Page 88

76

LE

CACAOYER

mersions périodiques du fleuve ; et leurs troncs baignent sans dommage dans l'eau pendant trois mois de l'année, quelquefois plus. Il en est de même, d'après Simmonds, pour quelques plantations du Vénézuéla. Le terrain, en tout cas, — et ce facteur naturel est tout aussi indispensable que les précédents — doit présenter une couche végétale assez épaisse, de 1 mètre 30 à 1 mètre 50 environ. Cette condition est rendue nécessaire par le mode d'accroissement de la racine, qui s'étend peu en largeur, mais s'enfonce perpendiculairement. Si donc cette racine pivotante rencontre peu au-dessous de la surface un sous-sol pierreux ou formé d'argile compacte, elle se recourbe ou pourrit et l'arbre dépérit. Dans un cas seulement 40 ou 50 centimètres de terre végétale peuvent suffire : c'est lorsque le terrain est incliné et très fertile. Le pivot suit alors la pente, au lieu de s'enfoncer verticalement. Les meilleurs sols sont les sols vierges, ou qu'on a laissés incultes pendant plusieurs années ; ils doivent être frais, riches en humus, mélangés d'une certaine proportion de sable ou de gravier, et contenir, outre l'azote, comme éléments plus que tous les autres indispensables, de la potasse, 1 à 2 % de chaux et 0,25 % d'acide phosphorique ; il est nécessaire qu'ils soient assez perméables pour que l'eau ne séjourne pas quand l'époque de l'inondation, si inondation il y a, est passée. Les terres qui conviennent tout spécialement sont les terres d alluvions qui ont un grand fond et qui sont un peu ombragées ; viennent en seconde ligne les marnes riches; les plus mauvais sols sont les terres argileuses compactes. Tout aussi défavorables, d'après Bartelinck, qui a cultivé pendant plus de vingt ans des cacaoyers au Surinam, sont les terrains saumâtres, tels qu'on en rencontre d'ordinaire au voisinage immédiat des plages. Le sel serait une des substances les plus nuisibles au cacaoyer : tout arbre dont les racines ont été en contact, ne fût-ce que peu de temps, avec l'eau de mer, est perdu. Ce qui ne veut pas dire cependant que le voisinage de la mer soit toujours préjudiciable au cacaoyer ; on sait, au contraire, qu'en Amérique le meilleur cacao vient

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement