Page 178

166

LE

CACAOYER

D'origine volcanique et très accidenté, son terrain ne se prête guère à de grandes cultures ; cependant, de petites plantations de cacaoyers ont été entreprises en ces dernières années et réussissent. Quelques lots de cacaos vendus par la Montserrat Company ont atteint des prix satisfaisants.

La Guadeloupe.

Le cacaoyer a été, croit-on, apporté de la Martinique à la Guadeloupe, mais sa culture n'y a pas eu, jusqu'en 1857, une grande importance. Avant le milieu du siècle, l'exportation n'avait pas dépassé 33.000 kilogrammes, chiffre qu'elle atteignit en 1819, et elle était descendue plusieurs fois à quelques tonnes. En 1856, elle était de 14.535 kilogrammes, et c'est en 1857 qu'elle s'éleva brusquement à 52. 685 kilogrammes. Depuis lors, elle a, si l'on considère la marche générale, sans tenir compte de quelques oscillations inévitables, constamment augmenté. La France a reçu : 1864 1874 1878 1884 1891 1895 1897

69.000 kilogrammes. 85.000 233.812 192.000 331.264 346.000 400.876 »

L'envoi de 1897 représentait une valeur de 629.375 francs. Tout ce cacao provient de la Guadeloupe proprement dite, le cacaoyer ayant, depuis le milieu de ce siècle, disparu de la Grande-Terre. Il est probable, du reste, que les plantations s'étendront peu dans l'avenir, même en Basse-Terre, car si le climat est

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement