Page 93

CHAPITRE

V.

87

« cipe, ce préalable, citoyen ministre, est de » toute nécessité , de toute convenance, de toute » justice, autant pour le bien de la chose

que

» pour m a sécurité particulière. » №

241, 12 messidor ( 3o juin 1798).

Jeannet était donc prêt à obéir à tous les cornm a n d e m e n s . P o u r bien comprendre ce

qu'il

entendait par les paroles se suffire à soi-même le plus tôt possible, et devenir des êtres utiles , il faut rapprocher de cette dépêche-ci, ce qu'il écrivait au ministre, dans une autre occasion : « L e » blanc qui travaille le moins et qui se soigne le » plus dégénère sensiblement sous la zone tor» ride. Celui qui brave le soleil, qui ose y tra» vailler c o m m e en Europe, paie de sa vie son » ignorance et son courage. » N° 190, 5 messidor (21 juin 1798. Burnel fit regretter Jeannet. Il ne nous tint pas long-temps dans l'incertitude. Je m e bornerai aux

faits; je les raconterai avec le plus

grand respect pour la vérité, et en m e

tenant

en garde contre tout ce que le souvenir de m e s souffrances m e suggérerait, si j'étais accessible au ressentiment. J'avais été particulièrement rec o m m a n d é au citoyen Beauregard, colon, m e m bre de l'administration départementale; je le

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement