Page 319

ANNEXES.

313

sont dans l'espèce de corps-de-garde ; ils ont chacun leur place m a r q u é e ; ils y suspendent leurs h a m a c s et leurs armes, et chacun y a son petit siége. Ils n'en peuvent bouger sans l'ordre d u chef, et leurs alimens y sont apportés. D u reste , le repos est leur souverain bien. Il y a toujours quatre sentinelles ou vigies, une à chaque fenêtre haute de la tour d'observation. Pendant le jour, u n certain n o m b r e d ' h o m m e s est c o m m a n d é pour aller à la chasse et à la pêche. A la nuit, d'autres sont détachés par ordre pour aller pêcher aux flambeaux ; et s'ils ont des travaux à faire à leurs plantations de vivres et ailleurs, o n y envoie aussi u n n o m bre de f e m m e s avec les h o m m e s . Les autres Indiens restent pour la garde d u village. Les enfans des deux sexes sont continuellem e n t avec les f e m m e s , qui en ont soin ; mais les garçons sont obligés de s'exercer deux fois par jour en tirant des flèches contre u n but. U n vieillard préside à cet exercice. Je m'essayai à tirer de l'arc avec les h o m m e s de cette peuplade, j'étais plus robuste et j'avais plus d'adresse qu'eux. Cet avantage m e mit en grande réputation, et je crois qu'ils firent bien plus de cas de m o n

petit savoir-faire q u e de

l'habileté de M . Patris, qui surpassait leurs notions. Ils m e chargèrent d'arcs, de flèches , et

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement