Page 97

CHAPITRE

V.

91

» ajouta-t-il, et, jusqu'à ce que l'on sache à quoi » s'en tenir sur la prise de Surinam, vous ne » verrez q u e les personnes à qui l'agent en d o n » nera la permission. » O n eut le temps de s'assurer que les Anglais n'avaient fait aucune entreprise contre Surinam, et on nous permit quelques promenades limitées pour l'espace et pour le temps. L'état de m a santé m e rendait cependant u n bon régime fort nécessaire. C'est pendant cette maladie que j'ai p u connaître la beauté d'une institution dont les temps anciens n'offrent point de modèle. Les sœurs de l'hôpital se relevaient au milieu de la nuit, et venaient sans bruit s'informer si rien ne m e manquait. A u c u n soin ne leur semblait indigne d'elles. Elles supportent dans le silence , et avec une patience a d m i rable, les plaintes, les injustices des malades ; et celui qui se croit le plus misérable, reçoit par leurs soins attentifs et leurs consolations u n remède souvent plus efficace que tous ceux de la médecine. N o u s trouvâmes à l'hôpital u n

animal

que

nous n'avions point encore vu : c'est le tapir, appelé ici mahipourri, le plus grand quadrupède indigène de la Guyane. Il a le pied fourchu , et l'ongle assez semblable à celui d u b œ u f ; il est robuste, de la taille d'une génisse d'un an, et

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement