Page 215

— 231 — Les surveillants, maîtres-ouvriers et contremaîtres-ouvriers, de ο à 8 francs par jour ; Les ouvriers, de 4 à 7 francs par jour; Les cantonniers, fouilleurs et manœuvres, de 2 fr. 50 cent, à 4 francs par jour ; Les apprentis, femmes et enfants, de 50 centimes a 4 francs par jour. Art. 2. La journée sera de neuf heures de travail effectif. Les fractions de journée seront évaluées par dixième, afin de tenir compte des absences motivées ou permises. Le travail de nuit sera payé deux dixièmes en sus de la durée effective. Les ouvriers qui ont reçu des outils seront responsables des pertes et détériorations provenant de leur négligence. Art. 3. En cas d'absence illégale du travail, paresse ou exécution défectueuses des ouvrages, les ouvriers pourront subir, dans le décompte du nombre d'heures de leur journée, une réduction qui sera fixée par le chef d'atelier. Les réclamations contre les mesures de cette nature ne pourront être faites qu'au chef du service, qui statuera définitivement. Art. 4. Les ouvriers civils blessés sur les travaux ou dans un service commandé seront admis dans les hôpitaux de la colonie aux frais du service intéressé. Dans ce cas seulement, il pourra leur être alloué la moitié de leur solde à titre de dédommagement pendant la durée de leur séjour a l'hôpital. Art. 5. La quotité des salaires et des augmentations sera déterminée par le Directeur de l'intérieur, sur la proposition du chef du service, et avec approbation du Chef de la colonie lorsque le salaire sera de plus de 4 francs par jour. Art. 6. Lorsque les journaliers civils seront employés à l'extérieur et ne recevront pas de vivres en nature, ils auront droit à une augmentation du quart de leur solde sans que celte augmentation puisse jamais dépasser I fr. 50 par jour. Cette indemnité sera toujours de moitié de la solde pour les maîtres ouvriers en tournée. Les surveillants, maîtres et contre maîtres-ouvriers employés à l'extérieur continueront à recevoir une indemnité fixée à 1 fr. 80 cent, par jour pour les surveillants, et 1 fr. 50 cent, par jour pour les maîtres et contre-maîtres. Art. 7. Sont et demeurent abrogées toutes les dispositions contenues dans l'arrêté du 25 avril 1865.

Bulletin officiel de la Guyane française (1884)  

Auteur : Partie 1 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1884)  

Auteur : Partie 1 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement