Page 137

LES ENNEMIS ET LES PARASITES

DU

CACAOYER

125

prolongent ensuite ce canal à travers le bois tendre et tuent l'arbre. Ce sont des ravages analogues qu'exercent les larves d'autres insectes que nous ne connaissons que sous les noms vulgaires qu'on leur donne au Vénézuéla et à la Guyane : les gusanos ou angaripolas (c'est-à-dire indiennes, à cause de la variété de leurs couleurs). « Ces gusanos, dit M. Aubry-leComte,qui réunit toutes les descriptions qui en ont été données dans les anciens ouvrages, sont des insectes volants, assez semblables aux cigales, tachetés de blanc et de noir, de la grosseur d'une petite amande ; ils attaquent lécorce, la rongent circulairement et y déposent des œufs, d'où sortent de petites larves qui s'introduisent entre l'écorce et la partie solide de l'arbre. Ces larves font là une première station, en attendant qu'elles aient acquis le développement nécessaire pour pouvoir percer le bois et pénétrer au cœur de l'arbre, où elles s'établissent jusqu'au moment où elles deviennent, à leur tour, insectes parfaits. » Contre ces gusanos, ainsi que contre les asseradores et les divers autres insectes, coléoptères, hémiptères ou lépidoptères (tels que divers Bostrichus, le Tœniotes furiosus, etc.), qui peuvent causer, plus ou moins, de semblables dégâts, divers moyens de destruction ont été préconisés. On réussit, en partie, à détruire les angaripolas en allumant, près des arbres, de petits feux qui, sans nuire au cacaoyer, attirent les insectes et les brûlent. On peut aussi faire la chasse, sur les troncs des arbres, aux asseradores, aux heures où ils sortent; et d'après M. Rojas, cette chasse est surtout fructueuse, aux époques où le cacao murit. « Lorsqu'on enlève, dit cet auteur, le cacao de sa pulpe, ces longicornes quittent leur retraite, à l'odeur du fruit, et sucent les sucs que contient la partie interne du péricarpe : on les prend abondamment pendant les deux jours que dure sa fraîcheur. » A Ceylan et à Java, en ces dernières années, le grand fléau des cacaoyères a été l'Helopeltis Antonii, déjà trop connu pour les ravages analogues qu'il cause de longue date en s'attaquant

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement