Page 67

— 409 — Par des warants ou des récépissés de marchandises déposées soit dans des magasins publics, soit dans des magasins particuliers dont les clefs ont été régulièrement remises à la banque; Par des cessions de récoltes pendantes ; Par des connaissements a ordre ou régulièrement endossés ; Par des transferts de rentes ou d'actions de la banque de la colonie ; Par des dépôts de lingots, de monnaies ou de matières d'or et d'argent ; 4° A se charger, pour le compte des particuliers ou pour celui des établissements publics, de l'encaissement et du recouvrement des effets qui lui sont remis, et a payer tous mandats et assignations ; 5° A recevoir, moyennant un droit de garde, le dépôt volontaire de tous les titres, lingots, monnaies et matières d'or et d'argent ; 6° A souscrire à tous emprunts ouverts par l'Etat, par la colonie ou par les municipalités de la colonie jusqu'à concurrence des fonds versés à la réserve ; 7° A recevoir, avec l'autorisation du Ministre de la marine et des colonies, les produits des souscriptions publiques ouvertes soit dans la colonie, soit dans la métropole ; 8° A émettre des billets payables à vue au porteur, des billets à ordre et des traites ou mandats; 9° A faire commerce des métaux précieux, monnayés ou non monnayés, Art. 11. La banque reçoit à l'escompte les billets a ordre portant la signature de deux personnes au moins notoirement solvables et domiciliées dans la colonie. L'échéance de ces effets ne doit pas dépasser cent vingt jours. Les traites ou mandats doivent également porter la signature de deux personnes au moins, notoirement solvables. Leur échéance ne doit pas dépasser quatre-vingt-dix jours de vue ou avoir plus de cent vingt jours, si l'échéance est déterminée. Ces divers effets doivent être timbrés. La banque refuse d'escompter les effets dits de circulation, créés illusoirement entre les signataires, sans cause ni valeur réelle. Art. 12. L'une des signatures exigées aux termes de l'article précédent peut être suppléée, soit par un dépôt des titres mobiliers mentionnés à l'article 10, soit par la remise d'un warant, récépissé ou acte de dépôt de marchandises, soit par la

Bulletin officiel de la Guyane française (1874)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1874)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement