Page 272

( 192 ) Monsieur votre prédécesseur s'est conformé à la disposition qui lui avait été prescrite à cet égard, en m'envoyant, par une lettre du 17 octobre dernier, n° 336, des actes de décès, an nombre de trente, pour la période comprise entre le 11 mai et le 25 septembre. Depuis lors, je n'ai trouvé dans sa correspondance aucun renseignement sur les nouveaux décès survenus. Outre le besoin qu'a mon département de connaître exactement, surtout dans les premiers temps de l'acclimatement, la proportion de la mortalité dans les pénitenciers, sans attendre l'expiration des périodes trimestrielles ; ces périodes ellesmêmes me paraissent devoir être abrégées, afin qu'il soit possible de satisfaire aux demandes de renseignements qui sunt faites ici par les familles des transportés, sans adresser préalablement à la Guyane des communications spéciales qui multiplient une correspondance déjà considérable et compliquent encore les détails du service. A l'avenir, l'envoi des actes de décès des transportés devra être effectué par périodes mensuelles. Ces actes étant destinés à être transmis aux préfets des départements, pour que la transcription en soit faite sur les registres de l'état civil du lieu du dernier domicile des individus décédés, conformément aux prescriptions du Code Napoléon, il est nécessaire qu'ils soient revêtus de toutes les conditions requises pour en constater l'authenticité. Vous devrez, en conséquence , pourvoir à ce qu'ils soient légalisés dans la colonie, sans que cette formalité entraîne un long retard dans l'envoi qui doit m'être fait. Les actes parvenus avec la lettre précitée de M. SARDA GARRIGA ne portent que la signature du fonctionnaire chargé du service de l'état civil aux îles du Salut. On a omis également d'indiquer sur l'état nominatif qui accompagne les extraits la catégorie à laquelle appartiennent les individus décédés et le numéro matricule de chacun d'eux; ce sont des moyens de repère indispensables pour qu'on puisse ici retrouver ces noms dans les différentes matricules et y faire les annotations auxquelles il y a lieu. On ne doit point d'ailleurs confondre dans les mêmes états les décès des personnes employées dans les pénitenciers, niais que n'atteignait pas la mesure de la transportation. Les actes

Bulletin officiel de la Guyane française (1853)  

Auteur : Partie 1 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1853)  

Auteur : Partie 1 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement