Page 77

—422— d u s c o n d a m n e s à m o r t par un tribunal de la marine seront fusillés ; aux termes d u dernier paragraphe de l'article 2 5 3 , il e n est d e m ê m e p o u r les m a r i n s , l e s militaires et leurs assimilés qui seraient c o n d a m n é s à mort par u n tribunal ordinaire o u par un tribunal militaire. P o u r l e s e x é c u t i o n s à m o r t , il sera commandé quatre seconds maures ou sergents, quatre quartiers-maîtres ou caporaux et quatre matelots ou soldats, les plus anciens de service pris à tour de rôle sur le badinent ou dans le corps du prévenu, et, à défaut, dans les équipages ou les corps présents sur les lieux où l'exécution devra se faire. On placera ces douze hommes sur deux rangs ; ce sont eux qui seront chargés de faire feu sur le coupable, quand le signal en aura été donné par l'adjudant. L'exécution se jera au lieu indiqué à cet effet, en présence de l'équipage ou du corps du prévenu, et, à défaut, en présence de l'équipage ou du corps qui aura fourni les tireurs ; l'équipage ou le corps désigné pour assister à l'exécution s'y rendra sans armes ; à terre, il sera rangé en bataille. Un des juges du tribunal qui aura appliqué la loi devra toujours être présent à l'exécution. (Ce j u g e aura d û être d é s i g n é par le président après la lecture du jugement. ) // sera commandé un piquet de cinquante hommes, en armes, pour conduire le coupable au lieu de son exécution; la gendarmerie sera également commandée, quand il y en aura: le piquet et la gendarmerie seront chargés, sous les ordres du commandant, de veiller au maintien de l'ordre et de la police qui doivent régner dans ces sortes d'exécutions. Ces diverses p r e s c r i p t i o n s , reproduites d e la loi d u 1 2 m a i 1 7 9 3 , n e font n u l l e m e n t i o n d e l'intervention d u commissaire i m p é r i a l , par la raison qu'aux t e r m e s de l'article 1 8 1 , les j u g e m e n t s sont e x é c u t é s à la diligence et n o n e n présence d e l'officier du ministère p u b l i c . Il suffit d o n c que le c o m ­ missaire impérial a s s u r e , p a r délégation, l'exécution d o n t il est chargé. L a d é g r a d a t i o n militaire définie par l'article 2 4 2 est tantôt u n e p e i n e principale, tantôt u n e peine accessoire. C o m m e peine principale, elle est toujours a c c o m p a g n é e d'un e m p r i s o n n e ­ m e n t d o n t la d u r é e , fixée p a r le j u g e m e n t , peut atteindre le m a x i m u m d e cinq années (art. 2 4 3 ) . C o m m e p e i n e accessoire, e l l e se joint d e plein droit : i ° A u x travaux f o r c é s , à la d é p o r t a t i o n , à la d é t e n t i o n , à la r é c l u s i o n et au b a n n i s s e m e n t , p e i n e s d o n t l'application et les effets sont d'ailleurs déter­ m i n é s par le Code pénal o r d i n a i r e ( art. 2 4 1 ). 2° A t o u t e c o n d a m n a t i o n à mort p r o n o n c é e e n vertu d e c e m ê m e c o d e ( art. 240 ) . D a n s certains cas prévus au titre I I , la dégradation militaire a c c o m p a g n e e n c o r e la p e i n e de m o r t , qui seulement alors a u n caractère i n f a m a n t . T o u t e f o i s , aux t e r m e s d e l'article 2 4 2 , il n e d o i t p o i n t y avoir e x é c u t i o n effective d e la dégradation militaire lorsqu'elle est l'accessoire d'une c o n d a m ­ n a t i o n capitale. L e s articles 2 4 8 , 249 et 2 5o définissent les p e i n e s d e l'inaptitude à l'avan­ c e m e n t et d e la r é d u c t i o n d e grade o u de c l a s s e , ainsi q u e la p e i n e acces­ soire d u c a c h o t o u d o u b l e b o u c l e . Ces p e i n e s , qui sont spéciales aux individus appartenant a u x équipages de la flotte, n'auront p l u s désormais pour effet d e s u s p e n d r e la délégation apostillée au c o m p t e d e l ' h o m m e en faveur de sa famille. D a n s le c a s o ù l'inaptitude à l'avancement aura été p r o n o n c é e sans avoir été a c c o m p a g n é e d e la r é d u c t i o n d e g r a d e ou d e c l a s s e , la d é l é g a t i o n conti­ nuera à être p a y é e d a n s son intégralité.

Bulletin officiel de la Guyane française (1858)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1858)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement