Page 161

CHAPITRE

IX

SANTAREM

5 septembre. — Nous avons achevé pendant la nuit la traversée des Narrows, et le matin en nous éveillant, vers six heures, nous nous trouvons dans le large courant de l'Amazone. Le ciel est nuageux, le temps tiède et humide, mais en somme la température est parfaitement supportable, presque agréable. Point de transpiration. L'eau du tub est fraîche. On respire aisément cet air calme. Il ne fait pas un souffle de brise. L'atmosphère est d'un jaune rose. A droite, une surprise. Une fois passé Almeirim, au delà d'une ligne basse de verdure, nous voyons s'élever des collines tabulaires, d'autres coniques, d'autres dentelées et irrégulières, mais toutes ter­ minées à un niveau constant. C e sont celles dont M. Le Cointe m'avait parlé. Elles marquent par leur surface supérieure un ancien niveau de dénudation, qui a été ensuite disséqué, et dont elles sont les buttes témoins. Elles mesurent le travail du fleuve, qui a abaissé cette immense plaine jusqu'à son niveau ac­ tuel. Ces restes morcelés s'élèvent en silhouettes bleues sur le ciel blanc, parfois sur plusieurs rangs

900 lieues sur l'Amazone  

Auteur : Bidou, Henry. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

900 lieues sur l'Amazone  

Auteur : Bidou, Henry. Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement