Page 1

Bibliothèque du Conseil privé. A R M O I R E

Casier

CATALOGUE DES PRODUITS DES

COLONIES FRANÇAISES ENVOYES

A L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE LONDRES DE

EXTRAIT

DE LA REVUE

1862

MARITIME

(AVRIL

ET

COLONIALE

1862)

PARIS LIBRAIRIE 30,

RUE

CHALLAMEL

AINE

DES BOULANGERS-SAINT-VICTOR

1862

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


CATALOGUE DES PRODUITS DES

COLONIES FRANÇAISES

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


PARIS. — IMPRIMERIE DE CH. LAHURE ET C

ie

Rue de Fleurus, s

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


CATALOGUE DES PRODUITS DES

COLONIES FRANÇAISES ENVOYÉS

A L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE LONDRES DE

EXTRAIT

DE LA REVUE

1 8 6 2

MARITIME

(AVRIL

ET

COLONIALE

1862)

PARIS LIBRAIRIE 30,

CHALLAMEL

AINE

R U E D E S BOULANGERS-SAINT-VICTOR

1862

MANIOC.org

Bibliothèque Alexandre Franconie

Conseil général de la Guyane


CATALOGUE DES PRODUITS

DES COLONIES FRANÇAISES ENVOYÉS A

1

L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE LONDRES .

COLONIES D ' A M É R I Q U E . Martinique. BOIS.

La Martinique est riche en bois de construction, d'ébénisterie, de c h a r r o n n a g e et de teinture qui garnissent les versants des m o r n e s de l'intérieur; mais le m a n q u e de voies de communication, l'escarpement des lieux boisés e n r e n dent l'exploitation difficile et les meilleures essences sont, chaque j o u r , transformées e n c h a r b o n , sans g r a n d profit pour les propriétaires. Il est hors de doute, cependant, q u e la Martinique pourrait fournir en p l a n c h e s , aissantes et m a driers, d e quoi suffire à sa consommation et à celle d'une partie des îles voisines. Les principales espèces sont : Acajou femelle, cedrela odorata; exp., Saint-Michel-Pré ville. Augelin, andiraracemosa; exposant, Bélanger. 1. Le peu d'espace accordé aux Colonies françaises dans le Palais de l'Industrie de Londres n'a permis d'exposer qu'une faible partie seulement des produits qui ont été envoyés par ces établissements. CAT.

DES COLONIES.

1


— 2 — Abricotier des Antilles, mammea americana; e x p . , Bélanger. Acomat, homalium racemosum; exposant, Bélanger. A m a n d i e r du p a y s , terminalia catappa; exposant, Bélanger. Bois de lézard, vitex divaricata ; exposant, Bélanger. Bois de rivière, cymarrhis cymosa ; exposant, Bélanger. Bois d ' I n d e , myrcia acris; exposant, Bélanger. Bois tan, malpighia spicata ; exposant, Bélanger. Bois de Gypre, cordia gerascanthus ; exposant, S. 31. Préville. Bitterash, bittera febrífuga; exposant, Bélanger. Giroyer, rheedia laterifolia; exposant, Bélanger. Châtaignier coco, Sloanea; exposant, Bélanger. Gondori ou œil de paon , adenanthera pavonina; là. C a m p e c h e , haematoxylon campechianum; e x p . , Bélanger Catalpa, hibiscus populneus; e x p o s . Saint-Clair-Clairhien. Filao placage, casuarina equisetifolia ; exposant, Bélanger. F r a n c h i p a n i e r , plumiera rubra; exposant, Bélanger. Genipayer, genipa americana; exposant, Bélanger. Galba, calophyllum calaba; exposant Bélanger. Haïti j a u n e , incertse sedis ; exposant, Bélanger. L a u r i e r rose des Antilles, podocarpus sp.; e x p . , Bélanger. Mancenillier, hippomane mancinella; e x p o s a n t , Bélanger. Mille-branches, incertae sedis; e x p o s a n t , Bélanger. M a n g u i e r à g r a p p e s , holigarnia; e x p o s a n t , Bélanger. Muscadier à suif, myristica laurifolia; exposant, Bélanger. Noyau, prunus spherocarpa; exposant, Bélanger. Noyer, fagara tragodes; exposant, Bélanger. Palétuvier, Bruguiera gymnorhiza ; e x p o s a n t , Bélanger. Poix d o u x , inga dulcis; exposant, Bélanger. Pelé, incertae sedis ; exposant, Bélanger. Quinquina de m o n t a g n e , exostemma floribundum ; Bélanger. Savonnette, sapindus saponaria ; exposant, Bélanger. T e n d r e à caillou, acacia seleroxylon; exposant, Bélanger. TEXTILES.

Les plantes textiles sont a b o n d a n t e s à la Martinique, m a i s n e constituent p a s u n c o m m e r c e d'exportation : u n e p a r t i e est c o n s o m m é e dans l'île ; le reste se p e r d , faute de d e m a n d e s . P a r m i tous ces végétaux s p o n t a n é s , c o m m e n c e à se r é p a n d r e l'ortie de Chine, introduite p a r M. Bélanger, d i r e c t e u r du j a r d i n b o t a n i q u e de S a i n t - P i e r r e . Agave vivipara.


—3— Asclepias curassavica, soie végétale. Bananier corde, abaca, musa textilis. Bananier à fruits, musa paradisiaca. Crin végétal de l'arenga saccharifera. Baumontia grandiflora, aigrettes pour fleurs. Patte de lièvre, édredon végétal, ochroma lagopus. Mahot cousin, triumfetta lappula. Ortie de Chine, urtica nivea, Bœhmeria. Fleurs en baumontia et en plumes exposées par Mlle Malidor (de Paris). COTONS.

La culture du coton n'a jamais été très-considérable à la Martinique. En 1779, au moment où elle était le plus en faveur, elle ne couvrait que 2726 hectares : elle a bien dimin u é depuis cette époque, et ce n'est plus que dans quelques localités qu'on rencontre encore des plantations de la p r é cieuse plante : Coton rouge de Grèce ; exposant, Bélanger. — herbacé de l'Inde ; exposant, Bélanger. — indigène du Lamentin; exposant, Louis de Thoré. — Pierre; exposant, Saint-Clair-Clairbien. — Géorgie courte soie, exposant, Bélanger. MATIÈRES TINCTORIALES ET TANNANTES.

Les matières tinctoriales et tannantes que produit la Martinique sont assez variées ; mais elles n'entrent que pour u n chiffre peu élevé dans le total des exportations. Le campèche seul donne lieu à quelques affaires : on en a exporté, en 1860, 292 904 kilog., et 299401 kilogrammes en 1861. Noix d'Arec, areca catechu. matière tannante. Campèche, hœmatoxylon campechianum, abondant. Graines de casuarina equisetifolia. Écorce de casuarina esquisilifolia, mordant pour teinture. Chêne des Antilles, catalpa longissima, pour tannage. Fruits du catalpa, hibiscus populneus, pour teinture rouge. Henné, Lawsonia inermis, pour teinture noire. Mapou, mapouria Guyanensis, pour teinture rouge. Mangle rouge, conocarpus sp., pour tannage. Morinda rojoc, pour teinture.


—4— Morinda umbellata, p o u r teinture j a u n e . Écorce de m a n g u i e r , mangifera indica, pour teinture et tannage. Écorce d ' o r m e , guazurna ulmifolia, p o u r t a n n a g e . BAUMES , GOMMES ET RÉSINES.

G o m m e d'acajou femelle, cedrela odorata; exposant, Bélanger. G o m m e d'acajou à fruits, anacardium occidentale; exposant, Bélanger. G o m m e de p o m m i e r - c y t h è r e , spondias cytherea ; exposant, docteur Martineau. G o m m e de Galba, calophyllum calaba; exposant, docteur Martineau. Résine de Gomart d ' A m é r i q u e ; exposant, Bélanger. MATIÈRES OLÉAGINEUSES ET SAVONNEUSES.

Nos colonies des Antilles r e g o r g e n t de matières oléagin e u s e s , et il y a lieu de s'étonner qu'elles en tirent si peu parti ; les principales sont : Arachides, arachis hypogœa. Noix d'acajou, anacardium occidentale. Graines de Ben-ailé (Moringa pterigosperma). Cet a r b r e , introduit en 1784, croît partout à l'état sauvage, et p e r sonne ne s'occupe d'en recueillir les graines. La Martinique pourrait en expédier des quantités très-considérables, à 4 francs la b a r r i q u e , fret n o n compris. On en tire u n e huile excessivement fluide, irrancessible et r e c h e r c h é e , à ce titre, par les parfumeurs. Noix de bancoule, aleurites ambinux. Graines de b a d a m i e r , terminalia catappa, p o u r huile t r è s douce et fluide. Graines de c o t o n n i e r , gossypium arboreum. Noix et huile de coco, cocos nucifera. Coco a m e r , syagrus amara. Graines de c a t a l p a , hibiscus populneus. On peut en retirer u n e huile à brûler limpide et donnant u n e excellente l u m i è r e . Les catalpas sont t r è s - c o m m u n s . Noix de g a l b a , calophyllum calaba. Cet a r b r e est t r è s -


—5—

abondant a u x Antilles, et ses semences donnent par expression, u n e huile très-estimée : Heritiera littoralis. Graines de lin, linum usitatissimum. Muscades à suif, myristica laurifolia. Pignons d'Inde, curcas purgans. Graines de pekea ternatea. Graines de palmiste r o u g e , areca olerocea rubra. Ricin r o u g e ; exposant, Saint-Michel-Préville. Ricin g r o s ; exposant, Joseph Daguerre. Palma-christi, carapatte, ricinus sanguineus; exp., Bélanger. — rutilans; exposant, Bélanger. — Americanus ; e x p . , Bélanger. — lividus; exposant, Bélanger. — spectabilis; exposant, Bélanger. — viridis; exposant, Bélanger. Graines de savonnier, sapindus Indiens. — surinamensis. — saponaria. Graines et huile de sésame, sesamum orientale, 2 variétés, exposant, Saint-Clair-Clairbien. Culture facile et trèsproductive. FARINES ET FÉCULES.

Les plantes féculentes, quoique n o m b r e u s e s à la Martin i q u e , n ' o n t été j u s q u ' à ce jour l'objet d'aucune exploitation sérieuse, a u point de vue de l'exportation des farines et fécules. La production de ces dernières est g é n é r a l e m e n t l i mitée aux besoins de la colonie, faute de demandes du c o m merce. Farine de manioc, jatropha manihot. Fécule ou moussache de manioc, jatropha manihot. Tapioca de manioc, jatropha manihot; exposants, de F o s sey, Rol. Fécule d'arrow-root, maranta arundinacea. Fécule d'arrow-root de l'Inde, phrynium dichotonum ; e x posant, Bélanger. (Commerce d'avenir, important.) Fécule de toloman, canna gigantea. Fécule de chou caraïbe, arum esculentum. Bananes en tranches sèches, musa paradisiaca. en rondelles sèches, —


— 6 — Fécule de b a n a n e s , — F a r i n e de b a n a n e s , — Châtaignes de l'arbre à pain, artocarpus seminifer. F a r i n e de fruit à pain, artocarpus incisa. T r a n c h e s de fruit à pain, — Châtaignes de Jacquier, artocarpus integrifolia. Fécule de m a n g u e , mangifera indica. Farines de maïs blanc et j a u n e , zea maïs. SUCRES.

Les efforts des habitants de la Martinique sont tournés p r e s q u e exclusivement aujourd'hui vers l'augmentation et l'amélioration des produits de la c a n n e à sucre. Dès 1789, cette tendance à l'abandon de toutes les autres cultures était manifeste: sa production de sucre était alors de 18 500 000 kil o g r a m m e s , chiffre é n o r m e p o u r l'époque. L'exportation de 1860 a été de 32 9 5 5 1 0 6 k i l o g r a m m e s de s u c r e , et 7 2 879 litres de sirops et mélasses; celle de 1 8 6 1 , de 31 837 5 0 0 kilogrammes de sucre et 2 4 575 litres de sirops, diminution causée p a r u n mauvais t e m p s exceptionnel à l'époque de la roulaison. Les sucres de la Martinique sont généralement au-dessus de la b o n n e q u a t r i è m e , et quelques usines pourvues d'appareils perfectionnés offrent des produits tout à fait hors ligne. S u c r e t u r b i n é , usine de Fort-de-France ; exposants, Guiollet et Quennesson. — de la pointe Simon ; exposants, Guiollet et Quennesson. Sucre b r u t de la Trinité, habitation Grandfond ; e x p o s a n t , E. Eustache. — d e la g r a n d e A n s e ; exposant, Vive. — de la Trinité hab. Saint-Joseph; ex., de Sanois. — du François, h a b . Desportes; e x p . , Desportes. — de la Basse-Pointe ; exposant, d e Leyxitz; — de Saint-Pierre, h a b . Réduit; exposant, Gastel. — des trois Ilets ; exposant, Vatable ; — de la Trinité, h a b . de la Tartane ; exposant ; Molinard aîné. — de l'Aima, h a b . Lespitons ; exposant, Liot. — du L a m e n t i n ; e x p o s a n t , Clovis d'Anglebernes. — de la Basse-Pointe ; exposant, Graclis.


— 7 — Sucre b r u t , fabriqué avec les anciens appareils et séché simplement à la t u r b i n e ; exposant, Blondel de la Rougery.

ALCOOLS, LIQUEURS,

V I N S , CONSERVES,

ESSENCES.

La production du r h u m a pris depuis quelques années des proportions considérables à la Martinique, et sa qualité s'est tellement améliorée, qu'il p e u t rivaliser aujourd'hui avec les meilleurs produits du m o n d e ; son exportation, en 1 8 6 1 , a été de 3 103 627 litres. Eau-de-vie de canne à sucre ; exposant, Louis de T h o r é . R h u m du Macouba; exposant, Cheneaux. R h u m et tafia; exposant, Rousseau, à Saint-Pierre. — — Guiollet et Quennesson. — — J u n g , à Saint-Pierre. — — Paris, Desjordon, à Saint-Pierre. — — Danglebenies Clovis, au Lamentin. — — Molinard a î n é , à Saint-Pierre. — — Danty, au P r ê c h e u r . — — T h o m Pascal, au Lamentin. — — P e u Duvallon, au Vauclin. — — Marin, aux trois Ilets. — Thébault-Nollet. Alcool d'oranges ; exposant, F a b r e frères. Eau de Cologne; exposant, L a p o r t e r i e . R a y - R h u m ; exp., Giorsello, à S t - P i e r r e . — — Laporterie. —

lette essence de toilette semble devoir créer une nouvelle industrie à la Martinique.

Liqueurs fines ; e x p . , J. Melhié. — — Fouché Virgile. Commerce important. — — Morin. — — Laporterie. Vin d'oranges ; exposant, J o s e p h Giorsello, à Saint-Pierre. — — Mathieu de Fossey, à Fort-de-France. Conserves d ananas ; exp., Curtan et Broqua. Commerce i m portant. — — Fouché Virgile. Achards; — Bélanger à Saint-Pierre. Conserves d'ananas ; — Thébault-Nollet. Confitures ; exposant, Elvina Labaye.


— 8 — CAFÉS.

Le café Martinique jouit d'une r e n o m m é e e u r o p é e n n e ; sa production cependant a considérablement diminué p e n d a n t ces dernières années , sous l'influence des ravages de l'Elacchysta coffeola, des convulsions terrestres et a t m o s p h é r i q u e s et surtout de l'appauvrissement des terres ; quelques c o m m u n e s cependant ont repris cette culture, et les cafés des Anses, d'Arlet, du Vauclin, du Saint-Esprit et du Carbet, conservent encore u n e réputation justement m é r i t é e ; en outre, de n o m b r e u s e s plantations nouvelles font espérer qu'on verra renaître avant peu cette b r a n c h e si i m p o r t a n t e du commerce colonial. Le produit b r u t d'un hectare planté en caféiers est de 250 à 500 kilogrammes p a r an. L'exportation de 1860 a été de 54 848 k i l o g r a m m e s , et celle de 1 8 6 1 , de 11 899 k i l o g r a m m e s . Café du j a r d i n botanique de Saint-Pierre ; exposant, Bélanger. — fin vert, du P r ê c h e u r ; exposant,Saint-Michel-Préville. — en p a r c h e , des Anses-d'Arlet ; e x p . , Gérodias Calixte. Café en grains et en parche ; exposant, Joseph L a g u e r r e . Café de la rivière Pilote; exposant, Charleton-Guitteaux. — — — Lelorrain. Les enveloppes sèches de la cerise du café, exposées par M. Bélanger, donnent u n e infusion théiforme aussi stimulante et agréable au goût que le produit de la fève elle-même. CACAOS.

La culture d u cacao a pris depuis quelque t e m p s , u n e a s sez g r a n d e extension à la Martinique, et le renchérissement de cette d e n r é e tend à l'accroître chaque j o u r davantage ; il est moins fin que le caracas , mais moins sec aussi, et il se combine avec lui d'une façon des plus avantageuses. Un hectare produit annuellement 500 k i l o g r a m m e s de c a cao environ. L'exportation de 1860 a été de 252 017 kilog., et celle de 1 8 6 1 , de 2 6 8 362 k i l o g r a m m e s . Cacao, du P r é c h e u r ; e x p o s a n t , Saint-Michel-Préville. — des Anses-d'Arlet; exposant, Joseph L a g u e r r e .


— 9 — Cacao, d u L o r r a i n ; e x p o s a n t , Saint-Clair-Clairbien. Pâte cacao; exposants, Morin, Thébault-Nollet et Laporterie. Chocolat vanillé; exposant, Morin. ÉPICES,

CONDIMENTS,

ET

AROMATES.

La culture des épices est peu étendue dans la colonie, et la presque totalité de la production est consommée p a r la p o pulation : l'envahissement de toutes les terres p a r la canne à sucre est, encore bien plus que les ouragans et l'abaissement des prix de vente, la cause de cet a b a n d o n . Ambrette-ketmie odorante, hibiscus abelmoschus. Graines de bois d'Inde, myrecia pimentoïdes. Canelle ordinaire, laurus cinnamomum. Grosse cannelle, — Canang, uvaria aethiopica. Canang odorant, uvaria aromatica. Clous et griffes de girofle, caryophyllus aromaticus. Noix et macis de muscades, myristica aromatica. Poivre de la J a m a ï q u e , pimenta vera. Piment café. — jaune. — rouge de Cayenne. — gros doux. Fèves de T o n k a , coumarouna odorata (2 variétés). Vettiver, andropogon squarrosus. G i n g e m b r e , zingiber cassumunar. MATIÈRES

MÉDICINALES.

La flore médicale de la Martinique est d'une g r a n d e r i chesse, et pendant longtemps cette colonie a fourni à la France u n e partie des drogues simples usitées dans la p h a r macie. Ce commerce s'est beaucoup ralenti aujourd'hui, et, à part les fruits du caneficier, qui ont encore une certaine valeur, les autres plantes médicinales n'offrent plus qu'un bien faible aliment à l'exportation. Au n o m b r e des produits à signaler, se trouvent en a b o n d a n c e , la c o n t r a y e r v a , si r a r e aujourd'hui dans toutes les officines, le café n è g r e ou casse occidentale, r e m è d e souverain contre les maladies nerveuses de l'estomac et les fièvres paludéennes rebelles, le gayac, la


10

quassie a m e r e , le s i m a r o u b a , et enfin, la casse officinale, d o n t le chiffre d ' e x p o r t a t i o n , en 1 8 6 1 , s'est élevé à 445 4 0 3 kilogrammes. M. Bélanger, directeur du j a r d i n botanique de Saint-Pierre, en expose u n e collection, dont voici la n o m e n c l a t u r e : A y a p a n a , eupatorium ayapana, stomachique. Aristolochia (feuilles et r a c i n e s ) , alexitère. Acajou a m e r (écorce), fébrifuge. Acalypha carpinifolia (feuilles), a n t i s p a s m o d i q u e . Arada, petiviera alliaca (racines), diurétique. A m a r a n t i n e , celosia nitida, astringent. Areca catechu, masticatoire. Alisma sp. (racine), antispasmodique. Avocatier (feuille), persea gratissima, e m m é n a g o g u e . Amomumm,acrospermum (fruit), excitant t o n i q u e . Baobab, adansonia digitata (feuilles), pectoral émollient. Bitterash, bittera febrífuga (bois), tonique a m e r . Bignonia unguis (racine), alexitère. Balai doux, scoparia dulcis, antispasmodique. Batatas macrorhiza (racine et tige), purgatif. Bois à pians, fagara pterota (écorce), sudorifique. Bursera gummifera (écorce), astringent. Bignone chêne, bignonia quercus. Bignonia leucoxylon, alexitère. Brinvilliers, spigelia anthelmia, anthelmintique. Ben-ailé, moringa pterigosperma (gomme), vermifuge. Ballotte c a m p h r é e , hyptis suaveolens, antipsorique. Bois caca, solanum triste (feuilles et racine), narcotique. Grand b a u m e , croton origanifolium, sudorifique. Petit b a u m e , ocymum basilicum. Cascavelle, abrus precatorius, rafraîchissant. Café n è g r e , cassia arcuata, fébrifuge, stomachique et e m ménagogue. Café n è g r e en poudre, cassia arcuata; e x p . , M. Laporterie. Café n è g r e en p o u d r e , cassia arcuata; exposant, M. Serres. Calebasse, crescentia cujete (sirop), adoucissant. Coccoloba uvifera (écorce), excitant tonique. Chêne des Antilles, catalpa longissima, fébrifuge. Canne d'eau, costus spicalus, diurétique. Carmentin,justicia pectoralis, stomachique. Cliloria ternatea, stimulant. — Clitoria formosa. Capillaire, adianthum rhizophorum, adoucissant.


11

Cresson de savane, lepidum sp., antiscorbutique. Chardon é t o i l e , eryngium fœtdum, antiscorbutique. Crustolle, ruellia tuberosa, émétique. Canang odorant, uvaria cananga, stimulant. Carapa, carapa Guyanensis (écorce), fébrifuge. Contrayerva, dorstenia, sudorifique et astringent. Corossol, anona muricata (feuilles), antispasmodique. Casse, cassia imperialis, purgatif doux , très-abondant. Casse, cassia fistula, purgatif d o u x , t r è s - a b o n d a n t . Cecropia pellala, excitant tonique. Canna coccinea, diurétique. Cerasus spharocarpa, astringent. Coriandre, stimulant. Comocladia ilicifolia, sternutatoire. Cestrum nocturnum, narcotique. Caïniti, excitant tonique. Cissus ovata, antiscorbutique. Distreptus spicatus. Duranta plumieri, détersif E u p h o r b e à bottes, pedilanthus tithymaloïdes, émétique. E u p h o r b e mal n o m m é e , euphorbia capitata, contre la m o r sure des serpents. Épineux jaune, zanthoxylon caribaeum (bois), fébrifuge. Épineux j a u n e , zanthoxylon caribaeum (écorce), astringent. Gayac, guajacum officinale (racine). Genipayer, genipa americana (racine), purgatif. Galba, calophyllum Calaba (écorce), détersif. Gossypium (feuilles) diurétique. Gyneriwm saccharoides, diurétique. Henné r é s é d a , , lawsonia inermis, e m m é n a g o g u e . Herbe à cornette, sperniacoce sp., tonique stimulant. Herbe à cornette, spermacoce, stimulant. Hamelia paiens, antipsorique. Hibiscus cannabinus (fleurs), emollient. Hibiscus tiliaceus (racines), purgatif. Hyptis capitata, antiaphrodisiaque. Indigofera polyphylla (racines), excitant. Inga vera (écorce), astringent. Ipomœa polyanthes, emollient. Jussiœa hirta, emollient. Icaque, chrysobolanus icaco (racine), astringent puissant. Lilas, melia sempervirens (écorce), vermifuge.


— 12 — Loranthus américaines (vulgo : en h a u t bois), contre la m o r s u r e des serpents. Lobélie à longues fleurs, lobelia longiflora, antisyphilitique Manioc chapelle, acacia sp. (racine), dépuratif puissant. Matricaire d u pays, parthenium hysterophorum, emménagogue. Monstrea adansonii (racines), alexitère. Mucuna pruriens (feuilles), vermifuge. Mucuna ureus (semences), diurétique. Malachra ovata (racines), guimauve. Malpighia angustifolia (écorce), astringent. Marcgravia umbellata, diurétique. Oxalis plumieri, antiscorbutique. Oldenlandia corymbosa. Orme, guazuma ulmifolia (écorce), astringent. Panax cochleata, sudorifique. Pistia stralioïtes, détersif. Passiflora fœtida, antispasmodique. Poinciana pulcherrima (feuilles), excitant. Psidium pomiferum, astringent. Plumiera rosea (fleurs), astringent. Papaye (graines et racines), vermifuge. Physalispubescens, stimulant. Paullinia pinnata, narcotique. P a r k e n s o n i e , parkensonia aculeata, fébrifuge. Pariétaire, acalypha sp., résolutif. P o m m e p o i s o n , solarium mammosum, antipsorique et sé datif. Poivre d'Ethiopie, avaria œthiopica, stimulant. Plumbago scandens, rubéfiant. Quinquina p i t o n , exostemma floribundum, fébrifuge émé tique. Quanoclit vulgaris (tiges), sternutatoire. Quina pays, quassia amara, fébrifuge. S i m a r o u b a , simarouba officinalis, tonique et fébrifuge. Semen contra, anthelmintique. Ricins variés, Palma-Christi (graines), purgatif. Rocouyer (feuilles), détersif. Sensitive, mimosa pudica, é m é t i q u e . Sapotille, achras sapota (graines), diurétique sédatif. Sesamum orientale (racines), émollient. Scutellaria purpurescens, excitant aromatique.


13

Scœvola taccada (feuilles), sudorifique. Solanum nodiflorum, narcotique. Spondias monbin (écorce), astringent. Thé m o n t a g n e , sauvagesia erecta, stimulant. Thé du pays dit thé m a n i o c , capraria biflora, stimulant dangereux à haute dose. Thé du P a r a g u a y , mate Paraguayémis, stimulant. T h é du Paraguay, stachytapheta Jamaïcensis, e m m é n a g o g u e . Triumfetta lappula, excitant tonique. Urena sinuata, émollient. Verveine queue de rat, hyptis capitata, antiaphrodisiaque. GRAINES ALIMENTAIRES

ET

AUTRES.

Canavalia ensiformis. — Haricots vivaces. — Haricots de Lima ; exposant, Bélanger. — Doliques de T r a n q u e b a r ; e x posant, Bélanger. — Acacia leucophlea. — Maïs. — Pois chique. — Pois yeux noirs. — Souchet comestible, cyperus esculentus. — Sorgho sucré. TABACS.

Les tabacs à priser du Macouba ont joui autrefois d'une réputation européenne. Les tabacs à fumer, sans avoir e n core les hautes qualités qui distinguent les produits de la Havane, ont été déjà avantageusement appréciés par la Régie; l e u r combustion est facile, quoique leur tissu soit u n peu fort, leur a r ô m e est franc, et ils semblent surtout propres à la fabrication du scaferlati. Tabac en feuilles; exposant, Lahoussaye de Coutermont, au Lorrain. Tabac en feuilles; exposant, Bélanger. Cigares ; exposant, Bélanger. Bouts de n è g r e ; exposant, Bélanger. Carottes; exposant, Coutermont. Carottes du Macouba; exposant, administration locale. Tabac à priser ; exposant, Coutermont. Tabac à p r i s e r ; exposant, d'Anglis, à Sainte-Marie. MINÉRAUX E T P R O D U I T S

MINÉRAUX.

Quinze échantillons de terres ocreuses propres à la clarification du Vesou (jus sucré de la canne); exposant, docteur E. Martineau.


14

Chaux éteinte de m a d r é p o r e s ; e x p o s a n t , Salvador Davila. Chaux vive de coquilles; exposant, Salvador Davila. Plâtre des Anses d'Arlet; exposant, Louis T h é o g è n e . Briques creuses et pleines; exposant, b a r o n de Lareinty. T u y a u x de d r a i n a g e ; exposant, b a r o n de Lareinty. ANIMAUX ET PRODUITS ANIMAUX.

Balaous salés et séchés ; exposant, Laporterie. Conserves de tortue au m a d è r e . Écaille de tortue c a r e t ; exposant, administration. Collection d'oiseaux p r é p a r é e p a r les frères V e r r e a u x , n a turalistes (Paris). INDUSTRIES INDIGÈNES.

Relief e n cire présentant les costumes et la végétation de la colonie. P a n i e r s caraïbes; exposant, administration. Photographies ; exposant, H a r t m a n n . Cravache en liane de m e r ; exposant, Mayan. MATIÈRES SERVANT AUX AMENDEMENTS.

Guano de chauve-souris. — Déjà l'Exposition de 1855 a mis en évidence des échantillons de gisements de cette n a t u r e provenant des États sardes, et contenant 6 p o u r 100 d'azote. Ces a n i m a u x , qui pullulent à la Martinique, vivent et m e u r e n t d a n s des grottes et bâtiments en r u i n e s , où ils forment des a m a s de détritus précieux p o u r l'agriculture ; exposant, Volm a r Saint-Olympe (trois Ilets). Varech et zostères, c o m m u n s sur les p l a g e s ; e x p o s a n t , Beaufrand.


— 15 —

Guandeloupe. BOIS.

La Guadeloupe contient encore u n e assez g r a n d e quantité de bois dans sa partie m o n t a g n e u s e ; l'ébène verte, le laurier rose des Antilles, le noyer, le campèche y croissent en a b o n dance, mais ne d o n n e n t lieu, faute de chemins, qu'à de faibles exploitations. Outre les bois d'ébénisterie, il existe, dans la colonie, u n e g r a n d e variété de bois p r o p r e s à la charpente, à la tonnellerie, au charronuage et m ê m e aux constructions maritimes des plus fortes dimensions. Collection exposée par M. Charles Ledentu.

Acajou à m e u b l e s , swietenia mahogony. Acajou femelle, cedrela odorata. Abricotier des Antilles, mammea americana. Amourette des Antilles, incertae sedis. Acouma, homalium racemosum. Avocatier, laurus persea. Acacia scandens. Bois chandelle, amyris toxifera. Bois a m e r de Saint-Martin, bittera febrifuga. Bois j a u n e , hopea tinctoria. Bois de fer, acacia seleroxylon. Bois de vinette, incertae sedis. Bursera balsamifera. Bois graines vertes, incertae sedis. Bois de cracra, incertae sedis. Bontia daphnoïdes. Campèche, haematoxylon campechianum, abondant à MarieGalante. Carapa, carapa guyanensis. Cordia gerascanthus. Caféïer, coffea arabica. Clusia venosa. Comocladia. Galba, calophyllum Calaba. Ébène verte-brune, excsecaria sp. Épineux j a u n e , zantoxylon caribaeum.


16

Épineux blanc, zantoxylon caribaeum. Guarea trichilioïdes. Laurier rose des Antilles, podocarpus sp. Laurier rose m o n t a g n e , inceriae sedis. Liége des Antilles, hibiscus tiliaceus. Merisier d u pays, Eugenia barnensis. Mancenillier, hippomane mancinella. Moronobea coccinea. Noyer des Antilles, fagara tragodes. Oranger, citrus aurantium. Petites feuilles, Eugenia brasiliensis. Quinquina piton, exostemma floribundum. Quinquina caraïbe, exostemma caribaeum. Sapotillier, achras sapota. Vitex clivaricata. BOIS OUVRÉS.

Un piano droit, en ébène verte, Jacaranda ovalifolia ? excaecaria glandulosa? avec frises en bois de rose et filets en cuivre, g e n r e Louis XV, nouveau modèle à trois cordes verticales, transpositeur à pédale d'expression et d'une belle sonorité. Exposant, Montai, à Paris. TEXTILES.

Les plantes textiles sont n o m b r e u s e s à la Guadeloupe, les agaves garnissent toutes les terres incultes, et l'abaca se trouve en a b o n d a n c e dans les endroits h u m i d e s ; mais la plus g r a n d e partie de ces ressources si précieuses p o u r la fabrication du papier et des cordages se perd faute de d e m a n d e s . Agave vivipara et Agave mexicana. Abacá (bananier textile). Bananier cultivé, musa paradisiaca. Balisier bihaï (bananier m a r r o n ) , heliconia caribaea. Bananier sauvage. Écorce de corossol m o n t a g n e , incertae sedis. Mahot p i m e n t , triumfetta lappula. Mapou, mapouria guyanensis. Torchon, momordica operculata. Feuilles de vacoua, pandanus utilis (et fibres des racines). Edredón végétal, ochroma lagopus.


17

COTONS.

Les Antilles peuvent être considérées c o m m e la terre n a tale du coton longue soie; Christophe Colomb, en 1493, en fît la base des tributs imposés aux Caraïbes; celui des c o m m u n e s de Saint-François, du Bailly et des vieux habitants à la Guadeloupe, et surtout de ses dépendances de la Désirade, des Saintes, et de Marie-Galante, eut pendant longtemps u n e g r a n d e vogue sur les marchés européens. L'accroissement de sa culture fut tel qu'en 1808 l'exportation s'en élevait à 1400 mille livres : les guerres du p r e m i e r e m p i r e , l'inintelligence de quelques planteurs qui favorisèrent la dégénérescence des belles espèces, en introduisant des variétés grossières comme plus productives, enfin l'envahissement progressif de la canne à sucre firent décroître rapidement ce chiffre. Pendant ce t e m p s , quelques émigrants de Bahama emportaient des s e mences de la Guadeloupe dans la Caroline du Sud, et fondaient le plus sûr élément de puissance des Etats-Unis sur les débris de n o t r e prospérité coloniale. Telle est l'origine du fameux sea-island. Depuis quelques années, le gouvernement français s'occupe de relever la production cotonnière de cette partie favorisée des Antilles, et u n de ses agents, M. GrelletBalguerie, est déjà parvenu à r é g é n é r e r l'espèce qui est aussi appréciée aujourd'hui que celle des meilleurs Géorgie longue soie. L'exportation en 1861 a été de 15 309 k i l o g r a m m e s . Coton n o n égrené, indigène, sauvage; exposant, Balguerie. — indigène provenant de graines sauvages ; idem. — indigène (variété); exposant, Balguerie. Coton fin indigène, pour trames fines (la plante dure dix ans); exposant, Bonneville, à Marie-Galante. — fin indigène (variété) ; exposant, Bonneville, à MarieGalante. — indigène extra-fin ; exposant, Lalanne, à la Désirade. — bleu à graines noires ; exposant, Balguerie. — bleu, dit reine des soies vertes des fileuses ; idem. — sorel r o u g e ; exposant, Balguerie. — mousseline r o u g e ; exposant, Balguerie. — mousseline rouge à gros grains ; exposant, Balguerie. — p u r p u r e s c e n t ; exposant, Balguerie. — purpurescent à graines n o i r e s ; exposant, Balguerie. Gros coton de Saint-Martin (basse qualité) ; exposant, Beauperthuy. CAT.

DES COLONIES.

2


— 18 — Coton siam blanc couronné ; exposant, G. Balguerie. — siam j a u n e (très-prisé p o u r confection de filets); exposant, G. Balguerie. — siam j a u n e r o u g e ; exposant, Balguerie. — siam isabelle; — — nouveau type, à graines noires ; exposant, Balguerie. — pierre ; — — longue soie, des Saintes ; exposant, Desnoyers. — longue soie, de la Désirade; exposant,l'abbé Granger. — courte soie n o n é g r e n é ; exposant, Bonneville, à Ma— rie-Galante. Géorgie longue soie, provenant de graines d'édisto; e x p o sant, Bonneville, à Marie-Galante. Géorgie longue soie, de la Désirade; exposant, l'abbé Granger. Géorgie l o n g u e soie, égrené à la main (îles à Cabri, Saintes); exposant, Maison de correction. Géorgie l o n g u e soie extra-fin; exposant, Pic aîné, à la Désirade. Le coton se récolte à la Guadeloupe, de m a r s à juillet; son p r i x varie de 3 à 10 francs le k i l o g r a m m e , suivant la qualité. Quelques fabricants de Lille et de Tarare ont p r é p a r é avec les cotons Guadeloupe, les articles suivants q u ' o n r e c o m m a n d e à l'attention du c o m m e r c e . Mousseline française ; exposant, Janisson fils. — organdi souple; — Mousseline linon confection; exposant, Janisson fils. -— linon broderie ; — Tarlatane ; — Mousselines brodées au plumetis ; exposant, Givre. — — — Forest-Cadet. — — — Bœuf fils. — — — Cotton Cotton. Filés extra-fin; exposant, P . Delebart-Mallet, à Fives-Lille. MATIÈRES TINCTORIALES ET TANNANTES.

Les principales matières tinctoriales de la Guadeloupe sont le rocou, dont l'exportation a été de 188 5 0 0 k i l o g r a m m e s en 1 8 6 1 , et le bois de campèche qui est encore très-abondant, quoique peu exploité, dans la dépendance de Marie-Galante; l'exportation de ce dernier b o i s a été de 77 3 1 0 k i l o g r a m m e s .


— 19 — Les plantations de nopal et les essais de naturalisation de la cochenille n'ont encore donné que de faibles résultats ; mais la beauté des produits obtenus les signale à l'attention du commerce. Noix d'arec, areca catechu, p o u r le t a n n a g e . Gousses d'acacia farnésiana, — Graines de balisier, canna sp., pour la couleur r o u g e . Bois tabac, quinquina piton, exostemma floribundum, p o u r la teinture; exposant, Riffaud. Cochenille zaccatille; exposant, Daver et fils. Cochenille argentée ; — Ébène verte b r u n e des Antilles, pour la t e i n t u r e ; exposant, Lacoste. Écorce d'épineux j a u n e , zanloxylon caribaeum, p o u r la teinture. Écorce de moureiller ou bois tan, malpighia spicata, p o u r le t a n n a g e . Écorce de palétuvier de m o n t a g n e , polir le t a n n a g e . Ecorce d e palétuvier, rhizophora mangle, p o u r le tannage. Semences de m a n g u i e r , mangifera Indica, pour la teinture. Écorce de pois doux, inga dulcis, pour le t a n n a g e . Pâte et graines de rocou, bixa orellana, p o u r la teinture ; exposant, Perrioliat. Bois de t e n d r e à caillou, mimosa quadrangularis, p o u r la teinture. GOMMES, BAUMES E T RÉSINES.

Gomme d'acajou anacardium occidentale, succédané de la g o m m e arabique. Résine de gomart d'Amérique, bursera gummifera, p o u r le feutrage. MATIÈRES OLÉAGINEUSES ET SAVONNEUSES.

Les oléagineux sont abondants à la Guadeloupe et dans ses dépendances. La noix chandelle, le ben oléïfère, le ricin ou carapatte, ainsi que les graines de coton, pourraient être u t i lisés avec avantage et méritent d'attirerl ' a t t e n t i o ndu commerce. Arachides, arachis hypogaea, donne u n e huile comestible. Noix d'acajou, anacardium occidentale. L'amande donne u n e huile analogue à celle d'amandes douces.


— 20 — Noix de b a n c o u l e , aleurites triloba, abondante à SaintMartin, fournit u n e bonne huile à p e i n t u r e ; exposant, Daniel French. Ben ailé et son huile, moringa pterigosperma, p o u r l'horlog e r i e ; exposant, Larrieu, à la Basse-Terre. Graines de coton, gossypium arboreum, huiles p o u r la savonnerie et l'éclairage. Noix de galba, calophyllum calaba, très-abondantes, bonne huile d'éclairage. Petit coco, syagrus amara. Huile de coco, cocos nucifera, pour la savonnerie. Pignon d'Inde, curcas purgans, p o u r huile d'éclairage. Palmiste à colonne, oreodoxa oleracea. Ricins variés, carapattes. Ricinus rutilans. Ricinus viridis. Sésame, sesamum orientale, p o u r huile comestible et i n d u s trielle. Graines de sapote, lucuma mammosa. Graines de savonnier, sapindus saponaria. Pulpe des graines du savonnier, sapindus surinamensis. FARINES ET

FÉCULES.

Les farines et fécules fabriquées à la Guadeloupe et dans ses dépendances sont en partie consommées dans la colonie; mais cette fabrication pourrait p r e n d r e de grands développem e n t s , surtout à Saint-Martin qui exporte déjà u n e certaine quantité d ' a r r o w - r o o t . Les seuls produits du manioc en 1859 sont évalués à 2 009 330 k i l o g r a m m e s . Fécule d ' a r r o w - r o o t , maranta arundinacea; exposant, M. Méry d'Arcy, à Saint-Martin. Fécule de patates, batatas edulis. Rondelles et farine de bananes, musa paradisiaca. Bananes en tranches, — Farine d'ignames, dioscorea alata. Farine fine de manioc, jatropha manihot. Tapiocacle manioc, — Rondelles sèches de manioc, —


— 21 — SUCRES.

La Guadeloupe est classée dans les grandes colonies à sucre et son système de fabrication tend chaque j o u r à se perfectionner. Non-seulement les usines centrales, munies d ' a p p a reils Derosne et Cail, fournissent des produits qui peuvent rivaliser avec les plus beaux du m o n d e , mais la production g é n é r a l e , elle-même, est en voie d'amélioration. Le rapport annuel d'un hectare planté en cannes est de 2000 k i l o g r a m m e s environ, mais ce produit varie d'une m a n i è r e considérable , suivant le degré de fertilité ou de b o n entretien des terres et surtout suivant la saison de la récolte. Les coupes des cinq premiers mois de l'année sont plus productives q u e les autres, aussi la roulaison est-elle généralement t e r m i n é e vers le c o m m e n c e m e n t de juillet. L'exportation de 1861 a été de 27 316 823 k i l o g r a m m e s ; celle des sirops et mélasses de 58 704 k i l o g r a m m e s . Sucre claircé ; exposant, Bonnet. Sucre de premier j e t ; exposant, de Chazelles. Cuite dans le vide, purgation par l'appareil centrifuge, adjonction p o u r la clairce, de 1 litre 5 d'eau par 100 kilogrammes de m a tière versée (même sucre sans eau). Sucre de deuxième jet ; exposant, de Chazelles. Même s y s tème avec 1 litre 7 d'eau et sans eau. Sucre de troisième jet. Même système avec d e u x litres d'eau et sans eau. Sucres de deuxième et troisième j e t ; usine Zevallos. Sucres de c a n n e , p r e m i e r jet de l'habitation T r i a n o n , à Marie Galante. Appareils Cail ; exposant Victor Roussel. RHUMS, ALCOOLS, LIQUEURS E T CONSERVES.

A chaque sucrerie est attachée u n e guildiverie ou distillerie p o u r la conversion des vesous et mélasses en r h u m s et t a fias; cette fabrication tend à p r e n d r e de l'accroissement à la Guadeloupe, et on évalue à 267 290 litres l'exportation de 1861. Une faible partie de ces alcools est employée à la c o n fection de liqueurs p a r m i lesquelles se font r e m a r q u e r les crèmes de sapotes et de magnolia. Les fabricants de liqueurs joignent généralement à cette industrie celle des confiseries,


— 22 — des vins d'ananas et d'oranges et des conserves d'ananas, dont l'usage c o m m e n c e à se r é p a n d r e en France et à constituer u n c o m m e r c e d'une certaine i m p o r t a n c e , dont M. Guesde, de la Pointe-à-Pitre, est le principal r e p r é s e n t a n t . R h u m ; exposant, M. Beauperthuy (Saint-Martin). Ananas conservés dans leur j u s ; exposant, M. Guesde. Jus d'ananas; — J u s de citrons ; — Liqueurs et essences p o u r l i q u e u r s ; exposant, Guesde, à la Pointe-à-Pitre. L i q u e u r s ; e x p o s a n t , Bogaers, à la Basse-Terre. Vin d'ananas ; e x p o s a n t , abbé Bordier, à la Basse-Terre. Sirop d ' a n a n a s ; exposant, M. Guesde. Produit distillé des baies de bois d'Inde (Bay r u m ) ; e x p o sant, M. Guesde. Tafia : Cabre (Basse-Terre), 36 francs l'hectolitre. Confitures; exposant, Mile Constance Luciole, dite T o u toute. R h u m de Saint-Martin et de Marie-Galante; exposant T h é bault-Nollet. CAFÉS.

La Guadeloupe a dû au café son ancienne prospérité et elle en a exporté, en 1790, jusqu'à 7 millions 500 mille livres. Depuis ce temps, la g u e r r e , les coups de vent et la maladie des caféiers ont beaucoup diminué cette p r o d u c t i o n ; mais elle est encore u n e des plus considérables des Antilles et elle t e n d chaque j o u r à s'accroître. La récolte c o m m e n c e en oct o b r e , et se prolonge j u s q u ' e n janvier. Le produit moyen d ' u n hectare est d'à peu près 500 k i l o g r a m m e s , d'une valeur de 1000 francs environ. Exportation de 1861 : 327 645 k i l o g r a m m e s . Café m o k a ; exposant, M. Foucard (Saint-Claude). Café en p a r c h e ; exposant, M. Lemerle de Beaufond (aux Trois rivières). Café bonifié ; exposant, Administration locale. Café c a b r i ; — — Café du m a t o u b a ; exposant, Ch. Ledentu. Café p r é p a r é ; — Bonnet. Café du palmiste ; — Michaux.


— 23 — CACAOS.

La culture du cacao n e se fait plus à la Guadeloupe q u e dans quelques localités et n o t a m m e n t au Vieux fort. Un des principaux p r o d u c t e u r s , M. Mercier, en expose u n bel échantillon. Exportation de 1861 : 72 983 k i l o g r a m m e s . Cacao en g r a i n s ; exposant, Administration. ÉPICES, CONDIMENTS ET AROMATES.

Il existait autrefois à la Guadeloupe d'assez vastes plantations de giroflier qui ont en partie disparu sous la double influence des coups de vent et de l'abaissement des prix ; on n ' e n trouve plus aujourd'hui q u e dans les quartiers du Vieux fort et du Petit-Bourg. Cette culture a été remplacée p a r celle du vanillon qui donne déjà u n millier de kilogrammes p a r a n . Les autres plantes à épices n e sont cultivées qu'en j a r dinage, autour des habitations, et leurs produits sont consommés dans la colonie. Ambrette, hibiscus abelmoschus. Cannelle, feuilles et poudre de feuilles de cannellier, cinnamomun verum. Canang odorant, uvaria aromatica. Clous, griffes, matrices et feuilles de girofle, caryophyllus aromaticus; exposant, M. Mercier. Essence de girofle ; exposant, M. Cavalier. Gingembre, amomum zingiber. Vanillon, vanilla pompona ; exposants, M. Mercier, au Vieux fort et Administration. Graines de bois d'Inde, myrtus acris (1 fr. 50 c. le kiL), très-abondant; exposant, Paul Jules. Graines de bois d'Inde, myrcia pimentoïdes ; exposant, M. Mercier. Noix muscades. MATIÈRES MÉDICINALES.

Les plantes médicinales sont très-répandues à la Guadel o u p e , mais n e constituent q u ' u n e faible b r a n c h e d'exporta-


— 24 — tion. L'attention du m o n d e savant et commercial a été, il est vrai, quelque temps fixée sur la découverte d'un prétendu succédané du quinquina, le bittera febrifuga; mais ce tonique a m e r n'a pas r é p o n d u aux espérances qu'il avait fait c o n c e voir. Quelques autres, comme le café nègre, l'ébène verte, le capraria, méritent u n sérieux e x a m e n , p o u r leurs p r o priétés spéciales et leur abondance. Ayapana, cupatorium ayapana. Argernone Mexicana. Noix d'arec, areca catechu. Racines d'agave Mexicana, ou fausse salsepareille. Écorce d'acajou a m e r , cedrela odorata. Ocymum basilicum. Bois de Saint-Martin, bittera febrifuga, avec feuilles. Ébène verte b r u n e , antysyphilitique. T h é manioc, capraria biflora. T h é muraille, sauvagesia erecta. Café n è g r e , cassia occidentalis, contre les fièvres paludéennes rebelles et les m a u x d'estomac. Racines de cannellier, pour fabrication de c a m p h r e . Feuilles de corossol, anona muricata, antidyssentérique. Bois racine et écorce d'épineux j a u n e , zanthoxyloncaribœum. Dorstenia contrayerva. Racines de gayac, quajacum officinale. Hydrocotyle, hydpocotile asiatica ; exposant, Cavalier (BasseTerre). Herbe à trérnent, ionidium strictum. Hernandia sonora, m i r o b o l a n b â t a r d . Plumbago scandens, vesicant. Quinquina piton (fleurs, feuilles et écorce), exostemma floribundum. Quinquina caraïbe, exostemma Caribœum. Quinquina de Cayenne, quassia amara. Gousses de t a m a r i n , Tamarindus indica. Z'yeux de b o u r r i q u e , mucuna urens. Graînes de sablier, hura crepitans, toxique. Simarouba officinalis. GRAINES ALIMENTAIRES.

Pois boucoussou. Pois Sainte-Catherine.


— 25 — Pois Pois Pois Pois

grenade rouge vif. savon g r a n d chemin, Sainte-Catherine, des créoles. yeux noir. yambel. TABACS.

La culture du tabac a été autrefois florissante aux Antilles et u n e des sources de leur prospérité; longtemps délaissée à la Guadeloupe, elle tend aujourd'hui à se relever sous l'empire des e n c o u r a g e m e n t s de l'Administration et elle semble appelée à constituer, avec le coton, u n e ressource pour la petite propriété. Exposants : MM. Sainte-Croix de Marsan; Rousseau (aux Abymes) ; L. Chaulet; Truxillo (à la basse-Terre) ; Rodier ; Pénitencier des Saintes ; Huard Lanoiraix. MINÉRAUX ET PRODUITS MINÉRAUX.

Ocre des bains jaunes (très-abondant.) Pouzzolane (2 variétés). — Sable métallifère. Soufre en pains ; e x p o s a i t , Cavalier. Soufre en fleurs. — Terre à poterie, du Matouba. Terre rouge à poterie. Terre à polir. Sel de la Désirade ; exposant, Administration locale. Sel de Saint-Martin ; exposant, M. P e r r i n o n . Sel de Saint-Martin (3 variétés), 1 fr. 50 le baril ; exposant M. Beauperthuy. Très-abondant, pouvant devenir la base d'un commerce considérable. PRODUITS ANIMAUX.

Cocons de vers à soie du ricin, provenant d'un essai de M. Clayssen, p h a r m a c i e n . Cire j a u n e de la Pointe-Noire. Les abeilles fournissent, loin des endroits où on fait le sucre, u n miel fort estimé. Guano de c h a u v e - s o u r i s , t r è s - a n o n d a n t à Saint-Martin (dépendance de la Guadeloupe).


— 26 —

Guyane. BOIS.

La Guyane est un des pays les plus riches du m o n d e en bois de construction, et des cours d'eau n o m b r e u x aident à l e u r transport. Déjà, en 1 8 2 6 , 1834 et 1852, d'heureux essais avaient été faits par n o t r e m a r i n e , mais l'établissement de chantiers sérieux, dirigés p a r des h o m m e s spéciaux, n e date q u e de 1 8 6 1 . Le c h a r r o n n a g e , l'ébénisterie, les chemins de fer vont r e n c o n t r e r là des ressources précieuses et i n é p u i sables et la transportation y a déjà trouvé son plus s û r emploi. Les principales espèces, sont : Angélique, dicorenia paraensis, grandes dimensions, b o n pour quilles et bordages, inattaquable p a r les tarets, t r è s - c o m m u n ; bien supérieur a u c h ê n e , p o u r les constructions navales. Acajou femelle, Cedrela Guyanensis, bon p o u r intérieur de m e u b l e s , c o m m u n dans l'intésieur. Bagot, b o n pour menuiserie et ébénisterie. Bois cannelle, (laurinées) b o n p o u r constructions navales, peu a b o n d a n t . Bois balle, bon p o u r constructions, c h a r p e n t e et c h a r r o n nage. Bois gaulette, licania, assez c o m m u n , facile à fendre, bon pour c h a r r o n n a g e . Bois flambeau, b o n p o u r menuiserie et ébénisterie. Balata, sapota mulleri.? mimusops sp.? bois très-dur, inattaquable par les termites ; bon pour toute espèce de c o n structions , r a r e sur le l i t t o r a l , c o m m u n dans l'intér i e u r , d o n n e u n e gutta-percha s u p é r i e u r e à celle de l'Inde. Balata indien. — franc. — montagne. — saignant. Bois la m o r u e , bon pour construction, c h a r p e n t e et c h a r ronnage. Bois de rose m â l e , licaria sp. Incorruptible et inattaquable


— 27 — p a r les vers ; c'est u n des meilleurs bois de construction de la Guyane, t r è s - c o m m u n dans plusieurs localités. Bois de rose femelle, b o n pour constructions. Bois m a c a q u e , bon p o u r constructions, charpente et charr o n n a g e , lecythis zabucajo. Bourgouny, mimosa bourgouni. Bois r o u g e , b o n p o u r constructions, charpente et c h a r r o n n a g e , houmiria sp. Bois rouge tisane, houmiria sp., b o n p o u r c o n s t r u c tions. Bagasse, bagassa Guyanensis, g r a n d et très-droit, excellent pour constructions navales. Bois puant, b o n pour constructions, charpente et charronnage. Bois violet, copaïfera bracteata, grandes dimensions, élasticité et solidité à toute épreuve, b e a u bois d'ébénisterie, très-propre au tour. Bois Lemoine, pour constructions, c h a r p e n t e et c h a r ronnage. Boco, bocoa prouacensis, de g r a n d e s dimensions, assez c o m m u n , b o n pour le pouliage. Bois pagayes, bon p o u r charpente et c h a r r o n n a g e . Bois de lettre moucheté, piratinera Guyanensis, bois d'ébénisterie magnifique, t r è s - r a r e sur le littoral. Bois de lettre grandes feuilles, bon pour constructions, charpente et c h a r r o n n a g e . Bois de lettre m a r b r é , bon p o u r ébénisterie. Bois Mary, b o n pour constructions, charpente et c h a r ronnage. Bois de lettre rouge, très-prisé des Indiens qui le r e c h e r chent pour sa force et son élasticité; ils en font des bois d'arcs. Bois divin, b o n p o u r constructions, c h a r p e n t e et charronnage. Carapa r o u g e , xilocarpus carapa; la facilité de le fendre nettement le fait employer p o u r lattes, le fruit d o n n e u n e huile excellente pour la fabrication des b o u gies. Cèdre noir, laurus surinamensis, bois de grandes d i m e n sions, liant, ferme, bon p o u r bordages extérieurs de navires, demande à être cloué en cuivre.


— 28 — Cèdre j a u n e , aniba Guyanensis, b o n pour les constructions navales. Cèdre blanc, bon p o u r charpente. Cèdre bagasse, icica altissima, excellent bois, mais difficile à se p r o c u r e r , étant considéré par les natifs c o m m e fétiche. Coupi, acioa dulcis, le p r e m i e r des bois de la Guyane p o u r les constructions navales, b o n p o u r charpente et c h a r ronnage. Cœurs d e h o r s , diplotropis Guyanensis, excellent bois de c h a r r o n n a g e , assez r a r e . Cœur dehors blanc, bon p o u r c h a r r o n n a g e . Courbaril, (hymenaea courbaril, très-bon bois pour constructions navales. Coupaya, b o n pour constructions. Couaïe, variété du qualea caerulea, excellent p o u r m â t u r e s . Cerisier, Eugenia sp. bon p o u r charpente. Couratarie, couratari Guyanensis, bon p o u r constructions de m a r i n e . Ebène verte, green heart, tecoma leucoxylon, le grain fin et s e r r é de ce bois le fait rechercher pour les constructions navales; il serait excellent p o u r traverses de chem i n s de fer (3 variétés: verte, verte grise, et verte noire). Ébène r o u g e , bon p o u r constructions, et surtout p o u r l'ébénisterie. Ébène verte soufrée, taigu du Paraguay. Ce bois, de la famille des zygophyllées, a toutes les qualités des précédents ; il contient plusieurs principes curieux qui p o u r r o n t être u n jour utilisés en industrie et en m é d e c i n e ; l'un, incolore et cristallin, l'autre d'un beau j a u n e à l'état cristallisé. Grignon, bucida buceras, c'est le bois le plus durable que possède la Guyane pour la construction des navires, pourvu toutefois, que ceux-ci soient doublés et chevillés en cuivre, grandes dimensions, t r è s - c o m m u n ; il est essentiel de le faire t r e m p e r u n certain temps dans l'eau courante p o u r détruire la g o m m e m o r d a n t e qu'il contient. Grignon fou, qualea caerulea, employé pour intérieur de meubles. Gayac de Cayenne, diplerix odorala, grandes dimensions, c o m m u n , b o n pour pouliage, succédané du gayac officinal, fève odorante dite de Tonka.


— 29 — J a u n e d'œuf, bon p o u r charpente. Moutouchi, pterocarpus suber,bon bois d'ébénisterie. Mora. Mincouart, bon pour charpente et menuiserie, minquartia Guyanensis. Mahot blanc, bois de charpente. Mahot rouge, — Mahot couratari, — Mahot de marécage, — Mahot noir, — Maria congo, — Nangossy, terminalia tanibouea, bon p o u r courbes. Panacoco, b o n bois d'ébénisterie, robinia panacoco rubra. Préfontaine, b o n p o u r constructions, assez r a r e . Petite-feuille, — Parcouri, bois d'ébénisterie de b o n n e qualité, bon pour les constructions navales. Palétuvier r o u g e , rhizophora mangle, p r o p r e aux constructions navales, écorce tannante. Palétuvier blanc, avicennia nitida, employé parfois, p o u r petites m â t u r e s . Palétuvier m o n t a g n e , bon pour constructions. Palétuvier g r a n d bois, légumineuses, b o n p o u r la m e nuiserie, peu employé, écorce à t a n . Schawari, saouari g r a n d bois, excellent pour charpente et constructions navales. Simarouba, bon pour constructions. Sassafras, licaria Guyanensis, de p r e m i è r e qualité d a n s é e s constructions navales. Saint-Martin (légumineuses) b o n bois d'ébénisterie, c o m m u n à la Guyane. Satiné, ferolia Guyanensis, b e a u bois d'ébénisterie, assez commun. Satiné rouge, ferolia Guyanensis, beau bois d'ébénisterie, assez c o m m u n . Taoub, bois hors ligne pour les constructions navales, très-flexible, prenant facilement toutes les courbes q u ' o n veut lui donner, t r è s - c o m m u n dans le Sud. W a p a huileux, eperua falcata, très-employé dans les constructions, se fend facilement ; sert à faire des palissades et des b a r d e a u x . Wacapou, wacapoua Americana, bois incorruptible et inat-


— 30 — taquable, par les insectes; force et d u r é e , b o n p o u r constructions navales. Yayamadou de m o n t a g n e , virola sebiferà, b o n p o u r constructions. Roues en bois de la Guyane, exposées par MM. Colas et Cie, à Courbevoie. TEXTILES.

Fibres de pitre, agave fœtida, p o u r la corderie, très-comm u n à la Guyane. Fibres de carata, Agave Americana, pour la corderie, trèsc o m m u n à la Guyane. Paille d'aouara, astrocaryum vulgare, pour chapeaux, trèsabondante ; exposant, Émilien Cléobie. Fibres et écorce de m a h o t - c o t o n , lecylhis grandiflora, canari m a c a q u e , à essayer p o u r la fabrication des papiers. Mahot à cigarettes, lecythis sp., employé p a r les fumeurs indiens. Mahot à fleurs roses, hibiscus textilis rosa sinensis, p o u r la corderie. Moucoumoucou, caladium giganleum, t r è s - a b o n d a n t à la Guyane et susceptible d'être* employé à la fabrication du papier ; exposant, Roustan. Arouma, maranta sp., employé à faire des p a n i e r s , t a mis, etc. ; pagara en maranta arouma. Fibres de b a n a n i e r , musa paradisiaca, p o u r fabrication de papier. Soie de fromager, bombax cèïba, servant de ouate. COTONS.

La culture du cotonnier a été longtemps florissante à la Guyane ; mais le m a n q u e de b r a s , l'abaissement des prix du coton et surtout les prix plus r é m u n é r a t e u r s obtenus des autres produits du sol ont beaucoup abaissé le chiffre de la production. L'industrie cotonnière c o m m e n c e , cependant, à se relever sous l'impulsion de l'administration locale : les échantillons exposés proviennent de ces nouvelles t e n t a tives. Le r e n d e m e n t d'un hectare, en terre haute, est de 175 kilog r a m m e s , et en terre basse, de 250 à 350 k i l o g r a m m e s .


— 31 — Coton courte soie, qualité plus longue que la courte soie Louisiane, belle et b o n n e m a r c h a n d i s e . Coton courte soie, qualité plus courte que les Louisiane ordinaires. Coton indigène longue soie, (de Baduel). Coton longue soie de Baduel (Terre-Haute), provenant de graines de sea island. Coton longue soie des Pénitenciers. — de la Marguerite. — du tour de l'Ile. — de l'Ile de Cayenne. — d'Iracouba. Filés faits avec le coton n° , par M. Duret, de Brionne. Filé? faits avec le coton Guyane et teints p a r MM. Macculoch frères et p a r MM. Bourcart fils et Cie, de Guebviller (Haut-Rhin). Tissus faits avec les filés ci-dessus, p a r M. Janisson fils, de T a r a r e . Tissus faits avec les filés ci-dessus, p a r M. Chatelus D u bost, de T a r a r e . MATIÈRES TINCTORIALES ET TANNANTES.

Le rocou en pâte est la seule matière tinctoriale qui s'exporte de la Guyane où elle constitue la b r a n c h e la plus i m portante de la culture industrielle. Les plus estimés viennent des terres hautes. Le produit m o y e n d'un hectare est de 1000 k i l o g r a m m e s e n v i r o n , vendu de 90 c. à 1 fr. 60 c. le k i l o g r a m m e . Cette culture est la plus ancienne de la Guyane; elle exige peu de bras et de capitaux. Production de l'année 1859: 401075 k i l o g r a m m e s . Rocou en pâte de terre haute ; exposant, veuve Janholtz. Rocou en pâte de terre basse; exposant, veuve Janholtz. — demi bixine ; exposant, M. Daubriac. Outre le rocou en pâte auquel on a toujours r e p r o c h é u n e odeur repoussante, la Guyane française exporte, sous le n o m de bixine et de demi-bixine, d e u x produits perfectionnés qui ont attiré l'attention du m o n d e savant : le p r e m i e r p r o vient du lavage, avec frottement, de la graine dont la m a t i è r e colorante adhérant à la surface seulement, est précipitée, mise en pains après égouttage et séchée ; mais, soit que la matière inerte de la graine contienne certains m o r d a n t s


— 32 — nécessaires, soit que le séchage altère les principes color a n t s , la bixine perd à l'apprêt u n e partie de son b r i l l a n t ; la demi-bixine, au contraire, quoique beaucoup moins p u r e , puisqu'elle renferme encore quelques parties de graines m a c é r é e s , n e perd rien de son éclat et offre l'avantage d'un transport facile sous u n petit volume et sans émanations fétides. Bixine en p a i n s ; exposant, M. Dumontel. Demi bixine en pains ; exposant, M. Daubriac. Feuilles de lucée (myrtacèe), ces feuilles dont on peut se p r o c u r e r de grandes quantités, à u n prix m o d i q u e , sont g é n é r a l e m e n t employées dans le pays p o u r teindre les étoffes en beau noir. Cette matière est signalée à l'attention du c o m m e r c e . Bignonia chica. Les Indiens extraient des feuilles de la bignonia chica, u n e très-belle couleur r o u g e c a r m i n pour se teindre le corps et le visage. Le chica deviendrait facilement u n objet de c o m m e r c e i m p o r t a n t si on en faisait la d e m a n d e . Écorce de palétuvier r o u g e , rhizophora mangle, p o u r teinture et t a n n a g e , t r è s - c o m m u n ; signalé à l'attention du commerce. Indigo, indigoferatinctoria, nul pays n'est plus p r o p r e que la Guyane à la production de l'indigo ; cette culture, cependant y est négligée, et l'échantillon présenté par M. Ronat ne doit être r e g a r d é que c o m m e u n spécimen des résultats qu'on peut obtenir. La pâte d'un bleu violet foncé à reflets cuivreux, et en pains cassés i r r é g u l i è r e ment, contient 60 p o u r 100 d'indigotine. Bois violet, copaïfera bracteata, donne des violets préférables à ceux de l'orseille. BAUMES,

GOMMES E T

RÉSINES.

Gomme d'Acajou, anacardiuin occidentale; cette g o m m e peut r e m p l a c e r parfaitement la g o m m e a r a b i q u e ; elle est assez abondante à la Guyane. Séve liquide et concrète de Balata, mimusops sp.? Sapota mulleri ? courroies, souliers, vases, etc., etc., en séve de Balata; produit r e m a r q u a b l e , pouvant r e m p l a c e r la gutta-percha avec avantage. Résine de c a r n a u b a ; assez r a r e à la Guyane.


— 33 — Gomme de courbaril, résine a n i m é e , hymanea courbaril, employée dans les affections catarrhales et pour les vernis ; t r è s - c o m m u n e . Résine m a n i , moronobea coccinea, employée p o u r calfater les pirogues et fixer le fer des flèches ; a b o n d a n t e . Résine d'icicaheptaphylla, tackamacque, on l'emploie comme astringent en médecine, c o m m e encens dans les églises, et p o u r le feutrage. B a u m e , houmiria balsamifera. G o m m e extensible (morèes ?). Cette résine recueillie sur u n e espèce de figuier n o n décrite de la Guyane, quoiqu'elle y soit très-abondante, semble posséder des qualités analogues à celle de la gutta-percha ; on la signale à l'attention du c o m m e r c e . Caoutchouc, hevea Guyanensis. L'arbre à caoutchouc est abondant à la Guyane, m a i s on ne le trouve e n famille que sur la partie contestée entre le Brésil et l'Oyapock, où il est recueilli p a r les Indiens tapouyes et transporté au P a r a . Cent arbres âgés de dix ans produisent environ pour 80 francs de caoutchouc p a r j o u r . MATIÈRES OLÉAGINEUSES E T S A V O N N E U S E S .

Graines et graisse d'aouara, astrocaryum vulgare. L'aouara est t r è s - c o m m u n dans les forêts de la Guyane et dans l'île de Cayenne. L'huile exposée s'extrait du péricarpe c h a r n u du fruit qu'on laisse m a c é r e r quelque temps avant de le soumettre à l'action du pilon pour le dégager de la noix. La pâte laissée en tas deux j o u r s , puis chauffée, est mise sous presse et d o n n e de 12 à 15 p o u r 100 d'huile employée p o u r l'alimentation des basses classes et la saponification. Huile d'aouara d'Afrique, œïaïs Guineensis; acclimaté en 1806 p a r M. Kerkowe, le palmier à huile s'est rapidement r é p a n d u sur toutes les habitations ; chaque pied donne en moyenne 10 litres p a r a n . Noix d'acajou, anacardium occidentale, t r è s - c o m m u n e à la Guyane; l'amande donne u n e huile semblable à celle d'amandes douces ; celle extraite de la coque est u n caustique violent. Graines d'ana ou d'ara, incerta sedis, oléagineux t r è s riche. CAT.

DES

COLONIES.

3


34

Graines de coton, gossypium arborcum, p o u r la savonnerie et l'éclairage. Noix et graisse de carapa, xylocarpus carapa. Les forêts de la Guyane recèlent u n e é n o r m e quantité de carapas. Dans le district de Cachipour, a p r è s la m a t u r a t i o n des fruits, le sol est couvert d ' e n v i r o n . 1 0 centimètres de g r ai n es . Ce district et la rive gauche de Gourouaïe pourraient fournir à la savonnerie de Marseille la p r e s q u e totalité des graines oléagineuses qu'elle c o n s o m m e . Signalé à l'attention du c o m m e r c e . Graines et graisse de comou, amocarpus bacaba. Le comou est très-commun à la Guyane, surtout dans les forêts vierges. La pulpe des fruits d o n n e 18 p o u r 100 d'une huile limpide et comestible; on tire également des a m a n d e s u n e graisse b o n n e p o u r la savonnerie. Graines de pekea Guyanensis, comestibles et oléagineuses. — de conana,astrocaryumacaulc, p o u r la savonnerie. — de m a r i p a , attalea excelsa, — — de tourlouri, manicaria saccifera, — — de mocaya, acrocomia sclerocarpa, — — de patawa, œnocarpus patawa, — — de p a r i p o u , g u l i e l m a speciosa, — — de rondier, livistonia sinensis, — — de r a p h i a , sagus raphia, — — de zaguenette ou agrinette, bactris pectinata, — — de palmier b â c h e , mauritia flexuosa, — Graines et huile de ricin, plantes indigènes pouvant fournir au besoin u n e g r a n d e quantité de produits. Graines et huile de W a n g , sesamum orientale. — de ouabé, omphalea diandra; on tire de la semence u n e huile excellente pour le graissage des machines. Graines et graisse de y a y a m a d o u , m u s c a d i e r à suif, virola sebifera; les graines broyées et pressées à chaud donnent 26 pour 100 de matière e n t i è r e m e n t soluble dans l'eau de potasse, fusible à 34°5 et composée de deux parties grasses, l'une n e u t r e et l'autre acide, cette dernière occupant les trois quarts de la masse. La partie n e u t r e , à base de glycine, forme un savon solide avec la soude. Produit excellent p o u r la fabrication des bougies, très-abondant à la G u y a n e ; signalé à l'attention du commerce.


— 35 — Huile de touca, bertholletia excelsa. Pulpe des baies du savonnier, sapindus Surinamensis, pour le lavage du linge et le dégraissage des laines. Noix de baneoule, ahurites triloba, le bancoulier est assez c o m m u n à la Guyane ; sa noix d o n n e u n e huile excellente p o u r l'éclairage. Huile de coco, cocos nucifera. Arachis hypogxa. Coupi couepia dulcis. Graines de lin Bois et huile de l ' a r b r e oléagineux (tapiria Guyanensis?). Les anciens habitants faisaient usage de ce corps gras dans le traitement de certaines maladies cutanées ; on c o m m e n c e à s'en servir pour l'éclairage. » FARINES

ET

FÉCULES.

Manioc en tranches sèches, jatropha manihot. Farine de manioc, — Couac de manioc ou grosse farine, — Cissipa de manioc ou amidon, — Tapioka de manioc, — Servant à la n o u r r i t u r e des habitants du pays. On en tire aussi de l'alcool. Un hectare planté en manioc produit de 450 à 500 k i l o g r a m m e s de tapioka, vendu 1 fr. 60 c. le kilog r a m m e , en m o y e n n e , et 1000 k i l o g r a m m e s de couac r e présentent à peu près 150 francs. La racine n o n cuite de cette espèce est vénéneuse, et ses tiges sont rougeâtres. Une autre espèce de manioc n o m m é e camanioc, jatropha laeftingii, et à tiges vertes n'est pas v é n é neuse. Tranches, farine et fécule de b a n a n e s , musa paradisiaca; exposant, Mile Mathias, à Cayenne. Les malades en font grand u s a g e à cause de la facilité avec laquelle elle se digère, et ce mets est plus nourrissant que les fécules pures, vu la protéine qu'il contient. On pourrait s'en p r o c u r e r de g r a n d e s quantités à la Guyane. (Recommandé à l'attention du commerce.) Bananes tapées (4 fr. 50 c. le kilogramme) ; exposant, Mlle Mathias, à Cayenne. Tranches et farine d'arbre à pain, artocarpus incisa. Maïs varié et farine de maïs j a u n e , zea maïs.


— 36 — Tranches d'igname, pays n è g r e . Arrow-root, maranta arundinacea; exposant, Comité de l'exposition. Faute de d e m a n d e s , cette fabrication est délaissée à la Guyane ; on pourrait en fournir des quantités considérables. SUCRES.

L'industrie sucrière est encore peu avancée à la Guyane ; la cuite s'y fait à feu n u et les procédés perfectionnés de culture n'y sont généralement pas employés. Cette fabrication, cependant, tend à p r e n d r e de l'accroissement : la colonie compte, aujourd'hui, quinze sucreries en pleine activité; l ' h e c t a r e , sans engrais ni l a b o u r , y rapporte 3500 k i l o g r a m mes de sucre vendus au prix moyen de 24 francs le quintal, plus 875 litres de tafia ou de mélasse, d'une valeur de 0 fr. 80 c. le litre. L'espèce de canne c o m m u n é m e n t cultivée, sous le n o m de c a n n e créole, se r a p p r o c h e sensiblement de l'espèce j a u n e de Batavia. Production de 1859 : Sucre, 345 000 kilog. Sirops et mélasses, 101188 — Tafias, 104 788 litres. Sucre b r u t de l'habitation la Marie ; exposant, Goyriena. — Tigany ; — Germain Deschamps. Sucre b r u t de l'habitation la Garonne ; exposant, G. Besse et Cie. ALCOOLS, LIQUEURS ET CONSERVES.

Amer anisé ; exposant, Administration locale. A m e r a n i s é ; exposant, Goyriena. — — Élie Franconie. R h u m de Mana (4 francs le litre) ; exposant, Sœurs de Saint-Joseph. R h u m de l'habitation la Marie (3 francs le litre) ; exposant, Goyriena. Tafia p u r de l'habitation Tigamy (1 franc le litre) ; e x p o s a n t , Germain Deschamps. Tafia p u r de l'habitation Tigamy (1 franc le litre) ; exposant, Élie Franconie.


— 37 — Tafia de l'habitation le Collège (1 franc le litre) ; exposant?, Bar et Constant. Tafia ; exposant, Administration locale. Tafia anisé de l'habitation la M a r i e ; exposant, Goyriena. Tafia anisé de l'habitation la Marie ; exposant, Élie F r a n conie. Tafia anisé de l'habitation la Marie ; exposant. Administration locale. Tafia au noyau ; exposant, Administration locale. — — — Élie Franconie. Tafia a m e r (1 fr. 90 c. le litre) ; exposant, Administration locale. Eau-de-vie de p o m m e s d'acajou, anacardium occidentale ; exposant, Baraquin. Vin de p o m m e s d'acajou, anacardium occidentale ; exposant, Baraquin. Sirops de j a s m i n , de carmentin, de capillaire, d'ayapana, de citronnelle, de corossol, de guimauve, de franchip a n e , etc., etc.; exposant, Mile Mathias. Fruits cristallisés (7 francs le kilogramme), oranges et m a trices de girofle ; exposants, F o u r r é , Mlle Rosalie Kerbec.

CAFÉS.

A p a r t les grandes plantations du gouvernement, on n e cultive le caféier de la Guyane que c o m m e annexe des cultures de rocouyers et de cacaoyers. Le café a moins d'apparence q u e celui des Antilles, mais aussi moins de verdeur et plus de finesse ; ceux de la côte de R e m i r e et des montagnes d'Argent, de Kaw et d'Oyac ont acquis u n e juste célébrité. Le produit, en terre h a u t e , est de 300 à 500 g r a m m e s par pied, ce qui donne u n r e n d e m e n t de 8 5 3 fr. 4 0 c. à 1089 par hectare ; u n ouvrier engagé peut entretenir deux hectares. Production m o y e n n e : 50 000 kilogrammes p a r a n , vendu de 2 francs à 2 fr. 40 c. le k i l o g r a m m e préparé, et de 1 fr. 50 c. à 1 fr. 60 c. en p a r c h e m i n . Café de la m o n t a g n e d'Argent, cultivé p a r les déportés (en parche et pilé). Café de l'Ilet-!a-Mère, cultivé p a r les déportés. Café de la Gabrielle (habitation domaniale).


— 38 — CACAOS.

Le cacao de la Guyane, lorsqu'il est séché au soleil ou dans un c o u r a n t d'air, présente, dans son onctuosité, des qualités qui le font r e c h e r c h e r p o u r le mélanger avec les variétés parfumées mais trop sèches de Caracas. La production annuelle est d'environ 40 000 k i l o g r a m m e s , dont la moitié, au m o i n s , est achetée p a r le c o m m e r c e a m é ricain de 70 à 80 centimes le k i l o g r a m m e . Ce bas prix n'offrant plus les moyens de d o n n e r au grain les soins n é cessaires , b e a u c o u p de propriétaires le font b o u c a n e r , pour le sécher plus vite. La production m o y e n n e d'un hectare est de 130 k i l o g r a m m e s . Cacao en grains, theobroma cacao, et b e u r r e de cacao ; exposé p a r M. F o u r r é . Cacao de la Gabrielle ; exposant, Administration locale. Chocolat; exposant, Administration locale. F a u x cacao, pachyria aquatica. Les Indiens emploient la semence du pachyrier en guise de cacao. ÉPICES,

CONDIMENTS

ET

AROMATES.

A la tête des épices, se place le girofle introduit à la Guyane en 1 7 7 4 . Son haut prix sur les m a r c h é s français multiplia tout d'abord la plantation des girofliers, et les forêts séculaires de l'Oyac disparurent p o u r leur faire place ; mais bientôt, sous l'influence d'une production exagérée et de la c o n c u r rence des produits similaires étrangers qui fit tomber le prix à 0 fr. 60 c. le k i l o g r a m m e , la production baissa r a p i d e m e n t ; elle n'est plus aujourd'hui que de 3 5 0 0 0 k i l o g r a m m e s par a n , n o n que le giroflier ait disparu, car il forme encore a u j o u r d ' h u i d'énormes massifs, mais parce q u e le prix n'est plus assez r é m u n é r a t e u r pour payer la m a i n - d ' œ u v r e nécessaire p o u r la récolte. Les matrices qui couvrent le sol après la m a t u r a t i o n du fruit pourraient être avantageusement utilisées p o u r confection d'essences. La Guyane en fournirait des quantités considérables sur c o m m a n d e . Matrices et clous de girofle, caryophyllus aromaticus ; exposant, Goudin. Écorce, feuilles et p o u d r e de feuilles de cannellier, cinnamomum verum.


— 39 — Noix et macis de muscades, myristica moschala. Poivre noir, piper nigrum aromaticum. Le cannellier, le muscadier et le poivrier, qui ont été l'objet d'une culture étendue, n e donnent plus aujourd'hui que des produits insignifiants. Fèves de Tonka, cournarouna odorata; aromatique stimulante. Muscades, myristica moschata ; exposant, F o u r r é . Poivre de Guinée (de la famille des scitaminées) ; condim e n t ; exposant, F o u r r é . Piments, capsicum La Guyane pourrait en fournir de grandes quantités, soit au sel, soit secs ou en p o u d r e . Ambrette ou gombo m u s q u é , calalou m u s q u é , hibiscus abelmoschus pour la parfumerie, très-abondante ; exposant, Fourré. Vanille, croît à l'état sauvage dans les bois. MATIÈRES

MÉDICINALES.

Liane ail, bignonia sp., fébrifuge. Liane contre-poison, robinia nicou. Liane a m é r e . — Liane g r a n d bois. — Ayapana, thé de l'Amazone, cupatorium ayapana. Ce thé, excellent au goût, a été longtemps considéré c o m m e u n e panacée universelle ; on p o u r r a i t s'en p r o c u r e r de g r a n des quantités à la Guyane ; c'est un excellent stomachique. Carmentin, justicia pectoralis, pour infusions pectorales ; très-abondant. Cedrela Quyanensis, fébrifuge. Feuilles de corossol, anona muricata, pour infusions pectorales ; t r è s - a b o n d a n t . Ipéca de Cayenne, boerhavia diandra, vomitif. Fleurs d'ébène verte, bignonia leucoxylon. Bois d'ébène verte soufrée, bois de taigu du P a r a g u a y . Les cristaux formés dans les anfractuosités de ce bois sont employés contre l'hydropisie. Jalap du pays (convolvulacée), n o n décrite, purgatif. Mélisse indienne, hyptis capitata? antispasmodique. Feuilles d'oranger, citrus aurantium, calmant. Pareira brava, cismmpelos, p o u r la guérison des maladies des voies urinaires ; très-abondant.


— 40 — Centaurée, coutoubea spicata, fébrifuge stomachique. Quinquina de Cayenne, quassia amara, emploi c o n n u . On a cherché à substituer celte écorce au houblon, clans la fabrication de la bière ; très-abondant. Racine d'aouara, astrocaryum vulgare, antisyphilitique. Simarouba officinalis, tonique actif employé contre la dyssenterie ; abondant. Bois balé, guarea trichilioides. Grand matevé, potalia amara, les feuilles en tisane passent pour e m m é n a g o g u e s . Vettiver, anatherum muricatum, l'infusion des racines passe pour emménagogues. Sibiri des Indiens. •Salsepareille (propriétés connues). On pourrait s'en procur e r des quantités considérables à la Guyane. Bois aphrodisiaque, incerta seclis. Sablier élastique, hura crepitans, graines purgatives et vomitives. Citronille g r a n d bois, incertae sedis, p o u r infusions théiformes. Citrate de chaux ; exposant, Hérard. GRAINES A L I M E N T A I R E S ,

Riz blanc et rouge, oriza saliva, c o n s o m m é dans le pays. Gombo, hibiscus esculentus. TABACS.

La culture du t a b a c , longtemps a b a n d o n n é e à la Guyane, commence à r e p r e n d r e faveur. L'échantillon exposé a été r é colté sur les Pénitenciers. Tabac en feuilles, pour cigarettes; exposant, Ph. Voisin. Tabac en m a n o q u e s , de l'Ilet-la-Mère; exposant, Pénitenciers. Tabac en m a n o q u e s plates, de Montjoly ; exposant, P é n i tenciers. SOIES.

Cocons du ver du m û r i e r élevé p a r M. Michély, à la Guyane. Éducation sous des h a n g a r s à l'air libre, éclosions échelonnées de m a n i è r e à obtenir u n e montée tous les 10 ou 12 j o u r s .


— 41 — Lorsque la première série est à la montée, la seconde fait sa quatrième m u e , la troisième est arrivée à réclusion de la graine et la quatrième à la naissance des papillons. Le ver m a n g e pendant 18 jours et fait ses quatre mues en 12 j o u r s . Le cinquième âge est de 6 jours, la montée de 2 j o u r s ; cocon fait en 36 heures, 550 à 590 œufs. PELLETERIES.

Peau de j a g u a r , d ' o n c e , de c h a t - t i g r e , etc. Peau de couguar ou lion d'Amérique. Tapis en peau de singe h u r l e u r . Peau de loutre. Peaux des paresseux Unau et Aï. Le commerce des plumes et des pelleteries p o u r r a i t acquérir u n e g r a n d e importance à la Guyane. PRODUITS

DE

PÊCHE.

Curi, vastris gigas, ou pirarocou. Ce poisson sec est l'objet d'un c o m m e r c e étendu à la Guyane ; sa chair est délicate et se conserve très-longtemps. On en pêche des quantités considérables dans les lacs de l'intérieur et il pourrait devenir u n article d'exportation. Machoiran, silurus felis. Il en est de m ê m e du m a c h o i r a n qui sert à la n o u r r i t u r e des indigènes de la Guyane et dont les vessies natatoires form e n t , sous le n o m d'ichlycolle, un objet important d'exportation ; elles sont employées, en Hollande et en Angleterre, à la clarification de la bière. Réduite, sous l'action du rabot, à de minces copeaux, la colle de m a c h o i r a n se dissout complètement dans l'eau froide et est, p o u r le r e n d e m e n t , à la colle d'esturgeon de Russie, c o m m e 2 est à 3. S o n bon m a r c h é lui assure sur cette dernière u n e g r a n d e supériorité ; prix : 3 fr. le k i l o g r a m m e . Signalé à l'attention du commerce ; exposants, Fourré, Polo et Pouget, Bataille. Écaille de tortue caret, testudo caretta, 25 francs le kilogramme. Graisse de lamentin, manatus Amerimnus; exposant, Bataille.


— 42 — INDUSTRIES

INDIGÈNES.

Fleurs en p l u m e s ; exposant, Mlle Siégert; 50 francs le bouquet. Fleurs en plumes ; e x p o s a n t , Sœurs de Saint-Joseph ; 50 francs le bouquet. Cette industrie est peu développée faute de d e m a n d e s ; elle est susceptible de grands développements. P a g a r a s , paniers tressés en paille d ' a r o u m a . PLANTES

INDUSTRIELLES.

Feuilles à polir, curatella Guyanensis, p o u r polir des bois. Graines de réglisse, abrus precatorius, p o u r colliers. Ivoire végétal, phytelephas macrocarpa, p o u r le t o u r . MINÉRAUX.

L'or a b o n d e à la Guyane , et le m a n q u e de b r a s a seul p a ralysé j u s q u ' à ce j o u r l'exploitation de ses riches placers. La compagnie concessionnaire de l'Approuague, aujourd'hui s o u t e n u e p a r de puissants capitalistes, ne peut m a n q u e r d'en tirer avant peu des bénéfices considérables. Quartz aurifère et or, exposé par la Société de l'Approuag u e ; exposant, colonel Charrière. Quartz aurifère et or, en pépites des placers du quartier de R o u r a ; exposant, Administration locale. Argile b l a n c h e de Mana. Fer hydroxydé compacte (limonite). Un nid de m o u c h e c a r t o n n i è r e ; exposant F o u r r é . Gorges et becs de toucan. — OEufs de c a ï m a n . — ETHNOGRAPHIE.

Un Indien R o u c o u y e n n e , en g r a n d c o s t u m e ; exposant, Bataille.


43 —

Saint-Pierre et Miquelon. PRODUITS DE PÊCHE.

Morue sèche, g r a n d p o i s s o n , exposée p a r M. Goyetche de Vial et Cie, de Bayonne. — petit poisson, exposée p a r M. Lefrançois, de Grand ville. Ces deux lots représentent le principal produit des îles Saint-Pierre et Miquelon (Terre-Neuve). Le g r a n d poisson provient du g r a n d banc de Saint-Pierre et du b a n q u e r e a u , h o r s de vue des t e r r e s . 100 à 120 navires expédiés de F r a n c e , jaugeant 25 000 tonneaux et montés de 3500 à 4000 h o m m e s d'équipage, p r e n n e n t part chaque année à cette pêche q u i emploie également 80 goëlettes de la localité, ayant c h a c u n e , e n m o y e n n e , de 10 à 14 matelots. La moitié seulement d u poisson est p r é p a r é e dans nos pêcheries ; on le lave d'abord à g r a n d e eau, pour le débarrasser de la croûte de sel qui le recouvre, et on l'expose au g r a n d air et au soleil, soit s u r des aires couvertes de pierres n o m m é e s graves, soit sur des claies appelées vigneaux; on l'enfutaille ensuite au moyen d'une presse. Le petit poisson provient de la pêche des embarcations de la localité, soit sur les côtes, soit dans le golfe Saint-Laurent : u n e partie du poisson pris sur le b a n q u e r e a u appartient à cette catégorie ; il est p r é p a r é à t e r r e , à u n m o i n d r e degré de s a l u r e , et devient p a r cela m ê m e susceptible d'une plus longue conservation dans les pays chauds. Le prix de revient de la m o r u e sèche est de 2 2 francs e n viron, le quintal, à Saint-Pierre et Miquelon ; on en exporte à peu près 200 000 quintaux par a n , présentant u n e valeur de 4 400 000 francs. Voici la m o y e n n e des cinq dernières années : Quintaux.

Envoi — — — — —

en France, en greniers, sans à la Martinique, en boucauts, à la Guadeloupe — à la Réunion, — aux États-Unis, en grenier, en divers autres p a y s , —

prime 10 fr. déprime. — — .. — — .. — — .. — — ..

5 62 52 22 47 0

085 086 604 905 375 933

199 988


— 44 — Le reste d u poisson est p r é p a r é à b o r d , en vert, c'est-àdire, t r a n c h é au plat et a r r i m é dans la cale entre des couches de sel; son prix de revient est de 14 francs environ le quintal, et on en exporte de 30 à 40 000 quintaux p a r a n , d'une valeur de 4 à 500 000 francs. Rogues de morue sèches, exposées par M. Lecharpentier, Hippolyte. Ce produit, destiné à servir d'appât p o u r la pêche à la s a r d i n e , est protégé à son entrée en France p a r la franchise d'entrée et u n e p r i m e de 20 francs par 100 k i l o g r a m m e s ; m a i s la plus g r a n d e partie sert sur les lieux m ê m e s à amorcer les lignes : on n ' e n exporte guère que 6000 k i l o g r a m m e s environ, par a n , à l'état salé. La rogue sèche est u n nouveau m o d e de préparation encore peu usité. Naus de morue sèches, p o u r fabrication de fausse colle de poisson et p o u r aliment. Langues de morue sèches, pour alimentation; exposant, M. Louis Lorieux, propriétaire. Ces deux p r o d u i t s , quoique fort recherchés p o u r la table, sont généralement laissés aux équipages qui les vendent à l'arrivée a u port ; on en exporte 300 000 kilog. environ. Huile de foie de morue (dite du c o m m e r c e ) ; exposée par M. Goyetche de Vial et Cie, de Bayonne. Ce produit, obtenu par la fermentation des foies d a n s des tonnes disposées à cet effet, soit sur le pont des navires qui pèchent au l a r g e , soit à t e r r e , près des habitations, est l'objet d'un c o m m e r c e assez i m p o r t a n t . On en exporte environ 500 000 k i l o g r a m m e s par a n , variant de 100 à 150 francs les 100 kilog. Huiles de foie de morue b r u n e s et blanches, épurées pour la m é d e c i n e ; exposants, MM. Fitzgerald frères, de SaintPierre ; Delahaye et V e t t i e r , a r m a t e u r s ; Riche, de Saint-Malo. Cette industrie naissante tend à devenir, à Saint-Pierre, l'objet d'un c o m m e r c e très-considérable ; elle vient d'être encouragée p a r l'Académie de médecine, qui signale les huiles b r u n e s , blondes et blanches de nos pêcheries de T e r r e - N e u v e , c o m m e pouvant rivaliser avec les meilleurs produits des fabriques norvégiennes et anglaises. Celles q u ' o n fait dans les mois d'avril, mai et juin sont d'une q u a lité supérieure , les foies sont alors fort m a i g r e s ; plus tard, ils sont très-gras et donnent de moins bons résultats, au point de vue thérapeutique.


— 45 — Harengs salés, secs, exposés par M. Louis Lorieux, p r o priétaire. Ce produit est généralement consommé dans les p ê c h e r i e s ; on n'évalue pas à plus de 20 000 k i l o g r a m m e s son exportation en France. Capelans secs, exposés p a r M. J. Lepomellec et fils, de Saint-Servan. Ce poisson sert presque exclusivement à hoitter (amorcer) les lignes pendant la première pêche, c'est-à-dire d'avril en juin. A cette é p o q u e , le capelan c o m m e n c e à p a r a î t r e ; ses bandes i n n o m b r a b l e s , ralliant la terre et les m o r u e s à sa poursuite, n e m o r d e n t plus sur les lignes garnies de h a r e n g s . C'est alors que les navires reviennent s'approvisionner de cette espèce tellement abondante, que les flots la jettent s u r la plage où elle s'entasse c o m m e les algues après la temp ê t e ; elle sert p o u r la seconde pêche ; la troisième pêche se fait avec, l'encornet qui affectionne particulièrement la rade de S a i n t - P i e r r e , et dont on c o n s o m m e environ 1 2 0 0 0 0 0 p a r an. M. Riche en expose u n spécimen. i PRODUITS VÉGÉTAUX;

Exposant : M. Jore, commissaire adjoint de la marine.

Thé rouge. On en fait u n e infusion agréable, susceptible de r e m p l a c e r le thé de Chine dans l'Amérique du Nord. On en fait u n g r a n d usage dans nos pêcheries, soit comme boisson, soit pour la confiserie. Thé d'anis (vaccinium hispidulium). Cette plante est e m ployée c o m m e la précédente, et son fruit donne, p a r la m a cération, u n e liqueur estimée. Thé de James. C'est u n e des plantes les plus c o m m u n e s du pays, on s'en sert en infusions théiformes. Herbe jaune ou savoyarde (helleborus trifolius). Plante m é dicinale fort abondante ; c'est u n tonique a m e r très-estimé des habitants de Saint-Pierre et Miquelon. Spruce, pour la fabrication de la bière dite sapinette. On emploie pour cet usage toutes les parties de l'arbre, m ê m e les copeaux provenant du bois travaillé à l'état sec ; mais on préfère les branches vertes et garnies de leurs feuilles. La bière de spruce entre dans la composition de la ration des équipages des bâtiments de g u e r r e en station dans


— 46 — ces p a r a g e s , et u n ancien r è g l e m e n t de la colonie en a fait u n des éléments de la ration des p ê c h e u r s , sans en limiter la quantité. Blé et avoine récoltés à Langlade. Les céréales n e sont pas l'objet d'une culture suivie, l'élève des bestiaux et les fourrages d o n n a n t des produits plus certains; cependant u n ferm i e r , M. Bibart, n'a pas hésité à faire u n essai en g r a n d qui a parfaitement réussi; en raison de ces circonstances exceptionnelles, cette Exposition est digne d'intérêt.

COLONIES

D'AFRIQUE.

Établissements français à la côte occidentale

d'Afrique. BOIS.

Le Sénégal p r o p r e m e n t dit n e produit pas u n e quantité de bois considérable, q u o i q u ' u n e partie d e ses rives soit couverte d e gonakiès (acacia Adansonii) t r è s - p r o p r e s aux constructions navales. Mais il n ' e n est pas de m ê m e en Casam a n c e , où les ressources forestières sont i m m e n s e s . La m a r i n e peut trouver là les meilleures essences, les m ê m e s qu'à Bissao, d'où les Portugais tirent la plus g r a n d e partie d e leurs approvisionnements m a r i t i m e s . Les principales espèces sont : Caïlcedra, khaya Senegalensis. Detarr, detarium Senegalense. Gonakié, acacia adansonii. N ' d i m b , sterculia cordifolia. Solum, dialium nitidum. Vène, pterocarpus erinaceus. Les forêts du Gabon sont bien a u t r e m e n t riches encore, mais p e u exploitées. Le santal et l'ébône sont seuls l ' o b jet d'une exportation régulière. Les plus connus sont : Bois j a u n e .


— 47 — É b è n e , diospyros ebenum, p o u r l'ébénisterie; exposant;. M. M a s u r i e r , a r m a t e u r au Havre. Évino. Garigari, avicennia sp. ? pour constructions navales. Intowo. Kata. Honda.

Mandji. Ocoumé. Ojoli. Oyamba. Santal, plerocarpus angolensis ? p o u r la teinture. Teck du pays. TEXTILES.

Fibres de bananier, exposées p a r M. T o u c h a r d . La pénurie de matières p r o p r e s à la fabrication du p a pier doit fixer l'attention sur ce produit dont le Gabon p o u r rait fournir des quantités considérables; mais la méthode grossière employée pour l'extraction de ces fibres ne permet pas encore de les acheter à b o n m a r c h é . Une maison qui s'occuperait de cette affaire, devrait tout d'abord se p r o c u r e r u n e petite machine ad hoc, qui servirait en m ê m e temps à la préparation des feuilles d'ananas. Ouate du Bombax pentandrum, abondante. Cotons, exposés par l'administration locale du Sénégal (gossypium punctatum). Nul pays n'est plus p r o p r e q u e le Sénégal à la culture du coton; partout il croît à l'état s a u v a g e , et sa fécondité, la durée de son existence, malgré tous les obstacles qui s e m blent s'opposer à sa végétation, d o n n e n t lieu de penser q u ' u n e culture soignée a m è n e r a i t les résultats les plus satisfaisants. Des espaces immenses peuvent y être consacrés sur les deux rives du fleuve. Déjà, les gens du Cayor, du Oualo, du Foula et du G a l a m , cultivent le cotonnier p o u r leurs b e soins personnels ; mais la facilité qu'ils ont de se procurer des étoffes européennes, le défaut de c o m m a n d e s sérieuses, b o r n e n t cette exploitation à peu de choses, et ce n'est qu'au Bondou qu'on voit des champs considérables de ce précieux végétal. Filé à la m a i n , tissé a u petit m é t i e r , en bandes étroites, et souvent associé à la laine et à la soie, le coton de


— 48 — cette provenance est converti en étoffes qui servent dans le pays de m o n n a i e d'échange et qu'on connaît à Bakel et à Saint-Louis sous le n o m de pagnes sor. Les encouragements du g o u v e r n e m e n t et l'élévation des prix provoquée p a r la crise actuelle ont du reste attiré de ce côté l'attention du comm e r c e ; mais c'est vers la basse Sénégambie surtout, vers la Casamance, que se portent les efforts de l'administration. Déjà des c o m m a n d e s considérables y ont été faites, et u n o u tillage complet, moulins, presses, etc., etc., p e r m e t t r a b i e n tôt l'envoi d u premier c h a r g e m e n t récolté sur cette partie de la côte. Le coton du Sénégal est fin, n e r v e u x , plus court que le courte soie des États confédérés d'Amérique, trèsconvenable p o u r la filature et pouvant remplacer les sortes moyennes. Les comptoirs de la Côte-d'Or et du Gabon en exposent également quatre échantillons; mais c'est dans les fibres d'an a n a s surtout que ces pays p o u r r a i e n t trouver u n e ressource textile considérable; ils poussent dans les bois en quantités i n n o m b r a b l e s , et servent à faire les filets, lignes et sacs des indigènes q u i en extraient les fibres de la m a n i è r e la plus primitive, en passant la feuille sur la lame d'un couteau. Un industriel de Paris en a confectionné du linge damassé de la plus g r a n d e beauté. MATIÈRES

TINCTORIALES ET

TANNANTES.

Graines d'indigo argenté. Indigo en feuilles, en graines et en pains (indigofera emarginata) ; exposant, M. Gorrez. Indigo du Walo (préparation indigène). L'indigofère croît partout à l'état sauvage a u Sénégal ; les noirs le cultivent a u t o u r de leurs cases, recueillent les feuilles vertes avant la floraison, les pilent dans des mortiers et en font des boules qui sont d'un emploi général et l'objet d'un c o m m e r c e très-actif dans l'intérieur. Les Européens n ' o n t fait encore sur les indigos du Sénégal que des essais qui n'ont pas eu de suite, m a l g r é la bonne qualité r e c o n n u e ; mais cet insuccès ne doit être attribué qu'au m a n q u e de capitaux, la plante d o n n a n t j u s q u ' à vingt récoltes par an sur les bords du fleuve et d u r a n t de 4 à 5 ans, ce qui compense largement le prix de la m a i n - d ' œ u v r e plus élevé que dans l'Inde. Des deux échantillons exposés p a r


— 49 — M. Correz, le p r e m i e r préparé avec des feuilles vertes se r a p p r o c h e des meilleures sortes de Java, le deuxième est égal aux b o n n e s qualités du Bengale, tous deux contiennent 60 p o u r 100 d'indigotine. Gousses d'acacia Adansonii; (Gonakié). Gousses d'acacia nilotica, (neb-neb). Recueillis avant maturité, séchés, mis en p o u d r e et mêlés à u n peu de chaux ou de c e n d r e ; ces produits servent principalement a u tannage des m a r o q u i n s dont on fait les selles, harnais, bourses et portefeuilles. Le Sénégal pourrait en fournir des quantités considérables. Henné ou foudenn, lawsonia inernis. Le foudenn sert à colorer en r o u g e les ongles des indigènes ainsi que la crinière et la queue de leurs chevaux ; les m a u r e s q u e s et mulâtresses l'emploient également à donner plus de velouté à leur r e g a r d par u n e ligne imperceptible a u dessous de l'œil. La fabrique de Lyon en a obtenu de magnifiques résultats dans la teinture en noir des étoffes de soie. Le Sénégal pourrait, s u r c o m m a n d e , en fournir d'assez fortes quantités. Orseilles du cap Vert, roccella phycopsis, parmelia perlata. Produit délaissé aujourd'hui p o u r les orseilles d'arbres d'Angola ; on en faisait autrefois u n g r a n d c o m m e r c e . Orseille d'arbres, roccella fuciformis de Loango. Écorces de rhizophora mangle. Les écorces de manglier servent au tannage des cuirs ordinaires. Cette matière qui se trouve en abondance dans les marigots qui sont à l'entrée du Sénégal, est supérieure au tan d u chêne dans la proportion de 20 à 7 5 . Rocou, bixa orellana, se trouve à l'état sauvage a u Gabon. Santal r o u g e d'Afrique, pterocarpus angolensis. On en exporte chaque a n n é e u n e g r a n d e quantité du Gabon ; ce bois forme, avec l'ébène, le fond des cargaisons de r e t o u r ; exposants, MM. Masurier jeune et ses fils, Havre. Séve de combo, myristica sp., très-riche en t a n n i n , fournissant u n kino excellent, a b o n d a n t a u Gabon. Glumes de sorgho, employées par les Maures pour teindre les cuirs en r o u g e .

CAT. BES COLONIES.

4


— 50 — GOMMES , BAUMES ET RÉSINES.

G o m m e du Sénégal, acacia verek ; sous le n o m de g o m m e du b a s du fleuve et de g o m m e de Galam, ce produit compose u n e des principales ressources du Sénégal ; sa récolte c o m m e n c e après la saison des pluies, c'est-à-dire a u mois de n o v e m b r e , avec les vents du désert, et se p r o l o n g e j u s q u ' e n juillet ; on l'échange principalement contre des guinees, du mil, des fusils simples et à deux coups, de la p o u d r e , de l ' a m b r e et u n e foule de m e n u e s marchandises n o m m é e s bagatelles. Les principaux points de production se trouvent dans le pays des Maures (rive droite) qui viennent, tous les a n s , c a m p e r auprès des forêts de g o m m i e r s qu'exploitent leurs esclaves. Le Oualo, le Cayor, et le Djolof, sur la rive g a u c h e , en possèdent également u n e certaine quantité mais elles sont peu exploitées. La production de 1860 a été de 3 125 4 3 6 k i l o g r a m m e s . G o m m e friable, dite s a d r a - b e i d a , provenant de divers acacias et surtout de l'acacia adansonii. G o m m e de Baobab, Adansonia digitata. Caoutchouc du Gabon, (deux variétés exposées p a r M. Touchard). Ces caoutchoucs, produits p a r deux lianes de la famille des apocynées, ont fait longtemps au Gabon l'objet d'un c o m m e r c e très-considérable. L ' u n , en boules de la g r o s seur d'un œuf et provenant du pays des Pahouins (Fans), est d'une g r a n d e pureté et assez r a r e ; l'autre, en plaques plus ou m o i n s longues et épaisses, est t r è s - a b o n d a n t mais mal p r é p a r é , ce qui le r e n d visqueux et d ' u n e odeur désagréable. Longtemps délaissé p o u r ces défauts, il c o m m e n c e aujourd'hui à r e p r e n d r e u n peu faveur p o u r la fabrication des caoutchoucs durcis ; son prix est d'environ 30 francs les 100 k i l o g r a m m e s , en m a r c h a n d i s e s . G o m m e copale du Gabon, guibourtia. G o m m e copale du cap Lopez. G o m m e copale de Loango. La côte du Gabon fournit u n e certaine quantité de g o m m e copale inférieure en qualité à celle de Zanzib a r . Les indigènes la récoltent g é n é r a l e m e n t dans le sable de grandes plaines où se trouvaient sans doute des forêts a u j o u r d ' h u i détruites p a r l'incendie. G o m m e de kell, du pays de Galam. Cette résine a de l'ana-


51

logie avec la gutta-percha ; on la trouve en abondance, dans le Bondou et le Bambouck. Il serait à désirer que les industriels qui s'occupent de la gutta-percha examinassent cette matière, p o u r savoir si elle p o u r r a i t être d'un aussi b o n emploi que celle de l'Inde, (à étudier.) Résine d'Ocoumé ; exposée, p a r M. Touchard. Ce produit d'un a r b r e de la famille des térébinthacées, est trèsc o m m u n au Gabon où il sert à l'éclairage ; on pourrait en trouver l'emploi dans la médecine c o m m e astringent, ou dans le feutrage des chapeaux. MATIÈRES OLÉAGINEUSES ET SAVONNEUSES.

Arachides, Avachis hypogaea, du Cayor, de la Casamance et du Gabon. Le Sénégal et dépendances qui exportait, en 1 8 4 0 , 1210 k i l o g r a m m e s d ' a r a c h i d e s , en produit aujourd'hui plus de 10 millions de k i l o g r a m m e s p a r a n . C'est principalement le Cayor et la Casamance qui fournissent les plus fortes quantités ; il en vient également de Galam quelques chargements plus estimés que les autres à cause du peu d'épaisseur de la coque et du r e n d e m e n t supérieur en huile ; c'est u n e des principales ressources du pays et sa production tend de plus en plus à s'étendre, m a l g r é les entraves que les Maures ont cherché à y apporter, dans la crainte de voir négliger leurs g o m m e s . Le principal m a r c h é du Sénégal p r o p r e m e n t dit est Gandiole, g r a n d village sous n o t r e j u r i d i c tion. Près de Gorée, le centre d'approvisionnements est Rufisque ; plus b a s , enfin, les principaux lieux de traite sont Sedhiou et Carabane en Casamance, et Albreda, dans la Gambie. Le Gabon dont la population est clair-semée et peu a g r i c o l e , c o n s o m m e sur place presque tout ce qu'il produit. Prix moyen a u Sénégal, de 20 à 25 francs les 100 k i l o g r a m m e s . Bassia Gabonensis, (variétés djavé et n o u n g o u . ) Graines oléagineuses très-communes sur la côte du Gabon, et fournissant sous les noms d'agali djavé et n o u n g o u des graisses excellentes pour la guérison des r h u m a t i s m e s . L'agali se vend u n franc le k i l o g r a m m e au Gabon. Gros béraf, cucurbita miroor. Le gros béraf est la graine d'une cucurbitacée n o m m é e iombosse et servant à l'alimentation.


— 52 — Petit béraf, cucumis melo; le petit béraf est la graine d ' u n m e l o n . Ils contiennent tous deux 30 p o u r 100 d ' u n e huile très-fluide, se r a p p r o c h a n t beaucoup de l'huile d'olive et b o n n e p o u r l'alimentation et la saponification. Leur prix moyen a u Sénégal est de 20 à 30 francs les 100 k i l o g r a m m e s . Ces graines commencent à être favor a b l e m e n t accueillies par le c o m m e r c e . Production de 1 8 6 0 , 63 2 6 6 kilogrammes. Beurre de Galam, bassia butyracea, et graines de shea ou a r b r e à b e u r r e , dites graines de karity. Tirée de la s e m e n c e du shea dont le péricarpe est comestible, cette graisse est t r è s - r e n o m m é e dans tout le Sénégal, p o u r la guérison des r h u m a t i s m e s ; les habitants de Bakel s'en servent également p o u r l'alimentation ; elle est p r e s q u e e n t i è r e m e n t consommée dans le pays. Graines de coton, gossypium punctatum, b o n n e s p o u r la savonnerie. Graines de c o m b o , myristica sp., muscadier à suif, a b o n dant au Gabon. Dika (pain, graines, tourteau, g r a i s s e ) , mangifera Gabonensis; exposé p a r M. Pilastre, courtier m a r i t i m e à Rouen. Ce pain, formé des a m a n d e s concassées et agglom é r é e s p a r la chaleur du fruit d'une, sorte de m a n g u i e r sauvage t r è s - r é p a n d u au Gabon et n o m m é iba, fournit de 65 à 70 pour 100 d'une graisse analogue au b e u r r e de cacao, fusible à 40° et saponifiable. Les grandes q u a lités de ce produit le r e c o m m a n d e n t à l'attention du comm e r c e . Prix à Rouen, de la graisse extraite : 1 fr. 50 c. le kilogramme. Élozy-zégué, citron de m e r , ximenia Gabonensis. Les b o r d s de la m e r , tous les rivages de l'estuaire du Gabon sont g a r n i s de ces arbrisseaux qui donnent des fruits en abondance. La pulpe a u n e forte odeur d'acide prussique, et l ' a m a n d e est u n violent purgatif; l'huile q u ' o n en tire est excellente p o u r la saponification. Noix de m ' p ô g a . La graine décortiquée de cette noix, trèsa b o n d a n t e au Gabon, donne près de 80 p o u r 100 de l'huile la plus fluide qu'on connaisse ; elle fait partie de l'alimentation des natifs. Noix de coula, de la famille des olacinées. Cette graine, très-abondante a u Gabon, fournit u n e g r a n d e quantité d'huile p r o p r e a u x usages de la table ; o n la récolte


— 53 — en janvier et février, c o m m e tous les oléagineux de ce pays. Owala, semence d'un acacia c o m m u n au Gabon et donnant u n e huile analogue à l'huile d'olive. Ouondo, g r a i n e oléagineuse d'une cucurbitacée c o n s o m m é e par les Pahouins p o u r l'alimentation; exposant, M. Touchard. O'choco, dryobolanops sp.; exposé par M. Touchard (oléagineux du Gabon.) Ogadioka, oléagineux comestible du G a b o n , teffaira pédala. Ces graines oléagineuses sont abondantes au Gabon p e n dant les mois de décembre et de janvier ; o n en trouve alors des quantités amenées par le flot sur le rivage et converties en acide gras p a r leur séjour dans l'eau de mer. Oddgengé, graine stéarine, incertae sedis. Graine de palmier b a m b o u , raphia sp. Des fruits on tire de l'huile, du tronc on obtient le vin de palme, ses feuilles servent à couvrir les toitures et les pétioles sont employés à la fabrication des cases. Noix et huile de palme de la Casamance. — — — de Grand-Bassam. — — — du Gabon. — — — d'Assinie. La Casamance, la Côte d'or et le Gabon exportent u n e g r a n d e quantité de noix de p a l m e , mais c'est surtout de Grand-Bassam et d'Assinie que sortent les c h a r g e m e n t s d'huile. C'est le principal c o m m e r c e de ces deux pays ; on en fait u n savon excellent. Les noix de palme concassées pèsent plus du double du poids des arachides et peuvent, par conséquent, se transporter c o m m e lest, sans fret. Panda, fruit de l'avendo, incerta sedis. Graines de pignon d'Inde, curcas purgans, p u r g u e i r a des Portugais. Cette graine oléagineuse croît en abondance en Casamance ; elle donne u n e huile b o n n e pour l'éclairage ; le Gabon pourrait également en fournir un peu. Graines de ricin, ricinus major, communis et americanus. Les ricins sont n o m b r e u x dans tous nos établissements de la côte occidentale d'Afrique, mais ils ne sont l'objet d'aucun c o m m e r c e .


— 54 — Sésame, sesamum orientale; cette graine oléagineuse c o m m e n c e à paraître sur les m a r c h é s de Bakel, qui en a e x pédié 17 2 1 6 k i l o g r a m m e s en 1 8 6 0 . Noix de t o u l o u c o u n a , carapa toulouccuna ; e x p o s a n t , M. Bocandé. La Casamance fournit u n e g r a n d e quantité de ces graines oléagineuses au prix moyen de 20 francs les 100 kilog r a m m e s , elles conviennent surtout à la savonnerie. Le boisseau pèse de 16 à 18 k i l o g r a m m e s . Lophira alata, en graines et en coques ; oléagineux c o m m u n en Casamance. C A F É S E T CACAOS.

Café Rio-nunez; exposé par M. Vallon, lieutenant de vaisseau. L'île de Gorée sert d'entrepôt à ce café, q u ' o n trouve à l'état sauvage dans la province de B a m b a y e , la plus orientale du Fouta-Djallon, e n t r e le Rio-Runez et le R i o - P o n g o . Prix : 2 fr. 25 c. le k i l o g r a m m e , à Gorée. Cafés du Gabon, variétés m o k a et Monrovia. Cafés du Gabon, variété île du P r i n c e , provenant du j a r d i n d'essai fondé p a r M. Aubry Lecomte. Cacao en graines, theobroma cacao, provenant du j a r d i n d'essai fondé p a r M. Aubry Lecomte. MATIÈRES

MÉDICINALES.

Bouloko. Écorce à forte odeur d'ail, employée au Gabon dans les maladies vermineuses. Exposant, T o u c h a r d . Poivre b o u l o u , uvaria aethiopica, c o m m u n a u Gabon. Café n è g r e , cassia occidentalis, Gabon. Torréfiée et prise en infusion caféiforme, cette graine guérit les fièvres p a l u d é e n n e s r e b e l l e s , et ce q u ' o n appelle v u l g a i r e m e n t le mal d'estomac. Écorce de caïlcedra, khaya senegalensis. On a p e n d a n t quelque temps e s p é r é trouver dans le caïlcedra u n succédané du quinquina. Racines de g u e n o u d e c k , employées au Sénégal contre la dyssenterie. Racines d'iboga. Les Gabonnais combattent le sommeil avec succès en m â c h a n t ces racines.


— 55 — Écorce p o u r hâter la fermentation du vin de palme (incertae sedis). Poivre mongoulou , amomum citrinum, Gabon. Stimulant t r è s - c o m m u n au G a b o n , où on l'emploie également c o m m e vermifuge. P i m e n t s e n r a g é s , capsicum minimum. Abondants sur toute la côte d'Afrique. Gousses de t a m a r i n , tamarindus indica. Rafraîchissant. Hatchisch. Tabac congo, cannabis indica. Narcotique h i l a rant. FARINES,

FÉCULES,

GRAINES

ALIMENTAIRES ET

AUTRES.

Couscous de m a ï s . Couscous de niébés et n i é b é s , dolichos unguiculatus. Couscous de petit mil et petit m i l , penicellaria spicata. Haricots à couscous dits n i é b é s . Haricots b o r d de m e r (Gabon), canavalia rosea. Maïs j a u n e . Maïs perlé et blanc. Farine de m a n i o c , jatropha manihot, du cap Lopez (côte du Gabon). Racines de nénufar. Alimentaires, au Sénégal, en temps de disette. Gros mil r o u g e à couscous. Gros mil blanc — Petit mil, penicellaria spicata, à couscous. Riz blanc en paille, du W a l o . Riz r o u g e en paille, de la Casamance. Graines de réglisse, abrus precatorius , Gabon. Sorgho à balais , sorghum scoparium, Sénégal. Sorgho vulgaire, sorghum vulgare, — Sorgho p e n c h é , sorghum cernuum, — S o r g h o capillaire, sorghum capillare, — S o r g h o rougissant, sorghum rubens, — Sorgho sucré des Cafres, sorghum Cafrorum, Sénégal. Souchet de s e d h i o u , cyperus sp., Casamance. Consommé en temps de disette. MATIÈRES

MINÉRALES.

Bitume. Il s'en trouve une source importante près du fort d'Assinie.


— 56 — Cuivres de Loango. Le Gabon reçoit de Loango u n e petite quantité de malachite trop souvent brisée, m a l h e u r e u sement, p o u r les facilités du transport. Or et quartz aurifère de Kéniéba (Bambouk). L'exploitation des mines de Kéniéba est le monopole des femmes, qui en p a r t a g e n t le produit avec le p r o p r i é taire du sol. Les pépites ou paillettes qui proviennent du lavage des terres d'alluvion sont mises dans des cornes de gazelle et des boîtes en peau de b œ u f ; mais il est difficile d'apprécier les quantités recueillies, d o n t u n e petite partie seulement est transportée à Bakel. Des forts établis à Kéniéba et à Samba-Yaya, sur la Falemé, p r o tégent les mines et ceux qui les exploitent ; mais c'est surtout dans le T a m b a o u r a , au cœur du B a m b o u k , que se trouvent les gisements les plus considérables. Sel du Cayor. Les salines de Gandiole sont d'un revenu considérable ; elles fournissent u n e partie du sel c o n s o m m é clans l'intérieur, et qui est l'objet d'un c o m m e r c e étendu. PRODUITS ANIMAUX.

P l u m e s d'aigrettes. La maison Chagot aîné, de P a r i s , fait avec le Sénégal un commerce de plumes Plumes d'autruche. d'une certaine importance. P l u m e s de m a r a b o u t . Defenses d'éléphant. Le Sénégal n e donne plus q u ' u n peu d'ivoire p r o v e n a n t du Dhioloff et du désert de B o u n o u n e ; m a i s le Gabon en fournit encore d'assez g r a n d e s quantités; c'est dans le h a u t de la rivière O'como que se trouvent les plus b e a u x s p é c i m e n s , et c'est là que les traitants doivent r e m o n t e r p o u r c o m m e r c e r d i r e c t e m e n t avec les Pahouins chasseurs. Les prix sont trèsvariables suivant la grosseur des dents et les besoins du m o m e n t . Le petit ivoire, j u s q u ' à 4 k i l o g r . , coûte de 2 fr. 50 c. à 3 fr. ; celui de 4 à 8 k i l o g r a m m e s , 5 francs; celui de 8 à 16 k i l o g r a m m e s , 7 à 8 francs; celui de 25 k i l o g r a m m e s , 10 francs le k i l o g r a m m e ; payable en a r g e n t ou en marchandises. Passé ce poids, les dents n ' o n t plus qu'une valeur arbitraire qui peut changer à l'infini ; exposants, de Pineau, capitaine d'infanterie, au Sénégal et administration du Gabon. Dents d'hippopotame. Elles sont l'objet d'un commerce assez considérable à la côte occidentale d'Afrique.


— 57 — Cravaches en peau d'hippopotame et de lamentin. Comm u n e s au Gabon. Cire b r u t e du Sénégal, variété o r d i n a i r e , assez r é p a n d u e dans le c o m m e r c e . Cire en pains, du cap Lopez (Côte du Gabon). Elle est g é n é r a l e m e n t de b o n n e qualité et peut se présenter sur nos m a r c h é s avec avantage. Écaille de tortue caret. Le Gabon en fournit u n e petite quantité. Peaux de p a n t h è r e s ; exposant, M. Touchard. Assez c o m m u n e s en Gasamance; on en trouve quelques-unes au Gabon. Tapis de peaux de singe colobe. Tapis de peaux de singe gris. Tapis de peaux de singe r o u g e .

Tous ces animaux sont abondants au fond de l'estuaire du Gabon, chez les Pahouins chasseurs; exposant, M. Touchard.

Peau de loutre ; exposant, M. T o u c h a r d . INDUSTRIES INDIGÈNES.

Bijoux en o r ; exposant, Massamba, forgeron yoloff. Étoffes faites a u métier yoloff. Métier yoloff. ETHNOGRAPHIE.

Trophée d'armes du Sénégal et du Gabon : Lances de g u e r r e et de parade. Arcs, flèches et carquois b a m b a r a s . Bottes de cavaliers m a u r e s . Une selle et ses accessoires. Sandales, grisgris, vases en bois sculpté. Sac de voyage et plateaux à couscous. Poignards et sabres m a n d i n g u e s . Poudrière, tabatière, gourdes, boîte à or. Nafas, pipe m a u r e , chapelet de m a r a b o u t . Martoumé (sac à tabac et à argent des Yoloffs). Yases et chaînes en bois, d'une seule pièce. Nattes du cap Lopez, lances du Gabon. Guerrier Fan en costume de g u e r r e .


— 5 8 —

Réunion.

BOIS.

Quoique considérablement réduites, les ressources forestières de la Réunion sont encore assez étendues p o u r fixer l'attention; outre u n e g r a n d e quantité de b a r d e a u x p o u r toitures, de bois à b a r r i q u e s et d'ébénisterie, les forêts q u i garnissent les h a u t e u r s de la colonie fournissent des essences assez n o m b r e u s e s p o u r pouvoir être utilement employées dans la carrosserie française. L e u r résistance a u x chocs, la finesse et le poli de l e u r grain qui les dispense d u vernis, les désignent naturellement a u c o m m e r c e , qui t r o u v e r a avantage à leur emploi m a l g r é les prix élevés d u fret. L'ouverture des ports de Madagascar où se trouvent tous ces bois est encore u n e des considérations principales de leur exposition. Bois noir, acacia lebbeck. Bois n o i r de l'Inde, adenanthera pavonina. Buis de l'Inde, murraya exotica. Bananier à petites feuilles, cascaria fragilis. Bois blanc, hernandia ovigera. Benjoin faux, terminalia mauritiana. Bassin noire, blackwellia paniculata. Camphrier, laurus camphora. Cannellier m a r r o n , laurus cupularis. Change écorce, ludia heterophylla. Ebène mélanide, diospyros melanida. Fer, sideroxylon borbonicum. Flamboyant, poinciana régla. Filao, casuarina laterifolia. Gaulette, cupania alternifolia. Goyavier sauvage, prockia theïformis. J u d a s , cossinia borbonica. J a u n e à grandes feuilles, ochrosia borbonica. Jacquier, artocarpus integrifolia. J a m long, sizygium jambolanum. Lilas, melia azedarach.


59

Losteau r o u g e , antirrhaa verticillata. Millepertuis. Nèfle, jossinia borbonica. Natte à petites feuilles, imbricaria petiolaris. Natte à grandes feuilles, imbricaria maxima. Olivier blanc, olea lancea. Olivier noir, olca cernua. Puant, faetidia mauritiana. Patte de poule femelle, toddalia paniculata. Perroquet, Fissilia psittacorum. T a m a r i n des h a u t s , acacia heterophylla. T a n r o u g e , veinmannia macrostachya. Tacamahaca, calophyllum spurium. Expesants, A. Thibault, J . Godefroy, J. de Gordemoy, P . de Rosemont, F e r r a n d , J . Féry, H. Dierx, R. de Chazallon, J . - B . Hubert-Delisle. TEXTILES.

La Réunion possède u n e assez g r a n d e quantité de matières textiles qui restent en partie sans emploi, faute de moyens d'extraction suffisants. Les agaves, surtout l'espèce américaine, y couvrent d'immenses espaces de terrain, les bananiers textiles et à fruits sont n o m b r e u x s u r les h a b i t a t i o n s ; et enfin, les pandanus garnissent e n partie les abords du g r a n d brûlé où aucune autre culture n'est possible. La r a r e t é des matières propres à la fabrication des papiers n e peut m a n q u e r de faire t o u r n e r les yeux vers ces ressources, q u e quelques m a c h i n e s d'un prix peu élevé suffiraient p o u r développer. Agave vivipara, americana, v u l g o , chouca. T r è s - a b o n dantes, fournissant des cordes m o i n s pesantes que le c h a n v r e , plus résistantes et n'éprouvant, au lieu de 9 p o u r 100, q u ' u n raccourcissement de 2 p o u r 100 l o r s qu'elles sont mouillées. On en fait des sparteries, cordons de r i d e a u x , b r i d e s , hamacs, etc., et enfin des étoffes assez semblables à celles de crin p o u r t r o m p e r des yeux exercés. Vinsonia utilis, vacquois.La R é u n i o n c o n s o m m e et exporte, chaque a n n é e , environ trois millions de sacs de vacquois destinés a u t r a n s p o r t du sucre et d u café et vendus d e 45 à 65 centimes la pièce ; c'est l'industrie du pauvre et


— 60 — surtout celle des femmes et des enfants. On emploie les fibres extérieures à la fabrication des cordes. Les vieux sacs peuvent être utilisés en Europe p o u r la fabrication du papier. Le vacquois ne nuit en rien aux autres cult u r e s ; il borde généralement les routes. Le pandanus elegans se trouve dans les hauts de l'île. Fibres de b a n a n i e r figue, musa sinensis, très-abondant. — r o u g e , de Barbarie, — — c o m m u n , musaparadisiaca, — Crin végétal de l'arenga saccharifera, peu a b o n d a n t . — du caryota mitis, — Fibres du sanseviera cylindrica, — Exposants, A. Thibault, R. de Chazallon, P . de Rosemont, c o m m u n e de Saint-Benoît. COTONS.

Quoique le sol de la Réunion soit très-propre à la culture du coton, sa production n ' a fait que baisser depuis 1815, époque de la reprise de possession. (G. Barbadense), coton longue soie; exposant, M. I m h a u s . Coton arborescent; exposant, M. Manès. Un des habitants notables de la colonie, M. de Chateauvieux, de Saint-Leu, fait actuellement des essais p o u r livrer à cette culture les terres incultes des bas de cette c o m m u n e dont il est l'administrateur. (Maillard), ingénieur colonial.) Exposants, A.Thibault, de Chateaurieux, Ycard. MATIÈRES

TINCTORIALES ET

TANNANTES.

On a fait à plusieurs reprises, mais sans succès, à cause du prix de la m a i n - d ' œ u v r e , des essais de culture d'indigo. Les matières tinctoriales de la Réunion se b o r n e n t à quelques pieds de recouyers et à des écorces plutôt propres au tannage qu'à la teinture. Débris de noix de bancoule, p o u r la teinture. Écorce de bois j a u n e , ochrosia borbonica, — Liane de bœuf, danaïs fragrans, — Safran des Indes, curcuma, p o u d r e et racine, — Pois noirs mascate, mucuna melanosperma, — Rocou, bixa orellana, — Lichen tinctorial de la plaine des Palmistes, —


— 61 — Écorce de bois noir, acacia lebbeck, pour la tannerie — faux benjoin, terminalia mauritiana, — — casuarina equisetifolia ou filao, — — — laterifolia, — — bancoulier, aleurites triloba, — — bois de natte, imbricaria maxima, — m a n g u i e r , mangifera indica, — — tan r o u g e , veinmannia macrostachia, — Mirobolan citrin, terminalia chebula, — Exposants, A. Thibault, J.-B. Hubert, Delisle, Administration locale. GOMMES,

BAUMES ET

RÉSINES.

Gomme de bois noir, acacia lebbech. Les forêts du pays pourraient fournir également u n e grande quantité de g o m m e de tacamahaca p r o p r e a u x usages m é dicaux. (Maillard), ingénieur colonial. MATIÈRES OLÉAGINEUSES

ET

SAVONNEUSES.

Arachides et leur huile. Arachis hypogaea. Noix de Bancoule et leur huile ; exposants, de Kervéguen et de Trévise, Benjamin Vergoz, Chateauvieux, Delisle Hubert, Jean-Baptiste. Graines de lin, linum usitatissimum. Graines de pignon d'Inde, curcas purgans; exposants, Amédée Thibault, Administration locale, de Kervéguen et de Trévise, P. de Rosemont. Graines de ricin, ricinus communis ; exposant, de Chateauvieux. Graines de latanier, latania borbonica; exposants, de Floris, A. Thibault, P. Ganné. Graines de bois noir de l'Inde, adenanthera pavonina; exposant, Patu de Rosemont. Graines de ouatier, bombax malabaricum ; exposant, Patu de Rosemont. Graine de safran m a r r o n ; exposant, Patu de Rosemont. — de vacoua, vinsonia utilis ; exposant, A. Thibault. — de faux benjoin, terminalia mauritiana; exposants, de Floris, Administration locale.


62

Graines de cascavelle, abras precatorius. — Florence. — de teck, tectona grandis. — de sésame, sesamum orientale. Noix d'acajou, anacardium occidentale.

FARINES ET FÉCULES.

Les principales farines et fécules de la Réunion sont : L ' a r r o w - r o o t , maranta arundinacea, dont la culture est très-répandue. Le chouchou, sicyos angulata, r e c h e r c h é surtout p o u r la pâtisserie. La patate Sully, p o u r la p o u d r e de toilette. Le manioc, jatropha manihot, u n e des principales cultures de la petite propriété. La p o m m e de t e r r e , u n e des principales cultures de la p e tite propriété. Le m a ï s , zea mais, cultivé surtout dans les plaines de l'intérieur. Exposants, A. Thibault, de Kervéguen et de Trévise, B. Vergoz père, Carré, P . de L a p r a d e , D. de Floris, Administration locale. SUCRES.

La fabrication du sucre est devenue l'industrie capitale de la R é u n i o n et la production de la colonie a q u a d r u p l é d e puis 1 8 4 9 . Quatre systèmes sont en usage dans le pays : 1°Evaporation et cuisson à feu n u dans des chaudières en fonte ; 2° Evaporation à 30° (Baume) dans la batterie Gimart, et cuisson dans les appareils à basse t e m p é r a t u r e Wetzell ; 3° Evaporation à la batterie Gimart, cuisson dans le vide, 4° Evaporation et cuisson dans les appareils à triple effet. La Réunion possède 119 usines fabriquant chacune de 250 000 à 1 700 000 k i l o g r a m m e s de sucre p a r a n . 2 m a r c h e n t à feu nu ; 163 emploient les batteries Gimart et Wetzell; 12 cuisent dans le vide; 2 emploient les appareils à triple effet;


— 6 3 — 17 usines seulement sont m u e s par des chutes d'eau; toutes les autres ont des machines à vapeur. La plupart des établissements se servent de turbines, p r e s q u e tous sans adjonction d'eau, n i m ê m e de clairce, et les sucres de sirop se trouvent mélangés dans la qualité m o y e n n e de leur fabrication. En général, l'emploi de la t u r b i n e dans la fabrication c o loniale a considérablement amélioré la qualité des sucres p a r l'expulsion complète des sirops. La canne r o u g e , la canne Diard et la c a n n e P i n a n g sont celles qu'on cultive g é n é r a l e m e n t ; elles sont pressées p a r des moulins à 3 cylindres et leur r e n d e m e n t est de 65 à 70 p o u r 100 environ. 1000 litres de vesou donnent o r d i n a i r e m e n t 180 kilog r a m m e s de sucre de belle n u a n c e ; mais certains terrains e n fournissent beaucoup plus p o u r u n e m ê m e quantité de jus. Le r e n d e m e n t moyen d'un hectare planté en cannes est de 9200 kilogrammes de sucre et sa culture exige l'emploi de 10 h o m m e s . La campagne de 1859-1860 a été d e 68 469 081 k i l o g r a m m e s de sucre, celle de 1861 a dépassé 7 3 0 0 0 0 0 0 de kilogrammes.

Sucre de p r e m i e r jet, cuit dans le vide ; exposants, Décotte et Pitel, à Sainte-Rose. Sucre cristallisé, p r e m i e r j e t ; exposant, Adam de Villiers, à Saint-Benoît (rivière du Mât). Mise du vesou en ebullition, écumage et décantation; evaporation et concentration à 25° dans les batteries Gimart; cuisson et t u r b i n a g e d a n s le v i d e ; c l a i r çage p a r u n jet de vapeur. Fabrication de l'exposant u n million de k i l o g r a m m e s . P r i x , 13 piastres les lOO kilog. Sucre deuxième jet (même exposant) fait avec les mélasses de l'échantillon ci-dessus, qui sont r a m e n é e s à froid p a r u n e addition d'eau à 28° (production 5 0 0 mille kilog. Prix, 12 piastres les 100 kilog.) Sucre de fabrication; exposants, I m h a u s , Lachapelle et Levasseur; cuite dans les batteries Gimart. Sucre de p r e m i e r jet; exposant, Hubert-Delsile, à SaintBenoît; défécateurs à vapeur, batterie G i m a r t ; a p p a -


— 64 — reils à basse t e m p é r a t u r e et à l'air libre de Wetzell; turbines. Sucre b r u t d e l'établissement Beaufonds; exposant, Benj a m i n Vergoz, à Sainte-Marie, cannes de P i n a n g ; défécateurs à v a p e u r ; batterie Gimart, appareils Wetzell, clairçage à la vapeur, t u r b i n e . Même sucre sans clairçage. Sucre de fabrication (système Gimart) ; exposant, J e a n Baptiste Bellier, à Sainte-Marie. Sucre cristal de l'usine Pierrefonds; exposant, Théodore Deshages à Saint-Pierre ; cuite dans le vide. Sucre du bel a i r ; exposant, Baret à Saint-Louis, basse t e m p é r a t u r e ; turbines Cail et C . Sucre du bois de nèfle ; exposants, Murât frères, à SaintLouis, basse t e m p é r a t u r e , clairçage à la vapeur. Sucre du bois de nèfle; exposants, Murat frères, à SaintLouis ; grosses matières cuites à basse t e m p é r a t u r e . Sucre de l'établissement du Gole ; exposant, Louis Chab r i e r , à Saint-Louis, cuite à basse t e m p é r a t u r e . Sucre de l'établissement du Gole ; exposant, Louis Chab r i e r , à Saint-Louis, p r e m i e r jet, cuite dans le vide. Sucre de l'étang salé; exposants, de Kervéguen et de Trévise, à Saint-Louis; obtenu sans défécation ni décantation, ni filtration; évaporé dans u n e chaudière de fonte, cuit clans des chaudières à basse t e m p é r a t u r e Wetzell ; p u r g é dans des formes. Sucre p r e m i e r jet, de Mon Caprice (Saint-Pierre); m ê m e s e x p o s a n t s ; obtenu c o m m e le précédent, évaporé dans la batterie Gimart, cuit à basse t e m p é r a t u r e Wetzell; p u r g é a u rotateur centrifuge et turbiné. Sucre deuxième j e t , de la rivière (Saint-Louis); m ê m e s exposants. Sucre p r e m i e r jet, de Vincendo (Saint-Joseph) ; m ê m e s exposants ; m ê m e fabrication, n o n t u r b i n é . Sucre p r e m i e r jet, du T a m p o n (Saint-Pierre); m ê m e s exp o s a n t s ; batterie Gimart, appareils Wetzell, r o t a t e u r . Sucre deuxième jet, du Pitou (Saint-Joseph) ; m ê m e s exp o s a n t s ; batterie Gimart, cuit dans le vide avec triple serpentin, purgation par le rotateur centrifuge. Sucre premier jet, des Casernes ( S a i n t - P i e r r e ) ; m ê m e s exposants ; turbiné, obtenu dans un appareil au vide à la troisième c h a r g e . ie


— 65 — Sucre p r e m i e r jet, des Casernes ( S a i n t - P i e r r e ) ; m ê m e s exposants; turbiné, obtenu dans u n appareil au vide à la cinquième c h a r g e . Sucre p r e m i e r jet, de Langevin (Saint-Joseph); m ê m e s exposants; triple effet Derosne et Cail, cuite dans le vide. Sucre de l'établissement de la rivière ; m ê m e s exposants ; p r e m i e r jet, sans filtration ni décantation, ni filtration ; évaporation dans la batterie Gimart, cuisson à basse t e m p é r a t u r e et à ciel ouvert, système Wetzell, purgation par le rotateur centrifuge t u r b i n é . Sucre de l'entre-deux ( m ê m e s exposants), évaporation dans u n e chaudière en potin, cuisson dans le vide, système Wetzell au triple effet, r o t a t e u r - t u r b i n e . Sucre de premier j e t ; exposant, C h a m p i e r r e de Villeneuve ; evaporation à la vapeur, sans défécation, cuisson à basse température, séchage aux turbines Cail et C . Sucre p r e m i e r jet, de la rivière des r e m p a r t s ; e x p o s a n t , Guy de Ferrières, à Saint-Joseph ; défécation à la v a peur, sans décantation ni filtration; évaporation à air libre, cuite dans le vide. Sucre de l'établissement Menciole (Saint-André); exposant, Loupy et C ; batterie Gimart, basse t e m p é r a t u r e , séchage aux turbines. Sucre de l'établissement Menciole (Saint-André); exposant, Loupy et C ; batterie Gimart, basse t e m p é r a t u r e , t u r bines, clarification et défécation p a r le système T o u lorge. Sucre de fabrication (Saint-Pierre); exposants, Mottais frères; bacs à déféquer à la vapeur, bacs à décanter, batterie Gimart, évaporateur Wetzell, t u r b i n e s . Sucre de fabrication (Saint-Pierre); exposant, Anicetorret ; clarification à la vapeur, turbines Cail. Sucre de fabrication (Saint-Pierre); exposant, Anicetorré ; turbines Cail, sans clarification. Sucre de premier jet, à petits grains, de Savana (SaintPaul); exposant, Hoareau Lassource; appareils à triple effet, cuisson dans le vide. Sucre de premier jet, à gros grains (même exposant), m ê m e s procédés. Sucre de premier jet, de la rivière des Galets ; exposant, Philibert Troussail; basse t e m p é r a t u r e . ie

ie

i e

CAT. DES COLONIES.

5


— 66 — Sucre de p r e m i e r jet (Saint-Paul); exposant, Pichon de B u r y ; basse t e m p é r a t u r e , turbines Cail. Sucre cristallisé du Piton (Saint-Paul rivière des Galets); e x p . , d ' E t c h i g a r a u x ; cuisson dans le vide, appareils Cail. Sucre de Bernica (Saint-Paul); exposant, d'Etchigaray ; basse t e m p é r a t u r e et à air libre. Sucre de Bernica ( S a i n t - P a u l ) ; exposant, d'Etchigaray; basse t e m p é r a t u r e , air libre, appareil Cail. S u c r e de ravine glissante (Sainte-Rose); exposant, Thorny Lory; demi-grains, cuit dans le vide. Sucre de la ravine glissante (Sainte-Rose); exposant, T h o m y Lory; g r a i n s fins, cuit dans le vide. Sucre de la ravine glissante (Sainte-Rose); exposant, Thomy Lory; gros grains, cuit dans le vide. Sucre de deuxième jet (Saint-Paul); exposant, Joseph L e lièvre; cuisson à basse t e m p é r a t u r e . Sucre de l'établissement Cabane (Saint-Paul); exposants, La prade frères; concentré à 20°, après d é c a n t a t i o n , d a n s les batteries Gimart, cristallisé dans le vide. Sucre de l'établissement Cabane (Saint-Paul); exposants, L a p r a d e f r è r e s ; obtenu avec le sirop du sucre ci-dessus, a p r è s addition d'eau j u s q u ' à 25° et de 10 p o u r 100 de vesou, cuisson dans le vide. S u c r e de l'établissement Cabane (Saint-Paul); exposants, L a p r a d e frères ; obtenu avec le sirop du précédent, m ê m e fabrication, machines centrifuges. Sucre de sirop, deuxième jet (Saint-Paul), exposants, And r a i n et Noël ; basse t e m p é r a t u r e , système Athénas. Sucre de fabrication (Sainte-Suzanne), exposants, Vetley frères; cuisson dans le vide. Sucre de fabrication (Sainte-Suzanne, bois rouge); e x p o sant, Adrien Bellier. Sucre du c h a u d r o n , à gros g r a i n s ; exposants, Lory frères, à Saint-Denis. S u c r e grisaille de l'usine Bourbonnienne (Saint-Pierre); e x p o s a n t s , M o r a n g e , I m h a u s et Gardin ; évaporation Gimart, cructer, Wetzell (deux échantillons), fabrication annuelle; 1250 k i l o g r a m m e s . S u c r e de la rivière des Roches (Saint-Benoît), exposé p a r l'administration locale. Sucre b r u t de sirop des roches (Saint-Benoît), exposé par l'administration locale.


— 67 — Sucre t u r b i n e , exposé par M. Henri Pignolet (Saint-André). Sucre de sirop, — — — Sucre cuit à feu n u , sans basse t e m p é r a t u r e ni turbine; exposant, L a g o u r g u e , à Saint-André. Sucre b r u t , d e la ravine des figues.; exposant, Charles Fery, d'Escland. ALCOOLS,

VINS,

CONSERVES ET

LIQUEURS.

Depuis dix ans, la fabrication m o y e n n e du r h u m , à la R é u nion, est de 1600 mille litres p a r a n , d o n n a n t , outre leur prix de vente, u n r e v e n u de plus d'un million au trésor colonial ; Il provient de la distillation du sirop s'écoulant des formes. Cette fabrication a été soumise de tout temps à des règles exceptionnelles ayant p o u r b u t de restreindre l'abus que pourraient en faire les basses classes. L'emploi de l'alcool de canne à sucre à la confection des liqueurs fines va se trouver bientôt a u g m e n t é p a r suite des facilités de vente à l'étranger, et la finesse de l ' a r ô m e , c o m m e la modicité du prix de ces produits, leur assure d'avance u n débouché considérable. R h u m de l'Étang-Salé, Exposants, de Kervéguen et de R h u m des Casernes, Trévise. R h u m du Piton. R h u m de Saint-Denis ; exposants, Louques et Cie. R h u m du Gol; exposant, Louis Chabrier. R h u m de Sainte-Rose; exposants, Décotte et Pitel. R h u m de Sainte-Marie; exposant, J. H. Duboisé. Rhum du Bois-Rouge; exposant, A. Bellier ( d e u x échantillons, u n à 54°, l'autre à 80°). Rhum Saint-Benoît; exposant, Jacob de Cordemoy. R h u m Saint-Louis ; exposants, Murât frères. R h u m de Saint-Benoît; exposant, administration locale. R h u m au F a h a m ; exposant, administration locale. Alcool de c a n n e s ; é p u r é ; exposant, administration locale. Imitation d'eau-de-vie par l'alcool de cannes ; exposant, Géringer. Eau-de-vie d e b i b a s s e s ; exposant, administration locale. Liqueurs variées ; exposant, administration locale. Confitures variées ; exposant, administration locale. Fruits cristallisés; exposant, administration locale. Pâte de goyaves; exposant, F. Delanux.


— 68 — CAFÉS.

L'ancienne réputation du café Bourbon est e u r o p é e n n e et la Réunion a dû, p e n d a n t fort l o n g t e m p s , sa prospérité à sa culture, mais à la suite de n o m b r e u x coups de vent, de la maladie des bois noirs servant d'abri, et surtout des d é c e p tions qui ont porté les planteurs à couvrir préférablement de cannes à sucre toutes les terres de quelque valeur; le chiffre de sa production a beaucoup d i m i n u é ; il s'est élevé en 1817 jusqu'à 3 531 0 0 0 k i l o g r a m m e s . On compte dans la colonie 5 variétés de la fève d'Arabie. 1° Le café Moka dit Bourbon (coffea arabica), le p r e m i e r i n troduit dans l'île, supérieur à toutes les espèces, facile à élever, aimant l'ombrage, r a p p o r t a n t de b o n n e h e u r e ; 2° Le café Leroy, variété robuste, croissant facilement sans abris, g r a i n pointu à l'une des e x t r é m i t é s ; 3° Le café M y r t h e , r e m a r q u a b l e surtout p a r sa l o n gévité ; 4° Le café d'Éden, à très-petits g r a i n s , d'un a r ô m e p a r t i culier, mais m a l h e u r e u s e m e n t peu cultivé; 5° Le café Marron, coffea mauritiana, c o m m u n dans les hautes forêts de l'île, à grains aigus, d'un aspect é t r a n g e , à saveur forte et a m è r e , enivrant lorsqu'il est infusé à l'état pur, très-agréable lorsqu'il est m é l a n g é . L'exportation de 1860 a été de 240 mille k i l o g r a m m e s . Café Leroy, 100 francs les 50 k i l o g r a m m e s ; e x p o s a n t , Amédée Thibault, à Salazie. Café Marron, 8 0 francs les 50 k i l o g r a m m e s ; e x p o s a n t , Amédée Thibault, à Salazie. Café Bourbon, 110 francs les 50 k i l o g r a m m e s ; e x p o s a n t , Amédée Thibault, à Salazie. Café Bourbon du champ borne ; exposant, David de Floris, à Saint-André. Café d'Éden du champ b o r n e ; exposant, David de Floris, à Saint-André. Café Leroy du champ b o r n e ; exposant, David de Floris, à Saint-André. Café Myrthe du champ b o r n e ; exposant, David de Floris, à Saint-André.


— 6 9 — Café Moka ; exposant, Ferdinand Delanux, à Saint-Leu. — Leroy ; — — — Café m a r r o n , de l'établissement Beaufonds ( c o m m u n e de Sainte-Marie) ; exposant, Benjamin Vergoz p è r e . Café Bourbon de la ravine des cabris ; exposant, de Kerveg u e n et Trévise, à Saint-Pierre. Café Leroy de la ravine des cabris ; exposants, de Kerveg u e n et Trévise, à Saint-Pierre. Café Leroy du bois de nèfle ; exposants, Murat frères, à Saint-Louis. Café Leroy ; exposant, de Chateauvieux, à Saint-Leu. — Marron de Saint-Benoît (5 variétés) ; exposant, administration locale. Café Leroy de Saint-Paul ; exposant, administration locale. CACAOS.

Depuis la destruction d'une partie des plantations de caféiers, le cacaoyer qu'on y cultivait simultanément de distance en distance a presque entièrement disparu de la colonie. Ses produits sont cependant d'une r e m a r q u a b l e finesse et les variétés de Caracas lui sont seules supérieures. Cacao de S a i n t - A n d r é ; exposant, David de Floris. — de Saint-Benoît; — Maulius Crouves. — — — Patu de Rosemont. — — — administration locale. ÉPICERIES,

CONDIMENTS,

AROMATES.

Les épices n e forment plus q u ' u n e a n n e x e peu i m p o r t a n t e de la g r a n d e culture de la R é u n i o n ; à l e u r tête se place le girofle qui fut longtemps pour la colonie la source d'un g r a n d revenu. De 1825 à 1829, la m o y e n n e de la production annuelle a été de 800 000 kilogrammes ; en 1849, elle était encore de 728 000 k i l o g r a m m e s ; mais à partir de 1 8 5 0 , elle commença à décliner rapidement sous la double influence des coups de vent et de l'avilissement des prix ; en 1860 elle n ' a été q u e de 57 000 kilogrammes, chiffre qu'elle semble n e plus devoir dépasser. Anethum fœniculum. Betel, piper betel-chavica belle. Cannelle fine, cinnamomumverum; exposant, M. Deler.


— 70 — Bien que la cannelle de la Réunion soit de qualité s u p é r i e u r e , aucune tentative sérieuse n'a été faite jusqu'ici p o u r lui d o n n e r l'importance d'une denrée d'exportation. Achards et poudre à k a r r y . C a r d a m o m e , amomum cardamomum ; exposant, M . F e r r a n d . Clous, griffes et feuilles de giroflier, caryophyllus aromaticus; exposants, de Floris et Manlius Trouvés. Muscades et macis, myristica moschata; exposants, Manlius, Hubert Delisle et Joseph Hubert. Curcuma ; exposants, de Kervéguen et de Trévise. Piments au vinaigre et secs, capsicum. P u l p e , feuilles et fruits de Ravensara, Agatophyllum aromaticum; exposant, Benjamin Vergoz, p è r e . Vindeon, trigonella fœnum graeum. Vanille,vanilla aromatica, exposants, I m h a u s , M l l e d e V a u g r i g n e u s e , Bertin d'Avesnes, E. Manès, J. B. Bellier, Manlius et Bonnoday, de Floris, A. Bouquet, Derieul de Rolland, P . de Rosemont, Frappier, Louis Chabrier, F é r é o l Trévet, Barré, administration locale. La production de la vanille a pris, depuis quelque t e m p s , à la Réunion, des proportions énormes : cette culture qui n e donnait que 3 kilogrammes de gousses en 1849 a fourni, en 1860, 6097 kilogrammes, vendus de 4 0 à 50 francs dans la colonie; mais, par suite de la g r a n d e a u g m e n t a t i o n des récoltes de 1 8 6 1 , son prix s'est abaissé j u s q u ' à 30 et 35 francs le k i l o g r a m m e , suivant la qualité ; c'est u n e a n n e x e forte i m p o r t a n t e de la g r a n d e culture, spécialement r e c o m m a n d é e à l'attention du c o m m e r c e . MATIÈRES

MÉDICINALES.

La flore de la Réunion est riche en espèces médicinales peu c o n n u e s en Europe et employées avec succès p a r les créoles ; il serait intéressant d'étudier ces plantes exposées p a r M. A. Thibault (de Salazie), et dont nous é n u m é r o n s , sous toutes réserves, les propriétés qu'on leur attribue. Ambaville, senecio ambavilla (diurétique dépuratif). Ayapana, eupatorium ayapana (sudorifique). Bois cassant, psathura borbonica (stomachique). Bois de quivit, quivisia heterophylla (sudorifique,dépuratif). Bois de nèfle, jossinia mespiloïdes (dépuratif). Bois j a u n e , ochrosia borbonica (succédané du q u i n q u i n a ) .


— 71 — Bois de fer, sideroxylon borbonicum (stomachique). Bombarde, mithridalea tamburissa (emménagogue). Bois rouge à feuilles de laurier, elœodendron orientale (éniollient). Bois de reinette, dodonea viscosa (contre les rhumatismes). Basilic, ocymum basilicum (pour boissons sudorifiques). Bois d'oiseau, geniostoma borbonica. Bois de ronce, rubus borbonica (pour bains fortifiants). Capillaire, adiantum rhizophorum ( sudorifique et a d o u cissant). Cascavelle, liane réglisse, abrus precatorius (adoucissant). Coriandre,.coriandrum sativum (stimulant). Cros de chien, smilax anceps (dépuratif). Citronnelle, andropogon citriodorum (stimulant). Camomille, partenium hysterophorum (antispasmodique). Carambolle m a r r o n , bulbophyllum nutans (émollient). Crotontiglium (purgatif, drastique, vésicant). Grosse cannelle, cinnamomum verum. Cannelle des bois, laurus cupularis (excitant). Écorce d'andrèse, celtis madagascariensis (antidyssentérique). Écorce de faux benjoin, terminalia mauritiana (astringent). — de bois noir, acacia lebbeck (astringent). — de Filao, casuarina tenuissima — — de m a n g u i e r (astringent). — de bancoulier, aleurites triloba (astringent). — de lilas, melia azedarach (vermifuge). — de bois de natte, imbricaria maxima (astringent). — et feuilles de m a p o u , andromeda pyrifolia (antisyphilitique). Fleurs j a u n e s , hypericum lanceolatum (tonique stimulant). F a h a m , angraecum fragrans (pour boissons calmantes). Feuilles de lingue, mussaenda arcuata (antisyphilitique). Guérit-vite, siegesbeckia orientalis (sudorifique puissant). Sirop dépuratif de guérit-vite. Ipéca du pays, secamone emetica (vomitif). Hydrocotyle en feuilles, hydrocolyle asiatica (dépuratif puissant). Extrait d'hydrocotyle, contre les maladies de peau. Liane de bœuf, danaïs fragrans (fébrifuge). Liane arabique, clematis mauritiana. Liane sans feuilles, sarcostemma mauritiana. Monenteles pterocaulon.


— 72 — Leea sambucina (succédané du sureau). Patte de lézard (contre la dissenterie),polipodium virudulum. Cœur chandelle, memecylon cordatimi. Simarouba officinalis. Persicaire, polygonum serratum. Patte de poule, fagara borbonica. Vulnéraire, incertae sedis. Liane du poivrier, piper geniculatum. T a m a r i n en gousse, tamarindus indica. Salsepareille, smilax barbonica. Feuilles de v a m p i , cookia anisetta. Thé de Saint-Leu; exposant, de Chateauvieux— récolté en octobre 1861 ; plantation à 900 mètres d'altitude. Thé ayapana, exposé p a r M. Grosset.

GRAINES A L I M E N T A I R E S

ET

AUTRES.

La production des graines alimentaires à la Réunion est considérable, m a i s pas assez cependant pour fournir à la consommation de la population qui est obligée de r e c o u r i r a u x ressources étrangères pour les articles suivants : Avoine, avena saliva; e x p . , Murat, Potier, Château vieux. Blé, triticum sativum ; la colonie en exportait autrefois j u s q u e dans l'Inde. Gram, cicer arietinum, p o u r la n o u r r i t u r e des chevaux. E m b é r i q u e s (variétés), phaseolus mungo et glycineformis. Maïs blanc, r o u g e et grenat, zea mais ; divers exposants. Orge, hordeum vulgare; exp., Murat frères, B. Potier. Riz, oriza sativa; e x p . , A. Thibault, à Salazie; J. M. Louise. Toutefois, elle produit b e a u c o u p au delà de sa c o n s o m m a tion en ambrevades, cytisus cajanus, en p o m m e s de terre et en haricots dont elle approvisionne tous les navires qui font relâche sur ses c ô t e s ; c'est de la Réunion que se tirent u n e partie des haricots et presque toutes les p o m m e s de t e r r e qui se c o n s o m m e n t à l'île Maurice. Ambrevades, cytisus cajanus; exposants, Chateauvieux, Ycard, Amédée Thibault, de Kervéguen et de Trévise. Haricots ; exposants, A. Thibault, de Kervéguen. Pois; exposants, A. Thibault, de Kervéguen, Murat, de Floris et de Chazallon. Lentilles ; exposant, de Kervéguen.


73

TABACS.

La culture du tabac commence à p r e n d r e u n e assez grande extension à la Réunion ; les espèces cultivées se font r e m a r q u e r par la finesse de leur feuillage et la délicatesse de leur a r ô m e ; celle dite Manille, surtout, paraît é m i n e m m e n t p r o p r e à servir de robes aux cigares et est, à ce titre, t r è s recherchée. La production de 1859 a été de 625 939 k i l o g r a m m e s vendus 1 358 178 francs. Tabac en c a r o t t e s , de S a i n t - P a u l ; e x p o s a n t , Langlois, d'Abbeville. Tabac en carottes, de Saint-Pierre; exposants, B. Potier. — — de Saint-Benoît; — Richard. — — de Saint-Paul; — Icard. Tabac h a c h é , de Saint-Denis ; exposants, Martin et Michel. Tabac h a c h é , de Saint-Benoît; exposant, P a r a y o n . Cigares du p a y s , d e Saint-Denis; e x p o s a n t s , Martin et Michel. Tabac à priser, de Saint-Denis; exposants, Martin et Michel. Cigares du pays, de Saint-Denis; e x p o s a n t s , Valentin et François. Tabac en feuilles, de Saint-Denis ; exposants, Valentin et François. Tabac en feuilles, de Salazie; exposant, A. Thibaut. MINÉRAUX ET MATIÈRES MINÉRALES.

Les roches formant le sol de la Réunion, ainsi qu'il résulte de la collection déposée au m u s é u m de Paris, se composent d'un sous-sol trachytique s u r m o n t é d'un système complet basaltique et péridotique; on y trouve aussi, dans la localité des trois bassins, u n épanchement de roches amphigéniques qui n'avaient encore été trouvées qu'en Italie et sa présence dans cette colonie est u n fait dont la constatation a u n certain intérêt scientifique. Voici la liste des spécimens géologiques dont on expose les plus i m p o r t a n t s , offerts par M. Jacob de Cordemoy. Trachyte, employé dans les constructions; la rivière SaintEtienne en fournit de grandes quantités qui sont employées à Saint-Pierre et à Saint-Louis.


74

P o r p h y r e trachytique. Phonolite. Obsidienne, vulgo : cheveux du volcan. P u m i t e , forme le sol d'une g r a n d e partie de la c o m m u n e de Sainte-Rose; par suite de la t r è s - g r a n d e humidité de cette c o m m u n e , les cannes à sucre y poussent a d m i rablement. Dolerite. Mimosite. Basanite, pierre de construction employée a u x travaux les plus i m p o r t a n t s dans les c o m m u n e s où n e se trouve pas le trachyte. Basalte. Péridotite, pierre ordinaire de construction dans toute la colonie. Amphigénite. Zeolithe. Conglomérat, employé dans les constructions peu i m portantes. Sables et cendres, employés dans les constructions. Gallinace. Scories. d'une qualité supérieure pour la fabrication des mortiers Pouzzolite pour les constructions dans l'eau douce et dans les terrains humides. Vacke, Argilite. Tufa, employés quelquefois comme la pouzzolane. Limon, Peperino. Pépérite. Calcaire de dépôt, sert à faire de la chaux dans les cercles de l'intérieur. P o u d i n g u e poligénique, employé pour carrelages. Grès basaltique à ciment calcaire — Madrépores, couvrant u n e partie des rivages de l'île et p r o p r e s à la fabrication de la chaux ; cette industrie a pris u n e g r a n d e importance. Les espèces compactes s'emploient pour carrelages et p o u r constructions légères. Sel m a r i n ; la colonie fabriquait autrefois b i e n au delà de sa consommation, mais le prix élevé de la m a i n d'oeuvre a fait abaisser en g r a n d e partie cette production que les navires apportent sans g r a n d s frais et sous forme de lest.


— 75 — Eau ferrugineuse de Saint-Gilles; exposant, Godefroy. Eau sulfureuse de Mafat, — administration locale. Chaux; exposant, Félix Orré. Eaux minérales de Cilaos; exposant, Bories. (MAILLARD, ingénieur colonial.)

PRODUITS ANIMAUX.

On trouve à Salazie et dans les gorges de Cilaos quelques cavernes contenant u n peu de g u a n o et des nids de s a l a n g a n e s trop p e u abondants p o u r servir d'aliment au c o m m e r c e . Nids d'hirondelles ; exposant, Amédée Thibault. Cocons de vers à soie (essai de sériciculture); exposant, Carré. La colonie fournit u n e notable quantité de miel et de cire q u ' o n récolte, soit dans les forêts, soit dans des ruches a m é n a g é e s par les petits habitants. Le m i e l , très-inférieur dans les parties basses de l'île, où l'abeille locale (apis unicolor) ne se n o u r r i t que de s u c r e , est très-supérieur d a n s les hauts de l'île, surtout à l'époque de la floraison du tan r o u g e (weinmannia macrostachya); c'est alors q u e l'on récolte l'espèce dite miel vert. Le miel blanc est produit aux autres époques de l'année, et celui des parties basses est plus spécialement c o n n u sous le n o m de miel rouge. Exposants, Ch. Robin, S u m è r e , B . Potier. Noir a n i m a l , de Saint-Paul; e x p . , Victor Bouillier et Cie. Laine ( 3 é c h a n t i l l o n s ) ; exposant, Chateauvieux. PRODUITS INDUSTRIELS ET ARTICLES DIVERS.

Baguier v e r n i , en bois de Mapou ; exposant, H. Dierx. Porte-cigares en latanier; exposant, administration locale. Bobre et cayambe (instruments de m u s i q u e n è g r e ) ; e x p o sant, Amand Bouquet. Carbonate de soude ; exposant, Hoareau Lasource. Un m o r c e a u de câble chaîne ; exposant, Rouillard. Un col en fil d'agave ; exposant, Mlle Delort de Sérignan. — — — Mlle Ernestine Manès. Un petit tapis en a g a v e ; exposant, Desclines. Une corde en agave ; exposant, Manès.


— 76 — Plans en relief et cartes de l'île ; exposant, Maillard. Album lithographique de la R é u n i o n ; exposant, Roussin. Album photographique de M. P a r e n t . P h o t o g r a p h i e s ; exposant, docteur Michel (Saint-Benoît). Tableau de prothèse dentaire ; exposant Didsbury.

Mayotte et

Nossibé.

Les îles de Mayotte et Nossibé, dont la France n'a pris possession qu'en 1 8 4 3 , présentent à la colonisation de n o m b r e u x cours d'eau, des bois de p r e m i è r e qualité et u n sol d'une richesse extraordinaire. D'importantes sucreries y ont été établies, et la progression croissante des produits qu'elles livrent au c o m m e r c e donne les plus légitimes espérances en l'avenir de ces deux îles. BOIS.

Les échantillons envoyés de Nossibé n e portent m a l h e u h e u s e m e n t q u e les n o m s du pays et leur coupe laisse b e a u coup à désirer ; tels qu'ils sont, cependant, ils peuvent d o n n e r u n e idée des principales essences que contiennent les forêts. Ce c o m m e r c e , déjà très-considérable aujourd'hui, tend chaque j o u r à s'accroître. Azine, très-gros et g r a n d a r b r e , p r o p r e aux constructions navales. Afiafi p o u r m e m b r u r e s de navires. Carabou p o u r ébénisterie. Ébène, diospyros ebenum, p o u r ébénisterie. Ferlambout pour ébénisterie. Famèle p o u r charpentes diverses. Foura p o u r m e m b r u r e s de navires. Jacquier p o u r ébénisterie. Mandarouf p o u r c h a r r o n n a g e ; produit u n e sorte de copale. Mangary p o u r constructions civiles. M o u r o u m o u n y pour courbes et m e m b r u r e s de navires. Mavout p o u r ébénisterie. Natte, imbricaria petiolaris, p o u r ébénisterie et c h a r r o n nage. Noir (acacia Lebbeck) pour ébénisterie et c h a r r o n n a g e .


— 77 — Palissandre pour ébénisterie. Palétuvier pour charpentes diverses. Rara, aleurites triloba? pour constructions civiles. Rom, bois à pirogues produisant u n e sorte d'encens. Ravé pour charpentes diverses. Routou p o u r charpentes diverses. Rose pour ébénisterie. Santala, pterocarpus sp., p o u r ébénisterie. Sandal, santalum sp. Tourtour, rhinocarpus longifolius, p o u r ébénisterie. T a c a m a h a c a , calophyllum spurium, p o u r constructions navales. Vé pour charpentes diverses.

TEXTILES.

Coton ; ce produit n ' a donné lieu, jusqu'à ce j o u r , qu'à quelques essais peu sérieux. Deux échantillons de l'habitation Soulou; exposant, B e n jamin Bédier. Ouate végétale, bombax pentandrum. MATIÈRES TINCTORIALES ET TANNANTES.

Orseille ; o n en trouve à Nossibé et sur la g r a n d e île Malgache des quantités considérables. Cette variété de l'espèce roccella montagneï contient 16 p o u r cent de m a tières colorables par les acides ; e x p o s a n t , compagnie des Comores. Écorce de m a n g u i e r , mangifera indica, p r o p r e au t a n n a g e et à la teinture. Mirobolan, terminalia chebula, p o u r t a n n a g e . Écorce de bois noir (acacia Lebbeek) pour t a n n a g e .

MATIÈRES OLÉAGINEUSES.

Pignon d ' I n d e , cur cas purgans. S é s a m e , sesamum orientale. Arachides, avachis hypogœa. Ricin ; deux variétés.


— 7 8 — Noix de Bancoule, ahurites triloba. Graines de palmiste à colonnes, areca oleracea. Graines de c o t o n , gossypium arboreum. FARINES ET FÉCULES.

F a r i n e d e Manioc,

Jatropha-Manihot. SUCRES.

S u c r e . — On évalue à 1 million de k i l o g r a m m e s la p r o duction a c t u e l l e , qui tend à s'accroître d'une m a n i è r e considérable. Exposants, Compagnie des C o m o r e s , à Mayotte. Sohier de Vaucouleurs, à Mayotte. Mézence, à Nossibé. F a r d o u x , à Nossibé. ALCOOLS,

R h u m , 1860 , de la concession d'Issondjou; Sohier de Vaucouleurs.

exposant,

CAFÉS.

Café. — Cultore encore p e u é t e n d u e ; e x p o s a n t , pagnie des Comores. ÉPICES, AROMATES,

ETC.

Girofle, caryophyllus aromaticus. Muscades, myristica aromatica. R a v e n s a r a , agatophyllum aromaticum, Vétiver, andropogon muricatus. MATIÈRES MÉDICINALES.

A y a p a n a , Eupatorium ayapana, pectoral. Noix d ' a r e c k , areca catechu, astringent. Cascavelle-liane réglisse, abrus precatorius.

Com-


79

F a h a m , angrsscum fragrans, pectoral. T a m a r i n en gousses, tamarindus indica, GRAINES ALIMENTAIRES

ET

rafraîchissant.

AUTRES.

En tête des graines alimentaires de la colonie, figure le r i z , dont le principal lieu de production est Nossibé; il s'y plante p a r t o u t , sur les collines c o m m e dans les vallées, mais surtout dans des marais factices formés p a r les indigènes p a r la réunion de plusieurs ruisseaux. Après plusieurs j o u r s d'humectation, la terre est débarrassée de l'eau, puis piétinée p a r les bœufs j u s q u ' à ce que les herbes qui la couvrent aient disparu sous le sol ; on sème alors le riz à la volée et on n'ouvre plus les digues que suivant les besoins de la rizière. La production de l'île est de 10 à 11 millions de k i l o g r a m m e s ; exposant, M. Mézence, à Hell-Ville. Pois noir m a s c a t e , mucuna melanosperma? Ce pois sert à la n o u r r i t u r e des bestiaux et contient, en outre, u n e couleur noire très-solide. On s'en sert à la Réunion pour l'assolement des t e r r e s . E n t e r r é en vert, il d o n n e u n engrais abondant et des plus é n e r g i q u e s . Maïs gros j a u n e , zea maïs. Graines de bois noir de l'Inde, adenanthera pavonina, pour colliers. INDUSTRIE

INDIGÈNE.

Rabane., étoffe en raphia. Ce palmier est t r è s - a b o n d a n t à Mayotte et surtout à Nossibé. La n e r v u r e m é d i a n e de ses feuilles sert à construire les habitations; les feuilles sont employées à la confection de vêtements ; les fruits donnent u n e huile estimée pour la savonnerie, et d u tronc on tire u n e boisson connue sous le n o m de vin de palme. PRODUITS

ANIMAUX.

Cire d'abeilles, très-abondante à Nossibé. Les indigènes font avec le miel u n e boisson alcoolique n o m m é e bessabesse. 2 fr. le k i l o g r a m m e . Écaille de tortue caret. Les tortues se pêchent à Nossibé de septembre en m a r s . L'exportation s'élève de 4 à 5000 kilo-


—. 80 — g r a m m e s p a r a n , au prix de 50 fr. le k i l o g r a m m e . La tortue donne douze feuilles pesant au m a x i m u m 2 , 5 0 0 ; exposant, Califan-ben-Ali. k

Sainte-Marie de Madagascar. BOIS.

L'île possède environ 30 0 0 0 hectares de b o i s , dont les principaux sont : Le Natte, le Takamahaca, le Casuarina, le Thespesia et le Terminalia , tous compris dans le contingent d e la Réunion. Les échantillons exposés n e sont m a l h e u r e u s e m e n t pas n o m m é s , mais ils se font r e m a r q u e r p a r la richesse de leur coloration et la finesse de leur g r a i n . PRODUITS DIVERS.

Les cultures de Sainte-Marie, quoique t r è s - v a r i é e s , n ' o n t guère p o u r objet que la consommation de sa population ; elles sont fidèlement représentées p a r les spécimens suivants : Café, muscades, girofle, ravensara, cannelle, a y a p a n a , cit r o n n e l l e . S é s a m e , arachides. Coton. Manioc, a r r o w root, r i z , m a ï s , pois noirs mascate Semences et écorces de m a n g u i e r , etc., etc. Les productions naturelles exposées sont : La noix de Bancoule, le ricin, le pignon d'Inde, le faham, la b o u r r e du ouatier, enfin le cocon gigantesque du b o m b y x Radama. C'est avec la soie produite en c o m m u n p a r ce bombyx que les Malgaches tissent ces fameuses pagnes dont quelques-unes coûtent jusqu'à 800 fr. et qui servent à l'ensevelissement des principaux chefs.


— 81 —

COLONIES D'ASIE. Inde française. BOIS.

Le territoire des établissements français dans l'Inde est t r o p exigu et trop bien cultivé p o u r offrir des ressources f o restières considérables. Tout déboisé qu'il e s t , c e p e n d a n t , il p r é s e n t e , à titre de spécimens, u n e assez g r a n d e variété d ' e s pèces dont l'étude n e m a n q u e pas d ' i n t é r ê t ; ce sont les échantillons ci-dessous d é n o m m é s : Areca catechu; Cassia fastigiata ; Anacardium occidentale (acajou à Casuarina muricata; fruits) ; Cerbera thevetia , Artocarpus integrifolia (jacquier); Cicca emblica ; Anogeissus parvifolius; Clerodendrum phlomoides, Anogeissus latifolius; Dalbergia sissoo (bith.) ; Acacia leucophlea; Diospyros sylvatica ; Acacia sundras; Diospyros ebenaster ; Acacia speciosa ; Ficus indica ; Acacia odoratissima ; Ficus religiosa ; Azadirachta indica ; Feronia elephantum , Adansonia digitata; Guazuma tomentosa; Berrya ammonilla ; Inga dulcis (poix doux) ; Bassia longifolia; Lagerstrcemia regina. Butea frondosa; Morinda macrophylla ; Bauhinia purpurea ; Morinda augustifolia ; Bauhinia parvifolia, Mangifera indica ; Bombax malabaricum ; Mimosa tomentosa; Celtis orientalis ; Nephelium longanum (longaster) ; Chichrassia taburalis ; Pongamia glabra, Cupania canescens, molinoea canes- Pterospermum suberifolium; cens ; Pentaptera coriacea ; Cochlospermum gossypium; Pterospermum lancexfolium ; Cordia polygama ; Pterocarpus marsupium ; C A T . DES COLONIES.

6


— Parkia biglandulosa ; Pavetta alba; Spathodea crispa; Syzygium jambolanum; Spondias mangifera ; Salvadora persica ; Spathodea; Sapindus emarginata; Spathodea chœlonoïdes ;

82

Sterculia faetida ; Tectona grandis; Terminalia bellerica; Terminalia catappa; Thespesia populnea, Tamarindus indica ; Ulmus integrifolia ; Uvaria longifolia; Vitex trifolia ;

TEXTILES.

Les plantes textiles de l'Inde sont n o m b r e u s e s , m a i s génér a l e m e n t m a l p r é p a r é e s p a r les natifs , qui n ' o n t que de faibles notions de l'art d u r o u i s s a g e ; aussi n e servent-elles g é n é r a l e m e n t qu'à faire des cordes et de grossières toiles de Gonys employées p o u r , les e m b a l l a g e s et c o n s o m m é e s sur place ; on n e d o n n e ici q u e les principales espèces :

Agave americana, Agave viridis ; Aloë zeylanica ; Aloë perfoliata ; Aloë littoralis ; Asclepias volubilis; Abelmoschus feculneus ; Abutilon populifolium ; Artocarpus hirsuta; Ananas ; Bananier; Agati grandiflora ; Bauhinia tomentosa; Bauhinia purpurea ; Borassus flabelliformis; Cannabis sativa ; Cordia obliqua; Crotaloria juncea ; Corypha talliera ; Crotalaria tenuifolia; Cocotier ; Calotropis gigantes ; Cannabis indica,

Cycas circinalis ; Fourcroya gigantea; Ficus indica , Ficus religiosa ; Hibiscus cannabinus; Hibiscus sabdariffa ; indigo ; Linum trigynum ; Pimelea sp. Phoenix sylvestris ; Pandanus odoratissimus (Vacquois) ; Liane en cœur de rotin (Débonnaire à Melun) ; Corde en cœur de rotin (Débonnaire à Melun) ; Paniers en cœur de rotin (Débonnaire à Melun) ; Sesbania cannabina ; Sanseviera zeylanica; Tragia cannabina; Yucca aloifolia.


— 8 3 — COTONS.

Les cotons de nos établissements ne donnent pas lieu à u n commerce d'exportation, mais ils concourent à la prospérité de deux de nos principales industries, la filature et le tissage, tant à l'européenne qu'à l'indienne, des mousselines, paliae a t s , cambayes et guinees. C'est à M. Desbassyns de R i c h e m o n d , administrateur général de 1826 à 1828, qu'est due la p r e m i è r e idée de la filature à la m é c a n i q u e . Grâce aux efforts réunis de l'habile fondateur, M. Charles P o u l a i n , et du g o u v e r n e m e n t , qui fournit de larges subsides, cette industrie devint bientôt prospère à Pondichéry. Cet établissement, dirigé aujourd'hui par M. de Saint-Pol, a été porté à 16 000 b r o ches et à 500 ouvriers. Depuis 1 8 4 6 , les produits s'élèvent à 1200 kilogrammes de fil par j o u r et servent principalement au tissage des toiles dites de Guinée. Un autre établissement, preso e aussi considérable, celui de M. Potier de la Houssaye, alimente les métiers d'un n o m b r e considérable de tisserands indigènes. Le tissage à la mécanique r e m o n t e également à M. Desbassyns et est représenté à Pondichéry p a r M. G o defroy. Fil de coton N a n k i n , gossypium lividum. Coton longue soie, du district de B a h o u r . Colon employé dans la fabrication des cambayes et paliacates. Gossypium arboreum, vel vitifolium. L'arbrisseau atteint quelquefois 25 pieds de h a u t e u r . Gossypium barbadense (coton des Antilles). Cultivé dans l'Inde française. Coton filé pour la fabrication des toiles bleues dites de Guinée. Gossypium indicum. Coton filé au fuseau et teint en bleu avec de l'indigo , p o u r la fabrication des Guinees. Le tissage natif a éprouvé dans nos établissements la m ê m e décadence que dans toute l'Inde. Réduit p a r la c o n c u r r e n c e à circonscrire ses produits, ses seules ressources consistent aujourd'hui dans quelques mousselines, les Guinees et d i vers tissus grossiers à l'usage des basses classes. Les étoffes exposées appartiennent aux deux catégories en lutte; ce s o n t : Deux pièces de Guinée, de 4 fr. et 5 fr.; exposées p a r Aroquiassamymodéliar.


84

Une pièce de Guinée exposée p a r MM. Amalric et Cie. Trois pièces de mousseline. Un pagne indigène. Six pièces de tissus divers. Une pièce de m o u c h o i r s .

MATIÈRES TINCTORIALES ET TANNANTES.

I n d i g o , indigofera tinctoria. Indigo en pain ; exposant, Parassaimachetty. Indigo en p a i n ; exposant, Ranaganarittiar. Indigo en p a i n ; exposant, Soubraya-Pouilé. Il n'y a g u è r e plus de cent ans q u e la culture de l ' i n digofère a été introduite dans le sud de l ' I n d e , et c'est d u c o m m e n c e m e n t du siècle que datent les p r e m i e r s essais de fabrication des indigos fins ; ils sont connus dans le c o m m e r c e sous le n o m d'indigos Madras et servent p r e s q u ' e n totalité à la teinture des toiles bleues dites de G u i n é e , employées c o m m e moyen d'échange dans les transactions au Sénégal. C'est u n e industrie considérable, tant p a r le n o m b r e de b r a s qu'elle emploie que p a r le c o m m e r c e d'exportation auquel elle d o n n e lieu. S u r le seul territoire de Pondichéry on c o m p t e 1100 hectares cultivés en indigofères, dont la production est évaluée à 6 962 0 0 2 kilogrammes de feuilles s è c h e s , 92 indigoteries et 121 teintureries qui teignent 4 1 5 7 2 3 pièces de toile m e s u r a n t chacune seize m è t r e s de long sur u n m è t r e de large. L'areck est u n des principaux commerces de l'Inde ; mais nos établissements n ' e n fournissent pas assez p o u r l ' e x portation. Les natifs les m â c h e n t avec des feuilles de bétel , saupoudrées de c h a u x . Par décoction, on en tire deux sortes de c a c h o u , le p r e m i e r appelé cuttacumbou, sert de masticatoire , et le second n o m m é cashcuttée, est réservé pour les usages médicaux. Les noix les plus e s timées sont cueillies avant m a t u r i t é ; grillées et pulvérisées elles donnent u n e excellente poudre dentifrice. Prix des noix avec préparation, de 25 à 26 fr les l00 k i l o s , sans préparation, de 20 à 22 fr. Prix du cachou, 1 fr. 20 c. le kilo. Noix d'acajou, anacardium occidentale. Amande oléngi-


— 85 — neuse ; péricarpe servant à i m p r i m e r la m a r q u e d'origine aux toiles de l'Inde. Prix, 20 cent, le kilo. Noix d'acajou, semecarpus anacardium. Les fruits sont employés c o m m e m o r d a n t s pour la teinture en noir. Artocarpus integrifolia , jack tree. Racines et écorces utilisables en teinture. Acacia arabica (fruits) pour la teinture et le tannage des peaux. Acacia arabica (racines) pour la teinture et le tannage des peaux. Acacia leucophlea (écorces) pour la teinture, la médecine et la fabrication d e l ' a r a c k . Acacia Lebbeck (écorce). Brésillet, cœsalpinia sappan (racines) p o u r teinture j a u n e . Butea superba (racines et fleurs). Les fleurs contiennent une teinture j a u n e et les racines u n e teinture r o u g e . Carthamus tinctorius p o u r la teinture des soies. Curcuma longa (racines). Employé c o m m e stomachique stimulant et dans les pansements des contusions. C'est u n e substance colorante très-employée. Curcuma (Poudre de) safran des Indes. Employées dans la teinCasuarina muricata (écorce). ture et c o m m e astringent Casuarina laterifolia (écorce). en médecine. Cassiatora (graines). Les teinturiers de toiles dites de Guinée font usage de ces graines bouillies et mêlées à de la soude p o u r fixer les couleurs bleues; c'est à ce m o r d a n t , disent-ils, que sont dues la vivacité et la solidité de leur couleur. Cœsalpinia coriaria (dividivi), gousses p o u r le tannage. Cassia auriculata. Cascinium fenestratum. Casuarina muricata (extrait a q u e u x ) . Casuarina muricata (extrait hydroalcoolique). Emblica officinalis. Garance i n d i e n n e , rubia cordifolia, p o u r la teinture r o u g e ; 1 fr. 50 le kilo. Galles du Quercus, infectoria. Manguier (semence du), mangifera indica (astringent). Manguier (écorce du), mangifera indica (astringent).


— 8 6 — Ces racines combinées avec le bois de sappan donnent des rouges très-beaux et très-solides. Il est Morinda macrophilla, vivement à regretter qu'elles ne s o i e n t p a r employées dans les teinMorinda angustifolia, tureries e u r o p é e n n e s ; ce serait u n Morinda tinctoria article de c o m m e r c e qui, p a r son Morinda citrifolia, bas prix et son a b o n d a n c e , a c Morinda tomentosa, querrait une grande importance. Morinda noona, Morinda sp. Celles qui renferment le plus de principes colorants ont de deux à trois ans. Elles coûtent de 45 à 60 francs les 100 kilos. Mirobolan citrin (terminalia chebula). Memecylon tinctorium (kassa de l'Inde). C'est u n arbuste t r è s - c o m m u n sur les collines boisées de Pondichéry où il est employé c o m m e bois de chauffage; le fruit est alim e n t a i r e ; les feuilles sont employées à teindre en j a u n e . Dans la teinture rouge il agit c o m m e m o r d a n t et dispense d'employer l'alun qui altère le fil. Les teinturiers e u r o p é e n s qui voudraient s'en servir y trouveraient u n avantage réel. (Prix, 0 fr. 05 le litre.) Oldenlandia. umbellata (hedyotis umbellata) (sayàver). R a cines employées à teindre les célèbres t u r b a n s de Mad u r é , les paliacats et les m o u c h o i r s de Madras. Les territoires de Karikal, s u r la côte de Coromandel, de Mazulipatam, s u r la côte d'Orixa, en produisent u n e g r a n d e quantité. Orseille (Lecanora fuciformis), p o u r teintures rouges et violettes. Rottlera tinctoria (kapila podie, kapila rung). La poussière r o u g e qui recouvre les graines est employée avec succès contre le ténia. Les teinturiers européens paraissent d e voir en tirer u n b o n parti p o u r la couleur j a u n e o r a n g é . (Prix 3 francs le kilogramme). Rocou (graine de), bixa orellana. Consommées en presque totalité dans l'Inde p o u r colorer le b e u r r e , quelques étoffes de coton et le linge porté p a r les ordres r e l i gieux. Racines de grenadier (punica granatum), p o u r la teinture et la médecine. Rubia cordifolia (manjuttée).


— 87 — Sorgho (glumes de), sorghum rubens, p o u r la teinture des cuirs. Terminalia bellerica (fruit). Terminalia tomentosa (écorce). Vainbalum ver (incertae sedis). Les solutions j a u n e et rouge du bois et des racines rougissent avec les acides et se colorent en vert olive avec les sels de fer. Ventilago maderaspatana, pour le t a n n a g e . GOMMES, BAUMES E T RÉSINES.

Gomme a r a b i q u e , acacia arabica, p o u r la médecine et les arts industriels. G o m m e d'Azadirachta indica, p o u r la médecine et les arts industriels. G o m m e d'acajou, cassuvium pomiferum, succédanée de la gomme arabique. Acacia lebbeck, pour les vernis. Gomme de Feronia elephantum, succédanée de la g o m m e arabique. Bombax malabaricum, soluble dans l'eau, b o n n e p o u r les arts, l'industrie et la médecine. Gomme d'Eriodendron anfractuosum, b o n n e p o u r les arts et l'industrie. Moringa pterigosperma, t r è s - a b o n d a n t e s et à bas p r i x , u t i lisables en médecine et en industrie. Gomme laque en b â t o n s , pour les vernis. Vateria indica (copale d'Orient), pour les vernis. Pedilanthus tithymaloïdes, a y a n t quelque analogie avec la Gynanchum extensum, cygutta-percha. nanchum viminale, Gomme d'acajou (Cassuvium pomiferum). Cochlospermum gossypium, g o m m e de Bassora? Gomme d'acacia farnesiana. Sucs concrets d'Euphorbia tirucalli, — — tortilis, — — triangularis, — — quadrangular is, — — nereifolia. Ces sucs offrent beaucoup d'analogie avec la guttap e r c h a et sont susceptibles d'emplois dans l'industrie. Dissous dans l'alcool et la térébenthine, ils donnent de b o n s


— 88 — v e r n i s ; ils peuvent servir à p r e n d r e des e m p r e i n t e s , à r e n d r e les tissus i m p e r m é a b l e s , etc., etc. Baume-résine Benjoin, styrax Benzoin. MATIÈRES OLÉAGINEUSES ET SAVONNEUSES.

Peu de contrées sont aussi bien partagées en oléagineux de toute espèce q u e les territoires de l'Inde française ; mais leur exiguïté restreint forcément la production qui n e peut dépasser certaines limites. Le sésame et l'huile de coco font cep e n d a n t exception et d o n n e n t lieu à u n c o m m e r c e é t e n d u . Arachis hypogaea. Argemone mexicana (graine). Noix d'Acajou, anacardium occidentale. Azadirachta (graines d'), indica. Ben-ailé (noix de), moringa pterigosperna. Butea frondosa (semences). Butea frondosa (huile). Coton, gossypium indicum (graines). Coco (huile de), cocos nucifera; Coco (noix de), cocos nucifera; Copra ( a m a n d e s du cocos nucifera). La culture du cocotier est t r è s - i m p o r t a n t e dans les établissements français; on en tire du coir ou fibre du fruit; des noix sèches d é c o r t i q u é e s , connues sous le n o m de copra ; du j a g r e ou suc de la séve, de l'arack et de l'huile; ce dernier produit est le plus considérable et on en exporte pour à peu près 1 200 000 francs p a r a n . Carthame (graines de), carthamus tinctorius, graines oléagineuses. Huile d'Illipé, bassia longifolia. L'Illipé est c o m m u n d a n s l ' I n d e ; son huile, qui vaut de 68 à 75 francs les 100 kilog r a m m e s , à Pondichéry, donne de 2 à 2 , 1 8 de savon p o u r u n . Le tourteau, employé p o u r nettoyer la t ê t e , forme un article de c o m m e r c e intérieur. Melia azedarach (huile). Calophyllum inophyllum (noix de). Calophyllum inophyllum (huile de). Elœocarpus (noix de). Nigella sativa (graine). Nigella saliva (huile). Œillette (graines d'), papaver somniferum (variété blanche).


— 89 — OEillette (huile d'), papaver somniferum (pavot blanc). Pignon d'Inde (graines de), curcas purgans. Pignon d'Inde (huile de), curcas purgans. Ricin (graines de), ricinus viridis. Ricin (graines de), ricinus communis. Ricin (huile de), ricinus communis. Ricin (huile de), ricinus inermis. Sésame (graines de), sesamum indicum; Sésame (graines de), sesamum orientale (deux variétés); Sésame (huile de), sesamum orientale. Le sésame se cultive seul, ou c o n c u r r e m m e n t avec l'indigo ; il y en a trois variétés : le Vellelou et le Perellou, qui valent 60 roupies le candy (250 kilogrammes), et le Rourellou, qui se vend de l à 2 roupies de plus. Soleil (graines de), helianthus annus. Sterculia fœtida (graines de). Sapindus emarginata (graines de), servant de savon aux indigènes. Sapindus indica (enveloppes du) (savonnier). Graines d'hibiscus cannabinus; J. Lépine. Graines d'eriodendron anfractuosum. Fruits du m i m o s a abstergens, employé c o m m e savon. Graines de thevetiâ nereïfolia. Graines de polanisia viscosa. BOISSONS FERMENTÉES.

Arack. L'arack est u n e boisson fermentée tirée du j a g r e , sucre b r u t obtenu de la séve du Borrassus flabelliformis. Ce palmier, exploité pour sa séve, de janvier à mai, est loué de 20 à 30 centimes p a r a n . Le sucre est délayé dans u n e certaine quantité d'eau à laquelle on ajoute l'ecorce de l'acacia leucophlea, p o u r m o d é r e r la fermentation et empêcher la formation de l'acide acétique. On y ajoute également u n peu de lait de chaux, et quand le sucre est t o u r n é en alcool, on distille dans u n alambic en poterie. FÉCULES.

Arum minutum. Dracontium polyphyllum. Jatropha, manihot.

Maranta arundinacea. Parkia biglandulosa (fruits et fécules).


— 90

MATIÈRES MÉDICINALES.

Argyreia malabarica. Argyreia bracteata. Les feuilles servent p o u r cataplasmes m a t u r a t i f s ; l'écorce des racines est cathartique. Acacia lencophlea. Écorce astringente. Acalypha betulina. Stomachique. Acalypha indica. Feuilles laxativos; racines purgatives. Acacia famesiana (gousses et fleurs). Le suc des gousses est a m e r et astringent. Les fleurs s o n t , d i t - o n , e m ployées en infusions théiformes dans les cardialgies n e r veuses et dans les dyspepsies. On se sert aussi des gousses p o u r le tannage des cuirs. Asclepias volubilis. Employé dans les hydropisies. Asclepias prolifera, racine vomitive. Azadirachta indica, vermifuge. La g o m m e recueillie s u r l'écorce est employée dans la t h é r a p e u t i q u e i n d o u e , c o m m e s t i m u l a n t ; l'écorce en décoction ou en p o u d r e constitue u n b o n tonique. Alangium decapetalum, racine purgative et vermifuge. Allamanda cathartica. L'infusion des feuilles est cathartique. Abelmoschus moschatus. Les graines sont employées d a n s la parfumerie. Ammania vesicatoria, plante vesicante. Adenanthera pavonina. Les Indous prétendent q u e ces g r a i n e s sont toxiques. A b r u s precalorius, adoucissant. Anarmita cocculus, coque du Levant, toxique servant à eniv r e r le poisson. Anethum fœniculum (Var), stomachique. Areck (noix d') areca catechu, masticatoire astringent. Aristolochia bracteata, Employé contre la m o r s u r e des s e r pents. Aristolochia indica, antigoutteux. Bassia longifolia (fleur), condiment ; exposant, J. Lépine. Butea frondosa (huile de). Bryonia rostrata employé dans le diabète et la dysurie. Bryonia grandis. Bryonia scabra, Propriétés suspectes, à étudier. Bryonia epigaea.


— 91 — Curculigo orchioïdes, racine émolliente. Cassia alata. Contre les m o r s u r e s venimeuses. Cassia elongata. Séné de Tinnevelly, — purgative. Cassia obtusa. Contre les éruptions cutanées. Cassia Roxburghii, purgatif léger ; exposant, J. Lépine. Crinum latifolium, antiphlogistique. Cannabis indica (Hatchisch), narcotique hilarant. Clitoria ternatea, racines diurétiques et vomitives, semences purgatives. Corchorus trilocularis, m u c i l a g i n e u x . C a n t h a r o s p e r m u m albicans, gousses à o d e u r aromatique. Cynanchum extensum, vomitif. Cerbera thevetia ; le suc de toutes les parties de l'arbre est vénéneux, les semences constituent u n poison très-actif. Cuminum cyminum, employée en médecine vétérinaire. Curcas purgans, purgatif violent. Cucumis pseudo-colocynthis. Dalbergia arborea ; suivant les I n d o u s , les tiges servent à enivrer le poisson. Datura metel, Datura frondosa, Poisons narcotiques. Datura fastuosa. E u p a t o r i u m ayapana (Vent), stomachique stimulant. Erythronium indicum, succédané de la scille m a r i t i m e . Euphorbia pilulifera, Antidyssentérique. Euphorbia hipericifolia Ficus obtusifolia. Ficus racemosa. Ficus religiosa. Gendarussa vulgaris, émétique d o u t e u x . Galanga (petit). Guilandina bonducella, tonique fébrifuge. Ipomea turpetum, purgatif succédané du faux j a l a p . Hydrocotyle asiatica, stomachique diurétique, dépuratif. Illicium anisatum (anis étoilé). Indigo en tiges. En décoction contre la salivation m e r c u rielle. Ionidium suffruticosum, racines diurétiques. Lavandula carnosa. L'infusion des feuilles est béchique. Loranthus sp., croissant s u r le Strychnos nux vomica, toxique. Melaleuca cajaput. Les feuilles d o n n e n t l'huile de cajaput dont les propriétés sont bien c o n n u e s .


— 92 — Methonica superba, toxique. Menispermum cordifolium, diurétique et tonique. Moutarde (graines de), sinapis sp. Melanthium, vénéneux. Nomismia nummularia, racine odorante (à étudier). Nepeta malabarica, stimulant. Odouvin. Les Indous considèrent les feuilles c o m m e u n poison. Ocymum sanctum (racines d'), variété r o u g e . OEgle marmelos, antidyssentérique. Plumiera alba, odoratissima. Physalis flexuosa, calmant narcotique. Périploca esculenta, dépuratif? Pedalium murex. Phycotis ajowan, stimulant; exposant, J. Lépine. Phyllanthus ninuri, diurétique. Pongamia glabra, contre les affections cutanées. Phaseolus radiatus, n a r c o t i q u e . Polanisia viscosa, vermifuge. Papaver somniferum, n a r c o t i q u e . Plumbago zeylanica, rubéfiant. Piper nigrum (poivre noir), a r o m a t i q u e stimulant. Randia dumetorum, racine nauséeuse, fruit émétique et servant à enivrer le poisson. Sapindus emarginata, expectorant. Spheranthus zeylanica, stomachique. Solanum trilobatum, tonique. Solanum jacquini. Fruit expectorant, tiges et fleurs s t o m a c h i q u e s ; exposant, J. Lépine. S p h e r a n t h u s indicus. Les semences sont vermifuges. Strychnos potatorum. Pulpe m a n g e a b l e , graines employées p o u r purifier l'eau. Strychnos nux vomica (écorce de la racine), fébrifuge p u i s sant. Tribulus lanuginosus, diurétique. T a m a r i n d u s indica, rafraîchissant. Trigonella fœnum graecum, emollient et résolutif. Trichosantes palmata (fruits et racines), toxique. Toddalia aculeata, racines toniques. Tabaschir, concrétions siliceuses du b a m b o u , antisyphilitique. Vettivert, andropogon muricatus.


— 9 3 — Vifis Roxburghii, rubéfiant. Vernonia anthelmintica. Les graines en p o u d r e s'emploient contre la m o r s u r e des serpents. Vitis carnosa. Employé clans la thérapeutique indienne. Zédoaire, propriétés connues. GRAINES ALIMENTAIRES ET AUTRES.

Gram (graines de). P o u r l'alimentation des bestiaux (cicer arietinum. Teck (graines de), a r b r e forestier (tectona grandis). Éleusine caracana. Dolichos lablab, p o u r alimentation. Riz, cent douze variétés. Grains divers. PLANTES INDUSTRIELLES.

Racines de Netty (Œschinomene aspera). Employées p a r les Mouchyrs à confectionner de petits ouvrages de fantaisie. Cette matière sert depuis quelques années à faire des casquettes et chapeaux d'une légèreté incomparable, dont se coiffent les Européens dans l'Inde. — La mode en est devenue générale. PRODUITS ANIMAUX.

Bombyx (cocons du) mylitta, et soie Tussah. Bombyx selene (soie et cocons du). Bombyx mori (douze écheveaux de soie du). L'industrie de la soie commence à renaître à C h a n d e r n a g o r , et M. Maniquet y a déjà un établissement considérable. Cocons jaunes et blancs du bombyx m o r i ( 8 génération de l'année 1860). Soies jaunes et blanches. — Exposant, Perrotet. Huile de foie de r e q u i n , succédanée de l'huile de foie de morue. Mylabris puncta et indica ; vésicant énergique pouvant avantageusement remplacer la cantharide ; on en a pendant longtemps expédié de grandes quantités au Brésil. e


— 94 — PRODUITS MINÉRAUX.

Dolomie de Trichenapoly. Sulfate de magnésie préparée avec la dolomie. ETHNOGRAPHIE.

Une lance indienne, Une guitare, Deux cornes du bœuf grunien, Deux éventails, Deux chasse-mouches.

Une lampe sacrée, Deux vases sacrés, Une corbeille à fruits Un poignard, Deux sandales.

Cochinchine.

L'industrie annamite est encore peu développée, et à part u n e grande production de riz qui fait l'objet d'un commerce important, on ne peut demander à la Cochinchine des articles de traite en quantités suffisantes pour en faire l'objet de spéculations avantageuses. Les bâtiments qui viennent c h a r ger du riz emportent bien quelques peaux et cornes de buffle, du poisson salé, de la c i r e , des bois de construction et de teinture, etc., etc.; mais plutôt à titre d'échantillons que comme objets de négoce. Cette situation tend de j o u r en jour à s'améliorer sous la direction de l'administration française, et le temps n'est pas éloigné où les productions de toute espèce de ce riche pays entreront p o u r u n e large part dans le mouvement c o m m e r cial de l'extrême Orient. Déjà, la production du coton prend une extension assez rapide dans les hautes terres qui dominent les rizières, à cinq ou six railles dans l'intérieur, pour faire espérer que dans un avenir prochain elle pourra suffire au travail d'une grande partie des filatures françaises. BOIS.

Ébène, diospyros melanida. Sandal musqué, santalum sp. Sandal rouge? incertae sedis.


95

Sappan ou brésillet. Bois d'aloës ou bois d'aigle, aquilana agallocha. Une collection de bois n o n d é n o m m é s . TEXTILES.

Chanvre de Siam. COTONS.

Coton é g r e n é . Coton n o n égrené. MATIÈRES TINCTORIALES ET T A N N A N T S .

Gomme-gutte, stalagmites cambogioïdes. Graines de g o m m e - g u t t e . Graines de rocou, bixa orellana, p o u r la teinture. Graines de boa-tam-paijang scerculia scaphigera? p o u r la teinture. Bois de caliatour? pour la teinture. Bois de sappan ou brésillet, p o u r la teinture. Bois de teinture j a u n e . — Ecorce de palétuvier, rhizophora mangle, pour le t a n n a g e . BAUMES, GOMMES ET RÉSINES.

Benjoin, benzoin odorifera, pour la parfumerie. Écorce d'alyxia aromatica, — G o m m e laque, pour les vernis. Graines de basilic, ocymum basilicum. Cachou, d'areca catechu. MATIÈRES OLÉAGINEUSES.

Arachides, arachis hypogaea. Sésame, sesamum indicum. Graines de palmier, krabao. SUCRES.

Cassonade blanche. Cassonade b r u n e .


— 96 — ÉP1CES.

Cardamome, amomum sp. Cardamome sauvage, amomum xanthioïdes. Poivre, piper nigrum aromaticum. MATIÈRES MÉDICINALES.

Noix d'areck, areca catechu, masticatoire. Graines d'adenanthera pavonina, toxique. Noix vomique, strychnos nux vomica, toxique. FARINES ALIMENTAIRES ET AUTRES.

Haricots du Cambodge. — dorés. — jaunes de Saigon. — noirs de Mytho. Amandes sauvages. TABACS.

Riz en paille. Tabac de Bien-hoa. — de Binh-thinh-hâ. PRODUITS ANIMAUX.

Cire d'abeilles. Soie écrue de vers à soie sauvages. Cocons de vers à soie. Soie teinte. PRODUITS MINÉRAUX.

Sel. PRODUITS DE PÊCHE.

Moules sèches, pour l'alimentation. Chevrettes sèches, pour l'alimentation.


— 97 — Nids d'hirondelles salanganes, n o n nettoyés, pour l'alimentation. Nids d'hirondelles salanganes, nettoyés, p o u r l'alimentation. Sangsues de m e r , tripangs, biches de m e r , holothuries pour l'alimentation. Ailerons de requins blancs, p o u r l'alimentation. — noirs, — Carapaces de tortues molles , — Estomacs de poissons, p o u r ichthyocolle. Poissons salés, c o m m e r c e considérable avec la Chine. PRODUITS NON CLASSÉS

servant au commerce, à l'alimentation, etc.

Graisse de buffle, p o u r usages industriels. Peau de raie, p o u r polissage. Peau d'éléphant, p o u r fabrication de colle forte. Peau de rhinocéros, — Nerfs de d a i m s , p o u r l'alimentation. Cornes de daims, dures, pour le t o u r . — tendres, — Cornes de buffle, p o u r la tabletterie. Cornes de rhinocéros, — Défenses d'éléphants, p o u r le tour. Plumes de p a o n , pour parures et éventails.

CAT. DES COLONIES.

7


— 9 8 —

COLONIES

D'OCÉANIE.

Nouvelle-Calédonie. Occupée depuis quelques années seulement p a r la France, la Nouvelle-Calédonie n'a point encore été visitée dans toute son étendue ; néanmoins, d'après ce que l'on en peut actuellement juger, ses richesses naturelles égalent, si m ê m e elles ne les dépassent,.celles des grandes îles océaniennes. Bien que les essais tentés jusqu'à ce jour n'aient été faits que sur u n e échelle très-restreinte, les résultats obtenus ont dépassé toute attente. Le sol de la Nouvelle-Calédonie est recouvert d'herbes épaisses et d'excellente qualité ; on y rencontre des prairies immenses, des vallées bien arrosées qui pourront suffire à l'entretien d'un n o m b r e u x bétail ; déjà m ê m e , l'exportation des cuirs a pu se faire, ainsi que celle de la laine des m o u tons qui, longue et fine, a été vendue à prime, sur les m a r chés de Sydney. Dans le règne animal, plusieurs espèces de poissons, c a r a n gues, bonites, etc., conservées à l'état sec par les indigènes pourront, p a r u n e préparation plus intelligente, être l'objet d'un certain trafic ; la tortue caret, dont l'écaillé est si recherchée, abonde sur le littoral ; enfin, les cinq variétés d'holoturies connues dans le commerce se trouvent sur les côtes, et sont actuellement l'objet d'un commerce assez i m p o r tant. Le règne minéral présente de n o m b r e u x gisements de fer aciéreux qui n'ont point encore été explorés. L'exploitation de ces mines sera certainement une branche d'exportation fort importante, surtout pour l'Australie, qui n e produit que des fers d'une qualité inférieure, La houille abonde sur beaucoup de points. Le kaolin existe en bancs immenses ; enfin, dans certaines parties, apparaissent des schistes ardoisiers qui peuvent suffire, et au delà, aux besoins du pays.


— 99 — L'exploration de la Nouvelle-Calédonie a fourni, j u s q u ' à ce jour, 2500 plantes, dont un g r a n d n o m b r e ont le mérite de la nouveauté. P a r m i les végétaux indigènes dont les produits a p p a r t i e n n e n t au c o m m e r c e , on citera : la canne à s u c r e , dont on connaît 42 variétés, desquelles on a p u , dans ces derniers temps, extraire u n sucre d'excellente qualité ; 30 variétés d'ignames, dont quelques-unes pèsent de 8 à 10 kilog.; l'arrow-root (Pia des Tahitiens), le cardamum longum, le bananier, musa paradisiaca, musa discolor, musa sinensis, le cocotier (12 variétés), l'arbre à pain, artocarpus incisa, le papayer. Les bois de construction sont abondants et de b o n n e qual i t é ; certains d'entre eux produisent des g o m m e s résines, tels sont : les dammara,les araucaria, les gardénia ou ouiepe, etc. G. Aubryi, le clusia pedicellata, le semecarpus atra, etc., etc. Enfin, les matières oléagineuses, textiles et tinctoriales offrent de n o m b r e u s e s ressources. Outre ces richesses naturelles, le riz, le blé, l'orge, le s o r g h o , le m a ï s , les légumes d ' E u r o p e , les épices coloniales croissent avec vigueur. Les principaux objets d'échange avec les indigènes sont : les indiennes bleues et rouges en coton, foulards idem à trèsbas prix, chemises de couleur, bonnets en laine r o u g e , couvertures e n l a i n e grise ou verte, de qualité c o m m u n e , ciseaux, couteaux, haches, forts hameçons, grosses perles bleues, verroterie assortie, fausse bijouterie, m i r o i r s , rasoirs, p a r a pluies r o u g e s , peignes très-communs ; toutes choses brillantes, etc., etc. BOIS.

Les ressources forestières de la Nouvelle-Calédonie sont assez étendues : les arbres les plus c o m m u n s sont les niaouli, melaleuca leucodendron et viridiflora, dont les feuilles o d o rantes fournissent u n e huile de cajeput, fort estimée, et dont le bois n e le cède à a u c u n autre c o m m e force, élasticité et puissance de durée ; viennent ensuite les acacia spirorbis , les blackburnia, le casuarina ou bois de fer, le thespesia populnea, l'aleurites triloba ou bancoulier, enfin, le sandal, dont o n . n e trouve plus aujourd'hui que des sujets de faibles d i m e n sions. Ces belles forêts, longtemps dévastées par le c o m m e r c e américain et a n g l a i s , ne peuvent m a n q u e r de r e -


— 100 — p r e n d r e , sous la protection française, leur ancienne célébrité : les principaux spécimens des richesses qu'elles renferment sont exposés par M. P a n c h e r , botaniste du g o u vernement. Lumnitzera racemosa. Avicennia Melaleuca viridiflora. Apocynée moyenne. Morinda citrifolia. Cordia sebestana. Olivier du pays. Salisia rugosa. Cupania paniculata. Voisin du genre 5.860 du genera Acacia laurifolia. plantarum d'Endlicher. Salisia rubra. Elœocarpus. Acronichia ligustroïdes. Ochrosia. Codia. Sandal odorant (santalum austroCatha? viridiflora? caledonicum Syzygium venosum? Ardisiacée, Arillastrum stellatum. Verbénacée ligneuse, Balaghia drupacea. Cupania juliflora, Doga macrogemma. Acacia granulosa, Blackburnia pinnata. Ximenia elliptica, Myrtus coriaceus. Rhizophora mucronata, Phyllanthus baccatus? Catha? ungulata? Cupania? uniglandulosa? Bruguiera gymnorhiza, Voisin du genre 5.781 du genera Dodonea dioica, plantarum d'Endlicher, Maba à feuilles velues, Berchremia ? crenulata ? Evodia triphylla, Pleurostylis? decipiens? Tricoccée, Ternstrœmiacée. Milnea, Hartighsea Biliardieri. Acmena floribunda, Eugenia littoralis. Araucaria intermedia, Acacia myriadena. Araucaria cookii, Xylocarpus obovatus. Ormocarpum sennoïdés, Eugenia arborea. Pomaderris, Maba à feuilles l i s s e s . Pin de la Nouvelle-Calédonie, Intsia Testardii. Croton collinum? Bruguiera. Pittosporum, Elœodendron. Apocynée, Terminalia littoralis. Figuier glaucescent, Casuarina nodiflora. Geissois racemosa, Daoxylon? undulatum. Guttifère, Chrysophyllum. Heritiera ferruginea, Acacia spirorbis. Coffea triflora, Ardisiacée. Hunga rhamnoïdes, Ébénacée laiteuse. Ilex mucronulata.

Sandal odorant ; exposant, Edwards, négociant, à Portde-France.


— 101 — Sandal o d o r a n t ; e x p o s a n t , Knoblanch et C i e , à P o r t - d e France. Une petite caisse composée de principaux bois de la colon i e ; exposant, Capitaine-Pierron. Une caisse en bois d'ocotea; exposant, P a n n e t r a t , colon, à Napoléonville. TEXTILES.

Les matières textiles, abondantes à la Nouvelle-Calédonie, n'y sont encore l'objet d'aucun c o m m e r c e , les principales sont celles provenant des plantes suivantes : Sterculia sp., t r è s - c o m m u n au b o r d de la m e r ; exposant, Pancher. Pachyrhisus montanus (vulgo : Quichot), dont les indigènes font des filets. Urtica nivea ? (vulgo : deae), dont on fait des cordages ; exposant, P a n n e t r a t . Pandanus macrocarpus, employé p o u r n a t t e s . Morus papyrifera, servant à la confection d'étoffes. Écorce de Niaouli, melaleuca viridiflora, dont on recouvre les cases. COTONS.

On trouve deux variétés de coton en Nouvelle-Calédonie, l'une provenant des États-Unis et dont la Mission de la Conception possède déjà plus de 2000 p i e d s , l ' a u t r e , à reflets bleuâtres et paraissant être indigène ; celte dernière, signalée p a r les missionnaires, lors de leur arrivée dans la colonie, a tout au plus u n m è t r e de h a u t , et a des r a m e a u x grêles et étalés. Coton de la Conception; exposant, Vieillard, R. P. Maristes. Coton à reflets bleuâtres, récolté à l'île Nu ; exposant, Edwards, négociant. Coton de Port de France ; exposant, E. Marie. Coton de Napoléonville, — — MATIÈRES TINCTORIALES ET TANNANTES.

Les indigènes e m p r u n t e n t quelques teintures au r è g n e végétal et surtout aux morinda, p o u r colorer les cordonnets en


— 102 — poils de roussette ; d'autres restent encore sans emploi tels que les curcuma qui abondent dans les prairies basses et h u mides et les palétuviers dont l'écorce est très-riche en tannin. Bruguiera gymmorhiza ; exposant, Pancher. Rhizophora mucronata; — — Balaghia drupacea ; — — Morinda sp. ; — Vieillard. Curcuma en racines; — Pancher. GOMMES ET RÉSINES.

Résine de tabernae montana macrophylla; exposant, Vieillard. Caoutchouc, ficus religiosa; exposant, E. Marie. Résine de kaori, Dammara ovala; exposants, Pametrat et Deplanche. MATIÈRES OLÉAGINEUSES ET SAVONNEUSES.

Huile et noix de c o c o , cocos nucífera; exposant, K n o blauch et Cie. ; très-abondantes. Huile et noix de bancoule, aleurites triloba ; exposant, Garnault ; très-abondantes. Huile, capsules et graines de ricin; exposant, Garnault; très-abondantes. SUCRES.

Les cannes à sucre deviennent à la Nouvelle-Calédonie d'une grosseur r e m a r q u a b l e , et leur rendement est considérable ; le sucre de l'habitation Joubert donne u n e idée des produits qu'on pourrait obtenir en abondance. CAFÉS.

Cette plante, nouvellement acclimatée, réussit à merveille ; les R. P. Maristes et l'Administration locale en ont établi de nombreuses pépinières ; exposant, Pannetrat. MATIÈRES MÉDICINALES.

Écorce d'ocotea, aromatique. Feuilles de niaouli, melaleuca viridiflora ; exposant, Rochas, chirurgien de marine.


— 103 — Noix et huile purgative de ximenia elliptica ; exposant, Garnault, pharmacien de m a r i n e . Huile essentielle et hydrolat de cajeput; exposant, Garnault, p h a r m a c i e n de m a r i n e . GRAINES ALIMENTAIRES.

Blé b a r b u noir ; exposant, Testard, e x - c o m m a n d a n t de la Nouvelle-Calédonie. Blé b a r b u b l a n c ; exposant, Testard, e x - c o m m a n d a n t de la Nouvelle-Calédonie. F r o m e n t ; exposant, Testard, e x - c o m m a n d a n t de la Nouvelle-Calédonie. Blé dur ; exposant : Gilbert, P i e r r e , o r d o n n a t e u r . Blé de P o l o g n e ; exposant, Gilbert, P i e r r e , o r d o n n a t e u r . Orge ; exposant, Gilbert, Pierre, o r d o n n a t e u r . Sorgho à sucre ; exposant, Gilbert, P i e r r e , o r d o n n a t e u r . Gros maïs r o u g e à bec ; exposant, Gilbert, Pierre, ordonnateur. Petits maïs à p o u l e t s ; exposant Gilbert, P i e r r e , o r d o n nateur. Orge de païta ; exposant, Gilbert, P i e r r e , o r d o n n a t e u r . Riz en paille; exposant, Gilbert, P i e r r e , o r d o n n a t e u r . PLANTES ALIMENTAIRES DIVERSES.

Racines de manioc, séchées au soleil ; exposants, R. P . Maristes. Racines de taro, séchées au soleil; exposants, R. P . Maristes. -

PRODUITS MINÉRAUX.

Autant q u ' o n peut en j u g e r p a r les explorations déjà faites, les terrains dioritiques, euphotidiens et serpentineux, ces derniers surtout, paraissent offrir u n g r a n d développem e n t . C'est le gîte ordinaire des m i n e r a i s précieux ; j u s q u ' à présent, p o u r t a n t , aucune découverte de ce genre n ' a été faite. Le seul fait capital, jusqu'ici, est l'existence de la houille, et celle de m o r a r é , exposée par M. Darnaud, p r é sente u n g r a n d intérêt ; elle d o n n e u n e flamme longue et persistante et fournit beaucoup de calorique. C'est u n e des


— 104 — grandes ressources du pays et son m a n q u e r de devenir considérable.

exploitation n e peut

PRODUITS TIRÉS DES EAUX.

Les ressources qu'offrent les mers néo-calédoniennes au commerce sont nombreuses et d'un grand intérêt; toutes malheureusement ne figurent pas ici; les dents et l'huile de h u m p b a c k m a n q u e n t et la pêche de la baleine est à peine représentée. La collection de la petite pêche, seule assez complète, quoiqu'il y manque la série des poissons salés, comprend : Huîtres perlières; exposant, Knoblauch et Cie; de petites dimensions, mais fort estimées. Cloisons de Nautile; exposant, Knoblauch et Cie-, trèsabondantes sur les plages et recherchées pour leur nacre. Ecailles de t o r t u e , ox bill turtle, green turtle; exposants, Edwards et Knoblauch ; la première, la plus estimée, se vend sur place, 15 francs la livre anglaise; la seconde est prisée surtout pour sa chair et son écaille n e vaut que 10 francs la livre. Huile d'épaulard, delphinus orca ; exposants, R. P. Maristes ; abondante sur les côtes. Fanon de baleine ; exposant, Knoblauch et C ; on en rencontre quelques-unes à époque fixe, dans les havres inhabités. Corail rose ; exposant, Frouin, pilote ; se trouve dans l'île des Pins. Biches de mer, tripangs, holothuries; exposants, Edwards et Knoblauch ; l'holoturia edulis est très-abondante sur les côtes de la Nouvelle-Calédonie et y constitue la branche la plus importante du commerce. Le principal entrepôt était autrefois la petite île d'Erromago où les navires allaient prendre en m ê m e temps le Sandal, à destination de Shanghaï et de Hongkong ; mais les négociants calédoniens préfèrent maintenant envoyer à Sydney la biche de m e r qui leur sert ainsi de frêt de retour. Cinq variétés seulement sont admises p a r le commerce : voici leurs noms, avec leur valeur dans la colonie. Brown with teats, 30 livres sterling, la tonne. le


— 105 — 25 livres sterling, la tonne. Large black, Small black, 20 15 Red bellier, 12 White, Leur préparation est très-simple : on les fait cuire pendant vingt minutes dans leur eau, puis on les fend de la tête à l'anus et on procède ensuite à la dessiccation. Celle-ci s'opère dans u n vaste h a n g a r sur trois étages de claies disposées audessus d'un b o n feu. Le tripang étant très-hygrométrique, il est indispensable d'entretenir le feu j u s q u ' a u m o m e n t de l'expédition, afin de n e l ' e m b a r q u e r que très-sec, sans quoi son altération est t r è s - r a p i d e et se c o m m u n i q u e facilement à toute u n e cargaison. La première qualité se vend en Chine jusqu'à 90 et 100 livres sterling. LAINES.

Les principaux efforts des colons sont aujourd'hui t o u r n é s vers l'élève des m o u t o n s qui paraît devoir d o n n e r des résultats satisfaisants. Les laines offertes proviennent de troupeaux introduits d'Australie. Laine de moutons nés à Païta ; exposant, capitaine P a d don. Trois échantillons de moutons nés à la Conception ; exposants, R. P. Maristes. ETHNOGRAPHIE.

Lances en bois de fer. Couteau de sacrifice. Masque. Plumet. Hache en pierre.

Bambous hiéroglyphiques. Sac à pierre et fronde. Casse-tête. Gourdes, paniers. Conque d'appel.


— 106 —

Tahiti et dépendances.

Le c o m m e r c e des îles du Protectorat a consisté jusqu'ic en huile de c o c o , perles et huîtres perlières, o r a n g e s , arrow-root, tripangs, etc., etc., mais depuis quelque temps les colons paraissent vouloir se livrer à la culture du café, de la vanille et de la canne à sucre dont les variétés tahitiennes sont bien connues pour leurs bonnes qualités. BOIS.

Les bois se réduisent à peu d'espèces ; mais quelques-unes possèdent de remarquables qualités et font déjà l'objet de quelques exportations e n France et en Angleterre ; ce sont surtout le t a m a n u , calophyllum inophyllum, et le thespesia populmea (miro) ; exposés par M. Marie, et qui sont d'un bon emploi en ébénisterie. Coffret en t a m a n u ; exposants, Jouby et Guibert, de Paris. Les îles Marquises et les îles de la Société possédaient a u trefois de n o m b r e u x massifs de sandal odorant: mais u n e exploitation inintelligente, avant l'occupation française, a beaucoup diminué les ressources qu'y trouvait le commerce. M. Chassaren, aide commissaire de marine, en expose u n spécimen. TEXTILES.

Écorce de b u r a o , hibiscus tiliaceus; exposant, Horh. D'une force extraordinaire pour cordages et très-abondante. Napé, tresse en fibres de coco ; exposant, Laharrague. Paille de pia, tresse en pia; exposant, Marie. Cette matière provenant de la hampe florale du tacca pinnatifida, peut rivaliser, par son éclat, avec les plus belles pailles connues. Sa blancheur, sa souplesse, la rendent particulièrement propre à la confection des chapeaux de femme. Les Tahitiennes s'en font de charmantes couronnes. Le paquet coûte 3 francs environ, et Tahiti peut en fournir des quantités considérables.


107

Coton s a u v a g e , gossypium tricuspidatum; exposants, MM. Hort, L a h a r r a g u e , Nadeaud. Le coton vient s p o n t a n é m e n t , à Tahiti ; il n'est l'objet d'aucune culture et croît p o u r ainsi dire, c o m m e la mauvaise h e r b e . Il serait à désirer d'y voir e n t r e p r e n d r e des plantations sérieuses. Asclepias curassavica (tirita); exposant, Lavigerie, p h a r macien de m a r i n e . La soie que fournit cette plante s'allie parfaitement au coton et p o u r r a i t ê t r e , à ce titre, utilisée par l'industrie; elle croît en abondance à Tahiti, où elle n e sert qu'à la confection des oreillers. Les indigènes p r é tendent que l'application de cette soie sur les yeux cause des ophthalmies très-intenses. MATIÈRES TINCTORIALES E T TANNANTES.

Débris de noix de b a n c o u l e , aleurites triloba, p o u r teinture. Écorce de bancoulier, p o u r t a n n a g e . Racine de morinda citrifolia, très-abondante dans les m o n t a g n e s ; pour teinture j a u n e . Glumes de sorgho s u c r é , pour teinture r o u g e . MATIÈRES OLÉAGINEUSES ET SAVONNEUSES.

Huile de coco, cocosnucifera ; exposant, Hort. Le principal commerce de Tahiti et dépendances consiste dans l'exploitation des cocotiers, dont les îles Pomotou sont couvertes. L'exportation de l'huile qui n'est aujourd'hui que de 600 t o n n e a u x pourrait être facilement doublée en deux ans et portée à plusieurs m i l liers dans l'espace de dix a n n é e s . Le Chili c o n s o m m e environ la moitié de la production, le reste est expédié à Liverpool, au Havre et à Bordeaux,, soit directement, soit p a r voie de Valparaiso, et le prix de vente, sur les lieux, est de 750 francs le t o n n e a u , fût compris. Ce comm e r c e semble devoir c h a n g e r d'ici à peu d'années, la face des affaires du pays, et fournir en outre, à la m a rine, u n fret d'encombrement considérable. Noix et huile de bancoule, aleurites triloba; exposant, Lavigerie.


— 108 — Le bancoulier est très-répandu à Tahiti, ses noix donnent 50 p o u r 100 environ d'une huile siccative p r o pre aux vernis gras, et d'une densité de 0 923 ; elle peut être employée c o m m e purgatif à la dose de 25 à 30 g r a m m e s et p o u r la saponification. Noix et huile de t a m a n u , calophyllum inophyllum. Le t a m a n u abonde à Tahiti ; ses graines d o n n e n t u n e huile excellente pour la saponification et le traitement des douleurs r h u m a t i s m a l e s . Graines de ricin. FARINES ET FÉCULES.

T r a n c h e s de fruit à pain, artocarpus incisa. Arrow-root, tacca pinnatifida. La production p o u r r a i t en être considérable s'il se produisait des d e m a n d e s du c o m m e r c e . On en exporte actuellement pour Melbourne et Sydney 50 tonneaux environ p a r a n , p r o v e n a n t , en presque totalité, de l'île Toubouoï. Prix à Tahiti, de 0 fr. 3 0 à 0 fr. 35 c. le k i l o g r a m m e . SUCRES.

Sucre b r u t ; exposants , Lerouge et J o h n s o n . La sucrerie des exposants est le seul établissement européen élevé à T a h i t i ; il produit environ 25 000 k i l o g . par an et 10 0 0 0 litres de r h u m de p r e m i è r e qualité. Il existe, en o u t r e , plusieurs plantations indigènes qui p r o duisent m ê m e u n e quantité, c o n s o m m é e p r e s q u e e n t i è r e m e n t dans le pays au prix de 500 fr. les 1000 kilog. Cette industrie naissante paraît avoir de l'avenir, et on espère que les e n c o u r a g e m e n t s de l'administration lui i m p r i m e r o n t u n e rapide impulsion. •

ALCOOLS.

R h u m ; exposants , Hort et L a h a r r a g u e . CAFÉS.

Quoique la production annuelle ait été presque nulle j u s q u ' à présent (4 t o n n e a u x environ), il est permis de compter t r è s -


— 109 — p r o c h a i n e m e n t sur des récoltes considérables. De g r a n d e s plantations ont été faites dans le b u t d'approvisionner le Chili, la Californie et Sydney. Café d e P a p a r a ; exposant, Hort. Café de Faaa; e x p o s a n t , Bonnefin. Café de Morea; e x p o s a n t , Vallès. Prix à Tahiti : 1 fr. 76 cent, le k i l o g r a m m e . ÉPICES, CONDIMENTS,

AROMATES.

Vanille; e x p o s a n t s , T r a s t o u r et L a h a r r a g u e . Cette culture c o m m e n c e à d o n n e r beaucoup d'espérances. De n o m b r e u s e s plantations de vanilliers sont faites chaque j o u r et la production annuelle n e peut tarder à s'accroître r a p i d e m e n t . Le prix de la vanille, à T a h i t i , est de 80 fr. le kilog., demi-sèche. MATIÈRES MÉDICINALES.

Racine de k a w a - k a w a , piper methysticum. Les travaux de MM. Cuzent et O'Rorke ont d é m o n t r é l'efficacité de ce médicament d a n s les maladies v é n é r i e n n e s , mais c'est surtout au point de vue de la fabrication de l'alcool q u e le c o m m e r c e paraît vouloir s'en o c c u p e r ; de n o m b r e u s e s expériences ont déjà d é m o n t r é sa richesse a l c o o l i q u e , et tout fait p r é s u m e r qu'il d e viendra, avant peu, l'objet d'un g r a n d trafic. MATIÈRES ALIMENTAIRES DIVERSES.

Champignons dits oreilles de r a t s , exidia auricula Judae, taria éiorè; exposant, Hort. Cette espèce est t r è s - c o m m u n e dans toutes les îles h a u t e s , où elle pousse particulièrement sur les vieux, troncs de b u r a o ; elle est très-riche en fungine et en azote et fort estimée en Chine, où on l'exporte par la voie de Californie. C'est u n objet t r è s - e n c o m b r a n t , et 10 tonneaux de ces cryptogames p r e n n e n t facilement la place de 30 tonneaux de jauge o r d i n a i r e ; ils se vendent, à Tahiti, 1000 fr. le tonneau environ.


110

Oranges. Quoique les oranges des îles du Protectorat ne puissent trouver place à l'Exposition universelle, il n'est pas sans intérêt d'en dire u n mot. Ce c o m m e r c e a pris, depuis u n e dizaine d ' a n n é e s , u n e telle e x t e n s i o n , à Tahiti et dans les Iles sous le vent, que l'exportation en Californie peut être évaluée à 1000 tonneaux c o m p r e n a n t environ 15 millions de fruits, au prix de 3 5 fr. le mille, m i s à b o r d et emballés. On en fait aussi quelques c h a r g e m e n t s p o u r Sydney et Valparaiso. TABAC.

Le tabac vient parfaitement à T a h i t i , et la finesse de son feuillage semble le r e n d r e particulièrement p r o p r e à faire des capes de cigares. PRODUITS DE PÊCHE.

La pêche est u n e des principales industries des Kanacks ; elle consiste surtout en huîtres perlières et en t r i p a n g s . Les huîtres se recueillent surtout a u x îles P o m o t o u et G a m b i e r , et on peut évaluer leur exportation annuelle en F r a n c e et en Angleterre à 1000 t o n n e a u x environ p a r a n , d u prix de 600 000 fr. La pêche se fait sans cloche à p l o n g e u r , et u n h o m m e peut ramasser j u s q u ' à 50 k i l o g r a m m e s par j o u r . Au c o m m e r c e de la n a c r e se rattache celui des perles, q u ' o n évalue à 100 0 0 0 fr. p a r a n ; q u e l q u e s - u n e s sont d'une beauté hors l i g n e , et on peut citer, e n t r e a u t r e s , celle de la reine des G a m b i e r s , qui est du plus bel orient et de la g r o s seur d ' u n œuf de pigeon. Les grosses perles ont u n e valeur arbitraire ; la grenaille se vend de 50 à 6 0 fr. la livre, à Tahiti. Huîtres p e r l i è r e s ; exposant, Hort. — et perles ; exposant, L a h a r r a g u e . Le t r i p a n g est très-abondant a u t o u r de T a h i t i , de Morea et des Iles sous le vent ; o n en connaît dans le c o m m e r c e cinq espèces q u ' o n n o m m e : Rori ofaï (la plus estimée) ; rori taratura ; rari ruhina ; rori papau; rori toto. On le p r é p a r e à la f u m é e , s u r des claies, dans des c h a m b r e s h e r m é t i q u e m e n t fermées. Une seule maison


— 111 — de Tahiti en a e n v o y é , en 1 8 6 1 , 150 tonneaux en Californie, pour être de là expédiés en Chine, où la p r e m i è r e qualité se vend j u s q u ' à 2500 fr. le t o n n e a u . Le prix ordinaire d u t r i p a n g , à Papéiti, est de 1000 fr. environ. ETHNOGRAPHIE.

Battoir à t a p a s , pour faire les étoffes en écorce d ' a r b r e s . Hameçons en n a c r e , p o u r la p ê c h e de la d o r a d e . En r é s u m é , la division de la zone commerciale des îles du Protectorat peut s'établir ainsi : Iles Marquises. — Bois, fécule, k a w a - k a w a . Iles de la Société.— Sucre, café, o r a n g e s , vanille, t r i p a n g s , c h a m p i g n o n s , b o i s , paille de pia. Iles Gambier. — La plus belle n a c r e de l'Océanie. Perles magnifiques. Iles Pomotou. — N a c r e , p e r l e s , huile de coco , tripangs. Iles Toubouaï. — Fécule d ' a r r o w - r o o t , k a w a - k a w a .

ic

Paris.—Imprimerie de Ch. Lahure et C , rue de F l e u r u s , 9.


EN VENTE CHEZ GHALLAMEL

AINE

LIBRAIRE ET COMMISSIONNAIRE POUR LES COLONIES, L'ALGÉRIE ET L'ÉTRANGER 30,

La

RUE DES BOULANGERS-SAINT-VICTOR, A PARIS

R e v u e m a r i t i m e e t c o l o n i a l e paraissant tous les mois p a r cahier

d e 10 à 12 f e u i l l e s , a v e c p l a n c h e s e t c a r t e s . P r i x d e l ' a b o n n e m e n t l ' a n n é e : P a r i s , 25 fr. ; p o u r l e s d é p a r t e m e n t s ,

pour

l'Algérie et l ' É t r a n g e r ,

les frais de port en sus. P o u r l e s C o l o n i e s f r a n ç a i s e s , 3 5 fr. les

Colonies et l ' A l g é r i e

d'agriculture de

Paris,

au

Concours g é n é r a l et

eu 1 8 6 0 .

s p é c i a l p a r JULES DUVAL, m e m b r e

national

R a p p o r t fait a u n o m d u J u r y

d u Conseil

général

de la

province

d'Oran. I n - 8 . Notice

h i s t o r i q u e , e t h n o g r a p h i q u e et p h y s i q u e

Telle-Calédonie,

sur la

p a r le P . X . MONTROUZIER, m i s s i o n n a i r e

Nouaposto-

lique. In-8. Résultats

économiques

de

l'émancipation

commerciale

des

colonies anglaises. Brochure i n - 8 . R é s u m é de l a législation des sucres. Brochure in-8. Documents

officiels r e l a t i f s

à la loi sur le r é g i m e

douanier

l e s C o l o n i e s , de l a M a r t i n i q u e , d e l a G u a d e l o u p e et d e l a R é u n i o n (3 j u i l l e t 1 8 6 1 ) . B r o c h u r e i n - 8 . Rapport sur l'exposition internationale

de

pêche des

Pays-

I l a s ( s e p t e m b r e 1861). B r o c h u r e i n - 8 . LE c o m m e r c e e t l a n a v i g a t i o n d e l ' A l g é r i e a v a n t l a

conquête

f r a n ç a i s e , p a r F . ELLE DE LA PRIMAUDAIE ( p u b l i é s o u s l e s a u s p i c e s d u m i n i s t è r e d e l'Algérie e t d e s Colonies). 1 v o l . in-8 avec c a r t e . Revue

géographique

de

BOCAGE, s e c r é t a i r e a d j o i n t

l'année

1861,

de la Commission

p a r V . A . BARBIE DU

centrale de la Société d e

géographie. Brochure in-8. A n n u a i r e s e t J o u r n a u x des C o l o n i e s f r a n ç a i s e s , etc., etc.

Paris. — Imprimerie de Ch. Lahure et Cie, rue de Fleurus, 9.

Catalogue des produits des colonies françaises  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Catalogue des produits des colonies françaises  

Auteur : Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles et de la Guyane...

Profile for scduag
Advertisement