Page 19

— 366 — Lorsque la marmite est suffisamment chaude, il place un quart de litre au plus de capsules dans la cuiller qu'il tient de la main gauche ; et, après avoir soulevé le couvercle à l'aide du ringard qu'il tient de la main droite, il verse les capsules dans la marmite et repose vivement le couvercle. Presque aussitôt les capsules commencent a détoner 5 ces détonations durent pendant une minute environ ; quand tout bruit a cessé, l'artificier verse de nouvelles capsules dans la marmite et répète cette opéra­ tion deux autres fois; après quoi il enlève le couvercle, le pose sur le sol et brasse les capsules à l'aide d'un ringard pour n'en laisser aucune non brûlée. Durant cette dernière opération il évite de trop s'approcher de la marmite ou de tenir la figure au-dessus. Cela fait, il retire la marmite du feu, la vide, la re­ place dans la même position pour continuer l'opération sur de nouvelles capsules. Un homme exercé peut brûler ainsi 15,000 capsules par heure. Les alvéoles des capsules brûlées ou a brûler doivent être ma­ niées avec précaution, de crainte que les poussières délétères des sels de cuivre ou de mercure qui sont soulevées dans l'air ne soient respirées par les hommes. Lorsque la quantité de capsules a détruire n'est pas consi­ dérable, on peut encore les détruire en les jetant une à une dans un feu clair, en se garantissant, au moyen d'un abri, des éclats ou des projections de capsules. Si des capsules défectueuses, et dont la couche de vernis serait en partie attaquée par la moisissure, avaient séjourné assez longtemps dans l'eau pour que le vernis eût laissé péné­ trer le liquide jusqu'à la composition, on aurait à craindre que le salpêtre de la composition fulminante ne fût dissout et que le fulminate de mercure n'ait été mis à nu-, ce sel serait de­ venu alors très-explosif, et les capsules devraient rester cou­ vertes d'eau. On devra dans ce cas les manier avec soin et les jeter une à une dans un feu clair, où elles feront explosion isolément; le servant devra se tenir abrité, en attendant que l'explosion de chaque capsule ait eu lieu. Paris, le 29 janvier 1858, Le Général de division Sénateur, Président du comité de l'artillerie, V DE LAHITTE. A P P R O U V É L E 16

Le Maréchal de France Ministre

FÉVRIER.

1858

:

Secrétaire d'Etat de ta (¡\icrre.

VAILLANT.

Bulletin officiel de la Guyane française (1858)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1858)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement