Page 65

CEARA ET LE NORD-EST BRÉSILIEN

61

charmante perd sensiblement de sa beauté quand on approche. Il reste un long rivage de sable bordé de maisons. C'est Fortaleza. Ce n'est point un port, à peine un mouillage : une rade foraine, avec une grosse mer, teinte en vert par le sable qu'elle brasse. On a l'impression d'une grande plage plate où seuls de grands travaux, que le commerce actuel ne justifie pas, pourraient faire un port. Pour le moment, ni outillage, ni quais. Une jetée, battue furieusement, abrite un port qui n'est malheureusement praticable qu'à marée haute, et qui découvre de toutes parts à marée basse. Le bateau jette l'ancre loin du rivage et commence à décharger dans des radeaux du jute de l'Inde qui sera manufacturé ici et employé à faire des sacs, dont le Brésil a besoin pour le café, le coton, le maïs. Notre débarquement, par le voilier de la compagnie, bien que le jour soit relativement calme, est assez dif­ ficile, tant la houle est forte. Elle est réglée, autant que j'ai pu voir, par l'échange alterné qui se fait natu­ rellement entre une côte chaude et la mer. Nous sommes sortis du bateau à neuf heures du matin avec une brise de mer, et revenus à six heures du soir avec une brise de terre assez fraîche et une mer très creuse. Vers neuf heures du soir, elle était de nouveau calme. La ville est composée de maisons sans étage, en terre, peintes le plus souvent en rose. Les maisons riches sont en ciment. N'y cherchez pas la structure espagnole qui groupe les bâtiments autour d'un patio. Le type qu'elles affectent est celui qu'on appelle ici du bungalow ; en fait, c'est celui d'une villa, sans beau­ coup de caractère. Les pauvres logent dans d'invrai­ semblables cahutes dignes de la zone la plus misé­ rable, moitié tôle, moitié feuilles de palmiers. Le problème du mobilier est fort simple. On couche dans un hamac de coton tressé, qu'on emporte sur son épaule. La ville n'a guère de monuments. Elle est, je crois, assez ancienne ; mais la sécheresse a chassé

900 lieues sur l'Amazone  

Auteur : Bidou, Henry. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

900 lieues sur l'Amazone  

Auteur : Bidou, Henry. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement