Page 81

ÉTUDE CHIMIQUE ET COMMERCIALE DES CACAOS

69

Les CACAOS DE LA TRINIDAD, très appréciés, il y a quelques années, ont subi en ces derniers temps une forte dépréciation. La faute en est, d'après M. Hart, aux plantations nouvelles faites dans l'île. On a introduit des variétés qui poussent rapidement et qui ne sont pas attaquées par les parasites, mais les fèves sont fortement colorées et amères. Aujourd'hui donc les sortes des cacaos de la Trinidad sont très nombreuses, mais les bonnes qualités sont en minorité. Les Trinidad étaient cotés au Havre, qui reçoit de grandes quantités de cette sorte, de 93 à 100 francs les 50 kilogs en mars 1899. Nous avons vu, d'autre part, que les caraques second choix sont souvent exportés de la Trinidad sous ce dernier nom. Quant aux CACAOS DE LA MARTINIQUE, ceux que nous avons vus étaient fortement bombés, rappelant par leur forme les caraques, à chair bien brune, à odeur agréable, à saveur peu amère. Tout autres sont cependant les caractères donnés par M. E. Dubois, « fèves plates, concaves, coque rouge vif, chair ardoisée, ayant un goût de verte spécial ». M. Mangin, de son côté, les décrit : « grains plats et allongés, rouge vif à l'extérieur. La chair est violacée, la saveur âpre ou vineuse. » Les Martinique et Guadeloupe valaient, à Marseille, en mars 1899, 116 à 118 francs les 50 kilogrammes; et en juillet, 103 à 105 francs. Mais, comme les Guadeloupe, les Martinique comprennent beaucoup de sortes. Les CACAOS DE SAINTE-LUCIE et de la JAMAÏQUE sont de qualité tout à fait inférieure. Les CACAOS D'HAÏTI et de SAINT-DOMINGUE sont aussi assez peu prisés ; ils étaient cotés au Havre, à la fin de 1898, de 82 à 90 francs les 50 kilogrammes et sur le marché de Hambourg, à la même époque, 86 à 90 francs; en juin 1899, ils valaient au Havre 65 à 70 francs. Les fèves que nous avons vues correspondent aux descriptions ordinairement données : elles sont petites, allongées, un peu aplaties, à coque terreuse, brun foncé ou même noire, à chair brun foncé, d'odeur et de saveur faibles. Leurs dimensions moyennes sont : 20 millimètres de longueur, 12 millimètres de largeur, 5 millimètres d'épaisseur.

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement