Page 50

38

LE CACAOYER

Cacao simarron, ou sauvage, et, sans doute, ses graines sont employées de même ; dans le Magdelena, Bompland l'a entendu désigner sous le nom de Palo baston. Pachira aquatica. C'est le cacao sauvage de la Guyane, où il est abondant près des cours d'eaux; il fleurit toute l'année. Son fruit est une capsule déhiscente, mais qui, par la forme et la grosseur, rappelle le fruit des cacaoyers, sauf les sillons. Les graines sont mangées crues ou cuites, comme des châtaignes. Aux Antilles, l'arbre est vulgairement appelé, tantôt cacao sauvage, tantôt châtaignier ; en Colombie, où il est assez commun, c'est le Sapoto longo. Tous ces arbres que nous venons de citer appartiennent, au reste, à la famille des Malvacées, mais les plus voisins des Theobroma, au point de vue botanique, sont les Herrania et les Guazuma qui sont aussi des Buettnériacées. Les Quararibea et les Pachira rentrent dans la tribu des Bombacées.

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement