Page 123

RÉCOLTE

ET

PRÉPARATION

DU

CACAO

111

bien ajustées, qui sont placées à quelques centimètres de la maçonnerie ; celles qui forment le fond, et qui sont distantes de la maçonnerie de 10 centimètres environ, sont perforées, au vilbrequin, d'un grand nombre de petits trous ; l'inclinaison de ce plancher, comme celle du fond maçonné, est de 30 centimètres environ. En outre, dans le ciment même et dans les planches des parois, on perce, sur les deux faces latérales, et en regard, 2 rangées horizontales parallèles de 6 trous de 7 centimètres environ de diamètre : l'une de ces rangées est à 15 centimètres au-dessus du plancher, l'autre à 35. Par chaque paire de trous se faisant face on fait passer un bambou creux, qui est perforé sur toute sa longueur, et de 7 en 7 centimètres, de trous de 15 millimètres de diamètre. Ces tubes perforés sont destinés à assurer l'aération de l'intérieur des tas. Chacun des compartiments peut être fermé par un solide couvercle en bois, s'ajustant bien exactement. Enfin un orifice, à la partie inférieure de la maçonnerie, sert à l'écoulement du liquide fermenté qui a traversé le plancher perforé. L'opération est conduite de la façon suivante : On bouche d'abord toutes les ouvertures du premier compartiment, c'est-à-dire l'orifice du bas et les extrémités des bambous; puis on remplit le compartiment à peu près jusqu'aux bords et on rabat le couvercle, après avoir, au besoin, assuré une fermeture plus complète en recouvrant les graines avec des feuilles de bananier ou de figuier. Des pierres ou un poids quelconque peuvent être mis par précaution sur le couvercle. Au bout de 24 heures, s'il fait chaud, ou un peu plus tard, si le temps est pluvieux, on débouche, du côté opposé à celui d'où vient le vent, un des bambous de la rangée supérieure et un de ceux de la rangée inférieure. On aère ainsi l'intérieur du tas, et on peut, par la même occasion, introduire des thermomètres dans les bambous pour s'assurer que la température ne s'élève pas au-dessous de 43° C. A la fin du troisième jour, on débouche l'orifice du bas, pour laisser s'écouler le liquide accumulé, on enlève le couvercle et on transporte le cacao dans le second compartiment.

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Le cacaoyer sa culture et son exploitation dans tous les pays de production  

Auteur : Henri Jumelle / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement