Page 165

LES PAYS DE CULTURE DU

1870 1883 1892 1893 1894

CACAOYER

153

1 .215.684 kilogrammes. 6.280.050 5.619.625 5.168.025 4.869.600

Presque tout ce cacao est importé en France, à Nantes et au Havre. Sur les 5 à 7 millions de kilogrammes qui représentent en effet, suivant les années, la récolte totale du Brésil, la France a reçu : 1891 1897

6.132.558 kilogrammes. 4.704.676 »

Les 4.704.676 kilogrammes de 1897 valaient 7.386.402 francs; il en a été livré à la consommation 4.556.330 kilogrammes. Les cacaos de Para-Maragnan sont toujours cotés à des prix plus élevés que les Bahia. Ces derniers, au Havre, en mars 1899, étaient vendus 75 à 88 francs les 50 kilogrammes, alors que les Para atteignaient les prix de 100 à 102 francs. Il est certain que la province de Bahia, très rapprochée de la limite extrême de végétation du cacaoyer, est bien moins favorable à la culture que celle du Para, où non seulement le Theohroma Cacao, mais beaucoup d'autres espèces (T. subincanum, T. grandiflorum, T. speciosum, etc.) sont indigènes. Nous avons dit que le Theohroma grandiflorum est appelé cupu-assu, mais nous avons vu aussi que ce même terme est appliqué par M. Peckolt à une autre plante, avec les graines de laquelle les indigènes préparent également un chocolat, et qui serait — bien que M. Peckolt la nomme Deltonea lutea — un Theohroma encore mal déterminé, peut-être le Theohroma Martianum.

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement