n et M. B a l l o t - B e a u p r é (2). I l est d o n c c l a i r q u e t o u t e s les m e s u r e s a v a i e n t été p r i s e s p o u r q u ' i l fût dit à (1) Cassation. III, 604. (2) Cassation, I, 42, général Zurlinden, et III, 146, rapport Bal lut-Beau pré.


— 24 — l ' a u d i e n c e t o u t ce q u ' o n p o u v a i t d i r e , et q u e le secret n é c e s s a i r e à g a r d e r fût r é d u i t a u s t r i c t m i n i m u m (1). Et) r é s u m é , s'il y a eu i l l é g a l i t é , cette illégalité a été d ' u n e i m p o r t a n c e infime p o u r l ' a c c u s é ; elle é t a i t de plus c o m m a n d é e p a r les plus h a u t e s c o n s i d é r a t i o n s p o l i t i q u e s ; et enfin elle é t a i t d e t r a d i t i o n d a n s ces s o r t e s d'atfaires. P i c q u a r t , le c h a m p i o n de la J u s t i c e et de la V é r i t é , y a e u r e c o u r s lui a u s s i , d a n s l'affaire Gaïnelli, et la pièce secrète q u ' i l p r o d u i s i t é t a i t d ' a i l l e u r s le r a p p o r t d ' u n a g e n t p r o v o c a t e u r (2). Cette t r a d i t i o n é t a i t si b i e n é t a b l i e q u e la r é v é l a t i o n d e l ' i r r é g u l a r i t é c o m m i s e en 1894 n ' é m u t n u l l e m e n t c e u x q u i e n furent i n f o r m é s p e u a p r è s . Il s'agissait c e p e n d a n t de f e r m e s « r é p u b l i c a i n s » : MM. de F r e y c i n e t , B e r t h e l o t , S c h e u r e r - K e s t n e r l u i - m ê m e 1 M. T r a r i e u x , à l ' o r i g i n e , n e v o y a i t là q u ' u n e question de forme; M. J a u r è s , a v e c sa g r a n d i l o q u e n c e , q u ' u n acte révolutionnaire pour la patrie. C'est b i e n p l u s tar»I ^ue le m o t d ' o r d r e fut d o n n é de s ' i n d i g n e r . D ' a i l l e u r s , u n fait a n a l o g u e a v a i t été p o r t é à la ïribune quelques années auparavant. Turpin, a c c u s é d ' e s p i o n n a g e , se p l a i g n a i t q u e le j u g e d ' i n s t r u c t i o n e û t r e t i r é d u d o s s i e r du p r o c è s d e u x scellés c o n t e n a n t la p r e u v e de son i n n o c e n c e : le t r i b u n a l refusa de l u i d o n n e r a c t e du fait qu'il

(1) Les pièces secrètes étaient accompagnéos d'un commentaire destiné a établir lour concordance. Mais ce commentaire n'était pas établi spécialement pour charger Dreyfus : il contenait des hypothèses et non dos affirmations ; il énonçait les faits ot indiquait seuio..'.^:! la conclusion qu'on en pouvait tirer. (Voir, au sujet de ce commentaire, les numéros du Gil Blas des 25, 26 et n octobre 1906.) (S) Rexiw, I, MS.


— 25 — s i g n a l a i t . Au c o u r s d ' u n e i n t e r p e l l a t i o n , à la C h a m b r e , M. G a u t h i e r (de Clagny) v o u l u t p a r l e r des i r r é g u l a r i t é s de cette p r o c é d u r e ; le p r é s i d e n t F l o q u e t l ' i n t e r r o m p i t en lui d e m a n d a n t ce q u e p o u v a i t faire la C h a m b r e à ce p r o p o s . L e g a r d e des S c e a u x v i n t é q u i v o q u e r s u r le Code d ' i n s t r u c tion c r i m i n e l l e , n e c o n t e s t a n t pas la m a t é r i a l i t é d u fait e n q u e s t i o n , m a i s c o u v r a n t le j u g e d'inst r u c t i o n , « d o n t il n e p o u v a i t t r o p l o u e r la p r u d e n c e ». L ' o r d r e du j o u r de s a n c t i o n n e fit m ê m e p a s m e n t i o n de l ' i n c i d e n t (1). Ce q u i est p a r t i c u l i è r e m e n t c u r i e u x , c'est q u e le j u g e d ' i n s t r u c t i o n en c a u s e , si h a b i l e et si p r u d e n t d a n s la confection des dossiers, n ' é t a i t a u t r e q u e M. A t l h a l i n , le f u t u r conseiller à la C h a m b r e c r i m i n e l l e , q u i d e v a i t se m o n t r e r si a r d e n t p o u r la c a u s e d e D r e y f u s ; et q u a n t à ce g a r d e des S c e a u x , q u i n ' a v a i t pas e u u n s u r s a u t d ' i n d i g n a t i o n p o u r « la violation du p l u s s a c r é des d r o i t s de la défense », q u i a v a i t a p p r o u v é h a u t e m e n t le m a g i s t r a t c a p a b l e d ' e x t r a i r e d ' u n dossier j u d i c i a i r e des documents spécialement intéressants pour un a c c u s é , ce g a r d é des S c e a u x , d é f e n s e u r d ' u n e p r o c é d u r e « d i g n e de l ' I n q u i s i t i o n », c'était celuilà q u e , q u i n z e a n s p l u s t a r d , les a m i s de Dreyfus d e v a i e n t élever à la p r é s i d e n c e de la R é p u b l i q u e , c ' é t a i t M. F a l l i è r e s .

III.

APRÈS LA CONDAMNATION

L e procès t e r m i n é , le g é n é r a l Mercier, p r é o c c u p é p a r l ' é l a b o r a t i o n d u p l a n de m o b i l i s a t i o n qui se p o u r s u i v a i t à c e t t e é p o q u e a u m i n i s t è r e , v o u l u t (1) Séance de la Chambre des députés du 22 juin 1891.


— 26 — o b t e n i r de Dreyfus des p r é c i s i o n s s u r les d o c u m e n t s q u i a v a i e n t été l i v r é s . On sait q u e Dreyfus déclatf q u ' i l n e v o u l a i t pas « p l a i d e r les c i r c o n s t a n c e ! i t t i n u a n t e s (1) ». V i n r e n t e n s u i t e la d é g r a d a t i o n et les d é c l a r a t i o n s au c a p i t a i n e L e b r u n R e n a u l t . On a p r é t e n d u q u e le g é n é r a l Mercier n ' a v a i t pu c o n s i d é r e r ces d é c l a r a t i o n s c o m m e des aveux, sous prétexte qu'il ne leur avait donné a u c u n e p u b l i c i t é , et a u s s i qu'il n ' e n a v a i t p a s fait d r e s s e r procès-verbal. N o n s e u l e m e n t , e n effet, on n ' a tfonne a u c u n e p u b l i c i t é a u x a v e u x , m a i s e n c o r e o n s'est efforcé de les étouffer le p l u s possible, et la r a i s o n en est s i m p l e . D a n s les p h r a s e s de Dreyfus r a p p o r t é e s p a r le c a p i t a i n e L e b r u n - R e n a u l t , il é t a i t q u e s t i o n de l ' A l l e m a g n e et déjà, à d e u x r e p r i s e s différentes, le g o u v e r n e m e n t , à la s u i t e de d é m a r c h e s de M. de M u n s t e r , a v a i t dû e n v o y e r a u x j o u r n a u x u n e n o t e I l a v a s spécifiant q u e les a m b a s s a d e s n ' é t a i e n t pas en c a u s e ; l ' u n e de c e s _ d é m a r c h e s de M. de M u n s t e r a v a i t m ê m e eu u n c a r a c t è r e s p é c i a l e m e n t c o m m i n a t o i r e et a v a i t failli d é t e r m i n e r une rupture. Une prudence élémentaire c o m m a n dait d o n c d é f a i r e le s i l e n c e s u r ces a v e u x . D ' a i l l e u r s , le 5 j a n v i e r , le j o u r m ê m e de la d é g r a d a t i o n , le c o m t e de M u n s t e r a v a i t , s u r l ' o r d r e du c h a n c e lier a l l e m a n d , sollicité de M. C a s i m i r - P e r i e r u n e a u d i e n c e p o u r lui d e m a n d e r a n o u v e a u u n e déclaration formelle d é g a g e a n t e n t i è r e m e n t s o n a m b a s s a d e . 11 e û t été é t r a n g e , p o u r p r é p a r e r ceftr e n t r e v u e q u i s ' a n n o n ç a i t c o m m e d é l i c a t e , de faire p r o c l a m e r p a r t o u s les j o u r n a u x q u e l'on a v a i t la p r e u v e a b s o l u e des r e l a t i o n s de D r e y f u s avec la dite a m b a s s a d e . (i) Rennes, III, SI 3.


— 27 — L e m i n i s t r e n ' a pas n o n p l u s fait d r e s s e r p r o c è s - v e r b a l des a v e u x . L e p r o c u r e u r g é n é r a l B a u d o u i n a n a u r e l l c m e n t i n s i s t é s u r ce p o i n t d a n s son p r e m i e r r é q u i s i t o i r e et lors de l ' a u d i t i o n du g é n é r a l Mercier d e v a n t la C h a m b r e c r i m i n e l l e . L e g é n é r a l Mercier a r é p o n d u : « Non, j e n ' a i pas fait d r e s s e r p r o c è s - v e r b a l , p a r l ' e x c e l l e n t e r a i son q u ' à ce m o m e n t il n ' y a v a i t p a s de r e v i s i o n p o s s i b l e . . . la loi s u r la r e v i s i o n n e date q u e de 1895. — E l l e est d a n s le Code d ' i n s t r u c t i o n c r i m i n e l l e d e p u i s 1808 », s'est é c r i é le p r o c u r e u r g é n é r a l , « a v e c des c o n d i t i o n s différentes q u i o n t été é l a r g i e s p a r la loi n o u v e l l e , m a i s elle e x i s t a i t déjà. P a r c o n s é q u e n t la r e v i s i o n é t a i t possible d a n s d e s c o n d i t i o n s q u e l a loi a v a i t d é t e r m i n é e s . . . (1). » P o p r q u o i le p r o c u r e u r g é n é r a l n ' a - t - i l pas précisé ces c o n d i t i o n s ? Il n ' y a v a i t , e n 1894, q u e d e u x c a s d e r e v i s i o n possibles e n l ' e s p è c e : la c o n d a m n a t i o n d ' u n a u t r e i n d i v i d u p o u r le m ô m e c r i m e et la c o n d a m n a t i o n d ' u n t é m o i n à c h a r g e p o u r faux t é m o i g n a g e . L e s é v é n e m e n t s o n t p r o u v é q u e le g é n é r a l M e r c i e r n e se t r o m p a i t p a s l o r s q u ' i l e s t i m a i t q u e , s o u s le r é g i m e a n t é r i e u r à celui de la loi de 1895, la r e v i s i o n était i m p o s s i b l e , p u i s q u e , en fait, n i la r e v i s i o n de 1 8 9 9 , n i celle de 1906, n e se s o n t faites sur l ' u n ou l ' a u t r e des d e u x cas p r é c i t é s . E t si u n d e ces cas s'était p r é s e n t é , les a v e u x n ' e u s s e n t servi de r i e n p o u r e m p o c h e r u n e r é v i s i o n q u i se s e r a i t i m p o s é e . L e s a r g u ties j u r i d i q u e s d u p r o c u r e u r g é n é r a l n e s a u r a i e n t prévaloir contre l'évidence. Tel a été le rôle d u g é n é r a l Mercier en 18949 5 . S o u c i e u x des i n t é r ê t s de l ' a c c u s é , v e i l l a n t j a (1) Gil Blas du 25 juillet 1906.


— 28 — l o u s e m e n t s u r c e u x de l ' E t a t , n e f u y a n t a u c u n e r e s p o n s a b i l i t é , il s'est r é v é l é le t y p e d u j u s t i c i e r et de l ' h o m m e de g o u v e r n e m e n t . A ces q u a l i t é s déjà si r a r e s , il s a u r a p a r l a s u i t e j o i n d r e celles d'un dialecticien h o r s l i g n e , e f f o r cera l'admiration de tous par l'implacable énergie d'un caractère inébranlable

IV.

LA PREMIÈRE REVISION. PROCÈS

ZOLA.

COUR DE CASSATION

E n r é a l i t é , p e n d a n t t o u t e l ' a g i t a t i o n des a n n é e s 1898 et 1899 et, d a n s la s u i t e , lors de la d e r nière r e v i s i o n , le chef du parti français a été le g é n é r a l Mercier, et il a m e n é la c a m p a g n e en v r a i soldat. A p p l i q u a n t la s c i e n c e m i l i t a i r e à la polit i q u e , il a c h a q u e fois d i s c e r n é le m o m e n t où il fallait a g i r , celui où il c o n v e n a i t d ' a t t e n d r e , celui où il fallait p o u s s e r l'offensive ou p r o n o n c e r la c o n t r e - a t t a q u e , s a c h a n t , à l ' i n s t a n t p r o p i c e , fixer l ' e n n e m i ou r a l l i e r ses p r o p r e s t r o u p e s . C o n v o q u é a u procès Zola, il é t a i t r é s o l u à n e pas p r o n o n c e r u n m o t d e l'affaire Dreyfus qui a v a i t été é c a r t é e des d é b a t s ; m a i s , d ' a u t r e p a r t , il n e v o u l u t pas se r e t i r e r e n l a i s s a n t croire a u j u r y q u e la c o n v i c t i o n d u m i n i s t r e de 1894 était a t t e i n t e par la c a m p a g n e qui se p o u r s u i v a i t d e p u i s q u a t r e m o i s . Il tint d o n c à faire u n e d é c l a r a t i o n é n e r g i q u e , profitant a v e c u n e r a r e h a b i l e t é d ' u n e q u e s t i o n de l'avocat p o u r b r i s e r n e t son a t t a q u e : « M o n s i e u r le p r é s i d e n t , j e n ' a i p a s à r e v e n i r s u r le procès D r e y f u s , m a i s si j ' a v a i s à y r e v e n i r , p u i s q u ' o n m e d e m a n d e m a p a r o l e de s o l d a t , ce serait p o u r dire q u e Dreyfus é t a i t u n t r a î t r e q u i a


— 29 — été j u s t e m e n t et l é g a l e m e n t c o n d a m n é (1). » D e v a n t la C h a m b r e c r i m i n e l l e , a u c o n t r a i r e , le g é n é r a l M e r c i e r se r é s e r v a . L a C o u r d e c a s s a t i o n a v a i t été saisie de d e u x faits n o u v e a u x : le faux H e n r y et la c o n t r a d i c t i o n des e x p e r t i s e s du p r o cès de 1894 et d u procès E s t e r h a z y . Ces faits n o u v e a u x a v a i e n t été é c a r t é s p a r la c o m m i s sion c o n s u l t a t i v e d u m i n i s t è r e de la J u s t i c e ; la C h a m b r e c r i m i n e l l e e l l e - m ê m e n ' a v a i t pas osé en faire étal p o u r c a s s e r le j u g e m e n t q u i lui était s o u m i s , e t elle avait décidé de p r o c é d e r à u n e e n q u ê t e . P o u r ê t r e édifié s u r l'esprit d a n s l e q u e l é t a i t m e n é e c e t t e e n q u ê t e , il suffisait d ' a v o i r l u le r é q u i s i t o i r e i n l r o d u c t i f du p r o c u r e u r M a n a u et le r a p p o r t de M. Bard s u r l ' i n s t a n c e , et de se r a p peler s u r q u e l s a r g u m e n t s i n v r a i s e m b l a b l e s a v a i t été cassé l ' a r r ê t de la C o u r d'assises qui c o n d a m n a i t Zola. Le g é n é r a l Mercier se b o r n a à faire u n bref h i s t o r i q u e de l'affaire, r e f u s a n t c a t é g o r i q u e m e n t de dévoiler l e n o m d e l ' a g e n t q u i a v a i t a p p o r t é l e b o r d e r e a u a u m i n i s t ê r e o u le n o m d e c e l u i q u i a v a i t r e n s e i g n é le c o m m a n d a n t H e n r y s u r les fuites qui se p r o d u i s a i e n t à l ' E t a t - M a j o r . L e s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s n ' é t a i t pas e n c o r e d é t r u i t à Cette é p o q u e , et le g é n é r a l Mercier a v a i t le p a t r i o t i q u e souci de t â c h e r de le p r é s e r v e r . S ' a p p u y a n t s u r la r e q u ê t e en r e v i s i o n du g a r d e des S c e a u x , qui était l i m i t é e à d e u x p o i n t s bien p r é c i s , il n e v o u -

(1) Procès Zola, I, 171. — M* Labori fut tellement démonté par cetto brusque offensive, qu'il s'écria : « N o u s ne laisserons pas dévierledébat ! » Exclamation vraiment plaisante dans sa bouche, alors que,depuis le début de la déposition du général Mercier, il ne cessait do le harceler sur l'affairoi Dreyfus, et que même,pendant toute la durôo des dib.a.ts, il n'a cessé de déposer dos conclusions sur le rofus du présidont de le laisser revenir sur le p r o cès de 1894.


— 30 — lait pas fournir à la C o u r le p r é t e x t e q u ' e l l e c h e r c h a i t p o u r d o n n e r satisfaction à D r e y f u s , et il n e p e r m i t pas de q u e s t i o n s s u r la c o m m u n i c a t i o n des pièces s e c r è t e s (1). H r é s e r v a i t ses forces et ses a r g u m e n t s p o u r la b a t a i l l e en p l e i n j o u r , d e v a n t le Conseil de g u e r r e .

V. —

RENNES

T r o i s s e m a i n e s a p r è s sa d é p o s i t i o n d e v a n t la C o u r d e c a s s a t i o n , le g é n é r a l M e r c i e r p a s s a i t a u c a d r e d e r é s e r v e . I l n e v o u l u t pas q u i t t e r l ' a r m é e s a n s lui d o n n e r l ' a s s u r a n c e q u ' i l s a u r a i t la d é f e n d r e , et il profita d u p u n c h d ' a d i e u q u e l u i offraient ses officiers p o u r affirmer sa v o l o n t é d ' a c c e p t e r et de s o u t e n i r la l u t t e . Les historiens racontent, dit-il, qu'au m o m e n t même où l'armée turque forçait les remparts de Constant inople, les soi-disant intellectuels de la capitale du Bas-Empire y discutaient passionnément les arguties Ihéologtques. Or l'histoire se répète souventet, à l'heure actuelle, nous voyons aux portes de la France des Turcs de marques diverses, et nous subissons aussi dans celte chère France notre crise aiguë de byzantinisme intellectuel. De ceux qui sont victimes de cette décadence morbide, nous ne dirons rien, parce que nous ne voulons pas être des hommes de discussion. Nous sommés et entendons rester des h o m m e s d'action, et nous a p p l i quons cette action à nous maintenir en état de com(1) « Je no roulais pas répondre (à la Chambre criminelle)», a dit le général Mercier à R e n n e s , « parce que je considérais « l'œuvre do la revision comme une épreuve dangereuse pour H notre pays et que je ne voulais même pas donner un prétexte « pour lui imposer cette épreuve. » (Rennes, I, 96.)


— 31 — battre et d e battre nos Turcs, a quelque frontière et sous quelque forme qu'ils se présentent (1). L e g é n é r a l Mercier saisit la p r e m i è r e occasion q u i s'offrait à lui d'affirmer p u b l i q u e m e n t sa c o n v i c t i o n , e n s ' i n s c r i v a n t en t ê t e de la s o u s c r i p t i o n o u v e r t e par la Libre Parole pour permettre à M m e H e n r y de d é f e n d r e la m é m o i r e d e son m a r i c o n t r e R e i n a c h . A i n s i , il se plaçait s a n s h é s i t e r e n face de l ' e n n e m i et m o n t r a i t sa v o l o n t é d e m e n e r la b a t a i l l e . C e p e n d a n t le j u g e m e n t de 1894 é t a i t cassé (3 j u i n 1899) et l'affaire r e n v o y é e d e v a n t le C o n seil d e g u e r r e de R e n n e s . Le m o m e n t de l ' a c t i o n a p p r o c h a i t . De n o u v e a u , à u n e c o n f é r e n c e d e l à Patrie française, six s e m a i n e s a v a n t le p r o c è s , le g é n é r a l M e r c i e r affirme sa r é s o l u t i o n : ... Le Conseil de guerre saura exiger tous les renseignements dont jl a u r a besoin pour le complet éclaircissement de cette affaire, et il exigera que toutes les pièces nécessaires à ce nouveau procès lui soient fournies. Il trouvera pour les luiproduire des témoins pénétrés du sentiment de vleur devoir, résolus à se dévouer pour la cause de la justice, qui parleront également selon leur âme etconscience et qui seront déterminés à dire tout, absolument toutce qui pourra servir à la manifestation de la vérité (2). Cet e n g a g e m e n t s o l e n n e l a été t e n u . L e g é n é r a l M e r c i e r a dit t o u t , a b s o l u m e n t t o u t ce q u i p o u v a i t s e r v i r à la m a n i f e s t a t i o n de la v é r i t é . Sa d é p o s i t i o n r e s t e le r é q u i s i t o i r e le p l u s c o m p l e t et le plus a c c a b l a n t q u i ait été d r e s s é c o n t r e D r e y f u s . L a g e n è s e de l'affaire, les c o m p l i c a t i o n s q u ' e l l e a e n t r a î n é e s , les i n c i d e n t s q u i se s o n t ,(1) 29 novembre 1898. (2) 17 juin 1899.


— 32 — greffés s u r elle, s o n t e x p o s é s avec n o n m o i n s de l u c i d i t é q u e les c h a r g e s c o n t r e l ' a c c u s é . L e g é n é r a l Mercier a t e n u à n e laisser a u c u n point d a n s l ' o m b r e : il a projeté la plus vive l u m i è r e s u r le système d'espionnage dont l'étranger nous ent o u r a i t , il n ' a pas h é s i t é à m e t t r e p e r s o n n e l l e m e n t e n c a u s e l ' e m p e r e u r d ' A l l e m a g n e et à m o n t r e r son a c t i o n d i r e c t e s u r la c o n d u i t e à n o t r e é g a r d de son a t t a c h é m i l i t a i r e . Il n ' a pas h é s i t é n o n p l u s à dévoiler la g r a v i t é de l'affaire a u p o i n t de v u e e x t é r i e u r , à r a c o n t e r la crise q u ' e l l e a v a i t failli a m e n e r . Enfin, m ô m e la l é g e n d e du b o r d e reau s u r p a p i e r fort a été t r a i t é e et r é d u i t e à néant. S u r t o u s les p o i n t s s a n s e x c e p t i o n , le g é n é r a i M e r c i e r , fidèle à sa p r o m e s s e , s'est e x p l i q u é . Et cependant l'un d'eux engageait g r a v e m e n t sa r e s p o n s a b i l i t é p e r s o n n e l l e : celui de la c o m m u nication s e c r è t e a u x j u g e s de 1894. L a Cour de c a s s a t i o n , d a n s son a r r ê t , a v a i t c o n s i d é r é le fait c o m m e a c q u i s , m a i s il n ' é t a i t pas p r o u v é . L a C h a m b r e avait été saisie, le 5 j u i n , d ' u n e proposition du g o u v e r n e m e n t t e n d a n t à t r a d u i r e le g é n é r a l Mercier d e v a n t la H a u t e Cour, p o u r « forfaiture »; l ' a j o u r n e m e n t j u s q u ' a p r è s le p r o c è s de R e n n e s n ' a v a i t été voté q u e par 277 voix c o n t r e 228 q u i v o u l a i e n t la m i s e en a c c u s a t i o n i m m é d i a t e . L e g é n é r a l Mercier a b o r d a de front cette q u e s tion c o m m e les a u t r e s . Il r e v e n d i q u a h a u t e m e n t la r e s p o n s a b i l i t é de son a c t e , s a n s a m b a g e s n i f a u x - f u y a n t s , s ' a t t a c h a n l s e u l e m e n t à e x p o s e r les considérations qui l'avaient guidé. « J e r e s t e u n a c c u s a t e u r , » avait-il dit (1) le (1) Déclaration du général Mercier à un rédacteur de nationale, citée par le Temps du 1 juin 1898

i'Agenct


— 33 — l e n d e m a i n d u v o l e d e la C h a m b r e q u i l a i s s a i t s u s p e n d u e s u r s a p r o p r e têle la m e n a c e d ' u n e m i s e en a c c u s a t i o n . A - t - i l essayé de se c o n c i l i e r la b i e n v e i l l a n c e d e ses j u g e s é v e n t u e l s p a r q u e l q u e conc e s s i o n à la c a u s e d o n t le m i n i s t è r e W a l d e c k R o u s s e a u s'était c o n s t i t u é le c h a m p i o n ? A-t-il t r a n s i g é s u r ce p o i n t ? Cédé s u r un a u t r e ? Qui p o u r r a i t t r o u v e r la t r a c e de la m o i n d r e défaill a n c e de sa p a r t , p e n d a n t les v i n g t - d e u x a u d i e n ces a u x q u e l l e s il a a s s i s t é ? E n t e n d u le d e u x i è m e j o u r , il est r e s t é s u r la b r è c h e j u s q u ' à la lin, i n t e r v e n a n t c h a q u e fois q u ' i l le fallait, n ' a b a n d o n n a n t p o u r a i n s i d i r e la p a r o l e q u e p o u r la c é d e r au commissaire du g o u v e r n e m e n t . F a u t - i l r a p p e l e r sa c o n f r o n t a t i o n a v e c M. Casim i r - P e r i e r , et la m a n i è r e d o n t il r é d u i s i t son c o n t r a d i c t e u r a u silence en lui o p p o s a n t , soit u n t é m o i g n a g e , soit u n fait, soit u n r a i s o n n e m e n t d ' u n e l o g i q u e s e r r é e et i r r é s i s t i b l e ? Ou sa r é p o n s e a u q u e s t i o n n a i r e de M L a b o r i , ses d é n é g a t i o n s s è c h e s et t r a n c h a n t e s , ses affirmations c a t é g o r i q u e s , ses r a p p e l s à la c o n v e n a n c e , q u i d é m o n t è r e n t l ' a v o c a t et l u i firent a b a n d o n n e r la l u t t e ? Ou b i e n e n c o r e sa r é f u t a t i o n du t é m o i g n a g e F r e y s t s e t l e r , si n e t t e , si f o r m e l l e , q u i é t a b l i t d ' u n e façon é c l a t a n t e la b o n n e foi et la l o y a u t é de l ' a c c u s a t e u r , en m ê m e t e m p s q u ' e l l e faisait r e s s o r t i r son i n d é r a c i n a b l e c o n v i c t i o n ? 0

L e s d é b a t s furent clos peu a p r è s c e t t e d e r n i è r e et décisive i n t e r v e n t i o n . C o n f o r m é m e n t à sa p r o m e s s e , le g é n é r a l Mercier s'était d o n n é t o u t e n t i e r , allant droit au but, sans réticences, ne m é n a g e a n t rien n i p e r s o n n e . M a u r i c e B a r r e s disait a v a n t le p r o c è s : « L e g é n é r a l Mercier fait le c e n t r e de c e t t e v a s t e affaire n a t i o n a l e : c'est p o u r en p o r t e r


— 34 — t o u t le p o i d s , u n g r a n d h o n n e u r ou l ' i n f a m i e (1). » L e v e r d i c t des j u g e s a t r a n c h é la q u e s t i o n : c'est u n g r a n d h o n n e u r q u i est é c h u a u g é n é r a l M e r cier, celui d ' a v o i r r e m p o r t é la « Victoire d e R e n n e s (2) ». VI.

L A DEUXIÈME

RÉVISION

Les Juifs cependant préparèrent leur revanche. Mais l o r s q u e le m i n i s t r e A n d r é t r a n s m i t otficiell e m e n t a u g a r d e des S c e a u x le r é s u l t a t de son trav a i l e n f a v e u r de D r e y f u s , c e t t e fois e n c o r e le g é n é r a l M e r c i e r se p r é s e n t a . A u d é j e u n e r d e la Patrie française d u 2 d é c e m b r e 1 9 0 3 , il affirma sa v o l o n t é de c o n t i n u e r la l u t t e : « L o r s q u e l ' h e u r e s e r a v e n u e d e p a r l e r , les p a r o l e s q u i d o i v e n t ê t r e d i t e s , n o u s les d i r o n s , j'en prends l'engagement. » On sait c o m m e n t le j u g e m e n t de R e n n e s fut c a s s é , c o m m e n t la C o u r d e c a s s a t i o n p a s s a o u t r e a u x p r e s c r i p t i o n s de la loi et à sa p r o p r e j u r i s p r u d e n c e . C e r t a i n s o n t v o u l u r e n d r e le g é n é r a l M e r cier r e s p o n s a b l e d e ce c o u p d ' É t a t j u d i c i a i r e , lui r e p r o c h a n t d ' a v o i r m a n q u é à son e n g a g e m e n t , d e n ' a v o i r p a s dit « les p a r o l e s q u i d e v a i e n t ê t r e dites ». Quel s e n s m y s t é r i e u x a v a i t - o n a t t r i b u é a u x p a r o l e s du 2 d é c e m b r e 1903? Q u e l motif a v a i t - o n de c r o i r e q u ' à R e n n e s le g é n é r a l a v a i t m a s q u é u n e p a r t i e d e la v é r i t é et q u e l l e e x p l i c a t i o n p o u v a i t - o n d o n n e r de ses p r é t e n d u e s r é t i c e n c e s ? On a u r a i t p u , p r é c i s é m e n t e n se r e p o r t a n t a u x d é b a t s de 1899, se r a p p e l e r q u e , p o u r le g é n é r a l M e r c i e r (1) Ce que j'ai vu à Rennes,

110.

(2) Ce que j'ai vu à Rennes, 13.


— 35 — les m o i s o n t l e u r s e n s e x a c l , n i p l u s n i m o i n s , et n e p a s v o u l o i r i n t e r p r é t e r ses d é c l a r a t i o n s c o m m e celles d ' u n e v o y a n t e . A la v é r i t é , E s t e r h a z y a v a i t r e p r o c h é a u g é n é r a l Mercier de n ' a v o i r p a s t o u t dit à R e n n e s (1). U n e fois de p l u s , c o m m e p a r h a s a r d , l ' a l l é g a t i o n d ' E s t e r h a z y s e r v a i t la m a n œ u v r e j u i v e . Q u e l q u e s - u n s s'y l a i s s è r e n t e n c o r e p r e n d r e : l a fable du b o r d e r e a u a n n o t é , l é g e n d e r u i n é e p a r le g é n é r a l M e r c i e r lui m ê m e , h a n t a encore certaines imaginations éprises de m y s tère . Q u o i q u ' o n e n ait dit, les faits s o n t l à : le g é n é ral Mercier n ' a pas p l u s failli à son d e r n i e r e n g a g e m e n t q u ' i l n ' a v a i y a i l l i a u x a u t r e s . Il n ' a t t e n d i t p a s d ' ê t r e c o n v o q u é d e v a n t la C h a m b r e c r i m i n e l l e : c'est s u r s a d e m a n d e q u ' i l fut e n t e n d u . S a d é p o sition est a u j o u r d ' h u i c o n n u e , et o n sait q u e les p a r o l e s q u i d e v a i e n t ê t r e d i t e s o n t été d i t e s . Celte d é p o s i t i o n c o n t i e n t d ' a b o r d u n e e x p l i c a t i o n t r è s n e t t e s u r les t r o i s faits n o u v e a u x a l l é g u é s p a r le g a r d e d e s S c e a u x d a n s l a r e q u ê t e en r e v i s i o n : à s a v o i r q u e l a pièce 3 7 1 , a y a n t été si-"g n a l é e c o m m e s u s p e c t e dès 1 8 9 8 , n e p o u v a i t a v o i r influencé les j u g e s du conseil d e g u e r r e d e 1 8 9 9 ; q u e la pièce 2 6 , en admettant même qu'il f û l d é m o n t r é q u ' e l l e n ' é t a i t pas de 1 8 9 4 , n e p o u v a i t c o n s t i t u e r u n fait n o u v e a u é t a b l i s s a n t l ' i n n o c e n c e de Dreyfus, puisqu'elle n ' a v a i t pas pu être i n v o q u é e c o m m e u n fait é t a b l i s s a n t sa c u i p i b i l i t é ; enfin q u e V a l c a r l o s a v a i t d o n n é des r e n s e i g n e m e n t s e n 1894, à u n e é p o q u e o ù i l n e t o u c h a i t a u c u n e m e n s u a l i t é d u m i n i s t è r e et q u e , si le fait (1) Déposition d'Esterhazy devant le Londres, édition du Siècle, p. 104.

consul

de France a


— 36 — d'avoir r e ç u des m e n s u a l i t é s en 1895 p o u v a i t e n t a c h e r s o n h o n o r a b i l i t é , ce q u i n ' é t a i t p a s d é m o n t r é , on n e p o u v a i t en t o u t cas rien en conc l u r e r e l a t i v e m e n t à u n e é p o q u e où V a l c a r l o s était c o m p l è t e m e n t d é s i n t é r e s s é (1). L a d é m o n s t r a t i o n s u r la pièce 371 est a i n s i r é sumée : U n e pièce s i g n a l é e c o m m e fausse, et q u i , du r e s t e , n ' a pas été e m p l o y é e p a r les t é m o i n s à c h a r g e c o m m e u n e c h a r g e , n e p e u t avoir eu d ' i n fluence s u r les j u g e s . S u r la pièce 26 : L e s a l l é g a t i o n s de faits n o u v e a u x s e r a p p o r t a i e n t , n o n à des preuves p r o p r e m e n t dites de la c u l p a b i lité de Dreyfus, m a i s à de s i m p l e s présomptions, la pièce 26 n ' a y a n t pas été i n v o q u é e c o m m e preuve, m a i s c o m m e coïncidence. Poussant plus loin la d i s c u s s i o n , le g é n é r a l Mercier a m o n t r é q u e la pièce 2 6 , d a t é e du 28 m a r s s a n s m i l l é s i m e , et c o m m u n i q u é e au m i n i s t r e l e l avril 1895, p o u v a i t d a t e r de 1 8 9 4 : 1 ° P a r c e q u e les l e t t r e s j e l é e s au p a n i e r par S c h w a r z k o p p e n p o u v a i e n t a v o i r s é j o u r n é l o n g t e m p s d a n s u n tiroir, c o m m e elles p o u v a i e n t a v o i r été j e t é e s dès r é c e p t i o n ; 2" p a r c e q u e le colonel S a n d h e r r n e c o m m u n i q u a i t pas les d o c u m e n t s de ce g e n r e q u a n d ils é t a i e n t i s o l é s , m a i s s e u l e m e n t q u a n d il a v a i t d ' a u t r e s pièces s e r v a n t de recoupement ; 3° enfin, p a r c e q u e , si la l e t t r e é t a i t du 28 m a r s 1895, il é t a i t i n v r a i s e m b l a b l e q u ' e l l e e û t pu ê t r e s a i s i e , r e c o n s t i t u é e et en état d ' ê t r e c o m m u n i q u é e le 1 avril. o r

e r

R e m a r q u o n s q u ' a u c u n de ces a r g u m e n t s n ' a p e r d u de sa force, s u r t o u t si l'on se r e p o r t e à u n e déclaration d u c a p i t a i n e Targe, l'agent du minis(1) Gil Blas dos 21 et 22 juillet 1906.


— 37 — tre A n d r é , q u i est v e n u d i r e q u ' o n n e p o u v a i t certifier l ' a u t h e n t i c i t é n i \adale d ' a u c u n e p i è c e du d o s s i e r s e c r e t (1). Enfin, a p r è s a v o i r établi de façon i r r é f u t a b l e le rôle du t é m o i n V a l c a r l o s , avec lequel il demanda, — mais en vain— une confrontation (2), le g é n é r a ! Mercier r e l e v a q u e l q u e s o m i s s i o n s , e r r e u r s de fait, i n t e m p é r a n c e s de l a n g a g e du p r o c u r e u r g é n é r a l d a n s s o n r é q u i s i t o i r e , de m a n i è r e , d i t - i ï , à n e pas laisser p r e n d r e à ce r é q u i s i t o i r e u n e i m p o r t a n c e e x a g é r é e s u r la C o u r . 11 c o n t i n u a en p r é c i s a n t la d a t e de la n u i t h i s t o r i q u e , la q u e s t i o n des a v e u x de Dreyfus a u c a p i t a i n e L e b r u n - K e n a u l l , et t e r m i n a en indiquant une expertise décisive à faire sur la comparaison du papier du bordereau avec celui des lettres d'Esterhazy. —Inutile de r a p p e l e r q u e la Cour s'est bien g a r d é e d'ord o n n e r cette e x p e r t i s e . Son rôle é t a i t t e r m i n é . L a C o u r é t a i t c h a r g é e d ' e x a m i n e r t r o i s faits n o u v e a u x : le g é n é r a l Mercier en a v a i t r u i n é d e u x , m o n t r é l ' i n e x i s t e n c e j u r i d i q u e et l ' e x t r ê m e fragilité d u t r o i s i è m e . Il avait i n d i q u é le m o y e n infaillible de r e c o n n a î t r e q u e l'arg u m e n t s u r l e q u e l s'était a p p u y é e la Cour e n 1899 p o u r laisser e n t e n d r e q u e le b o r d e r e a u é t a i t d ' E s t e r h a z y , était faux. Il a v a i t enfin t r a n c h é u n point capital de l'affaire, la d a t e de la n u i t h i s t o r i q u e . Il d é c l a r a i t n ' a v o i r plus q u ' à d i s c u t e r le r é q u i s i toire du p r o c u r e u r g é n é r a l q u a n d le m o m e n t serait v e n u , c ' e s t - à - d i r e soit d e v a n t les C h a m b r e s r é u n i e s , soit d e v a n t un n o u v e a u Conseil de g u e r r e , L e s C h a m b r e s r é u n i e s ne p r o c é d è r e n t à a u c u n e e n q u ê t e s u p p l é m e n t a i r e . Mais le g é n é r a l Mercier (i) Gil filas du 29 septembre 1906. ^2) Gil Hlas du 23 juillet 1906.


n e se t i n t pas p o u r b a t t u : à deux reprises, il r é c l a m a p u b l i q u e m e n t des confrontations sur les q u e s t i o n s c a p i t a l e s q u ' i l avait s i g n a l é e s et une expertise sur le papier du bordereau. Si celle d e r n i è r e i n t e r v e n t i o n d u g é n é r a l Mercier n e d o n n a p a s à c e r t a i n s a d v e r s a i r e s de Dreyfus' l ' i m p r e s s i o n q u e l ' a c c u s a t i o n restait i n é b r a n l é e , p a r c o n t r e elle inspira la terreur aux partisans de Dreyfus. Us ne s'y t r o m p è r e n t pas : ils v i r e n t a s s u r é e u n e t r o i s i è m e c o n d a m n a t i o n , si l'on p r o c é d a i t à de n o u v e a u x d é b a t s p u b l i c s . On sait avec q u e l e m p r e s s e m e n t ils firent volteface, et c o m m e n t ceux qui j a d i s a v a i e n t r é c l a m é avec le plus d ' a r d e u r le r e n v o i d e v a n t u n Conseil de g u e r r e p r o c l a m è r e n t la n é c e s s i t é de la c a s s a tion s a n s r e n v o i . O n sait a u s s i c o m m e n t la C o u r , v o y a n t d ' a v a n c e s o n œ u v r e r u i n é e , si e l l e d o n n a i t satisfaction au g é n é r a l M e r c i e r , se h â t a de p a s s e r o u t r e et de p r o c é d e r a u c o u p de force. Le g é n é r a l Mercier r e s t a i n é b r a n l a b l e . La d e r n i è r e p r o t e s t a t i o n q u ' i l d e v a i t faire, il la fit a u S é n a t , t e n a n t tête à ses a d v e r s a i r e s d é c h a î n é s , les forçant à l ' e n t e n d r e , et d o n n a n t « l ' e x e m p l e d u p l u s b e a u c o u r a g e c i v i q u e » (1). *

Si l'on v e u t a p p r é c i e r s a i n e m e n t l ' a t t i t u d e d u g é n é r a l Mercier d a n s l'affaire Dreyfus, o n doit a v a n t t o u t e x a m i n e r de p r è s t o u t e s les d é p o s i t i o n s , t o u t e s les d é c l a r a t i o n s , t o u s les a c t e s q u e n o u s v e n o n s d e r a p p e l e r , à l a l u m i è r e de cette v é r i t é : le g é n é r a l Mercier est u n h o m m e d o n t la p a r o l e est t o u j o u r s , et s t r i c t e m e n t , a d é q u a t e à la p e n s é e ; (1) Expression tirée du premier Appel chure Vérité, Justice, Patrie.)

au Pays.

(Voir la bro-


39

d o n t la p e n s é e , n e t t e et c l a i r e , n ' e s t j a m a i s d é f o r m é e , si peu q u e ce s o i t , p a r le m o i n d r e écart d ' i m a g i n a t i o n . A u s s i m a î l r e d e cette parole q u e d e c e t t e p e n s é e , il n e c h e r c h e j a m a i s à é b l o u i r p a r des m o t s , de m ê m e q u ' i l n e se laisse j a m a i s é b l o u i r par eux. A l ' h e u r e des d a n g e r s et des difficultés, le g é n é r a l Mercier a c o u v e r t tous ses s u b o r d o n n é s . 11 n ' a éludé a u c u n e des r e s p o n s a b i l i t é e s qui lui i n c o m b a i e n t ; b i e n a u c o n t r a i r e , il les a r e v e n d i q u é e s h a u t e m e n t et en t o u t e s c i r c o n s t a n c e s . Il a été celui q u i p r é v o i t , celui q u i c o m m a n d e , c e l u i qui veille : il a été u n chef, le chef. T e l est le j u g e m e n t d ' e n s e m b l e à p o r t e r s u r sa c o n d u i t e , d e p u i s le p r e m i e r j o u r de l'Affaire j u s q u ' à la r é h a b i l i t a t i o n du d o u b l e c o n d a m n é de P a r i s et de R e n n e s . E x a m i n é e d a n s ses d é t a i l s , cette c o n d u i t e a p p a r a î t c o m m e u n m o d è l e de ferm e t é , de s a g e s s e p o l i t i q u e , d ' i n t r é p i d i t é d a n s l'acc o m p l i s s e m e n t du d e v o i r . Ses d é p o s i t i o n s j u d i c i a i r e s r e s t e r o n t le c h e f - d ' œ u v r e de la s a i n e r a i son française, lui m ê m e le p l u s p u r p r o d u i t de n o t r e race.

HENRI

Paris. — Imprimerie

DUTRAIT-CROZON.

V. i^evé, rue Cassette, 17.


A LA LIBRAIRIE SAVAËTE, 76, rue des Saints-Pères

J O S E P H REINACH HISTORIEN REVISION DE L'HISTOIRE DE L'AFFAIRE DREYFUS PAR

Henri DUTRAIT-CROZON Préface de CHARLES MAURRAS

Un fort volume. — Prix : 25 francs

L'IMPOSTURE

D'ESTERHAZY PAR

UN ANCIEN NORMALIEN En vente dans toutes les librairies.

LA THÉORIE DE M. BERTILLON RÉPONSES à MM. BERNARD, PAINLEVÉ et MOLINIER PAR

Un POLYTECHNICIEN


A LA LIBRAIRIE SANSOT, 53, rue Saint-André-des-Arts.

CE QUE J'AI VU A RENNES par M a u r i c e

B A R R É S

Prix : Un franc.

LE BORDEREAU t t u d e des dépositions de M. BERTILLON et du Capitaine VALERIO au Conseil de g u e r r e de Rennes PAR

Un Ancien Élève de l'École Polytechnique Texte et planches, prix : t t fr.

EN

VENTE

A LA L I B R A I R I E R u e Vivienne, 47

ANTISÉMITE

Vient de paraître

LIBÉRALISME ET L I B E R T É S Démocratie et peuple

LA V É R I T É POLITIQUE discours prononcé à Bordeaux

PAR CHARLES

Tne brochure, prix Par posle

PAR

MAURRAS

M. 0 fr. 10 0 fr. 15

DE R o u x

Une brochure, prix

poste E n v e n t e a u x b u r e a u x d e Par l'Action

0 fr. 15

française. 0 fr. 20

Paris. — Imprimerie F . Levé, rue Cassette, 17.


A P P E L AU

PAYS

ESTERHAZY Son imposture. — Un aventurier à la solde des Juifs. — Quelques chiffres. — Esterhazy, Picquart, Mathieu Dreyfus : Manoeuvres concordantes. — Le double jeu de l'homme de paille. — Les confidences opportunes et la comédie des aveux.

PARIS É D I T I O N S D E L'ACTION 4 2 , RUE DU BAC

1906

Cette brochure ne peut être mise en vente.

FRANÇAISE


L ' A C T I O N FRANÇAISE ORGANE /

DU NATIONALISME

INTÉGRAL

REVUE BI-MENSUELLE 42, Rue du Bac, Paris

ABONNEMENTS

: Paris et Départements, 1 2 fr. —Etranger, 1 8 fr. Le Numéro O fr. « O

F o n d a t e u r : Le colonel DE Y I L L E B O I S - M A R E U I L , . mort an champ d'honneur. Directeur ;

PRINCIPAUX

HENRI

VAUGEOIS

COLLABORATEURS :

FIRMIN BACCONNIER • — J a c q u e s BAINVILI.E — ANTOINE BAUMANN — LUCIEN Cor.v-EciiOT — Louis DIMIER — HENRI DUTRAITCROZON — J A Q U E S GAZEAU — Louis GONNET — ROBERT LAUNAY — CHARTES MAURHAS — LÉON DE MONTESQUIOU — LUCIEN MOREAU — MAURICE PUJO — HENRI ROUZAUD — M" DE LA TOUR DU PIN LA CIIARCE — BERNARD DE VESINS.

LA

RÉPUBLIQUE

DE

BISMARCK

ou

ORIGINES ALLEMANDES DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE PAR

M. D E ROUX Président de la section poitevine d'Action française SUIVI DE LA

CORRESPONDANCE SECRÈTE DE GASBETTA E T DE BISMARCK

,

traduite en entier pour la première fois et c o m m e n t é e par

JACQUES BAINVILLE AVEC

PLUSIEURS

A U T R E S

D O C U M E N T S

1

Une forte brochure de 76 papes, prix : 2 5 centimes, . p a r la poste O fr. 3 0 .

I la Gazette de France, 1 bis. M8 Blilllf. PARIS


A P P E L AU PAYS LA LOI FAUSSÉE PAR LA COUR DE CASSATION POUR RÉHABILITER LE J U I F

DREYFUS

FRANÇAIS! Dreyfus a été c o n d a m n é , c h a q u e fois q u ' i l a été j u g é , c o m m e tout a c c u s é , c o n t r a d i c t o i r e m e n t :' les d e u x Conseils de g u e r r e de P a r i s et de R e n n e s o n t p r o c l a m é sa culpabilité. C'est q u ' e n dépit des i n f o r m a t i o n s m e n s o n g è r e s r é p a n d u e s p a r les j o u r n a u x juifs, il y a de sa t r a h i s o n des p r e u v e s q u i s ' i m p o s e n t à t o u s les j u g e s i n d é p e n d a n t s et d e b o n n e foi. L e s r e n s e i g n e m e n t s é n u m é r é s au b o r d e r e a u n ' o n t pu ê t r e r e c u e i l l i s et l i v r é s que p a r Dreyfus l o r s q u ' i l é t a i t c a p i t a i n e s t a g i a i r e à l'Etat-Major g é n é r a l . Le GÉNÉRAL MERCIER l'a établi à R e n n e s p u b l i q u e m e n t et en présence de ses c o n t r a d i c t e u r s ; son é c r a s a n t e d é p o s i t i o n a été r e n forcée p a r l ' e x p e r t i s e t e c h n i q u e d e m a n d é e a u GÉNÉRAL DELOYE, alors D i r e c t e u r de l ' A r t i l l e r i e a u m i n i s t è r e de la G u e r r e et d o n t la c o m p é t e n c e est u n i q u e et i n c o n t e s t é e . On n e leur r é p o n d q u e p a r le r a p p o r t évasif d'une c o m m i s s i o n de q u a t r e g é n é r a u x , d é s i g n é s p a r le m i n i s t r e A n d r é — a u t a n t ESTERHAZY

^

*


— 2 — dire par Dreyfus l u i - m ô m e — et liés par ses fav e u r s . P e r s o n n e n ' a été a d m i s à d i s c u t e r a v e c eux. Le b o r d e r e a u a été é c r i t p a r Dreyfus. La dém o n s t r a t i o n de l'illustre i n v e n t e u r de l ' a n t h r o p o m é t r i e , M. BERTILLON, chef du s e r v i c e de l'ident i t é j u d i c i a i r e , n ' a j a m a i s été réfutée. T r o i s p r o fesseurs de m a t h é m a t i q u e s r e ç u r e n t m i s s i o n d e la r u i n e r : l e u r i n c o m p é t e n c e était n o t o i r e , l e u r p a r t i p r i s n e l'était p a s m o i n s . D e u x d ' e n t r e e u x , MM. Appell et D a r b o u x , a v a i e n t figuré en 1898 s u r les listes de p r o t e s t a t i o n en f a v e u r d e P i c q u a r t ; le t r o i s i è m e , M. P o i n c a r é , a v a i t m a n i festé son o p i n i o n en faveur de D r e y f u s et c o n t r e M. Bertillon, u n e p r e m i è r e fois a u c o u r s du p r o cès de R e n n e s , u n e d e u x i è m e fois q u e l q u e s j o u r s a v a n t d'être choisi c o m m e « e x p e r t ». L e u r s conc l u s i o n s q u i , s e u l e s , o n t été p u b l i é e s , m a n q u e n t à la fois de motifs et de force. Il e s t p r o u v é que le b o r d e r e a u n ' a p a s été é c r i t p a r E s t e r h a z y ; il est p r o u v é q u ' E s t e r h a z y est u n h o m m e de paille payé p a r les Juifs. L e s p r e u v e s de son i m p o s t u r e ont été p r o d u i t e s d e v a n t la Cour de c a s s a t i o n : le r a p p o r t , le r é q u i s i t o i r e , l ' a r r ê t n ' o n t m ê m e pas fait a l l u s i o n à ces p r e u v e s . La C o u r les a s y s t é m a t i q u e m e n t passées sous s i l e n c e , c o m m e elle a s y s t é m a t i q u e m e n t n é g l i g é t o u t e s les pièces à la c h a r g e de Dreyfus Le GÉNÉRAL MERCIER a v a i t i n d i q u é u n e n o u v e l l e et décisive e x p e r t i s e à faire nu point de vue de la c o m p a r a i son du papier du bordereau et de celui des lettres d ' E s t e r h a z y : la Cour a refusé d'y p r o c é d e r c o m m e elle a refusé les c o n f r o n t a t i o n s r é c l a m é e s p a r le GÉNÉRAL MERCIER. Enfin Dreyfus a a v o u é qu'il a v a i t l i v r é d e s d o c u -


— 3 — m e n t s à l ' A l l e m a g n e : t o u s les t é m o i g n a g e s c o n c o r d e n t s u r ce point. Il n ' a j a m a i s p u l e u r o p p o s e r q u e ses p r o p r e s d é n é g a t i o n s , d ' a i l l e u r s c o n t r a dictoires. Il a r e n o n c é en 1899 à s e p o u r v o i r en r e v i s i o n , a c c e p t a n t e n é c h a n g e s a g r â c e , ce q u ' u n i n n o c e n t n ' a u r a i t j a m a i s fait. Et s a t r a h i s o n est c o n f i r m é e p a r u n e n s e m b l e de p r e u v e s a c c e s s o i r e s , q u ' i l est facile d e d é c l a r e r « i n e x i s t a n t e s » d e v a n t des g e n s m a l r e n s e i g n é s , m a i s d o n t le GÉNÉRAL MERCIER, le COMMANDANT CUIGNET et t a n t d ' a u t r e s o n t m o n t r é la forqe d e v a n t tous les t r i b u n a u x où l'on a d i s c u t é . L a culpabilité de Dreyfus e s t d o n c c e r t a i n e . S a d é g r a d a t i o n d e v a n t le front des t r o u p e s , en p r é sence du p e u p l e de P a r i s , d a n s la g r a n d e c o u r d e l'Ecole m i l i t a i r e , m o n t r a q u e n o u s é t i o n s e n c o r e m a î t r e s chez n o u s . Mais Dreyfus a v a i t d é c l a r é : « Ma race se vengera sur la vôtre. » L e s Juifs se s o n t v e n g é s : ils se s o n t a c h a r n é s à d é t r u i r e les i n s t i t u t i o n s q u i font la s é c u r i t é de la F r a n c e ; ils o n t t o u t fait p o u r d é s o r g a n i s e r l ' a r m é e n a t i o n a l e ; ils ont a n é a n t i n o t r e a d m i r a b l e s e r vice de r e n s e i g n e m e n t s , œ u v r e du COLONEL SANDHERR et du LIEUTENANT-COLONEL HENRY ; ils se s o n t enfin e m p a r é s du p o u v o i r . Maîtres du p o u v o i r , ils se d e v a i e n t de r é h a b i liter L E T R A I T R E D R E Y F U S . D e v a n t les p r e u v e s é c l a t a n t e s de la T r a h i s o n , les s e u l e s j.uges c o m p é t e n t s d a n s u n p a r e i l procès, les j u g e s m i l i t a i r e s , a u r a i e n t s û r e m e n t p r o n o n c é u n e t r o i s i è m e c o n d a m n a t i o n . L a Cour de c a s s a t i o n a d o n c cassé s a n s r e n v o i . Mais la loi est


4

i m p é r a t i v e , f o r m e l l e ; elle p r e s c r i v a i t le r e n v o i e n conseil de g u e r r e . P o u r é c h a p p e r à la n é c e s s i t é du r e n v o i , u n n o u t v e a u c r i m e était n é c e s s a i r e ; l a Cour l'a c o m m i s : c h a r g é e d ' a s s u r e r le r e s p e c t de la loi, elle a faussé la loi. L a loi dit en effet : « Si l'annulation de l'arrêt à l ' é g a r d d'un c o n d a m n é v i v a n t ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié crime ou délit, aucun renvoi ne sera prononcé. » (Code d ' i n s ruction criminelle, art. 445, dernier paragraphe).L a cassation s a n s r e n v o i n ' é t a i t d o n c possible q u e s'il était d é m o n t r é q u ' a u c u n a c t e de t r a h i s o n n ' a v a i t été c o m m i s e n 1894. E n a d m e t t a n t m ê m e q u e l ' e n q u ê t e e û t é t a b l i l ' i n n o c e n c e de Dreyfus, Dreyfus é t a n t v i v a n t , le r e n v o i s ' i m p o s a i t . C'est ce q u e disait, lors de la p r e m i è r e r e v i s i o n , le p r o c u r e u r g é n é r a l , le dreyfusard M a n a u : « Pour qu'il fût possible, à nous d'abord, à vous ensuite, de proclamer l'innocence de Dreyfus, si elle nous était démontrée, il faudrait que Dreyfus fût mort! » E t , d a n s l'espèce, la Cour r e c o n n a î t b i e n q u ' i l y a eu t r a h i s o n en 1 8 9 4 ; d a n s l ' a r r ê t m ê m e , elle i m p u t e la t r a h i s o n à E s t e r h a z y . D o n c , la Cour a violé la loi. Mais, p o u r m a s q u e r sa forfaiture, elle a t e n t é de faire croire q u e les c o n s i d é r a n t s de son a r r ê t é t a i e n t la r e p r o d u c t i o n m ê m e de l'article du Code. E l l e a dit : « Attendu que l'annulation du jugement du Conseil de guerre ne laisse rien subsister qui puisse, à sa c h a r g e (à la c h a r g e de Dreyfus), être qualifié crime ou délit; , n Attendu

dès

lors,

que, par

application

du


— 5 — paragraphe final de l'article 4 4 5 , aucun renvoi ne doit être prononcé; « Par ces motifs, etc. » Le Gode dit : A l'égard; la Cour dit : A la charge. Le Code d i t : Ne laisse rien subsister; l a C o u r dit : Ne rien laisser subsister à la charge du condamné. La s i m p l e c o m p a r a i s o n d e s d e u x textes fait a p p a r a î t r e la m a n œ u v r e f r a u d u l e u s e . Manau avait dit : « La loi ne laisse aucun doute à cet égard. Il suffit de la connaître et pour la connaître de la lire. » Il ne fallait pas que le Peuple Français pût lire.

HOMMAGE NATIONAL AU GÉNÉRAL MERCIER A u c u n a p p e l légal n ' e s t possible c o n t r e l a p l u s h a u t e j u r i d i c t i o n d e la R é p u b l i q u e j u i v e . M a i s , e n a t t e n d a n t m i e u x , les b o n s F r a n ç a i s o n t le d e v o i r de r e n d r e h o m m a g e a u x t é m o i n s i r r é d u c t i b l e s d e la v é r i t é , a u x n o b l e s v i c t i m e s d e s a b o m i n a b l e s m a c h i n a t i o n s q u i se s u c c è d e n t d e p u i s douze a n s . A la tête de t o u s , et p e r s o n n i f i a n t J'Accusation, le GÉNÉRAL MERCIER, q u i a eu l ' a u d a c e d e d é n o n c e r u n t r a î t r e juif et de le livrer à l a j u s t i c e , s'est a t t i r é la h a i n e d e s J u i f s et de l e u r s e s c l a v e s . I n é b r a n l a b l e c o m m e a u p r e m i e r j o u r , il a d o n n é u n e p r e u v e d u plus b e a u c o u r a g e c i v i q u e en faisant e n t e n d r e a u S é n a t , à l ' h e u r e o ù les d e u x C h a m b r e s r i v a l i s a i e n t de bassesse d e v a n t D r e y f u s , u n e p r o t e s t a t i o n d i g n e , f e r m e et m e s u r é e , q u i a d é c h a î n a c o n t r e l u i l e s cris de r a g e et les i n j u r e s les p l u s g r o s s i è r e s d e s p a r l e m e n t a i r e s affolés :


6 —

« Je me crois obligé de déclarer que ma conviction acquise par les débats de 1899 n'est nullement ébranlée. Par conséquent, ma conscience ne me permet pas... Ma conscience, disje... Ma conscience... J'attendrai que vous me laissiez parler... Ma conscience ne me permet pas de m associer au vote que vous allez émettre. » A ce grand patriote, plusieurs milliers d e bons Français ont eu à cœur de décerner un témoignage d'admiration reconnaissante. Une souscription nationale ouverte le 6 octobre 1906, pour offrir au général Mercier une médaille en commémoration de la séance du l a juillet, a réuni plus de 35.000 francs. La médaille va donc être exécutée : sans préjudice des réparations qu'apportera l'avenir, elle imposera aux magistrats indignes la flétrissure nécessaire et marquera la gratitude nationale à laquelle a droit le vrai JUSTICIER. Indépendamment de la médaille d'or offerte au général Mercier, des réductions en bronze seront frappées et mises à la disposition des souscripteurs pour être répandues dans le public français et témoigner de la résistance éternelle du bon sens, de la dignité et de la droiture de la Nation. L'ACTION

FRANÇAISE

42, rue du Bac, Paris.


2

e

A P P E L AU

PAYS

PICQUART A U MINISTERE L'indiscipline, le faux témoignage et le faux A L'ORDRE DU JOUR DE L'ARMÉE

FRANÇAIS ! Le scandaleux avancement du « Général » Picq u a r t et le c h o i x s c a n d a l e u x q u i v i e n t de le m e t t r e à la tête de l ' a r m é e s o n t u n v é r i t a b l e défi au p a t r i o t i s m e f r a n ç a i s . L ' é n o r m i t é des faits é d a t e a u x y e u x de t o u s . L e 12 j u i l l e t d e r n i e r , M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t était l i e u t e n a n t - c o l o n e l en r é f o r m e p a r m e s u r e disciplinaire. L a loi s u r l ' é t a t des officiers, d u 19 m a i 1834, dit : « L a r é f o r m e est la p o s i t i o n d e l'officier s a n s e m p l o i q u i , n'étant plus susceptible d'être rappelé à l'activité, n ' a pas de d r o i t s a c q u i s à l a p e n s i o n de r e t r a i t e . » Pour la première fois depuis 72 ans, u n officier en r é f o r m e a été r a p p e l é à l ' a c t i v i t é . On n ' a pas h é s i t é , e n faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t , à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1834. La loi s u r l ' a v a n c e m e n t des officiers du 14 avril 1832 dispose q u e n u l n e p e u t ê t r e n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e s'il n ' a a c c o m p l i trois ans a u m o i n s d a n s le g r a d e de c o l o n e l .


— 8 — Pour la première fois depuis 74 ans, u n l i e u t e n a n t - c o l o n e l a été n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e sans avoir étécolonel un seuljour. On n ' a pas h é sité e n f a v e u r d e M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1 8 3 2 . N o n s e u l e m e n t on a d é r o g é p o u r P i c q u a r t a u x lois de 1834 et 1832 en le n o m m a n t le 13 juillet 1906 a u g r a d e de g é n é r a l de b r i g a d e , m a i s e n core on a fait r e m o n t e r fictivement sa n o m i n a t i o n va M juillet iWb. Grâce à ce nouveau passe-droit, Picquart a pu être n o m m é deux mois après, le 28 s e p t e m b r e , a u g r a d e de g é n é r a l de d i v i s i o n , a l o r s q u e trois ans de s e r v i c e c o m m e b r i g a d i e r s o n t exigés p o u r ê t r e p r o m u d i v i s i o n n a i r e (loi de 1832). Pour couronner ces faveurs inouïes, le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e v i e n t de m e t t r e à la tête d e l ' a r m é e celui q u e ses p a i r s a v a i e n t irrévocablement e x c l u . FRANÇAIS !

,

Les lois q u i r é g i s s e n t l ' a r m é e s o n t s u s p e n d u e s p o u r la p r e m i è r e fois d e p u i s t r o i s q u a r t s d e siècle. L e s e u l M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t a passé s u r le d r o i t de t o u s . P o u r le faire en m o i n s d e q u a t r e m o i s g é n é r a l de b r i g a d e , g é n é r a l d e d i v i s i o n , m i n i s t r e , o n n'a pas h é s i t é à s u s p e n d r e e n sa faveur les lois q u i c o n s t i t u e n t la c h a r t e de l ' a r m é e . — I l faut a u m o i n s savoir p o u r q u o i . P i c q u a r t n ' a p a s r e n d u de s e r v i c e s e x c e p t i o n nels au p a y s . Il n ' a pas a c c o m p l i d ' a c t i o n s p r o d i g i e u s e s s u r les c h a m p s de b a t a i l l e . L ' o r g a n i s a t i o n de la défense n a t i o n a l e n e lui doit r i e n .


— 9 — Q u e l s sont les t i t r e s d e P i c q u a r t à t a n t d e passe-droits? V o u s le savez, F r a n ç a i s ! les s e u l s t i t r e s de P i c q u a r t s o n t d a n s la p a r t q u ' i l a.prise à la « r é h a b i l i t a t i o n » de Dreyfus. P i c q u a r t n ' a r e c u l é d e v a n t a u c u n m o y e n : et ses i n t r i g u e s c r i m i n e l l e s o n t fini p a r a n é a n t i r l ' a d m i r a b l e service des r e n s e i g n e m e n t s q u ' a v a i t créé S a n d h e r r . A ce p r i x a été assurée la réintroduction d'un traître dans l'armée. La trahison de Dreyfus est certaine en effet. On n e p o u v a i t r i e n r é p o n d r e au p r e m i e r A p p e l a u p a y s (1), q u i e n r a p p e l a i t les p r e u v e s . On n ' y a r i e n r é p o n d u . N o u s en s o m m e s t o u j o u r s à a t t e n d r e les p o u r s u i t e s de D r e y f u s , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é p o u r sa t r a h i s o n , et celles de la C o u r de C a s s a t i o n , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é e p o u r sa forf a i t u r e . On n e n o u s p o u r s u i t p a s : c'est qu'on ne peut même pas discuter nos preuves. Picquart a voulu réhabiliter le traître. Il n ' a p a s c r a i n t de d é s o b é i r a ses chefs en c o m m e n ç a n t , dès q u ' i l fut à l a t ê t e d u b u r e a u d e s r e n s e i g n e ments, une campagne pour substituer Esterhazy à D r e y f u s c o m m e a u t e u r de la t r a h i s o n de 1894. Les Dreyfusards disent • Picquart n'a écouté que sa conscience. — Mais u n h o m m e d e c o n science n e m e n t p a s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait p a s d e faux t é m o i g n a g e s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait p a s de faux. (1) Notro promior Appel au Pays, afûché lo 20 septembre à Paris, puis dans toute la France, a d'une part rappelé les preuves les plus importantes de la culpabilité de Dreyfus, d'autre part établi par des citations irréfutables, que la Cour de Cassation a faussé et violé la loi pour réhabiliter ce traître juif. L e s patriotes peuvent toujours se procurer des feuilles volantes portant le texte de l'Appel, qui sont distribuées gratuitement, 42, rue du Bac, ainsi que la brochure Vérité, Justice Pairie.


— 10 — Picquart a été inculpé de faux pour avoir « f a b r i q u é ou fait f a b r i q u e r » le p e t i t b l e u , d a n s le dessein d' « é t a b l i r f r a u d u l e u s e m e n t la c u l p a b i l i t é du s o i - d i s a n t d e s t i n a t a i r e ». Il s'est d e p l u s livré à l ' é g a r d des officiers sous ses o r d r e s à des m a n œ u v r e s d e s t i n é e s à a u t h e n t i q u e r c e t t e pièce p a r des m o y e n s f r a u d u l e u x . Picquart a été inculpé en o u t r e d'avoir « c o m m u n i q u é à u n e p e r s o n n e n o n qualifiée p o u r en p r e n d r e c o n n a i s s a n c e , le s i e u r L e b l o i s », des pièces s e c r è t e s i n t é r e s s a n t la défense n a t i o n a l e , ainsi q u ' « u n dossier secret de t r a h i s o n c o n c e r n a n t l ' e x - c a p i t a i n e Dreyfus ». O r d r e de m i s e en j u g e m e n t fut d o n n é p a r la j u r i d i c t i o n m i l i t a i r e et p a r la j u r i d i c t i o n civile. Pour échapper au Conseil de Guerre et au Tribunal correctionnel, P i c q u a r t s ' e m p r e s s a de r e c o u r i r a u x artifices d e l à p r o c é d u r e : u n e c o m é d i e j u d i c i a i r e fit t r a î n e r l'affaire e n l o n g u e u r , et on l'étouffa d é f i n i t i v e m e n t à la faveur de l ' A r r ê t q u i r e n v o y a Dreyfus à R e n n e s , où le t r a î t r e , o n s'en s o u v i e n t , fut r e c o n d a i n n é . Picquart avait de bonnes raisons pour se dérober : l ' i n s t r u c t i o n civile é t a i t aussi a c c a b l a n t e p o u r lui q u e l ' i n s t r u c t i o n m i l i t a i r e . L e p e r s o n n a g e de P i c q u a r t est l o u c h e , h y p o c r i t e , f u y a n t . Sa fourberie p r u d e n t e a c e p e n d a n t laissé j a i l l i r des m e n s o n g e s f o r m e l s . P a r m i ces m e n s o n g e s c e r t a i n s , n o u s c i t e r o n s les d e u x s u i v a n t s , q u i s o n t en m ê m e t e m p s des )faux t é m o i g n a ges : Picquart a menti le 9 m a i 1904 e n d é c l a r a n t sous la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'il n ' a v a i t j a m a i s p r o p o s é à ses chefs d ' e n v o y e r u n faux t é l é g r a m m e à E s t e r h a z y : il existe u n e


11

n o t e de l u i , du 11 s e p t e m b r e 1896, où il fait a u général G o n s e cette p r o p o s i t i o n . Picquart a menti le 29 n o v e m b r e 1 8 9 8 , en déc l a r a n t s o u s la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'aucune pièce concernant Dreyfus ou nommant Dreyfus n ' é t a i t a r r i v é e au b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s p e n d a n t q u ' i l e n é t a i t le chef : M. D e l a r o c h e - V e r n e t a d é c l a r é avoir r e m i s à P i c q u a r t , le 2 j u i l l e t 1895, u n e copie de la l e t t r e dite du CGC a r r i v é e au m i n i s t è r e des Affaires é t r a n g è r e s , où le nom de Dreyfus figure en toutes lettres. M. P a l é o l o g u e a confirmé cette d é claration, que Picquart n'a pu démentir. Cette pièce contenait des accusations particulièrement graves contre Dreyfus. Picquart n'a r i e n fait p o u r les vérifier; il n ' e n a j a m a i s p a r l é à ses s u b o r d o n n é s n i à ses chefs, et l a copie q u e lui a v a i t r e m i s e M. D e l a r o c h e - V e r n e t a disparu ! L ' i n t r i g u e p o l i t i q u e , la m a n œ u v r e j u d i c i a i r e o n t b i e n p u e s s a y e r de r e n v e r s e r les r ô l e s et d ' é g a r e r le b o n sens p u b l i c . Nous v e n o n s d ' é t a b l i r des faits, n o u s v e n o n s de c i t e r des t e x t e s r e v ê t u s de la s i g n a t u r e , ou a c c o m p a g n é s d u s e r m e n t de leur a u t e u r . Ils s o n t n e t s , ils s o n t b r u t a u x . On n e p e u t p a s l e s d i s c u t e r . A u c u n e force h u m a i n e n e p e u t d é t r u i r e ces textes et ces faits. Il suffit de les v o i r p o u r c o n n a î t r e le c r i m e et p o u r j u g e r le c r i m i n e l . N

Soldat i n d i s c i p l i n é , faux t é m o i n , faussaire q u i fuit ses j u g e s , c'est p o u r le service de Dreyfus q u e P i c q u a r t s'est t a n t de fois d é s h o n o r é . On l'a réc o m p e n s é p a r u n e série de p a s s e - d r o i t s s a n s p r é c é d e n t s q u i sont de p u r e s i n f a m i e s . Sa n o m i n a t i o n de m i n i s t r e m e t à l ' o r d r e du j o u r d e l ' a r m é e l ' i n d i s c i p l i n e , le faux t é m o i g n a g e et le

faux.


— 12 — FRANÇAIS! Pour aujourd'hui nous n'ajouterons rien à l'exposé des faits. N o u s r e s p e c t o n s t r o p l ' a r m é e de n o t r e p a y s p o u r lui a d r e s s e r d i r e c t e m e n t la p a r o l e . C'est à t o u t citoyen q u e n o u s le d e m a n d o n s : de tels faits n e sont-ils pas u n danger public? A quoi tendent-ils? Q u e signifient-ils? Où nous mène-t-on ? C r i m i n e l de d r o i t c o m m u n et c r i m i n e l d ' E t a t , le n o u v e a u m i n i s t r e de la G u e r r e a fait dix a n s c a m p a g n e a v e c les e n n e m i s de l ' a r m é e et d e la P a t r i e , avec les r e p r é s e n t a n t s et les c o m p l i c e s d e l ' E t r a n g e r en F r a n c e , a v e c c e u x q u ' i l faut b i e n a p p e l e r de l e u r n o m : les E t r a n g e r s de l ' i n t é r i e u r . L e passé de cet h o m m e a u r a i t d û le p l a c e r s o u s la s u r v e i l l a n c e de la S û r e t é g é n é r a l e . L e v o i l à p l a c é à la t ê t e de l ' A r m é e . De t o u s côtés les p a t r i o t e s se r é v e i l l e n t . Ils se d e m a n d e n t : Est-ce q u e cela p a s s e r a c o m m e ça? N o u s r é p o n d o n s que n o n . Cela n e p a s s e r a p a s c o m m e ça. L'ACTION FRANÇAISE 42, r u e d u Bac, P a r i s .


ESTERHAZY « Il est p r o u v é », d i t le p r e m i e r Appel au pays, « q u e le b o r d e r e a u n ' a p a s é t é écrit p a r E s t e r h a z y . 11 e s t p r o u v é q u ' E s t e r h a z y e s t un h o m m e de paille p a y é p a r les j u i f s . » L a p r e u v e , o n le sait, r é s u l t e de ce fait q u ' E s terhazy, cherchant à modeler son écriture sur celle d u b o r d e r e a u , m a i s n ' a y a n t t o u t d ' a b o r d à sa disposition q u ' u n mauvais fac-similé du m e n t , a i n t r o d u i t d a n s s o n é c r i t u r e , à titre de tics g r a p h i q u e s , t o u t e s les t a r e s d e r e p r o d u c t i o n ( p r o venant du mauvais recollage du bordereau, du mauvais calquage, du clichage défectueux, etc.), q u i différenciaient ce fac-similé de l'original (1).

docu-

(1) Les experts choisis par les dreyfusards pour comparer l'écriture d'Esterhazy à celle du bordereau ont signalé plusieurs de ces tics graphiques d'Esterhazy et, croyant les retrouver dans le bordereau, ont déclaré qu'Esterhazy avait u laissé sa marque do fabrique » dans ce document. L'un des plus frappants de ces tics graphiques consiste dans le fait de mettre plusieurs points sur les t. Les spécimens d'écriture d'Esterhazy soumis aux experts dreyfusiens présentent fréquemment des i doublement pointés et cette bizarre anomalie, disaient les exports, se retrouve précisément dans le bordereau. Or, le bordereau original ne présente pas un seul i doublement pointé. A u contraire la photogravure du Malin, ou le mauvais modèle qui avait servi à faire cette reproduction, seuls d o cuments qui fussent connus, soit des experts, soit d'Esterhazy, en présentent beaucoup, parce que les déchirures du bordereau ont séparé la tête des t du corps de la lettre et qu'un mauvais recollage a placé la téte des i ainsi coupée à côté du point, ce qui donne aux » l'apparence d'êtro doublement pointé» (ainsi dans les mots intérêt, relative, disposition). On ferait des observations analogues sur les o atrophies, les m

«•«tttfalia, «Mm «ta.» qui 4» remarquent dans la mauvais fao»sl*M* «* ••<*•. mi

TU» MM» *» mmmmt

TA»T a ' e a u t e a »


— 14 — Celte i n t e r v e n t i o n d ' E s t e r h a z y est, à c o u p s û r , u n e des p l u s s a v a n t e s m a n œ u v r e s j u i v e s de l'affaire Dreyfus. C o m m e l'ont dit Henri V a u g e o i s et C h a r l e s M a u r r a s , « c'est en m e t t a n t en l u m i è r e le r ô l e d ' E s t e r h a z y q u ' o n é c l a i r e le fond du s u j e t ^ ) « . A u s s i les juifs ont-ils fait t o u s l e u r s efforts p o u r laisser ce rôle d a n s l ' o m b r e et o n t - i l s t o u j o u r s fui la d i s c u s s i o n s u r ce p o i n t . P o u r E s t e r h a z y , c o m m e p o u r D r e y f u s , ils o n t b a t a i l l é s u r des à-côtés, é v i t a n t d ' a b o r d e r le fond. C e p e n d a n t la p r e u v e de la fraude a été faite p a r M. B e r t i l l o n et e x p o s é e p a r lui a u conseil de g u e r r e de R e n n e s ; elle a élé c o n f i r m é e par les t r a v a u x d u c o m m a n d a n t Corps, reproduite dans une broc h u r e i n t i t u l é e : Le Bordereau, par un ancien élève de l'Ecole polytechnique, développée l o n g u e m e n t et m i n u t i e u s e m e n t d a n s u n e a u t r e b r o c h u r e : VImposture d'Esterhazy, par un ancien Normalien. A u c u n e r é p o n s e p u b l i q u e n ' a été faite à ces d i v e r s é c r i t s . Bien m i e u x , la C o u r d e C a s s a t i o n , q u i a e u c o n n a i s s a n c e des é t u d e s de M. B e r t i l l o n et de celles du c o m m a n d a n t C o r p s , q u i a reçu c o m m u n i c a t i o n des b r o c h u r e s citées plus h a u t , q u i , s u r le m ê m e sujet, a e n t e n d u M. H e n r i R o c h e f o r t et le colonel du P a t y de C l a m , a fait le silence le pas on réalité dans le bordereau original et qu'on retrouve par contre dans l'écriture d'Esterhazy. 11 résulto donc avec évidence des constatations des exports qui ont cru pouvoir attribuer le bordereau à Esterhazy : 1° Qu'Esterhazy n'a pas écrit le bordereau (puisque ses tics graphiques ne se retrouvent pas dans ce document); 2° Qu'Esterhazy est un imposteur, car il a cherché à faire croire qu'il l'avait écrit (puisqu'il a imité les tares de reproduction d'un mauvais fac-similé, en les prenant pour des tics graphiques). (1) Libre Parole du 18 octobre 1906.


— 15 — plus c o m p l e t s u r la q u e s t i o n . D a n s son a r r ê t , elle a bien i m p u t é à E s t e r h a z y l'acte de t r a h i s o n c o m m i s e n 1 8 9 i , m a i s a u c u n e a l l u s i o n , si v a g u e fûtelle, n'a été faite à l ' h y p o t h è s e d ' u n e i m p o s t u r e de la p a r t d ' E s t e r h a z y , n i d a n s le r a p p o r t d u conseiller M o r a s , ni d a n s le r é q u i s i t o i r e du p r o c u r e u r g é n é r a l , ni d a n s l ' a r r ê t . L a C o u r de Cassation q u i , p a r la b o u c h e de son r a p p o r t e u r et de son p r o c u r e u r , a v a i t d é c l a r é v o u l o i r faire la l u m i è r e s u r t o u s les p o i n t s , n'a m ê m e p a s s i g n a l é l'objection f o r m i d a b l e q u i était o p p o s é e à sa t h è s e de l ' i n n o c e n c e de Dreyfus. L e g é n é r a l M e r cier, de s o n c ô t é , a v a i t r é c l a m é u n e e x p e r t i s e décisive s u r la c o m p a r a i s o n du p a p i e r p e l u r e des l e t t r e s d ' E s t e r h a z y avec le p a p i e r p e l u r e d u bord e r e a u : n o n s e u l e m e n t la Cour a refusé de p r o c é der à cette e x p e r t i s e , m a i s elle n'a m ô m e p a s i n d i q u é les motifs de son refus. Elle n'a p a s v o u l u , de p a r t i p r i s , n i de n ' i m p o r t e q u e l l e m a n i è r e , e x a m i n e r la q u e s t i o n de s a v o i r s E s t e r h a z y é t a i t u n imposteur. E t c e p e n d a n t la C o u r a t e n t é de r é d u i r e à n é a n t t o u t e s les c h a r g e s r e l e v é e s c o n t r e Dreyfus, m a s q u a n t l ' i n a n i t é de ses a r g u m e n t s p a r l e u r n o m b r e , r e m p l i s s a n t d ' u n e t y p o g r a p h i e s e r r é e cinq c o l o n n e s d ' u n e affiche f o r m a t g r a n d - c o l o m b i e r qui a été a p p o s é e s u r tous les m u r s de F r a n c e . Il lui e û t été facile d'ajouter q u e l q u e s attendus p o u r « écarter du d é b a t les é t u d e s g r a p h o l o g i q u e s de Berlillon et a u t r e s » s ' a p p l i q u a n t à E s t e r h a z y , c o m m e elle avait é c a r t é celles se r a p p o r t a n t à Dreyfus. P o u r quoi n e l ' a - t - e l l e pas fait ? P o u r q u o i n ' a - t - c l l e pas déclaré « i n e x i s t a n t e » l ' i m p o s t u r e d ' E s t e r h a z y ? C'est q u e , docile s u r ce point c o m m e sur tous les a u t r e s a u x i n s t r u c t i o n s des J u i f s , elle a v o u l u


— 16 — q u e l ' e x i s t e n c e d e c e t t e t h è s e n e fût m ê m e p a s soupçonnée ! On c o m p r e n d r a dès lors q u e n o u s t e n i o n s à l'exposer avec q u e l q u e s d é t a i l s . N o u s n e r e v i e n d r o n s pas ici s u r la p r e u v e m a t é r i e l l e m i s e e n é v i d e n c e p a r les « é t u d e s g r a p h o l o g i q u e s de Bertillon et a u t r e s (1) »; n o u s n o u s b o r n e r o n s à m o n t r e r q u ' e l l e est confirmée de m a n i è r e é c l a t a n t e p a r l'exposé des r e l a t i o n s d ' E s t e r h a z y avec les Juifs et p a r celui de ses a g i s s e m e n t s a u c o u r s d e l'Affaire. '

I. —

RELATIONS D'ESTERHAZY

AVEC LES JUIFS

I l est t o u t n a t u r e l q u e les Juifs se s o i e n t a d r e s sés à E s t e r h a z y p o u r lui d e m a n d e r ou p o u r lui i m poser d ' ê t r e l e u r h o m m e de p a i l l e , c a r , de l o n g u e d a t e ils le c o n n a i s s a i e n t et ils se l ' é t a i e n t lié par des s e r v i c e s d ' a r g e n t . La p r e m i è r e fois q u e la p e r s o n n a l i t é d ' E s t e r h a z y est c o n n u e d u p u b l i c , c'est à l ' o c c a s i o n d ' u n e affaire j u i v e : l o r s du d u e l de M. D r u m o n t a v e c le c a p i t a i n e G r e m i e u - F o a , E s t e r h a z y s e r v i t d e t é m o i n a u c a p i t a i n e juif et, à cette o c c a s i o n déjà, il s e m b l e j o u e r u n r ô l e . L e d u e l e n t r e le d i r e c t e u r de la Libre Parole et le c a p i t a i n e G r e m i e u F o a i n t é r e s s a i t a u p l u s h a u t p o i n t la r a c e j u i v e . L ' o r g a n e a n t i s é m i t e v e n a i t d ' ê t r e fondé et a v a i t d é b u t é p a r u n e vive c a m p a g n e s u r « les officiers juifs d a n s l ' a r m é e ». Il i m p o r t a i t d o n c q u e le c h a m pion d'Israël fut a s s i s t é , n o n p a r des c o r e l i g i o n n a i r e s , m a i s . p a r des officiers de r a c e f r a n ç a i s e q u i , en se s o l i d a r i s a n t avec l'officier juif, s e m b l e r a i e n t (1) S e reporter à la déposition de M. Bertillon à Rennes (II, 369 à 373) et aux brochures mentionnées plus haut.


— 17 —

r é p u d i e r l ' a n t i s é m i t i s m e a u n o m de l ' a r m é e t o u t e n t i è r e C'est ce q u e dit R e i n a c h : « C r e m i e u F o a m e pria de l ' a s s i s t e r ; j e l u i fis o b s e r v e r q u ' o f ficier, il d e v a i t , surtout dans une telle affaire, s ' a d r e s s e r à d e s officiers (lj.» E s t e r h a z y s'offrit-il s p o n t a n é m e n t o u fut-il sollicité ? 11 a v a i t été autrefois l'officier d ' o r d o n n a n c e du g é n é r a l G r e n i e r , d o n t le fils a v a i t é p o u s é la s œ u r du c a p i t a i n e C r e m i e u - F o a . Il a u r a i t d o n c pu, à Ja r i g u e u r , a v o i r p r ê t é , en cette c i r c o n s t a n c e , s o n c o n c o u r s a u b e a u - f r è r e d e son a m i . Mais, s u r ce p o i n t m ô m e , ses v e r s i o n s s o n t contrad i c t o i r e s : d a n s u n e l e t t r e à M. E d m o n d de R o t h s c h i l d , il d i t qu'il ce alla s'offrir (2) », et à M. G r e n i e r , q u e la v e u v e du g é n é r a l G r e n i e r « d a n s u n e l e t t r e d é s o l é e , l u i a v a i t d e m a n d é c o m m e u n service i m m e n s e d'aider le c a p i t a i n e d e l ' a u t o r i t é de son n o m (3) ». Quelle q u e soit l a vér i l é , il e s t à r e m a r q u e r q u ' à cette d a t e déjà E s t e r h a z y était c o n n u p a r les Juifs c o m m e de m o r a lité s u s p e c t e : « J e dis à C r e m i e u - F o a », r a c o n t e Reinach, « qu'Esterhazy avait une réputation plutôt f â c h e u s e . — C'est la n a t u r e la p l u s g é n é r e u s e q u e j e c o n n a i s s e », a u r a i t r é p o n d u C r e m i e u F o a (4). R e i n a c h e s s a i e , e n p r ê t a n t cette r é p o n s e à

(1) Reinach, II, 53. (2) Le pa«sage vaut d'être cité : « Interroge la famille CremieuFoa, elle to dira qu'au moment de cette campagne ignoble e n treprise par la Libre Parole, alors qu'il y avait mérite, n'y étant nullement forcé, à braver ces gens-là, dans toute la force alors de leurs scandales récents, révolté, je n'ai pas hésité, quand l e capitaine Cremieu ne pouvait pas trouver un seul officier c h r é tien pour lui servir de témoin, à aller m'offrir à lui, en entraînant d'autres par ma seule présence... » La lettre est.de juillet 1894. (3) Reinach, II, 91. * (4) Reinach, II, 53 en note. •ESTERHAZ i


— 18 — C r e m i e u - F o a , d ' a t t é n u e r l'effet de sa r é v é l a t i o n : il lui était é v i d e m m e n t difficile de r a c o n t e r q u e son c o r e l i g i o n n a i r e a v a i t , e n c o n n a i s s a n c e de c a u s e , choisi u n t é m o i n t a r é . E n t o u t c a s , à p a r t i r de ce m o m e n t , E s t e r h a z y est en r e l a t i o n s s u i v i e s avec le s o u s - p r é f e t i s a a c (1), a v e c des p e r s o n n e s telles q u e « MM. Gabriel de Z o g h a ë b , de C o e l n . . . b i e n c o n n u s s u r la place de P a r i s (2) ». Il h a r c è l e les J u i f s d e d e m a n d e s d ' a r g e n t . Il est clair q u e n o u s n e p o u vons d o n n e r le d é t a i l de t o u t e s les s o m m e s q u ' i l a r e ç u e s , m a i s le t o t a l de celles q u e l'on c o n n a î t est assez r e s p e c t a b l e , et les c i r c o n s t a n c e s q u i o n t a c c o m p a g n é les v e r s e m e n t s s o n t en g é n é r a l assez caractéristiques. Reinach nous apprend qu'en m a r s 1893, Ernest Gremieu-Foa, frère du c a p i t a i n e , refusa à E s t e r h a z y u n nouveau prêt de 2.200 francs (3), é v i d e m m e n t p a r c e q u ' u n p r e m i e r n ' a v a i t pas été remboursé. E n j u i n 1894, E s t e r h a z y é c r i t à son a m i W e i l : il sollicite son a p p u i a u p r è s des J u i f s p o u r o b t e n i r u n s e c o u r s d ' a r g e n t . L a l e t t r e fut rerhise a u g r a n d r a b b i n « en v u e d ' a s s u r e r le succès des d é m a r c h e s à faire en f a v e u r du c o m m a n d a n t (4) ». Mais les p é r i p é t i e s de cette l e t t r e s o n t i n t é r e s s a n t e s . Elle a été versée a u d o s s i e r du conseil de g u e r r e qui a c q u i t t a E s t e r h a z y , et M a t h i e u D r e y f u s , d a n s sa d é p o s i t i o n , en d o n n a la d a t e , faisant r e m a r q u e r q u ' E s t e r h a z y s'y d i s a i t à b o u t de forces m o r a l e s et acculé au c r i m e , q u e l q u e s j o u r s a v a n t l'envoi du

(1) (2) (3) (4)

Reinach, Cass., I, Reinach, Cass., I,

II, 62 et 63. 130. II, 91, en note. 310, lettre du grand rabbin.


— 19 — b o r d e r e a u , p o u r lequel a v a i t été c o n d a m n é son frère Alfred. M a t h i e u a j o u t a i t q u e « cette lettre était destinée à circuler de main en main et valut à son auteur des souscriptions qui varièrent depuis 20 francs jusqu'à 100 francs et plus (1) ». L a g é n é r o s i t é de ces e x c e l l e n t s J u i f s , q u i o u vrent entre eux u n e souscription en faveur d'un i n c o n n u , est v r a i m e n t a d m i r a b l e . Mais ce n'est p a s en 1894 q u V e s ' e x e r ç a , c o m m e le dit M a t h i e u Dreyfus ': 'est d e u x a n s p l u s t a r d , en 1896, et d a n s des c i r c o n s t a n c e s p a r t i c u l i è r e m e n t significatives. E n 1894, en effet, le g r a n d r a b b i n se m i t s e u l e n c a m p a g n e : « j e suis e n m e s u r e d'affirmer », a dit W e i l , « q u e le g r a n d r a b b i n o b t i n t dès ce m o m e n t (été 1894) u n s e c o u r s assez c o n s i d é r a b l e p o u r lui (2) ». E s t e r h a z y t o u c h a en effet, le S j u i l let, 2.000 francs d e la b a n q u e R o t h s c h i l d , s u r le c o m p t e Pauvres et de la p a r t du b a r o n E d m o n d , à q u i il s'était a d r e s s é (3). Mais à l'automne de 1896, le 8 novembre (4), E s t e r h a z y e u t de n o u v e a u r e c o u r s à W e i l , et le g r a n d r a b b i n , d o n t la c h a r i t é est v r a i m e n t i n l a s s a b l e , r e c o m m e n ç a des d é m a r c h e s , en utilisant cette fois encore la lettre écrite à Weil en 1894, c o m m e il l'a déclaré l u i - m ê m e (5). « J ' e n (1) La Révision du pi-ocès Dreyfus, par Y V E S G U Y O T , 1 4 3 . (2) Cassi, I, 307. (3) Reinach, II, 95 en note. (4) Reinach, II, 434. (5) Cass., II, 310. « Cotte lettre qui vous fut adressée dans le courant de l'été 1894, vous a été écrite à mon intention et vous a été remise en vue d'assurer le succès des démarches que vous me demandiez de faire en faveur du commandant; cette lettre est restée entre mes mains et m'a encore servi en 1896 pour des démarches analogues. » (Lettre du grand rabbin à Weil.)


— 20 — t r e p r i s », dit W e i l d ' a u t r e p a r t , « une série de démarches, l e s u n e s p e r s o n n e l l e s , les a u t r e s d o n t v o u l u t b i e n s e c h a r g e r le g r a n d r a b b i n , et c'est ainsi q u e M. E s t e r h a z y t o u c b a u n e p a r t i e des s o m m e s qui l u i é t a i e n t destinées chez M. B e r n a r d à q u i j e les a v a i s v e r s é e s , u n e a u t r e p a r t i e d i r e c t e m e n t des m a i n s du g r a n d r a b b i n , et la d e r n i è r e p a r t i e d a n s les b u r e a u x m ô m e s d e M. de R o t h s c h i l d . L ' e n s e m b l e des s o m m e s a i n s i v e r s é e s s'élève a u m o i n s à 10.000 francs (1). » D o n c , p u i q u ' e n j u i n 1894, le « s e c o u r s » a c c o r d é h E s t e r h a z y s o r t a i t e n e n t i e r des caisses de la b a n q u e R o t h s c h i l d , il r é s u l t e b i e n des t e r m e s de la d é p o s i t i o n d e W e i l q u e la « s o u s c r i p t i o n » d o n t p a r l e M a t h i e u Dreyfus n e fut o u v e r t e q u ' e n 1896. Or la d e m a n d e d ' E s t e r h a z y à W e i l , c e t t e a n n é e l à , est d u 8 novembre, d e u x j o u r s a v a n t la p u b l i c a t i o n d u fac-similé d u b o r d e r e a u p a r le Matin. L e s d é m a r c h e s q u e W e i l e n t r e p r i t à la s u i t e de c e t t e d e m a n d e , c o ï n c i d è r e n t d o n c avec c e t t e p u blication, ou la s u i v i r e n t d e t r è s p r è s . E t t o u s ces J u i f s , a u x q u e l s s ' a d r e s s e W e i l , sepassentde main en main u n e l e t t r e d o n t l ' é c r i t u r e r e s s e m b l e si terriblement à l'écriture du bordereau qui vient de l e u r ê t r e r é v é l é e , s a n s q u ' a u c u n d ' e u x , p a s m ô m e M a t h i e u q u i , d ' a p r è s sa d é p o s i t i o n , s e m b l e avoir d o n n é s o n obole, n e soit frappé p a r c e t t e ressemblance... ! ! ! Rien mieux, raconte Reinach, une autre lettre d'Esterhazy, adressée à u n avoué, juif n a t u r e l l e m e n t , G u s t a v e G a h e n , chez q u i é t a i t e m p l o y é le lils du g r a n d r a b b i n , t o m b e sous les y e u x de ce j e u n e h o m m e , q u i r e m a r q u e la r e s s e m b l a n c e d ' é c r i t u r e avec celle d u b o r d e r e a u . Il

(i) Cass., I, 301.


— 21 — fait p u ï t d e sa d é c o u v e r t e à son p è r e , q u i s ' é c r i e : « M a l h e u r e u x ! I l n ' y a pas d'officier p l u s d i g n e de s y m p a t h i e et d ' e s t i m e q u e le c o m m a n d a n t E s t e r h a z y (1) ! » Quelle t o u c h a n t e c a n d e u r ! A p r è s ce t r a i t si délicat, q u i p o u r r a i t e n c o r e croire q u e les Juifs a v a i e n t des a r r i è r e - p e n s é e s au sujet d ' E s t e r h a z y et se r é s e r v a i e n t de fixer l ' h e u r e où ils d e v a i e n t le m e t t r e en s c è n e ? D e u x m o i s a p r è s , E s t e r h a z y t o u c h e de n o u v e a u 2.000 francs de la b a n q u e R o t h s c h i l d s u r le c o m p t e Pauvres (2). « T o u t e s ces s o m m e s f u r e n t v e r s é e s n o n à t i t r e de p r ê t s , m a i s de d o n s (3). » Mais enfin, l o r s q u e E s t e r h a z y fut « d é m a s q u é » p a r les J u i f s , leur c h a r i t é , p e n s e r a - t - o n , cessa s a n s d o u t e de s'exercer à son é g a r d ? N u l l e m e n t : en 1898, à L o n d r e s , E s t e r h a z y reçoit 12.500 francs d ' u n e j u i v e , Mrs Beer, d i r e c t r i c e du j o u r n a l , Y Observer (4) ; e n 1900, il reçoit 3.000 francs du j o u r n a l j u i f l Indépendance belge, p u i s 5.000 francs d ' u n e a g e n c e d ' i n f o r m a t i o n j u i v e , l'Agence nationale (5). N o u s a r r i v o n s d o n c à un total de 3 i . 5 0 0 francs q u e l'on sait avoir été v e r s é s à E s t e r h a z y par les Juifs d a n s l'espace de s e p t a n s (6). On i g n o r e ce q u ' i l a r e ç u p o u r l'« a v e u » fait au.Malin qu'il (1) Reinach, II, 436. (2) Cass., III, 260. (3) Cass., I, 308. (4) Cass.,l, 604, Esterhazy, (.i) Reinach, II, 28. (6) Comme autres bénéfices tirés par Esterhazy lie l!alfaire Dreyfus, il faut citer, entro autres, la publication des Dessous de l'a/faire Dreyfus. L'éditeur lui aurait remis 5 000 irancs et promis 1.000 francs par mois (Cass., II, 183, déposition d'Esterhazy à son conseil d'enquête). D'autre part, le Temps du 28 septembre 1898 a publié une iater-


— 22 — é t a i t l ' a u t e u r du b o r d e r e a u , « a v e u » q u i i u t p u blié le m a l i n du j o u r où la C o u r de c a s s a t i o n c a s sait le j u g e m e n t de 1894. M. S e r g e Basset, q u i recueillit cette confidence d ' E s t e r h a z y , a b i e n dit q u ' e l l e a v a i t été g r a t u i t e ; m a i s il a ajouté q u e « des s o m m e s é n o r m e s , s'élevant à près d ' u n m i l l i o n », a v a i e n t été offertes à E s t e r h a z y p a r des j o u r n a u x é t r a n g e r s p o u r o b t e n i r d e lui cette d é c l a r a t i o n . « Il y a e u r é e l l e m e n t près de cet h o m m e des i n s t a n c e s , des p r o p o s i t i o n s / t r è s p r e s s a n t e s (1). » Esterhazy aurait donc tenu à s'adresser à un j o u r n a l français i p a r p a t r i o t i s m e , s a n s d o u t e , a u t a n t q u e p a r d é s i n t é r e s s e m e n t ? Il est p e r m i s d e r e s t e r s c e p t i q u e , p u i s q u ' i l se faisait p a y e r 150 francs p a r le Temps u n e s i m p l e i n t e r v i e w c o n f i r m a l i v e de la « s e n s a t i o n n e l l e » et si o p p o r t u n e d é c l a r a t i o n faite au Matin (2).

II.

L E S AGISSEMENTS d ' E S T E R H A Z Y

E n o u t r e , les a g i s s e m e n t s d ' E s t e r h a z y s o n t b i e n c e u x d ' u n h o m m e à la solde des J u i f s . 11 s'est d ' a b o r d livré à u n travail c o n s i d é r a b l e , r e f a i s a n t a p r è s c o u p d ' a n c i e n n e s l e t t r e s , d a n s le g r a p h i s m e d e s q u e l l e s il i n t r o d u i s a i t l e s formes

V i e w do M. Fayard, l'éditeur do cette publication, par un rédacteur de l'Agence Nationale. M. Fayard y déclarait qu'une somme de 100.000 francs devait ê t r e versée par lui à Esterhazy dès la i récoption de la copie du premier fascicule de l'ouvrage. A cette somme devait s'ajouter une quote-part sur le produit do la vente de l'ouvrage, soit, suivant M. Fayard, encore 100.000 francs. (1) Rennes, III, 387. (2) Rennes, III, 410, déposition de M. Deffès, rédacteur an Temps.


23

c a r a c t é r i s t i q u e s d ' é c r i t u r e et de l a n g a g e du b o r d e r e a u ; p u i s d i s t r i b u a n t ces l e t t r e s de d r o i t e et de g a u c h e , r é u s s i s s a n t m ê m e à les m e t t r e d a n s les m a i n s de g e n s fort h o n o r a b l e s d o n t il s u r p r e n a i t la b o n n e foi. Mais de p l u s , il a eu u n e a c t i o n d i r e c t e q u ' i l i m p o r t e de m e t t r e en é v i d e n c e . Il est b o n toutefois d e r e m a r q u e r d ' a b o r d — et c e p o i n t a son i m p o r t a n c e — q u ' E s t e r h a z y s'est presque toujours ménagé u n e porte de sortie. Il est r a r e , p a r e x e m p l e , q u e ses l e t t r e s refaites n e p o r t e n t p a s u n e tare q u i p e r m e t t e a u b e s o i n de les a r g u e r de faux (1). S'il se r e n d à l ' a m b a s s a d e d ' A l l e m a g n e , il t r o u v e r a u n p r é t e x t e p l a u s i b l e p o u r justifier sa v i s i t e . S'il d é c l a r e q u ' i l a é c r i t le b o r d e r e a u , il a j o u t e r a q u e c'est p a r o r d r e d u colonel S a n d h e r r , e t c . On conçoit c o m b i e n il est parfois difficile d e d é m ê l e r l a v é r i t é a u m i l i e u d e t a n t de c o n t r a d i c t i o n s ; n é a n m o i n s , le b u t p o u r s u i v i n ' e s t pas d o u t e u x , c o m m e on v a le voir. On sait q u e P i c q u a r t é t a i t c h a r g é d e d é t e r m i n e r le m i n i s t r e de la G u e r r e à p r o c l a m e r de l u i - m ê m e l ' i n n o c e n c e de Dreyfus et la c u l p a b i l i t é d ' E s t e r h a z y . Il s o u m i t à ses chefs t r o i s séries d e prétendues preuves : l'écriture d'Esterhazy soid i s a n t i d e n t i q u e à celle d u b o r d e r e a u ; le petit bleu, d e s t i n é à é t a b l i r les r e l a t i o n s d ' E s t e r h a z y avec S c h w a r z k o p p e n ; enfin le d o s s i e r secret

(1) Citons par exemple la lettre dite « du Uhlan » : l'enveloppe n'est pas contemporaine de la lettre (Cass., II, 171); — la lettre au tailleur Rieu, du 17 avril 1892, sur papier pelure : elle porte un fragment de papier gommé permettant de croire qu'elle a été calquée (Dreyfus confondu, par Scio, p. 34) ; la lettre à l'huissier Callé, du 17 août 1894, sur laquelle la Cour s'est appuyée en 1899 : elle contient dans son texte une affirmation mensongère (Le Bordereau, par un ancien élève de l'Ecole polytechnique, p. 18) ; — etc., etc.


— 24 — Dreyfus d o n t les d i v e r s e s pièces s ' a p p l i q u a i e n t , s u i v a n t l u i , à E s t e r h a z y et n o n à D r e y f u s . Toutefois, il m a n q u a i t à P i c q u a r t u n a r g u m e n t : la possibilité p o u r E s t e r h a z y d'avoir c o n n u les d o c u m e n t s s e c r e t s é m a n a n t de l'Etat-Major et é n u m é r é s a u b o r d e r e a u . Cette l a c u n e , E s t e r h a z y se c h a r g e a de la c o m b l e r e n faisant m i l l e d é m a r c h e s p o u r se faire c l a s s e r au m i n i s t è r e et e m p l o y e r a u b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s . "Weil « r e m u a i t ciel et t e r r e » e n sa f a v e u r ; « le m a r q u i s de Maison, M. J u l e s R o c h e , le c o m t e d e M o n t e b e l l o , le b a r o n de L a r e i n t y , le g é n é r a l G i o v a n i n e l l i , le g é n é r a l S a u s s i e r », s ' e m p l o y a i e n t p o u r lui (1). E s t - i l a d m i s s i b l e , en t o u t é t a t d e c a u s e , q u ' E s t e r h a z y a i t a i n s i essayé de forcer les p o r t e s d u m i n i s t è r e et d u b u r e a u m ê m e où le b o r d e r e a u a v a i t été a p p o r t é ? S'il est l ' a u t e u r du b o r d e r e a u , il s a i t , par l'article d e VEclair d u 14 s e p t e m b r e 1 8 9 6 , s u r l e q u e l n o u s r e v i e n d r o n s , q u e « c'est son œ u v r e q u i a s e r v i à faire c o n d a m n e r Dreyfus ». I l d e v a i t d o n c ê t r e « a b s o l u m e n t s u r ses g a r d e s (2) ». S'il n ' e s t p a s l ' a u t e u r du b o r d e r e a u , o n p e u t , à la r i g u e u r , d i r e q u e , j u s q u ' a u 10 n o v e m b r e 1896, le fac-similé n ' e n a y a n t p a s e n c o r e été p u b l i é , il i g n o r a i t la s i m i l i t u d e de s o n é c r i t u r e a v e c celle de ce d o c u m e n t . Mais a p r è s le 10 n o v e m b r e 1896, d a t e de la p u b l i c a t i o n p a r le Matin, le d o u t e n ' e s t p l u s p e r m i s . E s t e r h a z y a d é c l a r é q u ' i l y a v a i t e n t r e son é c r i t u r e et celle du facs i m i l é u n e « s i m i l i t u d e é p o u v a n t a b l e (3) », et c e p e n d a n t il persiste.à v o u l o i r u n poste a u m i n i s (1) Rennes, 1, 178, général Billot. (2) Rennes, I, 444, Picquart. (3) Echo de Paris du 19 novembre 1897.


— 25 — tère de la G u e r r e (1), c ' e s t - à - d i r e à v o u l o i r m e t t r e s o u s les y e u x de c e u x qui o n t vu le b o r d e r e a u o r i g i n a l u n e é c r i t u r e r é v é l a t r i c e ! B i e n m i e u x , il r e ç o i t , le 16 n o v e m b r e , u n e l e t t r e a n o n y m e le p r é v e n a n t q u ' à la t r i b u n e de la C h a m b r e le d é p u t é Caslelin le d é n o n c e r a c o m m e c o m p l i c e d e D r e y f u s , et il v e u t à t o u t e force a l l e r se j e t e r d a n s la g u e u l e du l o u p ! Ces d é m a r c h e s d ' E s t e r h a z y , p o s t é r i e u r e s à la p u b l i c a t i o n du Matin, p o u r r a i e n t être r e g a r d é e s c o m m e u n e p r e u v e d e s a b o n n e foi : fort de sa c o n s c i e n c e , il est prêt à affronter u n e a c c u s a t i o n a b s u r d e , q u ' i l r u i n e r a dès q u ' e l l e sera p o r t é e . Mais d e p u i s q u e M. B e r t i l l o n a p r o u v é q u e 1' « é p o u v a n t a b l e s i m i l i t u d e » d ' é c r i t u r e s était v o u l u e et c h e r c h é e d a n s les m o i n d r e s d é t a i l s (2), ces d é m a r c h e s d ' E s t e r h a z y n ' é c l a i r e n t q u e m i e u x la c o m é d i e q u ' i l a j o u é e . E n c h e r c h a n t à p é n é t r e r a u m i n i s t è r e , il v o u lait s i m p l e m e n t m i e u x e n t r e r d a n s son r ô l e , le b o r d e r e a u n e p o u v a n t é m a n e r q u e d ' u n officier d ' E t a t - M a j o r , o u d ' u n officier ayant accès dans les divers bureaux de l'État-Major. S'il e û t r é u s s i , c o m b i e n ses a s s e r t i o n s u l t é r i e u r e s a u sujet d e ses r e l a t i o n s a v e c le c o l o n e l S a n d h e r r e u s s e n t p r i s d e p o i d s ! A v e c q u e l l e v r a i s e m b l a n c e les a m i s d e Dreyfus a u r a i e n t pu affirmer q u e si, en 1896, E s t e r h a z y é t a i t classé a u m i n i s t è r e , c'est q u ' i l y a v a i t d e s a t t a c h e s d e p u i s l o n g t e m p s et q u e , p a r s u i t e , il a v a i t pu ê t r e , il a v a i t c e r t a i n e m e n t été a u c o u r a n t de b i e n des secrets $} l (lj Des lettres à M. Jules Roche sur ce sujet sont datées de 21 novembre, 11 et 15 décembre 1896 (Cass., I, 703 à 705). (2) Voir la note de la page 13. (3) N o u s avons résumé ici les pages 445 à 447 de Joseph Reinach, historien.


— 26 — On o b j e c t e r a p e u t - ê t r e q u ' a u m o m e n t où E s t e r h a z y faisait ces d é m a r c h e s , P i c q u a r t le d é n o n ç a i t c o m m e t r a î t r e et q u e les Juifs n ' o n t pu faire des m a n œ u v r e s aussi c o n t r a d i c t o i r e s . Mais les p u i s s a n t influences m i s e s e n j e u p a r "Veil a v a i e n t b i e n des c h a n c e s de faire échec momentanément à u n e d é n o n c i a t i o n assez f r a g i l e m e n t m o t i v é e . Si c e p e n d a n t P i c q u a r t r é u s s i s s a i t à c o n v a i n c r e le m i n i s t r e de la G u e r r e , il est b i e n é v i d e n t q u e les m a n œ u v r e s d ' E s t e r h a z y , les d é m a r c h e s d e ses p r o t e c t e u r s , se s e r a i e n t r e t o u r n é e s c o n t r e l u i - m ê m e , et le m i n i s t r e , e x a s p é r é p a r t a n t d ' i m p r u d e n c e et d ' i n s i s t a n c e (1), n ' a u r a i t p a s m a n q u é de p r é c i p i t e r le d é n o û m e n t . On sait a u s s i q u e M a t h i e u D r e y f u s a g i s s a i t de s o n côté d a n s la p r e s s e : R e i n a c h n o u s a a p p r i s q u e la fausse n o u v e l l e de l'évasion de Dreyfus é m a n a i t de M a t h i e u et devait, s e r v i r à r a p p e l e r l ' a t t e n t i o n s u r s o n frère (2). L'Eclair, d o n t on r é u s s i s s a i t à s u r p r e n d r e la b o n n e foi, p u b l i a i t u n article en a p p a r e n c e é c r a s a n t p o u r Dreyfus, m a i s c o n t e n a n t des a l l é g a t i o n s f a u s s e s et d e s t i n é , c o m m e l'a m o n t r é l'avocat g é n é r a l V a n Cassel a u procès Zola (3), à p r o v o q u e r la d e m a n d e e n r e vision de Mme Dreyfus et la p r e m i è r e b r o c h u r e de B e r n a r d L a z a r e . Le Matin r e p r o d u i s a i t le b o r d e r e a u en fac-similé, afin, disait-il, d ' é t a l e r a u g r a n d j o u r la p r e u v e d e la c u l p a b i l i t é de Dreyfus : en r é a l i t é , c o m m e l'a a v o u é M. Monod (4), c e t t e p u b l i c a t i o n était faite e n faveur d e Dreyfus p o u r p r o v o q u e r des e x p e r t i s e s en é c r i t u r e et la d e u x i è m e b r o c h u r e de B e r n a r d L a z a r e . (1) (2) (3) (i)

« J'étais exaspéré », a dit le général Billot. Reinach, II, 305. Procès Zola, II, 202. Joseph Reinach, historien, 536.


— 27 — Or, ce q u ' i l i m p o r t e de b i e n r e m a r q u e r , c'est q u e , p e n d a n t t o u t e cette p é r i o d e , P i c q u a r t , Mat h i e u Dreyfus et E s t e r h a z y a g i s s e n t p a r a l l è l e m e n t : à u n acte d e l'un c o r r e s p o n d e n t des a c t e s c o n c o r d a n t s des d e u x a u t r e s ; t o u t s ' e n c h a î n e et s ' e m b o î t e a v e c u n e précision e x t r a o r d i n a i r e . N o u s n e c o n n a i s s o n s é v i d e m m e n t pas la vérité t o u t e n t i è r e . E s t e r h a z y était-il a u c o u r a n t des m a n œ u v r e s de P i c q u a r t , ou b i e n n ' a g i s s a i t - i l qu'à l ' i n s t i g a t i o n des Juifs s a n s se d o u t e r q u e t o u t e s ses d é m a r c h e s é t a i e n t e n r e g i s t r é e s au b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s p a r P i c q u a r t , et serv a i e n t à é t a b l i r c o n t r e lui u n d o s s i e r ? L e s d e u x h y p o t h è s e s s o n t a d m i s s i b l e s . D a n s la d e r n i è r e , E s t e r h a z y , i g n o r a n t q u e les p o u r s u i t e s c o n t r e lui é m a n e r a i e n t d u m i n i s t è r e , n e se voyait e x p o s é q u ' à u n e d é n o n c i a t i o n de M a t h i e u Dreyfus, et p o u v a i t j o u e r son r ô l e s a n s g r a n d d a n g e r , se c r o y a n t s û r de s'en t i r e r u n d e r n i e r m o m e n t , g r â c e a u x p o r t e s de sortie q u ' i l s'était m é n a g é e s et d o n t n o u s a v o n s p a r l é p l u s h a u t , g r â c e aussi à l ' a p p u i de ses chefs et à celui d e l ' o p i n i o n p u b l i q u e qui n e lui a u r a i e n t pas m a n q u é , c o m m e o n l'a v u e n 1897. S i , a u c o n t r a i r e , il s a v a i t q u e le m i n i s t r e de la G u e r r e s e r a i t a m e n é à p r e n d r e l'initiative des p o u r s u i t e s , il se r é s e r v a i t de fuir à l ' é t r a n g e r a u m o m e n t p r o p i c e et a v a i t s a n s d o u t e fixé ses c o n d i t i o n s en c o n s é q u e n c e . U n e p h r a s e d e R e i n a c h s e m b l e d'ailleurs faire a l l u s i o n à celte é v e n t u a lité. P i c q u a r t a v a i t p r o p o s é au g é n é r a l de B o i s deffre de m a n d e r E s t e r h a z y a u m i n i s t è r e et de l ' i n t e r r o g e r s u r ses r e l a t i o n s avec S c h w a r z k o p p e n ^ ) . « Boisdeffre et Gonse », dit R e i n a c h , « r e -

(1) Intt.

Fabre,

259.


— 28 — p o u s s è r e n t les p r o p o s i t i o n s de R e i n a c h . M a n d e r E s t e r h a z y a u m i n i s t è r e ? Il eût pris la fuite, c o n fessant a i n s i s o n c r i m e (1). » Pourquoi, sur une simple convocation, Est e r h a z y , si h a r d i , si d é l i é , eût-il pris la fuite? Et d ' a i l l e u r s , à cette d a t e il d e m a n d a i t i n s t a m m e n t à ê t r e classé a u m i n i s t è r e ; u n e c o n v o c a t i o n lui e û t d o n c s e m b l é assez n a t u r e l l e m e n t s ' a p p l i q u e r a u x d é m a r c h e s qu'il faisait. F a u t - i l v o i r d a n s la p h r a s e d e R e i n a c h s i m p l e m e n t u n e des n a ï v e t é s d o n t f o u r m i l l e n t ses « r a i s o n n e m e n t s », ou bien l ' a v e u m a l a d r o i t d u p l a n de c a m p a g n e p r é p a r é ? La v é r i t é n ' é t a n t p a s c o n n u e , n o u s n e p o u v o n s faire u n c h o i x d a n s les h y p o t h è s e s q u i se p r é s e n t e n t . N o u s n o u s en t i e n d r o n s a u x faits, assez é l o quents d'ailleurs par e u x - m ê m e s , à leur ordre c h r o n o l o g i q u e , à la c o n c o r d a n c e e n t r e les a g i s s e m e n t s de M a t h i e u D r e y f u s , d e P i c q u a r t et d ' E s t e r h a z y , telle q u ' e l l e r e s s o r t du t a b l e a u c i - a p r è s : (i) Reinach, II, 367. Et ailleurs (559) : « Déjà, plus d'une foi», il a menacé de se mettre par la fuite à l'abri, » — Menacé le commandant Henry, dit Reinach.


— 29 — Dates

1895 Janvier Démarches de Maet février, thieu auprès d'hommes politiques et de journalistes. Il s'abouche avec Bernard Lazare (moins de 2 mois ap. la dégradation). [Vote de la loi sur 9 juin la revision des procès criminels.] 1" juillet, 2 juillet..

Automne

1896 F i n fév r i e r ou t o u t premiersjours de mars...

PICQUART

MATHIEU DREYFUS

Picquart entre au service des renseignements. Une pièce à la charge de Dreyfus ( p i è c e d i t e du C. C. C.) est tranmise à Picquart par le ministère des Affaires étrangères et disparaît. Picquart i n t r o duit Leblois au ministère.

Arrivée du bleu

Avril.

ESTERHAZY

petit

(télégramme

soi-disant adressé par Schwarzkoppen à Esterhazy). Picquart fait surveiller Esterhazy. Esterhazy se rend ouvertement à l'ambassade d'Allemagne! E s t e r h a z y demande à être classé au ministère.

Mai..,

Fin juillet S août...

25 août.

P i c q u a r t rend compte au général de Boisdeffre de ses soupçons sur Esterhazy. Esterhazy é c r i t aux officiers du cabinet du ministre pour solliciter leur appui.


— 30 — Dates

MATHIEU DREYFUS

1896 27 août.

PICQUART

Picquart se fait remettre les lettres écrites aux officiers du cabinet du ministre et les compare au bordereau. D é m a r c h e s de Weil pour faire entrer Esterhazy au ministère.

28 août..

Rapport officiel de Picq. accusant Esterhazy d'être l'auteur de la trahison commise en 1894. Mathieu décide de Ce même jour où 3 sept... publier le mémoire de le Daily Chionicle Bernard Lazare, mais annonce l'évasion auparavant il fait an- de Dreyfus, Picnoncer par le Daily quart insiste auChronicle l'évasion de près du gén. Gonse son frère, pour rap- sur l'innocence de peler l'attention sur Dreyfus et la culpalui. bilité d'Esterhazy. On saisit au minis5 sept... tère des Colonies une lettre écrite à l'encre sympathique et adressée à Dreyfus (faux Weyler). Cette lettre semble être une preuve de la trahison et des intelligences que le condamné a en Fiance. Elle sera, par la suite, présentée comme une machination contre Dreyfus. Picquartannonce 8 sept. A r t i c l e mibigaro en au général Gonse faveur de Dreyfus. qu'un fait grave s'est p r o d u i t (le faux W e y l e r ) et qu'un gros scandale va éclater.

1

e r

sept.

14 sept..

ESTERHAZY

Article de l'Eclair révélant la communication secrète faito aux juges eu 1894 et donnant un texte faux d'une des piècei c o m muniquées.

Picquart signale au gén. Gonse que le scandale qu'il annonçait lo 8 n'eut produit : il déclare

qu'il faut' agir tant retard, sous peine d'être débordé.


— 31 — Dates

MATHIEU DREYFUS

PICQUART

ESTERHAZY

1896 Picquart propose Reinach écrit au garde des Sceaux qu'il de tendre un piège interpellera à propos à Esterhazy. de l'article de VEelair. M Dreyfus adresse 16 s e p t . . . une pétition aux Chambres pour demander l'annulation du jugement qui a condamné son mari. Picquart continue fin s e p t . . son enquêta surEsterhazy. 4 octobre 15 s e p t . . .

m e

6nov...

Publication du premier mémoire de Bernard Lazare réfutant l'article de VEelair. Visites de Bernard Lazare aux journalistes. E s t e r h a z y demande de l'argent aux Juifs par l'intermédiaire de W e i l . Weil s'adresse au grand rabbin pour avoir de l'argent pour Esterhazy : les Juifs organisent une souscription entre eux en fax. d'Esterhazy. W e i l et Esterhazy, au reçu du billet anonyme, ne trouvent d'autre solution pour parer au danger que de faire remettre le billet au ministre de la Guerre.

8 nov..

10 nov.

Publication du facsimilé du bordereau par le Matin.

13 n o v .

Weil reçoit une lettre anonyme le prévenant que le député Castelin, qui va i n terpeller à propos de Dreyfus, citera W e i l et Esterhazy comme complices de Dreyfus. Picquart est envoyé en mission et quitte le ministère.

14 nov. 18 nov.

Esterhazy se fait encore recommander pour entrer au ministère.

Interpellation Castelin qui « tourne court », malgré la propagande de Reinach dans les couloirs de la Chambra.


— Dates

MATHIEU

32 —

PICQUART

DREYFUS

1896 21 n o v . .

ESTERHAZY

E s t e r h a z y , qui vient de faire remettre au ministre un billet anonyme l'accusant de trahison, renouvelle ses démarches pour être classé au ministère.

Le d é p a r t de P i c q u a r t d u m i n i s t è r e a r r ê t a l a c a m p a g n e e n f a v e u r de D r e y f u s : il fallait o r g a n i s e r le « c h a m b a r d e m e n t » , u t i l i s e r les é l é m e n t s r é u n i s p a r P i c q u a r t et t r o u v e r u n p o r t e p a r o l e s a u t o r i s é . Ce p o r t e - p a r o l e s fut, c o m m e o n s a i t , M. S c h e u r e r - K e s t n e r . I l y a e n c o r e u n p a r a l l é l i s m e b i e n é t r a n g e e n t r e l e s a c t e s de M. S c h e u r e r - K e s t n e r , c e u x de M a t h i e u et c e u x d ' E s t e r h a z y . Dates

MATHIEU

DREYFUS

SCHEURER-KESTNER

1897 Fin juin.

ESTERHAZY

Esterhazy se fait mettre en congé en attendant sa non-activité pour infirmités temporaires. Il s'installe à la campagne. Scheurerannonce sa conviction de l'innocence de Dreyfus.

14 juillet.

18 octobre

Esterhazy rentre à Paris et s'installe

chez sa maîtresse. 19 octobre

annonçant qu'on va aubitituér Esterhazy à.Drayfus. I l octobre

Esterhazy dira plus tard avoir reçu, le 19 octobre, une lettre signée Espé-

Le ministre reçoit une lettre anonyme («ignée P. D. C ) , lui

rant», le mettant au courant du complot tram* contra lui. Bitarbaiy, eon* oheurar rentra ^ r t f l . t t «OBfira voqué à Moutiourll par d«i officier» de l'Ktat-Major qui voulaient le mettre en garda, IO rend à

t

l'ambassade d'Aile-


Dates

MATHIEU

DREYFUS

33

SCHEURER-KESTNER

1897 23 octobre

ESTERHAZY

magne avant d'aller au r e n d e z - v o u s , puis retourne à ladite a m b a s s a d e apr. le rendez-vous.

28 octobre

Scheurer se fait interviewer.

29 octobre

Il va voir le pré- Esterhazy écrit au sident de la Répu- président de la Réblique, publique.

30octobre

le ministre de la 2» lettre d'Esterhazy au président Guerre, de la République. 3° lettre d'Esterhazy au président de la République.

5 nov.

6 nov.

13 nov.

P u b l i c a t i o n du le président du Condeuxième mémoire de seil. Bernard Lazare. Article du Figaro sur « le dossier de Scheurer-Kestner ».

14 nov..

Scheurer demande à Mathieu, « à titre de service », de dénoncer Esterhazy.

15 nov.,

16 nov.

Mathieu d é n o n c e Esterhazy.

Esterhazy répond dans la Libre Parole à l'article du Figaro.


— 34 —

Nous arrêterons là ce tableau chronologique, nous bornant à rappeler brièvement les actes d'Esterhazy, lorsqu'il est sous le coup de la dénonciation de Mathieu Dreyfus. 11 s'attache d'abord à la rendre vraisemblable, parcourant les salles de rédaction pour proclamer que son écriture a une ressemblance effrayante avec celle du bordereau (1). Tandis que le Figaro menait contre lui une campagne acharnée, il collaborait régulièrement à ce journal (2), allait y lire en épreuves les articles où il était insulté, et les commentait (3). Il était d'ailleurs particulièrement renseigné sur ce qui se passait dans le camp de Dreyfus : c'est par Esterhazy qu'on a connu à l'Etat-Major les détails de la lettre « F accuse » de Zola (4). Toutes ces démarches prouvent sa connivence avec ses prétendus ennemis. Elles avaient pour but d'affoler l'opinion publique, de jeter le doute, d'ébranler l'autorité du jugement du Conseil de guerre qui avait repoussé la dénonciation de Mathieu Dreyfus, celle de l'arrêt de la Cour d'assises qui avait condamné Zola. Il restait à Esterhazy mieux à faire : il lui restait à tenter de déshonorer les officiers qui, convaincus de son innocence, étaient venus lui porter secours et l'assister dans une lutte qui paraissait devoir être terrible, il lui restait à faire croire que l'Etat-Major avait « partie liée » avec lui, suivant son expression. Il commença par l'affirmer en envoyant un (1) (2) (3) (4)

Echo de Paris du 1 7 novembre 1 8 9 7 . Eclair du 2 juillet 1 9 0 6 , article de M . Judet. lUinach, 111, 1 0 . Cats., II, 194, déposition du colonel du P a t ; de Clam.


— 35 — t é l é g r a m m e à son a v o c a t , a u m o m e n t o ù il était déféré à u n conseil d ' e n q u ê t e : Votre abandon me p e r d . . . Conseil a sursis à demain pour vous entendre confirmer mes affirmations sur rapports que vous savez et vous entendre confirmer déclaration à vous faites sur partie liée et devant être gagnée ou perdue ensemble... J'ai également promis p r o duction pièce confiée à Boisandré et à Ménard ou attestation formelle son existence et son contenu sur les hauts personnages ayant connaissance relations qu'elle certifie... Si refusez venir, envoyez... déposition attestant formellement partie liée et attestation formelle pièce attestant relations et qu'agissais sur indications précises. E t , p a r u n s i n g u l i e r h a s a r d , ce d o c u m e n t se t r o u v a i t q u e l q u e s s e m a i n e s p l u s t a r d d a n s la s e r v i e t t e d e l'avocat de Dreyfus d e v a n t la C o u r d e C a s s a t i o n , et é t a i t p r o d u i t avec de g r a n d s g e s t e s d ' i n d i g n a t i o n (1). C o m m e n t ce t é l é g r a m m e é t a i t - i l p a r v e n u e n t r e les m a i n s de M M o r n a r d ? E t E s t e r h a z y n e p o u vait-il a d r e s s e r u n e d é p ê c h e p r e s s a n t e à s o n a v o c a t , s a n s p r é c i s e r d e façon aussi m a n i f e s t e les p o i n t s s u r l e s q u e l s il sollicitait son c o n c o u r s ? S o n b u t a p p a r a î t c l a i r e m e n t : ce n ' é t a i t pas d e p r é v e n i r s o n a v o c a t , m a i s a v a n t t o u t de c o m p r o m e t t r e ses chefs. 0

L o r s q u e le j u g e B e r t u l u s p e r q u i s i t i o n n a chez E s t e r h a z y , il t r o u v a « d i s s i m u l é s » d a n s u n e p o tiche, bien cachée elle-même puisqu'elle était sur l a c h e m i n é e du s a l o n , des f r a g m e n t s d é b r o u i l l o n s de l e t t r e s . L e j u g e B e r t u l u s s ' a p p l i q u a à l e s r e c o n s t i t u e r et e u t la vive satisfaction d e lire des remerciements qu'adressait Esterhazy au général (1) Révision,

246.


36

d e Boisdeffre p o u r l ' a v o i r s a u v é a u m o m e n t de son p r o c è s , des c o n s e i l s q u ' E s t e r h a z y d o n n a i t a u g é n é r a l de P e l l i e u x p o u r le c h o i x des e x p e r t s e n v u e de l ' e x a m e n c o m p a r a t i f du b o r d e r e a u a v e c son é c r i t u r e , e t c . Ces b r o u i l l o n s si m i r a c u l e u s e m e n t conservés permettaient ainsi « d'établir » que j ' e n q u ê t e judiciaire dirigée contre Esterhazy, p u i s le p r o c è s en c o n s e i l de g u e r r e n ' a v a i e n t été que d'infâmes comédies. La « collusion » sautait a u x y e u x de t o u s . Il n ' e s t pas i n u t i l e de r a p p e l e r q u e ces b r o u i l l o n s o n t servi à é l a y e r la r e q u ê t e en revision p r é s e n t é e par le g a r d e des S c e a u x (1), le r a p p o r t d u c o n s e i l l e r B a r d (2) et le r é q u i s i t o i r e i n t r o d u c t i f du p r o c u r e u r M a n a u (3). On voit q u e t o u s les actes d ' E s t e r h a z y sont c a l c u l é s p o u r a s s u r e r finalement le succès de D r e y f u s . E s t e r h a z y laissait e n t e n d r e u n p e u p l u s t a r d qu'il a v a i t à sa d i s p o s i t i o n u n e p h o t o g r a p h i e du b o r d e r e a u a n n o t é ou d ' u n e l e t t r e de l ' e m p e r e u r d ' A l l e m a g n e r e l a t i v e à D r e y f u s , et il a u t h e n t i q u a i t ainsi les l é g e n d e s p r é s e n t e s et futures s u r les « faux de l ' E t a t - M a j o r (4) ». A p r è s la m o r t du c o l o n e l H e n r y , M. B r i s s o n , p r é s i d e n t du C o n s e i l , e n g a g e a i t la p r o c é d u r e d e r e v i s i o n . La C o m m i s s i o n c o n s u l t a t i v e ayant d o n n é , le 23 s e p t e m b r e 1 8 9 8 , u n avis défavorable à la r e v i s i o n , les j o u r n a u x a n n o n c è r e n t q u e les m i n i s t r e s a l l a i e n t se r é u n i r p o u r p r e n d r e u n e décision. I m m é d i a t e m e n t , le j o u r n a l a n g l a i s l'Observer p u b l i e u n e i n t e r v i e w d ' E s t e r h a z y , réfu(1) Revision, 8. (2) Revision, 81 et 82. (3) Revision, 176 et 177. (4) Cass., I., 228. « La garde impériale est en lieu sûr » (propos d'Esterhazy au juge Bertulus).


— 37 — gié à, L o n d r e s : E s t e r h a z y s'y p r o c l a m a i t l ' a u t e u r d u b o r d e r e a u , q u i a u r a i t été écrit p a r l u i s u r l'ordre d u colonel S a n d h e r r . Il a j o u t a i t s u r c e t t e fable t o u s les d é t a i l s q u ' i l a r e p r o d u i t s p a r la s u i t e . Cet a r t i c l e a v a i t p a r u le 25 s e p t e m b r e a u m a t i n , à L o n d r e s . L e 2 5 a u soir, le Temps e n donnait le r é s u m é , c o m m u n i q u é par l'agence H a v a s , et e n citait, in extenso, les passages les p l u s c a r a c t é r i s t i q u e s . Le l e n d e m a i n 2 6 , le Conseil de c a b i n e t (1), p a s s a n t o u t r e à l'avis de la C o m m i s s i o n c o n s u l t a t i v e , décidait la r e v i s i o n , q u i se t r o u v a i t a i n s i justifiée a u x y e u x d u p u b l i c p a r les « a v e u x » d ' E s t e r h a z y . A j o u t o n s q u e ce dernier,, c o n f o r m é m e n t à s a m é t h o d e h a b i t u e l l e , se faisait, u n e fois l'effet p r o d u i t , i n t e r v i e w e r p a r le Morning Leader, p o u r d é m e n t i r le r é c i t de l'Observer, a j o u t a n t q u e ce j o u r n a l n ' a v a i t e u d ' a u t r e b u t q u e d'influencer la C o m m i s s i o n * c o n s u l t a t i v e : a l l é g a t i o n q u i n e p o u v a i t qu'affaiblir s o n d é m e n t i , p u i s q u e l ' a r t i c l e d e YObserver était postérieur à la décision d e c e t t e c o m m i s s i o n . O n r e s t a i t e n s o m m e e n p r é s e n c e d'affirmations c o n t r a d i c t o i r e s et a m b i g u ë s et l ' u t i l i t é d e la r e v i s i o n a p p a r a i s sait p o u r d é m ê l e r la v é r i t é d a n s c e t i m b r o g l i o . Grâce à son démenti, d'ailleurs, Esterhazy gardait le bénéfice d e p o u v o i r faire s e r v i r ses « a v e u x » u n e s e c o n d e fois, et o n v e r r a p l u s loin q u ' i l n ' y manqua pas. Il fait e n s u i t e p a r a î t r e d a n s les j o u r n a u x d e s articles o u d e s i n t e r v i e w s d a n s l e s q u e l s il p r o t e s t e q u ' i l a é t é l ' h o m m e de l ' E t a t - M a j o r , q u ' i l a t o u j o u r s a g i p a r o r d r e : m a i s ' p e u t - ê t r e le (1) Le Président de la République Félix Faure était à Rambouillet. Il ne rentra à Paris que le 26, à 2 heures de l'aprèsmidi : les ministres s'étaient réuni» «t avaient décidé la révision

dane la matinée.


— 38 — p u b l i c français n ' e s t - i l p a s t e n u s u f f i s a m m e n t a u c o u r a n t ? Il p u b l i e d o n c en F r a n c e les Dessous de l'affaire Dreyfus, e n d é c e m b r e 1898, a u m o m e n t où l ' e n q u ê t e de la C h a m b r e c r i m i n e l l e b a t t a i t son p l e i n . 11 y p r o c l a m e h a u t e m e n t ses relations avec Schwarzkoppen, prétendant qu'il a été e m p l o y é p a r le colonel S a n d h e r r p o u r « canaliser » l'attaché militaire allemand. Ainsi les a m i s d e D r e y f u s et de P i c q u a r t a u r o n t b e a u j e u p o u r affirmer l ' a u t h e n t i c i t é du petit bleu. E s t e r h a z y r a c o n t e q u e le b o r d e r e a u n ' e s t pas v e n u d é c h i r é a u b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s , qu'il n ' e s t p a s a r r i v é a u c o m m a n d a n t H e n r y p a r le c o r n e t , m a i s q u ' i l lui a été r e m i s i n t a c t p a r u n a g e n t . S a n s s e p r é t e n d r e e n c o r e l ' a u t e u r d u b o r d e r e a u , il d o n n e c e p e n d a n t s u r la p i è c e des d é t a i l s d ' u n e t e l l e p r é c i s i o n a p p a r e n t e , qu'il s e m b l e b i e n , a u x y e u x d e t o u s , n ' ê t r e pas r e s t é é t r a n g e r à sa f a b r i - , c a t i o n : e n t o u t c a s il f o u r n i t à R e i n a c h , a v e c s o n h i s t o i r e de b o r d e r e a u i n t a c t , le f o n d e m e n t de sa t h è s e s u r la c o m p l i c i t é d ' H e n r y . Enfin, il c o m p a r a î t d e v a n t la C h a m b r e c r i m i n e l l e et r a c o n t e a v e c c o m p l a i s a n c e et force d é t a i l s ses r e l a t i o n s avec le colonel d u P a t y de Clam et le colonel H e n r y , affirmant q u e ces d e r n i e r s n ' o n t obéi q u ' à l e u r s chefs et, s o u s c o u l e u r de c o u v r i r c e u x q u i é t a i e n t v e n u s à son s e c o u r s d a n s u n e h e u r e s e m b l a n t c r i t i q u e , il c o m p r o m e t l ' E t a t - M a j o r t o u t e n t i e r , et r e p r é s e n t e les g r a n d s chefs c o m m e p o u s s é s p a r l'idée de m a i n t e n i r à t o u t prix Dreyfus a u b a g n e , p o u r m a s q u e r l e u r c r i m e de 1894. Afin q u e n u l n ' e n i g n o r e , il p u b l i e sa d é p o s i t i o n d a n s les Dessous de l'affaire Dreyfus (1). (1) Il faut noter qu'Esterhazy avait déclaré, au Conseil d'enquête qui amena sa mise en réforme (août 1898), que « cette


— 39 — C e p e n d a n t l a C h a m b r e c r i m i n e l l e a clos son e n q u ê t e , le c o n s e i l l e r B a l l o t - B e a u p r é a l u son r a p p o r t et a t t r i b u e le b o r d e r e a u à E s t e r h a z y . Ce dernier, immédiatement, rédige une déclaration d a n s l a q u e l l e il se p r o c l a m e d é f i n i t i v e m e n t l ' a u t e u r d u b o r d e r e a u , et cette d é c l a r a t i o n p a r a î t le m a t i n m ê m e d u j o u r o ù l ' a r r ê t est r e n d u , p o u r b i e n a u t h e n t i q u e r c e l u i - c i . A la v é r i t é , il affirme a v o i r é c r i t le b o r d e r e a u p a r o r d r e , m a i s son explication e m b r o u i l l é e et a b s u r d e n e s e r t q u ' à m i e u x faire c r o i r e à sa c u l p a b i l i t é . P e n d a n t le p r o c è s de B e n n e s , il a c c a b l e le g é n é r a l R o g e t , le c o m m i s s a i r e d u g o u v e r n e m e n t , le p r é s i d e n t du Conseil de g u e r r e , de l e t t r e s i n j u r i e u s e s p o u r ses a n c i e n s chefs et p o u r l ' a r m é e (1). A la veille d e la c l ô t u r e des d é b a t s , il t e n t e d e r u i n e r l'effet de l a d é p o s i t i o n d u g é n é r a l Mercier, e n p r é t e n d a n t q u e la c u l p a b i l i t é de Dreyfus r e s s o r t , n o n d e ce q u ' a dit l ' a n c i e n m i n i s t r e , m a i s d e ce q u ' i l n ' a p a s dit (2). P u i s , il se livre à u n e a u t r e m a n œ u v r e . On sait q u e M. B e r t i l l o n a v a i t d é m o n t r é la confection artificielle d u b o r d e r e a u et p r o u v é , e n r é c r i v a n t le d o c u m e n t s o u s les y e u x des j u g e s , q u ' i l a v a i t r e t r o u v é la loi g é o m é t r i q u e d e cette confection artificielle. U n j o u r n a l a n g l a i s , le Black and White, p r e n d u n e i n t e r v i e w à E s t e r h a z y et le p h o t o g r a p h i e r é c r i v a n t le b o r d e r e a u . I n t e r v i e w , p h o t o g r a p h i e , r e p r o d u c t i o n du d o c u m e n t p a r a i s s e n t d a n s le j o u r n a l ; en m ê m e t e m p s , u n d e s r é d a c t e u r s v i e n t a p p o r t e r à R e n n e s le publication ne lui paraissait pas être une mauvaise action ; que du reste, il se proposait d'y défendre l'armée » (Cass., II, 183). (1) Hennés, III, 391, 394. (2) Lettre au colonel Jouaust, publiée à la suite de la Déposition d'Esterhazy devant le Consul de France à Londres, édition du Siècle, 104.


— 40 — t r a v a i l d ' E s t e r h a z y et reçoit des r e m e r c i e m e n t s e n t h o u s i a s t e s des a m i s de D r e y f u s : « V o u s êtes u n a n g e », dit l'-un d ' e u x (1). On c r o y a i t a v o i r d é t r u i t l'effet de la décisive e x p é r i e n c e de M. B e r tillon, avoir m o n t r é , q u ' e n s o m m e , il n ' a v a i t u s é q u e d e m o y e n s m n é m o t e c h n i q u e s et n o n g é o métriques, puisque Esterhazy pouvait reproduire, à m a i n c o u r a n t e , le b o r d e r e a u q u ' o n p r é t e n d a i t ê t r e son œ u v r e . Mais, à l ' e x a m e n , il fallut déc h a n t e r . E s t e r h a z y était r e s t é fidèle à sa t a c t i q u e : lui q u i c o n n a î t si b i e n l ' é c r i t u r e du b o r d e r e a u j u s q u e d a n s ses m o i n d r e s d é t a i l s , c e t t e fois il s'est a t t a c h é à s ' é c a r t e r le p l u s possible de l ' o r i g i n a l , de telle s o r t e q u e , si les d é f e n s e u r s de Dreyfus o n t u n e d é c l a r a t i o n d ' E s t e r h a z y q u ' i l est l ' a u t e u r d u b o r d e r e a u , ils n e p e u v e n t p r o d u i r e à l'appui d e c e t t e d é c l a r a t i o n la p i è c e q u i y e s t j o i n t e et q u i p a r sa confection d é m e n t l a d i t e d é claration. L e p r o c è s d e R e n n e s se t e r m i n e . I m m é d i a t e m e n t E s t e r h a z y é c r i t u n e l e t t r e r e p r o d u i t e d a n s le m é m o i r e de M. Molinier (2), d é c l a r a n t q u e s'il s'est confiné d a n s le silence — o n a vu c o m m e n t — « cela n ' a été q u e p o u r n e p a s achever les g é n é r a u x . J e m e fais fort », ajoute-t-il, « d ' é t a b l i r , g r â c e à des faits a p p u y é s s u r les l e t t r e s d ' H . et d e d u P . , m o n r ô l e , l'infamie des généraux (souligné), l e u r s c r i m e s ». Q u a t r e m o i s a p r è s , il t e n t e (1) Black and White, du 9 septembre 1899, p. 318 et supplément; — Petit Bleu du 7 septembre 1899. Le. Petit Bleu du 8 donne une interview du rédacteur du Black and White, M. Gibbons, qui a apporté à Rennes et remis au greffe du consoil de guerre le bordereau écrit par Esterhazy : ce dernier aurait reçu 264 francs, pour son travail. « Ce n'est pas c h e r » , remarque lo journaliste. (2) planche IV, p. 20 de l'Examen critique do MM. Molinier et Painlevé : ouvrage non mis dans le commerce.


— 41 — ; e t e n i r sa p r o m e s s e et fait d e v a n t le Consul de F r a n c e à L o n d r e s u n e d é p o s i t i o n d a n s l a q u e l l e il s ' a t t a c h e à d é s h o n o r e r e n c o r e u n e fois l ' a n c i e n E l a t - M a j o r , m a i s s u r t o u t à r u i n e r l ' a u t o r i t é du j u g e m e n t du conseil de g u e r r e , e n r a c o n t a n t ses fables h a b i t u e l l e s , en p r é t e n d a n t q u e le g é n é r a l Mercier a g a r d é c e r t a i n s s e c r e t s , en p a r l a n t de l e t t r e s de l ' e m p e r e u r d ' A l l e m a g n e , etc. E t , c o m m e p a r h a s a r d , c e t t e d é p o s i t i o n c o ï n c i d e avec les t e n t a t i v e s q u e l'ait l ' a g e n t T o m p s , d ' a u t r e p a r t , p o u r c h e r c h e r u n fait n o u v e a u p e r m e t t a n t de d e m a n d e r la r e v i s i o n du j u g e m e n t de R e n n e s (1). E n 1906, m ô m e t a c t i q u e , m ê m e j e u : n o u s n ' y i n s i s t e r o n s p a s , la q u e s t i o n n o u s s e m b l a n t t r a n c h é e . E s t e r h a z y est b i e n l ' h o m m e d o n t a p a r l é le (1) Rappelons brièvement les agissements du commissaire spé cial Tomps, — Au commencement de 1900, il fait un voyage àMadrid en compagnie du chef de cabinet de M. Cavard, alors chof de la Sûreté générale (Aff. Dauiriche, 569), pour entrer en relations avec l'agent allemand Richard Cuers. Ce même Richard Cuers avait, en 1896, sollicité une entrevue à Bàle avec les officiers du service des renseignements, sous prétexte de passer au service de la France, en réalité pour affirmer à nos officiera l'innocence de Dreyfus. Aucun doute ne pouvait subsister sur le véritable caractère de ce personnage, après la déposition du commandant Lauth à Rennes [Rennes, I, 622). Il était en outre manifeste que le gouvernement allemand avait autorisé les d é marches de R. Cuers auprès des officiers français, puisque, ces démarches ayant reçu la plus large publicité pendant le procès de R e n n e s , non seulement l'agent n'avait pas été frappé, mais il avait eu de l'avancement (discours de M. Alph. Humbert à la Chambre des Députés, séance du 28 mai 1900). On voit donc ce qu'il f^ut pensor de la sincérité de Tomps lorsqu'il disait qu'il allait à Madrid « pour faire auprès de Cuers la tentative qu'on avait déjà faite maintes fois » (Aff". Dauiriche, 567), à savoir de le faire passer à notre service. Richard Cuers ayant manqué au rendez-vous de Madrid, Tomps se tourna d'un autre côté : il s'aboucha avec un trio d'espions : W e s s e l , Przyborowski, Mathilde Baumler, pour essayer d'obtenir d'eux la preuve que le témoignage de Czernuski à Rennes aurait été payé par l'Etat-Major. Le canitaine F^*«ch,


— 42 — g é n é r a l de Boisdeffre, à R e n n e s , q u a n d il a dit q u ' i l était i n o u ï et a b o m i n a b l e de v o u l o i r s u b s t i t u e r à Dreyfus u n homme de paille, si t a r é q u ' i l fût (1). R a p p e l o n s a u s s i les p a r o l e s de M. B e r t i l l o n : « E s t e r h a z y est u n homme de paille, c'est u n m i s é r a b l e et j e l'ai dit dès le c o m m e n c e m e n t (2) » ; et r e n d o n s h o m m a g e à son « i n g é n i o s i t é c o n f i n a n t par c e r t a i n s c ô t é s a u g é n i e (3) », en r e p r o d u i s a n t la l e t t r e q u e , dès le 18 novembre 1897, il a d r e s s a i t a u g é n é r a l de Boisdeffre: « Mon g é n é r a l , « Je crois d e m o n devoir de F r a n ç a i s de vous affirmer que les allégations d u c o m m a n d a n t E s t e r h a z y , s u r le rôle r o c a m b o l e s q u e qu'il s'attribue d a n s la confection de la lettre missive incriminée (le b o r d e r e a u ) , allégations q u e j e p e u x apprécier m i e u x que t o u t a u t r e , me confirment de plus en plus d a n s l'idée qu'il est Y homme de paUle choisi p a r la famille p o u r a t t i r e r l'affaire s u r le p l u s m a u vais t e r r a i n . . . (4) » du service des renseignements, obtint du commissaire spécial de Nice livraison des papiers de W e s s e l (Aff. Dautriche, 610) et, dans ces papiers, on trouva deux lettres de Tomps à Mathilde Baumler au sujet de ce prétendu achat de Czernutki par l'EtatMajor. — On sait que la publication de ces lettres entraîna la chute du général do Galiffet, alors ministre de la Guerre. En ce qui nous concerne, nous n'avons qu'à montrer le rapprochement des dates. Tomps commence à négocier son voyage à Madrid au commencement de 1900 (Aff. Dautriche, 566); la d é position d'Estorhazy à Londres a lieu du 22 février au 5 mars 1900 ; les lettres de Tomps à Mathilde Baumler sont datées du J avril et milieu avril 1900 [Aff. Dautriche, 557). (1) Bennes, I, 528. (2) Bennes, II, 371. (3) Cass., II, 10, paroles de M. Lépine.. (4) Rennes, II, 371.


43

Cette o p i n i o n , que M. Uertillon était v r a i s e m b l a b l e m e n t lu seul à avoir en n o v e m b r e 1897, est a u j o u r d ' h u i eeile de t o u s les F r a n ç a i s a y a n t é t u dié, m ê m e s o m m a i r e m e n t , l'histoire de l'Affaire Dreyfus. HENRI DUTRAIT-GROZON.


A P P E L AU P A Y S VÉRITÉ, JUSTICE, PATRIE. M a r i e - G e o r g e s PICQUART. L e G é n é r a l MERCIER, Justicier de DREYFUS.

ESTERHAZY. DREYFUS.

Toutes ces brochures

sont distribuées

gratuitement

à Z'ACTION FRANÇAISE, 42, rue du Bac. Les affiches et les feuilles des deux premiers également

organisation Seuls

A P P E L S

délivrées

sonne qui en fait

A

U

en nombre illimité

la demande

patriotique

les frais

volantes portant

le texte

P A Y S

à toute

en se réclamant

sont per­ d'une

quelconque.

de timbre

(0 fr. 24 par affiche,

v i g n e t t e spéciale) sont à la charge des

demandeurs.


A LA LIBRAIRIE SAVAËTE, 76, rue des Saints-Pères

J O S E P H REINACH HISTORIEN REVISION LE L'HISTOIRE DE L'AFFAIRE DREYFUS PAR

Henri DUTRAIT-CROZON Préface de CHARLES MAURRAS

Un fort volume. — Prix : »

L'IMPOSTURE

francs

D'ESTERHAZY PAR

UN ANCIEN NORMALIEN En vente dans toutes les librairies.

LA THÉORIE DE M. BERTILLON RÉPONSES à MM. BERNARD, PAINLEVÉ et MOLINIER PAR

Un POLYTECHNICIEN


A LA LIBRAIRIE SANSOTj 53, rue Sain-André-des-Art».

CE QUE J'AI VU A RENNES par M a u r i c e

BARRÉS

Prix : On franc.

LE BORDEREAU Étude d e s dépositions de M. BERTILLON et du Capitaine VALERIO au Conseil de g u e r r e de Rennes PAR

Un Ancien Élève de l'École Polytechnique Texte et planches, prix : i ï fr.

EN

VENTE

A LA L I B R A I R I E Rue Vivienne, 47

ANTISÉMITE

Vient de paraître

LIBÉRALISME ET LIBERTÉS Démocratie et peuple PAR

CHARLES

LA POLITIQUE

discours prononcé à Bordeaux PAR

MAURRAS

Une brochure, prix Par poste

VÉRITÉ

M . DE R o u x 0 fr. 10 0 fr. 15

Une brochure, prix 0 fr. 15 Par poste 0 fr. 20 E n v e n t e a u x b u r e a u x d e l'Action française. Paris. — Imprimerie F . Levé, rue Cassette, 17.


APPEL AU

PAYS

DREYFUS L'Officier L'Homme privé — L'Accusé — Le Condamné Le Gracié — Le Réhabilité

PARIS É D I T I O N S D E L'ACTION 4 2 , RUE DU BAC

1907

Cette brochure ne peut être mise en vente.

FRANÇAISE


L'ACTION FRANÇAISE ORGANE

DU NATIONALISME

INTÉGRAL

REVUE BI-MENSUELLE 42, Rue du Bac, Paris

ABONNEMENTS : Paris et Départements, 12 fr. —Etranger, 18 fr. Le Numéro O fr. « O

Fondateur : Le colonel DE VILLEBOIS-MAREUIL, mort au champ d'honneur. Directeur : H E N R I VAUGEOIS PRINCIPAUX

COLLABORATEURS :

FIRMIN BACCONNIER — JACQUES BAINVILLE — ANTOINE BAUHANN — LUCIEN CORPECHOT — Louis DIMIER — HENRI DUTRAITCROZON — JACQUES GAZEAU — Louis GONNET — ROBERT LAUNAY — CHARLES MAURRAS — LÉON DE MONTESQUIOU — LUCIEN MOREAU — MAURICE Pu.ro — HENRI ROUZAUD — M » DE LA TOUR DU PIN LA CHARCE — BERNARD DE VESINS. 1

LA

RÉPUBLIQUE

DE

BISMARCK

ou

ORIGINES ALLEMANDES DE LA TROISIÈME RÉPUBLIQUE PAR

M. DE ROUX Président de la section poitevine d'Action française SUIVI DE LA

C O R R E S P O N D A N C E S E C R È T E D E GAKBETTA E T D E B I S Ï A B C K traduite en entier pour la première fois et commentée par

JACQUES BAINVILLE AVEC

PLUSIEURS

AUTRES

DOCUMENTS

Une forte brochure de 76 pages, prix : 2 5 centimes, par la poste O fr. 3 0 .

A I I Gazette de France, \ b i s , r u a Blllllf. PARIS


A P P E L AU PAYS LA LOI FAUSSÉE PAR LA COUR DE CASSATION POUR RÉHABILITER LE JUIF

DREYFUS

FRANÇAIS! Dreyfus a été c o n d a m n é , c h a q u e fois q u ' i l a été j u g é , c o m m e tout a c c u s é , c o n l r a d i c t o i r e m e n t : les d e u x Conseils de g u e r r e de P a r i s et de R e n n e s o n t p r o c l a m é sa c u l p a b i l i t é . C'est q u ' e n dépit des i n f o r m a t i o n s m e n s o n g è r e s r é p a n d u e s p a r les j o u r n a u x j u i f s , il y a de sa t r a h i s o n des p r e u v e s qui s ' i m p o s e n t à tous les j u g e s i n d é p e n d a n t s et de b o n n e foi. Les renseignements énumérés au bordereau n ' o n t pu ê t r e r e c u e i l l i s et l i v r é s que p a r Dreyfus l o r s q u ' i l était c a p i t a i n e s t a g i a i r e à l'Etat-Major g é n é r a l . Le GÉNÉRAL MERCIER l'a établi à R e n n e s p u b l i q u e m e n t et en p r é s e n c e de ses c o n t r a d i c t e u r s ; son é c r a s a n t e d é p o s i t i o n a été r e n forcée p a r l ' e x p e r t i s e t e c h n i q u e d e m a n d é e a u GÉNÉRAL DELOYE, alors D i r e c t e u r de l ' A r t i l l e r i e au m i n i s t è r e de la G u e r r e et d o n t la c o m p é t e n c e est u n i q u e et i n c o n t e s t é e . On n e l e u r r é p o n d q u e p a r le r a p p o r t évasif d ' u n e c o m m i s s i o n de q u a t r e g é n é r a u x , d é s i g n é s p a r le m i n i s t r e A n d r é — a u t a n t 1


—2 — dire par Dreyfus l u i - m ê m e — et liés p a r ses fav e u r s . P e r s o n n e n ' a été a d m i s à d i s c u t e r a v e c PUX.

Le b o r d e r e a u a été é c r i t par Dreyfus. L a dém o n s t r a t i o n de l'illustre i n v e n t e u r de l ' a n t h r o p o m é t r i e , M. BERTILLON, chef du s e r v i c e de l'identité j u d i c i a i r e , n'a j a m a i s été réfutée. T r o i s professeurs rie m a t h é m a t i q u e s r e ç u r e n t m i s s i o n de lu m i n e r : l e u r i n c o m p é t e n c e était n o t o i r e , l e u r parti pris n e l'était p a s m o i n s . D e u x d ' e n t r e e u x , MM. Appell et D a r b o u x , a v a i e n t figuré en 1898 sur les listes de p r o t e s t a t i o n en faveur de P i c quart ; le t r o i s i è m e , M. P o i n c a r é , a v a i t m a n i festé son o p i n i o n en faveur de D r e y f u s et c o n t r e M. Bertillon, u n e p r e m i è r e fois au Cours du p r o cès de R e n n e s , u n e d e u x i è m e fois q u e l q u e s j o u r s avant d'être choisi c o m m e « e x p e r t ». L e u r s conclusions q u i , s e u l e s , o n t été p u b l i é e s , m a n q u e n t à la fois de m o t i f s et de force. Il e s t p r o u v é que le b o r d e r e a u n'a p a s été é c r i t par E s t e r h a z y ; il est p r o u v é q u ' E s t e r h a z y est u n h o m m e d e paille p a y é par les J u i f s . L e s p r e u v e s de son i m p o s t u r e o n t été p r o d u i t e s d e v a n t la Cour de c a s s a t i o n : le r a p p o r t , le r é q u i s i t o i r e , l ' a r r ê t n'ont m ê m e pas fait a l l u s i o n à ces p r e u v e s . La C o u r les a s y s t é m a t i q u e m e n t passées s o u s s i l e n c e , c o m m e elle a s y s t é m a t i q u e m e n t n é g l i g é t o u t e s les pièces à la c h a r g e de D r e y f u s . L e GENERAL MERCIER a v a i t i n d i q u é u n e n o u v e l l e et décisive e x p e r t i s e à faire a u p o i n t de v u e de la c o m p a r a i son du p a p i e r du b o r d e r e a u et de celui des l e t t r e s d ' E s t e r h a z y : la Cour a refusé d'y p r o c é d e r c o m m e elle a refusé les c o n f r o n t a t i o n s r é c l a m é e s p a r le GÉNÉRAL MERCIER. Enfin Dreyfus a a v o u é qu'il a v a i t livré des docu-


— 3 — m e n t s à l'Allemagne : tous les t é m o i g n a g e s conc o r d e n t s u r ce p o i n t . Il n ' a j a m a i s pu l e u r o p p o s e r que ses p r o p r e s d é n é g a t i o n s , d ' a i l l e u r s contra» dicloires. Il a r e n o n c é e n 1899 à s e p o u r v o i r en r e v i s i o n , a c c e p t a n t e n é c h a n g e s a g r â c e , ce q u ' u n i n n o c e n t n ' a u r a i t j a m a i s fait. Et s a t r a h i s o n est c o n f i r m é e par u n e n s e m b l e de p r e u v e s a c c e s s o i r e s , qu'il est facile de déclarer « i n e x i s t a n t e s » d e v a n t des g e n s m a l r e n s e i g n é s , m a i s d o n t le GÉNÉRAL MERCIER, le COMMANDANT CUIGNET et t a n t d ' a u t r e s o n t m o n t r é la force d e v a n t tous les t r i b u n a u x où l'on a d i s c u t é . La culpabilité de Dreyfus e s t d o n c c e r t a i n e . Sa d é g r a d a t i o n d e v a n t le i r o n t des t r o u p e s , en présence du p e u p l e de P a r i s , d a n s la g r a n d e c o u r d e l'Ecole Militaire, m o n t r a q u e n o u s é t i o n s encore m a î t r e s chez n o u s . Mais Dreyfus a v a i t d é c l a r é : « Ma race se gera sur la vôtre. »

ven-

Les Juifs se s o n t v e n g é s : ils se s o n t a c h a r n é s à d é t r u i r e les i n s t i t u t i o n s q u i font la s é c u r i t é d e l à F r a n c e ; ils o n t t o u t fait p o u r d é s o r g a n i s e r l ' a r m é e n a t i o n a l e ; ils o n t a n é a n t i n o t r e a d m i r a b l e s e r vice de r e n s e i g n e m e n t s , œ u v r e du COLONEL SANDHERR et du LIEUTENANT-COLONEL HENRY; ils se s o n t enfin e m p a r é s du p o u v o i r . Maîtres d u p o u v o i r , ils se d e v a i e n t de r é h a b i liter L E T R A I T R E D R E Y F U S . D e v a n t les p r e u v e s é c l a t a n t e s de la T r a h i s o n , les seules j u g e s c o m p é t e n t s d a n s u n pareil procès, les j u g e s m i l i t a i r e s , a u r a i e n t s û r e m e n t p r o n o n c é u n e t r o i s i è m e c o n d a m n a t i o n . L a Cour de c a s s a t i o n a d o n c cassé s a n s r e n v o i . Mais la loi est


— 4 — i m p é r a t i v e , f o r m e l l e ; elle p r e s c r i v a i t ie r e n v o i en conseil de g u e r r e . P o u r é c h a p p e r à l a n é c e s s i t é du r e n v o i , un n o u veau c r i m e était n é c e s s a i r e ; l a Cour l'a c o m m i s : c h a r g é e d ' a s s u r e r le r e s p e c t de la loi, elle a faussé la loi. La loi dit en effet : « Si l'annulation de ïarrêt à l ' é g a r d d'un c o n d a m n é v i v a n t ne laisse rien subsister qui puisse être qualifié crime ou délit, aucun renvoi ne sera prononcé. » (Code d ' i n s truction criminelle, art. 44b, dernier paragraphe.) L a c a s s a t i o n s a n s r e n v o i n ' é t a i t d o n c possible q u e s'il était d é m o n t r é q u ' a u c u n a c t e de t r a h i s o n n ' a v a i t é t é c o m m i s en 1894. E n a d m e t t a n t m ê m e que l ' e n q u ê t e e û t établi l ' i n n o c e n c e de Dreyfus, Dreyfus é t a n t v i v a n t , le r e n v o i s ' i m p o s a i t . C'est ce q u e disait, lors de la p r e m i è r e r e v i s i o n , le p r o c u r e u r g é n é r a l , le dreyfusard M a n a u : « Pour qu'il fût possible, à nous d'abord, à vous ensuite, de proclamer l'innocence de Dreyfus, si elle nous était démontrée, il faudrait que Dreyfus fût mort! » E t , d a n s l'espèce, la Cour r e c o n n a î t b i e n qu'il y a eu t r a h i s o n en 1 8 9 4 ; d a n s l ' a r r ê t m ê m e , elle i m p u t e la t r a h i s o n à E s t e r h a z y . D o n c , la C o u r a violé la loi. Mais, p o u r m a s q u e r sa forfaiture, elle a t e n t é de faire croire q u e les c o n s i d é r a n t s de son a r r ê t étaient la r e p r o d u c t i o n m ê m e de l'article d u Code. Elle a dit : « Attendu que l'annulation du jugement du, Conseil de guerre ne laisse rien subsister qui puisse, à sa c h a r g e (à la c h a r g e de Dreyfus), être qualifié crime ou délit; « Attendu, dès lors, que, par application du


— 5 — paragraphe final de l'article 4 4 5 , aucun renvoi ne doit être prononcé; « Par ces motifs, etc. » L e Code dit : A l ' é g a r d ; la Cour dit : A la c h a r g e . Le Code dit : Ne l a i s s e r i e n s u b s i s t e r ; la C o u r dit : Ne r i e n l a i s s e r s u b s i s t e r à la c h a r g e du c o n d a m n é . L a s i m p l e c o m p a r a i s o n des d e u x t e x t e s fait a p p a r a î t r e la m a n œ u v r e f r a u d u l e u s e . M a n a u a v a i t dit : « La loi ne laisse aucun doute à cet égard. Il suffit de la connaître et pour la connaître de la lire. » 11 n e fallait p a s q u e le P e u p l e F r a n ç a i s p û t lire.

HOMMAGE NATIONAL AU GÉNÉRAL MERCIER A u c u n a p p e l légal n ' e s t possible c o n t r e la p l u s h a u t e j u r i d i c t i o n de la R é p u b l i q u e j u i v e . M a i s , en a t t e n d a n t m i e u x , les b o n s F r a n ç a i s o n t le devoir de r e n d r e h o m m a g e a u x t é m o i n s i r r é d u c t i b l e s d e la v é r i t é , a u x n o b l e s v i c t i m e s des a b o m i n a b l e s m a c h i n a t i o n s qui se s u c c è d e n t d e p u i s douze a n s . A la tôle de t o u s , et p e r s o n n i f i a n t l ' A c c u s a t i o n , le GÉNÉRAL MERCIER, q u i a eu l ' a u d a c e d e d é n o n c e r u n t r a î t r e j u i f et de le livrer à la j u s t i c e , s'est a t t i r é la h a i n e des Juifs et de l e u r s e s c l a v e s . I n é b r a n l a b l e c o m m e a u p r e m i e r j o u r , il a d o n n é u n e p r e u v e d u plus b e a u c o u r a g e c i v i q u e en fais a n t e n t e n d r e a u S é n a t , à l ' h e u r e où les d e u x C h a m b r e s r i v a l i s a i e n t de b a s s e s s e d e v a n t D r e y f u s , u n e p r o t e s t a t i o n d i g n e , f e r m e et m e s u r é e , q u i a d é c h a î n é c o n t r e lui les cris de r a g e et les i n j u r e s les p l u s g r o s s i è r e s des p a r l e m e n t a i r e s affolés :


— 6 — « Je me crois obligé de déclarer que ma conviction acquise par les débats de 1899 rfest nullement ébranlée. Par conséquent, ma conscience ne me permet pas... Ma conscience, disj'e... Ma conscience... J'attendrai que vous me laissiez parler... Ma conscience ne me permet pas de m'associer au vole que vous allez émettre. » A ce g r a n d p a t r i o t e , p l u s i e u r s m i l l i e r s de b o n s F r a n ç a i s o n t eu à c œ u r d e d é c e r n e r u n t é m o i g n a g e d ' a d m i r a t i o n r e c o n n a i s s a n t e . U n e souscription nationale o u v e r t e le 6 o c t o b r e 1 9 0 6 , p o u r offrir a u g é n é r a l M e r c i e r u n e m é d a i l l e en c o m m é m o r a t i o n de la s é a n c e d u 15 j u i l l e t , a r é u n i , p l u s de 35.000 f r a n c s . L a m é d a i l l e v a d o n c ê t r e e x é c u t é e : s a n s p r é j u d i c e des r é p a r a t i o n s q u ' a p p o r t e r a l ' a v e n i r , elle i m p o s e r a a u x m a g i s t r a t s ind i g n e s la flétrissure n é c e s s a i r e et m a r q u e r a la g r a t i t u d e n a t i o n a l e à l a q u e l l e a d r o i t le v r a i JUSTICIER. I n d é p e n d a m m e n t de la m é d a i l l e d'or offerte au g é n é r a l Mercier, d e s r é d u c t i o n s en b r o n z e s e r o n t frappées et m i s e s à la d i s p o s i t i o n des s o u s c r i p t e u r s p o u r ê t r e r é p a n d u e s d a n s le public français et t é m o i g n e r de la r é s i s t a n c e é t e r n e l l e d u b o n s e n s , de la d i g n i t é et de la d r o i t u r e de la N a t i o n . L'ACTION FRANÇAISE 4 2 , r u e du B a c , P a r i s .


2

e

A P P E L AU

PAYS

PICQUART A U MINISTÈRE L'indiscipline, le faux témoignage et le faux A L'ORDRE D U JOUR

DE

L'ARMÉE

FRANÇAIS! L e s c a n d a l e u x a v a n c e m e n t du « G é n é r a l » P i c q u a r t et le c h o i x s c a n d a l e u x q u i v i e n t de le m e t t r e à la tête d« l ' a r m é e sont u n v é r i t a b l e défi au p a t r i o t i s m e français. L ' é n o r m i t é des faits éclate a u x y e u x de t o u s . L e 12 j u i l l e t d e r n i e r , M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t était l i e u t e n a n t - c o l o n e l en r é f o r m e p a r m e s u r e disciplinaire. L a loi s u r l ' é t a t des officiers, du 19 m a i 1834, dit : « L a r é f o r m e est la p o s i t i o n de l'officier s a n s e m p l o i q u i , n'étant plus susceptible d'être rappelé à l'activité, n ' a pas de d r o i t s a c q u i s à la p e n s i o n de r e t r a i t e . » Pour la première fois depuis 72 ans, u n officier en reforme a été r a p p e l é à l ' a c t i v i t é . On n ' a pas h é s i t é , en faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t , à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1834. La loi s u r l ' a v a n c e m e n t des officiers du 14 avril 1832 dispose q u e n u l n e p e u t ê t r e n o m m é général de b r i g a d e s'il n ' a a c c o m p l i trois ans a u m o i n s d a n s le g r a d e d e c o l o n e l .


— 8 — Pour la première fois depuis 74 ans, u n l i e u t e n a n t - c o l o n e l a été n o m m é g é n é r a l de b r i g a d e sans avoir été colonel un seul jour. On n ' a pas h é sité en faveur de M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t à d é r o g e r par une loi d'exception à la loi de 1832. N o n s e u l e m e n t on a d é r o g é p o u r P i c q u a r t a u x lois de 1834 et 1832 e n le n o m m a n t le 13 juillet 1906 a u g r a d e de g é n é r a l de b r i g a d e , m a i s e n core o n a fait r e m o n t e r fictivement sa n o m i n a t i o n a u 10 juillet 1903. Grâce à ce nouveau passe-droit, Picquart a pu être n o m m é deux mois après, le 28 s e p t e m b r e , au g r a d e de g é n é r a l de d i v i s i o n , a l o r s q u e trois ans de s e r v i c e c o m m e b r i g a d i e r s o n t exigés p o u r ê t r e p r o m u d i v i s i o n n a i r e (loi de 1832). Pour couronner ces faveurs inouïes, le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e v i e n t de m e t t r e à la tête de l ' a r m é e celui q u e ses p a i r s a v a i e n t irrévocablement e x c l u . FRANÇAIS ! Les lois q u i r é g i s s e n t l ' a r m é e s o n t s u s p e n d u e s p o u r la p r e m i è r e fois d e p u i s trois q u a r t s de siècle. L e s e u l M a r i e - G e o r g e s P i c q u a r t a passé s u r le d r o i t de t o u s . P o u r le faire en m o i n s d e q u a t r e m o i s g é n é r a l de b r i g a d e , g é n é r a l d e d i v i s i o n , m i n i s t r e , o n n ' a pas h é s i t é à s u s p e n d r e e n sa faveur les lois q u i c o n s t i t u e n t la c h a r t e de l ' a r m é e . — Il faut a u moins savoir pourquoi. P i c q u a r t n ' a pas r e n d u de s e r v i c e s e x c e p t i o n nels au p a y s . Il n ' a pas a c c o m p l i d ' a c t i o n s p r o d i g i e u s e s s u r les c h a m p s de b a t a i l l e . L ' o r g a n i s a t i o n d e la défense n a t i o n a l e n e lui doit r i e n .


— 9 — Quels sont les t i t r e s de P i c q u a r t , à t a n t de passe-droits? V o u s le savez, F r a n ç a i s ! les s e u l s t i t r e s de P i c q u a r t s o n t d a n s la p a r t q u ' i l a prise à la « r é h a b i litation » de Dreyfus. P i c q u a r t n ' a r e c u l é d e v a n t a u c u n m o y e n : et ses i n t r i g u e s c r i m i n e l l e s ont fini p a r a n é a n t i r l ' a d m i r a b l e s e r v i c e des r e n s e i g n e m e n t s q u ' a v a i t créé S a n d h e r r . A ce p r i x a été a s s u r é e la r é i n t r o d u c t i o n d ' u n t r a î t r e d a n s l ' a r m é e . La trahison de Dreyfus est certaine en effet'. On n e p o u v a i t r i e n r é p o n d r e a u p r e m i e r A p p e l a u pays (1), q u i en r a p p e l a i t les p r e u v e s . On n ' y a r i e n r é p o n d u . N o u s en s o m m e s t o u j o u r s à a t t e n d r e les p o u r s u i t e s de D r e y f u s , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é p o u r sa t r a h i s o n , et celles de la C o u r de C a s s a t i o n , q u e n o u s a v o n s d é n o n c é e p o u r sa forf a i t u r e . On n e n o u s p o u r s u i t pas : c'est quon ne peut même pas discuter nos preuves. Picquart a voulu réhabiliter le traître. Il n ' a pas c r a i n t de d é s o b é i r a ses chefs e n c o m m e n ç a n t , dès q u ' i l fut à la t ê t e d u b u r e a u des r e n s e i g n e ments, une campagne pour substituer Esterhazy à D r e y f u s c o m m e a u t e u r de la t r a h i s o n de 1894. Les Dreyfusards disent : Picquart n'a écoute que sa conscience. — Mais u n h o m m e de c o n science n e m e n t p a s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait pas d e faux t é m o i g n a g e s , u n h o m m e de c o n s c i e n c e n e fait pas de faux. (1) Notre premier Appel au Pays, affiché lo 20 septembre à Paris, puis dans toute la France, a d'une part rappelé les preuves les plus importantes de la culpabilité de Dreyfus, d'autre part établi par des citations irréfutab'es, que la Cour de Cassation a faussé et violé la loi pour réhabiliter ce traître juif. Les patriotes peuvent toujours se procurer des feuilles volantes portant le texte de l'Appel, qui sont distribuées gratuitement, 42, rue du Bac, ainsi que l a b r o c h u i e Vérité, Justice, Pairie.


10

PLcquarf, a été inculpé de faux pour- avoir « f a b r i q u é ou fait f a b r i q u e r » le p e t i t bleu, d a n s le d e s s e i n d' « é t a b l i r f r a u d u l e u s e m e n t la c u l p a bilité d u s o i - d i s a n t d e s t i n a t a i r e ». Il s'est de p l u s livré à l ' é g a r d des officiers s o u s ses o r d r e s à des m a n œ u v r e s d e s t i n é e s à a u t h e n t i q u e r cette pièce par des m o y e n s f r a u d u l e u x . Picquart a été inculpé en o u t r e d'avoir « c o m m u n i q u é à u n e p e r s o n n e n o n qualifiée p o u r en p r e n d r e c o n n a i s s a n c e , le s i e u r L e b l o i s », des pièces s e c r è t e s i n t é r e s s a n t la défense n a t i o n a l e , ainsi q u ' « u n dossier secret de t r a h i s o n c o n c e r n a n t l ' e x - c a p i t a i n e Dreyfus ». O r d r e de m i s e en j u g e m e n t fut d o n n é p a r la j u r i d i c t i o n m i l i t a i r e et par la j u r i d i c t i o n civile. Pour échapper au Conseil de Guerre et au Tribunal correctionnel, P i c q u a r t s ' e m p r e s s a de r e c o u r i r a u x artifices d e l à p r o c é d u r e ' : u n e c o m é d i e j u d i c i a i r e fit t r a î n e r l'affaire e n l o n g u e u r , et on ï'étoutfa d é f i n i t i v e m e n t à la faveur de l ' A r r ê t q u i r e n v o y a Dreyfus à R e n n e s , où le t r a î t r e , on s'en s o u v i e n t , fut r e c o n d a m n é . Picquart avait de bonnes raisons pour se dérober : l ' i n s t r u c t i o n civile é t a i t aussi a c c a b l a n t e p o u r lui q u e l ' i n s t r u c t i o n m i l i t a i r e . L e p e r s o n n a g e de P i c q u a r t est l o u c h e , h y p o c r i t e , f u y a n t . Sa fourberie p r u d e n t e a c e p e n d a n t laissé j a i l l i r des m e n s o n g e s f o r m e l s . P a r m i ces m e n s o n g e s c e r t a i n s , n o u s c i t e r o n s les d e u x s u i v a n t s , q u i s o n t en m ê m e t e m p s des faux t é m o i g n a ges : Picquart a menti le 9 m a i 1904 en d é c l a r a n t sous la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'il n ' a v a i t j a m a i s p r o p o s é à ses chefs d ' e n v o y e r u n faux t é l é g r a m m e à E s t e r h a z y : il existe u n e


— 11 — n o t e de l u i , d u 11 s e p t e m b r e 1896, où il fait au g é n é r a l G o n s e cette p r o p o s i t i o n . Picquart a menti le 29 n o v e m b r e 1 8 9 8 , e n déc l a r a n t s o u s la foi du s e r m e n t à la C h a m b r e c r i m i n e l l e qu'aucune pièce concernant Dreyfus ou nommant Dreyfus n ' é t a i t a r r i v é e a u b u r e a u des r e n s e i g n e m e n t s p e n d a n t q u ' i l e n é t a i t le c h e f : M. D e l a r o c h e - V e r n e t a d é c l a r é a v o i r r e m i s à P i c q u a r t , le 2 j u i l l e t 1895, u n e copie de la l e t t r e d i t e du CCC a r r i v é e a u m i n i s t è r e des Affaires é t r a n g è r e s , où le nom de Dreyfus figure en toutes lettres. M. P a l é o l o g u e a confirmé c e t t e d é c l a r a t i o n , q u e P i c q u a r t n ' a pu d é m e n t i r . Cette pièce contenait des accusations particulièrement graves contre Dreyfus. Picquart n'a r i e n fait p o u r les vérifier ; il n ' e n a j a m a i s p a r l é à ses s u b o r d o n n é s n i à ses chefs, et la copie q u e lui avait r e m i s e M. D e l a r o c h e - V e r n e t a disparu ! L ' i n t r i g u e p o l i t i q u e , la m a n œ u v r e j u d i c i a i r e o n t b i e n pu e s s a y e r de r e n v e r s e r les r ô l e s et d ' é g a r e r le b o n s e n s p u b l i c . N o u s v e n o n s d ' é t a b l i r des faits, n o u s v e n o n s d e c i t e r des t e x t e s r e v ê t u s de la s i g n a t u r e , ou a c c o m p a g n é s du s e r m e n t de l e u r a u t e u r . Us s o n t n e t s , ils s o n t b r u t a u x . On n e p e u t p a s l e s d i s c u t e r . A u c u n e force h u m a i n e n e p e u t d é t r u i r e ces t e x t e s et ces faits. Il suffit de les v o i r p o u r c o n n a î t r e le c r i m e et p o u r j u g e r le c r i m i n e l . Soldat i n d i s c i p l i n é , faux t é m o i n , f a u s s a i r e q u i fuit ses j u g e s , c'est p o u r le s e r v i c e de Dreyfus q u e P i c q u a r t s'est t a n t de fois d é s h o n o r é . On l'a réc o m p e n s é p a r u n e série de p a s s e - d r o i t s s a n s p r é c é d e n t s q u i s o n t de p u r e s i n f a m i e s . Sa n o m i n a t i o n de m i n i s t r e m e t à l ' o r d r e du j o u r d e l ' a r m é e l ' i n d i s c i p l i n e , le faux t é m o i g n a g e et le faux.


— 12 — FRANÇAIS ! Pour aujourd'hui nous n'ajouterons rien à l'exp o s é des faits. N o u s r e s p e c t o n s t r o p l ' a r m é e de n o t r e p a y s p o u r lui a d r e s s e r d i r e c t e m e n t la p a r o l e . C'est à t o u t c i t o y e n q u e n o u s le d e m a n d o n s : de tels faits n e s o n t - i l s pas u n d a n g e r p u b l i c ? A q u o i t e n d e n t - i l s ? Q u e signifient-ils? Où nous mène-t-on ? C r i m i n e l d e d r o i t c o m m u n et c r i m i n e l d ' E t a t , le n o u v e a u m i n i s t r e de la G u e r r e a l'ait dix a n s c a m p a g n e a v e c les e n n e m i s de l ' A r m é e et d e la P a t r i e , avec les r e p r é s e n t a n t s et les c o m p l i c e s de l ' E t r a n g e r en F r a n c e , a v e c c e u x q u ' i l faut b i e n a p p e l e r de l e u r n o m : les E t r a n g e r s de l ' i n t é r i e u r . L e passé de cet h o m m e a u r a i t dû le p l a c e r s o u s la s u r v e i l l a n c e de la S û r e t é g é n é r a l e . Le voilà p l a c é à la t ê t e de l ' A r m é e . De t o u s côtés les p a t r i o t e s se r é v e i l l e n t . Us se d e m a n d e n t : Est-ce q u e cela p a s s e r a c o m m e ça? N o u s r é p o n d o n s que n o n . Cela n e p a s s e r a p a s c o m m e ça. UACTION FRANÇAISE 4 2 , r u e du Bac, P a r i s .


3

e

APPEL AU

PAYS

LES

SERVITEURS DE L'ÉTRANGER PATRIOTES FRANÇAIS! L e clergé c a t h o l i q u e , q u i s'est p l a c é e n F r a n c e a u p r e m i e r r a n g des f o n d a t e u r s de l a P a t r i e , est t r a i t é d e Fonctionnaire de l'étranger. Il n e . faut p a s d e s c e n d r e à d i s c u t e r c e t t e c a l o m n i e ; il faut se d e m a n d e r s i m p l e m e n t : « D ' o ù vient-elle? » Cette c a l o m n i e vient d ' u n h o m m e q u i , de t o u t t e m p s , a r e p r é s e n t é p a r m i n o u s l'Etranger c o n t r e

la Patrie. Des p a r l e m e n t a i r e s à 15.000 francs o n t bien pu le faire p r e m i e r m i n i s t r e ; o n n ' o u b l i e r a p a s s o n h i s t o i r e : e n t o u t e c i r c o n s t a n c e , n o u s la r a p p e l l e rons. S o n d é b u t d a n s la vie p o l i t i q u e coïncide avec l ' a s s a s s i n a t de d e u x g é n é r a u x français : m a i r e de M o n t m a r t r e a u 18 m a r s 1 8 7 1 , Clemenceau laisse t r a n q u i l l e m e n t fusiller les g é n é r a u x L e c o m t e et Clément T h o m a s . Membre de l'Assemblée nationale, Clemenceau présente u n e pétition qui conclut à donner un m o r c e a u d e la France — la Corse, — à u n e p u i s s a n c e étrangère, l ' I t a l i e . M e m b r e de la C h a m b r e de 1 8 8 1 , Clemenceau n o u s fait é v a c u e r u n e t e r r e a l o r s t o u t e française, — l ' E g y p t e , — p o u r y l a i s s e r flotter le pavillon d ' u n p e u p l e étranger, — l ' A n g l e t e r r e . D e v e n u chef d ' u n g r o u p e p a r l e m e n t a i r e i n f l u e n t , d i r e c t e u r d ' u n j o u r n a l c o û t e u x et s a n s l e c t e u r s , le


— 14 — député Georges Clemenceau, d é n u é de fortu ne p e r s o n n e l l e , vit de s e r v i c e s p o l i t i q u e s q u e lui p a y e n t des g e n s d'affaires d e t o u t p a y s . De Corn é l i u s Herz, juif a l l e m a n d v e n u d ' A m é r i q u e , il r e c o n n a î t avoir e n c a i s s é des s o m m e s c o n s i d é r a b l e s , « d e u x c e n t m i l l e f r a n c s », avoue-t-il (Officiel du 23 d é c e m b r e 1892). P e n d a n t dix a n s Clemenceau asservit le P a r l e m e n t f r a n ç a i s à u n e p u i s s a n c e é t r a n g è r e , la B a n q u e j u i v e . E x é c u t é p a r D é r o u l e d e et d ' a i l l e u r s c o n v a i n c u d'avoir p r i s p a î t à ce v a s t e p i l l a g e de l ' é p a r g n e f r a n ç a i s e , le P a n a m a , Clemenceau paraissait perdu : il fut s a u v é le j o u r où l ' E t r a n g e r e u t b e s o i n de l u i . L ' E t r a n g e r e u t b e s o i n de Clemenceau q u a n d il eut b e s o i n de p r o v o q u e r en F r a n c e u n e g u e r r e civile, —- l'affaire D r e y f u s . PATRIOTES FRANÇAIS! Au p r e m i e r a p p e l de l ' E t r a n g e r a c c o u r u r e n t avec Clemenceau t o u s c e u x qui a v a i e n t c o m m i s q u e l q u e c r i m e c o n t r e la F r a n c e , — t o u s c e u x q u e la j u s t i c e a v a i t p l u s ou m o i n s n o t é s d'infamie a u c o u r s du P a n a m a ou d e l'atlaire W i l s o n , — t o u s les h o m m e s t a r é s q u i e s p é r a i e n t se r e l e v e r par la p o l i t i q u e , — enfin ces c o l l e c t i v i s t e s s a n s p a t r i e , qui p r e n n e n t l e u r m o t d ' o r d r e à l ' E t r a n g e r , — à Bruxelles. C a p i t a i n e s t a g i a i r e à l ' é t a t - m a j o r de l'urmét, f r a n ç a i s e , D r e y f u s a v a i t livré à l ' É t r a n g e r , — à l ' A l l e m a g n e , — les d o c u m e n t s s e c r e t s é n u m é r é s au b o r d e r e a u . P o u r t i r e r ce t r a î t r e du b a g n e , Clemenceau et les s i e n s ont à l e u r t o u r m u l t i p l i é les t r a h i s o n s . P e n d a n t sept a n s , les plus g r a n d s i n t é r ê t s de la


15

F r a n c e , les s e c r e t s de son o r g a n i s a t i o n m i l i t a i r e , la d i s c i p l i n e de ses a r m é e s de terre et de m e r , h o n n e u r des officiers, d i g n i t é du c o m m a n d e m e n t , furent sacrifiés par Clemenceau et p a r les siens à la c a u s e d u t r a î t r e , à la c a u s e de l ' E t r a n g e r . Un m a n i a q u e , — A n d r é , — u n a l c o o l i q u e , — P e l l e t a n , — u n agité m é g a l o m a n e , — Delcassé, — d i l a p i d è r e n t les r e s s o u r c e s de la n a t i o n . La dél a t i o n e n t r e officiers fut e n c o u r a g é e . L ' a n t i p a t r i o t i s m e fut e n s e i g n é a u n o m de l ' E t a t . Le D r a p e a a r o u g e , le d r a p e a u de la d é s e r t i o n , fut un i n s i g n e a d m i s d a n s les fêtes p u b l i q u e s , et l'on c h a n t a p a r t o u t l ' h y m n e i n t e r n a t i o n a l q u i p r o m e t à no» g é n é r a u x les p r e m i è r e s b a l l e s de l e u r s s o l d a t s . PATRIOTES FRANÇAIS ! E n d é p i t des p r o t e s t a t i o n s h y p o c r i t e s , la désorg a n i s a t i o n c o n t i n u e . S o u s la c o m é d i e du p a t r i o t i s m e , la t r a h i s o n de Clemenceau et de ses a m i s p e r s i s t e et s ' a g g r a v e de j o u r en j o u r , c o m m e le m o n t r e n t b i e n l e u r projet de s u p p r e s s i o n des Conseils de g u e r r e et l e u r p l a n g é n é r a l d'affaibliss e m e n t de l ' a r m é e . Le secret de leur politique a n t i f r a n ç a i s e s'est manifesté dans l'arrêt du 12 juillet dernier, par lequel là plus h a u t e a u t o r i t é j u d i c i a i r e de F r a n c e , la Cour de C a s s a t i o n , p o u r s a u v e r le t r a î t r e juif d ' u n t r o i s i è m e p r o c è s p u b l i c , s'est d é s h o n o r é e e a v i o l a n t la loi, en f a u s s a n t d a n s son t e x t e l'article 445 d u Code d ' I n s t r u c t i o n c r i m i n e l l e . Le secret de leur politique a n t i f r a n ç a i s e s'est d e m ê m e m o n t r é d a n s l ' a v a n c e m e n t d o n n é au plus servile des p r o t e c t e u r s de Dreyfus, à MarieG e o r g e s P i c q u a r t , c o n v a i n c u de faux t é m o i g n a g e et de faux, l i e u t e n a n t - c o l o n e l e n r é f o r m e a u mois

»


— 16 — de j u i l l e t d e r n i e r , a u j o u r d ' h u i g é n é r a l de division et m i n i s t r e de la G u e r r e . Le secret de leur politique antifrançaise vient d'éclater à tous les y e u x : n o u s a v o n s d é n o n c é l e u r s c r i m e s , n o u s les a v o n s prouvés. Nous avons publié ces p r e u v e s s u r 20.000 affiches et s u r 500.000 feuillets d i s t r i b u é s d ' u n b o u t à l ' a u t r e du t e r r i t o i r e . — N o u s l ' a v o n s fait i m p u n é m e n t . Us o n t a n n o n c é des p o u r s u i t e s : ils n ' o n t pas osé n o u s poursuivre. D o n c ils b a i s s e n t la tête. D o n c n o u s a v o n s dit vrai : n o u s t e n o n s l e u r a v e u . PATRIOTES FRANÇAIS ! i

E n p o l i t i q u e , c o m m e en t o u t , il faut d ' a b o r d s a v o i r à q u i l'on a affaire, et n o u s v o u s le d i s o n s , les preuves à la main. Vous nêles plus maîtres chez vous. V o t r e p a trie n e d i s p o s e p l u s d ' e l l e - m ê m e . L a F r a n c e d ' a u j o u r d ' h u i a p o u r m a î t r e s les s e r v i t e u r s de l E t r a n ger. Ce sont les serviteurs de / ' E t r a n g e r q u i s ' a r r o g e n t les s u p p l é m e n t s d ' i n d e m n i t é p a r l e m e n t a i r e q u e v o u s allez p a y e r . Ce sont les serviteurs de / ' E t r a n g e r q u i d é s h o norent votre magistrature, qui désorganisent votre a r m é e , q u i c h a s s e n t vos é v o q u e s et vos p r ê t r e s de leurs demeures. Ce sont les serviteurs de / ' E t r a n g e r q u i t r o u b l e n t la paix du p a y s , q u i e x c i t e n t p a r m i v o u s la g u e r r e r e l i g i e u s e , q u a n d l'état m e n a ç a n t d e l ' E u r o p e et du m o n d e a u r a i t d û r e s s e r r e r l ' u n i o n des c i toyens. D o n c , p a s de d u p e r i e ! On n e d i s c u t e pas a v e c


17

1' E t r a n g e r , on le c h a s s e . E t p u i s q u e l ' E t r a n g e r c o n s t i t u e le G o u v e r n e m e n t , r e n v e r s o n s lo G o u vernement. P o u r r e n v e r s e r le G o u v e r n e m e n t , il i m p o r t e d ' é c l a i r e r l'opinion p u b l i q u e . Il faut dire et r e d i r e a u pays la v é r i t é . V o u s l'avez vu, F r a n ç a i s ! Q u a n d la vérité s'est dressée e n t r e les s e r v i t e u r s de l ' E t r a n g e r et n o u s , ils n ' o n t pas osé n o u s p o u r s u i v r e . C'est d o n c à n o u s de les p o u r s u i v r e . A n o u s de p r o p a g e r la vérité d o n t ils o n t p e u r . LACTION

FRANÇAISE,

4 2 , r u e du B a c , P a r i s . h'Action française met à la disposition de chacun les moyens de démasquer les serviteurs de l'Etranger qui gouvernent la France. Elle délivre gratuitement les textes de ses accusations contre Dreyfus, Picquart et Clemenceau, sur des affiches que l'on n'a plus qu'à timbrer et que chacun peut placarder, ou sur des feuilles volantes que chacun peut distribuer, h'Action française délivre dans les mêmes conditions les bro chures Vérité, Justice, Patrie; Marie-Georges Picquart; le Général Mercier juf/irier de Dreyfus; Esterhazy; Dreyfus. Il suffit d'adresser des demandes à l'Action française, 42, rue du Bac, Paris.

l*


ALFRED DREYFUS L'affaire Dreyfus a a l l u m é e n F r a n c e «me g u e r r e s a n s m e r c i . M a l g r é l ' â p r e t é de la l u t t e , on aperçoit toutefois d a n s le c h a m p de b a t a i l l e u n t e r r a i n n e u t r e s u r l e q u e l f r a t e r n i s e n t a m i s et e n n e m i s . T o u t le m o n d e , en effet, à l ' e x c e p t i o n de m é t è q u e s c o m m e M. M o n o d , l ' h o m m e a u x d e u x p a tries (1), ou de j u i f s c o m m e R e i n a c h , t o m b e d ' a c cord en ce q u i c o n c e r n e la p e r s o n n a l i t é du client de la C o u r de c a s s a t i o n . M. U r b a i n G o h i e r p r o teste d a n s les j o u r n a u x c o n t r e le t i t r e d ' a m i de D r e y f u s q u ' o n l u i a d é c e r n é (2) ; il é c r i t p l u s t a r d : « D e u x p e r s o n n a g e s é c œ u r è r e n t les d e u x c a m p s p a r l e u r a t t i t u d e , Alfred D r e y f u s et Zola (3). » M. L a u r e n t T a i l h a d e p a r l e d e « l ' h o m m e s a n s c œ u r et s a n s r é v o l t e d o n t l ' a n t i p a t h i q u e i n n o c e n c e est la s e u l e v e r t u (4) », a g r é m e n t a n t son j u g e m e n t d ' é p i l b è t e s assez m a l s o n n a n t e s , q u ' i l a r é i t é r é e s . M. J e a n B e r n a r d , M. I b e l s e t b i e n d ' a u t r e s se plaig n e n t de n ' a v o i r p a s m ê m e r e ç u u n m o t de r e m e r c i e m e n t de celui p o u r l e q u e l ils s ' é t a i e n t b a t t u s . On sait l'effet p r o d u i t , m ê m e p a r m i les p l u s a r d e n t i d é f e n s e u r s du c o n d a m n é , p a r l ' a c c e p t a t i o n de la g r â c e : « Celte g r â c e a c c e p t é e a été u n c o u p de foudre », d i s a i t A n a t o l e F r a n c e (5). E t C l e m e n c e a u é c r i v a i t : « N o t r e œ u v r e ici est m o i n s de s a u v e r un homme qui s'est déjà mis en sûreté q u e d ' a c h e (1) M. Monod a vainemment protesté contre cette épithète : voir dans VEcho de Paris une lettre du 28 juillet 1899 de M. S y veton. (2) Patrie du 30 novembre 1905. (3) Leur République, p. 142. (4) Action du 1 mars 1904, (5) Interview du Giornale dllalia reproduite dans la Libre Parole du 27 mai 1903.


— 20 — v e r la l a b o r i e u s e é v o l u t i o n des e s p r i t s d ' o ù s u r gira u n m e i l l e u r a v e n i r (1). » F i l i n on n ' a pas o u b l i é l ' i n c i d e n t qui se p r o d u i sis e o m a r s 1 9 0 i , à la C o u r de C a s s a t i o n , l o r s q u e M" M o r n a r d , p a r l a n t d a n s sa p l a i d o i r i e du cœur et de la sensibilité de Dreyfus, crut devoir i n v o q u e r le t é m o i g n a g e de M" L a b o r i , p r é s e n t à l ' a u d i e n c e . iM° L a b o r i prit sa t o q u e et quitta la salle. Il e x p l i q u a e n s u i t e son g e s t e en d i s a n t qu'il n ' a v a i t v o u l u ni c o n f i r m e r les- d é c l a r a t i o n s d e M Morn a r d , ni les infirmer p a r u n e p r o t e s t a t i o n , et q u ' i l n e lui é t a i t pas possible de p r e n d r e u n e a u t r e a t t i t u d e — les i n t é r e s s é s d e v a i e n t fe c o m p r e n d r e (2). Ces d é c l a r a t i o n s s u f f i s a m m e n t n e t t e s f u r e n t c o m plétées et a g g r a v é e s d a n s u n e i n t e r v i e w d ' u n a m i de l'avocat : 0

M" Labori reste le champion de la cause, mais il ne veut pas passer pour le domestique d'une famille qui a fait de l'innocence d'un de ses membres injustement condamnés le prétexte de combinaisons financières et politiques... Ali I si l'on savait de quelles rancœurs, de' quelles amertumes M Labori a été abreuvé par la famille Dreyfus (3)1 e

Les j o u r n a u x p a r t i s a n s de Dreyfus e s s a y è r e n t b i e n d ' a t t é n u e r la p o r t é e de l ' i n c i d e n t , de « r e m e t t r e les c h o s e s ail p o i n t », p o u r « ne pas laisser l'opinion p u b l i q u e s ' é g a r e r » ; m a i s l e u r i n s i s t a n c e à p r o c l a m e r q u e M" L a b o r i é t a i t t o u j o u r s Convaincu de l ' i n n o c e n c e du c o n d a m n é de H e n n é s ne faisait q u e m i e u x r e s s o r t i r l ' a n t i p a t h i e p e r s o n n e l l e de l'avocat p o u r son a n c i e n c l i e n t . D ' a i l l e u r s , le (1) Aurore, du 30 décembre 1903. (2) Lettré au Nouvelliste de Rennes (3) Liberté' du 7 mars 1904.

[Revision

de Rennes,

648).


— 21 — c o r r o s p o n r l a n t parisien de Y Indépendance belge (i) vint, a p p r e n d r e à ceux qui l ' i g n o r a i e n t e n c o r e , q u e M. P i c q u a r t et n o m b r e de « c h a m p i o n s de la c a u s e » p a r t a g e a i e n t les s e n t i m e n t s de M L a bori : 0

Cette personnalité (de Dreyfus) nous était au fond assez peu sympathique; son altitude au lendemain de la gnV e ne devait pas nous la rendre bien plus intéressante, au eoniraire... Le m a r t y r n'a pas en lui l'étoffe d'un héros, et ce n'est assurément pas de sa faute ; il n'a pas même eu ces délicatesses de cœur dont parlait hier M Mornard, elM Labori a voulu ainsi protester-, me semb'le-t-il, contre une légende. Dans cette affaire, il y à deux belles figures : le lieutenant colonel Picquart... et M Labori... Ur, il y a quelques m o i s , à l'anniversaire de Médan, je voyais le colonel Picquart ne pas accorder un regard ni une poignée de mains à Dreyfus qui était à i/eu.c pas de lui et aux côtés duquel il p a s sait s a f s se retourner. Je l'ai vu et j'observais avec une attention altristée. Quant à M Labori, Yincident de la Cour de Cassation se passe de commentaires... Nous avons surtout et seulement bataillé pour la grande idée de justice méconnue, de vérité bafouée, et non pour un individu d'allures peu entraînantes et qui, au demeur a n t , nous iuddlère pour témoins. c

e

e

e

L ' i n d i v i d u « lotir indiffère » pour le moins, et c'est bien ainsi é g a l e m e n t q u ' o n p e n s e d a n s le c a m p a d v e r s e . Celle c o n c o r d a n c e d ' i m p r e s s i o n s s ' e x p l i q u e , d u r e s t e , a i s é m e n t . Il sul'fil de. s i ; r a p p e l e r c o m m e n t Dreyfus s'est p r é s e n t é à n o u s , soit d a n s ses r e l a t i o n s avec ses c a m a r a d e s ou ses chefs, «loit c o m m e h o m m e p r i v é , soit c o m m e a c c u s é , soit c o m m e c o n d a m n é , soit c o m m e g r a c i é , soit comme réhabilité... (1) M. Jean Bernard, mars 1904).

croyons-nous {Indépendance

belge

du


— 22 — I.

L'OFFICIER.

P o u r a v o i r u n e i d é e de l ' a t m o s p h è r e de s y m p a t h i e q u i se d é g a g e de D r e y f u s , il est b o n , t o u t d ' a b o r d , d e n e pas n é g l i g e r u n p r é c i e u x r e n s e i g n e m e n t q u i n o u s est f o u r n i p a r u n de ses p a r e n t s , M. H a d a m a r d . « M . H a d a m a r d m e dit », a r a c o n t é M. P a i n l e v é , « q u ' i l avait v u Dreyfus j u s t e u n e fois d a n s sa v i e , le jour de son mariage, qu'il ne l u i avait g u è r e été s y m p a t h i q u e . . . (1). » S i , le j o u r de son m a r i a g e , Dreyfus i n s p i r a i t de tels s e n t i m e n t s à ses p r o c h e s , on j u g e de c e u x qu'il d e v a i t i n s p i r e r à des é t r a n g e r s , d a n s la vie c o u r a n t e . S o n h i s t o r i o g r a p h e R e i n a c h est d ' a i l l e u r s b i e n obligé de l ' a v o u e r : « C'est u n fait », dit-il, « q u e Dreyfus n ' é t a i t p a s a i m é de ses c a m a r a d e s . » De ce fait, il d o n n e u n e p r e m i è r e e x p l i c a t i o n b i e n s i m p l e : « Il n ' é t a i t p a s de l e u r m o n d e , de la coterie d ' a r i s t o c r a t e s ou de b o u r g e o i s g e n t i l s h o m m e s q u i , d e p u i s q u e l q u e s m o i s , e n v a h i s s a i t l'EtatMajor, s'y c a n t o n n a i t , y d o m i n a i t c o m m e d a n s u n e s a t r a p i e (2). » Quel p a r f u m d ' a r i s t o c r a t i e et de féodalité d é g a g e n t e n effet les n o m s des R e nouard, Gonse, Fabre, Gendron, Berlin-Mourot, B a y l e , B e s s e , B o u l l o n g e r , B r e t a u d , B r a u l t , Sibille, S o u r i a u , T o c a n n e , D e r v i e u , R o y , D u c h â t e l e t , Lemonnier, Junck, Hirschauer, Linder, Valdant, q u i é t a i e n t les chefs ou les c a m a r a d e s de Dreyfus à l ' E t a t - \ l a j o r ! Quel b o u r g e o i s g e n t i l h o m m e q u e ce c a p i t a i n e J u n c k q u i a v a i t sa famille à faire v i v r e et sa s œ u r à p r é p a r e r à l ' a g r é g a t i o n (3) ! (1) Rennes. III, 332. (2) Reinach, I, 6S. Satrapie : gouvernement d'un satrape, dit Littrô. Admirons, en passant, la justesse et la précision des images de Reinach. (3) Rennes, II, 86.


— 23 — Ou q u e ce c o m m a n d a n t H e n r y q u i p a y a i t u n loyer de 1.100 francs et qui m e t t a i t six a n s à r e m b o u r ser s u r ses é c o n o m i e s u n e d e t t e de 1.500 francs c o n t r a c t é e e n v e r s u n p a r e n t (1)! Mais R e i n a c h p o u r s u i t : « De p l u s , m i l i t a i r e d a n s les m o e l l e s , t o u t e n t i e r à son t r a v a i l . . . t o u t e n t i e r a u s s i à la vie de f a m i l l e , vie s i m p l e , r a n g é e , tranquille^ e n t r e la j e u n e f e m m e et les e n f a n t s . . . S'il a v a i t fait p r e u v e de m o i n s de zèle, d ' u n m o i n d r e désir de s ' i n s t r u i r e et d ' u n m o i n s vif a m o u r p o u r le s e r v i c e , il e û t fait m o i n s d ' e n v i e u x (2). » Il s e m b l e r a i t v r a i m e n t q u e , p o u r n o s officiers, la d i g n i t é de la v i e et la c o n s c i e n c e d a n s le s e r vice f u s s e n t des t a r e s r é d h i b i t o i r e s . x\. la liste déjà si l o n g u e des vices et des « c r i m e s de l ' E t a t Major », faut-il a j o u t e r la d é b a u c h e , la p a s s i o n d u j e u et la m a l b o n n ê t e t é p r o f e s s i o n n e l l e ? E n t o u t cas, si l'on en c r o y a i t R e i n a c h , il f a u d r a i t a j o u t e r 1 h y p o c r i s i e , c a r enfin chefs et c a m a r a d e s o n t p r é c i s é m e n t r e p r o c h é à Dreyfus l ' a b s e n c e de t o u t e s ces v e r t u s q u e , s u i v a n t son « h i s t o r i e n », il c u l t i v a i t à u n si h a u t d e g r é . Je ne le tenais point pour un officier sérieux et consciencieux, a déposé le commandant Maistre...Il ne brillait ni par l'assiduité, ni p a r l'exactitude. Il m'est même arrivé de le s u r p r e n d r e plusieurs fois dans les couloirs, guettant les allées et venues pour s'esquiver avant l'heure... Il arrivait particulièrement en relar.l et partait avant l'heure (3). Vous qui êtes titulaire, disait Dreyfus au capitaine Dervieu, vous ne pourriez pas faire d'absence (1) 60 et (2) (3)

Affaire llenry-Reinach. 62. Reinach, I, 69. Rennes, II, 86 et 89.

Plaidoirie de M* de Saint-Auban,


— 24 — sans que cela fût immédiatement r a p p o r t é ; quant à moi, je puis le faire. Ainsi il m'est arrivé de ne venir au bureau qu'à 9 heures, 9 h. 1 / 2 , 1 0 heures, 10 h'. 1/2 et personne ne s'en est jamais a p e r ç u ; il m'est même arrivé un jour ne ne pas y aller du tout et personne n'en a jamais rien su (1). Dreyfus n'est pas comme les a u t r e s , dit le colonel Bertin-Mourot dans la dernière revision... Il ne nous rendait pas de services... Il travaillait pour lui, ce aue jamais ses prédécesseurs n'avaient fait (2). Il s'instruisait, il s'instruisait même trop, mais ne faisait pas son métier, dépose le général F a b r e . . . J'ai formulé sur le capitaine Dreyfus l'appréciation suivante! : « Officier très intelligent, mais ne remplissant, au point de vue du caractère, ni à celui de la conscience, les conditions requises pour un officier à employer à l'Etat-Major de l'armée (3). » Voilà p o u r « le zèle et le vif a m o u r p o u r le service ». II.

L'HOMME PRIVÉ.

Reste « la vie de famille, vie s i m p l e , r a n g é e , t r a n q u i l l e e n t r e l a j e u n e f e m m e et les e n f a n t s ». Vie simple : E c o u t o n s le colonel B e r t i n - M o u r o t : Ce que nous n'aimons pas, nous autres officiers, c'est l'affectation d'argent, c'est qu'on parle de sa fortune, do ses placements, de ses chasses royales (4). Le c o m m a n d a n t M a i s l r e : (1) lionnes, (•>) Gil lllas (3) Hennés, (4) Gil lilas

II, 95. du 13 septembre 1906. I, 569. du 13 septembre 1906.


— 25 — Dreyfus faisait étalage d'une façon choquante de sa fortune et des agréments et des plaisirs que cette, fortune lui permettait de se procurer à Paris (1). Le c o m m a n d a n t D e r v i e u : Dreyfus aimait à me parler de ses affaires financières de Mulhouse et des bénéfices qu'il relirait de ses capitaux ainsi engagés (2). Le g é n é r a l Lebelin de D i o n n e : Il n'était pas aimé de ses camarades et de ses chefs à cause de son caractère cassant, de sa nature haineuse, de son ostentation et de son intempérance de langage (3).

v

Vie r a n g é e , e n t r e la j e u n e f e m m e et les enfants : R a p p e l o n s d ' a b o r d les d é c l a r a t i o n s de M. H a d a m a r d , à Hennés : « J ' a i dit (à M. P a i n l e v é ) :... A i n s i m o i - m ô m e , j e sais qu'il court partout des b r u i t s s u r la vie p r i v é e ( d u c a p i t a i n e Dreyfus) qui lui s o n t d é f a v o r a b l e s à cet é g a r d . . . (i). » A la vérité, M. H a d a m a r d a p r é t e n d u , p o u r a t t é n u e r la v a l e u r des paroles a d r e s s é e s à M. P a i n l e v é , q u e ces b r u i t s é t a i e n t u n i q u e m e n t des b r u i t s de j o u r n a u x . La r é s e r v e faite p a r M. H a d a m a r d était bien n a t u r e l l e de sa p a r t ; m a i s si on se r e p o r t e à la d é p o s i t i o n de M. P a i n l e v é et à la l o n g u e -et i n signifiante discussion qu'il a e u e a v e c le g é n é r a l G o n s e s u r la m a n i è r e d o n t ce d e r n i e r a v a i t e n r e g i s t r é le p r o p o s de M. H a d a m a r d , on c o n s t a t e q u e ce p r o p o s était fort significatif : « D e p u i s la c o n d a m n a t i o n de D r e y f u s , M. H a d a m a r d a v a i t eu s u r le c o m p t e de ce d e r n i e r de tels r e n s e i g n e (1) (2) (3) (4)

Hennés, II, 86. //m/., II, 94. Ibitl., Il, 179. lbid., III, 326.


— 26 — m e n t s qu'il considérait Dreyfus comme n'étant pas de ces hommes dont on pouvait répondre à priori. (1). » Il r e s t e d o n c a c q u i s q u ' a u x y e u x m ê m e s d ' u n p a r e n t les b r u i t s qui couraient partout s u r la vie p r i v é e de Dreyfus n ' é t a i e n t pas négligeables. On lit d ' a i l l e u r s d a n s le r a p p o r t d ' O r m e s c h e ville : Il (Dreyfus) nous a déclaré avoir arrêté la femme Déry dans la rue en 1893 et avoir fait connaissance de la femme Caron en 1894... En ce qui concerne la femme Caron, bien que le capitaine Drey'us prétende n'avoir jamais eu avec elle que des relations passagères, il est permis de croire le contraire si on se réfère aux deux faits ci-après, reconnus exacts par lui au cours de son interrogatoire : 1" Une lettre écrite par cette femme en juillet ou août dernier au capitaine Dreyfus, se terminant p a r ces mots : « A la vie, à la mort » ; 2" qu'il y a environ quatre mois, il a proposé à la femme Caron de lui louer une villa pour l'été, à la condition qu'elle s e r a i t sa maîtresse (2). L e c a p i t a i n e D u c h â t e l e t a r a c o n t é le fait s u i vant : Au r e t o u r d ' u n v o y a g e d ' E t a l - M a j o r , il r a m e n a i t a v e c Dreyfus u n d é t a c h e m e n t de c h e v a u x et d ' o r d o n n a n c e s . E n p a s s a n t d e v a n t u n e m a i s o n de la r u e de M i r o m e s n i l , D r e y f u s proposa en p l a i s a n t a n t de m o n t e r chez u n e f e m m e p o u r lui d e m a n d e r u n e tasse d e c h o c o l a t : (1) Rennes, 111,342. — M. Painlevé s'était référé à la déposition de M. d'Oc;igne pour l'exactitude des propos prêtas à M. Hadamard (III, 330, 342). La phrase que nous citons figure dans la déposition n ) M. d'Ocagnc à la Cour de Cassation, et c'est cette phrase, secie importante en i'espèce, que le général Gonse a enregistrée. (2) Cassation, II, 82.


— 27 — Je lui dis que je ne la connaissais p a s , poursuit le capitaine Duchàtelet. Alors il m e d i l , sérieusement cette fois : « Voulez-vous y venir avec moi un de ces soirs? On y v o i t d u monde amusant, des femmes connues. Si vous voulez, je vous y présenterai. » Je le remerciai et il ajouta : « D'ailleurs, pour mon compte, i,e ne tiens pas à y retourner de sitôt, car la dernière fois que j ' y suis allé, j ' a i perdu la forte somme. » Et il n e dit la somme, six mille ou quinze mille francs, je ne peux pas préciser quelle était celle des deux sommes (1). Le c a p i t a i n e J u n c k est allé u n j o u r a u c o n c o u r s h i p p i q u e a v e c Dreyfus : A l'entrée, nous croisâmes trois femmes qu'à leur toilette on devinait être des demi-mondaines. En passant à coté de nous, elles nous saluèrent. Dreyfus répondit en soulevant son chapeau et avait l'air e m barrassé. Je lui fis naïvement cette observation : « Pour un père de famille, vous avez de jolies connaissances. » Il me répondit : « Ce sont d'anciennes connaissances d'avant mon mariage. » J'ajoutai : Si vous ne les aviez pas revues depuis trois ans, elles ne vous reconnaîtraient pas en public. » Il me dit alors que la femme qui était de l'autre côté était la Valtesse, qui recevait chez elle, qui avait un hôtel qui lui ivait été offert, et il ajouta qu'elle donnait chez elle des fêles, qu'elle y recevait de jolies femmes et qu'on y donnait à jouer (2). Les renseignements que j ' a p p o r t e au Conseil, dit le général Lebelin de Dionne, sont des renseignements qui ont été contrôlés. Ils ne proviennent pas d'une source unique et présentent tous des garanties. Dreyfus connaissait un certain nombre de femmes galantes. Il s'en vantait et se vantait surtout des fortes sommes qu'elles lui coûtaient (3). (1) Bennes, II, 98. (2) Ibid., I, 638. ( î ) Ibid., Il, 179.


— 28 — A ces m a n i f e s t a t i o n s d ' u n g o û t si e x q u i s , i l faut e n c o r e a j o u t e r îles d é c l a r a t i o n s p a t r i o t i q u e s d'un g e n r e spécial. Dreyfus disait q u e « les A l saciens é t a i e n t bien plus h e u r e u x s o u s la d o m i n a tion a l l e m a n d e q u e s o u s la d o m i n a t i o n française ( I ) » . U n j o u r , ke colonel l . e r t i n - M o u r o t , r e n t r a n t de mission s u r la ligne dos V o s g e s , r a contai! a u x officiers de son b u r e a u qu'il a v a i t poussé jusqu'à la frontière, m a i s q u ' i l n ' a v a i t t r o u v é là q u e d e s i m p r e s s i o n s p é n i b l e s , si près de cette ligne frontière t r a c é e s u r son :-:ol n a t a l , a v e c de c h a q u e côté u n Dieu des a n n é e s différent* Dreyfus l ' i n t e r r o m p i t : « Mais cela n e p o u r rail pus ê t r e p o u r n o u s a u t r e s Juifs : p a r t o u t où n o u s s o m m e s , n o i r e Dieu est a v e c n o u s i'À). » On c o n v i e n d r a q u e t o u t e s les c o n s i d é r a t i o n s e t h n i q u e s , p s y c h o l o g i q u e s et sociales q u ' a développées licinach pour expliquer l'antipathie q u ' i n s p i r a i t Dreyfus à ses c a m a r a d e s é l a i e n t , p o u r le m o i n s , superflues.

Ut.

L'ACCDSÉ.

Il est i n c o n t e s t a b l e , d ' a u t r e p a r t , q u e l ' a t t i t u d e de Dreyfus, l o r s q u ' i l est passé en j u g e m e n t , a fait s u r le p u b l i c u n e i m p r e s s i o n 1res d é f a v o r a b l e . E n 1894, le huis-clos a y a n t été p r o n o n c é , on n ' a fait q u ' e n t r e v o i r l ' a c c u s é . Le r é d a c t e u r j u d i c i a i r e d e VAutorité écrit : « On s'accorde à dire q u e l'accusé a u n e sale tète » ; celui du Figaro : « Il n ' e s t c e r t a i n e m e n t pas u n s y m p a t h i q u e . » R e i n a c h , qui n o u s f o u r n i t ces c i t a t i o n s , a j o u t e , (1) Rennes, II, 179. <2l Ibid., II, 3.1, et Gil Ulas du 14 septembre 1906.


— 29 — c r o y a n t s a n s d o u t e en a t t é n u e r la p o r t é e : « L ' u n et l ' a u t r e i n c l i n a i e n t à le c r o i r e i n n o c e n t (1). » C e p e n d a n t , m a l g r é le h u i s - c l o s , on a q u e l q u e s i n d i c a t i o n s s u r la t e n u e et les p r o c é d é s de Drey-, fus à l ' a u d i e n c e . U n petit i n c i d e n t du procès de R e n n e s n o u s f o u r n i t u n assez c u r i e u x j u g e m e n t de M" D é m a n g e s u r le point qui n o u s o c c u p e . « J ' e n v o u l a i s à M D é m a n g e , disait le colonel Bëriiii-Moiirot, et p o u r q u o i ? C'est qu'il a v a i t m a l défendu cet officier (en 1894). N o u s a v i o n s t o u s l ' i m p r e s s i o n , en s o r t a n t de l ' a u d i e n c e , qu'il a v a i t été m a l défendu. Ces perpétuelles dénégations à des Choses c e r t a i n e m e n t i n s i g n i f i a n t e s n o u s ont mal i m p r e s s i o n n é s . » E t M" D é m a n g e de r i p o s t e r : « M. le colonel B e r t i n - M o u r o t s'est é t o n n é des dén é g a t i o n s q u i lui o n t été f a i t e s : c'était Dreyfus qui répondait, ce n'était pas moi (2). » L e s y s t è m e de Dreyfus, q u i s e m b l e d ' a i l l e u r s n ' a v o i r g u è r e e n c h a n t é son a v o c a t , élait d o n c la déni g a l i o n . C'est d u r e s t e celui q u ' i l a v a i t e m ployé à l ' i n s t r u c t i o n : 0

Les réponses du capitaine Dreyfus, disait le r a p porteur, commandant d'Ormescheville, mil toujours été oliteniies avec une grande difijcullé, et il est facile de s'en rendre compte par le nombre considérable de mots rayés nuls et de renvois eu marge qui figurent sur le procèsverbal. Quand le capitaine Dreyfus hasardait une affirmation, il s'empressait généralement de Vatténuer par des phrases vagues et embrouillées (3)... Nous a v o n s en o u t r e u n d o c u m e n t fort édifiant : c'est u n e n o t e r e m i s e p a r D r e y f u s à son a v o c a t , a u c o u r s du p r o c è s de 1894, et d a n s l a q u e l l e il (1) Reinach, I, 388 en n o U . (2) Hennés, II, 64 et 65. (3) Cassation, II, 80.


— 30 — r é s u m e ses moyens de défense s u r c h a q u e chef d ' a c c u s a t i o n , e n v i s a n t les d i v e r s e s n o t e s é n u m é rées du bordereau : 1° Note sur le frein h y d r . . . — On n'a pu trouver aucun officier d'artillerie m'ayant communiqué des documents à cet égard. 2° Note sur les troupes de couverture. — Le capilaine Boullenger ose prétendre qu'il m'aurait donné •unefois (souligné), dans la rue, au mois de mai, un renseignement sur cette question, en m'apprenant que le lieu de d é b a r q u e m e n t d'une division de cavalerie était modifié. D'abord, il ne m'a jamais dit cela; tnsuite il n'y a pas là matière à une note sur les troupes de couverture. Pendant toute l'année 1894, sauf au mois de septembre on fixait la date du b o r d e r e a u en août), époque à laquelle j ' a i été chargé de surveiller l'impression des documents relatifs à la couverture, je n'ai jamais rien lu, rien eu entre les mains sur cette question, ainsi qu'il a p p e r t du témoignage de M. le commandant Mercier-Milon. Ce dernier a reconnu, en effet, que je ne m'étais j a m a i s occupé d'aucune question confidentielle. 3° Note sur une modification aux formations de l'artillerie. — Je n'ai j a m a i s connu ces modifications. On n'a pu trouver aucun officier du p r e m i e r b u r e a u m'en ayant parlé. Quant à la note qui a passé dans les bureaux, du 15 au 30 juillet, je ne l'ai pas émargée. M. le c o m m a n d a n t Mercier-Milon n'a pu affirmer que je l'ai connue. 4° Note sur Madagascar. — Aucune preuve. 5° Projet de manuel de tir. — Je n'ai vu aucu n officier supérieur, ainsi que le disait le rapport du r a p porteur, venant témoigner m'avoir parlé du manuel de tir du 14 mars 1894 (ni le c o m m a n d a n t J e a n n e l , ni le c o m m a n d a n t d'Astorg). Personne n'a pu témoigner m'avoir prêté ce manuel. Cependant si les officiers


— 31 — détenteurs en étaient responsables, si j e l'avais demandé à qui que ce soit, la preuve aurait été faite, péremptoire : elle n'a pu être faite (1). En nref, Dreyfus dit à s o n d é f e n s e u r : L a s i t u a tion est b i e n n e t t e . J u s q u ' à p r é s e n t l ' a c c u s a t i o n n'a pas pu p r o d u i r e de t é m o i g n a g e décisif : r e s t o n s - e n là. S'il se p r é s e n t e u n t é m o i n , n o u s d i r o n s d'abord q u ' i l a m e n t i , ensuite q u e la c o n fidence n e d o n n a i t p a s m a t i è r e à u n e n o t e . 11 n ' y a p a s de p r e u v e s , d o n c j e s u i s i n n o c e n t . Celte a r g u m e n t a t i o n n ' e u t p a s g r a n d s u c c è s a u p r è s des j u g e s , d o n t la c o n v i c t i o n était faite a v a n t l e u r e n t r é e d a n s la salle des d é l i b é r a t i o n s et la c o m m u n i c a t i o n des pièces s e c r è t e s (2). A R e n n e s , où les d é b a t s f u r e n t e n m a j e u r e p a r t i e p u b l i c s , Dreyfus n e s u t m ê m e p a s se c o n c i l i e r la s y m p a t h i e de l ' a u d i t o i r e , c o m p o s é s u r t o u t de ses a m i s . R e i n a c h c o n v i e n t q u e b e a u c o u p des « m e i l l e u r s p a r t i s a n s » de l'accusé « f u r e n t d é ç u s , s ' a v o u è r e n t d é c o n c e r t é s et d é r o u t é s (3). » Les éloges e n t h o u s i a s t e s d u Figaro, m o n i t e u r officiel de là c a u s e e n 1899, s o n t a u t a n t de p a v é s de l ' o u r s . L e j o u r n a l d o n n a i t a i n s i son i m p r e s s i o n a p r è s la p r e m i è r e a u d i e n c e : « I l p o s s è d e u n e m a î t r i s e de l u i - m ê m e m e r v e i l l e u s e , invraisemblable (4). » A p r è s la s é a n c e p a r t i c u l i è r e m e n t m o u v e m e n t é e dans laquelle M Labori tenta de s ' a t t a q u e r a u g é n é r a l Mercier, le Figaro disait : « Dreyfus est r e s t é fort c a l m e . On d i r a i t q u e ce d é b a t lui est é t r a n g e r et q u e l'on v i e n t de s ' o c c u e

(1) Cassation, III, 607. (2) Déposition du colonel Maurel, Rennes, II, 192 et 194. -m Déposition du capitaine FreysUetter, ibid., Ul, 536. (3) Reinach, V, 295 et 296 (4) Figaro du 8 août 1899.


— 32 — per d ' u n a u t r e h o m m e q u e de l u i - m ô m e . I n t e r r o g é par le p r é s i d e n t s u r ce q u ' i l a à r é p o n d r e , il s'explique s u r la l é g e n d e des a v e u x le p l u s t r a n q u i l l e m e n t du m o n d e , en p o l y t e c h n i c i e n q u i d é m o n t r e u n t h é o r è m e (1). » L a Gazette de Francfort, non suspecte, écrivait : Dreyfus n'a pas précisément un aspect sympathique. Les traits sont immobiles, on dirait d'une ligure de b o i s ; le regard ne paraît pas franc et ouvert, ce qui provient peut-être seulement de ce que les yeux sont toujours voilés par le pince-nez. En somme, il fait l'impression d'un h o m m e dur et froid... La voix non plus n'a aucune chaleur. Elle est sombre et creuse et, même dans les moment* d'émotion, n'a aucune c h a leur^). Mais R e i n a c h n ' e s t pas à c o u r t d ' e x p l i c a t i o n s : u L a vie e s t t o u t i n t é r i e u r e . . . l ' i m p u i s s a n c e de Dreyfus à s ' e x t é r i o r i s e r . . . sa sensibilité t o u r n é e en d e d a n s . . . son a b s e n c e de r a y o n . . . son i n c a p a c i t é à v i b r e r au d e h o r s . . . i l n e v i b r e pas e x t é r i e u r e m e n t , il n e p e u t p a s . . . (3). » A d m e t t o n s q u e Dreyfus ait été i m p u i s s a n t à é m o u v o i r ses j u g e s , q u e m ê m e il n ' a i t pas v o u l u , de parti p r i s , faire a p p e l à l e u r pitié, q u e t o u s ses efforts a i e n t t e n d u à « la p r é c i s i o n et à. l ' i m p e r s o n n a l i l é (i) », au « c a l m e où il m e t t a i t sa d i g n i t é d'inn o c e n t (a) », q u ' i l s e s o i t s e u l c m e n t a d r e s s é , c o m m e il l'a dit, « à la r a i s o n et à la c o n s c i e n c e » (6) des ol'licicrs du Conseil de g u e r r e . A la l e c t u r e , (1) (2) (3) (4) (5) («)

Figaro, du 23 août ^899. Cité par le suj.plén. • nt de la Libre Parole du 10 août 1899. Reinach, I, 387 ; V '33, 292, 293, 294, 286. Ibid., V, 292. Ibid., V, 286. Gil Bios du 18 ao 1906.


— 33 — ses d é c l a r a t i o n s n e d e v r a i e n t p r e n d r e q u e p l u s de force de ce défaut « d ' e x t é r i o r i s a t i o n », de cette « a b s e n c e de r a y o n » ; il d e v r a i t r e s t e r « le fait s i m p l e m e n t é n o n c é , la d é n é g a t i o n s a n s p h r a ­ ses (1) ». Nous nous bornerons à reproduire quelques « d é n é g a t i o n s sans p h r a s e s » prises d a n s l ' i n t e r ­ r o g a t o i r e , et à citer d e u x e x e m p l e s d e d i s c u s s i o n d ' u n fait. LK PRÉSIDENT^ — Ne vous ôtes-vous pas livré à des dépenses assez importantes qu'il s'agissait de mas­ quer par la bonne tenue des comptes de votre inté­ rieur ? LE CAPITAINE DREYFUS. — J a m a i s , mon colonel.

D. — Avez-vous fréquenté quelques femmes? R. — N O N . D. — Cependant on parle d'une personne à la­ quelle vous avez offert de lui louer une villa au bord de l'a mer pour la détourner d'une liaison. Est-!": vrai ? R, —Oui,mon colonel, une liaison d'ordre privé (?), m a i s j e ne l'ai pas fait. D. — C'était donc une dépense que vous pouviez faire ? R. — J'en avais les moyens. D — N'avez-vous pas joué ? R. - Jamais. I). —...Nous entendrons le capitaine D u c h à t e l e t ( 2 ) . N'avez-vous pas joué aux courses? R. — Jamais. • (1) Reinach, V, 2!)0. (2) On a lu plus haut la déposition du capitaine Duchâtelet. — Voir aussi la déposition du capitaine Junck, à qui Dreyfus a MconT, qu'il avait fait une grosse perte de j e u au Mans (Rennes, 1, 638).


— 34 — D. — N'avez-vouspaseu un intérêt dans une écurie de courses l R. — Jamais. D. — Vous avez cependant dit à un officier qu'un cheval vous appartenant en partie avait eu un insuccès et que vous espériez bien vous rattraper sur deux jeunes chevaux que vous deviez faire courir. R. — Jamais. D. — Vous niez le p r o p o s ? Le capitaine Dreyfus ne répond pas (i). Au sujet de la dictée faite le j o u r d e l ' a r r e s t a tion : D. — L e commencement de cette lettre est de votre écriture ordinaire, mais à partir de l'endroit où l'on parle du 120 court, votre écriture c h a n g e d e c a r a c t è r e ; elle est moins nette et moins ferme. R. —Elle n'a jamais changé, mon colonel. D. — On constate facilement que l'écriture depuis les m o t s : 1° une note sur le frein hydraulique, j u s q u ' à la fin, est beaucoup plus grande et plus large qu'au commencement. (Le Président passe la photographie en question au capitaine Dreyfus). R. — JJ écriture est plus large, mon colonel (2). Dreyfus essaie alors de se r a t t r a p e r : il fait c o n s t a t e r q u e l ' é l a r g i s s e m e n t des l e t t r e s c o m m e n c e à je vous rappelle ; o r , / e vous rappelle n'a r i e n q u i se r a p p o r t e a u b o r d e r e a u . On j u g e r a de la v a l e u r de l ' o b s e r v a t i o n en se r e p o r t a n t à la p h o t o g r a p h i e de la pièce q u e R e i n a c h a e u la n a ï v e t é de d o n n e r e n tête de son t o m e I . On c o n s t a t e q u e le t r o u b l e d a n s l ' é c r i t u r e se m a n i f e s t e trois l i g n e s (1) Rennes, I, 36 et 37. (2) Ibid.,

I, 39.


— 35 — plus h a u t , a p r è s les m o t s départ aux manœuvres q u i , e u x , se r a p p o r t e n t b i e n a u b o r d e r e a u (1). A u sujet de la n o t e s u r les m o d i f i c a t i o n s a p p o r t é e s a u x f o r m a t i o n s de l ' a r t i l l e r i e : D. — Au premier bureau, vous étiez l'adjoint du commandant Bayle. R — J'ai été sous ses ordres pendant trois semaines. D. — A ce moment, il a étudié la répartition des batteries de 120 entre les différents corps d'armée, il a rédigé une note à ce sujet dont vous avez eu connaissance. R. — Je ne la connais pas. R. — Vous travailliez avec lui ; cette note a disparu ; on n'a jamais pu la retrouver dans les archives du ministère. Vous n'en avez jamais eu connaissance? R. — On n'en a jamais parlé en 1894 (2). A p r è s les « d é n é g a t i o n s s a n s p h r a s e s », v o y o n s m a i n t e n a n t q u e l q u e s « faits s i m p l e m e n t é n o n cés ». M. C a s i m i r - P e r i e r , a u c o u r s de sa d é p o s i t i o n , a p r o t e s t é c o n t r e les t e r m e s d ' u n e l e t t r e q u e les j o u r n a u x a v a i e n t p u b l i é e e n l ' a t t r i b u a n t à Dreyfus N o u s c o p i o n s le c o m p t e r e n d u : la s t é n o g r a p h i e se passe d e c o m m e n t a i r e s . J'ai lu, disait M. Casimir-Perier, des lettres au bas desquelles il,, y avait « Dreyfus » et dans lesquelles il était dit que le Président de la.République, en échange de la parole du capitaine Dreyfus de ne pas n o m m e r la puissance chez laquelle le bordereau avait été saisi, avait pris l'engagement (que je n'ai pas tenu, était-il ajouté, cela ressort des faits) que le huis-clos (1) Voir en particulier les mots faire adresser complètement sur la ligne. (2) Rennes, I, 26.

qui chevauchent


— 36 — ne serait pas prononcé... Je demande à ne pas sortir de cette audience avant que l'on sache <j2ii a menti ici. Je l'exige. LE

CAPITAINE DREYFUS. — L e s

paroles que j ' a i pu

reproduire dans une lettre dont je ne me rappelle pas les ternies ont certainement-été àériàturées.-., jumuis je n'ai pu, ilansma pensée, prétendre qu il y avait eu un e n g a gement, quelconque pris par lui et qu'il n'ait pas tenu... Uhepareille pensée ne m ' e s t . v e n u e . Voule/.-vous me permettre d'expliquer ma pensée? Voilà comment nw pensée était venue. (Suit une explication embrouillée et résumée ainsi qu'il s u i t : ) Oins ma penser, c'était vis-à-vis de la défense, ce n'était pas visà-vis de M. le Président d e l à République, qu'il y avait parole engagée. Mais jamais je n'ai eu la pensée, qu'il ' put y avoir un engagement quelconque entre lui et moi, qu'il n'ait pas tenu, jarnais jamais, jamais.l LE PRÉSIDENT. — Vous reconnai.-.sez fausses ces lettres dans lesquelles il est dit que M le Président de l i République aurait pris des engagements vis-àvis de vous? LE CAPITAINE DREYFUS. — Dans tous les cas, cette pensée aurait été complètement dénaturée. On le voit, Dreyfus ne s ' e n g a g e pas trop ; il n e nie pas la l e t t r e , il p r é t e n d s e u l e m e n t q u e s a pensée y a u r a i t é t é d é n a t u r é e . Mais M. C a s i m i r P e t ier (1) ne s e c o n t e n t e p a s de celle s i n g u l i è r e e x p l i c a t i o n ; il i n s i s t e : Je l'ai lue dans plusieurs j o u r n a u x . . . On a dit qu'un Président de la République avait échangé sa parole avec le capitaine Dreyfus, avec cette aggravation, qui est sérieuse, c'est qu'après l'avoir donnée, il ne l'avait > pas tenue. D r e y f u s , a c c u l é , se décide : (1) « Sans pitié », dit Reinach qui déplore que M. Casimir- \ P é r i e r ait « des nerfs exaspérés de femme » (V, 319).


37

Du tout! Je proteste absolument q u a n t a moi! Je protes-te a b s o l u m e n t ! Jamais, jamais, je n'ai dit cela (1)1 M. C a s i m i r - P e r i e r se r e t i r e et le g é n é r a l M e r cier e n t r e p o u r faire sa d é p o s i t i o n . Au b o u t d e q u e l q u e t e m p s , il d o n n e l e c t u r e de la l e t t r e suivante : 24 novembre 1898 (lettre à M. Deniel).

Monsieur le Gouverneur, Lors du premier Conseil de guerre, j'avais demandé à M. Casimir-Perier, Président de la République, la publiai 16 des débats. Après m avoir fait donner ma parole de me soumettre a.eertaineseonditions trop naturelles, trop légitimes, M. le Président de ta République me fit répondre, par l'intermédiaire de M" Démange, qu'il se confiait à ma parole, et qu'il demanderait la publicité des débats, lille ne fut cependant pas accordée.'Pour quel motif? Je l'ignore. Celle parole que j'avais donnée à M. Casimir-Perier, je l'ai tenue. ALFRED DREYFUS.

M. CASIMIR-PERIER (interrompant).

— C'est ce qui a

été publié dans les j o u r n a u x : c'est la pièce à, laquelle je faisais allusion et sur laquelle j'exigerai qu'on s'explique (2). M" D é m a n g e a f o u r n i des e x p l i c a t i o n s , p r e n a n t p o u r l u i t o u t e la r e s p o n s a b i l i t é de l ' i n c i d e n t m ô m e ; m a i s o n a t t e n d e n c o r e les e x p l i c a t i o n s de Dreyfus s u r ses v i o l e n t e s d é n é g a t i o n s . N o u s a v o n s a n a l y s é a i l l e u r s (3) la m a n i è r e d o n t D r e y f u s a v a i t « é l u c i d é » la légende des aveux et n o u s a v o n s m o n l r é les v a r i a t i o n s c a r a c t é r i s t i q u e s (1) Rennes, 1, 72 à 74. (2) [bld., I, 93. (3) Josevh Reinach historien,

254 à 265.


— 38 — de s e s d é c l a r a t i o n s s u c c e s s i v e s , si c l a i r e s q u e l u i m ê m e d é p l o r a i t q u e p e r s o n n e n e les e û t j a m a i s c o m p r i s e s ( 1 ) ; ce q u i , soit dit en p a s s a n t , n ' é t a i t g u è r e flatteur p o u r MM. B a l l o t - B e a u p r é e t M a n a u , d o n t on se r a p p e l l e l e s s a v a n t e s i n d u c t i o n s . N o u s n ' y r e v i e n d r o n s p a s et n o u s n o u s b o r n e r o n s à r e l a t e r l ' i n c i d e n t s o u l e v é p a r le c o m m a n d a n t G a l o p i n . Ce d e r n i e r est v e n u d é p o s e r q u ' u n j o u r il a v a i t r e n c o n t r é Dreyfus e m p o r t a n t c h e z lui des d o c u m e n t s . Dreyfus r é p o n d a u t é m o i n et r e c o n n a î t q u e s o u v e n t il r e v e n a i t a v e c lui d u m i n i s tère ; p u i s il p o u r s u i t : Quant à ce qui concerne les documents dont il parle, c'étaient des documents d'approvisionnement ( 2 ) que j ' a l lais faire imprimer au service géographique. LE PRÉSIDENT. — Vous les avez donc emportés chez vous? Vous les aviez dans votre servietle, vous les emportiez chez vous? LE CAPITAINE DREYFUS. — Je ne crois pas, mon

colo-

nel... (3). Il est impossible que je les aie emportés, ces documents autographiques, chez moi, attendu que les documents que je portais au service géographique (les officiers qui sont là peuvent le dire), je les remettais immédiatement, à six heures du soir, quand je revenais du service géographique, au chef de service. Dreyfus, o n le v o i t , v e u t faire c r o i r e q u e l a r e n c o n l r e d o n t p a r l e le t é m o i n a e u lieu l ' a p r è s (1) Rennes, II, 236. — « Je rappelle », a dit Dreyfus, « lés termes exacts do ces prétendus aveux... Je voulais d i r e — et personne n'a compris exaclemenlmes paroles—que j'avais averti le ministre... » (2) Rappelons que les tableaux d'approvisionnement contiennent « une chose éminemment précieuse », suivant P i c q u a r t (Rennes, I, 389). (3) Les points de susponsion existent au compte rendu et marquent évidemment l'hésitation de Dreyfus.


— 39 — m i d i ; il a j o u t e , p o u r a t t é n u e r t o u t à fait dent :

l'inci-

Le commandant a pu me rencontrer en dehors du ministère portant ces documents, puisque le service géographique est situé en dehors du ministère. Mais le t é m o i n est f o r m e l . I l n e p e u t spécifier si la r e n c o n t r e a eu lieu l e . m a t i n ou le soir, tout en é t a n t p o r t é à p e n s e r q u ' e l l e a e u lieu le m a l i n : en t o u t c a s , il e x p l i q u e l e s c o n d i t i o n s de la r e n c o n t r e , il précise q u ' i l a fait r o u t e a v e c Dreyfus j u s q u ' à la place de l ' A i m a , q u e c'est à cet e n d r o i t s e u l e m e n t q u ' i l s se s o n t s é p a r é s p o u r r e n t r e r c h a c u n chez s o i , le c o m m a n d a n t r u e d e F r e y c i n e t , Dreyfus a v e n u e d u T r o c a d é r o , et q u e ce d e r n i e r n e se dirigeait pas d u t o u t s u r le s e r v i c e g é o g r a p h i q u e , s i t u é , c o m m e o n s a i t , r u e de G r e n e l l e , e n t r e la r u e de B o u r g o g n e et les I n v a l i d e s , d a n s les l o c a u x de l ' a n c i e n n e école d ' E t a t - M a j o r . Dreyfus d e m a n d e l a p a r o l e . LE CAPITAINE DREYFUS. — Monsieur le président,

une simple observation à faire. L'impression du service géographique avait lieu l'après-midi. LE PRÉSIDENT. —'Vous emportiez p e u t - ê t r e les documents chez vous pour les faire imprimer le soir. LE CAPITAINE DREYFUS. — Je ne vois pas comment. Il

doit y avoir mie confusion. Le document à autographier est écrit, je me souviens, sur une espèce de papier jaune avec une encre spéciale. LE PRÉSIDENT. — De l'encre autographique. LE CAPITAINE DREYFUS. — Comme vous le savez, mon colonel, mieux que moi. C'est ce document qu'on porte, c'est un tableau qu'on porte au service géographique. On le tire dans l'après-midi ; le soir, on revient vers cinq heures et demie, six heures,


40 —

quand le tirage est fini, avec l'ensemble des documents aùtographiés. Le p r é s i d e n t n e s'est p a s laissé é b r a n l e r ce j o u r - l à p a r la p r o c l a m a t i o n de sa c o m p é t e n c e en m a t i è r e d ' e n c r e a u l o g r a p h i q u e , ni é t o u r d i r p a r le v e r b i a g e de D r e y f u s ; il pose à n o u v e a u la q u e s tion p r é c i s e , à l a q u e l l e Dreyfus essaie e n c o r e de se d é r o b e r . LE PRÉSIDENT. — Vous avez emporté la feuille de papier autographique chez vous? LE CAPITAINE" DREYFUS. — Dame, mon colonel, je ne

me souviens pas. Mais des documents imprimés, j e ne les ai jamais emportés chez moi. LE PRÉSIDENT. — Il s'agit de savoir si vous avez e m porté la feuille autographique. LE CAPITAINE DREYFUS. — JE N'EN SAIS RIEN. On nous

remettait TOUJOURS l'autographie l'après-midi (i). L e p r é s i d e n t , édifié, c o n g é d i e le t é m o i n . Mais la q u e s t i o n r e v i e n t le l e n d e m a i n , à p r o p o s d ' u n e l e t t r e du c a p i t a i n e L i n d e r , a d r e s s é e a u g é n é r a l G o n s e , et d a n s l a q u e l l e l'officier r a c o n t e q u ' i l a r e n c o n t r é un m a l i n D r e y f u s p o r t a n t des d o c u m e n t s de chez lui au service géographique (2). Dreyfus a la partie belle p o u r n i e r , le t é m o i n n ' é t a n t pas p r é s e n t ; m a i s il o u b l i e ce qu'il a dit la veille, à s a v o i r q u e toujours l ' a u t o g r a p h i e était r e m i s e Y après-midi, et il d é c l a r e : « J e n e m e s o u v i e n s plus si c'était à onze heures du malin q u e l'on n o u s d o n n a i t ces t a b l e a u x à a u t o g r a p h i e r (3). » Il faut d ' a i l l e u r s r e m a r q u e r q u e , le c o m m a n d a n t Galopin a y a n t d e m a n d é à se r e t i r e r a p r è s sa (1) Rennes, III, 492 à 494. (2) Ibid., III, 528. (3) Ibid., 111,530.


— 41 — d é p o s i t i o n , Dreyfus n e r i s q u a i t pas u n e n o u v e l l e c o n f r o n t a t i o n s u r les impossibilités qu'il a v a i t t e n t é d ' o p p o s e r au r é c i t du t é m o i n . Tel est Dreyfus d e v a n t ses j u g e s . E x a m i n o n s le m a i n t e n a n t d a n s les a u t r e s a c t e s de sa « vie p u b l i q u e ». IV.

Lit

CONDAMNÉ.

R e p o r t o n s - n o u s à la p a r a d e de d é g r a d a t i o n d u 5 j a n v i e r 189,5, l o r s q u e , s u i v a n t ses e x p r e s s i o n s , il « s u b i t l'affront le plus s a n g l a n t qui puisse ê t r e fait à u n soldat », l o r s q u ' i l « affronta le m a r t y r e le plus é p o u v a n t a b l e q u ' o n puisse infliger à u n soldat (1) ». L e s t é m o i n s de la scène o n t été u n a n i m e s : « l ' i m p a s s i b l e f e r m e t é » de Dreyfus les a r é v o l t é s . E n 1899, M. Claretie a d r e s s a a u x j u g e s de Rennes une longue lettre ouverte pour « déchirer la page » q u ' i l a v a i t écrite en 1895, a p r è s la d é g r a d a t i o n ; il r é p é t a i t d ' a i l l e u r s q u e , ce j o u r - l à , « l ' h o m m e lui avait fait h o r r e u r (2) », ce q u i m o n t r a i t bien en tout cas q u e l ' a t t i t u d e de Dreyfus n e l'avait g u è r e é m u et n e lui a v a i t i n s p i r é a u c u n d o u t e s u r sa c u l p a b i l i t é . D ' a i l l e u r s , . p o u r j u g e r c e t t e a t t i t u d e , il suffit de r e l i r e le récit de Reinach. Dreyfus marche d'une allure assurée, ferme, vers le groupe où se lient le général; à mi-chemin, il perd le vas et militairement s y remet. On lui a r r a c h e ses g a l o n s : Immobile, sans recul ni secousse, le torse un peu (1) Lettres

d'un Innocent,

276, 478.

(2) Temps du 7 septembre 1899,


— 42 — rejeté en arrière, il voit tomber à ses pieds tous ces lambeaux lacérés d'honneur. Il se prête au supplice pour l'abréger. P u i s v i e n t le défilé d e v a n t les t r o u p e s : Dreyfus connaît les règlements militaires, le programme de la cérémonie. 77 enjambe ses insignes flétris de lui-même, il se place entre les quatre artilleurs..., et, loin qu'ils l'emmènent, c'est lui qui semble les conduire, raide, inflexible, la tête toujours levée Il crie son innocence, marchant d'un pas toujours plus assuré, comme à la manœuvre, du même pas cadencé que les canonniers qui l'escortent et sans baisser les yeux, sans que son front se courbe ou que le rouge de la honte y monte, sans qu'un muscle tressaille (1). A ce t a b l e a u , il m a n q u e u n e t o u c h e . C'est le c o m m a n d a n t Driant, témoin oculaire, qui nous le f o u r n i r a . Dreyfus a r r i v e à la v o i t u r e cellulaire : Au moment de monter sur le marchepied de la voiture, Dreyfus s'arrêta une seconde, puis se retournant : a Ma valise? » interrogea-t-il(2). L ' « a b s e n c e d e r a y o n » est c o m p l è t e , c o m m e o n v o i t (3). (1) Reinach, I, 500 à 503. (2) Eclair du 13 juillot 1906. (3) Dans une interview (Liberté du 2 décembre. 1903), M. Maurice Barrés a raconté le fait suivant : « La première fois quo Dreyfus vit son éditeur (au sujet do la publication de son livre Cinq années de ma vie), il n'avait aucune idée sur ce qu'il allait faire; il savait seulement qu'il ferait quelque chose — quoique chose qui se vendrait. On dut lui s u g gérer les différents chapitres: l'arrestation, l'instruction, lo jugement, la dégradation. Ici, le condamné interrompit : « Bahl t la dégradation, ce n'est pas intéressant. Tout le monde sait ce « que c'est que la dégradation! » Stupeur de son interlocuteur, qui insista : « Pourtant, quand v o u s êtes entré au milieu du


— 43 — Regardons-le maintenant à Rennes, quand on l u i lit la s e n t e n c e le c o n d a m n a n t à n o u v e a u : Le capitaine Dreyfus, dit le Figaro, l'a entendue debout, impassible, militairement, dans l'attitude qu'il aurait eue, me dit un témoin, s'il eût appris son acquittement... Il sort du lycée, ayant ce calme qui ne l'a pas a b a n d o n n é depuis cinq semaines. On eût dit vraiment qu'il n'y avait rien de changé dans sa vie. Aussi placide, aussi fier que la veille, il passe pour la dernière fois entre les dos des soldats, puis il gravit le petit escalier qui le mène à sa cellule (1). A j o u t o n s q u ' e n y a r r i v a n t il s ' é c r i a : « A h ! j e vais f u m e r u n e b o n n e p i p e . D o n n e z - m o i d u lait et des g â t e a u x (2). » Reinach ne n o u s avait pas t r o m p é s : la sensibilité e s t t o u r n é e e n d e d a n s . I l d i s a i t d a n s u n e de ses l e t t r e s : « Q u a n d l u i r a l e j o u r d e l a réhabilitation, quand on m e rendra « carré des troupes,- quand on TOUS a enlevé vos galons, arraché < vos insignes, vous avez d û , vous i n n o c e n t , bondir moralement « s o u s l'outrage immérité? » Et l'éditeur, lancé, développait sa pensée avec force, insistant sur certains détails, vivant presque cette minute effroyable... quand il s'aperçut que l'auteur, qui, l'écoutait, prenait sur un coin de la table des notes au crayon I... Dreyfus, pour narrer les impressions de sa dégradation, avait besoin de s'inspirer d e s sentiments d'autrui ! » L'authenticité de cette anecdote est confirmée par une interview de Reinach que la Liberté a publiée le lendemain, en réponse à ci-Ile de M. Barrés. Reinach, à p r o p o s du livre de Dreyfus, dit simplement : a M. Barrés dit que Dreyfus a publié son livre sur l'île du Diable pour eu tirer de l'argent : tout l'argent que Dreyfus tiré du poème do sos douleurs, il l'adonné à la Ligue des Droits de l'homme, à des oeuvres do bienfaisance et do solidarité. » Mais pas un mot de démenti sur la scène entre l'auteur et l'éditeur. (1) Figaro du 10 septembre 1899. (2) Ce propos a été rapporté par l a Libre Parole. Quelque invraisemblable qu'il puisse paraître, nous en avons contrôlé la

réalité et nous l'avons reconnu exact.


— 44 — m e s g a l o n s q u e j e s u i s aussi d i g n e de pôr-1 T a u j o u r d ' h u i q u ' h i e r , q u a n d enfin j e m e v e r r a i de n o u v e a u à la tôle de nos b r a v e s t r o u p i e r s . . . ( i) » L e Temps n o u s a r a c o n t é c o m m e n t il v i b r a ce jour-là : Il traverse, rapidement la cour devant les arlilllcurs figés, le sabre au poing, et va se placer à l'extrémité de la bail' rie, près des trompettes... Là, il prend l'altitude militaire, tire son sabre et se met au port d'armes. A partir de ce moment, il ne bougera plus et restera raidi, la tête haute, la taille redressée par un effort continuel, le regard perdu, comme dans un rêve. En vain le colonel Gaillard Bournazél commande repos, en vain le commandant Targe lui adresse quelques paroles pour le réconforter : aucun muscle de son visage ne tressaille, et s'il r é p o n d à son camarade, c'est par monosyllabes et sans r e m u e r l a ' t ê t e . On dirait une statue (2).

Tl s e m b l e r a i t qu'il y a d e l à p a r t de Dreyfus u n e g a g e u r e à l'aire l ' i n v e r s e de ce q u e ferait l ' h o m m e qu'il p r é t e n d ê t r e . De l'Ile du D i a b l e , il écrit l e t t r e s s u r l e l t r e s p o u r d e m a n d e r « la l u m i è r e , t o u t e la l u m i è r e (il) » ; il faut q u e son « i n n o c e n c e éclate au g r a n d j o u r (4) », q u e son « n o m soit rétabli d a n s t o u t e son i n t é g r i t é a u x y e u x d e l à F r a n c e e n t i è r e (o) », « il n e d o i t pas rester un seul F r a n ç a i s qui p u i s s e d o u t e r de son honneur (6) », e t c . . Ou c r o i r a dès lors q u ' i l (1) Lettres d'un Innocent 68. (2) Temps du 22 juillet 1906. (3) Cinq années de ma vie, 346, 351. (4) Lettres d'un Innocent, 1 5 etpassim.

(5) Ibil., 219, 225. (6) Ibid.,

210


— 45 — a s p i r e à de n o u v e a u x d é b a t s , p u b l i c s c e t t e fois, où il p o u r r a c o n f o n d r e ses a c c u s a t e u r s et les forcer l u i - m ê m e à r e c o n n a î t r e s o n i n n o c e n c e : e r r e u r c o m p l è t e . D ' a b o r d , il a c o m p t é ' a l l e r « l à - b a s s'inst a l l e r » a v e c sa f e m m e , « p e n d a n t q u e l e u r s a m i s , l e u r s familles s ' o c c u p e r o n t de r e c h e r c h e r le vrai c o u p a b l e » . C o m m e il a ilù p a r t i r s e u l , il aura « la p a t i e n c e d ' a t t e n d r e d a n s l'exil la r é h a b i l i t a t i o n de son n o m », il « a t t e n d r a avec c a l m e et d i g n i t é q u e la vérité" se fasse j o u r (1) ». Avec u n tel c a l m e e t u n e telle d i g n i t é q u e , q u a n d il est en r o u t e pour la F r a n c e et q u e sa f e m m e lui t é l é g r a p h i e q u ' e l l e l'attend avec i m p a t i e n c e à R e n n e s , il r é p o n d : « Désire tranquillité, et serais très heureux tout terminé à mon retour (2) », c a r il croît que « tout est fini, qu'il ne s'agit [dus q u e d ' u n e s i m p l e formalité 3) » d e v a n t le Conseil de g u e r r e . On voit c o m m e M" M o r n a r d était le fidèle i n t e r p r è t e de Dreyfus q u a n d il d i s a i t : a L ' h o n n e u r de Dreyfus lui a é t é ravi p a r u n e e r r e u r de ses frères d ' a r m e s , c'est à ses frères d ' a r m e s q u ' i l a p p a r t i e n t de le l u i r e n d r e . C'est d e v a n t e u x qu'iY veut comparaître (4). » V. — LE GRACIÉ. —

L E RÉHABILITÉ.

Le voilà c o n d a m n é à n o u v e a u : m a i n l e s fois, il a affirmé qu'il ne voulait « ni g r â c e , ni p i tié (o) » ; il a répété à s a f e m m e d e n e d e m a n d e r (1) lettres d'un Innocent, 56, 5 9 , 76. (2) Le texte approximatif du télégramme a été publié par In Gaulois. En voici la teneur exacte : o Désire tranquillité et serais très lieurri.x tout terminé à mon retour. Me confie d'ailleurs entièrement pour tout ce que noies croirez devoir faire. » (3) Ci'iq années de ma vie, 317. (4) Co^ti,,},,, 111, (','.18. (5) Cinq années de ma vie, 338.,


— 46 — p e u r lui « n i g r â c e , n i pitié, ni faveur (1) ». Il s e m b l e r a i t q u ' i l va v o u l o i r s u b i r sa p e i n e et p r o tester a i n s i c o n t r e la flétrissure qui lui est infligée u n e s e c o n d e fois." Il s ' e m p r e s s e a u c o n t r a i r e d ' a c c e p t e r c e l t e g r â c e d o n t il p a r l a i t a v e c t a n t de m é pris j a d i s . B i e n m i e u x , p o u r éviler t o u t e diffic u l t é , il r e t i r e le p o u r v o i en r e v i s i o n qu'il a v a i t s i g n é . P o u r e s s a y e r de p a l l i e r u n p e u l'effet p r o d u i t , il r a c o n t e d a n s s o n livre q u ' i l a d r e s s a a u x j o u r n a u x u n e n o t e p o u r spécifier « son i n t e n t i o n a b s o l u e , i r r é d u c t i b l e » de p o u r s u i v r e la l u t t e '2). Le malheureux comptait sans Reinach qui, dans le t o m e V de son « H i s t o i r e », se p r o c l a m e l ' a u t e u r de l a d i t e n o t e r é d i g é e en c o l l a b o r a t i o n avec M. J a u r è s , d a n s Je c a b i n e t du m i n i s t r e M i l l e r a n d , n o t e qui s e m b l e n ' a v o i r p a s m ô m e été s o u m i s e à Dreyfus, et q u i fut, en t o u t c a s , s i g n é e t e l l e q u e l l e ! (3)

Enfin, il est r é h a b i l i t é . D e p u i s des a n n é e e s il a s p i r a i t à v o i r « l u i r e le j o u r o ù il se v e r r a i t de nouv e a u à l a t ô t e de n o s b r a v e s t r o u p i e r s » ; il s'était p r o c l a m é « u n loyal s o l d a t , d i g n e de m e n e r a u feu les soldats d e la F r a n c e », « d i g n e de les comm a n d e r (4) ». Docile à son d é s i r , le g o u v e r n e m e n t l'affecte à u n r é g i m e n t d ' a r t i l l e r i e : il fait i m m é d i a t e m e n t a n n u l e r sa n o m i n a t i o n et se fait c l a s s e r (1) Lettres d'un Innocent, l i a , 144. (2) Chu/ années de ma vie, 332. (3) Reinach, V, 558 : « Jaurès s'assied au bureau ue Millorand, nous rédigeons ensemble. » — A v e c sa modestie bien connue, Reinach parlo, dans l'interview mentionnée plus haut (Liberté du 3 décembre 1903), de « l'admirable déclaration de Dreyfus, le jour où sa grâce fut prononcée ». 4) Lettres d'un Innocent, 69, 97, 99.


— 47 — d a n s u n é t a b l i s s e m e n t de c o n s t r u c t i o n . A u m o i n s s ' e m p r e s s e r a - t - i l s a n s d o u t e de r e v ê t i r cet u n i f o r m e qui lui é t a i t si c h e r , d ' a l l e r s e r r e r la m a i n de ses c a m a r a d e s et de s o n chef, p u i s « t r a v a i l ler », c o m m e ce chef l'y a v a i t i n v i t é p a r la voie des j o u r n a u x d a n s u n e i n t e r v i e w q u i a fait q u e l q u e b r u i t ? — Il sollicite u n c o n g é de trois m o i s et p a r t p o u r la S u i s s e ! « Voilà l ' h o m m e ! » s'écriait M a n a u , q u e ce noble caractère enthousiasmait. Voilà l ' h o m m e , r é p é t e r o n s - n o u s ; et c o m m e c o n c l u s i o n à cette trop longue étude, nous nous reporterons à l'adm i r a b l e p l a i d o i r i e d e M* d e S a i n t - A u b a n p o u r M m e V e u v e H e n r y . L e s p a r o l e s de l ' é m i n e n t a v o cat n e s ' a p p l i q u e n t - e l l e s p a s a u s s i b i e n à Dreyfus qu'à Reinach? « I l n ' e s t pas d e c h e z n o u s ; il n ' a pas n o t r e souffle; il n ' e s t p a s u n frisson de la g r a n d e â m e c o l l e c t i v e ; il s e r t u n a u t r e i d é a l , il v i e n t d ' a i l l e u r s , de loin, d e très l o i n ; il o b é i t à la p o u s s é e d e j e n e sais q u e l s a t a v i s m e s . . . O u b l i o n s - l e , n ' e n p a r l o n s plus (1). » M de S a i n t - A u b a n n o u s p e r m e t t r a u n e s e u l e r é s e r v e : N o u s n ' o u b l i e r o n s p a s , et n o u s e n r e p a r lerons. 0

HENRI DUTRAIT-CROZON.

(1) Affaire

Uenrij-Rcuxach,

168.


— 48 —

LA DÉCLARATION DE DREYFUS DEVANT COUR DE CASSATION (1).

LA

Nous reproduisons ci-dessous, en les complétant sur quelques points, deux articles de la Gazelle de F r a n c e des 17 et 19 août 1906. Ils forment un instructif appendice au chapitre « VAccusé » delà précédente étude.

Gil Blasa, publié la « d é c l a r a t i o n de M. Alfred Dreyfus d e v a n t la Cour de Cassation ». N i n s i s t o n s pas s u r le s c a n d a l e de l ' a u d i t i o n d u c o n d a m n é d a n s son procès d e r é v i s i o n ; n ' i n s i s t o n s pas s u r l ' a t t i t u d e des c o n s e i l l e r s et du proc u r e u r g é n é r a l , é c o u t a n t d a n s u n profond r e c u e i l l e m e n t et s a n s se p e r m e l t r e la m o i n d r e i n t e r r u p t i o n , les d i a t r i b e s d ' u n h o m m e q u i , p o u r ces m a g i s t r a t s , est flétri, c o n t r e des t é m o i n s d o n t le c a s i e r j u d i c i a i r e est n e t et q u i , p o u r les m ê m e s m a g i s t r a t s , ont d r o i t a u r e s p e c t . Ne c o m p a r o n s pas l ' a r r o g a n c e et la g r o s s i è r e t é du p r o c u r e u r g é néral l o r s q u ' o n p r o d u i t u n e c h a r g e c o n t r e D r e y fus a v e c son b i e n v e i l l a n t silence l o r s q u e le m ê m e Dreyfus p a r l e de « l ' i m p u d e n c e », du « parti p r i s » , de « l ' a c h a r n e m e n t h a i n e u x », d u « m a n q u e de c o n s c i e n c e » , des « m e n s o n g e s », d u g é n é r a l Mercier, d u g é n é r a l R o g e t , d u colonel d u P a t y de C l a m , du colonel B e r t i n - M o u r o t . P e r s o n n e n ' a d ' i l l u s i o n s s u r la m a n i è r e d o n t la pro(1) Gil Bj.os des 10 et 11 août 1906.


— 49 — c é d u r e a été c o n d u i t e et n o u s n e n o u s p r o p o s o n s p a s de d é m o n t r e r des é v i d e n c e s . N o u s v o u l o n s t o u t s i m p l e m e n t p e s e r la v a l e u r des a l l é g a t i o n s de Dreyfus ; m a i s n o t o n s d ' a b o r d q u e l u i , t o u t le p r e m i e r , d i s c u t e s u r des à-côté. D a n s son « H i s t o i r e », R e i n a c h , p a r l a n t d e l ' i n s t r u c t i o n de 1894, n o u s a d é p e i n t s o n h é r o s p r e n a n t l ' a c c u s a t i o n c o r p s à corps et la t e r r a s s a n t . N o u s a v o n s , d a n s Joseph Reinach historien, e x p r i m é le r e g r e t q u e ni la C o u r de C a s s a t i o n en 1899, ni p l u s t a r d R e i n a c h n'eussent jamais publié les interrogatoires de Dreyfus à l'instruction, et n o u s a v o n s é m i s des d o u t e s s u r l'aisance avec laquelle « l'innocent » avait répondu à t o u t e s l e s q u e s t i o n s . L a p u b l i c a t i o n d u Gil Blas n'est pas pour ébranler notre scepticisme. Dreyfus c o m m e n c e p a r s ' a t t a q u e r du P a t y d e C l a m :

au colonel

M. du Paty de Clam, dans sa déposition, p r é t e n d avoir toujours agi avec loyauté dans son instruction de 1894 et, pour preuve, il montre les cartes banales qu il a reçues. Je n'ai pas besoin de vous rappeler comment il avait terrorisé ma j e u n e femme, en lui défendant de p a r l e r , l'assurant qu'il ferait d'ailleurs tous ses efforts pour faire la lumière, alors qu'il apportait dans sa mission, qui aurait dû être toute d'impartialité et de justice, un parti pris ardent, une conviction formée a priori et un acharnement d'autant plus haineux que les éléments de preuve lui échappaient davantage. Or, p e n d a n t le c o u r s de l ' i n s t r u c t i o n , l'officier d e police j u d i c i a i r e , e s t i m a n t q u e le Conseil de g u e r r e a u r a i t à t r a i t e r les q u e s t i o n s les p l u s délicates i n t é r e s s a n t la défense n a t i o n a l e et p o u v a n t a m e n e r des c o m p l i c a t i o n s i n t e r n a t i o n a l e s d ' a u t a n t


— 50 — plus graves qu'elles coïncideraient avec un c h a n g e m e n t de p l a n de m o b i l i s a t i o n , a v a i t é m i s l ' o p i nion qu'il y aurait peut-être lieu d'abandonner les p o u r s u i t e s (1). E n o u t r e , l ' i n s t r u c t i o n u n e fois close, le c o m m a n d a n t du P a t y de C l a m a v a i t r é digé u n r a p p o r t d o n t les c o n c l u s i o n s é t a i e n t les s u i v a n t e s : « J ' a i l ' h o n n e u r , m o n s i e u r le m i n i s t r e , de v o u s a d r e s s e r le d o s s i e r de cette affaire,afin q u e v o u s j u g i e z q u e l l e s u i t e il c o n v i e n t d'y d o n ner (2). » On voit le •< p a r t i p r i s a r d e n t » et « l ' a c h a r n e m e n t h a i n e u x » d o n t a fait p r e u v e le colonel d u P a t y de C l a m . A j o u t o n s q u e Dreyfus c o n n a i s sait les d e u x d o c u m e n t s où s o n t r e l a t é s les a v i s d o n t n o u s v e n o n s de p a r l e r , p u i s q u e , d a n s u n p a s s a g e de sa d é c l a r a t i o n , il se r é f è r e au p r e m i e r et q u e l ' a u t r e a été p u b l i é dès 1 8 9 8 , à la p r e m i è r e a u d i e n c e de la p r o c é d u r e de r e v i s i o n . D ' a i l l e u r s , s o r t a n t des g é n é r a l i t é s , D r e y f u s précise u n fait : M. du Paty de Clam rappelle un fait dont il n'aurait parlé ni à R e n n e s , ni à la Cour de Cassation, mais dont il a parlé au procès de 1894. Me rencontrant dans son bureau tard, je lui aurais dit que je cherchais un papier. C'est absolument faux. Il suffit de se reporter au tome III, débats devant la Cour, page 602, note de M Démange à M° Mornard, où on lit «... Dreyfus a expliqué sa présence en disant qu'il cherchait le capitaine Corvisart pour lui r e n d r e compte d'une erreur qu'il avait commise. » Il ne s'agit donc pas d'un papier que je cherchais, et, d'autre part, l'erreur que j'avais commise ce j o u r - l à a été' constatée. c

(1) Gil lilns dn 15 octobre 1906. (2) Revision,

28.


— 51 — M a l h e u r e u s e m e n t p o u r D r e y f u s , u n des r a r e s i n t e r r o g a t o i r e s de 1894 q u ' a i t p u b l i é s R e i n a c h est p r é c i s é m e n t relatif à cet i n c i d e n t . On lit [Hist. de l'affaire Dreyfus, 1, 287 en note) : Interrogatoire du 15 novembre. — Le commandant du Paty de Clam vons a trouvé seul dans son bureau un soir du mois de septembre dernier, et vous lui avez dit spontanément que vous cherchiez quelque c h o s e : qu'y cherchiez-vous? — Autant que je me rappelle, c'était pour chercher le capitaine Corvisart auquel je voulais rendre compte des travaux dont il m'avait chargé de faire faire l'autographie. Quand le commandant du Paty m'a trouvé seul dans son bureau, il pouvait être cinq heures et demie à six heures du soir. Ma mémoire ne me permet pas de dire si j ' a i répondu spontanément, que je cherchais quelque chose ou quelqu'un. Donc, à l'instruction, deux mois après l'incid e n t , Dreyfus n e n i a i t r i e n : il se r e t r a n c h a i t d e r r i è r e le v a g u e de ses s o u v e n i r s . U n m o i s plus t a r d , à l ' a u d i e n c e , ses s o u v e n i r s se p r é c i s a i e n t m e r v e i l l e u s e m e n t , et c'était d é c i d é m e n t quelqu'un et n o n quelque chose qu'il cherchait, d a n s le b u r e a u d u colonel d u P a t y . L ' e x p l i c a t i o n a été l o n g u e à t r o u v e r : elle n ' e n v a u t p a s m i e u x p o u r cela. Cherc h e r quelqu'un dans une pièce! Qu'est-ce que cela signifie? Les ofliciers d u m i n i s t è r e j o u a i e n t donc à cache-cache dans leurs b u r e a u x !

S u i t u n e p e t i t e d i g r e s s i o n assez i n t é r e s s a n t e : Je liens, dit Dreyfus, à dissiper la confusion qu'on a faite parfois entre différents "Weil. Je n'ai jamais connu M. Maurice "Weil, ancien commandant de territoriale, attaché à l'état-major du général Saussier et grand ami d'Esterhazy. Je connaissais M. "Weyl, lieu-


— 52 — tenant de vaisseau en retraite, avec lequel je me suis rencontré peut-être une dizaine de fois. Je connais également M. le docteur Weill... E n ce q u i c o n c e r n e ce W e y l , l i e u t e n a n t de v a i s s e a u en r e t r a i t e , il est b o n de se r e p o r t e r à u n e l e t t r e de M. de M a h y , a n c i e n m i n i s t r e d e la m a r i n e , a d r e s s é e à M m e E d m o n d A d a m et q u i a été p u b l i é e d a n s la Libre Parole d u 6 a o û t 1895 : Madame, vous me demandez s'il est réel que j ' a i e été obligé d'interdire à M. Weyl l'entrée du ministère de la m a r i n e . Le fait est exact... Quelques jours après (mon arrivée au ministère), un de mes officiers d'ordonnance vint me dire que M. Weyl était entré dans son bureau et faisait une scène parce qu'on ne voulait pas le laisser ouvrir les cartons et les dossiers : je fis prier M Weyl de s'en aller et de vouloir bien ne plus r e mettre les pieds au ministère de la marine... Ce W e y l q u i t e n a i t t a n t à o u v r i r les c a r t o n s du m i n i s t è r e de la m a r i n e p u b l i a , le 22 septembre 1894, d a n s le j o u r n a l le Yacht, u n a r t i c l e d a n s l e q u e l é t a i t r é v é l é le p l a n de l ' e x p é d i t i o n de M a d a g a s c a r : Or, a dit M. Hanolaux (1), il y avait un secret à propos de celte affaire, que nous tenions à garder : c'était la question de savoir si nous aborderions l'île p a r Tamatave ou par Majunga... On avait laissé entendre d'abord qu'on aborderait l'île par Tamatave... 11 y avait intérêt à ce que nous maintenions la croyance chez les Hovas et parmi leur entourage cosmopolite que nous passerions par Tamatave... Par Majunga, si le secret était gardé, nous devions rencontrer de moindres difficultés. Nous avons été très surpris quand nous avons vu circuler dans la presse un (1) Gil Blas du 27 juillet 1906.


— 53 — plan complet très précis dans lequel il était déclaré nettement que l'expédition ne passerait pas p a r la voie de Tamatave, mais bien p a r c e l l e de Majunga. L o r s de la p r e m i è r e revision, P i c q u a r t d e v a n t la C h a m b r e c r i m i n e l l e (1) :

disait

Une chose qui me frappe beaucoup, c'est qu'à l'interpellation Castelin, le 18 novembre 189fi, M. Cast e l i n a dit à peu près ceci : « Pendant que Dreyfus prenait les documents, M. E. Weyl In* publient dans le journal le Yacht » ; et, ajoutait Picquart, je crois qu'il serait intéressant, en tout cas, de savoir comment M. Weyl a eu les renseignements si précis qu'il donne et s'il a pu avoir des accointances, soit avec Dreyfus, soit avec Esterhazy. L'intention de P i c q u a r t e n faisant cette r e m a r q u e est é v i d e n t e : il a v a i t c o n f o n d u W e y l e t W e i l l , et, c o n n a i s s a n t les r e l a t i o n s de W e i l avec E s t e r h a z y , il p e n s a i t q u e les r e c h e r c h e s q u ' i l i n d i q u a i t p e r m e t t r a i e n t d ' a c c u s e r ce d e r n i e r , avec q u e l q u e v r a i s e m b l a n c e , d ' a v o i r f o u r n i les d o c u m e n t s utilisés dans l'article du Yacht. L a m ê m e « e r r e u r » a été c o m m i s e p a r le p r o c u r e u r g é n é r a l B a u d o i n , d a n s son r é q u i s i t o i r e de 1904. Elle a été r e l e v é e p a r le g é n é r a l M e r c i e r d a n s sa d é p o s i t i o n . L e g é n é r a l Mercier a fait r e m a r q u e r q u e le d i r e c t e u r d u Yacht était n o n p a s M. M a u r i c e W e i l , a m i d ' E s t e r h a z y , m a i s M. E m i l e W e y l , parent de Dreyfus. D r e y f u s , en eifet, d a n s sa d é c l a r a t i o n , a conv e n u , n o u s v e n o n s de le voir, q u ' i l c o n n a i s s a i t ce W e y l . Mais il n ' a pas tout dit : « Weyl est r oncle par alliance de M. Mathieu Dreyfus », a dit le g é n é ( i ) Cass., I, 182.


54

r a l R o g e t à R e n n e s ( I ) , s a n s être d é m e n t i . E t la c o ï n c i d e n c e s i g n a l é e p a r M. C a s t e l i n est v r a i m e n t s a i s i s s a n t e e n t r e la m e n t i o n d ' u n e « n o t e s u r M a d a g a s c a r » a u b o r d e r e a u é c r i t au commencement de septembre et la p u b l i c a t i o n , le 22 du même mois, p a r u n allié de Dreyfus, du p l a n de c a m p a g n e secret de Madagascar

Dreyfus passe e n s u i t e à la d é p o s i t i o n de M. F e r r e t à R e n n e s . F e r r e t , e m p l o y é a u m i n i s t è r e de la g u e r r e , a v a i t d é c l a r é a v o i r v u Dreyfus d a n s son b u r e a u en dehors des heures réglementaires et e n c o m p a g n i e d ' u n civil i n c o n n u . D r e y f u s « d é « cl are » : Le mensonge de la déposition Ferret ressort de la déposition elle-même. Voyez-vous un officier introduisant dans son bureau, au ministère, un étranger pour lui communiquer des pièces, alors qu'il avait les plus grandes chances d'être surpris dans cette occupation? Il n ' y a v a i t p r é c i s é m e n t a u c u n e c h a n c e d ' ê t r e s u r p r i s , p u i s q u ' à cette h e u r e - l à aucun officier n ' é t a i t p r é s e n t a u b u r e a u . Mais c o n t i n u o n s : Il y a un fait cependant que j'avais complètement oublié à Rennes, mais que mes acusateurs ne pouvaient ignorer — et que j'avais bien le droit d'oublier après quatre ans passés à l'île du Diable. C'est mon camarade de Fonds-Lamotte, stagiaire avec moi en 1894, qui me l'a rappelé après Rennes. Il y avait chaque jour au quatrième bureau un officier de service de 11 h. 1/2 à 2 heures. J'ai assuré le service à ( i ) Rennes,

I, 292.


55

mon tour : le général Gonse ne pouvait ignorer ce d é tail, puisqu'il avait été mon chef au quatrième bureau. R a p p r o c h o n s cette e x p l i c a t i o n de celle d o n n é e à R e n n e s par Dreyfus (II, 33 et 34) : Lorsque cet homme dit qu'il m'a vu à une heure de l'après-midi dans le bureau, c'est faux, attendu que jamais je ne suis allé au quatrième bureau à une autre heure que l'heure réglementaire, c'est-à-dire à 2 heures. LE PRÉSIDENT. — Aviez-vous des heures de bureau bien régulière^ R. — Oui, mon Colonel. LE PRÉSIDENT. — Aviez-vous adopté les heures réglementaires? Vous prétendez à certains moments ne pas avoir les heures de tout le monde. R. — Mon colonel, cela ne s'est produit qu'à une période, en 1894, du 16 août jusqu'à environ le 22 septembre... J'avais l'autorisation de partir le samedi soir pour Houlgate où se trouvait M'"° Dreyfus et de ne r e n t r e r que le lundi à midi... LE PRÉSIDENT. - Et les autres jours, aviez-vous les mêmes heures de bureau? R. —i Absolument. D o n c ce q u e disait « cet h o m m e » p e u t ê t r e exact, p u i s q u e Dreyfus s'est « t r o m p é », e n affirm a n t que jamais il n ' e s t allé a u q u a t r i è m e b u r e a u e n d e h o r s de l ' h e u r e r é g l e m e n t a i r e . Mais les r a p p r o c h e m e n t s e n t r e les d i v e r s e s d é c l a r a t i o n s s u r la p r é s e n c e de l ' i n c o n n u d a n s son b u r e a u ne sont pas m o i n s i n t é r e s s a n t s . D a n s le c o m p t e r e n d u de R e n n e s , o n lit : « Q u a n t à a v o i r i n t r o d u i t u n e p e r s o n n e é t r a n g è r e à l ' a r m é e d a n s le b u r e a u , j ' a f f i r m e q u e c'est faux : j ' a i dit d ' a i l l e u r s , h i e r , p o u r q u o i c'est u n e impossibilité, c'est e n t o u t cas u n e difficulté. » (Rennes, I I , 83.) A u j o u r -


—56— d ' h u i , ce n ' e s t p l u s q u ' u n e absurdité. Argument t o p i q u e , c o m m e dit R e i n a c h , et d e v a n t l e q u e l d e v a i e n t s ' i n c l i n e r ces c o n s e i l l e r s s o u c i e u x du b o n r e n o m de l e u r i n t e l l i g e n c e . Dreyfus a t t a q u e e n s u i t e le colonel B e r t i n - M o u r r o t , et v e u t le m e t t r e en c o n t r a d i c t i o n a v e c le g é n é r a l Roget. N o u s c o p i o n s : Le général Roget vous a dit dans sa déposition, à propos d'un travail fait en 1893 : « Dreyfus, notamment dans une circonstance où il « avail été chargé de faire un transport fictif de deux « corps d'armée, avait insisté auprès de moi, à deux « reprises différentes, pour être autorisé à faire le « travail sur les vraies lignes de transports et dans « les conditions où les transports s'exécuteraient en « temps de guerre. J'avais trouvé qu'un stagiaire n'a« vail pas à entrer dans ces détails secrets... » Le général Roget ferait bien de s'entendre à ce sujet avec M. Berlin-Mourot. M. Berlin-Mourot déclare que je connaissais les lignes de transport en vigueur en 1893 et que je les avais expliquées au capitaine Boullenger, ce qui est parfaitement exact, puisque j e l'ai déclaré en 1894, dans l'interrogatoire du 16 n o vembre devant M. d'Ormescheville. Alors quels secrets y aurait-il eu à cacher, d'après le général Roget, quand je lui fis observer qu'il était préférable de faire le travail sur une ligne de transport réel ?... C'est D r e y f u s q u i va n o u s f o u r n i r la r é p o n s e (Rennes, I I , 76) : Comme je l'ai dit en 1894, je connaissais évidemment les lignes de transport, je connaissais la concentration dans les lignes générales... Quant à connaître dans tous les détails le débarquement, c'est une autre question. Entre connaître la concentration dans ses lignes générales et connaître la concentra-


— 57 — tion dans ses plus petits détails, il y a toute une échelle. Quand on veut déterminer un point précis, il faut préciser. Le g é n é r a l R o g e t a dit s i m p l e m e n t q u e D r e y fus v o u l a i t p r é c i s e r . Ils s o n t a b s o l u m e n t d ' a c c o r d entre eux.

L a « d é c l a r a t i o n » se p o u r s u i t p a r u n e discus-, sion insignifiante s u r le r a p p o r t S c h n e i d e r , puis p a r des a t t a q u e s c o n t r e le g é n é r a l Roget q u i v e u t « m o n t r e r q u ' i l a u n e c o n s c i e n c e », t a n d i s « q u ' i l lui serait b i e n difficile de faire c r o i r e q u ' i l a u n e c o n s c i e n c e ». E t Dreyfus cite u n e a l l é g a t i o n , s o i - d i s a n t i n e x a c t e , et d ' a i l l e u r s p e u i m p o r t a n t e , du g é n é r a l Roget d e v a n t la Cour de C a s s a t i o n en 1898. N o t o n s q u e D r e y f u s , au m o m e n t du p r o c è s de R e n n e s , a v a i t e n m a i n s l ' e n q u ê t e de la C o u r de C a s s a t i o n , « qu'il v o u l u t s ' o c c u p e r l u i - m ô m e de son p r o c è s , q u ' i l r é d i g e a force n o t e s d ' u n e précision surprenante de mémoire, et f o u r n i t a u x d e u x a v o c a t s les e x p l i c a t i o n s d o n t ils a v a i e n t b e s o i n , tant sur des incidents qui lui étaient personnels, q u e s u r des q u e s t i o n s t e c h n i q u e s . » {Reinach, V, 211 et 212). Il est d o n c fort é t o n n a n t q u ' i l n ' a i t p a s c o n t e s t é à R e n n e s l'incident personnel dont a v a i t p a r l é le g é n é r a l Roget d e v a n t la C o u r . S e r a i t - c e p a r c e q u e la d i s c u s s i o n e û t été p u b l i q u e ? (1) (1) Lo général Roget avait dit (Cass., I, 57) qu'en décerribre 1893, Dreyfus avait assisté à des conforencos faites au 4 bureau de l'Etat-Major sur l'organisation des chemins de fer. Dreyfus prétend (Gil Dlas du 11 août 1906) qu'il n'a pu assister à ces conférences parce que, « au moment où ces conférences furent faites, c'est-à-dire en décembre 1893 •>, il était au chevet de son père mourant. Mais il a dit lui-même (Gil Blas du 10 août 1906) qu'il e


— 58 —

Dreytus continue en relevant u n « double mensonge » relatif à la d é c l a r a t i o n de M. H a d a m a r d à M. P a i n l e v é . L ' i n c i d e n t a été l i q u i d é à R e n n e s , a p r è s u n e l o n g u e et i n s i p i d e discussion de M. P a i n l e v é . Il est r e s s o r t i de cette d i s c u s s i o n q u e M. Had a m a r d , a p r è s le p r o c è s de 1894, a v a i t eu s u r D r e y f u s « tels r e n s e i g n e m e n t s q u i faisaient q u ' i l c o n s i d é r a i t Dreyfus c o m m e n ' é t a n t pas de ces h o m m e s d o n t on p o u v a i t r é p o n d r e a priori ». Cet é t a t d'esprit de M. H a d a m a r d s'est d ' a i l l e u r s m a n i festé de m a n i è r e à peu p r è s a n a l o g u e d a n s u n e c o n v e r s a t i o n avec M. "Vaugeois e n j u i l l e t 1898. (On t r o u v e r a le détail de c e t t e c o n v e r s a t i o n d a n s le n u m é r o de VAction Française d u 13 j u i l l e t 1906.) Quoi q u ' e n p e n s e D r e y f u s , il est i n t é r e s s a n t de c o n s t a t e r q u e les p a r e n t s de M m e Dreyfus n e se p o r t a i e n t p a s g a r a n t s a priori de l ' i n n o c e n c e de l e u r allié : e't p u i s q u e n o u s s o m m e s s u r ce c h a p i t r e , n o u s s e r a - t - i l p e r m i s de d e m a n d e r si des p a r e n t s directs de Dreyfus n ' o n t p a s , à la p r e m i è r e h e u r e , r e p o u s s é t o u t e s o l i d a r i t é avec l u i ? On lit en effet, d a n s le Bulletin des Lois 2 s e m e s t r e 1 8 9 3 , n° 1715, page 3 2 :

du

e

N° 29.818. Décret du Président de la République, contresigné par le garde des sceaux : M. Dreyfus (Edmond-Elie), né le 19 juin 1872 à Mulhouse (Alsace), sous-lieutenant au 146° régiment d'infanterie, en garn'obtint, à l'occasion de la mort de son père survenue le 13 d é cembre, qu'un permis de séjour en Alsace de quelques jours. ' L ' a l i b i n'est donc pas très bien établi. D'ailleurs, encore u n s fois, pourquoi ne l'a-t-il pas allégué en audience publique, à Rennes? C'eût été plus intéressant que de dire qu'on lui arrachait le cœur et l'âme. {Rennes. I, 309.)


— 59 — nison à Verdun (Meuse), est autorisé à substituer à son nom patronymique celui de Lantz et à s'appeler légalement à l'avenir Lantz au lieu de Dreyfus. Si le s o u s - l i e u t e n a n t E d m o n d Dreyfus e s t , c o m m e n o u s le c r o y o n s , le fils d e M. J a c q u e s Dreyfus, frère d'Alfred, on v o i t q u ' e n 1 8 9 5 le n e v e u n ' é t a i t p a s très fier de p o r t e r le m ô m e n o m q u e s o n o n c l e et il s e m b l e q u e les s e n t i m e n t s prèles à M. H a d a m a r d p a r le g é n é r a l G o n s e et p a r le g é n é r a l R o g e t é t a i e n t assez r é p a n d u s d a n s la f a m i l l e , soit d i r e c t e , soit a l l i é e . +

P r e y f u s a y a n t g l i s s é , et p o u r c a u s e , s u r l ' i n c i d e n t H a d a m a r d , passe à M. L o n q u é t y . Ce d e r n i e r , lors d e la p r e m i è r e r e v i s i o n , a v a i t d i t à la C o u r avoir r e n c o n t r é Dreyfus à-Bruxelles « à u n e é p o q u e q u ' i l fixait, s a n s p o u v o i r l ' a s s u r e r , à l'été de 1894 ». A R e n n e s , D r e y f u s a p r é t e n d u avoir v u M. L o n q u é t y , à B r u x e l l e s , a u r e t o u r d ' u n e visite à l ' e x position d'Amsterdam, en 1885. L'exposition, ainsi q u e le r e c o n n a î t D r e y f u s , a e u lieu e n 1 8 8 3 , ce q u i d o n n e à M. L o n q u é t y u n l a p s d e onze a n s p o u r localiser ses s o u v e n i r s . Dreyfus ajoute : « J ' a i d é t e r m i n é , e n o u t r e , à R e n n e s , d e v a n t M. L o n q u é t y , les c o n d i t i o n s de n o t r e r e n c o n t r e et il les a reconnues exactes. » Reportons-nous a u procès de R e n n e s ( I I , 1 8 4 ) : LE LIEUTENANT-COLONEL BRONGNIART. — Pensez-vous

que cela puisse être en 1886? M. LONQUÉTY. — Cela m e paraît très loin. J e ne crois p a s . Le LIEUTENANT-COLONEL BRONGNIART. — Trop loin ?


— 60 — M. LONQUÉTY. — Cela me parait t r è s loin. (Que d i rait-il pour la date de 1883 !) A l o r s Dreyfus p r e n d la p a r o l e « p o u r r a f r a î c h i r les s o u v e n i r s d u t é m o i n ». S u i t l ' e x p l i c a t i o n s u r l ' e x p o s i t i o n d ' A m s t e r d a m . M. L o n q u é t y est i n t e r v e n u d e u x f o i s : a p r è s c e t t e p h r a s e de D r e y f u s : « J ' a i passé p a r B r u x e l l e s , et j ' a i r e n c o n t r é M. L o n q u é t y s o u s les g a l e r i e s S a i n t - H u b e r t », p o u r dire : « D a n s u n r e s t a u r a n t » ; u n e d e u x i è m e j ' o i s , q u a n d Dreyfus a eu t e r m i n é , p o u r d i r e : « P u i s - j e m e r e t i r e r ? » C'est ce q u e Dreyfus a p p e l l e r e c o n n a î t r e e x a c t e s les c o n d i t i o n s de la rencontre.

L a D é c l a r a t i o n a r r i v e à la b r o c h u r e a n o n y m e i n t i t u l é e : Elude de la déposition de M. Berlillon et de M. Valerio, par un ancien élève de VEcole Polytechnique. Dreyfus n ' e s q u i s s e m ô m e pas u n e r é f u t a t i o n , se r e t r a n c h a n t d e r r i è r e MM. Molinier, P a i n l e v é et B e r n a r d : il e û t c e p e n d a n t été i n t é r e s s a n t do c o n n a î t r e son avis s u r la q u e s t i o n . Mais il n e sait d i r e q u ' u n m o t p o u r m o n t r e r « les p r o c é d é s de ces v é r i t a b l e s f a u s s a i r e s ». D a n s l ' i n t r o d u c t i o n de la b r o c h u r e , on lui a t t r i b u e , c o m m e a y a n t été dite à M. d ' O r m e s c h e v i l l e , u n e p h r a s e q u ' i l a dite « à M. d u P a t y d a n s l'instruction préliminaire, alors qu'il ne connaissait p a s le b o r d e r e a u , et q u ' i l se d e m a n d a i t c o m m e n t on a v a i t bien pu p o r t e r c o n t r e lui u n e a c c u s a t i o n aussi m o n s t r u e u s e ». Si l'on se r e p o r t e à l a d i t e b r o c h u r e , on c o n s t a t e en effet q u e l ' a u t e u r a c o m m i s l ' e r r e u r s i g n a l é e dans la préface. Mais o n c o n s t a t e é g a l e m e n t q u e d a n s le c o u r s de la b r o chure l'auteur raconte que Dreyfus, interpellé par


— 61 — M. d ' O r m e s c h e v i l l e , précisément sur cette déclaration faite au commandant du Paty, l'a p r e s q u e r é t r a c t é e le 27 n o v e m b r e , m a i s a, p a r la s u i t e , le 29 n o v e m b r e , et m ê m e a p r è s sa d é c l a r a t i o n , d a n s u n e n o t e à M" D é m a n g e , e x p r i m é la m ê m e idée q u e d e v a n t le c o m m a n d a n t d u P a t y . On c o n v i e n d r a qu'il e û t m i e u x valu e x p l i q u e r ces e x t r a o r d i n a i r e s c o n t r a d i c t i o n s q u e de r e l e v e r u n e e r r e u r insignifiante, é l u c i d é e p a r la b r o c h u r e m ê m e , et on j u g e r a , à l e u r t o u r , « les p r o c é d é s » de « M. Dreyfus. » '

La fin de la d é c l a r a t i o n m e t e n scène M. Gabriel Monod, d o n t l ' a b s e n c e e û t été v r a i m e n t r e g r e t table. Dreyfus i n s i s t e p o u r l ' a u d i t i o n d ' u n t é m o i n qui refuse de p a r l e r et v e r s e a u dossier u n e c o r r e s p o n d a n c e des p l u s insignifiantes e n t r e u n M. Dez, q u i d o n n e du « c h e r m a î t r e » à M. M o n o d , et M. M o n o d , q u i , en t r a n s m e t t a n t les l e t t r e s à Dreyfus, t r a i t e M. Dez de « b r a v e n i g a u d », ce qui d o n n e u n e s i n g u l i è r e idée de l a m a n i è r e d o n t M. Monod f o r m e ses élèves. Il y a enfin u n p o s t - s c r i p t u m p o u r o p p o s e r q u e l q u e s d é n é g a t i o n s à c e r t a i n s faits a l l é g u é s p a r le colonel du P a t y de C l a m : n a t u r e l l e m e n t les c o n c l u s i o n s d e « M. du P a t y » s o n t d é c l a r é e s « a b s o l u m e n t fausses », t a n d i s q u e t o u t ce q u e d i t « le colonel P i c q u a r t » est « p a r f a i t e m e u t e x a c t ». La s é a n c e se t e r m i n e s u r u n e o b s e r v a t i o n de M Morn a r d q u i fait r e m a r q u e r a u x c o n s e i l l e r s q u e son client n ' a pas le nez b u s q u é , d'où il r é s u l t e , p a r a î t il, q u e M m e B a s t i a n , q u i a d é c l a r é avoir v u à l ' a m b a s s a d e d ' A l l e m a g n e le p r o p r i é t a i r e de ce n e z , a m a l décrit ce nez. Il n e s ' a g i s s a i t pas de le d é 0


— 62 — c r i r e , m a i s rie le r e c o n n a î t r e , e t o n s'est b i e n g a r d é de d e m a n d e r une confrontation.

G o m m e n t qualifier c e t t e « d é c l a r a t i o n », portant uniquement sur des à côté, d a n s l a q u e l l e , p a s u n e fois, le fond de l'affaire n ' e s t m ê m e effleuré, et cela p a r le p r i n c i p a l i n t é r e s s é ? « C'est », a d i t M. J u d e t « u n m o m e n t de s t é r i l i t é , d ' i n c o h é r e n c e et d ' i m p r é c i s i o n . . . le m a l h e u r e u x n ' a p a s t r o u v é u n m o t clair, u n c r i du c œ u r . . . J e c o m p r e n d s d é s o r m a i s q u ' i l ait à tout p r i x refusé d e c o m p a r a î t r e d e v a n t u n t r o i s i è m e Conseil de g u e r r e . »

H. D . - C .

P A U I S . — IMPIUMKH1K F . ' L K V K ,

KUK CASSETTE,

17.


ET

15 DE CHAQUE MOIS

60

fr.

francs, montant de mon abonnement, en un mandat, ou : je

.

_

A

(1) Rayer la formule qui ne convient pas.

de recouvrement (1). le SIGNATURE ;

190

vous prie de faire recouvrer par la poste le prix de mon abonnement, avec 0 fr 50 en plus pour les frais

J'envoie inclus la somme de

déclare souscrire un abonnement de 24 numéros à la revue de « l'Action française ».

:

LE NUMÉRO, 0 fr.

ABONNEMENTS : PARIS ET DÉPARTEMENTS, 12 fr. ; ÉTRANGER, 18

Je sousssignè

demeurant à

ER

Bureaux : 42, rue du Bac

PARAISSANT LES 1

A LA REVUE " L'ACTION FRANÇAISE "

ABONNEMENT

D É T A C H E R CE BULLETIN ET L'ENVOYER 42, R U E DU BAC, PARIS


A LA LIBRAIRIE SAVAÈTE, 76, rue des Saints-Pères

J O S E P H REINACH HISTORIEN REVISION DE L'HISTOIRE LE L'AFFAIRE DREYFUS PAR

Henri DUTRAIT-CROZON Préface de CHARLES MAURRAS

Un fort volume. — Prix : K francs

L'IMPOSTURE

D'ESTERHAZY PAR

UN ANCIEN NORMALIEN En vente dans toutes les librairies.

LA THÉORIE DE M. BERTILLON RÉPONSES

à MM. BERNARD, PAINLEVÉ et MOLINIER PAR

Un POLYTECHNICIEN Prix ; O fr * »

aux bureaux ae L'ACTION

FRANÇAISE


A LA LIBRAIRIE SANSOT, 83, m e Saint-André-des-Arts.

CE QUE J'AI VU A RENNES par M a u r i c e

B A R R É S

Prix : Un franc.

LE BORDEREAU Étude des dépositions de M. BERTILLON et du Capitaine VALERIO au Conseil de guerre de Rennes PAR

Un Ancien Élève de l'École Polytechnique Texte -et planches, prix : tt fr.

EN

VENTE

A LA

LIBRAIRIE

ANTISÉMITE

Rue Vivienne, 47

Vient de paraître

LIBÉRALISME ET LIBERTÉS Démocratie et peuple

LA V É R I T É POLITIQUE discours prononcé à Bordeaux

PAl CHARLES

PAR

M . DE R o u x

MAURRAS

Une brochure, prix Par poste

0 fr. 10 0 fr. 15

One brochure, prix Par poste

E n v e n t e a u x b u r e a u x d e l'Action

française.

Paris. — Imprimerie P . Levé, rue Cassette, 17.

0 fr. 15 0 fr. 20


Appel au pays  

Auteur : Dutrait-Crozon, Henri ; Deleubec, Frédéric et Larpent, Georges. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service co...