Page 47

— 337 — Je vous invite, e n c o n s é q u e n c e , à vouloir bien faire dresser u n noces-verbal d e cette opération et d e m e l'adresser a u plus tôt. Recevez, etc. L e M i n i s i r e de la m a r i n e et des colonies. P o u r le Ministre et par son ordre : Le Conseiller d'État Directeur du personnel, LAYRLE. 555. D É P Ê C H E M I N I S T É R I E L L E n° 3 7 2 ( m a r i n e et colonies: direction d e s colonies. 2 b u r e a u ) . O b s e r v a t i o n s r e latives à l'insuffisance des apostilles des livrets des ecclésiastiques venant en c o n g é . Paris, le 22 août 1861. Monsieur l e G o u v e r n e u r , a l'occasion d e l'arrivée e n F r a n c e d ecclésiastiques a u x q u e l s il a été a c c o r d é d e s c o n g é s d e c o n v a lescence, j'ai e u occasion d e r e m a r q u e r q u e , sur les livrets r e m i s à ces ecclésiastiques, il était é n o n c é qu'ils avaient été p a y é s d e leur solde et d e leur s u p p l é m e n t de traitement jusqu'à u n e é p o q u e qui précédait d e q u e l q u e s jours celle d e leur d é p a r t d e la colonie. 11 restait d o n c le soin p o u r m o n d é p a r t e m e n t d e p o u r v o i r ici au p a y e m e n t , à ces m ê m e s ecclésiastiques, d e c e qu'ils auraient dû recevoir d a n s la colonie, si leur d é c o m p t e eût c o u r u j u s q u ' a u jour m ê m e d e leur e m b a r q u e m e n t . Toutefois, m o n d é p a r l e m e n t a é p r o u v é d e s incertitudes sur la question d e savoir si le s u p p l é m e n t spécial, sur la n a t u r e d u q u e l le livret n e s'explique p a s , était o u n o n acquis à ces ecclésiastiques jusqu'à la m ê m e date q u e le t r a i t e m e n t colonial p r o p r e m e n t dit. S'il s'agit d'un s u p p l é m e n t d e fonctions, il cesse nécessairement d'être d û a u m o m e n t o ù le prêtre est r e m p l a c é d a n s ses fonctions par les soins d e l'administration épiscopale, qui e n d o n n e avis à l'administration ; il y a a p p a r e n c e , e n effet, q u e c e s r e m placements s'effectuent a v a n t q u e ledit ecclésiastique n'ait quitté la colonie. Il est nécessaire q u e je sois toujours fixé à cet é g a r d par les apostilles d u livret, afin d e n'être p a s induit à p a y e r a u prêtre arrivant, outre s o n traitement colonial, u n s u p p l é m e n t que l'administration coloniale payerait, d e s o n c ô t é , p a r d o u b l e emploi, au prêtre ayant s u c c é d é a u p r e m i e r . Pour prévenir cette difficulté, il i m p o r t e q u e les apostilles d e s lirets soient plus explicites et lèvent toute e s p è c e d e d o u t e sur l'époque à laquelle doit s'arrêter le s u p p l é m e n t attribué d a n s la colonie, a u n titre q u e v o u s m e ferez d'ailleurs connaître, à y

e

Bulletin officiel de la Guyane française (1861)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Bulletin officiel de la Guyane française (1861)  

Auteur : Partie 2 d’un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles e...

Profile for scduag
Advertisement